Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Strauss-Kahn : La dernière chance pour Sarkozy d’être réélu en (...)

Strauss-Kahn : La dernière chance pour Sarkozy d’être réélu en 2012

Tous les sondages le montrent : Sarkozy est au plus bas dans l’opinion publique.

Cependant, il pourrait bien être réélu en 2012, suivant un scénario désormais connu.

Le théorème est implacable, et après deux présidentielles foirées, il serait temps que les socialistes le comprennent :

La droite n’a pas besoin d’un candidat de gauche pour mener une politique de droite.
Elle votera donc pour le candidat de droite.
Et la gauche n’a pas non plus besoin d’un candidat de gauche, si c’est pour mener une politique de droite.
Elle ne votera donc pas.

Jospin en a fait l’expérience en 2002, méprisant les partis ouvriers, préférant draguer les électeurs du centre, voire ceux du centre-droit.

Et Royal en 2007, courant après Bayrou et les marchands d’éoliennes, et n’offrant finalement aucune alternative claire par rapport au programme de Sarkozy.

Pour qu’un candidat de gauche ait une chance d’être élu, il faut qu’il ait un programme de gauche.
Avec des valeurs de gauche.
Et une stratégie pour défendre ces valeurs.

Est-il normal, par exemple, qu’une société américaine, dont le siège social pour la France est situé à Issy-les-Moulineaux, puisse avoir son call-center au Maroc, son informatique au Royaume-Uni, sous-traiter ses notes de frais en Pologne, fermer son centre de distribution au nord de Paris au profit de la Belgique, fermer la seule et unique usine dont elle disposait sur le territoire français ; Est-il normal qu’une telle société puisse continuer à réaliser de larges bénéfices en vendant ses produits sur le territoire français ? Tout en effectuant de nouvelles réductions de personnel en 2010 ?
Non, ce n’est pas normal.
A fortiori lorsque l’on sait que cette société est un géant dans le domaine de la Santé, et qu’elle profite donc doublement du système de santé français : D’une part, de ses infrastructures, hôpitaux construits, entretenus, rénovés, agrandis, équipés, gérés avec les impôts des Français, hôpitaux qui constituent sa principale plateforme de vente, et d’autre part, de la Sécurité sociale, qui rembourse les produits qu’elle vend.

Des cas comme celui-ci, il y en a hélas des centaines.

Ils constituent une agression contre l’emploi en France, et indirectement, contre le système des retraites, le système de santé, les congés payés et l’ensemble des acquis sociaux.
De telles sociétés ne sont intéressées que par un profit maximum et immédiat.
Pour elles, le système idéal, c’est l’esclavage, et elles utiliseront tous les leviers et rouages de la mondialisation pour y parvenir, ou s’en rapprocher.

Le rôle d’un candidat de gauche est de recenser précisément ces cas, et de les analyser afin d’élaborer une stratégie visant à les éradiquer.

Il faut cesser d’exposer la France à une concurrence déloyale.

Et il y a peu de chances que Strauss-Kahn soit disposé à le faire, lui le financier, lui l’ami des plus grands banquiers de ce monde.

Au déficit des caisses de retraites, M. Strauss-Kahn répond que l’on va vivre jusqu’à 100 ans, et qu’il va bien falloir travailler quelques années de plus.
Il n’a pas du se rendre souvent dans un service de gériatrie, le camarade, et voir dans quel état on y arrive, à 100 ans.

Que la droite veuille nous voler nos dernières années de validité pour préserver ou accroître les profits de ses riches protégés, ce n’est pas surprenant.
Mais qu’elle trouve sur ce thème un écho favorable chez un candidat censé représenter la gauche, est tout à fait inacceptable, révoltant.

Ce n’est certes pas avec des gens comme lui, que l’on aurait renversé la monarchie et mis un terme aux privilèges de la noblesse.
Ce n’est pas avec des gens comme lui, que l’on se serait affranchi de la morale de l’église.
Ce n’est pas avec des gens comme lui, que l’on aurait mis un terme à l’exploitation des enfants dans les mines de charbon.
Ce n’est pas avec des gens comme lui, que l’on aurait acquis les congés payés.
« Allez-voir ailleurs comment ça se passe ! », aurait-il répondu, avec cynisme et dédain.

Vous n’êtes pas de gauche, M. Strauss-Kahn.

Les électeurs de gauche ne voteront pas pour vous, parce qu’ils savent qu’ils n’ont rien à attendre de vous.
Quant aux électeurs de droite, entre deux candidats tenant un langage de droite, ils choisiront le candidat de droite.

Finalement, en dépit de l’aversion qu’il inspire, Sarkozy pourrait bien être réélu en 2012, si comme en 2007 et en 2002, les électeurs de gauche n’ont pas de candidat.

Mais cela fait peut-être partie d’une stratégie de l’internationale capitaliste : Mettre un candidat de droite sur une liste de gauche, pour empêcher le peuple de gauche de s’exprimer.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 25 novembre 2010 10:36

    Bonjour, Antoine.

    Malgré toute sles préventions qu’il inspire, je crois au contraire qu’une grande partie des électeurs de gauche voteraient pour Strauss-Kahn, ne serait-ce que pour débarrasser le pays de Sarkozy. Et je sens monter d’ores et déjà autour de moi la tentation du « vote utile » PS dès le 1er tour, en partie motivée par les excès de Mélanchon et l’incapacité de celui-ci à s’allier avec Besançenot pour constituer une véritable force de gauche ouvrière, solide et crédible.


    • liberta 25 novembre 2010 10:48

      @ Fergus
      Je suis souvent d’accord avec vous mais appeler à voter PS c’est a dire DSK au premier tour pour battre Sarko, c’est s’aliéner encore davantage au Nouvel Ordre Mondial dont DSK est un membre important dans l’échelle et efficace sur le terrain pour finir le travail

      D’ailleurs, dans ce même site aujourd’hui un article d’Olivier Cabanel détaille les véritables activités au nom du PS de DSK


    • Fergus Fergus 25 novembre 2010 11:30

      Bonjour, Liberta.

      Ce n’est évidemment pas de mon vote qu’il est question, mais de la tendance que j’observe ici et là. Une tendance avec laquelle, si cela peut vous rassurer me concernant, je suis en désaccord.


    • liberta 25 novembre 2010 11:38

      Bonjour Fergus
      Vous me rassurez , je ne vous reconnaissais plus !!!!! je vous plusse


    • Fergus Fergus 25 novembre 2010 13:07

      Merci, Liberta.

      Ce que je voulais souligner, c’est que nombre d’électeurs (et pas de militants) de gauche sont un peu déboussolés et prêts à accepter Strauss-Kahn contre leur gré, non par adhésion mais par rejet de Sarkozy en s’appuyant sur le postulat que ces deux-là ne sont bonnet blanc et blanc bonnet.

      Il n’y a pourtant pas un océan entre la politique UMP et une politique PS à la sauce Strauss-Kahn tant ce dernier est un adepte, pas revendiqué trop fort il est vrai, de la mondialisation libérale. Mais les gens deviennent deplus en plus frileux et pour sortir d’un cauchemar beaucoup sont prêts à en subir un autre qu’ils pensent plus soft par crainte de devoir rempiler avec 5 années UMP supplémentaires. Tout le problème est là, et le sondage TNS-Sofrès d’hier qui donne Strauss-Kahn en tête au 1er tour et largement gagnant au 2e avec 62 % des voix montre qu’il mord largement sur les rangs de l’aile gauche du PS avant de rallier en masse les centristes au second tour.

      Cette réalité (encore que cela puisse évoluer) est évidemment liée, et on ne peut que le regretter, à une sorte de fatalisme désabusé, certains diront de réalisme électoral. Pour combattre cela, il faudrait, mais est-ce encore possible ? que les forces de progrès se mobilisent toutes dans l’unité à gauche pour faire barrage à Strauss-Kahn. Je crains malheureusement que cela ne se fasse pas, la plupart des caciques étant d’ores et déjà dans le positionnement gouvernemental en vue d’obtenir les maroquins les plus prestigieux possibles en cas de victoire en 2012.

      Désolé d’apporter une réflexion rabat-joie, mais je crois qu’il ne faut pas être naïf pour autant. Cela ne m’empêchera de me positionner en 2012 à gauche du PS sur des idées plus conformes à ma vision de la société.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 25 novembre 2010 14:20

      Pareil que Fergus. Je pense que les électeurs de gauche, comme de droite, sont prêts à tout pour refermer la parenthèse Sarkozy.


    • MAIKEULKEUL 25 novembre 2010 14:40

      @Fergus
      Les dirigeants et possédants actuels sont accrochés à leurs biens et leurs privilèges comme les moules au rocher.
      Allez demander gentiment à une moule de se décrocher et venez me raconter votre saga.
      Vous parlez des excès de JL Mélenchon. Vous plaisantez j’espère !! Il travaille lui !
      Il ne vous ait jamais arrivé de pousser un coup de gueule ? Moi si !
      Allez voir votre banquier lorsque vous êtes en difficulté financière, vous allez voir sur quel ton il vous parle.
      Vous êtes un naïf pour croire que vous arriverez à modifier la grave situation actuelle avec des mots gentils et compréhensifs.
      LA HAINE MONTE. LA COLERE GRONDE, et si les nantis ne bougent pas leurs fesses, lorsque ça va éclater, CA VA FAIRE MAL


    • Fergus Fergus 25 novembre 2010 15:43

      @  Maikeulkeul.


      Que les mécontentements enflent, et que la colère gronde ici et là, j’en suis convaincu, même si cela n’apparaît pas encore de manière évidente à beaucoup. J’ai même écrit au printemps un article sur ce sujet que je vous engage à lire, non pour mes propos, mais pour ceux, d’une étonnante actualité, d’Alexis de Tocqueville : « Climat social : l’avertissement lucide de Tocqueville  ».

      Cela dit, permettez-moi de ne pas être totalement d’accord avec vous concernant le ton à employer vis-à-vis des interlocuteurs, quels qu’ils soient. Personnellement, je ne mets presque jamais en colère, ce qui ne m’empêche pas d’être très ferme et d’obtenir de temps à autre gain de cause.

      Mais chacun son style, et concernant Mélenchon, ce n’est pas sa juste colère (très médiatisée) à propos de l’interview par Pujadas du délégué CGT de Clairoix que je vise mais ses algarades répétées, et loin d’être toutes justifiées, avec les journalistes. Au point que j’en viens à me demander si ce n’est pas, chez un vieux politicien aguerri, une stratégie délibérée visant à se construire une image d’« homme en colère » propre à emporter, croit-il, l’adhésion des travailleurs censés partager la même colère vis-à-vis du système médiatique.

      Le problème est que cette attitude attire autant qu’elle repousse et que Mélenchon, à l’image de Sarkozy qui perd au centre ce qu’il gagne sur le FN, risque de n’en tirer aucun avantage électoral. Les sondages actuels sont d’ailleurs peu encourageants qui, malgré son activité débordante, le donnent à égalité ou devancé par le muet Besançenot. De quoi se poser des questions, non ?

      Bonne journée.


    • Dionysos Dionysos 25 novembre 2010 16:52

      Il y a tout de même sur ce site quelques personnes ayant une certaine intuition de qui est vraiment Mélanchon ! Qu’il les rejoigne tous !


    • dixneuf 25 novembre 2010 16:56

      Une « force de gauche ouvrière » !!! - La classe ouvrière est en diminution, ses forces sont épuisées et ne feront plus jamais une majorité.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 25 novembre 2010 17:14

      Le dernier sondage Sofres-Nouvel Observateur ne prend pas en compte les candidatures de Mélenchon, Joly, etc. C’est dommage. Les projections sur le second tour de l’élection présidentielle sont tout de même assez édifiantes :

      Dominique Strauss-Kahn 62% Nicolas Sarkozy 38% (!)
      Martine Aubry 55% Nicolas Sarkozy 45%
      François Hollande 55% Nicolas Sarkozy 45%

      ...et, cerise sur le gâteau, Ségolène Royal 52% Nicolas Sarkozy 48%

      Lien vers le sondage et son analyse sur le site du Nouvel Obs.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 25 novembre 2010 17:27

      Amusante l’analyse. A propos de Sarko, "son impopularité croissante le conduit à s’incliner devant tous ses challengers socialistes dans un front qui va de l’extrême gauche au centre droit« .

      (...)

      Cinglante :

       »Le sarkozysme est désormais un phénomène résiduel. Il reste fort chez les personnes âgées. Chez les sympathisants UMP, ou ce qu’il en reste, il demeure dominant. Mais pour le reste, c’est la débâcle. Trop faible pour s’imposer au premier tour, le président est aujourd’hui trop court sur patte pour rassembler au second. La moitié de l’électorat de Jean Louis Borloo et les deux tiers de celui de François Bayrou et de Marine Le Pen lui échappent dans ce tour décisif. Là est la vraie clé de sa déroute. Celle-ci signe l’échec d’une stratégie".


    • Fergus Fergus 25 novembre 2010 17:51

      Salut, Peachy.

      Si, ce sondage prend en compte Mélenchon et Joly dans différentes configurations, et si Joly tourne autour de 8 %, Mélenchon et Besançenot font entre 6 et 7 %, un score évidemment très décevant pour Mélenchon


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 25 novembre 2010 23:17

      @ Fergus. Exact. Ils sont sondés pour le premier tour.


    • liberta 25 novembre 2010 10:42

      @ l’auteur
      Vous parlez d’une société Américaine d’Issy les Moulineaux qui profite des impôts des français, via le système, mais allez jusqu’au bout et nommez cette Société

      Il faut faire connaitre ce que nous savons être dévoyé et à force de prendre des gants on prend des claques

      Utilisons le système qui fait la fortune des dominants, à savoir les réseaux qu’ils utilisent pour nous contraindre et se gaver sur notre dos

      Faisons de même et mutualisons nos renseignements et nos forces, faisons ce que les médias
       conventionnels ne font pas, à savoir faire connaitre leurs réseaux et ainsi réveiller les citoyens qui pour beaucoup n’imaginent pas la façon dont nous sommes « essorés »
      http://r-sistons.over-blog.com/article-qui-sont-les-maitres-du-monde-le-gouvernement-mondial-societes-secretes-57227495.html

      http://www.dailymotion.com/video/x8g8f6_le-siecle-club-des-elites-francaise_news


      • SALOMON2345 25 novembre 2010 17:15

        Des mots, des chiffres, des euros, des dollars, des dettes, des déficits, le Sud, le Nord, l’Asie, les USA, bref : un enfumage généralisé dont l’affluence des données étouffe tout jugement possible et clair de surcroît !
        Pour sortir des sophismes et propagandes libérales qui veulent que l’Etat serait une tare et les prélèvements obligatoires un « cancer » pour le pays et que nous sommes foutus (la France), j’ai eu la curiosité d’aller consulter les comptes officiels de la nation et la première tendance démontre - à l’exception de la forme - que JL Mélenchon parle plus vrai qu’il n’y parait, à savoir ce qu’il dénonce :
        - le discours déjà ancien laisse croire aux citoyens que les prélèvements (horreurs pour le medef) ressemblent à des sommes qui partiraient comme ça, dans les égouts - pffffffffuitttt -et seraient ainsi perdues, voire détruites pour la collectivité, comme de la vapeur évanouie dans les airs, alors qu’au contraire, redistribuées, elles irriguent toute la société - du hameau jusqu’à la Capitale - qui re-dépense ces sommes (profs, médecins, armées, police, structures, aides diverses, redéploiements, EXONÉRATIONS, etc, etc, etc...) !
        - la Sécu à un budget de () 450 Milliards et le fameux trou () 30 Milliards (dont fortes exonérations patronales) soit à peine 10% comme le souligne avec pertinence la grande gueule JLM
        - le PIB France est de () 2000 Milliards
        - les importations sont de () 36 Milliards
        - les exportations sont de () 33 Milliards
        Même si la dette (et non pas le déficit + 300 milliards () depuis 2007) représente la valeur d’une année de PIB ( 1950 Milliards), il n’y a pas le feu au lac mais tout semble, par cet enfumage d’apocalypse, faire entrer de force l’idée - comme de jouir sans entrave en 1968 - que l’Etat n’est pas la solution mais le problème (dixit Reagan et Thatcher) et que la privatisation tout azimuts sera bien sûr le paradis (retraites, hôpitaux, trains, postes, police, autoroutes, bientôt armée, etc) !
        Sur les autoroutes des radars « fliquent à fond » mais la finance, elle, demeure libre et sans entraves !!!
        A gauche, à part les derniers communistes qui n’ont pas encore tout révisé le passé, personne ne sait encore où poser le curseur, pas un n’ose dire à quel endroit précis poser le couteau, tant pour un partage humain, juste et équitable du gâteau confectionné collectivement, que d’inventer les règles acceptables par tous et pour tous et pour l’intérêt de la Nation et son Peuple, tout en vivant en paix avec ses voisins.
        Il ne faut ni offrir un menu fixe ni proposer une carte mais débattre - ce qui n’est pas facile - du possible entre toutes les données et les contingences, afin d’inventer avec le même esprit et la même essence que les Droits de l’Homme en 1789, une possible révolution, pacifique mais volontaire ! Pour en écrire les premiers mots, les premiers souffles, il faut abandonner l’idée de trouver la vérité - cette chimère - mais plutôt combattre les mensonges, un à un, d’où qu’ils viennent... !
        Salutations


      • LE CHAT LE CHAT 25 novembre 2010 10:45

        ce que je lis là est très juste , j’ai fait un micro trottoir auprès des syndiqués CGT du coin , public comme privé , avec ce candidat là , c’est absentention généralisée pour les ouvriers et employés contre Sarko ! le DSK est vomi par la France d’en bas !


        • asterix asterix 25 novembre 2010 11:36

          Ne t’en fais pas, mon chaton. La France d’en-bas va bien réfléchir avant de savoir qui elle enverra au second tour. Le thème électoral commence seulement à se préciser et ce n’est pas celui de l’identité nationale, au grand dam de son auteur, notre bien-aimé Narkoleon..
          L’élection, ce sera le climat donné aux affaires.

          Envoyer Strauss-Khann phagocyter la gauche pour empêcher celle-ci de s’exprimer, dit le commentaire au-dessus du tien. Il faut contourner le piège.


        • Christian Creseveur Christian Creseveur 25 novembre 2010 22:35

          Idem.
          Hors de question de voter DSK : un type dont les seules solutions consistent à virer toujours plus de fonctionnaires, à fermer des services publics, et à aider le capital à fructifier toujours plus au détriment de l’emploi.
          Bien sûr l’esprit du « vote utile » court encore depuis le 21 avril 2002. mais il n’y aura pas de vote utile à n’importe quel prix, et encore moins pour n’importe qui.
          Ce qui laisse à penser que les gens attendent une véritable candidature de gauche.
          Pas un candidat brouillon comme Mélanchon qui est trop occupé à se chiffonner avec Besancenot et les journalistes, pas un Besançenot qui est danvantage taillé pour l’action syndicale et qui ne cultive aucun intérêt pour les fonctions (j’allais dire les postes, mais ça faisait un mauvais jeu de mot), pas un Laurent qui est aussi transparent que le PC qu’il dirige !
          Non ! Une véritable candidature utile, de gauche, et au sein du PS.


        • JL JL 25 novembre 2010 11:22

          « Mais cela fait peut-être partie d’une stratégie de l’internationale capitaliste : Mettre un candidat de droite sur une liste de gauche, pour empêcher le peuple de gauche de s’exprimer. » (Antoine Veermersch)

          On peut le dire comme ça en effet, mais il faudrait définir ce que sont la droite et la gauche.

          Je crois que l’internationale capitaliste comme vous dites (admettons), n’a que faire de ces notions de droiyte et gauche : j’ai toujours en tête ces paroles de Tixier Vignancourt qui se demandait publiquement ce que François Mitterrand, l’« un des leurs » disait-il, était allé faire dans un parti de gauiche. En ce temps-là, droite et gauche avaient encore un sens.

          Ceux qui mènent les affaires du monde ont toujours une longueur d’avance, par définition. Et il est évident qu’ils occupent les places stratégiques, à tous les niveaux : à eux les réseaux, à nous les communautés. Il est plus facile d’opposer les communautés qui sont congénitalement aussi matérialisées qu’ennemies que les réseaux, lesquels sont, au contraire et par nature, aussi invisibles que coopérants contre l’ennemi de classe commun, le peuple.


          • Defrance Defrance 25 novembre 2010 11:26

            Je fais moi aussi mes propres sondages, en Picardie, DSK est le dernier pour qui ont pourrait ..... s’abstenir ! J’ai failli écrire voter, mais nous savons tous que le tombeur de stagiaire Hongroise ne peut pas être le tombeur de dictateur Hongrois !

             Je suis TRÈS intrigué par les sondages qui le portent au nues, je me demande si ils ne sont pas effectués que dans le 9-2 ?


            • kiouty 25 novembre 2010 11:27


              Franchement, un VRAI candidat de gauche, a minima, devrait proposer une mise au pas des banques avec entrée de l’état en majorité dans leur capital, effectuer la séparation des activités d’affaire et de détail : on ne confie pas une chose aussi importante que l’épargne privée a des grands groupes lucratifs qui jouent au casino avec ! C’est aberrant !

              Mais ça, y a personne qui le propose franchement, même pas Mélenchon, c’est dire dans quel état est la gauche en France : il n’y en a tout simplement pas sur l’échiquier politique. Enfin, d’importance quoi.


              • Harfang Harfang 25 novembre 2010 11:41

                C’est tellement vrai...


                • Vent d'est Vent d’est 25 novembre 2010 12:04

                  Strauss Kahn est aussi fourbe voir encore plus fourbe que Sarko, si celui ci est élue, il continuerai à mener un politique ultralibérale, en cassant les services publiques, privatisant à tout va, vampirisant la classe moyenne et ouvrière... Comme son prédécesseur. Sans compter qu’il continuerai à renforcer le pouvoir de l’Europe au détriment de la France...


                    • benbaker 25 novembre 2010 12:32

                      Article interessant. C’est vrai que plus on observe, plus on se rend compte que le socialisme est soluble dans le Sarkozysme. Seulement, ne crois tu pas que le peuple de gauche prefererait malgre tout DSK a Sarkozy ?

                      A mon sens, celui qui peut tirer son epingle du jeu, C’est Bayrou.


                      • sisyphe sisyphe 25 novembre 2010 12:41

                         D’accord avec l’analyse de l’article, mais pas avec le pronostic. 


                        Il est clair que DSK n’est pas un homme de gauche, et que son élection ne changerait qu’à la marge les mesures appelées à régir le pays dans les années qui viennent. 

                        Mais il est un fait crucial ; au niveau national (c’est en dire en cas d’élections au niveau national), la France, depuis toujours, penche invariablement à droite (à la différence des scrutins régionaux). 

                        Ce n’est qu’avec l’appui du PC (à l’époque influent), des Radicaux de gauche, et de quelques figures du centre), que Mitterrand a réussi à se faire élire. 

                        Pour Jospin, rappelons le, c’est à la suite d’une dissolution qu’une majorité de gauche s’est retrouvée à la Chambre des députés, alors que Chirac était président ; il s’agissait, donc, d’une élection législative, et non présidentielle. . 

                        Aussi, un candidat de gauche pure et dure n’aurait, à mon sens, et vu le schéma électoral de la France, pratiquement aucune chance d’être élu Président de la République au suffrage universel (d’où les tentatives de Royal de s’allier le Modem, ou encore les déclarations de Cohn Bendit sur la nécessité de rallier PLUS que la gauche, pour battre Sarkozy). 

                        Alors ? 

                        Je pense qu’un candidat unique d’un front uni de la gauche radicale (Front de gauche + écolos + NPA + Radicaux de gauche) au 1er tour, réaliserait un score suffisant pour peser sur le candidat PS (autre que Strauss Khan), et l’obliger à intégrer les mesures préconisées par cette gauche radicale (réforme monétaire, institution d’une VIème République, plus démocratique, indépendance de la justice, protection du système social, au besoin un protectionnisme financier et monétaire), et pourrait augurer d’une victoire de ce candidat au second tour. 

                        Par ailleurs, Sarkozy sait très bien que la victoire d’un candidat de droite (lui, très probablement) est en très grande partie liée au vote des personnes âgées (qui lui ont assuré son élection en 2007) ; d’où la pseudo « grande campagne » qu’il vient de lancer sur les mesures liées à la « dépendance » des personnes âgées ; cette frange de l’électorat risque, de nouveau, de provoquer la décision, en 2012. 
                        Stratégiquement, la gauche doit donc s’approprier également des mesures spécifiques à l’égard de cette population, décisive. 

                        Dans ce cas de figure, je pense qu’un candidat PS (Aubry, sans doute) aurait des chances de remporter l’élection, à condition, bien sûr, qu’il obtienne, au premier tour, suffisamment de voix pour figurer au second, et ce n’est pas gagné, vu le score que va réaliser, très probablement, Martine Le Pen. 

                        Alors, on peut également compter sur les divisions à droite, et la présentation de plusieurs candidats (Dupont Aignan, Villepin ; Borloo ou/et Morin seront certainement, d’ici là, ralliés à la candidature Sarkozy, en échange de quelques postes clés), pour diminuer le score de Sarkozy, mais là, rien n’est sûr... 

                        Équation donc délicate ; aucun candidat de la gauche, ni de la gauche radicale ne semblant, jusqu’ici en mesure de rallier suffisamment de voix au 1er tour pour être en 1ère ou 2ème position... (ça va se jouer dans les 20-25%)

                        Tout va dépendre des stratégies d’alliance avant le premier tour. 
                        La victoire risque finalement d’aller vers le camp qui sera le moins divisé ; aux partis de gauche (tous, dont les écolos, et la gauche radicale) de trouver la formule pour éviter le morcellement... 

                        Pas évident... 



                        • sisyphe sisyphe 25 novembre 2010 12:51

                          ... et si DSK était le candidat PS, il faudrait, encore plus, qu’un candidat unique du front uni de la gauche radicale se présente, et fasse un gros score au 1er tour, pour « peser » le plus possible sur le 2ème tour. 


                          Là, ce serait jouable, et permettrait peut-être, enfin, une réelle politique de vraie gauche dans ce pays, à condition que DSK s’engage, en cas d’élection, à instaurer une VIème République, plus respectueuse de la démocratie et de la vraie représentativité de l’ensemble des Français (élections à la proportionnelle, vote des lois aux 3/5ème des députés, réforme du Sénat, référendums d’initiative citoyenne réellement réalisables, non-cumul des mandats, etc...)

                          Pour moi, l’important n’est pas seulement la victoire de la gauche, mais d’une vraie gauche, et, surtout, d’un changement constitutionnel qui empêche que tous les pouvoirs soient dans les mains d’un seul personnage, et d’un bipartisme mortifère pour la démocratie. 

                        • ogar 26 novembre 2010 11:10

                          Comment croire que le grand chantier pour construite le monde de demain se résume à l’application des vues de tel ou tel ’’camp’’ ?

                          Qui peut encore croire que l’acte fondateur d’un tel chantier - ou d’un début de résistance – sera la victoire de tel ou tel camp ?

                          Qui peut encore oser prétendre avoir déjà les solutions, déjà compris tous les problèmes, savoir comment devront s’organiser les sociétés ? Qui se sent capable de parler au nom de tous les peuples - puisque mondialisation il y a - ?

                          Voir gagner son parti, son champion, avec tel mais sans celui-là  : Et après ? Que fait le champion ? Quelles indiscutables valeurs serviront de socle à son action et surtout à celles de ceux qui veulent s’engager ? Quelle éthique guidera l’exercice de son pouvoir ? Quels espaces auront été créés ?

                          A part la satisfaction d’être élu et la prétention d’avoir du pouvoir, quels chantiers seront engagés, avec qui, quels moyens, et pour quels horizons ?

                          Il me semble qu’il y a des moments où l’esprit partisan est une façon détournée de refuser d’affronter les vrais problèmes.


                        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 25 novembre 2010 15:56

                          Complètement d’accord avec l’auteur mais aussi avec sysiphe. J’espère que cassino a raison car pour ma part, je pense que DSK est à Sarko ce que Obama est à Bush. C’est bonnet blanc et blanc bonnet. Qu’ils aillent au diable tous les deux qui sont vendus aux puissances de l’argent. Sûr qu’il nous faudrait une vraie gauche. Mais j’ai peur que nous ne l’ayons pas... Enfin, en tout cas, il y a de quoi se réjouir de voir aujourd’hui un député communiste faire la nique au président de l’assemblée en livrant au juge les documents de la commission sur les attentats de Karachi. S’il n’y a plus de gauche, il reste des hommes de gauche. C’est le seul espoir.


                          • FRK44 FRK44 25 novembre 2010 17:04

                            Non, Obama / Bush c’est pas la même chose !
                            Tout comme DSK / Sarkozy.

                            Une politique économique semblable, peut-être. Elle est à combattre, c’est sûr !

                            Par contre, il y a 2 mégalos, narcissiques ; l’un a fait trembler le monde tandis que l’autre ne rêve que de ’grand moment historique’. Heureusement pour nous, ils n’ont fait que se croiser...

                            Pas un instant, on n’imagine DSK faire la fête au Fouquets, à aucun moment on ne verra DSK insulter un quidam ni se vanter à tord et à travers d’avoir sauver le monde.

                            Désolé, je préfère que l’on confie les clefs de la valise des codes nucléaires à un chaud lapin qui reste encore un démocrate plutôt que de continuer à voir mon pays s’enfoncer dans une dictature molle entre les mains de ce laquais des riches.


                          • dupont 25 novembre 2010 16:21

                            Je souscris au complètement à la demande de « liberta »

                            Pourquoi tant de mystères ?  :allez jusqu’au bout et nommez cette Société !!!

                            Merci de compléter vos propos

                            @ l’auteur
                            Vous parlez d’une société Américaine d’Issy les Moulineaux qui profite des impôts des français, via le système, mais allez jusqu’au bout et nommez cette Société

                            Il faut faire connaitre ce que nous savons être dévoyé et à force de prendre des gants on prend des claques

                            Utilisons le système qui fait la fortune des dominants, à savoir les réseaux qu’ils utilisent pour nous contraindre et se gaver sur notre dos

                            Faisons de même et mutualisons nos renseignements et nos forces, faisons ce que les médias
                             conventionnels ne font pas, à savoir faire connaitre leurs réseaux et ainsi réveiller les citoyens qui pour beaucoup n’imaginent pas la façon dont nous sommes « essorés »


                            • Hijack Hijack 25 novembre 2010 16:25

                              DSK, c’est pas lui qui disait : « Chaque matin je chercher à être utile à Israël ... »
                              Très intéressant pour la France.


                              • agent orange agent orange 25 novembre 2010 17:28

                                On attribue à DSK d’avoir déclaré dans Tribune Juive son intention d’être utile à Israël chaque matin lorsqu’il se lève (sic).
                                Par soucis de véracité, quels sont ses propos exacts et la date de publication ? Par ailleurs, est-ce que Tribune Juive est imprimé et publié en France ?, avec quel tirage ?
                                Merci d’avance pour ces infos complémentaires.


                              • Dominique TONIN dume 25 novembre 2010 17:20

                                Et si DSK est, soit disant un des meilleurs économistes au monde, comment se fait-il qu’en temps que ministre d’état en france, il n’ait pas pu éviter cette faillitte ? Que se serait-il alors passé s’il avait été mauvais DSK ?
                                QUESTION : S’il existe parmi les internautes un ou des économistes capables de nous expliquer (sans trop nous prendre la tête) pourquoi les états membres, un par un sombre dans la faillite, je leur en serais gré. Merci


                                • tvargentine.com lerma 25 novembre 2010 19:01

                                  Ne cachons pas la suprise au bon peuple ! 

                                  OUIIIIIIII !!!!!! le PS à un programme pour 2012 

                                  C’est celui du F.M.I en la présence du docteur de l’économie mondiale : DSK 

                                  et le PS présente même le candidat du F.M.I qui aura la lourde charge de mettre un terme au Parti Socialiste en coma depuis 2002 en proposant des solutions dignes de Tatcher ou Reegan tant les solutions de DSK pour des pays européens en difficultés sont de la véritable régression sociale et appauvrissement de la population

                                  Qui sont les vrais responsables de la crise financière du capitalisme Monsieur DSK ??????

                                  L’Argentine,avait refusé de suivre la politique du FMI et qui ressemble comme 2 gouttes d’eau à la votre aujourd’hui tant les sacrifices étaient énormes

                                  L’Argentine a tenu bon,ce pays n’a presque plus de dettes,son industrie est reconstituée ainsi que son agriculture et la croissance du pays est de 8%

                                  Rien a voir avec le pillage par le FMI des ressources (privatisations qu’aiment tant les socialistes au pouvoir) et du pouvoir de décision en matière économique

                                  La France devrait perdre son indépendance pour devenir une colonie du libéralisme exacerbé dirigée par le docteur DSK ???

                                  http://www.tvargentine.com


                                  • Claude Hubert rony 25 novembre 2010 20:23

                                    @ l’auteur

                                    qu’appelez vous gauche ?
                                    Votre théorie est amusante (et sans doute vraie en partie)


                                    • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 25 novembre 2010 20:35

                                      Très bien vu.

                                      Et j’ajouterais : distribuer les parrainages à un maximum de candidats de la gauche radicale, pour bien émietter les voix.

                                      Cordialement,


                                      • easy easy 25 novembre 2010 20:49

                                        En France, les présidentielles se jouent parfois à une poignée de voix près. Il vaut donc mieux ne pas parier et en rester au constat que chez nous, comme partout, la masse des gens qui se considèrent comblés ou qui espèrent encore le devenir, fait, au second tour, le choix du statu quo

                                         
                                        « Tout sauf l’aventure »

                                        Quel est le poids actuel de cette masse des statuquoistes ?
                                        J’irais à dire qu’étant donné le trés grand nombre de Français millionnaires et étant donné la solidité de l’immobilier (qui concerne beaucoup de monde), cette masse est probablement plus importante que jamais.

                                        Pour ces satuquosistes, Nicolas Sarkozy peut très bien faire l’affaire en 2012. Au pire, ils ne l’échangeraient que contre une personnalité ayant fait ses preuves en matière de conduite des affaires.
                                        Martine Aubry ne peut alors rien valoir à leurs yeux, pas plus que Hollande ou le facteur de Neuilly. Royal n’a pas dirigé d’assez grosses affaires.
                                        Tous les autres candidats qui auront été aux affaires importantes et qui n’auront pas fait la grosse bêtise, seront considérés. Et dans l’ordre, entre DSK, Jupé et MAM, j’imagine que ce sont les deux derniers qui seront considérés par les statuquoistes comme ayant été le plus aux affaires de la France.


                                        • pierrot123 25 novembre 2010 21:39

                                          Surtout .....pas de « D.$$$$.K » !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès