Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > SOS sécheresse !

SOS sécheresse !

Le spectre de 1976 hante les esprits. Personne ne peut cependant prédire jusqu'où ira la comparaison avec 2011. Une chose est sûre, cependant : la remise en cause du productivisme agricole subventionné passera à l'as. Tout comme la mise en garde vis-à-vis de deux vraies menaces : les pluies orageuses en zones urbaines et les incendies...

Les archives de la télévision suisse romande étant disponibles en intégralité, j’ai ainsi visionné le documentaire ‘Horizons’ de la TSR datant d’octobre 1976. Il fait le bilan de l’année agricole, en précisant dès le départ que la Suisse n’a pas subi les mêmes pénuries que la France. Les premières images ont été tournées depuis un avion. Celui-ci se dirige vers le Jura vaudois, quitte des paysages verdoyants, puis traverse une nature marquée, des champs encore brûlés à l’automne. Le commentaire ‘off’ présente les faits en évitant la dramatisation. Le but est de dresser un double constat : les pertes, et l’ampleur des aides.

A l’origine, la météo insolite explique le déficit annuel de l’année 1976. Il n’a pas plu pendant sept mois. L’anticyclone des Açores a empêché le passage de perturbations nuageuses sur l’Europe occidentale, se positionnant beaucoup plus au nord-est et avec une stabilité inhabituelle. L’expert interrogé montre que les moyennes cachent de surcroît une absence de répartition des précipitations : les orages intermittents ont artificiellement ‘poussé’ les totaux pluviométriques, mais ont provoqué des ruissellements, sans apports durables pour les sols et les nappes. Pour retrouver un précédent à l’année 1976 il fallait remonter à 1870. Les foins d’altitude ont été coupés, et toutes les ressources en eau mises à contribution. L’armée et les pompiers suisses ont largement participé aux opérations visant à limiter les dégâts dans les exploitations.

Tous les producteurs ont subi l’aléa climatique, le reportage insistant sur l’impact du déficit en eau sur le gabarit des pommes de terre ou des betteraves et sur les fourrages. Le fonctionnaire interrogé sur la baisse de productivité montre que les agriculteurs n’ont pas fait face aux mêmes difficultés. Sur sols calcaires ou dans des fonds de vallées humides, la sécheresse n’a pas eu le même effet. Pour compenser les abattages de têtes de bétail (25.000 ?), la Confédération a versé des indemnités calculées au plus près des besoins. La commune et le canton ont visé les dossiers avant transmission à Berne ; aidant financièrement les agriculteurs, aux côtés des instances confédérales, l’échelon local a cherché à dissuader les éventuels profiteurs. Jusqu’à 25 % de pertes de rendement, aucune somme n’est prévue. En outre, si l’agriculteur a des vignes, un verger, ou s’il a vendu des volailles, ses bénéfices éventuels limitent ses droits à indemnités.

Il serait injuste de mettre en parallèle les archives de l’INA (ici ou ) sans mise en garde préalable. Le documentaire suisse traite de la sécheresse une fois celle-ci terminée. Les reportages français traitent de l’événement, au moment où l’eau fait défaut. Il n’empêche que le catastrophisme semble alors de mise en France. Un représentant du monde agricole résume toutes les difficultés des producteurs, et pleure sur les revenus en baisse. Les appels à l’aide débouchent finalement sur une réponse des pouvoirs publics du même acabit : mobilisation de tous les moyens - y compris militaires - et recours à des aides sans distinction des zones et des activités. Trente-cinq ans après 1976, l’arrêt des subventions tous azimuts n’est pas à l’ordre du jour. A ce titre, cette conférence d’octobre 2007 donnée à Vittel par un directeur de recherche à l’Inra sur le thème ‘agriculture et sécheresse’ a attiré mon attention.

Bernard Itier lie la question traitée avec le contexte météorologique, et plus précisément l’accélération du réchauffement climatique. Dès le départ, l’intervenant met de côté une proportion essentielle, celle des agriculteurs dans la consommation d’eau d’une région (en moyenne, les deux tiers). Les choses devraient à ce titre apparaître simplement, avec une régulation par les prix. L’agriculture capte la ressource en eau ? Quoi de plus logique. Bernard Itier distingue d’abord sécheresse et aridité, puis agriculture pluviale et agriculture irriguée. Au tiers de l’exposé, j’entends bien cette recommandation : « Faire des choix de cultures en fonction du potentiel (eaux, sols, etc…) » Mais le directeur enchaîne sur la périodicité des ‘trous’ pluviométriques dans les trente ou soixante dernières années. Et s’égare sur les chemins de traverse du dérèglement climatique, sans mention de l’élevage hors-sol qui a parié sur la restriction des surfaces en herbes dans les exploitations, ou sur la migration du maïs et du blé dans des régions au départ peu propices [’Une poignée de noix fraîches‘]. Bernard Itier en arrive enfin aux réponses possibles.

Les plus réticents au développement de la recherche sur les OGM apprécieront la première piste, intitulée ‘recherche génétique’. L’intervenant ne lâche aucun mot fâcheux. Pour lui, les agriculteurs doivent choisir entre trois stratégies appelées ‘esquive’ (planter tôt dans l’année des variétés à croissance rapide), ‘évitement’ (diminuer les feuilles et développer les racines), et ‘tolérance’. Par cette dernière, il sous-entend la mise en culture de nouvelles variétés. Si l’on suit Bernard Itier, il n’existe aucun obstacle au développement de l’irrigation dans un pays bénéficiant d’une pluviométrie moyenne de 1.000 mm par an. La ‘barre’ qu’il choisit correspond malheureusement à une moyenne valable en zone montagneuse (Massif Central, Pyrénées, Alpes) ou collinéenne : la plupart des cours d’eau importants du grand Ouest prennent ainsi leurs sources aux confins du bassin parisien et du massif armoricain (Perche, Alpes mancelles, etc.). Mais la France est un pays de plaines et de plateaux, dans laquelle les pics pluviométriques évoqués sont rares ; la moyenne pluviométrique nationale se situe autour de 800 mm, comme l’illustre la carte en incrustation : les zones en rouge reçoivent plus de 1.000 mm (alerte-météo).

L’intervenant s’escrime ensuite à démontrer la supériorité de l’agriculture irriguée en matière d’exploitation de la ressource : libre à lui. Je note qu’à aucun moment il n’introduit la dimension du prix. Deux questions restent en suspens. Jusqu’à quel point l’agriculteur paie son eau ? Et l’agriculteur qui prend des risques en saison normale - avec maximisation des bénéfices - ne compte-t-il pas sur l’Etat en cas de sécheresse pour minimiser ses pertes ? Dans sa conclusion, on ne peut que louer la sagesse de Bernard Itier. Il plaide à l’échelle des bassins-versants pour la coordination de l’agriculture pluviale avec l’agriculture irriguée, ainsi que pour l’abandon de la monoculture. Mais en cas d’épisode sec ‘type 1976′, les agriculteurs piégés par l’irrigation ou l’élevage hors-sol quémanderont des aides d’autant plus exceptionnelles que les risques pris ont considérablement augmenté en trois décennies.

Mais je crains bien davantage deux conséquences de la sécheresse extérieures au monde agricole, tout en déplorant le silence des autorités et plus encore des médias sur cette double menace de l’inondation orageuse et de l’incendie. A l’issue d’un printemps 2011 exceptionnellement dépourvu de pluies, la France est entrée dans une période périlleuse. Rien n’est bien sûr écrit à l’avance, et les précipitations de juin - juillet - août pourront combler le déficit de mars - avril -mai. On l’a toutefois noté à propos du précédent historique : les longues périodes de sécheresse se concluent généralement par des orages brusques qui en zones urbaines se terminent par de forts ruissellements qui envahissent tous les points bas et font déborder les cours d’eaux en quelques heures (juillet 2010 à Mantes-la-Jolie). Toutes les agglomérations françaises présentent une évidente fragilité, à commencer par la capitale et ses multiples réseaux souterrains.

Concernant les incendies, la progression en surface de la forêt française dans les dernières décennies incite à elle seule à considérer la menace comme extrêmement sérieuse [’Klaus a tempêté‘]. Mais tout va bien ! Google ne relève depuis le début du printemps que des articles traitant de la menace… En Suisse ! Le 18 avril, ‘TSR Info‘ parle d’état d’alerte dans toute la Suisse. RSR.ch relie le 25 avril la sécheresse au risque d’incendie. En mai, ‘Romandie-News‘ montre que les données du problème demeurent. En France, rien ou presque ne laisse deviner le caractère exceptionnel du contexte météo. France 3 fait le minimum. Le journaliste interroge d’une part un pompier - tout est sous contrôle - et conseille d’autre part de ne pas mettre le feu avec un mégot : infantilisme et verbiage. Quant aux pyromanes, ils ne vont pas tarder à accaparer les ‘unes’. On glosera aussi sur les pompiers héroïques pour ne pas épiloguer sur l’attentisme qui a précédé.

Faut-il revenir sur les déficiences en effectifs et en matériels des forces armées ? A chaque risque naturel, j’y reviens. Les incendies californiens renseignent sur l’ampleur du danger dans un grand pays développé : [’California nightmare‘] : S.O.S. sécheresse !

PS./ Geographedumonde sur l’agriculture : Cochon qui rit, Je ne sais de quoi nos enfants nous accuseront, Les villes boulimiques se nourrissent des campagnes anorexiques, D’un Bush à l’autre (des échanges de matières premières agricoles - légales ou illégales - en Amérique du Nord depuis l’ouverture de l’Alena), La vie du Malawi (suite) : d’un siphonage à un captage. (climatologie et agriculture), Ne pas confondre panade et tortilla (de la crise du maïs au Mexique)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Gargantua 19 mai 2011 12:32

    Grâce à la sécheresse, le mythe du tout nucléaire va être ébranler ? 


    • idky idky 19 mai 2011 13:23

      « Grâce à la sécheresse,... »

      Avant d’ébranler quoique ce soit, on va peut-être d’abord se retrouver avec un gros
      nuage radioactif au dessus de chaque centrale en manque d’eau !!


    • Bruno de Larivière Bruno de Larivière 19 mai 2011 13:43

      Sans prétendre convaincre qui que ce soit sur la question du nucléaire... Il me semble que le risque est réel mais il est pris en compte par l’opérateur. Au contraire des ruissellements orageux et des incendies évoqués plus haut.


      • Laratapinhata 20 mai 2011 09:11

        Alors là, on rigole.... on sait à quoi s’en tenir sur les risques pris en compte...à huis-clôs... sans contradiction d’experts indépendants.

        En tout cas la population aurait son mot à dire, parce que les risques « acceptables » par les technocrates, sont en général totalement désavoués par les citoyens..


      • gaijin gaijin 19 mai 2011 18:14

        larivière
        faire un article sur la sécheresse : il fallait oser !
        (désolé je sort )


        • Crevette Crevette 19 mai 2011 22:55

          Ici en Finistère, Pays Bigouden, il a plu une nuit depuis mi mars. Soulage, mais largement insuffisant.
          Inimaginable mais réel au Pays de la Pluie

          Certains disent que cela va durer jusqu’à juillet.
          Certains centres équestres (qui ont de la terre légère) commencent à acheter du foin parce que l’herbe ne pousse plus.

          Le maïs non plus.
          En avril, il faisait courrament 25°. Aujourd’hui, 27°.

          Je viens de planter 3ha de verger diversifié cet hiver. (bio extensif orienté agroforesterie)
          Les fruitiers souffrent, parce qu’ils ont encore peu de racines. Même si j’ai la chance d’avoir une terre argileuse, j’arrose. Sous peine de perdre un verger prévu pour produire 40 ans...
          LA question est jusqu’à quand ?


          • JMK66 JMK66 22 mai 2011 09:45

            Salut Crevette,

            Merci pour ton témoignage.

            Je suis également agriculteur (vigneron) dans une région naturellement aride.

            Je suis sensibilisé et attentif aux risques de sécheresses et compatie à ton malheur.

            J’avais 4 ans en 1976 donc je ne me souviens de rien sur cette sécheresse.

            Toutefois dans ma région d’année en année nous avons de moins en moins d’eau.

            Paradoxalement en 2011 nous en avons eu plus que les zones sinistrées.

            Etant souvent dehors, je scrute le ciel et les jours sans vent, j’aperçois une multitude d’avion larguant leur chemtrails.

            Les bidasses qui participent au projet HAARP se ventent de pouvoir contrôler le temps. L’agriculture et l’alimentation sont nécessaires pour l’équilibre d’un pays.

            Le déséquilibre affaiblit la nation en la rendant dépendante des autres.

            Bienvenue dans le Nouvel Ordre Mondial ou le Mondialisme pervers.

            Je te souhaite courage et persévérance dans ta louable activité.

            Paix sur Toi.    


          • JL JL 22 mai 2011 09:57

            JMK66, vous écrivez : « Les bidasses qui participent au projet HAARP se vantent de pouvoir contrôler le temps. »

            Vous pourriez nous en dire plus sur ce que ces « bidasses » ont dit ?

            nb. sauf erreur, bidasses, biffins, ces termes désignent des soldat d’infanterie.


          • Crevette Crevette 19 mai 2011 23:30

            Salut Orion.

            Depuis que je suis né (peu avant 76) je n’ai jamais vu ça.
            Même quand les hirondelles volent bas, il ne pleut pas ;-(

            Une seule chose à faire pour tout le monde : patienter, et tenir.


            • gaijin gaijin 20 mai 2011 09:13

              tremblements de terre
              tornades
              sécheresse
              sans vouloir faire dans le catastrophisme tout se passe comme si la nature avait envie de nous rappeler la fragilité de nos constructions
              ensuite on aura inondations volcans
              notre prétention a dominer le monde et a maitriser la nature va en prendre un coup


              • chria chria 20 mai 2011 10:33

                Gaijin, pour ces conclusions d’illuminés, là oui vous pouvez sortir. La nature n’a envie de rien, ce n’est pas un dieu, ni une personne. C’est plutôt la connerie humaine qui nous revient en pleine gueule. De plus, d’un point de vue statistique, il n’y a pas plus de phénomènes naturels qu’avant. Tout cela est très relatif, dépend du degré d’humanisation de la planète, et de vos perceptions, etc. La catastrophe n’existe pas si vous n’êtes pas là.

                Si l’homme cherche à « contrôler » la nature, C’est pour éviter de souffrir. Car, et oui, on l’a oublié dans nos sociétés surprotégées et consuméristes/utilitéiste, la nature fait mal, elle fait souffrir, elle nous ramène à notre propre condition animale et à notre mortalité.
                Protéger l’environnement c’est se protéger soi-même. Le culte de la Nature n’est qu’une religion de plus, une illusion qui ne sert pas l’homme ni son environnement.
                L’auteur, géographe, doit en savoir quelque chose : la géographie, c’est l’étude des relations entre l’homme et son milieu. Les deux sont indivisibles, car faisant parti du même système.
                Bref, la nature, c’est nous.


              • JMK66 JMK66 22 mai 2011 09:41

                Salut Bruno,

                Merci pour ton article qui participe à la diversité de l’info.

                Paix sur Toi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès