Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Stoppons la professionnalisation de la politique

Stoppons la professionnalisation de la politique

L’affaire Cahuzac et ses prolongations ont mis en lumière la séparation croissante entre le Peuple et ses représentants. Ces derniers, une fois élus ont la fâcheuse tendance à oublier d’où ils viennent et qui ils sont censé représenter. La raison est double : d’une part le « personnel politique » a tendance à rester en place et à se professionnaliser. D’autre part, à la base (et le patrimoine de nos ministres et là pour le rappeler), nos représentants ne sont pas issu de l’ensemble de la population mais essentiellement des classes supérieures (hauts fonctionnaires, professions libérales, grands agriculteurs ou chefs d’entreprise).

Les classes moyennes ou populaires sont peu représentées et ceux qui en sont issus se fondent rapidement dans le moule. Il est donc temps de remettre les choses à plat et de codifier sereinement un « Statut de l’élu » afin de permettre à ces derniers de servir le Peuple (sans trop se servir). Il devrait pour cela permettre d’éviter tout conflit d’intérêt, de redonner envie aux français de faire de la politique et par là-même d’élargir le vivier de recrutement de nos élus. Et enfin de « permettre » à un élu de revenir à la vie civile après son mandat de façon à éviter la tentation de la professionnalisation qui met nos hommes et femmes politiques dans la main des chefs de partis qui tiennent leur investiture.

 

Pour cela, quelques règles simples :

1 / Interdiction du cumul : un seul mandat en même temps pour une ou un élu

2/ Interdiction du cumul à vie : les mandats à « temps plein » de même type, doivent être limités à deux à la suite et ceux qui ne sont pas à temps plein à 3 successifs.

3 / L’indemnité des élus doit être codifiée en fonction du niveau de responsabilité assumé et du temps passé à assurer le mandat. Autrement dit : un Maire d’une commune de plus de 5000 habitants assume forcément son mandat à temps plein et par conséquent, il doit être rétribué correctement pour assumer ses fonctions. Un Adjoint dans une ville de 50 000 habitants a plutôt une fonction à mi-temps et son indemnité doit être à ce niveau.

4 / L’indemnité elle-même doit être un maximum : Nos hommes et femmes politiques ne doivent pas changer de niveau de vie, ni de mode de vie en devenant élus. Leur indemnité doit être dans la continuité de leur revenu antérieur. Pour un fonctionnaire, il suffit de prendre son indice comme base (en le faisant évoluer selon l’ancienneté), de même pour un salarié, il convient de se baser sur la convention collective et son ancien salaire ; pour les professions libérales, artisans et commerçants, les chefs d’entreprise et les agriculteurs, il faudra se fixer sur leur ancien revenu. D’ailleurs, tout comme il doit exister un maximum pour l’indemnité, il peut aussi exister un minimum.

5 / Continuité de la carrière : les fonctionnaires en tant qu’élus ont le droit de réintégrer leur poste durant deux mandats. Cet avantage doit aussi être accordé aux salariés du privés et aux indépendants. Pour ce faire, au lieu de cotiser comme les députés à une caisse de retraite particulière, il convient que les élus continuent à cotiser à leur caisse de retraite habituelle (avec d’ailleurs le même revenu qu’auparavant). Cela permettra d’éviter la « rupture » avec le monde du travail et leur permettra de mieux se réinsérer au sein de celui-ci une fois leur mandat terminé.

6 / Interdiction d’exercer leur profession pour des mandats à temps plein : il est évident que si les élus bénéficient d’indemnités c’est pour pouvoir exercer leur responsabilités sans se soucier de leur lendemain. En contrepartie, ils doivent exercer leur mandat sans être parasités par un autre emploi (qui peut de surcroît amener des conflits d’intérêt) ; Aussi, un fonctionnaire ou un salariés devront abandonner leur travail, de même qu’un médecin ou un avocat qui devront trouver un remplaçant, un chef d’entreprise ou un agriculteur devront trouver un gérant pour assurer la continuité de leur affaire.

7 / Eviter les conflits d’intérêt après mandat : tout comme certains salariés ont des clauses de non-concurrence à respecter après avoir quitté leur entreprise, les élus devront éviter d’être embauché après leur mandat dans des secteurs

8 / Interdiction des « cadeaux » : il convient d’interdire de manière explicite toute « aide » que pourrait apporter une entreprise ou un lobby à des parlementaires ou à d’autres élus afin de limiter la corruption et l’influence des lobbys.

9 / Limitation des avantages en nature : les élus ont besoin parfois pour assumer leur fonction de matériels, de véhicules, d’assistants ou de secrétaire. Ces moyens doivent bien sûr être identiques pour tous ceux occupant des fonctions identiques, y compris les frais de représentation pour les parlementaires. Mais ces moyens doivent être clairement délimités, liés à la fonction et rester raisonnables : ainsi la « réserve parlementaire » qui sert surtout au clientélisme doit être supprimé.

10 / Formation obligatoire : On ne naît pas compétent, on le devient par la formation et l’expérience. Il est donc nécessaire de former les nouveaux élus à leurs fonctions de façon à ce que tout citoyen soit en mesure d’assumer correctement le rôle qui lui convient.

 

Ces quelques propositions permettraient de limiter certains abus actuels et auraient surtout pour effet de permettre une plus forte fluidité du personnel politique : il est clair que si nos élus ne peuvent cumuler les indemnités de leurs mandats, ne peuvent continuer en parallèle à exercer leur profession et ne touche comme indemnité que l’équivalent de leur ancien revenu, ils seront moins enclins à rester en place !

Ce serait certainement un bien-être pour la démocratie et pourquoi pas, cette fluidité nouvelle permettra peut-être d’ouvrir certains mandats à des représentants des classes moyennes et populaires. Ceci donnerait un avant-goût d’une meilleure représentation de la population et de ses desideratas.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Xenozoid Xenozoid 18 avril 2013 15:25

    je suis sur que c’est le probleme, tu as raisons mais que penser des autre profesionalisation, des esclaves, a tous les niveaux ?


  • amiaplacidus amiaplacidus 18 avril 2013 15:57

    Je ne peux qu’approuver l’auter et durae.leges.sed.leges !

    Au surplus, je complèterais le point 3/ de l’auteur :

    3 / L’indemnité des élus doit être codifiée en fonction du niveau de responsabilité assumé et du temps passé à assurer le mandat.

    En ajoutant fermement que l’indemnité n’est versée qu’au prorata du temps effectivement passé à l’exercice du mandat.

    Parce qu’il y en a marre de payer des députés plus de 10.000 € par mois pour voir les bancs de l’Assemblée à moitié vides !


  • Robert GIL ROBERT GIL 18 avril 2013 15:15

    Si vous interressez au programme du NPA, vous verrez qu’il est pour la rotation des mandats, il ne veut plus que la politique soit un métier et veut instaurer un contrôle complet des élus par les citoyens. Il veut en finir avec les salaires et les divers avantages  déconnectés des réalités des français. Tous les élus doivent être révocables ! Allez expliquer cela à ceux qui vivent depuis toujours de leur mandat d’élu, ce n’est pas gagné !

    Voir : MAIS QUE VEUT LE NPA ?


    • Gauche Normale Gauche Normale 18 avril 2013 19:42

      C’est vrai que la communication du NPA n’est pas claire... à cause des médias bourgeois qui le snobent.

       smiley

    • Xenozoid Xenozoid 18 avril 2013 15:30

      10 / Formation obligatoire : On ne naît pas compétent, on le devient par la formation et l’expérience. Il est donc nécessaire de former les nouveaux élus à leurs fonctions de façon à ce que tout citoyen soit en mesure d’assumer correctement le rôle qui lui convient.


      ok c’est qui , qui va former qui et sur quelles bases ?qui choisi celui qui sera formé....
      c’est quoi obligatoire ? si tu ne fais pas partis du lot ?


      • aura aura 18 avril 2013 15:38

        ce que j’aime bien c’est QUE TOUS NOUSA VONS DES IDEES... ET ALORS CHERS AMIS... OU EST L APPLICATION DE CES IDEES LA... ??????

        J-AI DES IDEES VOUS AVEZ DES IDEES NOUS AVONS DES IDEES... C EST UNE PETITE CONJUGUESON TOTU SIMPLEMENT POUR DIRE.... QUE NOUS MANQUE T IL POUR SE METTRE TOUS EN ROUTE ????

        si nous essayons de mettre en place UNE BOITE A IDEES ET UNE BOITE A APLICATION ????

        AVEC DEUX BOITES NOUS NOUS METTRONS EN MOUVEMENT POUR RESOUDRE CE QUE NOUS VOULONS TOUS : FAIRE NOTRE VIE SANS CETTE POLITIQUE QUI NOUS FRUSTRE DES EMPLOIS DES LOGEMENTS DES BIENS SOCIAUX DES RELATIONS FRATERNELLES AVEC LESQUELLES NOUS DEVONS TOUS NOUS RASSEMBLER ET CONSTRUIRE NOTRE VIE...
        NOUS PLEURONS TOUT LE TEMPS QUE NOUS N AVONS PAS DES LOGEMENTS SUFFISENTS POUR LES GENS... ALLONS LES FAIRE AVEC NOS BRAS ET NOS TETES POUR NOUS... FAIRE L AGRICULTURE QUI NOUS CONVIENT FAIRE UNE ECONOMIE DE TROC ET NOUS LES PEUPLES QUE COMMENCONS TRAVAILLER POUR LE PEUPLE QUE NOUS MEME ...

        NOUS TRAVAILLONS(en fin ceux qui ont la chance de travailller) pour enrichir des gens qui n’ont rien a foutre de nous ;
        LA RECOMPENSE EST faite DES BOMBES DES GUERRES ET DES CRIMES SUR TOUT : l’eau nourriture nature planete toute entiere ;
        CREER DES NECESSITES C EST SIMPLE MAIS NOUS N AVONS PAS BESOIN DES NECESSITES QUI NOUS TUENT...
        LA SEULE POLITIQUE QUI DOIT ETRE ACCEPTEE QUE CE SOIT LE PARTAGE DE TOUTE IDEE ET LA SOLIDARITE EN TOUT CE QUE NOUS VOULONS CONSTRUIRE POUR NOUS TOUS...

        LUMIERE ET DU COEUR...COURRAGE ET INTELLIGENCE...


        • spartacus spartacus 18 avril 2013 17:09

          L’idée de départ semblait bonne mais les idées tournent court.


          3 L’indemnité des élus de la ville doivent être en fonction de l’argent dans la caisse de la ville. En fonction des réalités, pas d’un formalisme étatique.

          4. Y’a pas faire une indemnité à la carte en fonction du statut ou du poste précédent, mais une indemnité transparente en fonction de la région représentée et payable par les impôts du lieu d’élection. 

          5. Un fonctionnaire doit impérativement démissionner de la fonction publique. Vous imaginez un prof voter un budget en baisse pour son futur employeur l’éducation nationale ?
          Ras le bol le conflit d’intérêt.
          Vous imaginez qu’actuellement Hollande n’a pas démissionné de la haute fonction publique ?
          Lamentable président des fonctionnaires.

          6. L’auteur condamne le privé en oubliant le conflit d’intérêt public... Contradictoire.

          7.Sachez qu’une clause de non concurrence doit être « payée », sous peine d’invalidation devant les tribunaux. Ne pas payer et interdire de travailler est une atteinte à la liberté. Ne passerait pas constitutionnellement.

          9. Avantage en nature remplacés par note de frais et justificatifs controlés. Comme tous les salariés et indépendants. 



          • Traroth Traroth 18 avril 2013 18:41

            Tout ça pour dire que vous voulez casser la sécurité de l’emploi des fonctionnaires. Ayez au moins le courage de vos opinions...


          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 19 avril 2013 11:10

            EST CE NORMAL , qu’en politique (comme dans le show business )pour un mandat ca passe

            de père en fille ou fils ,,, (debré...pécresse..nkm...) ?????

            un dicton breton dit « sous une souris vous n’aurez pas des rats »

            NOUS ON EN A PLEIN DES RATS...CUMULARDS LOBBYISTES....TOUJOURS EN CONFLITS D INTERETS........................


          • henry_jacques henry_jacques 18 avril 2013 17:29

            Croire que J.Cahuzac est le seul menteur et le seul tricheur au sein de notre oligarchie, c’est preuve d’inconscience phénoménale ! Un autre menteur de taille .Manuel Valls le niait sur RMC jeudi.
             Un pouvoir qui ne possède pas de service de renseignement, ne peut durer par incapacité d’anticiper.

            Donc rien d’étonnant dans cette mascarade. Il est certain que Hollande, Ayrault et Valls savaient depuis le début de l’affaire. Une information étonnante et largement occultée par notre presse de M …. ,dans cette affaire de compte en Suisse, ce sont les personnages qui gravitent dans l’entourage de Jérôme Cahuzac, homme de gauche de surcroit, à en juger par l’étiquette ?
            Par exemple :
            - L’avocate de la femme de Cahuzac est la sœur de Jean-François Coppé !

            - Le nouvel avocat qui apparaît : Jean Weil, est le fils de Simone Weil, qui est aussi l’avocat de Dominique Strauss Kahn pour l’affaire du Sofitel.

            - Plus fort, le banquier de Cahuzac, un certain « Dreyfus » qui travaille avec la Suisse, est un ami personnel de Carla Bruni et conseiller financier de Nicolas Sarkozy !

            - Savoir aussi qu’ Eric Woerth (normalement adversaire politique) avait également apporté son soutien à Jérôme Cahuzac !


            Pour revenir sur le fond de l’affaire, Mediapart n’a jamais fait de travail d’enquête sur cette affaire de compte en Suisse du ministre du budget mais a simplement publié ce qu’on lui a apporté ; un peu comme le Canard Enchaîné qui trouve ses informations en ouvrant sa boîte aux lettres.


            Il semble qu’au début ce soit une affaire de divorce difficile du ministre et une épouse qui a peut-être trouvé qu’il semblait un peu pingre sur la pension alimentaire qui ait balancé l’information à Mediapart ?

            Il semble que l’épouse de Jérôme Cahuzac aurait découvert qu’il n’était plus au domicile conjugal et qu’il vivait avec la fille adoptive de Michel Drucker et Dani Saval (? !). Cela explique peut-être bien des choses ???

            Cela montre bien que l’on a affaire ici à des représentants de la « Super Classe » mondialisée où les notions de droite et de gauche n’existent plus, voire s’inversent. Ce sont des gens qui se connaissent, se fréquentent dans les mêmes lieux, possèdent la même idéologie et placent leur revenus importants dans les mêmes endroits et se foutant totalement de leur pays et de la démocratie.
            Juste pour conclure : le montant de l’évasion fiscale estimé de nos élites et sociétés du CAC 40 est estimé actuellement à 600 milliards d’euros ; soit un tiers de la dette française !


            • Bernard Conte Bernard Conte 18 avril 2013 19:18

              D’accord pour stopper la professionnalisation de la politique.

              Mais, il faut aussi s’intéresser à l’ensemble des élites... politiques, économiques, sociales, administratives... Il faut « restructurer » ces élites si l’on veut dépasser la crise et redonner vie à la démocratie.

              http://www.ubest1.com/?page=video/39269/il-est-imperatif-de-restructurer-les-elites


              • soi même 19 avril 2013 00:33

                Beau principe général, et puis par son charisme charmeur vous vous retrouvez élue, et patraque on oublie ses promesses juvéniles pour un mandat à vie.
                Le monde politique est encombré de profession de fois pas tenue.
                C’est à nous d’êtres vigilant, je suis toujours étonné quand Sarkozy qui a été ministre de l’intérieur puisent un jour devenir Président, soit que les Français sont cons, soit qu’ils ont la mémoire courte !


                • Bur K Bur K 19 avril 2013 00:38

                  Oui, comme le dit Démosthène, le meilleur moyen de dé-professionnalisé la politique est le tirage au sort des magistrats.


                  Étienne Chouard travaille sur ce projet depuis plus de 10 ans.
                   

                  • soi même 19 avril 2013 00:55

                    bravos pour le nigaud qui arrive au pouvoir et pour l’opportuniste, Étienne Chouard devrait arrête de fréquenté les casinos et étudier la nature humaine.

                    .


                  • Bur K Bur K 19 avril 2013 01:19

                    Le nigaud inculte et méchant soi même devrait arrêter la fumette et lire le projet de Chouard avant de parler sans savoir et dire des conneries trois fois plus grosses que sa tête de trisomique.



                  • soi même 19 avril 2013 01:37

                    Du vent , rien que tu vent abstrait, quand tu te sera intéresser à la tripartition social, et bien tu verras comme ton maître à pensé, est fumeux.


                  • Bur K Bur K 19 avril 2013 11:34

                    Encore un prétentieux personnage qui se croit autoriser à tutoyer tout le monde ? 


                    Un bénédictin qui pense que les Français sont cons quand ils votent. Seul soi même n’est pas con, il est vigilant, il sait pour qui il faut voter, soi même. 

                    Pas besoin de s’embarrasser avec l’orthographe, au contraire, ça renforce le mépris de l’interlocuteur à qui soi même écrit. Pour soi même, seul soi même compte, et les autres sont cons.


                     


                  • LE CHAT LE CHAT 19 avril 2013 10:49

                    J’ai regardé hier soir sur la 2 un reportage sur les députés de Beppe Grillo , c’était pas mal comme concept !
                    pour avoir des députés qui representent le peuple , il faut qu’ils vivent comme le peuple ,
                    donc il ne prenent que 2500€ par mois !! et plus de bagnoles avec chauffeur !


                    • Greenman Greenman 19 avril 2013 11:17

                      Rien n’empêche de créer un parti qui applique qq’unes de ces règles pour pouvoir en porter l’étiquette aux élections... Ce n’est pas parce que ça ne pourrait pas être légiférer actuellement, que ça empêche les partis de s’imposer les règles qu’ils voudraient voir appliquer globalement.

                      D’ailleurs comment croire un politique qui promet une « moralisation » alors qu’il n’y a pas de volonté de moralisation démontrée au sein même du parti ?

                      Je trouve les statuts du M5S italien très intéressants sur ce sujet. Enfin un parti non-politisé qui applique en son sein les règles qu’il veut voir régir la vie publique.
                      Je ne sais pas ce qu’il en ressortira, mais j’aimerais que cet OVNI politique fasse tâche d’huile !


                      • beo111 beo111 19 avril 2013 11:21

                        Ce qui ne me plait pas dans les propositions de l’auteur c’est la surenchère juridique. On va se retrouver dans une république des avocats, qui vont faire payer bien cher aux politiques leurs services dans une jungle réglementaire.

                        À mon avis il faut revenir aux fondamentaux.

                        Que dit la DUDH à ce sujet ? Chaque individu a le droit d’être représenté pour ce qui est de la gestion des affaires politiques de son pays. Ces représentants doivent être élus par un scrutin honnête.

                        Deux remarques. D’une part il est impossible de représenter chaque individu avec seulement 600 députés. D’autre part, les élections ne sont pas honnêtes en France (comme dans de nombreux pays) : en effet l’organisateur, l’État donne plus de temps de parole dans les médias publics aux gros partis (ceux qui ont écrit les règles électorales) qu’aux petits. Par exemple pour les européennes les gros partis se partagent 2 heures, ils sont peu nombreux, et les petits partis se partagent une heure, ils sont nombreux.

                        À mon avis il faudrait commencer par s’attaquer à ces gros soucis, et pour ce faire demander à une assemblée citoyenne de proposer un remplacement de la loi électorale qui serait ensuite soumis à référendum, comme cela a été le cas en 2004 en Colombie Britannique au Canada.

                        La démocratie, c’est ça. Des tirés au sort font des propositions, avec eux au moins statistiquement on est sûrs qu’il n’y aura pas de conflit d’intérêt. Et le peuple valide par référendum. Comme c’est une procédure assez lourde on est sûr d’éviter l’inflation législative qui commence vraiment, vraiment, à me gonfler.


                        • citoyenrené citoyenrené 19 avril 2013 11:33

                          Assez d’accord avec cet article, tout à fait sur le constat et l’objectif

                          pour apporter de l’eau au moulin, ou pour faire des moulinets

                          préciser l’origine de la professionnalisation de la vie politique peut se trouver, en partie, dans la pensée de Siéyès quand il écrit dans « observations sur le rapport du comité de constitution concernant la nouvelle organisation de la France » en octobre 1789 :

                          « L’intérêt commun, l’amélioration de l’état social lui-même nous crient de faire du gouvernement une profession particulière »

                          il aurait fallu à la naissance de cette idée la combattre, elle est trop profondément inscrite dans l’inconscient collectif aujourd’hui

                          que faisiez-vous à l’époque ? que faisait Agoravox ?


                          • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 19 avril 2013 12:00

                            Les propositions sont intéressantes mais elles ne elles ne s’attaquent pas à la source du problème.

                            vos proposition partent du principes que les élus seraient pris d’une fièvre démocratique et décideraient de voter des lois à leur encontre ce qui n’arrivera jamais.

                            A partir du moment où vous organisez un système de désignation de gouvernement par le biais de l’élection vous aurez toujours une professionnalisation de celui qui est élu.

                            Le seul moyen d’avoir une démocratie réelle c’est que la gouvernance soit dilué et qu’il n’y ai plus d’élection de représentants du peuple car ils ne représentent qu’eux même.

                            Un système de désignation de tirage au sort casserait la professionnalisation de manière immédiate et permettrait de mettre fin aux lobbyismes et aux gouvernements constitués des classes les plus riches.


                            • Loup Rebel Loup Rebel 19 avril 2013 14:30

                              Je partage la pertinence de votre commentaire à 100%

                              L’être humain rêve malheureusement toujours d’un père totalement désintéressé qui le protègerait envers et contre tout, jusqu’au sacrifice de ses propres intérêts.

                              Ce qui manque au peuple pour envisager sans angoisse de se passer de chef, c’est la maturité, c’est-à-dire la capacité à assumer les responsabilités individuelles et collectives.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès