Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sondages présidentielles 2012 : pourquoi tant de mystère et d’opacité (...)

Sondages présidentielles 2012 : pourquoi tant de mystère et d’opacité autour de la Commission des sondages ?

Censée veiller à la déontologie des enquêtes politiques, la Commission des sondages se révèle dans la pratique très compréhensive vis-à-vis des instituts et très peu communicante vis-à-vis des citoyens. Mais à quoi sert donc la Commission des sondages ?

Quelque part dans une aile du Palais Royal siège la « police des sondages », une des plus anciennes et des plus discrètes autorités administratives indépendantes. Aucun Français n’a jamais entendu parlé de son responsable. Nul ne sait exactement quand ses réunions se tiennent, ni même ce qui s’y dit. Pas l’ombre d’un numéro indigo ou d’un formulaire de réclamation en ligne, ni de liste des questions les plus fréquemment posées. Pas de newsletter et encore moins de flux RSS. De là à dire que la Commission des sondages ne fait rien pour être contactée facilement il n’y a qu’un pas.

Pourquoi tant de mystère et d’opacité ? La Commission, même si elle assume de grandes responsabilités, demeure une petite institution. Quasiment pas de budget, des fonctionnaires mis à disposition en plus des locaux grâcieusement prêtés par le Conseil d’Etat. Et surtout, un petit cénacle constitué de 11 membres dont deux seulement sont des experts des sondages. Certes, la Commission peut faire appel à des experts vacataires. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne fait pas preuve de sévérité à l’égard des instituts qu’elle est censée contrôler.

Alors qu’elle peut sanctionner les dérives, elle ne s’y risque pas souvent. 11 mises au points pour les présidentielles de 1995, 2 pour celles de 2002, autant pour celle de 2007 et rien depuis alors que les sondages sur les présidentielles ont repris de plus belle l’année dernière. A croire que les sondages sont devenus irréprochables ! Pourtant il n’y a jamais eu autant de polémiques sur les méthodes utilisées depuis très longtemps. Il est vrai qu’à lire son site internet, la Commission ne voit pas de raisons d’appliquer des sanctions. Comment expliquer un tel décalage ?

Officiellement elle affirme vouloir utiliser avec prudence les pouvoirs de sanction dont elle dispose. Ce que la Commission justifie sur son site par une phrase dont on appréciera à sa juste mesure la formulation alambiquée : « […] dans le milieu relativement restreint des organismes de sondages, des mises en garde répétées à l'encontre de l'un d'entre eux auraient incontestablement pour effet d'en ternir l'image, y compris dans d'autres domaines que celui de la politique […] ».

La Commission serait-elle un univers fonctionnant totalement en vase clos ? Pas complètement. Depuis 2002, tout citoyen peut demander à consulter des informations communiquées par les instituts à la Commission des sondages mais qui sont rarement publiés : le texte intégral des questions posées dans le cadre de l’enquête et le taux de non réponse à chaque question. Visiblement, la Commission n’est pas assaillie de demandes. D’après son site internet, elle ne reçoit en moyenne que 2 à 3 sollicitations par élection.

Normal, pour se procurer les notices, le site nous informe qu’il faut faire une démarche, venir sur place et prendre des notes ! Tout ça sent le renfermé. A défaut d’y avoir jamais mis les pieds, on s’imagine des bureaux avec un parquet qui grince, des classeurs empilés, de la poussière et une horloge qui rythme les heures. Il est grand temps de donner un coup de jeune à cette institution qui paraît dater d’un autre âge.

A l’heure d’internet et du web 2.0, il serait quand même plus simple que la Commission publie sur son site les méthodes utilisées par les instituts. Cette mesure de transparence lèverait le soupçon qui pèse aujourd’hui sur les sondages et sur la Commission en charge de les surveiller. Cela éviterait aussi que la moindre déclaration des membres de la Commission soit interprétée comme le signe d’une connivence avec les instituts de sondage.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • le journal de personne le journal de personne 17 mars 2011 08:01

    Les enfumées

    Êtes-vous pour ou contre qu’on vous prenne pour un con ?
    Le sondage, ce n’est pas une opinion qu’on fige, mais une escroquerie de haute voltige,
    qui se substitue à moi pour élire, compter et opiner…
    Je préfère encore me shooter à l’héro matin, midi et soir, avorter ce que je devrais enfanter,
    renoncer à ma féminité que d’avoir l’illusion de penser quelque chose que je n’aurais jamais pensé,
    de choisir quelqu’un que je n’aurais jamais choisi, de vivre une vie que je n’aurais jamais vécue…
    Je préfère encore y laisser ma peau plutôt que de répondre à la requête d’un collabo.
    Si le pouvoir avait le pouvoir... Il interdirait tout sondage d’opinion !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/enfumees/


      • patdu49 patdu49 17 mars 2011 11:57

        désolé l’article a tenu 1 heure avant d’etre censuré ...

        c’etait humoristique en rapport avec mon sondage :

        http://www.lepost.fr/sondage/2011/03/16/2436073_elections-2012-si-vous-aviez-a-choisir-entre-ces-partis-ou-rapprochements-lequel-prefereriez-vous_1_0_1.html

        ou j’annonçais qu’en voyant les résultats il avait avalé de travers et eu une petite quinte de toux sans incidence ... smiley ... 


      • patdu49 patdu49 17 mars 2011 12:17

        la censure dépasse même ce que j’imaginais ..

        dans un forum ou je parlais donc de la censure, de mon article, le sujet a été supprimé également !!

        ça commençait à faire le buzz, et comme mon sondage dérange, et pas que l’UMP , mais aussi le PS ... je me demande même si il va faire long feu également ...


      • patdu49 patdu49 17 mars 2011 12:43

        comme je suis un peu tétu de nature et anti-censure, j’ai refais mon article teinté d’humour :

        http://bellaciao.org/fr/spip.php?article114950


      • Gaucha 17 mars 2011 10:58

        Si la Commission des sondages et les instituts de sondage sont de mèche, alors à quoi ça sert que le contribuable paye pour cet organe de contrôle ?? Et puis comme ce sont nos impôts qui payent ces commissions, ce serait quand même normal que les citoyens soient vraiment pris en considération !!! Je suis d’accord avec l’auteur, ça ne peut plus durer comme ça : le service public doit être au service du public et pas seulement au service des instituts de sondage !!


        • freespirit freespirit 17 mars 2011 11:39

          C’est un scandale ! Ce pays a impérativement besoin de faire sa révolution démocratique...Jamais une telle situation ne serait tolérée chez nos voisins...

          Les politiques critiquent la dictature de la transparence ? Moi je critique la dictature de l’opacité !

          Une commission au fonctionnement opaque ne remplacera jamais l’oeil critique du citoyen ou du journaliste !!! Scandale du médiator, sondages idiots, il leur faut quoi pour comprendre qu’officines et intéret général ne font pas bon ménage ?


          • terreetciel terreetciel 17 mars 2011 18:06

            Les méthodes des instituts ont été élaborées à grand frais au fil du temps, c’est un savoir faire qu’ils ne vont pas livrer à leurs concurrents.
            Cela dit personne n’est obligé d’être influencé par les sondages


            • JamesD 17 mars 2011 20:00

              C’est scandaleux ! Mais que fait l’Etat ? Les instituts de sondages nous cuisinent les résultats à leur sauce sans aucun réel contrôle. C’est inadmissible !!!


              • spartacus spartacus 20 mars 2011 10:32

                C’est une « commission ». 

                L’objectif d’une commission c’est de placer des copains, payés à pas grand chose avec un simulacre de légalité.

                Faut pas aller plus loin elle ne sert à rien comme 80% d’entre elles ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès