Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Suicide collectif à Reims

Suicide collectif à Reims

A priori, le congrès de Reims est déjà un échec. Comme le constate Rébus, la guerre des courants bat son plein, avec en perspective d’improbables attelages pour barrer la route à S. Royal, et des pratiques politiciennes d’un autre temps qui rendent même sympathique l’ex-candidate socialiste à l’élection présidentielle !

Ce constat était bien prévisible avec l’affrontement de trois motions, idéologiquement très très proches et de forces similaires.

Seule la gauche du parti emmenée par B. Hamon pouvait éviter un tel naufrage, mais les militants en ont décidé autrement.

Des auteurs affirment que des personnes éprouvent une certaine complaisance dans l’échec et dans le drame... Cela doit être le cas des militants socialistes !

Le militant notable local et le militant de base n’ont probablement pas envie de voir le PS aux responsabilités nationales, tant celui-ci n’est pas prêt à gouverner.

Le PS n’a pas de ligne claire sur un certain nombre de questions, en particulier sur l’Europe. Au pouvoir serait-il prêt à causer une crise en s’opposant à la politique néo-libérale de Bruxelles ? A revenir sur la question des retraites ? A réformer la fiscalité ?

Dans ce flou idéologique savamment entretenu, nos deux compères savent bien que pris dans l’urgence et sous la pression d’amis influents et de lobbies, le PS décevrait en appliquant une politique guère différente de la droite comme sous le 2e septennat de François Mitterrand...

Par conséquent, un PS dans l’opposition garantit à ces deux militants un certain confort... Aux prochaines élections locales, comptant sur le ras-le-bol de la population, ils n’auront qu’à taper sur la droite au pouvoir. Ainsi, le notable conservera ses mandats...

Mais, Ce statu quo condamne le PS dans un rôle d’opposant même s’il lui garantit une certaine puissance en termes de moyens financiers, de structures, d’élus et de militants.

Cet immobilisme prouve que l’appareil socialiste fait prévaloir ses intérêts sur l’intérêt général.

Si le vote des militants avait permis de revoir le fonctionnement interne, de présenter un programme politique cohérent, de choisir nettement un leader et de tenir un discours clair, l’intérêt général eut été préservé...

Par conséquent, le congrès de Reims ne sera pas pour le PS ce que fut le congrès d’Epinay pour la SFIO...

Autrement dit, le PS risque de vivre un très long déclin à l’instar du PCF, quand, dans les années 60-80, celui-ci préféra protéger son appareil plutôt que de se remettre en question...

Alors puisque rien ne change au PS, puisque les débats sont toujours aussi vains et stériles, puisque tout n’est que batailles d’appareils et d’ego, l’espoir renaîtra peut-être grâce à la création d’une nouvelle formation gouvernementale résolument de gauche ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • molloy molloy 14 novembre 2008 12:52

    Le PS n’a pas de ligne claire sur un certain nombre de questions

    C’est le moins qu’on puisse dire et c’est bien là que le bât blesse. Jean françois Kahn a sans doute raison lorsqu’il appelle à une scission du PS.

    En attendant, on assiste à une atomisation du parti où chacun donne un avis différent sur de simples questions. Il serait sans doute temps que les "éléphants" pensent à rejoindre le cimetière de la politique et laissent leur place à de nouvelles moutures, à de nouvelles idées. 

    Mélenchon et Dolez resteront-ils l’exception ou assisterons-nous à d’autres départs avec tambour et trompette ?


    • Gilles Gilles 14 novembre 2008 15:46

      Ce matin sur France Culture Moscovici a déclaré craindre, en cas de barnum à Reims, une scission du PS......

      Mais pas entre l’aile gauche et l’aile droite, mais entre les baronnets locaux qui s’affrontent (Aubry du Nord, Delanoë de paris et ségo du Poitou soutenue par les baronnets de Marseille et de Lyon)

      Marrant, non ? Pour préserver leur petit pouvoir local, et il en a convenu, chacun est prêt à sacrifier le PS.

      J’ai aussi lu dans le Canard que suite aux élections au PS, Guerinni , le baronnets marseillais avait dissout, scindé des fédérations des BdR qui avaient votées contre Royal, enfreignant ainsi les ordres express du baronnet ; les militants locaux doivent apprécier.................

      La guerre civile au PS est proche ! Et le pire c’est que selon l’opinion (versatile il est vrai et les sondages sont douteux) aucun de ces baronnets n’a la moindre chance de terminer à moins de 8 points de Sarko, déjà mal aimé. Ils savent, sauf Royal qui joue sa dernière carte et y croit, que leur destin national est mort ; faut donc préserver le local et merde au reste, merde aux autres, plutôt le néant qu’eux, et que les militants pas heureux aillent se faire bip bip bip (ça c’est pour éviter la censure sur Avox) ailleurs


    • pas perdus pas perdus 15 novembre 2008 09:04

      Espérons qu’ils réussiront leur entreprise...


    • Gilles Gilles 14 novembre 2008 15:52

      De nombreux militants "éphémères" en ont marre des tambouilles et popotes d’appareillage.

      Mais alors pourquoi vous votez pour eux ?

      Par manque de choix ?

      On vous vole vos votes ? On vous intimide (parait que vers Marseille ça a été le cas..) ?

      Ou alors vous êtes ultra minoritaire..les autres préférant toujours les mêmes ?

      Ensuite :

      "De nombreux militants aimeraient s’engager sur des projets nationaux, comme au MoDem, au NPA et à l’UMP"

      Vous me faites rire..... le Modem est dédié à BAYROU et c’est tout ! Quant à l’UMP, n’avait vous pas remarqué que son seul but est de soutenir envers et contre tout le président et que toute dissidence est sévèrement punie ?
      Seule la LCR, futur NPA, a un fonctionnement ressemblant au PS : des courants déposant des motions pour lesquelles votent les militants et d’aprés ce que j’en sais, cela donne lieu aux mêmes critiques et abus qu’au PS.


    • pas perdus pas perdus 14 novembre 2008 18:53

      il faut en tirer les conséquences, moi aussi j’ai cru trop longtemps qu’on pouvait transformer le PS de l’intérieur...


    • pas perdus pas perdus 14 novembre 2008 18:58

      merci pour ces précisions


    • pas perdus pas perdus 15 novembre 2008 09:05

      En effet, les débats sont faussés parce qu’il y a à côté d’autres enjeux...


    • pas perdus pas perdus 15 novembre 2008 09:06

      Un peu, merci pour ces précisions...


    • Gilles Gilles 15 novembre 2008 08:35

      Heil Abde

      L’immigration massive a été promu par DeGaulle, Pompidou et Giscard pour commencer

      Ensuite les immigrés ne votent pas...... ils servent de bétails à l’extrême droite populiste qui en fait des boucs émissaires pour attirer les demeurés vers eux


    • pas perdus pas perdus 15 novembre 2008 09:07

      j’ajoute que ladite immigration favorisée par la droite et le patronat permettait de tirer les salaires vers le bas...


    • jak2pad 17 novembre 2008 01:13

      Ce parti de merde n’a que ce qu’il mérite, et c’est pas la peine de pleurer des larmes de crocodile

      Ségoline est pitoyable, avec ses flatulences , Aubry rebute avec sa gueule de KGB, Hamon au moins voudrait un parti de gauche, mais ce pauvre minet, piètre orateur de surcroît, n’a même pas compris que le PS est tout ce qu’on veut, sauf un parti de gauche....

      le seul qui a de la gueule, et des couilles, c’est Delanoé, mais il est trop bon pour ce parti de misère

      il devrait candidater pour les USA !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès