Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sondages : Opinionway et TNS Sofres se contredisent

Sondages : Opinionway et TNS Sofres se contredisent

Deux sondages de la semaine précédente nous apprenaient encore ce que nous, citoyens, pensions. Sauf que, à bien suivre ces 2 instituts Opinionway et TNS Sofres, nos 2 hémisphères cérébraux accuseraient un véritable conflit antagoniste. Quand le 1er juge que Sarkozy a été convaincant à 55%, le 2nd dit l’exact opposé. Osons à notre tour sonder ces sondeurs.

Suite à l’intervention télévisée du 27 octobre 2011 de Nicolas Sarkozy qui appliquait la "stratégie du choc" classique après la série d'épreuves traversée sur la Libye et la Grèce, les 2 instituts Opinionway et TNS Sofres avaient simultanément réalisé le même sondage sur la même population d’internautes le même jour du lendemain. L’occasion était bien trop tentante d’opérer une comparaison ne serait-ce que par simple curiosité intellectuelle.

 

Selon Opinionway

Son sondage était réalisé en partenariat avec Le Figaro sur les 58% de sondés ayant regardé l’émission et avait pour item :

« Vous avez suivi l’intervention de Nicolas Sarkozy. Au cours de cette intervention, avez-vous trouvé Nicolas Sarkozy convaincant ? »

Le résultat (aussi convenu que prévisible), de cet institut qui se fait dicter ses questions secrètement par les officines de l’Elysée, était le suivant (extrait de la page 5) :

Selon la marge de l’erreur tolérée sur un échantillon aléatoire de taille 581 (soit les 58% de téléspectateurs sur 1002 sondés), il y aurait 95% de chance que la part des personnes convaincues se situent réellement entre 51% et 59%.

 

Selon TNS Sofres

Son sondage était réalisé en partenariat avec Mediaprism pour l'émission CQFD de la chaine i>Télé et avait pour item :

« Lors de son intervention télévisée de ce soir, globalement diriez-vous que Nicolas Sarkozy a été tout à fait convaincant, plutôt, plutôt pas ou pas du tout convaincant ? »

Le résultat de cet institut est par contre totalement symétrique du celui de son con-frère (extrait de la page 4) :

Selon la marge de l’erreur tolérée sur un échantillon aléatoire de taille 1772, il y aurait 95% de chance que la part des personnes convaincues se situent réellement entre 42% et 46%.

 

En synthèse

Comme nous le voyons, ces résultats sont loin de se corroborer vu qu’ils présentent un écart de 11% de différence ainsi qu’un inversement de majorité. Avec un très large niveau de tolérance de 95% concédé, le résultat d’Opinionway pourrait être revu, dans le pire des cas, à la baisse jusqu’à 51% et celui de TNS Sofres pourrait être revu, dans le meilleur des cas, à la hausse jusqu’à 46%. Ce qui laisse, selon la rigueur statistique, subsister malgré tout un écart non négligeable de 5% rendant invraisemblable que ces 2 sondages puissent être réalisés correctement dans les conditions annoncées.

Il n’empêchera pas que le dispositif de propagande agisse efficacement pour diffuser en masse uniquement le sondage d’Opinionway en passant sous silence celui de TNS Sofres. D’ailleurs, c’est encore le vice-président d’Opinionway et enseignant à Sciences-po à Paris, Denis Pingaud, qui se fendait d’un billet pour justifier que les sondages sur la primaire du PS étaient conformes aux résultats. Nous pouvons deviner sa volonté à défendre son gagne-pain mais il se trouve que j’avais montré (le même jour) sur un billet que les résultats de ce Stradivarius des sondages par internet étaient totalement désaccordés aux résultats.

 

Mais avec cette présidentielle qui approche, nous pouvons gager que ces sondeurs persisteront dans leur mauvaise manie à s’introduire sans invitation dans notre pensée collective pour en dévoiler son contenu falsifié à coups de coefficients de redressement. Une fois que nous comprenons les effets de l’expérience d’Asch, nous mesurons alors toute la portée des résultats annoncés sur le formatage des esprits des pauvres gens qui ne sont pas outillés du filtre nécessaire pour y résister.

1/11/11,

Pascal CUXAC, Mathématicien,

(résumé extrait de mon prochain essai "Sur un décryptage")

 

Sources :


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 1er novembre 2011 10:52

    La solution n’est pas d’attendre 2012. Les principaux prétendants à la présidentielle sont d’accord pour revenir à un déficit de 3 % en 2013 et aucun ne défend ni le refus de payer la dette, ni un plan radical pour prendre sur les profits. Ce sera donc l’austérité contre les services publics et contre les classes populaires comme le font dès à présent les gouvernements socialistes en Grèce ou dans l’État espagnol.

    L’urgence est de prendre le mal à la racine, de remettre en cause radicalement le remboursement de la dette et l’austérité. Seul le rapport de force construit dans les luttes, dans les manifestations peuvent contraindre patrons et gouvernement à reculer.........

    http://2ccr.unblog.fr/2011/10/10/refusons-de-payer-leur-crise/


    • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 11:27

      Mon prochain billet sera consacré au déficit


    • Alpo47 Alpo47 1er novembre 2011 10:59

      Effectivement, manipuler un sondage a pour objectif d’inciter la partie la plus influençable d’entre nous d’aller « dans le sens du vent » .« Bon, la majorité dit »oui« , alors je dis »oui« également ».
      Nos dirigeants, et surtout leurs conseillers en communication, connaissent parfaitement les mécanismes d’influence des individus : Soumission et conformité au groupe.


      • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 11:29

        oui, la fameuse fabrique du consentement individuel face à la majorité (artificiellement créée)


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 1er novembre 2011 14:08

        @Alpo 47


         Soyons brefs, tout désormais s’accélère.


        Pierre JC Allard

        p.s : BHL est une ordure. Faites passer

      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 1er novembre 2011 11:21

        Ce qui est sûr ce matin c’est que les bourses dévissent de 10% et que Sarkozy, ex-sauveur autoproclamé de l’Europe et du Monde, est un incapable à 100%.

        « Panique : Les valeurs bancaires dévissent de plus de 10% » LaTribune.fr

        C’était bien la peine de faire le paon pendant deux heures à la télé jeudi dernier pour passer pour un âne le mardi. krach, boum, bling !

         smiley


        • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 11:30

          Ne nous réjouissons pas du chaos tant annoncé et souhaité par certains car personne ne peut réellement prédire qui en sera affecté et dans quelle proportion


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 1er novembre 2011 12:39

          Je connais déjà le nom de la première victime : Nicolas Sarkozy.


        • Defrance Defrance 1er novembre 2011 17:23

           et pour finir , ça fait Bling Bling ? 

            En fait je suis previsioniste sans le savoir : j’avais , des vendredi dernier ,  averti  mon épouse qui comme moi n’a rien a perdre ni en bourse ni en banque que la chute était pour le debut de la semaine suivante ! 

             En fait , mon raisonnement simpliste est devenu quasiment infaillible : Quand il y a une forte montée en fin de semaine , il y a automatiquement revente des l’ouverture car les voyous ne cherchent plus le gros gain une fois par mois ou par trimestre mais assurent avec quelques miettes, une ou deux fois par semaine ? 

           Les analystes allemands prévoient le grand boum dès le referendum et expliquent que dans les faits l’accord n’a pas pour but d’aider a renflouer la Grèce, mais a garantir seulement 50% de pertes aux banques qui n’en demandent pas moins ! 

            Le mois de Janvier va être TRES CHAUD ! 

           


        • Defrance Defrance 1er novembre 2011 17:44

           si les sondages internet étaient sur, le crac serait pour tout de suite :

          regardez sur la droite ? 

          Selon vous, que va devenir la Zone euro menacée par la crise de la dette (en Grèce, Italie, Espagne...) ?

           La Zone euro sortira renforcée de cette crise avec de vrais outils de gouvernance économique 9.5%

          La Zone euro survivra en faisant sortir les pays trop endettés 19.7%

          La Zone euro va disparaître 64.5%

          Sans opinion 6.2%

          2612 votes

            


        • Defrance Defrance 1er novembre 2011 18:16

           @ l’auteur , 

             Personne ne souhaite le chaos mais une chose est sur, on y va sans pouvoir réagir car ceux qui pourraient réagir sont incapables de prendre des décisions sérieuses , ils vont de plâtrage en replâtrage ?

            ps ils sont incapables essentiellement a cause de la corruption qui les a amener a prendre mauvaises décisions sur mauvaises décision et ce depuis Maastricht ! Le pompon fut Versailles et ses 55% de cocus ! 

            Seul Seguin avait vu juste, paix a son ame . 


        • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 18:35

          @ Defrance
          Ce que beaucoup ne comprennent pas encore, c’est que si les choses tournent mal, je crains que ce soit encore les petites gens qui vont le plus en baver. Le rapport aux banques avec les politiques est un peu plus complexe que le constat qu’on en dresse. Je ferais un billet sur le sujet d’ici quelques jours. Je vous prie de patienter.


        • non667 1er novembre 2011 21:05

          à peachy
          Je connais déjà le nom de la première victime : Nicolas Sarkozy.

          moi le bénéficiaire : hollande . smiley smiley
           2° victime  : la france  smiley smiley smiley smiley smiley


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 1er novembre 2011 21:37

          @ non667

          Attention, tu fais ton Sarkozy, là. Tu rends responsable ton successeur de tes propres erreurs.

           smiley


        • kalon 1er novembre 2011 22:34

          Faire sauter les banques est ce qu’il peut arrivé de mieux aux petites gens, crois moi !
          Il faut comprendre que les intérèts du pouvoir ont toujours été à l’opposé des intérèts du peuple ainsi, si le pouvoir défend, à ce point, les banques, et par déduction, c’est que l’intérèt réel du peuple est de les voir exploser !


        • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 22:59

          @ kalon
          Sais-tu seulement qu’en cas de pénurie/blocage de pétrole/essence, il ne faut pas plus de 3 jours pour que les rayons des supermarchés des citadins soient entièrement vidés ?

          As-tu déjà vécu une révolution populaire avec toute sa cohorte de biens pillés, des assassinats impunément, des violées, et toute la désorganisation qui s’en suit ?

          C’est bien facile d’être dans une colère de gens aisés devant son écran ; car quoi qu’on disent, la pauvreté en Europe avec notre système de sécurité sociale n’a rien à voir avec celle des favelas des pays du tiers monde.

          Qu’on se le dise...


        • Defrance Defrance 1er novembre 2011 23:45

              Raison de plus de faire comme moi : avoir un permis de chasse et des munitions ? 

             


        • Defrance Defrance 1er novembre 2011 23:48

          les petites gens qui ont un emprunt devraient dés demain aller demander 50% de reduction sur les en cours ? 


        • gaston gaston 6 novembre 2011 14:37

          Cher Amis vous avez raison , mais par contre cela ne doit surprendre personne car il faut bien savoir que sarkozy a aussi été un petit avocat d’affaire minable de seconde zone tout aussi incompétent qu’il l’a été dans sa carrière politique , ce qui est plus grave encore c’est que sarkozy oeuvre contre l’interet du peuple volontairement pour privilégier une poignée de Francais plein au as , rien que pour ce fait , il devrait être jugé par la justice du peuple ( pas celle à qui il donne des orientations ) pour haute trahisons et condamné comme il le mérite !


        • Fergus Fergus 1er novembre 2011 11:51

          Bonjour, Pascal.

          Quiconque est un tant soit peu objectif sait pertinemment à quoi s’attendre de la part d’Opinion Way qui roule, en effet, à 100 % pour l’Elysée.

          Malgré tous leurs défauts, et ils en ont, les autres instituts, qu’il s’agisse de l’IFOP, de TNS-Sofres ou de CSA, travaillent de manière nettement moins partisane.


          • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 18:41

            Il est clair qu’Opinionway est au service de Sarkozy depuis toujours. Même quand il lui est arrivé de sortir des sondages moins favorables, c’était toujours pour gagner de la crédibilité.

            Mais l’entente tacite entre les instituts crée une situation encore plus complexe.
            Mon livre sur le sujet est en cours de rédaction


          • Yvance77 1er novembre 2011 12:15

            Salut,

            Opinion-Way c’est à peu de choses près aussi crédible qu’Élisabeth Tessier, quand celle-ci prévoyait une année de monts et merveilles pour DSK.

            Opinion Way c’est surtout un certain Pierre Giacometti qui n’avait de cesse dans les « C dans l’air » préélectoral de 2007 de cirer les pompes et lécher le fion du futur monarque.

            Remarque, bien lui en a pris, car une fois créée sa société, il s’est vu confier par l’Élysée de toute une série de sondages pour les ans qui suivirent.

            Car pour finir, moi j’ai beau regarder autour de moi, et les 55 % de satisfait je les cherche, comme d’autres sont chercheurs d’or.


            • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 19:04

              Je n’ai pas l’impression que OpinionWay et Pierre Giacometti aient un lien direct ; cela dit, je suis bien prêt à accepter que c’est la même grande famille.

              Les 55% de satisfaits concernent uniquement la population d’internautes de ceux qui ont regardé Sarkozy ; cela veut dire qu’ils ont la télé, ils ont une connexion internet, s’intéressent à la politique, et supportent le supplice de le regarder.


            • Solero30 Solero30 1er novembre 2011 14:42

              Pour faire simple :
              55% de 12 millions…
              = 6 600 000 spectateurs (trices)

              6 600 000 spectateurs/(trices) par rapport à la population « française »

              ça représente : 11% de personnes convaincus smiley


              • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 19:11

                Il faudrait alors diviser les 6,6 mios par 45 mios d’inscrits (14,7%) ou par 50 mios de majeurs (13,2%)


              • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 19:20

                Au demeurant, ces 55% sont fournis par Opinionway et les 44% sont fournis par TNS Sofres. Il ne faudrait bien évidemment pas considérer par défaut que c’est le sondage d’Opinionway qui est valable.
                 smiley


              • goc goc 1er novembre 2011 14:59

                le problème du sondage c’est qu’il n’est basé que sur 58% des personnes ayant regardé la tv, or on peut légitimement penser que les 42% qui n’ont pas regardé, sont convaincus de l’incapacité du nain à résoudre la crise et donc n’ont pas vu l’intérêt de regarder cette émission de propagande (moi le premier)

                donc un sondage qui ne concernerait que la moitié la plus « convaincu » ou la plus « a convaincre » de la population ne peut être que nul, autant ne faire des sondages que parmi les militants UMP, ça revient presque au même


                • LE CHAT LE CHAT 1er novembre 2011 18:32

                  ben oui ! je préfère nettement regarder Raymond et Hugette que le nain et ses deux lèche boules !


                • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 19:18

                  @ goc
                  Oui, mais il faut encore tenir compte que cela ne concerne que 70% de la population disposant d’une connexion internet.


                • Gérard Dahan Gérard Dahan 1er novembre 2011 15:04

                  Vous avez raison de souligner l’importance de l’écart entre les 2 sondages.

                  Cependant, il existe quelques différences techniques que vous ne relevez pas.

                  1. D’une part, il existe une différence non négligeable de formulation qui peut passer inaperçue :
                  Le sondage Sofres (et merci d’avoir mis les références) demande :
                  « Lors de son intervention télévisée de ce soir, globalement diriez-vous que Nicolas Sarkozy a été tout à fait convaincant, plutôt, plutôt pas ou pas du tout convaincant ? »
                  Ici, le mot important est « globalement ». Ce qui signifie qu’on demande aux personnes interrogées une synthèse sur l’intervention.

                  En revanche, le sondage Opinionway demande :
                   « Vous avez suivi l’intervention de Nicolas Sarkozy, au cours de cette intervention, avez-vous trouvé Nicolas Sarkozy convaincant ? »
                  Ce qui peut se comprendre de la façon suivante : pendant l’intervention, y a t’il eu des moments où Nicolas Sarkozy a été convaincant ?.
                  Les mots importants sont ici : « au cours de l’intervention » (et non pas « sur l’ensemble de l’intervention »). On peut très bien considérer que Sarkozy a été convaincant sur tel sujet et pas sur tel autre, à tel moment, mais pas à tel autre. Donc « au cours de l’intervention » oui, il a été convaincant... mais pas toujours.

                  Dans la formulation des questions d’un sondage, tous les mots comptent, et une toute petite différence peut générer des variations majeures de résultat.
                  Si on avait voulu maximiser le nombre de répondants trouvant l’intervention convaincante, on ne s’y serait pas pris autrement.

                  2. Vous avez bien calculé l’intervalle de confiance sur le sondage Opinionway qui précise la base de référence (c’est-à-dire, les personnes qui ont vu l’émission et qui peuvent répondre), qui est bien de ± 4,1% sur 581 répondants.
                  En revanche, la Sofrès-Mediaprism (et c’est une faute professionnelle) ne publie pas la base de référence sur cette question (les personnes qui ont vu l’émission et qui ont répondu à la question), il est donc impossible de calculer, sur cette question, l’intervalle de confiance.

                  3. Enfin vous avez raison d’émettre des doutes sur la fiabilité des « sondages internet ».


                  • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 21:14

                    Merci pour votre critique motivée. Je vous répondrais :

                    1/ Par honnêteté intellectuelle, j’ai reporté la formulation exacte afin de laisser le lecteur juger de la nuance. D’ailleurs, c’est l’argument de défense classique des sondeurs pour justifier des écarts conséquents. Mais, je suis d’avis que le sondé ne soit pas sensible à une telle nuance pour plusieurs raisons :

                     1a. Si nous prenions le cas où Sarkozy ait abordé 3 thèmes et si nous supposons que le sondé ait trouvé Sarkozy convaincant sur un seul de ces 3 thèmes. Donc, pour la variante TNS Sofres, le sondé répondrait à la négative. Mais pour la variante Opinionway, le sondé serait de fortement influencé par la majorité des 2 réponses non convaincantes. Et s’il advenait que le thème de cette question convaincante soit très important/primordial/capital pour le sondé, il aurait aussi pu répondu à l’affirmative pour sur le sondage TNS Sofres. C’est toute la complexité des sondages d’opinions.

                     1b. De surcroit, la formulation « au cours de l’intervention » n’est pas vraiment à prendre au sens strict mais plutôt au sens large dans le strict cadre de l’intervention ; car Opinionway veut éviter que le sondé ne se prononce de manière générale sur l’action de Sarkozy en dehors de cette intervention.

                    2/ Oui, j’ai tenu à recalculer plus précisément les marges d’erreur en évitant leurs indications grossières. Si l’échantillon de taille 1772 de TNS Sofres n’était pas limité aux seuls répondants, ce serait trompeur pour le client et le lecteur lambda. Mais malgré tout, nous pourrions supposer qu’une partie seulement de cet échantillon soit concernée. Mais dans ce cas, nous pourrions aussi nous dispenser d’utiliser à titre indicatif la part de 58% de téléspectateurs fournie par Opinionway. Mais alors, il faudrait que l’échantillon de TNS Sofres se réduise à moins de 193 personnes (soit 11,9%) ayant regardé l’intervention de Sarkozy pour que la borne supérieure de la mesure de TNS Sofres coïncide avec la borne inférieure d’Opinionway (51%) ; ce qui serait bien trop peu vu qu’il est annoncé que l’émission avait néanmoins recueilli 12 millions de téléspectateurs.

                    3/ oui, je me limite à émettre des doutes sur la plausibilité que ces 2 sondages puissent être réalisés correctement ; tout en sachant aussi qu’il y a bien d’autres points litigieux que je n’ai pas eu à aborder sur ce billet.


                  • Thucydide Thucydide 4 novembre 2011 09:14

                    Votre critique est tout à fait remarquable de précision, elle reflète un gros travail d’analyse détaillée et une parfaite connaissance des subtilités de la langue française.
                    Mais, voyez-vous, il se trouve que ces sondages n’ont pas été réalisés à l’occasion d’un colloque de sémanticiens à la Sorbonne.

                    En tant que sondagier, vous n’êtes pas sans savoir que les personnes interrogées n’ont pas pris le temps de se construire une dissertation sur le texte même de la question, avant d’y répondre.
                    Ils se contentent de faire ce que vous, moi.. aurions fait : répondre à la question telle qu’ils l’ont perçue et comprise dans l’instant.
                    A savoir et d’une façon triviale :
                    Hier soir, à la télévision : Sarkozy vous a-t-il convaincu ?

                    Et comme vous (les sondages) n’enregistrez les réponses que par Oui, Non, ou Je m’en fous, il n’y a place a posteriori pour aucune des considérations linguistiques dont vous faites état.

                    Sur les sondages Internet, il n’y a pas débat, le consensus se résumant à l’unanimité. Mais c’es sympathique, ça défoule.


                  • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 4 novembre 2011 14:39

                    @ Thucydide
                    Nous sommes d’accord


                  • Defrance Defrance 1er novembre 2011 17:38

                     Opinion way si mon vocabulaire yankee est encore a jour ça veut dire quelque chose comme le Voie , le guide, la direction de l’opinion, par conséquent tout est normal ?

                     Si c’etait Opinionsense on pourrait s’inquiéter ! 

                     Opinion !! est un membre de cette association de malfaiteur, créée comme par hasard en 1948 et basée en Hollande !


                    • Thucydide Thucydide 1er novembre 2011 18:21

                      @ l’auteur


                      Excellente analyse, qui met une fois de plus le doigt sur l’absurdité des protocoles sondagiers.
                      Déjà, concernant le nombre d’items récoltés et traités, on se demande comment des échantillons chiffrés en centaines d’individus peuvent significativement représenter une population de quelques dizaines de millions d’électeurs...
                      Ceci explique sans doute cela : les tripatouillages doivent abonder tout au long du protocole.

                      J’en profite pour vous féliciter de votre excellente démontage du « complot 911 » , à partir de la répartition étrangement exceptionnelle des documents et bagages identifiés.
                      Une approche originale qui illustre bien que comme la philosophie, les mathématiques servent utilement à tout.
                       smiley

                      • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 21:20

                        Merci, je penserais d’ailleurs à republier tout prochainement ce billet du complot du « 11 septembre » sur ce site (peut-être bien pour le 11.11.11 ?)


                      • Lorelei Lorelei 1er novembre 2011 18:38

                        les sondages ne sont rien d’autre pour la majorité qu’un moyen de manipulation mentale


                        • Pascal CUXAC Pascal CUXAC 1er novembre 2011 21:24

                          il faudrait peut-être préciser « majorité gouvernementale » (ou « élite »), vu qu’elle est minoritaire en nombre minoritaire dans la population.


                        • Thucydide Thucydide 4 novembre 2011 08:37

                          Connaissez-vous cette définition : Les statistiques sont la forme la plus élaborée du mensonge  ?.

                          A laquelle et pour vous rejoindre on pourrait ajouter que : L’autorité politique est la forme la plus élaborée du parasitisme social...

                           smiley


                        • alphapolaris alphapolaris 2 novembre 2011 08:39

                          Le problème avec les sondages, c’est qu’ils ressemblent furieusement à de la démocratie et à un vote puisque d’une part, ils montrent (soi disant) la volonté du peuple, et que d’autre part, on doit suivre et respecter la volonté du plus grand nombre.

                          Mais l’arnaque est qu’ils n’offrent aucune garantie d’un vote républicain : questions biaisées, corrections opaques, clients non neutres... Sarkozy l’a bien compris en les faisant financer par l’état pour publication dans le Figaro.

                          Les sondages ne sont rien d’autre que de la démocratie frelatée.

                          Pour ces raisons, je suis pour l’extension de l’anonymat du vote à l’interdiction de donner ses idées politiques à des fins de sondages.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès