Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sympathisant de Mélenchon, voter Hollande le 6 mai, c’est pas fait (...)

Sympathisant de Mélenchon, voter Hollande le 6 mai, c’est pas fait !

Militant communiste et du Front de Gauche, j’avais publié un billet avant le 1er tour où je déclarais ne pas vouloir voter François Hollande au 2ème tour. Au vu des résultats, et notamment celui de Marine Le Pen, on me presse de revenir sur ma décision. Mais est-ce réellement le bon choix ?

Oui, la réélection de Nicolas Sarkozy entraînerait une nouvelle et terrible dégradation de l’état de la France. Encore plus aujourd’hui où il se lance dans une chasse effrénée aux électeurs du Front National.

Mais aujourd’hui, voter François Hollande ne serait pas un vote d’adhésion. Ce serait un vote par défaut, pour repousser le pire. Pourquoi pas ? Parcequ’à terme, toujours voter par défaut, sans adhésion, c’est ce qui entraîne l’abstention, c’est ce qui fait le lit du Front National.

En votant Hollande aujourd’hui, j’aurais l’impression de faire le marchepied à Marine Le Pen pour 2017. Choix cornellien…

Oui, l’élection de François Hollande amènerait un léger mieux aux classes moyennes, quelques avancées sociétales. Mais - et c’est tout le cœur du problème - pour toutes celles et ceux qui aujourd’hui ont la tête sous l’eau, sont au chômage en fin de droit, touchent des pensions au minimum vieillesse, ne sont pas partis en vacances depuis des années, pour qui les fins de mois difficile, ça commence le 15 du mois… Ce n’est pas l’augmentation du SMIC de la moitié de la croissance et le « sens » à la rigueur qui vont leur faire sortir la tête de l’eau. Leur vie ne changera pas, ou si imperceptiblement avec François Hollande président.

Alors, quand ils auront vu que l’UMP c’est la dégradation de leur qualité de vie et que le PS c’est le statut quo, ils en concluront que l’UMP fait le sale travail, le PS l’entérine. Alors, lorsque le Front National viendra leur dire « à bas le système UMPS », ils applaudiront des deux mains et remettront un bulletin Marine Le Pen dans l’urne.

Aujourd’hui, deux forces politiques majeure se déclarent « anti-système » le Front National et le Front de Gauche. Et ces deux forces politiques disent que c’est l’autre le « chien de garde utile du système ». La question est : comment persuader les actuels électeurs du Front National que c’est bien le Front de Gauche et pas le Front National qui peut porter les espoirs de changement de société qui leur permettront de voir leurs vies s’améliorer ? Comment leur faire comprendre que c’est bien le FN qui est le « chien de garde du système » ?

Le Front de Gauche a appelé à battre la droite au 2ème tour. Sans doute fallait-il le faire. Je ne dirais pas – comme le fait le FN – que PS et UMP c’est « bonnet blanc et blanc bonnet ». Mais quand même.

Le FN ne choisira pas entre le PS et l’UMP. Il n’aura pas fallu une heure après les résultats pour que le Front de Gauche appelle à mettre un bulletin Hollande dans l’urne.

Depuis, le Front de Gauche appelle à des accords aux législatives là où le FN pourrait se maintenir, soit dans environs 20% des circonscriptions. Ce qui reviendrait à dire qu’il y’aurait des candidats Front de Gauche aux législatives soutenus par le PS dès le 1er tour ; et des candidats PS soutenus par le Front de Gauche dès le 1er tour.

Si l’assemblée passe à gauche, comment pourrions nous critiquer les choix politiques de députés PS que le Front de Gauche aura soutenu au 1er tour et contre qui il aura refusé de présenter des candidats. A l’inverse, comment devront voter des députés Front de Gauche, élus grâce à un accord avec le PS, lorsque PS et Front de Gauche seront en désaccord ?

Enfin, au PCF, le débat semble toujours ouvert dans les instances de directions sur une possible participation à un gouvernement socialiste quand bien même la base le refuse totalement.

Tout cela brouille le message. Comment apparaître effectivement comme un candidat de rupture avec le système capitaliste dans ces conditions ?

 Alors oui, sans doute faut-il « battre la droite ». Mais attention aux mots que nous employons, à la façon de le faire.

 Le Front de Gauche ne doit pas se rallier au programme de Hollande « à prendre ou à laisser ». « On laisse » avait dit Jean-Luc Mélenchon. Il ne devra pas y’avoir de ministre du Front de Gauche dans un éventuel gouvernement Hollande. Les députés du Front de Gauche devront avoir toute leur liberté de vote contre l’austérité promise par le PS et pour tenter proposer à l’assemblée nationale tout ou partie des réformes que le Front de Gauche aura porté aux présidentielles et aux législatives.

Le Front de Gauche doit le faire, car quand Hollande aura déçu, le Front de Gauche devra être en position de dire : « non, cette social-démocratie n’était pas la vraie gauche. Elle n’était qu’une tentative - promise à l’échec – de donner un visage humain au système capitaliste. Nous, nous portons une alternative au système capitaliste. A tous ceux qui veulent rompre avec ce « système », nous disons que le Front National n’est pas la solution. Car le système a un nom. Et ce nom n’est pas « UMPS », il est « capitaliste ». Et pour le renverser, il faut rompre avec le capitalisme ».

Mais pour ça, il faut que nous même ayons pris nos distance avec ce système capitaliste, qu’il soit de gauche ou de droite. Et pour ça, oui, on appelle à battre la droite. Quant à faire gagner la gauche social-démocrate, c’est son affaire. C’est au PS, pas au Front de Gauche de convaincre les électeurs du Front de Gauche du 1er tour de voter social-démocrate.

Nicolas Sarkozy veut faire des propositions aux électeurs du Front National pour gagner leur voix ? Que François Hollande fasse des propositions aux électeurs du Front de Gauche pour gagner la mienne ! A ce jour, veille de la clôture de la campagne, ce n’est toujours pas fait.

Article initialement paru sur mon blog, Pensées Politiques & Communistes


Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

138 réactions à cet article    


  • Romain Desbois 4 mai 2012 08:40

    oui comme d’hab. ces ont les abstentionnistes qui détermineront le résultat des élections.


    • Henri Francillon Henri Francillon 4 mai 2012 14:52

      Non, comme d’hab c’est l’oligarchie régnante qui détermine le résultat.
      L’oligarchie UMPS est au pouvoir, organise et contrôle le scrutin puis donne le résultat.
      Croyez-vous vraiment que dans ces conditions le bulletin de vote serve à autre chose qu’à faire croire au peuple qu’il a le choix ?
      Car voyez-vous, il est OFFICIEL que Hollande a pour habitude de truquer les votes au PS et c’est son ancien ami, puis ancien ennemi et aujourd’hui grand ami Mélenchon qui le dit, lui qui soutenait ces tricheries.
      Alors que les victimes de mélenchonite aigüe aient pu soutenir un tricheur pareil par délirium traemens et volonté de guerroyer au lieu de discuter, c’est clair, et qu’ils vont faire pareil « parce que leur idole le leur a dit » aussi, mais cela n’empêche pas qu’ils votent consciemment pour deux arnaqueurs.
      Et qu’ils s’en font donc leur complice et n’ont, dès lors, pas à intervenir sur le sujet démocratique puisqu’ils montrent, par leur choix, désirer une dictature totalitaire antidémocratique.


    • Henri Francillon Henri Francillon 4 mai 2012 14:59

      Je précise, afin que les rouges ne sentent pas stigmatisés d’une manière nauséabonde qui leur rappellerait les heures les plus sombres de notre histoire (celles où ils collaboraient), que Sarkozy et Hollande, ayant trahi le peuple en ratifiant le Traité de Lisbonne, tout comme ils ont été d’accord pour envoyer l’armée massacrer des innocents aux 4 coins du monde, sont l’un comme l’autre des personnages tellement ignobles que quiconque vote pour l’un comme pour l’autre se fait le complice de leurs crimes de guerre, de leurs trahison comme de leur corruption manifeste.
      En espérant que cela vous soulage d’être ainsi, pour une fois, unis, tous ensembles, tels les vrais COLLABOS que vous êtes tous en prenant part à ce simulacre d’élection couronnant une dictature criminelle.


    • Fergus Fergus 4 mai 2012 15:35

      Bonjour, Henri.

      Vous êtes un sacré comique à toujours rappeler la tambouille électorale interne du Parti socialiste pour dénigrer Hollande, et jamais la ragougnasse interne de UMP, pas plus clean que celle du PS.

      Depuis, il y a eu les primaires internes du PS, impeccables de bout en bout sur le plan de la régularité du scrutin, mais par un curieux oubli,vous omettez de mettre ce fait en avant.


    • DSKprésident 4 mai 2012 15:38

      Citons Pierre Hillard qui résume tout en quelques lignes :

      http://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/581600_399080913457781_100000676268283_1198224_891834588_n.jpg

       

      Les résultats du premier tour viennent de tomber. Les deux candidats UMP et PS sont désormais les seuls en lice. Le peuple français doit choisir entre deux figurants appelés à occuper la fonction de « grand employé » à l’Elysée.

      En fait, soumis au pouvoir des oligarchies de Bruxelles, de Francfort, de la City et de Wall Street, l’employé de l’Elysée devra appliquer les mesures édictées au sein des sphères oligarchiques afin d’accélérer la mise en place du nouvel ordre mondial, c’est-à-dire une dictature fondée sur les intérêts d’une classe financière et apatride au dépens des intérêts nationaux.

      La souveraineté du peuple français comme l’affirme clairement l’Article III de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 sera bafouée par des mesures prises par l’employé de l’Elysée courroie de transmission des oligarques. Ces mesures iront à l’encontre des droits qui sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression comme le rappelle l’Article II de cette même Déclaration.

      En conséquence de quoi, nous appelons le peuple français à s’abstenir de voter au deuxième tour afin d’enlever toute légitimité à l’employé de l’Elysée. Ce dernier dépourvu de toute légitimité démocratique ne pourra plus exercer sa mission de voiture-balais des intérêts oligarchiques.

      Le peuple français dont le nom hérité des Francs signifie « libre » doit reprendre la main afin de rester maître de son destin. Cela commence en refusant de voter au deuxième tour comme aux élections suivantes afin d’enlever à l’employé de l’Elysée et à ses délégués le droit à prétendre diriger la France.

      Cette initiative doit être le début d’une révolution libératrice contre le nouvel ordre mondial et ses dirigeants.

       


    • kimbabig 5 mai 2012 05:00

      L’abstention et le vote blanc, même à un niveau élevé, ne délégitime en rien l’élu. S’il n’y avait qu’un seul suffrage exprimé, il désignerait le président de la façon la plus légitime qui soit.


    • Fergus Fergus 5 mai 2012 07:52

      Bonjour, Kimbabig.

      Je me tue à répéter cette évidence depuis des mois.


    • chapoutier 4 mai 2012 08:48

      votre position me rappelle la position du pc allemand inféodé à staline qui expliquait que le ps allemand était pire que le nadsp.


      • Pingouin094 Pingouin094 4 mai 2012 09:49

        Je ne dis pas que le PS est pire que l’UMP et encore moins le FN. Je dis par contre que le PS va décevoir, et qu’avec le PS au gouvernement pendant 5 ans, on aura Marine Le Pen au 2ème tour en 2017, c’est sûr.

        Sauf qu’en 2002, les électeurs de gauche ont voté Chirac pour faire barrage à Le Pen. Voyez vous les électeurs de droite d’aujourd’hui votez Hollande pour faire barrage à Le Pen ?

        Donc, parti comme on est, je vois qu’on ne peut pas exclure Le Pen présidente en 2017.

      • bernard29 bernard29 4 mai 2012 11:04

        Ah ! , ce n’est pas parce que vous êtes bloqué que les autres le sont . vous êtes en retard, Bayrou a franchi le pas et vote Hollande. Je crois que c’est ça le courage politique.


      • Fergus Fergus 4 mai 2012 15:44

        Bonjour, Pingouin.

        Qu’un élu communiste puisse ne rien faire pour « dégager » Sarkozy à défaut de voter pour Hollande me dépasse. Vous dites être élu dans le Val-de-Marne, pensez donc aux classes populaires qui souffrent du sarkozysme, et en souffriront plus encore s’il est réélu, avant de décider du choix d’un vote blanc.

        JL1 a franchi le pas de la raison avec lucidité, malgré des réticences que je partage, et c’est la seule voie qui doit être suivie par les électeurs de gauche. Car invoquer une Le Pen au pouvoir en 2017 est un alibi qui ne tient pas : vous savez pertinemment qu’elle ne sera pas élue, même si le mandat hollandais est un échec. En politique, il est d’ailleurs perilleux de jouer au billard à plusieurs bandes : seul compte le moment présent, et ce moment impose le vote Hollande !


      • 4A+++ 4 mai 2012 16:04

        Bonjour Pingouin94,

        Personellement je comprends votre sentiment, la difficulté de mettre un bulletin pour Francois Hollande.
        L’ enjeu c’est maintenant et non dans 5 ans, au vue de la vitesse des évènements.
        Le vote actuel n’est plus une idéologie, mais un référendum pour ou contre Nicolas Sarkosy

        Un FH qui respectera les différentes opinions, et un autre NS qui ne pense qu’a diviser les gens pour mieux régner, (les lever les uns contre les autres exemple entre ceux qui ont du travail et ceux qui ne peuvent pas en retrouver).

        Quand à la légémonie du PS sur la future assemblé, le sénat, les régions, ce sera de nouveau un dur combat.

        Un partie UMP qui va exploser si NS perd, une refonte de la droite avec un FN fort, et un Front de Gauche qui dervra retrouver un plus grand nombre de députés afin de pouvoir rééquilibrer les forces en présence et s’unir éventuellement avec les écolos. Un autre combat va arriver...

        Dans la situation actuelle ne pas aller voter, s’abstenir ou voter Sarkosy c’est une folie.

        Souhaitez vous la fin du syndicalisme, la fin du service public SANTE, EDUCATION, retraitre à 70 ans alors voter NS, car pour lui redevenir compétitif c’est cette doctrine.


      • Carida 4 mai 2012 20:05

        Qu’un élu communiste puisse ne rien faire pour « dégager » Sarkozy à défaut de voter pour Hollande me dépasse. Vous dites être élu dans le Val-de-Marne, pensez donc aux classes populaires qui souffrent du sarkozysme, et en souffriront plus encore s’il est réélu, avant de décider du choix d’un vote blanc.

        Il faut regarder les choses au-delà de ce seul quinquennat ! La vie ne France n’est pas radicalement différente à chaque fois qu’un président est élu : elle a une certaine continuité. Alors pourquoi se limiter à l’analyse de ce qui pourra ou non nous arriver pendant les 5 prochaines années ?

        Je suis d’accord que nous souffrirons nécessairement avec Sarko au pouvoir, et que nous souffrirons aussi, à moindre mesure, avec Hollande. Mais la vérité c’est que les deux vont nous imposer le joug de la finance. Et lorsque Hollande arrivera au pouvoir, l’UMP déjà si fragile implosera pour allez nourrir l’électorat du FN, et de plus il fera entrer en France la troïka lorsque celle-ci frappera à la porte.

        Le choix est le suivant :
        Voter Sarko, subir un chaos social pendant 5 ans ( ou moins ), et assister à la prise de conscience populaire sur la nécessité de passer à autre chose ( et de surcroît pas à droite )
        ou
        Voter Hollande, subir les plans d’austérité mais un petit peu moins la misère qu’avec un Sarko, mais assister à la déception des gauchistes qui se laisseront écouter la propagande lepéniste qui nous dit qu’il faut virer le système que l’UMPS chérit tant.

        Car dans 5 ans les français seront nécessairement déçus. Donc on assistera à l’augmentation des extrêmes. Si c’est Hollande qui aura déçu, on aura la montée du FN(pour en finir avec la gauche). Si c’est sarko, on aura la montée du FdG(pour en finir avec la droite).


      • Lalita 4 mai 2012 23:01

        Bonjour Fergus,

        J’utilise votre technique !C’est toujours mieux de paraître sympa et posé. smiley

        Le vote hollande n’est pas raisonnable. La preuve : on nous y pousse. Au premier tour avec le vote FN comme aiguillon au deuxième tour avec Nicolas Sarkosy comme épouvantail.
        Je suis d’accord avec l’auteur, il faut pousser l’analyse plus loin...
        Évidemment le futur est plein d’incertitude mais il serait quand même bien de regarder si l’on est pas en train de nous jeter dans un précipice... L’union européenne va droit dans le mur, FH et NS sont tous les deux à fond pour l’union européenne et le capitalisme, conclusion dans les deux cas on va droit dans le mur, donc on freine. On vote blanc ou on s’abstient pour leur donner le moins de légitimité possible et on vote bien aux législatives, on descend dans la rue...
        On ne peux pas refaire le premier tour, les français ont voté par peur. Allons nous continuez à laisser la peur guider nos choix ?


      • kimbabig 5 mai 2012 05:08

        @Lalita
        L’abstention qui risque de faire passer le nain n’est pas raisonnable. On ne peut plus freiner, maintenant il faut absolument en choisir un, et qui va rester 5 ans ! Pourquoi diable ne comprenez vous pas cela ? Bien sûr qu’il vaudrait mieux rompre avec l’europe et le capitalisme, et ce n’est certainement pas avec 5 ans de nabot en plus qu’on y arrivera !


      • Carida 5 mai 2012 13:51

        @kimbabig

        C’est fou à quel point vous n’êtes pas capable de vous projeter au-delà de ce quinquennat ! Que croyez-vous que deviendra la gauche lorsque Hollande, qui est l’incarnation de la gauche réunie et qui est vendu comme étant L’alternative face à l’échec Sarko, aura montré qu’il est aussi atlantiste que l’aura été Mitterrand ?

        Indice : Rappelons-nous comment la gauche a souffert après le passage de Mitterrand, le même schéma se dessine.

        Réponse : Vous allez conduire la gauche à sa fin, et laisser ainsi à l’extrême droite le champ libre pour plusieurs années. Pour souffrir moins pendant 5 ans, vous allez laisser le peuple français souffrir davantage dans les 5,10, peut-être 15 prochaines années. Pardonnez-moi de vous dire que je trouve ça assez égoïste smiley


      • chapoutier 4 mai 2012 08:57

        Oui, il faut virer Sarkozy.... oui mais !
         

        Car il y a un mais de 1700 milliards d’euros.

        C’est bien là le problème. La dette !

        Si Hollande avait déclaré : « moi élu, j’annule la dette » il aurait eu le soutient de millions de français qui n’en peuvent plus, il aurait eu le soutient des grecs et des espagnols, des irlandais et des italiens.

        Oui, si monsieur Hollande avait osé une telle déclaration, ce n’est pas une élection qui l’aurait porté, mais un raz de marée humain, tous ceux que Sarkozy n’a cessé de vilipendé tout le long de son quinquennat. Tous ceux qui sont supposés avoir un faux travail, qui se lèvent tard, qui ne souffrent pas, les assistés, les chômeurs, les salaires médians, les smicards, enfin tous ceux qui n’ont pas le privilèges de fêter les résultats des élections au Fouquet’s.

         

        Mais monsieur Hollande n’a pas fait une telle déclaration.

        Bien au contraire, puisqu’il s’est engagé à réaliser des économies sur le budget de la France.

         

        La réalité est que la France doit lever 180 milliards d’euros pour financer ses dettes, et que si Sarkozy est battu, la nouvelle équipe devra emprunter 500 millions d’euros par jour pour terminer l’année.

        Cette situation fait dire à Michel Sapin ; « nous n’aurons qu’une nuit d’état de grâce », ce qui est aussi vrai pour Sarkozy dans l’improbable cas de sa réélection.

        Il n’y aura pas d’état de grâce ! Il ne peut en être autrement dès lors que l’on se soumet à la dictature de la dette.

        Hollande le confirme dans sa réponse à Bayrou puisqu’il lui jure qu’il : « souscrit aux disciplines budgétaires ».

        C’est un comble, on vire Sarkozy pour être néanmoins assujetti au traité de Sarkozy.

        Parlant des électeurs du FN, Hollande déclare ; « ils ont l’impression de n’avoir droit à rien, et que la mondialisation se fait à leur détriment. Ils se sentent abandonnés par la droite comme par la gauche depuis 20 ans. » certes, mais n’est-ce pas le cas des 14 millions d’électeurs du PS et du Front de Gauche, qui vomissent l’austérité européenne et ses traités iniques ?

        C’est donc par millions que les français vont voter pour virer Sarkozy, mais le choix réel, celui de dire non, de peser en faveur d’une politique véritablement différente et répondant aux attentes de la population laborieuse et de la jeunesse n’existe pas.

        La souveraineté du peuple qui fonde la démocratie est détournée de son objectif, et soumise à la volonté des intérêts de la finance.


        • Romain Desbois 4 mai 2012 09:01

          Chapoutier

          Vous farcissez vos articles dans les commentaires des articles des autres maintenant ? smiley


        • chapoutier 4 mai 2012 09:04

          donc pingouin, l’important n’est pas de se battre dans 5 ans mais tout de suite maintenant contre le mes et le tscg, et pour l’annulation de la dette, car quelque soit l’élu, s’il n’y a pas de rupture avec l’union européenne, la situation sociale pour des millions de gens va devenir totalement insupportable.
          c’est maintenant que cela se passe, pas en 17.


        • chapoutier 4 mai 2012 09:05

          romain

          oui, mais c’est de bonne guerre. smiley


        • JL JL1 4 mai 2012 09:18

          Chapoutier,

          il me semble qu’on pourra commencer à y y comprendre quelque chose quand on appellera un chat un chat, et que l’on ne dira plus n’importe quoi avec n’importe quels mots.

          Vous dites : "La réalité est que la France doit lever 180 milliards d’euros pour financer ses dettes.«  ! Financer ses dettes ? Mon Larousse dit : »financer = fournir des capitaux ; financer une entreprise ; financer un projet« . Financer une dette est un non-sens, désolé.

          Vous demandez l’annulation de la dette ? Encore faudrait-il savoir ce qu’il y a dans »La dette".

          Si vous plaidez pour l’annulation de la dette, dites vous bien que des millions d’électeurs ne seront pas d’accords, même si vous leur expliquez que certaines petites rentes sont la meilleure garantie qu’a trouvé la finance internationale pour protéger ses grosses rentes.


        • chapoutier 4 mai 2012 09:30

          jl1
           Est-il exagéré de dire que nous devons nous attendre aux plus grands chocs, est-il exagéré de dire que le président élu au soir du 6 mai sera sommé par les marchés financiers de s’attaquer au déficit creusé par le renflouement des banques privées, et que pour cela, il dispose d’une arme de destruction massive, le nouveau traité européen sur la stabilité et sa règle d’or, traité dont l’article 3 n’autorise pas un déficit supérieur à 0.5% du PIB, sachant qu’il est actuellement de plus de 5% ? Est-il exagéré de considérer que toute politique qui ne place pas en son centre la lutte contre la ratification de ce traité est une politique qui tourne le dos à la défense des intérêts des travailleurs et qui se soumet à la dictature des marchés ?
          Les marchés financiers n’ont pas beaucoup d’inquiétude sur la volonté de résistance du président élu, quel qu’il soit. Le problème pour les marchés est ailleurs ; qu’ils aient voté Hollande ou Mélenchon, Poutou ou Arthaud, ou qu’ils se soient abstenus, les travailleurs de ce pays aspirent à chasser la politique anti-ouvrière de l’Union européenne, celle précisément que le traité sur la stabilité prétend graver dans le marbre de la Constitution.

          Si des millions de travailleurs, se prononcent inconditionnellement pour chasser ce gouvernement afin de mettre un terme à cette politique de massacre social, on ne saurait pourtant se contenter de remplacer un président par un autre qui, pour rassurer les marchés financiers, continuerait à payer la dette aux banques, à imposer la réduction des déficits publics et à respecter toutes les exigences de la troïka qui veut démanteler les conquêtes sociales et démocratiques arrachées par la lutte de classe.

          Ce que le peuple veut, c’est ne pas suivre la voie empruntée en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie où des gouvernements de toutes couleurs ou de « salut national »mettent en œuvre des politiques de destruction au service du capitalisme contre les besoins de la population.

          Quelle réponse ouvrière à la hauteur de l’offensive contre nos droits et nos acquis sociaux déclenchée par le capital financier à travers ses agences de notation ?

          Faut-il rembourser la dette ?

          La réforme du financement de la Sécurité sociale, comme les privatisations, les suppressions d’emplois dans les services publics, les mesures de restructuration dans l’industrie, toutes les attaques contre les droits ouvriers et démocratiques, sont prises, prétendument, au nom de la dette et des déficits publics.

          Mais est-ce la réalité ? A qui appartient la dette publique française ?

          Elle est entre les mains de grandes sociétés d’assurance et de banques, de groupes financiers français et étrangers.

          Et on ose exiger des travailleurs et des jeunes qu’ils sacrifient tout ce qui a été conquis par la lutte de classe au nom de la dette, des déficits publics, alors qu’il s’agit exclusivement d’engraisser

          les banquiers et les spéculateurs !

           

          Depuis 2008, des milliers de milliards d’euros ont été mis à disposition des banquiers,des capitalistes et des spéculateurs qui les utilisent dans le seul but d’accroître leur profit. Pendant ce temps, le chômage dépasse les 10%. Le gouvernement s’attaque aux retraites, aux salaires.

          900 usines ont été fermées en trois ans et 150 000 emplois supprimés dans la fonction publique. En trente ans, 1 800 000 emplois ont disparu dans l’industrie de notre pays.

          Il y a aujourd’hui près de cinq millions de chômeurs.N’est-ce pas cette spirale qu’il faut briser ? N’est-ce pas avec cette politique qu’il est urgent de rompre ? Comment avancer dans cette voie ?

          Pour les capitalistes, les banquiers, les spéculateurs, les agences de notation, cette élection présidentielle présente l’immense avantage de se limiter à désigner celui qui sera le plus efficace

          pour appliquer les plans de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne, du Fond monétaire international grâce aux pouvoirs que lui confèrent les institutions antidémocratiques

          de la Ve République.

          Le suffrage universel perd, dans ces conditions, sa signification d’expression de la volonté démocratique. Le débat est biaisé, la communication prend le pas sur le fond et les idées.

          Le citoyen est bafoué, la souveraineté du peuple piétinée, au nom, précisément, du suffrage universel.

          Ne faut-il pas rejeter ces institutions antidémocratiques, de rompre avec l’Union européenne et de jeter les bases d’une authentique démocratie.

          Au-delà, le débat porte sur : qu’est-il possible de faire pour sortir de cette situation ?

          N’est-on pas en droit d’estimer que la rupture nécessaire avec la politique de destruction généralisée passera par la mobilisation du peuple et de la jeunesse : la mobilisation de la classe ouvrière sur son propre terrain de lutte de classe, la mobilisation contre les plans d’austérité, quelle que soit la couleur politique du gouvernement qui les impose.

          Est-ce possible ?

          Qui oserait prétendre qu’il est impossible de mettre en œuvre une politique qui parte des besoins de la population et pas des besoins des spéculateurs ?

           

          Quelles sont les premières mesures qui permettraient immédiatement de répondre aux besoins les plus urgents du peuple ?

          N’importe quel travailleur peut en dessiner les contours. Il s’agirait de toute évidence d’abord d’annuler la dette et de rompre avec les traités de Maastricht, Lisbonne, Amsterdam et les institutions de l’Union européenne, du FMI et de la Banque centrale européenne.


        • PhilVite PhilVite 4 mai 2012 11:39

          Si Hollande, ou n’importe qui d’autre en position d’être élu, disait « La dette sera annulée », immédiatement un petit point rouge (métaphorique...ou non) apparaîtrait sur son front...Ça s’appelle « La loi du plus fort ».


        • tien 4 mai 2012 08:57

          Ne pas voter Hollande, c’est voter Sarko, c’est les idées Lepeniste maintenant et pas 2017, pas besoin de tout ce baratin pour se justifier...


          • Pingouin094 Pingouin094 4 mai 2012 09:51

            Si je résume : un électeur du Fn qui ne vote pas, vote Hollande.
                         un électeur du FdG qui ne vote pas, vote Sarkozy.


            Y’a pas un truc vicié, là ?
            Vous n’avez pas l’impression que c’est justement cet état de fait qui fait monter l’abstention et le FN et est en train, à petit feu, de pourrir notre démocratie... Et de faire le lit du FN, justement ?

          • tien 4 mai 2012 13:37

            Si je résume : un électeur du Fn qui ne vote pas, vote Hollande.
             un électeur du FdG qui ne vote pas, vote Sarkozy.


            Y’a pas un truc vicié, là ?
            Vous n’avez pas l’impression que c’est justement cet état de fait qui fait monter l’abstention et le FN et est en train, à petit feu, de pourrir notre démocratie... Et de faire le lit du FN, justement ?

            @Pingouin094
            Vous êtes trop conscient politiquement pour être abstentionniste, et pour ne pas savoir que la gauche est arithmétiquement minoritaire : « objectivement », comme aurait dit un bon et vrai mélenchonniste, c’est exactement ce que vous avez écrit :  
            Si je résume : un électeur du Fn qui ne vote pas, vote Hollande.
             un électeur du FdG qui ne vote pas, vote Sarkozy.

            Seul le résultat compte, et Sarko est en passe de gagner son pari de se faire réélire...et tout le monde sera content, FdG et FN :->

          • non667 4 mai 2012 16:30

            à tien
            est -il possible d’être aussi nul en politique !
            l’auteur analyse finement le moyen terme : 2017 , vous lui répondez pour l’horizon limité à mai 2012 ! = virer sarko ce qui n’a politiquement pour la France aucune importance vu que ce sont les législatives qui déterminent le gouvernement  ! ....bref relisez ,essayez de comprendre et taisez -vous !

             à l’auteur  :
             
            Aujourd’hui, deux forces politiques majeure se déclarent « anti-système » le Front National et le Front de Gauche. Et ces deux forces politiques disent que c’est l’autre le « chien de garde utile du système ». La question est : comment persuader les actuels électeurs du Front National que c’est bien le Front de Gauche et pas le Front National qui peut porter les espoirs de changement de société qui leur permettront de voir leurs vies s’améliorer ? Comment leur faire comprendre que c’est bien le FN qui est le « chien de garde du système » ?

            ça va être difficile car c’est exactement le contraire !
            pour abattre l’alternance système - mondialo- capitaliste il n’ y à qu’une solution :
            -que le fdg fasse exploser le ps ( il n’est pas réformable et méluch le sait qui a du le quitter ) et prenne sa place
            - que le fn fasse exploser l’ump et prenne sa place , ce que marine en prônant l’abstention et en attaquant principalement sarko essai de faire .
            au contraire mélanchon en attaquant (avant le 1°tour et après ) plus marine ( comme si elle pouvait être un danger pour lui en cas de duel ?  smiley   smiley  smiley   que sarko et annonçant à l’avance son ralliement prouve qu’il n’est qu’un leurre rabatteur du système !

            ce matin chez bourdin :en substance << la France est riche , il y a de l’argent chez les patrons ,il suffit de le prendre et de le partager ,et que le fn est un parti raciste , antirépublicain qu’il y a longtemps qu’il demande son interdiction (pas aujourd’hui 18% oblige ? ) ...etc ..

            moi quand j’entends ça je me dis
            prendre l’argent au riche :o.k.
            partager : o.k.
            mais comme j’ai eu mon certificat d’étude ( à l’époque ou on apprenait à lire , écrire et compter smiley  smiley  smiley  smiley  smiley ) et qu’il me reste des traces .

            j’ imagine le partage  : en arithmétique on pose une division en potence
             à gauche (ça tombe bien ) on écrit le dividende = le fric des riches , à droite le diviseur le nombre de partageux et là ? bourdin n’a pas posé la question ? pour trouver la réponse je suis obliger de me référer au discours de meluch .

            soit les français 65 million 
            + les sans papiers qui demanderont naturellement et immédiatement a profiter de l’aubaine  ! + tout les rapprochements familiaux qui avec la polygamie (on régularise la 1° , gosse ,on divorce , on ait venir la 2° ,gosses , divorce , on fait venir la 3° +gosse etc.......) font arriver en france toute la tribu
            + toute la misère du monde soit 6 milliard
            le quotient sera pas loin de zéro
            que méluch ose faire preuve d’une telle inconséquence prouve  qu’il est bien le « chien de garde du système » ?
             et qu’il faut être lobotomisé par la propagande merdiatique du système pour ne pas le voir  !


          • JL JL1 4 mai 2012 09:00

            Je partage votre vision des choses,

            mais après bien des hésitations, j’en suis arrivé à la conclusion que Sarkozy ne fera sur aucun plan, rien de mieux que Hollande, et que sur la plupart des choses, il fera pire, ou bien Hollande fera mieux.

            Pour le dire autrement : Hollande, c’est le choléra ; Sarkozy, c’est la peste et le choléra.

            Les gens qui mettront un bulletin Sarkozy dans l’urne dimanche, demanderont encore plus d’inégalités, de misère pour les travailleurs et de démantèlements de la France.

            Ceux au contraire qui mettront un bulletin Hollande, certes ne mettront pas fin à ce libéralisme qui nous est tombé dessus dans ces années noires, mais voteront pour davantage de justice et ouvriront la porte à une réflexion salvatrice quant à la manière de mettre un frein à l’obscurantisme marchand dont Sarkozy est le chantre.


            • Pingouin094 Pingouin094 4 mai 2012 09:53

              J’ai peur justement que le vote Hollande n’ouvre aucune porte, mais en ferme, au contraire.


              Car parti comme il est, le gouvernement Hollande va décevoir. Et donc, il va fermer une porte : celle de l’espérance que la social-démocratie peut changer les choses.

              La question est : comment le FdG peut ne pas fermer une autre porte : celle que la rupture avec le capitalisme peut changer les choses.

              Hors, aujourd’hui, en nous rapprochant trop de Hollande, nous risquons de nous arrimer à son bilan et de fermer cette porte de l’anticapitalisme.

              J’en viens à penser que le NPA n’a pas si tort de rester à distance critique du PS. Et que le FdG s’en rapproche trop ( je pense notamment aux accords aux législatives contre le FN )

            • Romain Desbois 4 mai 2012 10:15

              La politique du prochain gvt sera fonction du résultat des législatives.

              Je sais que beaucoup à gauche préfère voir le verre à moitié vide plutôt que le verre à moitié plein, mais à vouloir tout ou rien on a souvent rien.


            • kimbabig 5 mai 2012 05:18

              @l’auteur :
              Je ne partage pas votre vision des choses. Hollande semblait parti pour se faire éclater pendant le débat, or c’est exactement le contraire qui s’est produit. Il pourrait aussi nous surprendre dans la gestion du pays. Dites vous que c’est un référendum contre le nabot et sa politique lamentable, au lieu de craindre une hypothétique victoire du FN en 17 après Hollande ou espérer une hypothétique victoire du FdG après 5 ans de nain en plus... !!!il faut vivre la rélité, le présent, et ce présent, c’est le vote de demain pour jeter le nain dehors !


            • Yohan Yohan 4 mai 2012 09:01

              « un léger mieux aux classes moyennes » ???? permettez moi d’en douter, puisque ce sont les classes moyennes que Hollande se propose de taxer. Qui peut-on tondre aussi facilement que les classes moyennes ?. Les très riches ne sont pas assez nombreux et ils savent planquer leur fric, les classes moyennes, elles, ne peuvent pas se défendre et ce sont de fait les seules que l’on peut réellement plumer.

               Vous n’avez pas tort de penser que Flamby a des chances de préparer le lit du FN, car il échouera à réaliser ses promesses. Hollande promet de raser gratis alors que tout le monde sait que nous entrons dans un monde de turbulence qui nécessite des efforts, du sang, de la sueur et des larmes pour se maintenir dans la course. Avec Flamby, nous irons plus vite dans le mur et de toute façon, vous ne serez que frustrés d’avoir lâché aussi facilement votre bon à traire. 

              • BARTH 4 mai 2012 09:22

                Si FH reprend le programme du FdG, il est battu, puisque le FdG a fait 11% au 1er tour !

                Comme l’a dit quelqu’un plus haut, s’abstenir, c’est sarko + mlp, mais tout de suite, pas besoin d’attendre 2017.

                La moralisation de la vie politique est déjà une bonne raison pour voter FH : marre des escrocs, de la bande du 92 qu’il faut karchériser, dès dimanche.

                Je crois FH intègre, s’il avait des gamelles, sarko le saurait - 10 ans à l’Intérieur - et il n’aurait pas manqué de nous informer.

                J’espère qu’il favorisera le travail de la Justice pour qu’elle fasse le ménage et, je l’espère, en profiter pour embastiller les quelques pourris du PS, mais reconnaissons qu’ils font de l’artisanat quand les autres sont depuis longtemps dans l’ère industrielle.

                 


                • Pingouin094 Pingouin094 4 mai 2012 09:56

                  Si FH hollande reprend le programme du FdG, il est battu puisqu’il a fait 11%. Et s’il reprend le programme du Modem qui en a fait 8 ???

                  Ah non, c’est vrai, les électeurs du FdG sont des moutons. Tant qu’on leur agite un chiffon rouge « sarkozy » ou « ump » ils avaleront n’importe quoi, y compris un programme de centre droit comme celui du Modem.

                  Ben non, marre, stop de ça. Parceque justement, c’est pas en avalant toujours n’importe quoi qu’on fera plus de 11% 

                • BARTH 4 mai 2012 10:10

                  Je n’ai pas vu de reprise du programme du Modem, même s’il se trouve que la moralisation de la vie politique est commune aux 2 programmes et également dans celui de JLM, non ?


                • Yohan Yohan 4 mai 2012 10:18

                  Vous avez dit escrocs ?


                • BARTH 4 mai 2012 10:27

                  « Escroc » vous paraît-il être un euphémisme ?

                  Vous avez sans doute raison !!!!!!!!!!!!


                • A. Nonyme A. Nonyme 4 mai 2012 14:06

                  Escrocs c’est sûr. Dommage, il sort un peu tard ce bouquin sur les bourreurs d’urne...


                • kimbabig 5 mai 2012 05:21

                  @l’auteur :
                  On avale pas n’importe quoi, on ne fait que se plier au fonctionnement électoral de la Vème : au 1er tour on choisit au 2d on élimine. C’est regrettable mais c’est ainsi.


                • Tall 4 mai 2012 09:38

                  Le Front de Gauche de Mélenchon est un nouveau-né politique à puissant potentiel.

                  Et comme les nouveaux-nés, malgré qu’il grandit vite, il est encore fragile dans ses premières années.

                  Une réélection de Sarkozy le tuerait dans son berceau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès