Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ta Rolex dans ta gueule

Ta Rolex dans ta gueule

Le talent de Séguéla, c’est de ramasser un univers entier dans une petite phrase qui marque les faibles d’esprit. C’est d’ailleurs grâce à ce sens abrupt de la formule qui tue que Séguéla s’est sans doute payé sa Rolex à lui tout seul, comme un bon winner au pays du mépris des autres.

Parce que si un mec comme Séguéla réussit à la Séguéla, c’est à dire en affichant ostensiblement sa morgue, sa suffisance et sa vacuité à la face de tous ceux qui produisent les richesses qui vont dans sa fouille et celles de ses potes sans jamais ruisseler jusqu’à la France d’en bas, c’est bien la preuve qu’il y a quelque chose de profondément pourri au royaume de la globalisation heureuse.

Séguéla est comme son métier, un raccourci de ce qu’une génération et une classe sociale ont produit de plus vain et obscène, l’art de piller un monde tout en s’autocélébrant et en réclamant soumission et dévotion de la masse énorme de ceux qui se sont fait spolier. En fait, plus on voit et on entend Séguéla et plus on est enclin à apprécier le cynisme autocentré et désabusé d’un Begbeider vaguement repenti et à partir duquel on mesure mieux le chemin qu’il lui a fallu parcourir pour s’extirper de la fange nauséabonde qui l’avait enfanté.

Un seul Séguéla qui flatule son incommensurable vide intérieur à la télévision, ça vaut toutes les campagnes de pub pour tous ceux qui dénoncent à longueur de temps la Guerre des classes qui nous écrase la gueule dans la merde chaque jour un peu plus et qui attend en plus qu’on la ferme et qu’on dise merci. Séguéla est un immense publicitaire... contre son camp. Si tant est qu’il ait un autre camp que celui de ma gueule avant la tienne, tant ses engagements à géométrie variable laissent perplexe quant à la loyauté que l’on peut espérer d’un personnage pareil. C’est typiquement le genre de gars qui se place systématiquement du côté du poignet qui porte la plus grosse breloque... ou le plus gros gourdin. Lâchez-le sur la Guadeloupe et en 60 minutes d’UV chrono, il se glisse dans la peau d’un Créole exploité et te chie un slogan à quatre sous contre les Békés et la vie trop chère. À ce niveau de mimétisme épidermique, on touche au génie de la survie en milieu hostile.

Mais le vrai génie de Séguéla, cette fois, c’est d’avoir exposé dans toute sa sordide nudité le crédo de ceux qui prétendent gouverner nos destinées, c’est d’avoir dévoilé l’indigence idéologique de toute la classe dominante : une effarante course au fric sans vergogne qui n’a d’égal que son mépris de classe abyssal. Car chanter le cantique de la réussite bling-bling au moment même où des millions de gens sont sommés de se serrer la ceinture sous la menace écrasante de perdre le peu que peut offrir une vie entière de labeur et de basculer dans la misère, ce n’est pas de l’inconscience, c’est juste un cynisme titanesque juché sur les épaules d’une connerie sans limites. Non contents d’avoir fait les poches du petit peuple en agitant le spectre hideux de la crise, les charognards ont décidé de se payer la tête de leurs victimes, tant ils sont sûrs de leur supériorité et de notre soumission.

En fait, nous n’avons peut-être pas encore assez de Séguéla ou de Serge Dassault. Ha, Serge Dassault, défenseur des idées saines dans un monde voué à sa bonne fortune, hier encore, monopolisant le crachoir sur Public Sénat, pour faire montre de son immense compassion pour les pauvres patrons pris à la gorge par les manants qui réclament le luxe inouï de ne pas se faire dépouiller du droit de vivre décemment pour servir les dividendes et petits bonus de quelques-uns. Ô que oui, nous n’en avons pas encore assez de ces pourfendeurs des gueux, des croquants, de cette masse informe de veaux qui aspirent à l’égalitarisme droit-de-l’hommiste, alors qu’ils ne comprennent que la trique et le gnouf et que leur posture préférée, c’est à genoux, le joug bien calé sur leurs solides épaules, leur inclinant délicatement l’échine vers le sol.

Parce que si nous avions assez de ces fâcheux gorets qui éructent leur suffisance tout en se gobergeant de nos souffrances, alors, il n’y aurait pas que dans les Antilles que le peuple souverain exigerait qu’on lui rende des comptes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (132 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • K K 20 février 2009 10:27

    Brillant et magnifiquement ecrit, comme d’habitude. Le portrait est impitoyable, mais l’homme presente l’est tout autant. La publicite se vend toujours au mieux disant, qui comme vous l’avez dit n’est pas toujours le mieux payant, un gourdin remplacant dans certains cas avantageusement le porte feuilleou la rolex.
    Effectivement Seguela incarne totalement la publicite, son univers ses moeurs, ses slogans, de la creativite clinquante, forcement plus clinquante que reelle, a la realisation sur des supports qui vieillissent tres mal.
    La publicite est tres marquee par son temps. Regardez les reclames d’antant comme elles sont datees ! On devine l’epoque au seul style. Seguela est aussi date. Il y eut le Seguela gauche caviar, il y a le Seguela rolex. La seule chose qui n’a pas beaucoup change est le cynisme. Seguela est un homme de son temps.


    • La mouche du coche La mouche du coche 20 février 2009 11:45

      Si on doutait encore de la nullité des soixanthuitards, Jacque Séguéla nous le confirme bien. smiley


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 20 février 2009 12:08

      Seguela, soixante-huitard ? Nous mais vous rêvez ? Plutôt quatre-vingt-huitard, comme Tapie.


    • sisyphe sisyphe 20 février 2009 13:00

      Article salutaire, et excellement écrit, comme d’habitude. 

      Seguela est à à la dignité ce que la Rolex est à l’intelligence : une insulte et une provocation.

      La Rolex dans la gueule, et comment !!

      Quant à l’autre, qui assimile Seguela à un soixante-huitard, trop fort ! smiley smiley
      Vous étiez où en 68 ? Pas encore né ou planqué dans un placard de la gentilhommière, par peur des gueux  ? smiley


    • sisyphe sisyphe 20 février 2009 13:04

      				par K 								 (IP:xxx.x7.84.240) le 20 février 2009 à 10H27 				 				
      				

      								
      				
        					Il y eut le Seguela gauche caviar, il y a le Seguela rolex. La seule chose qui n’a pas beaucoup change est le cynisme. Seguela est un homme de son temps.

      Tout à fait exact.
      Le cynisme, comme le décrivait Oscar Wilde ; " connaître le prix de tout, et la valeur de rien " !

      				

    • taktak 20 février 2009 13:15

      Très bon article tant sur la forme que sur le fond. Il y a du souffle tant dans l’écriture que dans le choix et l’analyse de ce fait divers, souffle qui revele bien le fond de notre société.
      Alors même que la pluspart se voilent la face pour éviter de remettre en cause le système qui les asservis, avec la crise, le comportement de sarkoleon et de ses groupies, l’avidité et l’indecense crasse de patrons chaque jours exposées de manière plyus virulante par Parisot, de plus en plus de nos compatriotes saisissent ce fond fangeux de notre système et le rejettent.
      Votre référence à la situation des dom-com et tom est bonne : là bas l’exploitation et la guerre de classe est d’autant plus visible qu’elle porte les relents du colonialisme, mais le tour de la métropole est en train de venir.

      Il viendrait d’autant plus vite si les syndicats ne niaient pas leur role dans cette guerre de classe, et si un parti politique était capalble de porter de manière plus crédible cette analyse.


    • appoline appoline 20 février 2009 13:28

      @ Vilain Petit Canard,

      Et puis, entre nous, avoir la trique pour une montre, ce cher Séguéla devrait plutôt mettre le chronomètre en route, car la grande faucheuse vu son grand âge, ne devrait pas tarder à donner le top départ. Nostalgique de ses 50 ans jumelé à sa toquante, le vieux débris a sans doute mieux vécu que beaucoup d’autres, mais, comme tout le monde, il finira les pieds devant, sans rolex.


    • eugène wermelinger eugène wermelinger 20 février 2009 17:21

      Que d’histoire pour une simple faute de frappe.
      En effet, il fallait lire SOLEX et non ROLEX.
      (Solex électrique bien sûr)
      Quant à SA clepshydre, il convient de s’en inquiéter après la cinquantaine.
      Dire qu’il faut tout vous traduire !


    • gimo 20 février 2009 18:53
      @ K
      réponse ..
      ......du n’importe quoi... ! de fayot... !

    • K K 20 février 2009 20:05

      @gilmo,

      En fait, si j’en avais eu le talent, j’aurais peut etre ecrit un texte ressemblant a celui de monolecte, que je ne connais que par ses ecrits. Ce qu’elle dit du "fils de pub" dans ce texte est proche de ce que j’en pense.

      Alors fayot ? non, j’applaudis juste un texte qui me plait par son fond et sa forme. Et si j’en juge les commentaires qui suivent, je ne suis pas le seul.
      Bonne soiree.


    • sisyphe sisyphe 21 février 2009 08:01

      Si je puis me permettre de répondre à ce post qui ne m’était pas adressé (mais qui me concerne)

      							par alchimie 							 														 (IP:xxx.x2.198.214) le 20 février 2009 à 15H33 							 							
      							
      							 								@ Leon,

      je crois que vous réagissez un peu rapidement.
      Séguéla est emblématique des ces "soixante-huitards" qui ont réussi.

      En soixante-huit Séguéla était certainement plein de vie et d’idéaux, de confiance en l’avenir, il se disait qu’il pouvait changer le monde pour un avenir plus juste. Et puis, quand il a commencé a grimper les échelons et à gagner de l’argent il a progressivement changé de vision : cet argent que j’ai gagné, autant le garder pour moi, les autres on verra plus tard ; et puis les idéaux, c’est fait pour les jeunes.

      Donc on critique pas 68, mais ceux qui ont trahi l’esprit de 68 en oubliant bien vite leurs convictions dans une société plus juste. Séguéla en est un exemple retentissant.
      La "génération" 68 avait l’avenir dans ces mains et en a fait de la merde.

      Donc les soixante-huitards qui ont gardé leurs idéaux devraient dénoncer à haute voix ces traitres de l’idéal de 68


      Mais, franchement, quel rapport de Seguela avec Mai 68 ?
      Qu’il était vivant à cette époque là ?
      Des mecs comme Madelin et Sarkozy aussi...
      Et plein d’autres ; voir la manif d’Aout 68 sur les Champs Elysées, avec Malraux et Debré en tête ; ils étaient plus d’un million, tout heureux de pouvoir enfin sortir de chez eux où ils avaient passé leur temps à ch... dans leur froc...

      Seguela n’a jamais eu aucun autre objectif, que, comme il le dit, de réussir à gagner du fric ; aucun autre idéal que sa gueule, prêt à toutes les compromissions, pourvu que ça puisse lui rapporter.

      En 68, il était déjà, sans aucun doute, l’imbécile qu’il est resté ; déjà mouillé dans le milieu de la pub ; là où il y avait de la thune à faire, quitte à exploiter, en les vidant de leur sens, les slogans de 68, pour vendre des chaussettes, ou de la m....

      Comme le dit parfaitement l’article, et certains commentaires, Seguela est un homme pré ou post 68 ; c’est pareil ; un parfait cynique, doublé d’un opportuniste sans le moindre scrupule.

      Tout ce que 68 dénonçait et démasquait de vacuité et de supercherie. 

      La "génération de 68" ne comportait pas moins de réacs, d’égoistes, de droitistes, de collabos de l’ordre moral et hierarchisé que toutes les autres générations : ni plus, ni moins : il n’y a qu’à voir le résultat des élections qui ont suivi.....

      Quant à dire que "la génération de 68" avait l’avenir dans ses mains, c’est une confusion absolue. 

      La "révoluton de 68" a été une révolution de MOEURS ; pas politique. 
      S’en sont suivies (pas forcément tout de suite) toutes les avancées sociales (droit des syndicats, droit à l’avortement, fin des mandarinats, abolition de la peine de mort) et sociétales (radios libres, libéralisation des moeurs, unions libres, pacs,etc...) qu’elle a engendré et permis ; souvent bien des années après, faute justement, de disposer du pouvoir politique. 

      Sur le plan strictement politique, elle n’a jamais eu le moindre pouvoir ; et comment l’aurait-elle eu, face à la mondialisation qui se mettait en place, et qui a vite fait d’étouffer tant qu’elle le pouvait, toute constestation, sous le poids de la promotion de la société de consommation (que 68 dénonçait, évidemment), de la mainmise sur l’ensemble des pays du monde d’un système transnational, se moquant des démocraties, des frontières,des système politiques, pour imposer au monde le nouvel ordre économique et financier. 

      Tous ceux, comme vous dites, qui sont restés fidèles aux idéaux de 68 (pratiquement tous les leaders de l’époque, à l’exception de ceux qui ont cédé aux sirènes de leur propre ambition, comme Kouchner), n’ont jamais accédé au pouvoir, bien sûr ; les Laguillier, Krivine, Geismar, Sauvageot, Cohn Bendit, ont fait ce qu’ils ont pu, à leur échelle, pour promouvoir ces idéaux, et ils y sont toujours fidèles. 

      Il faudrait cesser de faire des amalgames qui n’ont aucun sens. 
      La génération de 68 comportait une "avant-garde" étudiante, intellectuelle, syndicale, qui a provoqué le mouvement, et permis de grandes avancées sociales et sociétales. 
      Elle comportait aussi tous ceux qui étaient farouches, hostiles, opposés à ces idées, qui se sont appuyés sur les générations précéedentes (et suivantes), pour étouffer cette révolte, cette rébellion, et faire rentrer tout le monde dans le rang de la société sclérosée qui précédait 68, et de celle, dégénérée, qui l’a suivi. 
      Seguela fait partie, clairement de tous ceux-là ; comme tant d’autres...

      La génération de 68 n’a JAMAIS eu le pouvoir politique (donc "l’avenir") en main ; elle avait tiré des sonnettes d’alarme, que le pouvoir financier, économique, politique en place s’est bien vite chargé de rendre inaudibles, voire, pour la pub, de récupérer, à des fins strictement commerciales ; qui était à l’encontre absolu de ses idéaux. 

      Nous n’avons tous pu que subir, malgré tous nos avertissements, notre révolte, sur le plan politique, la chappe de fer de l’ultralibéralisme triomphant ; nous efforçant, dans nos sphères privées, dans des comités, des associations, des mouvements de pensée, de sensibilisation, d’éveil des consciences, de garder vivants des signaux d’alerte qui, hélas, se sont révélés bien vains devant des effets plus dramatiques encore que ce qui en avait été annoncé ; ce n’est pas faute de n’avoir cessé d’en dénoncer le danger, et d’appeler à la résistance.... 

      Le vacarme largement organisé de la consommation à tout prix, des médias aux odres du mercantilisme, de la toute-puissance des forces financières, de la pub (merci Seguela), de l’individualisation forcenée (pour briser la conscience collective) ; tout a été systématiquement et méthodiquement agencé, organisé, structuré, pour isoler les individus, déliter le lien collectif, et les dangers que pouvaient faire peser les effets d’une prise de conscience de la vanité, de la vacuité, et, surtout, de la profonde INJUSTICE du système qui est venu mettre le monde en coupe réglée. 

      Tous ceux de 68, qui avaient participé au mouvement, n’y sont, non seulement, strictement pour rien, mais, de plus, ont été les plus pénalisés, par ce dévoiement d’un système inique et mortifère. 

      Arrêtons de mélanger les torchons et les serviettes .

      Pour le moment, ce sont les collabos de 68 qui ont gagné ; la résistance est loin d’avoir dit son dernier mot. 
       smiley


    • LE CHAT LE CHAT 20 février 2009 10:35

      vivement un nouvel épisode de Saw où jacques Ségala devrait scier son poignet à Rollex sous les quolibets de Jigsaw pour sauver sa misérable vie de ploutocrate ! http://www.geekinc.fr/wp-content/saw5.jpg


      • Serge Serge 20 février 2009 10:39

        Aux"Français d’en bas" qui ont voté Sarkozy en croyant à sa démagogie populiste je leur suggère de relire " Le Parisien" daté du 7 mai 2007...ils liront ceci :

        " Je serai un Président comme Louis de Funès dans " Le grand restaurant" ;servile avec les puissants,ignoble avec les faibles.J’adore."
         N.Sarkozy à la piscine d’un hôtel chic de la Réunion.



        Sans autres commentaires...à chacun de juger !




        • Gasty Gasty 20 février 2009 12:41

          Ce que fut également " Léon Zitronne".


        • deovox 20 février 2009 21:22

           pour une fois qu’il fait ce qu’il a dit, rendons lui hommage


        • JoëlP JoëlP 20 février 2009 10:48

          Si je comprends bien je n’aurais pas rater ma vie ? Ce ne serait donc pas la peine que je sacrifie mes économies pour acheter une Rolex ? Me voilà rassuré.
          Merci pour cet article qui résume si bien tous le mépris que nous inspire ces plutocrates à idéologie variable, ces cumulards au portefeuille infiniment extensible. 


          • spartacus1 spartacus1 20 février 2009 10:56

            Si j’en crois Séguéla, je suis un raté !

            Eh. bien, je crois que je suis heureux d’être un raté ! Je fais un boulot utile et qui me passionne.Scientifique, j’adore la littérature (y compris la princesse de Clève : ). J’ai des loisirs qui sont autant de passions, passablement d’amis (pas des copains ou des complices, des amis).

            Bref, un raté et heureux de l’être. Un raté qui n’a aucune envie de la réussite d’un Séguéla.


            • K K 20 février 2009 11:58

              Il y en a qui moinssent une citation de Cioran ??? Je corrige ca.


            • geo63 20 février 2009 11:00

              Superbe article, merci. 
              Mais Séguéla l’anguille à "tête de coton tige usagé" ne fait que représenter parfaitement ce monde de la publicité qui manie le cynisme jusqu’à l’écoeurement...voir les publicités pour les voitures de luxe, les parfums de luxe...etc ...etc


              • A. Nonyme Trash Titi 20 février 2009 11:04

                Bravo ! Quel style ! Vous auriez pu faire de la pub...


                • MKT 20 février 2009 11:50

                  Fome et fonds, style, tout me va dans ce billet d’humeur.

                  Bravo Monolecte, vous savez mettre en lumière ce que nous percevons.


                  • Radix Radix 20 février 2009 12:36

                    Bonjour Monolecte

                    Si Séguéla est "bling-bling" et paillettes et de ce fait très visible, il a cédé la place de conseillé en communication auprès de Sarko au très discret Thierry de Saussaie, ami de longue date du président.

                    Radix


                    • Mouche-zélée 20 février 2009 13:04

                      monolecte chaque jour meilleure smiley

                      Soumis à ma faible condition de mâle, je n’aurai jamais pu écrire un tel papier d’une si jolie façon.
                      Retour du naturel : "est-ce-que ce serai un crime de dépouiller Ségéla, de lui coller une trempe mémorable, de lui faire avaler sa Rollex ?"

                      Serge Dassault dans toute son ignominie .

                      Pour être en garder la santé "il faut é-li-mi-ner"  smiley


                      • LE CHAT LE CHAT 20 février 2009 13:14

                        @la mouche

                         le Serge , tu peux lui faire bouffer un rafale ! smiley


                      • Mouche-zélée 20 février 2009 13:47

                        Le chat

                        Une bonne rafale au producteur du rafale, pourquoi pas smiley
                        Il la mérite amplement, c’est marrant nous ne l’entendons pas faire l’éloge de l’hypra libéralisme en ce moment ...


                      • boris boris 20 février 2009 13:15

                        Le Séguela il joue un double jeu, il fait le con à loisir pour détourner la vindicte populaire, la procvoc il l’a fait scienment, tout est calcul ne vous laissez surtout pas abuser.

                        Ca fait bien longtemps qu’il à du passer à autre chose que la Rolex (bonne montre au demeurant) qui est loin d’être la plus chére.


                        • vincent p 20 février 2009 13:19

                          " Si à 51 ans tu ne portes pas de Rolex, tu n’est pas vraiment un beauf "

                          Tu te rends compte de ce que tu rates dans ta vie sans Rolex à la main ?


                          • boris boris 20 février 2009 14:04

                            J’en ai une ! pour un ancien pilote je préfére Rolex à Breitling, étonnant, non ?


                          • SANDRO FERRETTI SANDRO 20 février 2009 13:25

                            @ Monolecte
                            Lecteur assidu de vos hardiesses, je me pose néanmoins une question méthodologique.
                            Doit -on d’abord faire cela ,
                            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=39633

                            puis jetter la Rolex au visage , ou bien l’inverse ?.

                            PS : ayant parfois du mal à vous suivre, je suis sans dessus dessous. Surtout depuis que j’ai découvert ma femme chez le voisin du dessous. A part le drap du dessous, ils n’avaient rien sur eux, et c’est ma femme qui était dessus. Alors on s’est tapé dessus, et c’est le voisin du dessous qui a eu le dessus.


                            • boris boris 20 février 2009 14:07

                              Je savais pas que Raymond Devos était cocu !


                            • ZEN ZEN 20 février 2009 20:26

                              Sandro, notre nouveau Raymond Devos...


                            • SANDRO FERRETTI SANDRO 22 février 2009 11:54

                              Si, si c’est arrivé un jour où la mer était démontée.
                              Quoique.. dernièrement...( vous connaissez la suite)


                            • maxim maxim 20 février 2009 13:41

                              il ya une morale dans l’histoire

                              Rolex ou pas Rolex ....

                              tous à égalité devant l’asticot !


                              • KANARNO 20 février 2009 13:52

                                bravo monolecte
                                tes articles sont toujours aussi delicieux
                                bien a toi


                                • Thierry LEITZ 20 février 2009 13:59

                                  Donc, pour Mr Séguéla, nous disons : lancer de chaussures le soir, à heure de grande écoute.


                                  • Prosper Youplaboum 20 février 2009 14:18
                                    Joliment tourné... et savamment brossé

                                    • Lapa Lapa 20 février 2009 14:41

                                      d’un autre côté il me reste encore quelques années pour voler une rolex.
                                      bah oui, il n’a jamais été question dans sa tirade de l’avoir achetée. Si la police m’emmerde je leur dirait que c’était le seul moyen de réussir ma vie ^^.

                                      manquerait plus qu’il sorte qu’il faut rouler en porsche cayenne avant 40 ans et je vais vomir...

                                      car l’insurmontable imbécilité de ces gens n’est pas tant de faire preuve de luxe ostentatoire
                                      en effet pour eux, la Rolex n’est rien d ’autre qu’une montre comme une Maserati une bagnole. Avec juste un ticket d’entrée empêchant le pouilleux de les cotoyer.

                                      Ces gens vont bouffer dans un resto étoilé deux fois par jour sans savourer, uniquement parce que ça permet d’éloigner la plèbe et d’utiliser son fric.

                                      Ce ne sont pas Maserati, Rolex ou les chefs étoilés qui sont à blâmer : leur travail est souvent admirable. Juste la mentalité de ces parvenus qui n’apprécient les choses non tant pour leurs qualités que pour leur prix.

                                      la différence entre un amateur (au sens noble) et un bling bling.


                                      • Jean-paul 20 février 2009 15:29

                                        Le genie de la provoc a lire tous ces articles et commentaires .Vous entrez dans son jeu a vous justifier de ne pas avoir la fameuse montre ou a le traiter de con .
                                        Il sait faire la pub .Souvenez vous "la force tranquille " sous Miterrand .
                                        Il serait interressant de savoir si la vente de ces montres va augmenter .
                                        La marque de la montre ????????


                                      • gimo 20 février 2009 18:23

                                        @ manolecte ou manolete terero  ? en tout les cas bravo... ! les cons qui se sentent offusqués
                                        sont des parasites de la société ça c’est de moi 
                                         "il n(est point de lache qui ne soit trop poli car sa peur
                                        le paralyse et doit être précautionneux ""


                                      • Nathan Nathan 20 février 2009 16:43

                                         Trop bon

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès