Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Soutenir le projet de la 6 ème République

Soutenir le projet de la 6 ème République

Pour changer la France, il faut tourner une page de l'Histoire, et regarder l'avenir.

Cet avenir, c'est la 6 ème République, celle qui restituera le pouvoir à tous les citoyens.

Nombreux sont les citoyens qui l'ont compris, et spécialement des personnalités venues de tous les horizons de notre société.

A l'heure d'aujourd'hui, plus rien ne pas plus sous la Vème République : la France est devenue le pays du laxisme et de la corruption. Il faut changer radicalement de politique, et je ne me lasse pas de le répéter depuis plusieurs années. Déjà, sous la présidence de Sarkozy, je m'indignais des injustices sociales et des dérives économiques qui ont conduit peu à peu la France à la dérive. L'arrivée de François Hollande n'a fait qu'aggraver la situation de la Nation, aujourd'hui plongée dans le désastre et au bord de la faillite.

Nous, citoyens, nous ne pouvons plus tolérer que la France s'effondre dans le gouffre du désespoir et avec elle, les espérances de nos enfants, comme celles de toutes les générations futures. Il n'existe donc plus de solutions alternatives.

Dès maintenant, un programme de reconquête de la démocratie doit s'établir de la façon suivante :

a) arrêt rapide des incohérences politiques dues à un gouvernement en état d'incapacité de réformer le Pays.

b) demande de démission de ceux et celles qui sont censés gérer la Nation.

c) élection d'une assemblée constituante qui fondera avec les citoyens de tous bords une nouvelle république, c'est-à-dire un nouveau régime républicain populaire, à savoir la 6ème République.

Cette République se débarrassera de la monarchie présidentielle actuellement existante.

A l'heure d'aujourd'hui, je suis entièrement satisfait de savoir que de nombreux citoyens se mobilisent autour du rassemblement "Mouvement pour la Sixième République" dans lequel manifestent de nombreuses personnalités venues du monde intellectuel ou culturel, ainsi que des militants politiques, syndicaux ou associatifs : Christophe Alévêque, Paul Ariès, Laurent Binet, Yannick Bosc, Michel Butel, Gérald Dahan, Pascale Fautrier, Jean Gadrey, Jacques Généreux, Robert Guédiguian, Emmanuel Poilane, Didier Porte, Sophie de la Rochefoucauld, Catherine Tricot pour n'en citer que quelques-uns …

Moi-même, je viens de signer pour la 6ème République. Je ne peux plus admettre que la France agonise à cause d'une économie défaillante ayant pour terrible conséquence, un chômage sans précédent.

Cette situation, je l'ai déjà décrite bien antérieurement dans les divers blogs que j'anime sur internet ; cette situation, je l'ai soulignée à maintes reprises dans plusieurs articles parus dans la presse écrite ; cette situation, je l'ai analysée dans mon livre « Révoltez-vous ! » où j'ai appelé les citoyens à la contestation publique, tout en proposant des réformes sur le plan institutionnel comme en matière économique ; cette situation, je la connais bien à titre personnel pour avoir fait au cours du premier semestre de cette année, un véritable "tour de France" qui m'a permis de rencontrer des gens qui souffrent de l'exclusion et de la pauvreté.

Ainsi, à toutes les personnes qui liront mon article, je demande de rejoindre le Mouvement pour la 6ème République en signant la pétition en ligne sur le site http://www.m6r.fr/. Votre signature sera un geste citoyen d'une importance capitale, car il permettra ainsi de changer entièrement le sytème politique actuel pour une république populaire, juste et sociale.

Au nom de tous ceux et celles qui travaillent aujourd'hui sur ce vaste projet démocratique, je remercie dès à présent tous mes compatriotes qui feront preuve de courage et d'engagement responsable.

Le sort de la Nation est en jeu et désormais, nous devons tout faire pour préserver les libertés si chères au peuple de France.

Pierre Reynaud

Essayiste – Historien (n'appartient à aucun parti politique - simplement républicain)

www.la-revolution2014.fr

Réseau Facebook : https://www.facebook.com/pierrealainreynaud75


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • rmusic rmusic 9 octobre 2014 11:08

    Que prévoit la 6ème République contre le dictat de l’UE ?

    Merci pour votre réponse.


    • oncle archibald 9 octobre 2014 11:25

      Je connais la réponse : ce sont les citoyens qui le décideront puisqu’ils vont écrire la nouvelle constitution !


      Ca ne tient pas debout, cette demande de changement de constitution « à établir par les citoyens eux mêmes » n’est qu’un faux nez. Ceux qui prônent ce changement de constitution savent très bien manipuler les foules crédules surtout en ces temps difficiles . Eux ils ont réfléchi à la constitution qu’ils souhaitent et ils savent bien que « le peuple » est bien incapable d’apprécier tous les tenants et les aboutissants.

      Ceux qui vous proposent cela veulent prendre le pouvoir que le peuple leur refuse car ils représentent au mieux 5 à 10% du corps électoral. C’est une manip !

      La constitution de la cinquième marche fort bien, ce sont les hommes au pouvoir depuis quarante ans qui la servent mal et pas le contraire. Et quel gloubi-glouba dans les motivations ! Changer de constitution pour faire baisser le chomage. Il met dans la même cage des carpes et des lapins !

    • jean-jacques rousseau 9 octobre 2014 11:45

      Ce projet de 6ieme république a tout d’un leurre, d’une escroquerie.
      On veut faire croire que la constitution de 58 est inadaptée à l’expression de la démocratie.
      Cette prétention est ridicule. Ce qui la rend caduc ce sont les traités européens. Ceux-ci par ingérence dans les affaires intérieures privent la Nation de son indépendance et de son autonomie politique. Dans ces conditions de négation de la souveraineté nationale tous les débats et tous les choix démocratiques sont devenus inutiles : puisqu’il suffit aujourd’hui d’appliquer les directives de Bruxelles et se soumettre aux recommendations du ministre des finances allemand ou des financiers de Franckfurt.
      La constitution de 58 autorise cette absurdité par l’introduction abusive l’art. 88-1 datant du 25 juin 1992 modifié en 2005 à l’occasion du TCE puis en 2007 pour le traité de Lisbonne.
      « La République participe à l’Union européenne constituée d’États qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007. »
      Si les gens qui s’agitent pour réclamer une 6ieme république étaient lucides et/ou de bonne foi ils auraient déjà analysé corectement cette problématique et réclameraient à minima l’annulation de cet article 88-1. Ce qui demanderait moins d’effort pour plus d’efficacité à régler la question décisive de la démocratie française et annulerait du même coup les contraintes imposées par Lisbonne dont les articles sont ceux du TCE rejeté par référendum.
      C’est ce qui démontre que cette propagande autour de la 6ieme république est un fake et que le gens derriere celle-ci n’ont nulle intention de restaurer une république souveraine en France mais créer la confusion et des disputes inutiles pour affaiblir encore d’avantage le pays et diviser les français sur un faux débat. Encore un coup des européistes soutenus par les finances de l’oligarchie !


    • César Castique César Castique 9 octobre 2014 12:08

      « ...ce sont les hommes au pouvoir depuis quarante ans qui la servent mal et pas le contraire. »

      Pas seulement. Les oppositions ne sont pas en reste, et peut-être qu’il faut incriminer l’identité française. La querelle est dans ses gênes depuis toujours - Jules César le rapporte déjà -, et la présidentielle est devenue un sujet d’affrontement permanent.

      J’entendais, hier ou avant-hier, à la télévision, quelqu’un* qui observait qu’en 2016, se déroulera l’élection présidentielle américaine, et que, pour l’opinion publique, le sujet « primaires et candidats » n’est absolument pas d’actualité aux Etats-Unis.

      * Je zappe énormément entre 7 et 8 heures, le matin, donc je ne sais plus ni la chaîne ni la personne.


    • logan 9 octobre 2014 13:57

      On sait depuis longtemps, grâce aux philosophes des lumières, que le problème n’est pas à qui on confie le pouvoir mais le pouvoir lui-même. Ce pouvoir doit être limité, organisé, de manière à ce que peu à porte à qui il est confié, personne ne puisse en abuser. Voilà ce que l’on sait aujourd’hui.
      La Vème république, surtout après ses 25 modifications discrètes, c’est à dire en écartant la volonté du peuple, a très largement montré ses limites.
      Le président agit tel un roi en multipliant les décisions arbitraires, le principe du gouvernement a été dénaturé en se retrouvant soumis au président, les conseillers du président remplacent quasiment les ministres, le parlement n’est plus qu’une chambre d’enregistrement des lois proposées par le gouvernement alors qu’il devrait être l’institution centrale dans une république et dans une démocratie, les politiques menées sont totalement arbitraires et sont souvent contraires au choix des citoyens formulés pendant les élections, ce qui donne à une véritable crise de représentation et à un rejet général des citoyens pour la classe politique. D’ailleurs le simple fait de parler de classe politique montre à quel point la politique a été dénaturée elle-même en permettant à des gens de faire carrière et d’empêcher la participation du plus grand nombre aux affaires publiques, à quel point elle permet la corruption qui chaque jour décrédibilise encore plus la politique, que ce soit au niveau local ou au niveau national.
      Sans parler de la justice de classe, à deux vitesses, de la privatisation de l’état alors que la puissance publique sert de manière de plus en plus visible les intérêts d’une oligarchie au détriment de l’intérêt général. Si bien que règnent le conservatisme voir la réaction, alors que nous vivons une période non seulement de gabegie mais aussi une grande régression dans tous les domaines sociaux, comme moraux.

      Vraiment la 5ème république a montré toutes ses tares. Et une VIème république est clairement la solution pour remettre le train du progrès en route, non seulement elle permettra de réinstaurer un contrat social sur des bases saines, mais elle permettra de remettre au centre de la politique l’intérêt général, la volonté du peuple, d’écarter d’un seul coup tout ce personnel politique qui gangrène la France en agissant en syndicats d’intérêts pour eux-même ou ceux qu’ils servent.
      L’enjeu c’est la restauration de la souveraineté du peuple, très clairement.

      Cela ne peut franchement pas faire de mal ???
      N’avez-vous pas l’impression que nous sommes impuissants ? C’est bien en refondant un nouveau pacte politique que l’on pourra récupérer nos droits politiques, que certes nous n’avons jamais perdu de manière formelle, mais que nous avons bien perdu si l’on observe l’exercice réel du pouvoir.

      Je prends un exemple tout simple, est-ce que c’est le peuple qui a choisit de sauver les banques ? Est-ce que c’est le peuple qui a choisit d’autoriser les paris en ligne ? Est-ce que c’est le peuple qui a choisit de commander des millions de vaccins contre le virus H1N1 ?
      On pourrait prendre des milliers d’exemples de ce genre ...


    • oncle archibald 9 octobre 2014 15:20

      Autre exemple de fausse bonne question : « Je prends un exemple tout simple, est-ce que c’est le peuple qui a choisi(t) de sauver les banques ?  »


      Vous insinuez sans le moindre développement que si le peuple avait eu le pouvoir il aurait bien évidemment choisi de laisser les banques faire faillite, comme si c’était une excellente opération pour ceux que vous appelez « le peuple » et qui dans votre esprit se réduit à ceux qui ne possèdent rien.

      Pour que « le peuple » c’est à dire les Français, tous les électeurs Français, puissent choisir s’il faut ou non sauver les banques, il faudrait au préalable expliquer « au peuple » les tenants et les aboutissants des alternatives qu’on lui propose et quelles seront les conséquences de son choix. C’est très compliqué, très technique, et en outre, c’est très difficile à faire « honnêtement » c’est à dire sans y mettre une bonne part de politique partisane pleine d’arrières pensées. 

      Par exemple on ne lui dit pas, au peuple, que si les fonctionnaires continuent aujourd’hui à être payés avec un état en déficit chronique c’est parce qu’on peut encore emprunter une partie du montant des salaires à payer. Et idem pour être soigné dans les hôpitaux publics. On ne dit pas « au peuple » que si demain on ne peut plus emprunter c’est toute l’économie qui s’écroule. Complètement. 

      Alors oui, c’est vrai, au pauvre clodo qui habite la rue ça ne lui changera pas grand chose, mais pour tous les autres ce sera une diminution très sensible de leur niveau de vie. Pas sûr que « le peuple » ait envie de ça. 

      Ca n’est pas en changeant la constitution que demain on pourra raser gratis et c’est très malhonnête de le prétendre.

    • logan 9 octobre 2014 19:46

      Votre réponse montre bien le niveau de débat publique dans cette 5ème république. Il n’existait pas comme seule alternative que de donner des millions aux banques sans contreparties ou de les laisser faire faillite.
      Et vous le sauriez si il y avait eu un débat et par exemple un référendum, ce qui se justifiait vu qu’il s’agissait d’engager des dépenses non prévues et de faire un choix politique qui concernait tous les français et que plusieurs choix politiques existaient.

      Le choix qui a été fait a consisté à transformer, par diverses manières, les pertes privées en déficits publics et donc en dette publique, en plus d’entrainer l’économie réelle en récession à cause de la finance. Nous aurions pu faire autrement s’il y avait eu un début de débat et un choix démocratique.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 20:12

      Logan,
      « Le Président agit comme un roi ? » Vous n’avez rien compris à la construction européenne ?

      Il n’est plus possible de faire des politiques intérieures nationales.
      les Etats n’ont plus le droit que de faire des politiques EUROPÉENNES.


      Tous les droits régaliens ont été transférés à la Commission européenne par l’article 121 du TFUE qui décide des orientations économiques de la France.

      Votre roi ne maîtrise plus :
      * ni la monnaie
      * ni les frontières
      * ni les mouvements de capitaux,
      * ni le budget, qui est sous tutelle
      * ni les dépenses publiques
      * ni la protection des services publics,
      * ni les lois (80% sont d’origine européenne),
      * ni les intérêts de la France à l’ OMC
      * ni sa politique étrangère et militaire, soumises à l’OTAN par l’article 42 du TFUE.
      * ni l’agriculture, la pêche ou les ports, qui sont du ressort de Bruxelles
      * ni la défense du consommateur, Hamon attend toujours le feu vert de Bruxelles pour étiqueter les lasagnes !

      C’est quoi, un roi sans pouvoirs ? Un roi au service de la finance et des multinationales ?
      Cela s’appelle une marionnette dans un village Potemkine.

    • Gauche Normale Gauche Normale 9 octobre 2014 23:37

      Franchement, je ne les comprends pas, ceux qui veulent une 6ème République : est-ce qu’on a vraiment que ça à faire que de créer une Assemblée Constituante, avec les longues disputes (pas forcément au sens péjoratif du terme) que cela implique ?

      Que nous apporterait une nouvelle Constitution ? On y mettrait quoi ? Est-on sûr qu’une majorité d’électeurs seront d’accord pour écrire ceci plutôt que cela ? etc.

      De plus, il faut être sûr qu’une fois adoptée, la Constittution soit applicable et n’explose pas en plein vol, qu’elle ne se prenne pas les pieds dans le tapis

      Comme Fifi Brind_acier le rappelle à juste titre, les majorités qui se sont partagé le pouvoir ces trente dernières années ont transféré de plus en plus de pouvoirs à la clique d’oligarques qui niche à Bruxelles. Le roi est nu, donc, très dénudé, même.

      J’ai bien aimé quand Asselineau, dans l’une de ses conférences (Les bonimenteurs de la VIème République), a parlé du cas de Montebourg qui écrivait sur son site en 2011 que le président avait énormément de pouvoirstel un monarque etc, etc.

      Maintenant que son parti est au pouvoir, Asselineau demande pourquoi Montebourg, n’a pas profité de sa participation au gouvernement pour demander à Hollande de résorber le chômage, de mettre fin aux délocalisations, d’endiguer le virus Ebola, sachant que le Président a « trop de pouvoirs ». Comme Asselineau, j’attends toujours la réponse...

      Aujourd’hui les délocalisations continuent, le grand patronat n’a pas cessé d’enchaîner les plans sociaux, le chômage explose, y aura plus de chauffage en hiver...

      Bien sûr il s’agit de Montebourg, mais Mélenchon n’en pense pas moins ! Donc l’hypocrisie de Montebourg est la même chez Mélenchon !

      L’un des arguments de ceux qui veulent changer de Constitution est aussi qu’il faudrait donner plus de pouvoirs au Parlement ! La belle affaire ! qu’est-ce qui nous prouve que 577 députés (auxquels il faut rajouter 348 sénateurs) sont plus honnêtes qu’un seul Président ? Beaucoup de députés se prennent pour des « barrons », bien établis dans leurs « fiefs » : en quoi leur donner plus de pouvoir serait plus démocratique ?

      Personnellement, je ne vois pas de honte à ce que celui élu par la majorité des électeurs après avoir fait campagne et avoir (en principe) proposé ses idées pour la France ait de réels pouvoirs. Mais cela n’implique pas nécessairement qu’il se comporte comme un petit dictateur ou un monarque : il peut très bien faire des référendums en cascade et je ne serais pas contre qu’il y ait à mi-mandat (en novembre de la deuxième année pleine du quinquennat) possibilité de récolter des signatures pour un référendum révocatoire.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 octobre 2014 05:33

      oncle archibald,
      Les Islandais ont bel et bien décidé de laisser les banques faire faillite.


    • Ruut Ruut 10 octobre 2014 07:44

      On ne dit pas au peuple que toutes les parties rentables de l’état ont été vendues au privé, ce qui explique les déficits toujours plus grands.

      Vendre une partie rentable d’un bien public est un acte de haute trahison envers la nation.


    • 59jeannot 10 octobre 2014 09:23

      ce n’est pas à l’auteur de vous répondre ; cette question sera réglée en consultant le peuple.
      à lui d’écrire les nouvelles règles. a lui de décider s’il nous faut ou pas rester au sein de l’UE



    • oncle archibald 10 octobre 2014 10:19

      Fifi : arrêtez de nous coller sous le nez l’exemple de l’Islande. tout va très mal en Islande, beaucoup plus mal que chez nous, à cause notémment de l’effondrement de la monnaie et d’une inflation insupportable . Suivez ce lien : http://rue89.nouvelobs.com/2013/12/03/lislande-pays-coupeurs-dettes-248088


    • César Castique César Castique 9 octobre 2014 11:23

      "Christophe Alévêque, Paul Ariès, Laurent Binet, Yannick Bosc, Michel Butel, Gérald Dahan, Pascale Fautrier, Jean Gadrey, Jacques Généreux, Robert Guédiguian, Emmanuel Poilane, Didier Porte, Sophie de la Rochefoucauld, Catherine Tricot pour n’en citer que quelques-uns …"

      Ne vous excusez pas, c’est amplement suffisant pour comprendre que c’est discriminatoirement ancré à gauche, ce bidule.

      P.S. - Même le nom de La Rochefoucauld ne fait pas illusion, pour ceux qui connaissent son rôle aux côtés de Marie-Georges Buffet, lors de la campagne présidentielle de 2007, et ses engagements ultérieurs en faveur du FG.


      • Yurf_coco Yurf_coco 9 octobre 2014 14:02

        Peut être alors que ceux de droite sont très content du système actuel...

        De qui faut il se méfier du coup ?

      • asterix asterix 9 octobre 2014 14:25

        Et pour que cette 6ème république voit le jour, il n’existe qu’une seule possibilité : empêcher que deux tendances antinomiques monopolisent l’une à la suite de l’autre le pouvoir.
        Donc le rétablissement immédiat et sans condition de la proportionnelle.
        Toute autre méthode de chipotage électoral basée sur le rejet de l’autre empêchera son émergence et le droit pour la France de donner démocratiquement son opinion


      • oncle archibald 9 octobre 2014 15:59

        La proportionnelle c’est impossible en France car ce serait la porte ouverte à tous les marchandages pour constituer une majorité APRES L’ELECTION donc hors la vue des électeurs. Le système à deux tours permet au moins aux électeurs de savoir avec qui se feront les alliances AVANT DE VOTER.


        Bien sûr la proportionnelle marche bien en Allemagne, pourquoi ? parce qu’ils ont d’autres moeurs politiques que nous, que les deux partis sortis en tête du vote et dont aucun n’a la majorité à lui seul peuvent passer beaucoup du temps à mettre au point un programme commun de gouvernement.

        Je vois d’ici la tête des Français et les commentaires dans les médias si après le vote il fallait que François Fillon et Manuel Valls s’entendent sur la composition du prochain gouvernement et le programme qu’il devrait mettre en oeuvre.

        C’est d’ailleurs pour mettre fin aux magouilles de couloir de la quatrième république que l’on a changé la constitution pour faire une cinquième république avec les règles que l’on connait, plus ou moins chipotées suivant les époques, notamment par un certain François Mitterand ravi d’introduire une part de proportionnelle pour coller le boulet Le Pen dans les pieds de la droite modérée.

      • César Castique César Castique 9 octobre 2014 18:17

        « De qui faut il se méfier du coup ? »


        Des collectivistes !

      • César Castique César Castique 9 octobre 2014 18:43

        « La proportionnelle c’est impossible en France car ce serait la porte ouverte à tous les marchandages pour constituer une majorité APRES L’ELECTION... »


        Confrontés à ce problème - ribaltone* -, les Italiens avaient trouvé une parade - norma antiribaltone* - qui aurait pu fonctionner. Malheureusement, le référendum afférent n’a pas abouti, la participation au scrutin n’ayant pas atteint 50 % des inscrits - c’est le dispositif qui permet aux partis de torpiller, a priori, les décisions du peuple, en incitant leurs propres électeurs à l’abstention

        « Je vois d’ici la tête des Français et les commentaires dans les médias si après le vote il fallait que François Fillon et Manuel Valls s’entendent... »

        Ah ça, ils découvriraient cette connivence avec effarement et peut-être que le Front national trouverait une abréviation pour désigner cette alliance contre nature... UMPS, par exemple... Ça sonne pas mal.

        * pour chercher sous google.it

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 20:17

        oncle Archibald,
        Mais ils s’entendent très bien ! Leurs divergeances, c’est du cinéma pour perpétuer l’idée qu’il existe encore une Droite et une Gauche.


        Ce sont sont tous des européistes, chargés d’appliquer les directives de Bruxelles !
        Il s’entendent aussi bien en France qu’en Allemagne !

        Il n’y a plus de Droite et de Gauche, il y a des européistes et des allergiques à l’ Europe.

      • Ruut Ruut 10 octobre 2014 07:47

        Fillon et Valls ont le même programme.
        Leurs querelles ne sont que médiatiques.


      • oncle archibald 10 octobre 2014 10:22

        « Leurs querelles ne sont que médiatiques. » oui, mais c’est leur fond de commerce !


        Pour le reste je suis bien d’accord avec vous : 80% des français veulent la même chose mais au PS comme à l’UMP on s’ingénie à leur faire croire le contraire.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 12:21

        Les européistes de GÔooche ne savent plus quoi inventer pour éviter d’ouvrir le débat sur la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN. Un bel écran de fumée que ce projet de VIe République !!


        Pendant que les citoyens de gauche s’écharpent sur le tirage au sort et la Constituante, ils ne cassent pas les pieds en demandant de sortir de l’ UE !
        ça remplace provisoirement les salades sur l’ Europe sociale, assez mal en point, faut le reconnaître.

        Même Edwy Plenel, ce chantre euro-atlantiste est pour le tirage au sort, c’est dire si c’est dangereux pour le système !


        A quoi voulez vous que serve, cette VIe République, alors que tous les droits régaliens ont été transférés à la Commission européenne, peuplée de Commissaires élus par personne ?
        Et qu’il est désormais interdit d’élaborer des politiques intérieures nationales ?

        Même Chouard dit qu’ Asselineau à raison de vouloir sortir de l’ UE, et que c’est la condition première de la démocratie !

        Ce n’est pas la Constitution de la Ve République qui est responsable, mais les européistes de Droite et de Gauche, qui ont sans cesse violé la souveraineté pour adapter la Constitution aux Traités européens !

        « Décryptage d’une nouvelle escroquerie politique : la Ve République »

        L’escroquerie précédente pendant 35 ans, c’était l’ Europe sociale à la St Glinglin et autres moutures d’ Autre Europe !


        Vous nous prenez vraiment pour des canards sauvages ! Une République n’a de sens que dans un pays indépendant et souverain, pas dans une colonie d’Empire !

        • GrandGuignol GrandGuignol 9 octobre 2014 13:56

          Fifi Brind_acier

          Le projet de 6eme république est très intéressant et permettrait surtout une plus large représentativité du peuple dans les prises de décisions qui pour l’heure ne sont prises que par des représentants de la classe oligarchique.

          D’autres part, j’en conviens aujourd’hui,qu’il faut sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN le plus rapidement possible et c’est pourquoi, après visionnage de plusieurs vidéos de Mr Asselineau et notamment celles sur l’histoire de France (un régal de 3 heures) je ne peut que suivre ce mouvement de l’UPR qui dénonce si bien cette folie de l’Empire avec un E majuscule qui se désintéresse du peuple au profit d’une élite.

          Pour ceux que ça intéresse : https://www.upr.fr/conferences/histoire-de-france

          Toutefois je pense qu’une fois sortis de cette Europe impériale il faut que le peuple reprenne le pouvoir afin de contrôler les dérives de nos représentants. La constitution doit être écrite par le peuple et lui seul doit avoir le pouvoir d’en changer une ligne, ce qui n’est pas le cas dans cette « démocratie représentative » où tous les pouvoirs sont confiés à une élite qui dirige comme elle l’entend, bien sur en sa faveur et celles de leur amis....Ce qui n’est autre que de la dictature !
          C’est ce que nous vivons aujourd’hui avec les gouvernements successifs qui ne tiennent pas compte des intérêts des Français et deviennent les complices, les vassaux d’un empire qui corrompt tout sur son passage.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 19:33

          Grandguignol,

          Mais Mélenchon, pas plus que le PCF n’envisage de sortie de l’ UE !
          C’est juste pour occuper les esprits, pas pour rendre la démocratie aux Français.


        • GrandGuignol GrandGuignol 9 octobre 2014 19:52

          Fifi

          « Mais Mélenchon, pas plus que le PCF n’envisage de sortie de l’ UE ! »

          J’ai laissé Mélenchon sur le bord de la route, et j’adhère aux idées de sortie de l’euro, de l’UE et de l’OTAN de l’UPR, je suis même devenu adhérent aujourd’hui (moi qui n’ai jamais adhérer à aucun parti) , mais par la suite c’est le peuple qui doit reprendre les commandes afin de créer une vrai démocratie comme le propose entre autres Etienne Chouard et d’autres.
           
          Comme le dit Asselineau lui même sortir de ce Binzz Européen est une nécessité absolue.

          Pour le reste du programme de l’UPR je suis pas toujours d’accords, mais bon les autres partis ont montrés leur limites qui sont loin derrière celles de l’UPR.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 20:30

          Grandguignol,
          Félicitations pour votre décision de rejoindre la Résistance !

          L’UPR propose :
          ** Le referendum d’initiative populaire.
          ** La reconnaissance du vote blanc.
          ** La réforme du statut de l’élu, avec interdiction du cumul des mandats.
          ** L’ inéligibilité à vie d’un responsable public condamné pour corruption
          ** Deux mandats électifs seulement
          ** L’interdiction des lobbies.
          ** Le contrôle régulier des conflits d’intérêts
          ** Le retour de la Haute trahison pour tous ceux qui ont vendu la France à des intérêts étrangers ou à des puissances privées.
          ** et d’autres modifications importantes dans la Constitution.


          Que voulez-vous qu’une Constituante propose de plus et de mieux ?

          Il faut être précis et concrets.
          Tous ceux qui prônent le tirage au sort et une Constituante, ne vous disent jamais ce qu’ils mettraient dans leur projet de Constitution.
          Étrange, non, cet étalage de vertus démocratiques sans précisions ?

          Posez leur donc la question pour voir, s’ils proposent mieux que l’ UPR !

        • GrandGuignol GrandGuignol 9 octobre 2014 21:12

          Fifi

          Ok je leur poserai la question...

          Avant de mètre quelque chose dans une constituante, il faut déjà en prévoir par avance son bon fonctionnement, c’est ce que font Chouard et d’autres.

          Mais Étienne Chouard réalise déjà des assemblées constituantes virtuelles qui donne de bon résultats et qui prennent en compte les réels besoin des gens, du peuple dans sa diversité.

          Nous sommes à l’aube de l’éveil et l’on voit clairement que tous les systèmes mis en place jusqu’à nos jours n’ont essentiellement servis qu’ a une seule classe sociale, même si certains ont fait des efforts pour que les français bénéficient d’avantages sociaux plus important que dans la majeure partie des pays dit civilisés..

          je pense que le système actuel est trop corrompu pour continuer comme ça.

          Même si l’UPR a de bonnes mesures, tant que les gens ne se responsabilisent pas pour être acteur de leur destin, rien ne changera vraiment en profondeur et l’on se retrouvera a nouveau avec des opportunistes corrompu qui a nouveau changeront la constitution comme bon leur semblera.

          La constitution doit être dans les mains du peuple et non dans celles des élus (qui ne doivent pas être autre chose que les gestionnaires de l’entreprise France) qui peuvent à tous moments, comme actuellement, la transformer a leur guise.

          Tout changement de la constitution doit faire au minimum l’objet d’un référendum national.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 22:02

          Grand Guignol,
          C’est aussi prévu dans le programme de l’ UPR, tout changement de la Constitution doit cesser de passer par le Congrès à Versailles, et faire l’objet d’un referendum.


          J’ai posté quelques commentaires sur le site de Chouard « le Plan C », si cela vous intéresse...

        • GrandGuignol GrandGuignol 10 octobre 2014 14:19

          merci ...très intéressant.


        • pierre258 pierre258 9 octobre 2014 12:30

          Une 6ème République ? Pourquoi pas. 

          Mais tout débat est rendu impossible par l’« Union » Européenne.
          N’oublions donc pas de sortir d’abord de l’UE grâce à l’article 50 : 

          • njama njama 9 octobre 2014 12:53

            Cette République se débarrassera de la monarchie présidentielle actuellement existante.

            Cette monarchie présidentielle n’est pas consubstantielle à la Constitution de la V° république, elle n’existe que depuis mai 2002. Pour preuves, les différentes cohabitations sous Mitterrand et sous Chirac, n’ont pas empêché les gouvernements d’exercer leur programme de droite ou de gauche.
            Le 21 avril 1997, à l’étonnement général, le président de la République annonce la dissolution de l’Assemblée nationale alors que la droite disposait d’une majorité écrasante à l’Assemblée ce qui entraîne la tenue d’élections législatives dont les suivantes coïncideront avec la présidentielle de 2002
            Pour boucler la boucle, en 2000, à la suite du référendum sur le quinquennat organisé également par le président Jacques Chirac, la durée du mandat présidentiel est ramenée de sept à cinq ans, et ne commencera pour la première fois que lors du mandat suivant à partir de l’élection présidentielle de 2002.
            Voilà le système verrouillé par le calendrier, les élections présidentielles et législatives étant devenues concomitantes, l’élection d’un homme supposant de lui donner dans la foulée électorale une majorité à l’Assemblée.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 13:19

              njama,
              2002 ? Vous ne devez pas être très au courant de toutes les mesures européennes prises depuis le départ de De Gaulle...


              Privatisations en tous genres, loi de 1973 sur les emprunts aux banques privées, dérégulations financières, fiscalité favorable aux stock options et aux revenus du capital, délocalisations d’entreprises, abandons de souveraineté successifs, désindexation des salaires, dérégulations bancaires, liquidation de pans entiers de l’industrie française, fin du contrôle des capitaux, ouvertures des frontières etc, etc ...

              Il n’y a plus depuis longtemps de politiques de Droite ou de Gauche, mais des politiques européennes au bénéfice de la finance et des multinationales.

              Sauf dans le domaine sociétal, qui ne tire pas à conséquence du point de vue de la finance et des multinationales..., et qui sert à faire croire que les Gouvernements décident encore de quelque chose...

            • logan 9 octobre 2014 14:01

              @ Njama, pour éviter les cohabitations ils ont changé le calendrier électoral, les cohabitations ne peuvent plus servir de prétexte pour dire que la Vème n’est pas monarchique.


            • non667 9 octobre 2014 15:45

              à njama
              bien vu
              la dissolution de 97 n’a été qu’un coup électoral de chirac pour assurer sa réélection en 2002
               démontage de la tactique :
               en 97 les législatives devaient avoir lieu en 98 
              en 97 juppé 1° ministre = record d’impopularité ,bilan économique catastrophique !
              donc prévision 98 c’est foutu pour la droite !

              calcul génial de chirac inédit ! : dissolution des députés
              comme ça victoire de la gauche et législative en 2002 avant la présidentielle 
              donc prévision 2002 : échec économique de la gauche (chômage ), chaque député faisant sa campagne défendant son lopin ,parti ,président l’assemblé devient de droite
              chirac toujours président sa campagne présidentielle est toute faite « à une assemblé de droite il faut un président de droite » la cohabitation ça suffit !
              un os dans le caviar
              la gauche au gouvernement ayant décelé la tactique ou ayant élaboré la sienne inverse le calendrier 2002 : présidentielle avant législative .
              prévision 2002 chirac doit défendre son bilan forcement impopulaire puisque de droite donc président de gauche  !
              législatives qui suivent  : président de gauche il faut une assemblé de gauche , « la cohabitation » ça suffit !

              « contrage » de génie de chirac inédit  : éliminer jospin dès le 1° tour
              facile sans vraiement soutenir le pen , simplement le laisser parler un petit peu à la tv !
              aidé par jospin : mon programme n’est pas un programme socialiste !
              ça a marché !

              maintenant la tactique est connue et va être réutilisé en 2017 !
               question : la propagande de l’entre 2 tour de 2002 va-t-elle marcher ?

              l’après lepen est-il prêt ?

               
               


            • logan 9 octobre 2014 14:15

              Franchement, ce qui m’effraie le plus dans les commentaires, c’est ce dogmatisme hallucinant qui pousse les gens à refuser tout autre idée et toute réflexion qui n’intégrerait ou s’écarterait de cette histoire de sortie de l’UE. Comme si nos problèmes institutionnels ou nos problèmes tout court avaient commencé avec l’UE ... Ou encore comme si nous n’avions aucun problème interne, et que tout passait par le prisme de l’UE. C’est du grand n’importe quoi cette obsession et cet aveuglement.
              L’UE n’a rien avoir dans nos problèmes d’institutions françaises, changer ces institutions nécessite uniquement un référendum ou une convocation de notre congrès, et la soumission aux lois européennes elle-même dépend des articles qui la définissent dans notre constitution, du coup on se demande bien d’où vient cette idée que l’on ne pourrait rien faire à cause de l’UE si ce n’est dans des esprits bien crédules qui oublient aussi que l’UE c’est notre gouvernement.


              • GrandGuignol GrandGuignol 9 octobre 2014 14:43

                logan

                Ce qu’il faut comprendre c’est que quel que soit le système de représentativité 5 ou 6 eme république, l’UE décide des orientations principales des différents pays qui la composent et ceux ci ne peuvent s’y soustraire. Si la politique européenne prend la pente de la dictature, les pays de l’UE ne pourront pas avoir une politique contre cette dictature, a moins de s’exclure de cette UE...

                "....d’où vient cette idée que l’on ne pourrait rien faire à cause de l’UE si ce n’est dans des esprits bien crédules qui oublient aussi que l’UE c’est notre gouvernement."

                L’UE c’est aussi le gouvernement de 26 autres pays qui ont pour la plupart des intérêts divergeant, aussi pour qu’un de ces pays puissent avoir une influence il faut que tous les autres sans exceptions soit d’accord....

                La souveraineté de chaque pays est engloutie par l’UE qui dirige l’ensemble.

                Seules des réformes minimes internes pourront échapper à l’UE mais la direction générale fera plier les décisions individuelle de chaque état membre sous peine de sanctions !

                C’est ce que nous vivons aujourd’hui...Une dictature Européenne qui prône l’austérité des plus pauvres afin de favoriser les plus riches.


              • GrandGuignol GrandGuignol 9 octobre 2014 18:22

                27 autres pays....


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 octobre 2014 19:47

                logan
                C’est l’article 121 du TFUE qui prévoit que la Commission européenne définit les grandes orientations économiques de la France et des autres pays européens.
                La France n’est plus maîtresse de ses décisions stratégiques.


                C’est la Commission qui a décidé la réduction des dépenses publiques, la remise en cause du droit du travail, la suppression des département, la remise en cause de la Sécurité sociale, le disparition des seuils sociaux dans les entreprises, la fin du SMIC et des CDI, les dérégulations des professions règlementées pour les mettre en concurrence avec des pays aux salaires plus bas, comme avec les travailleurs déplacés.

                On aura bientôt des avocats low cost, des notaires low cost, comme on a des compagnies aériennes low cost, avec des salaires low cost etc.

                L’UE met les salariés en concurrence européenne et mondiale et tire les salaires vers le bas.

                La Constitution de la Ve République garantissait la souveraineté contre tout cela.
                Elle a sans cesse été violée pour l’adapter aux Traités européens.
                Elle n’est donc responsable de rien du tout.

              • logan 9 octobre 2014 20:08

                Désolé mais déjà les domaines de décision de l’UE sont restreints et sur beaucoup de domaines notre gouvernement est le seul à décider.
                Ensuite l’UE est inter gouvernementale, même si le gouvernement français doit composer avec 26 autres pays, le gouvernement français est moteur dans l’union européenne, tout ce qui s’est décidé à quelques exceptions prêts a été appuyé par le gouvernement français, toutes les lois européennes c’est le gouvernement et les députés qui les transposent en droit français, c’est le gouvernement qui a dirigé la rédaction des traités, et c’est encore le gouvernement et les parlementaires qui ont adapté la constitution française pour mettre tout ça en place.
                L’idée qu’il y aurait d’un côté l’UE qui dirigerait et de l’autre le gouvernement qui serait impuissant est une fable. Une fable bien pratique pour permettre au gouvernement de se dédouaner de ses responsabilités et qui se sert en réalité de l’UE pour concentrer les pouvoirs / légiférer.

                Ainsi jusqu’à présent il n’y a pratiquement jamais eu de cas où le gouvernement français voulait faire autre chose que des politiques néo libérales, et donc permettez moi de douter qu’un gouvernement anti libéral fasse la même chose que les précédents gouvernements.

                Ce que vous dites n’est pas vrai.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès