Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sondages, le calme avant la tempête ?

Sondages, le calme avant la tempête ?

Alors que le dernier Sondage IFOP vient de sortir et que les chiffres sont relativement stables par rapport au mois dernier, une étude prospective des différentes données m’a amené à un scénario de politique-fiction qui peut se transformer en véritable cauchemar.

Je vous propose de regarder ce tableau de l’ensemble des sondages réalisés depuis la rentrée concernant le premier tour de la présidentielle :
NSPP 5%15% 19% 30% 32% 2% 20%21%33%
Besancenot + Buffet 9%7% 6% 8% 7% 7% 6%8%8%
Royal 29%30% 34% 29% 32% 26% 34%29,5%30%
Bayrou 11%8% 7% 7% 7%% 12% 7%7%6%
Sarkozy 29%34% 34% 30% 31% 32% 36%38%30%
de Villiers 2%4% 2% 2% 2% 4% 2%3%3%
Le Pen 11%10% 13% 15% 15% 13% 11%9,5%15%
Date 18/11/0613/11/06 9/11/06 8/11/06 18/10/06 13/10/06 13/10/065/10/0614/10/06
Organisme IFOP IPSOS TNS Sofres Unilog CSA CSA IFOP TNS Sofres UnilogTNS SofresCSA


Vous le constatez, j’ai réuni, petite anticipation et risque assumé, Marie-Georges Buffet et Olivier Besancenot. En effet, le front anti-libéral ne peut être efficace que s’il existe une certaine unité, même de façade, pour créer la surprise.

En effet, les données des différents sondages sont stables, les deux favoris se tassent, ce qui est fort logique, et le nombre de NSPP diminue.

Quels sont les scénarios prévisibles ?
Le scénario le plus probable à mon sens est le suivant :
Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy étant sur des bases importantes devraient voir leur cote se réduire en fin de parcours ; oui, mais au profit de quel(le/s) candidat(e/s) ?

C’est là que tout peut se jouer. Les dernières élections, en 1995 et en 2002, ont montré que les candidats du premier tour plafonnent sur une base de 20% des suffrages exprimés. Ce scénario risque de se reproduire, même si le renouveau politique instauré par les deux stars du système semblent pour l’instant à l’abri de tout accident. Mais vous le comprenez tous, s’ils perdent chacun 10 points, alors Le Pen, les antilibéraux dans le cas d’une candidature unitaire, voire Bayrou dans le meilleur des cas, peuvent se retrouver au second tour.

Comme par ailleurs l’ensemble des données concernant la défiance des Français à l’égard du système politique actuel demeure forte, l’improbable duel entre Le Pen et un antilibéral demeure une fiction dont la probabilité peut progresser dans le temps.

Pour cela il suffit de combiner deux facteurs, qui ne seront pas difficiles à réunir :
  • une bonne surenchère sur l’insécurité
  • une bonne dose de délocalisation de grands groupes aux profits records

Le troisième facteur pour bien rouler le tout viendra d’une ou deux affaires, montées ou réelles, qui viendront pourrir un peu plus l’ambiance et seront livrées à la presse par hasard quelques semaines avant le scrutin.

Si l’on considère par ailleurs les données de l’enquête CEVIPOF - ministère de l’Intérieur "Baromètre politique français - 2e vague automne 2006" on peut avoir quelques inquiétudes.

En effet les programmes politiques se calquent sur les préoccupations des Français, et la première remarque tient au fait que 40% des Français estiment qu’il faut se protéger davantage du monde, en progression de neuf points par rapport à l’enquête du printemps 2006.

Le deuxième point porte sur l’évolution perçue de la délinquance qui augmente de cinq points par rapport à l’enquête précédente, 31% des Français estimant que cette dernière a augmenté là où ils habitent.

Le troisième point porte sur la préférence pour gouverner le pays ; seuls 35% des Français font confiance à la droite ou à la gauche pour gouverner le pays (en légère augmentation). C’est-à-dire que 65% ne font pas - ou que peu - confiance à la droite et à la gauche.

Si ces résultats ne surprennent pas, ils permettent d’établir un thermomètre. Et la France a donc bien la fièvre, d’une maladie qui est une forme de dépression, avec une perte de confiance prononcée.

Quand il va falloir proposer des solutions, il sera plus facile aux uns et aux autres de s’accuser de tous les maux, plutôt que de défendre et de construire un projet. Et à ce petit jeu, les thèses extrémistes l’emportent plus facilement. D’autant plus facilement aujourd’hui qu’il suffit de se remémorer 2002 pour se dire que le vote protestataire a depuis évolué vers un vote de défiance ; en effet ce vote n’a pas permis de changer la donne, alors la tentation pourrait être forte d’amener deux candidats, l’un de l’extrême droite, l’autre de l’extrême gauche, au deuxième tour de l’élection, rappelons-le quand même, cette fracture ressemble à s’y méprendre au référendum de 2005.

Heureusement, peut-être, que les divisions de la gauche antilibérale sont plus fortes que celles du PS et de l’UMP réunies, sinon ce scénario catastrophe ne serait qu’un scénario d’anticipation.


Moyenne des avis sur cet article :  3.16/5   (335 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • Le Hérisson Le Hérisson 23 novembre 2006 13:03

    Extrapoler à partir de sondages 4 mois à l’avance : vous pourriez lire aussi dans le marc de café...


    • Cédric (---.---.105.22) 23 novembre 2006 17:58

      Effectivement, je me demande aussi quel est le sens de tous ces scénarios, mis à part de SE faire parler ?

      Ca en devient casse-pied, la moitié des articles d’AgoraVox étant réservés aux scénarios de l’élection 2007, l’autre moitié aux conflits religieux.

      Point d’analyse, ce n’est donc pas de l’information. Uniquement la diffusion de l’avis d’une Madame Irma dont personne n’en a franchement pas grand-chose à faire. Dommage, je m’attendais à de l’information, à des chiffres analysés que je ne connaissais pas encore...

      Cédric


    • Cochonouh Cochonouh 23 novembre 2006 19:01

      D’ailleurs, je suis rentré en transe cette après-midi et mon corps astral est parti en 2007.

      Je vous ramène en exclusivité pour AgoraVox, les résultats du premier tour :

      • LePen : 22,1%
      • Bayrou : 21,4 %
      • Sarko : 21,3 %
      • Royal : 20,9 %

    • robin (---.---.176.85) 23 novembre 2006 19:11

       smiley le facteur déterminant,oublié ici,sera avant tout le taux d’abstension..........plus il sera bas et plus la gauche l’emportera c’est presque aussi simple que ça.......lol smiley


    • René Job (---.---.131.104) 23 novembre 2006 23:30

      @ Cédric

      « Effectivement, je me demande aussi quel est le sens de tous ces scénarios, mis à part de SE faire parler ? »

      Se faire peur et faire peur aux gens comme lui.

      Le Pen ou Besancenot/Buffé : l’horreur absolue pour un manager. smiley

      D’ailleurs son « analyse » ne tient pas la route. D’après les sats, au second tour on a bien un Sarkozy/Royal.

      Il serait bien plus pertinent, au regard des mêmes, sats de se demander avec qui chaque camp en présence va devoir s’allier pour vaincre l’autre. Un synopsis très Faustien. çà fait tout aussi peur.

      Enfin pour revenir à la présente prestation, pour obtenir l’effet recherché, il faut quand même agité les épouvantails. Autrement, ces « cons » de français seraient bien capables ou de voter n’importe quoi ou de rester à la maison. smiley


    • le sudiste (---.---.58.2) 23 novembre 2006 23:53

      Le Pen et Bayrou au 2ème tour ? Je signe. Et à mon avis on est pas mal à signer...

      Bayrou ? C’est bien pour nous ça. C’est ce qu’il faut. Face à Le Pen ? C’est royal ! Situation inatendue voire utopique.

      Ce qui est certain c’est l’écart entre les intentions de votes analysées par les instituts de sondages français et ces mêmes intentions analysées par les anglais par exemple... Le Pen est bien plus haut... Souhaitons-nous un Bayrou combatant dans ce cas. Sinon, un commentaire sur l’article ? Non. Je suis stérile. L’analyse des sondages ? Tapez 1 pour le Nabot, Tapez 2 pour la femme...

      Aux armes, citoyens...


    • robin (---.---.176.85) 24 novembre 2006 00:37

       smiley L’histoire actuelle évoque ce cri qui avait jadis fait réagir l’intellectuel espagnol Miguel de Unamuno, qui avait entendu les légions de Franco crier à pleins poumons

      Vive la Mort !

      archaïsme mental sur lequel les psychologues et les physiologistes devraient peut être un jour se pencher. On pense au livre « ces malades qui nous gouvernent ».

      Nous sommes gouvernés par des malades, mais aussi par par de complets imbéciles en costumes trois-pièces. C’est un point que, souvent, ne suspectent pas les lecteurs, les télespectateurs. Pour être un homme politique il faut simplement savoir poser sa voix, avoir le bon regard, la bonne gestuelle. Je me rappelle ce que m’avait dit un journaliste de la revue « Actuel » avant un de mes passages à la tévision ( mon dieu, comme je me passe bien de ces séances clownesques ! ) :

      - Ce qui compte, à la tévision, ça n’est pas ce que tu dis, c’est ce que tu dégages

      ( le premier qui avait vraiment bien compris cela c’était de Gaulle )

      Villepin, avant que l’absurdité de son ordonnance n’éclate au grand jour « dégageait bien ». Nous sommes entourés d’hommes politiques qui « dégagent ». Si vous les aviez approchés de très près, partagé leur quotidien, comme cela a été mon cas pour plusieurs d’entre eux jadis vous seriez effarés de voir à quel point ce sont des gens très ordinaires, d’une intelligence très limitée, obsédés par l’image, la couleur de leur cravate, la robe choisie, et le ton de leur voix. Aidés de « conseillers en communication » il répètent « les gestes qui portent » et en sont parfaitement conscients. Ils savent pertinemment que le contenant compte plus que le contenu. Rafarin a usé jusqu’au bout de son image de Proviseur de Lycée. D’autres jouent les play-boys, les joggers, les sauveurs, les indispensables, les visionnaires, les « premier flic de France », les « plus grand économiste du pays » ( Raymond Barre ). Mais je peux vous assurer que dans ces têtes-là il n’y a ... rien. Pas de véritables idées. Leurs vastes cerveaux sont peuplés de courants d’air.

      Ces ce qui ressort de l’analyse du bras de fer lancé par « le beau Villepin », le chéri de ces dames, qui n’en finissait plus de répéter « qu’il avait des couilles ». C’est bien lui le responsable des dégâts que l’on recense maintenant dans les rues, dans les universités et qu’on montre au petit écran.

      - Quel gâchis.....

      Mais qui est le véritable responsable de ce gâchis, sinon cet imbécile de Villepin ? Et quel journaliste le rappelle, alors que les chaînes montrent les dépradations imputables aux débordements estudiantins dans les universités ?

      Qui, dans ce monde, recherche de véritables solutions, correspondant à un « développement durable », à une authentique recherche d’équilibre ? Comment ne pas réagir aux propos récemment tenu par le Chéri-Bibi de la gauche, alias Claude Allègre, chaud partisant du « tout nucléaire », qui passait récemment chez Ardisson face à Mamère, lequel évoquait sa récente condamnation au profit d’un trust américain semencier Mosanto ? Allègre qui vantait aussi les mérites des OGM, tandis que Mamère tentait de manière pathétique d’invoquer le principe de précaution. Quelle imagination chez cet ancien ministre, nous annonçant dans son récent livre que « d’ici cinquante tout vas s’arranger et se stabiliser », tandis que l’astrologue Elisabeth Teissier, également présente sur le plateau ajoutait « si nous parvenons jusque là ... »

      Personnellement je cherche au milieu de ce brouillard une lueur d’espoir en poursuivant une enquête sur les travaux de Gerold Yonas ( laboratoires Sandia, Nouveau Mexique ), sur ... la fusion propre, non-polluante. La percée récente me semble indiquer une piste salvatrice, ce qui ne semble paradoxalement intéresser personne et en tout cas pas nos revue de vulgarisation scientifique ( pas plus qu’Allègre, notre ancien ministre qui joue les futurologues ), alors que ce résultat, ces deux milliards de degrés obtenus de façon imprévue sont indéniables. Une solution qui serait susceptible de fournir aux Chinois l’énergie dont ils ont légitimement besoin. Vous lirez dans le texte de Pomagalsky une phrase qui fait réfléchir :

      Si les Chinois devaient consommer autant d’énergie que les Américains, à la fois au plan des ressources en énergie qu’au plan de la pollution ,alors il faudrait ... une autre planète ! Voici l’axe de la balance 2007 +l’abstension LOL smiley


    • Denis COLLIN (---.---.96.20) 24 novembre 2006 09:02

      Ce scénario histoire de se faire peur (avec les vieux fantasmes sur lesquels tentent de tenir les partis de l’UMPS) n’est qu’une mauvaise reprise d’un livre à moitié drôle écrit par un ancien conseiller de Raffarin qui imaginait un deuxième tour Marine Le Pen contre Besancenot, gagné par Besancenot.


    • robin (---.---.231.136) 26 novembre 2006 21:15

      Royal.......Lepen et 75 /25 tel sera le score final,et pour la 1ere fois un dame entrera à l’élysée......lol un vrai bonheur !


    • issam (---.---.170.179) 27 novembre 2006 00:12

      cette analyse est ineteressante mais rien n’est simple et de tout façon le vote utile jouera à fond.


    • iskander (---.---.223.54) 23 novembre 2006 13:16

      Jean Marie au second tour ? c’est probable, mais qui en face, c’est là la vraie question.


      • JH (---.---.2.246) 23 novembre 2006 16:11

      • Jaimz (---.---.101.8) 23 novembre 2006 16:13

        Et qui vous dit qu’il y aura un deuxième tour ? Cette hypothèse n’a jamais été explorée, mais une majorité au premier tour est tout à fait concevable.


      • Bill Bill 23 novembre 2006 16:19

        @ JH

        Tout à fait étonnant ce site 2007.com ! Il fluctue vraiment d’une semaine à l’autre ! De quoi avoir la chaire de poule ! L’électorat est il si volatile ? Peut on dans ces conditions faire confiance en la démocratie ? En tous cas JLP est souvent bien placé !

        Bill


      • JH (---.---.2.246) 23 novembre 2006 16:26

        voir www.votez2007.com c’est édifiant ! Sondage grandeur nature !


      • JH (---.---.2.246) 23 novembre 2006 16:29

        @Bill

        Oui c’est étonnant. Les candidatures de DSK et Fabuis étant été retirées, il va être intéressant de voir la semaine prochaine si les voies se sont bien reportées sur Ségolène...

        10 000 votants, il me semble que c’est quand même plus représentatif que les sondages IPSOS...


      • Bill Bill 23 novembre 2006 16:43

        @ JH

        Oui tu as raison, avec toutefois une petite différence : les personnes qui votent ont généralement internet et sont peut-être d’un certain niveau social ? Les gauchistes ont pas l’air trop content de Ségolène, peut-être un deuxème tour Besancenot-Le Pen ??? smiley smiley smiley

        Les sondeurs admettent que l’électorat pourrait se retourner très vite, et c’est le discours des sondés aussi...

        Bill


      • Maxime Verner Maxime Verner 23 novembre 2006 21:12

        Le Pen fait 15% minimum depuis plus de 20 ans, il ne faut donc pas être surpris s’il passe au deuxième tour, mais une finale Sarkozy-Le Pen ca voudrait dire beaucoup de choses : radicalisation de l’électorat (préférence nationale, ultra-libéralisme...), encore une chute du PS... Ce scrutin s’annonce déjà comme le plus important depuis 81.


      • René Job (---.---.131.104) 23 novembre 2006 23:34

        Les amis ne vous laissez pas impressionner par les votes sur le Net.

        Une même personne peut intervenir plusieurs fois de suite pour voter.

        Dans un cas moyen où chacun « vote » deux fois : 10.000 deviennent 5.000.

        L’activisme, çà existe aussi sur le Net. smiley


      • le sudiste (---.---.58.2) 24 novembre 2006 01:30

        Jean-Marie ? Jean-Marie mon ami !

        « Dans le parti de Jean-Marie, c’est vrai on est à droite, on est légèrement à la droite d’Hitler » (Coluche)


      • jlouis (---.---.206.161) 24 novembre 2006 06:03

        Sur le site votez2007, ils indiquent 221455 votes la semaine derniere.

        221455, ca represente tout de meme 0.5% de tous les citoyens francais en age de voter. + l’abstention et les votes blancs, ca fait 1% d’echantillons.

        Je suis pas un expert en stat, mais il me semble que ca fait deja un sondage assez fiable, en tout cas beaucoup plus que ceux realise par les instituts traditionnels.


      • Grimbert grimbert 24 novembre 2006 11:50

        « ultralibéralisme » : mort de rire ! Tous les candidats sont des ultraétatistes.


      • robin (---.---.231.136) 26 novembre 2006 21:15

        ROYAL !!!!!!


      • robin (---.---.231.136) 26 novembre 2006 21:18

        UN CAUCHEMAR AVEC ABSTENTION RECORD DONT MOI-MÉME.....lol


      • robin (---.---.231.136) 26 novembre 2006 21:23

        aucune valeur........ ! tous le monde n’a pas internet.........lol smiley


      • robin (---.---.231.136) 26 novembre 2006 21:24

        Lepenajouir ...........lol


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 novembre 2006 13:18

        «  »« Si ces résultats ne surprennent pas, ils permettent d’établir un thermomètre. Et la France a donc bien la fièvre, d’une maladie qui est une forme de dépression, avec une perte de confiance prononcée. »«  »

        Vous voulez dire que les ressorts sont usés ?

        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15779

        Adieu Big Bang

        Collapse national ?

        http://www.ublog.com/Fulcanelli/note/480


        • le sudiste (---.---.58.2) 24 novembre 2006 00:14

          Vu les conneries que j’ai lu de vous, je m’attends à tout... Mais ça m’inquiète cette histoire de thermomètre...


        • Fabiolo (---.---.104.2) 23 novembre 2006 13:19

          surtout que les probalités sont plus favorables à Bayrou que Besancenot.

          Maintenant dans uncas ou dans l’autre, il y a les législatives après, donc même dans le pire des cas où l’extrême gauche ou droite passerait, les français ne voteraient pas la même chose aux législatives, donc au final ce serait un gros bordel....


          • odlhp (---.---.63.162) 23 novembre 2006 14:06

            en 2002, Jacques Chirac est passé avec plus de 80% des voix et lors des législatives, les socialistes n’ont pas redressé la barre, en plafonnant à moins de 100 députés... Rien ne dit que si un des deux extremes est élu à la présidence, les législatives n’iront pas dans le meme sens...


          • René Job (---.---.131.104) 23 novembre 2006 23:37

            « en 2002, Jacques Chirac est passé avec plus de 80% »

            Un résultat étonnant, non ?

            Quel sondage l’a prédit ?

            Et le TCE. Avec une super campagne pour le OUI. Encore des prédictions fascinantes.

            Laissons les événements venir à nous. Il y a toujours des surprises. Les combinaisons sont nombreuses.


          • le sudiste (---.---.58.2) 24 novembre 2006 00:19

            Sur les chiffres de Chirac, vous oubliez un truc important. Au premier tour il avait quoi ? 18% ? Ca signifie aussi que 82% n’en voulaient pas. Président d’un peuple qui le rejette à 82%... Allez les bleus...


          • René Job (---.---.131.99) 24 novembre 2006 11:15

            @ le sudiste

            je suis d’accord avec vous sur le fond. Mais vous voyez, c’est la forme qui compte.

            Si tel n’était pas le cas : Chirac ne serait pas Président.

            Dans cette affaire, le problème essentiel, c’est la non reconnaissance du vote blanc. On est obligé de choisir une alternative sans issue.


          • robin (---.---.231.136) 26 novembre 2006 21:29

            non pas 82% .......lol 82-18=64 pour cent ne voulait pas de Jacquouille,si Sarcophage passe on va la regretter la fripouille................lol smiley


          • Internaute de passage (---.---.180.54) 23 novembre 2006 13:21

            Je vais certainement faire hurler dans les chaumières.

            En quoi un duel Le Pen / Antilibéral est-il une catastrophe ?

            C’était une question annexe, mais qui montre déjà où va votre préférence, et donc que vous n’êtes pas neutre sur le sujet. Manque d’objectivité.

            Et puis bien sûr se servir de l’outil des sondages, qui plus est, 5 mois à l’avance, pour construire un scénario de second tour, cela n’est pas le meilleur moyen pour regarder la situation objectivement.

            Enfin, cela occupe les pauvres hères de la société du commentaire dans laquelle nous pataugeons.


            • Fabiolo (---.---.104.2) 23 novembre 2006 13:49

              Tu me diras, je préfère un duel Lepen-Besancenot en sachant que j’irai voter sans conviction mais sans hésitation pour le second, à un duel Sarkozy-Lepen où là je serai emmerdé car je ne compte pas voter ni pour l’un ni pour l’autre....


            • Jaimz (---.---.101.8) 23 novembre 2006 16:17

              La seule chose qui est importante dans les sondages actuels c’est la persistance de personnes qui ne voteront pas (65% de la population) et la proportion de personnes qui feront un vote contestataire, donc probablement un vote déséquilibrant et non constructif.

              On voit que le problème de fond demeure : une majorité de la population est écoeurée.


            • le sudiste (---.---.58.2) 24 novembre 2006 01:44

              @ jai mz

              « la proportion de personnes qui feront un vote contestataire, donc probablement un vote déséquilibrant et non constructif. » Réfléchie simplement à une chose : pourquoi as-tu cela en tête ? Pourquoi un vote contestataire n’est-il pas constructif ? Cela déséquilibre qui ? Qui pense à ta place ? Qui t’empêche de réfléchir ? Qui te met des mots dans la bouche et des idées dans la tête ?

              Voilà. C’est ça les vraies questions. Toi tu vas donner ton avis pour notre avenir en votant, mais t’es-tu-posé les questions précédentes ? Non. Sinon, tu parlerais autrement.

              Penses à nous, nous qui te regardons, qui t’écoutons en sachant que tu es un pantin et que tu as le droit de donner ton avis sur l’avenir de tous. Tu comprends maintenant pourquoi c’est inquiétant la démocratie tel qu’on la pratique ?


            • Micxa (---.---.229.122) 23 novembre 2006 13:21

              2007 est une carotte vers laquelle tous les français regardent depuis 5ans.

              En 2008 ils regarderont vers 2012 et ainsi de suite.

              J’espèrait que ce genre de médias citoyen nous permettraient de nous donner les vrais clef de l’actualité et non pas de nous enfoncer dans ce genre de projections stériles.

              Les échéances éléctorales ont une dimension dramatique distrayante car elles génèrent des pronostics et tout le monde s’improvise analyste de la politique politicienne.

              La politique, elle, la vraie, « la gestion de la cité », de nos vies, bouge tous les jours à travers les lois votées, les actions associatives, les politiques des multinationales, l’Europe. Décryptons ensemble le monde d’aujourd’huis, en juin 2007, octobre 2008, septembre 2009, notre monde sera le même, avec les mêmes questions fondamentales toujours dans l’attentes de réponses. Des réponses bien éloignées de la politique politicienne, de la place dans les sondages, des rapports des forces au sein des partis, de la merdouille de comptoire.


              • le sudiste (---.---.58.2) 24 novembre 2006 02:00

                allez, on y va, on a pas peur de se faire des « ennemis » ! Ce genre de site est alimenté par les contributions de chacun. Tu aurais pu nous proposer des trucs, nous parler de tes idées fantastiques pour la création d’un nouveau monde, amener des idées ou de la réflexion... Mais relis-toi. Demandes-toi une seule chose : à quoi tu as servi ici ? Tu n’as pas compris le principe. On est d’accord ou non, peu importe, mais l’essentiel est d’amener quelque chose. Qu’as-tu amené ? Du politiquement correct, du « je m’engage pas », du « je ne suis pas content », du « ça pourrait être mieux »... Des mots inutiles, du RIEN. Tu n’amènes rien. Es-tu inutile pour autant ? Non.

                C’est un bel exemple pour les autres, ceux qui lisent. Le drame c’est qu’ils sont d’accord avec le RIEN. Ca, c’est fantastique... Ton commentaire est constructif ! Allez les bleus...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès