Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sondages, gaspillages et copinages…

Sondages, gaspillages et copinages…

L’été n’est pas porteur pour les scandales. On peut le regretter, car au lendemain de la fête nationale et de ses traditionnelles bombes pyrotechniques, c’est une bombe médiatico-politique qu’a amorcé la Cour des Comptes.

En effet, cette institution (dirigée par Philippe Seguin et dont on ne peut remettre en cause le sérieux et l’absence « d’anti-sarkozysme primaire ») a remis, le 15 juillet dernier, son rapport sur la gestion des services de la Présidence de la République pour l’exercice 2008 (télécharger le rapport).

En dehors de dépenses souvent mal maîtrisées, ce qui est déjà condamnable surtout en période de crise, ce rapport contient surtout un chapitre sur les sondages absolument explosif !

Ainsi, en page 11, la Cour met en lumière une convention passée entre l’Elysée et un mystérieux cabinet qui a engendré en 2008 des dépenses d’un montant de 1,5 M€ pour la Présidence de la République !

L’objet de cette convention est en l’occurrence la fourniture de sondages et de conseils pour l’Elysée. Or, la Cour s’étonne et s’interroge sur deux aspects de cette convention :

  • Concernant sa conclusion, on peut déjà s’interroger sur l’utilité du recours à un cabinet pour jouer un rôle d’intermédiaire entre l’Elysée et les instituts de sondage. Par ailleurs, cette convention a été passée sans respecter les règles de mise en concurrence (obligatoire pour ce type de marché public) et avec des clauses exorbitantes au regard des règles de l’exécution de la dépense publique. Ainsi : « dans la cadre de la mission dite d’exécution de sondage, la convention prévoit que le cabinet sera chargé de juger de l’opportunité, dans le temps et dans les thèmes, des sondages ou études d’opinion dont il confiera l’exécution aux instituts spécialisés de son choix. Ce cabinet disposait donc d’une totale liberté d’appréciation, ce qui, a contrario, signifiait que la Présidence n’avait ni la maîtrise ni le contrôle tant de l’engagement que du montant des dépenses correspondant à ce contrat. Aucun bon de commande n’étais émis ». Enfin, l’identité de ce cabinet a été révélée par Libération. Il s’agit de Publifact, une petite structure dirigée par Patrick Buisson, qui n’est autre qu’un conseiller politique de l’ombre de Nicolas Sarkozy. C’est un personnage très influent auprès du chef de l’Etat, ancien patron du journal d’extrême droite Minute et journaliste à LCI. Il a ainsi, en 2008, facturé via son cabinet 10 000 € d’honoraires mensuels à l’Elysée pour ses conseils auxquels s’ajoutent 130 autres factures pour les sondages, soit au final 1,5 M€ issus des contribuables !
  • Concernant son utilisation, ces sondages posent également problème et c’est le deuxième volet de ce scandale. En effet, la Cour des Comptes indique que sur 35 études diverses facturées en 2008, au moins 15 d’entre elles avaient également fait l’objet de publications dans la presse. Ainsi l’Elysée, via Publifact, finançait des sondages auprès de l’institut Opinion Way, qui étaient ensuite publiés par LCI et le Figaro. La Cour ne s’aventure pas plus loin mais laisse facilement sous-entendre qu’il y a soit fausse facture au détriment de l’Elysée (ce qui paraît peu probable) soit co-financement de sondages à l’initiative de la Présidence (et donc des sondages construits à sa convenance), à destination de la presse et ainsi de l’opinion publique sous une apparence de neutralité et d’objectivité ! A la publication de ce rapport, la société des rédacteurs du Figaro a exprimé sa consternation et réclamé à la direction du journal de « mettre immédiatement un terme à la publication de sondages Opinion Way qui sont commandités par la Présidence de la République ». Eventualité balayée d’un revers de main et négation en bloc du directeur du Figaro, un certain…Etienne Mougeotte (ancien dirigeant de TF1, donc Bouygues, donc le cercle sarkozien, encore et toujours…).

Cette affaire s’inscrit donc dans les pratiques de gouvernance déjà observées de nombreuses fois depuis l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 : volonté de contrôle de l’information médiatique pour mieux manipuler la population et dans le même temps largesses financières de l’Etat envers ses amis proches et puissants.

Tout cela est très grave et une fois de plus François Bayrou, en dénonçant la manipulation des sondages, avait vu juste. Cela n’avait pas empêché le monde médiatique d’en faire un paranoïaque du complot, et pourtant…

Il serait temps que les citoyens accueillent ce type de scandale non pas avec résignation mais avec la volonté de réagir. Ne plus laisser l’homme courageux, qui se dresse face aux dérives du système, se faire démolir par un lynchage médiatique. La réaction, elle passe avant tout par les urnes. Là aussi, il faut arrêter d’être manipulé et de céder aux modes électorales plus ou moins fabriquées de toutes pièces.

Les prochaines élections Régionales sont proches et très importantes pour notre quotidien. Cette fois, que tous ceux qui refusent et sont révoltés par le système qui nous gouverne, votent pour le seul parti qui dans la durée et dans les actes s’oppose aux dérives et défend un modèle de Société différent et applicable : le MoDem !

 

Adrien Debever


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • chmoll chmoll 25 juillet 2009 12:15

    En dehors de dépenses souvent mal maîtrisées

    et s’dire j’me fout j’claque c pas mon pognon,y a quand mème une énorme difference


    • Alpo47 Alpo47 25 juillet 2009 14:29

      Il me semble que le but, pour le pouvoir, de ces sondages « orientés » est de détourner l’attention du fait que Sarkozy n’a plus le soutien que de 12% des personnes en age de voter.
      En effet, on l’a constaté lors des dernières européennes, seulement 27% des 40% de votants ont voté pour le pouvoir actuel.

      Il est évident, selon moi, que les électeurs de droite qui soutiennent toujours Sarko (si, si, il y en a encore ....) ont très largement voté, alors que les abstentionnistes sont majoritairement des citoyens qui ne sont pas en accord avec cette Europe et les politiques qui la soutiennent (d’ailleurs de droite et de gauche) et ne veulent pas entrer dans leur jeu...

      D’où toutes les opérations de division de « l’opposition », de détournement de ses cadres. Car si Sarkozy devait être réélu, ce ne pourra plus être que grâce à la division et à la quasi médiocrité de ses opposants (Merci Lang, Rocard, Dray, Kouchner....).


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 25 juillet 2009 15:24

        Pas seulement,

        le but de cette action est bien d’engranger des fonds au moins autant que les fumeuses, pardon, fameuses enveloppes qui ont permis aux anciens présidents d’assurer ainsi leurs campagnes à venir souvent avec succès. Ces enveloppes ayant disparu, NS fait d’une pierre deux coups. Il trafique les sondages qu’il publie juste après une déclaration toni-truante...et se met un million cinq dans une caisse noire !


          • Adrien Debever Adrien Debever 25 juillet 2009 23:44

            Merci pour vos commentaires, vous pouvez aussi retrouver plus d’articles sur mon blog :

            www.adrien-debever.com


            • bilout1 18 août 2009 16:51

              A la lecture de l’article de Mr Debever la 1ere question que je me pose est ::
              « Pourquoi la Cour des Comptes ne s’était jamais intéressée aux dépenses de l’Elysée du temps de Mitterrand et de Chirac. ? »
              Depuis Sarko, les comptes sont vérifiables donc plus de transparence. Je vous rappelle qu’avant l’ensemble des ministères participaient aux dépenses de manière complètement opaque.
              Ce qui ne veut pas dire qu’on dépense moins.

              Sarko manipule l’info ? Si vous regardez la télé vous verrez qu’il se fait pourrir sur la 2, la 3, canal et la 5.La seule chaîne neutre c’est TF1. Les journaux Le Monde, Libé, Le Canard et d’autres tapent sur Sarko à longueur d’éditions. Je pourrai vous donner les exemples.

              Quant au conseiller mubicipal de Pau, qui nous avez promis des révélations fracassantes sur les sondages.,on attend toujours. Il faut dire qu’’il a payé cher le fait
              d’ avoir chatouillé la braguette de Cohn Bendit un peu trop. Alors Adrien, la langue c’est 7 fois qu’il faut la tourner avant de dire des bétises.

              Pour François il reste le tracteur.











              • Adrien Debever Adrien Debever 18 août 2009 17:38

                Cher Bilout (très joli nom),

                Ce n’est pas parce qu’il y a sûrement eu des abus sous Chirac et Mitterrand qu’il faut excuser ceux de Sarkozy !

                Je suis d’accord, la transparence est un progrès de forme mais cela n’offre en aucun cas un blanc-seing pour le fond.

                Ces pratiques sont scandaleuses et cela n’est pas un jugement de partisan mais de citoyen !

                L’influence sur les média du pouvoir en place parle d’elle-même avec les faits relatés dans mon article. Après les impressions d’acharnement de nombre de média contre Sarko est à prendre avec du recul...l’acharnement est très discutable mais l’omniprésence, elle, en tout cas bien réelle !

                Enfin concernant F.Bayrou (Député de la République et Président du troisième parti de France), je crois que la Cour des Comptes à fait une bonne partie du travail en matière de révélations ! Et cette fois ont ne pourra pas dire que c’est de la paranoïa (à moins de remettre en cause cette institution...).

                Bref, puisque vous semblez aimer donner des conseils, je vais vous retourner la politesse en vous conseillant de laisser un peu de coté la politique-politicienne et de retrouver votre esprit critique de citoyen...

                Bien à vous

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès