Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Tel un joueur compulsif, Hollande veut se refaire

Tel un joueur compulsif, Hollande veut se refaire

Depuis la sortie du livre des deux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme « Un président ne devrait pas dire ça... », François Hollande est la cible de critiques virulentes et d’attaques frontales venues des rangs de l’opposition. Il est également visé par de nombreux commentaires persifleurs ou consternés venus de son propre camp. Quant aux éditorialistes, ils se montrent eux-mêmes très sévères avec le président en exercice et n’hésitent plus à souligner que son ambition pour 2017 semble désormais carbonisée...

Bref, rien ne va plus pour Hollande. Et pourtant, l’encore chef de l’État croit, semble-t-il, toujours possible d’être le candidat désigné par les électeurs de la primaire du PS et du PRG, ce conglomérat d’apôtres d’une libérale-démocratie assumée sans vergogne par le président en exercice, faux socialiste mais vrai suppôt des forces industrielles et financières qui dirigent en sous-main le pays. En affichant une détermination présidentielle en apparence intacte, Hollande ne manque pas de surprendre les Français, lui qui a tout fait, par le biais de ses confidences dévastatrices aux journalistes du quotidien Le Monde, pour saborder la perspective d’un second mandat.

Nombre de révélations extraites du livre de MM. Davet et Lhomme concourent en effet à disqualifier l’actuel locataire de l’Élysée. À tel point que j’ai moi-même, dès la publication des premiers extraits choisis de ce livre, évoqué la possibilité d’un « acte manqué » comparable, par des moyens différents, à celui qui, dans une suite du Sofitel de New York en 2011, a privé Strauss-Kahn d’un destin élyséen dont il ne voulait manifestement pas, au contraire de sa très ambitieuse épouse.

Mais il se confirme que Hollande est un homme décidément aussi complexe que paradoxal, et sans doute aussi indécis pour son propre destin qu’il l’est dans la gouvernance du pays que les électeurs l’ont appelé à gouverner malgré un passé fait de louvoiements peu annonciateurs d’une grande fermeté dans l’action. Le résultat est pour le moins baroque : d’un côté, un homme manifestement dépassé qui, n’étant pas dépourvu d’intelligence, se rend compte plus ou moins consciemment de son échec et fait tout pour couler son ambition ; de l’autre, un président en exercice qui tente de sauvegarder une stature d'homme d’État en vue d’une hypothétique reconduction dans sa fonction en dépit d’un costume trop large pour lui.

À bien observer le pathétique comportement de Hollande en cette fin de règne consternante, l’on en vient à voir en lui un joueur invétéré qui voudrait tout à la fois se faire interdire de casino et jeter ses derniers jetons sur le tapis de la roulette pour se refaire. Comme si l’opinion publique pouvait, à quelques mois de l’échéance présidentielle, faire table rase des échecs du mandat en cours et de la trahison d’un leader socialiste « ennemi de la finance » pourtant passé, une fois élu, avec armes et bagages dans les rangs idéologiques des néo-conservateurs. À tel point – c’en serait presque amusant si ce n’était dramatique pour les classes populaires – que les caciques de LR sont poussés toujours plus loin vers la droite par ce coucou politique venu squatter leur propre nid.

Logiquement, cette migration droitière devrait permettre à Hollande d’élargir son électorat en séduisant au moins les électeurs tenants du libéralisme. Il n’en est évidemment rien : ces derniers préfèrent leurs propres champions, aussi peu séduisants et chargés de casseroles soient-ils ; quant aux électeurs de gauche qui ont voté Hollande au 2e tour de 2012, nombreux sont ceux qui ont fait une croix définitive sur le nom de l’homme qui, de manière si spectaculaire, a trahi ses engagements solennels du Bourget.

Hollande est désormais un roi nu, ou presque, et le meilleur service qu’il pourrait rendre à son camp, et de manière plus générale aux Français, serait de reprendre sa liberté pour aller taquiner la truite dans les rivières corréziennes. Il n’y a plus qu’elles pour être encore capables de mordre à ses appâts.


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

332 réactions à cet article    


  • leypanou 19 octobre 08:34

    taquiner la truite dans les rivières corréziennes. Il n’y a plus qu’elles pour être encore capables de mordre à ses appâts. : détrompez-vous, le cerveau de quelques-uns est plus détruit que vous ne le pensez !
    Et ne serait-ce que les milliers de supporters d’A Montebourg, un autre Young Leader prêt à soutenir FH s’il gagne leur primaire « à gauche ».


    • Fergus Fergus 19 octobre 09:10

      Bonjour, leypanou

      Vous avez raison, il y a toujours une part incompressible de l’électorat pour soutenir les pires dirigeants politiques. Par calcul ou par aveuglement. Et ce qui vaut pour le PS vaut également pour LR où Sarkozy garde un socle relativement solide d’inconditionnels.

      Pour ce qui est du choix des électeurs de Montebourg s’il est battu par Hollande lors de la primaire, il est en effet probable qu’une partie importante d’entre eux suivra les consignes de ralliement, mais il ne fait aucun doute qu’il y aura une perte significative.

      Encire faudrait-il que Hollande se présente à cette primaire. Or, les derniers évènements, au lieu de relancer une dynamique de candidature ont plutôt plombé gravement celle-ci. A suivre, sachant que ces animaux politiques ne fonctionnent pas comme vous ou moi...


    • germon germon 19 octobre 16:15

      @Fergus

      Mais pourquoi parler encore de ce monsieur ?
      Il n’y à qu’un commentaire à faire.
      Monsieur le président, ferme vite L’ENA et ensuite DEGAGE.


    • izarn 19 octobre 16:35

      @leypanou
      Vous parlez des morts vivants ?
      Dont vous faites partie ?
      Non...T’es mort...Définitevement.


    • Fergus Fergus 19 octobre 16:47

      Bonjour, Germon

      « pourquoi parler encore de ce monsieur ? »

      Tout simplement parce qu’il semble vouloir s’accrocher même si son inconscient lui dit que cet entêtement est suicidaire. Bref, une tempête dans un crâne qui ne prend guère en compte le fait que les Français, dans leur immense majorité, lui disent comme vous « Dégage ! »


    • Yanleroc Yanleroc 20 octobre 14:19

      @Fergus

      ’ferait mieux de se refaire faire les paupières.

      (Le com est à la hauteur du personnage- dire que j’ai failli écrire bon-homme, l’erreur !).

      Mais pourquoi encore parler de lui, il est mort et enterré, comme son clone. RIP.

    • Alpo47 Alpo47 19 octobre 08:36

      Même si c’était le thème de sa campagne 2012, F.Hollande ne parvient pas à intégrer l’idée que ses électeurs ont bien plus voté contre N.Sarkozy que pour lui même. Le plus grand nombre de ceux qui l’ont fait n’avaient aucune illusion sur les capacités de gestionnaire ou de dirigeant du « capitaine de pédalo ». A l’époque, on disait déjà partout , la « peste ou le choléra ».
      Les faits sont là, deux présidents aux personnalités bien différentes se sont succédé et nombreux sont ceux qui trouvent maintenant que F.Hollande est le pire président que nous n’ayons jamais eu. Même pire que N.Sarkozy dont on disait que l’on ne pourrait pas descendre plus bas. Et bien, je pense qu’on a encore fait pire.
      Pour qu’il soit réélu, il faudrait vraiment tout une suite de facteurs très favorables. D’abord que le PS lui donne son aval, qu’il passe ensuite le premier tour pour pouvoir se présenter face à MLP , déjà très difficile puisqu’il semble que le représentant des « républicains » soit plutot A.Juppé qui est loin devant dans les sondages et que même JLMelenchon pourrait être devant lui.
      Ce n’est pas gagné et même dans cette hypothèse, il est très, très douteux qu’il bénéficie d’un report des voix des électeurs LR. Reste l’interrogation Melenchon qui pourrait refaire le coup de 2012 (« ... maintenant, on vote tous pour F.Hollande... »)
      Par conséquent, F.Hollande n’a que très peu de chances de nous imposer sa présence encore 5 ans. Il est plutôt dans le déni de réalité.

      Ceci dit, quelque soit le « guignol » qui sera agité devant nos yeux, rien ne changera dans la politique de casse sociale et de dépendance aux USA et à la dictature européenne. Ne l’oublions pas. Les hommes peuvent changer, le « système » reste en place. Il est grand temps d’ouvrir les yeux.


      • Fergus Fergus 19 octobre 09:28

        Bonjour, Alpo47

        « F.Hollande ne parvient pas à intégrer l’idée que ses électeurs ont bien plus voté contre N.Sarkozy que pour lui même »

        Je crois au contraire qu’il a parfaitement compris cela. Le problème est qu’un élu parvenu au pouvoir fait le plus souvent table rase des conditions de son élection. Un syndrome que l’on peut constater à tous les niveaux de la vie politique.

        Je ne crois pas que Hollande ait fait pire que Sarkozy : globalement, les deux quinquennats ont été calamiteux, même si l’on doit reconnaître à Hollande des avancées en matière de transparence de la vie politique, de limitation du nombre des mandats ou d’indépendance des magistrats. En réalité, Hollande paie sans aucun doute l’accumulation du ras-le-bol des Français qui ne supportent pas ce mandat raté après celui, tout aussi raté, de Sarkozy. Qui plus est, Hollande paie dans son camp sa trahison libérale, celle-là même qui aurait dû, en bonne logique, lui donner du crédit au centre-droit.

        Un 2e mandat de Hollande - en admettant qu’il gagne la primaire de son camp, ce qui est loin d’être acquis - est évidemment impossible, sauf à voir émerger une guerre dévastatrice au sein de LR, hypothèse peu probable, la droite étant quasi assurée de sa victoire en 2017.

        Qui plus est, comme vous le soulignez, même Mélenchon pourrait se trouver devant Hollande, ce qui, soit dit en passant, serait une excellente nouvelle pour les électeurs véritablement ancrés dans les valeurs de progrès et de solidarité.

        « Les hommes peuvent changer, le « système » reste en place. Il est grand temps d’ouvrir les yeux. »

        D’ouvrir les yeux, et donc de voter autrement.


      • Alren Alren 19 octobre 12:45

        @Alpo47
        Jean-Luc Mélenchon n’appellera plus jamais à voter Hollande quel que soit son adversaire.

        Mais même s’il le faisait, son électorat ne le suivrait pas.

        N’oubliez pas que les électeurs de JLM qui vont à contre-courant des médias et de leurs laquais ont donc une réflexion politique, ont un vote raisonné, rationnel. Ils peuvent l’expliciter.

        Ce qui n’est pas le cas de la majorité des électeurs des autres candidats de la droite (PS tradis, LR, FN) qui votent par tradition, par réflexe familial et par « obstination intellectuelle » (ne pas se déjuger des votes précédents).

        L’argument de ces électeurs quand ils sont pourtant du peuple non privilégié pour ne pas voter JLM, est que sa personnalité (déformée par les merdias) ne leur convient pas !
        Le programme proposé ? Ils ne le connaissent pas ou proclament la rengaine des imbéciles : « Il ne fera pas mieux que les autres ».

        On voit, hélas, quel est leur niveau d’analyse et de compréhension des enjeux qui vont se jouer lors de cette présidentielle historique, décisive pour l’avenir de la France et du fait qu’elle est copiée, sur l’avenir de la planète !


      • Fergus Fergus 19 octobre 12:55

        Bonjour, Alren

        D’accord avec vous sur les différents aspects de votre commentaire.


      • Truc (---.---.34.213) 19 octobre 14:54

        @Alpo47

        « Même pire que N.Sarkozy dont on disait que l’on ne pourrait pas descendre plus bas »

        On remarquera quant mème qu’a l’international, Le gros a plus de réussite que le nain.

        Mais oui, nous on est toujours a la même soupe, vidéosurveillance, impunité, hérédité.

        ++


      • izarn 19 octobre 16:37

        @Alpo47
        Ben , votes Marine et arretes de nous faire chier avec ton baratin...
        Votez Marine !


      • amiaplacidus amiaplacidus 19 octobre 18:09

        @izarn
        Marine à l’Élysée, j’ai bien peur que l’on s’aperçoive alors qu’il est possible de faire pire que Sarközy-Bismuth et Hollande réunis.


      • Alice Rupert 19 octobre 20:47

        @Alpo47

        "et nombreux sont ceux qui trouvent maintenant que F.Hollande est le pire président que nous n’ayons jamais eu. "

        C’est ce que beaucoup répètent, notamment ici, sans vérification.

           

        Certes, Hollande n’a pas tenu toutes ses promesses mais peut-il en être autrement sous peine d’être battu par ceux qui en font plus ? Les programmes ne servent qu’à se faire élire, ils n’ont aucune valeur légale.

        Cependant Hollande en a quand même tenu quelques-unes alors que ses prédécesseurs n’en ont tenu aucune.

        Alors, êtes-vous sûr qu’il soit vraiment « le pire » ?


      • sampiero sampiero 19 octobre 21:06

        @Rupert


        Les promesses :

        « Cependant Hollande en a quand même tenu quelques-unes alors que ses prédécesseurs n’en ont tenu aucune. »


        Il y a sur le net plein de sites observatoires des promesses de Hollande.

        le résultat est étonnant, comme quoi les gens répètent les slogans sans vérifier : 
        D’après ce site, 

        Sur 60 promesses, , 23 ont été tenues, 14 en cours ! en février 2015

        il faudrait aller voir à une date plus récente si la liste s’est améliorée.

      • Alice Rupert 19 octobre 21:13

        @Alpo47

        "soit plutôt A. Juppé qui est loin devant dans les sondages "

         

        Les sondeurs sont payés par les clients ; ces derniers en passant commande disent quels résultats ils « attendent » de ce sondage. A moins d’être bête, le patron de la société de sondage sait que s’il veut garder le client il a intérêt à lui donner satisfaction.

         

        En plus qui dans le monde a intérêt à ce que Juppé soit le futur président ? Lequel de tous les candidats a toujours été favorable aux riches pays arabes ? Ils ont les moyens.


      • Alice Rupert 19 octobre 21:16

        @Alpo47

        "soit plutôt A. Juppé qui est loin devant dans les sondages "

         

        Faites ce que vous voulez mais pour moi si un candidat est désigné par avance par les médias comme favori et futur gagnant des élections (à quoi servent encore les élections, alors ?), cela me suffit pour ne pas voter pour lui, quoi qu’il y ait d’autre en face.


      • Alice Rupert 19 octobre 21:26

        @sampiero
         

        Merci Sampiero.

          

        C’est même bien plus que je ne croyais !! smiley

            

        Voilà qui remet « les pendules à l’heure » !


      • Fergus Fergus 19 octobre 23:00

        Bonsoir, Rupert

        « Les sondeurs sont payés par les clients ; ces derniers en passant commande disent quels résultats ils « attendent » de ce sondage. »

        Tout cela relève très largement du fantasme. Les sondages sont en général effectués à la demande d’un collectif de médias qui n’ont pas forcément le même positionnement politique (exemple : les journaux de l’APQR) ou la même stratégie éditoriale.

        Certes, les sondeurs peuvent arranger les données collectées à la marge, mais les sondages sont en général crédibles. Je note d’ailleurs que ceux qui critiquent telle ou telle enquête qui ne va pas dans le sens qu’ils souhaitent sont aussi ceux qui s’empressent de se prévaloir de tel autre sondage qui accrédite leur opinion. Ce comportement schizophrène vaut tout autant pour les politiques que pour les observateurs, et c’est assez savoureux !


      • Alice Rupert 20 octobre 00:57

        @Fergus

        "à la demande d’un collectif de médias qui n’ont pas forcément le même positionnement politique"

        Vous plaisantez, les médias en sont pas indépendants les uns des autres ; ils appartiennent à des entrepreneurs de presse, à des actionnaires dont le seul bord politique réel est la rentabilité.

        Des médias en apparence opposés appartiennent aux mêmes. Chacun cible une clientèle particulière. Aux lecteurs de gauche on vend de la salade de gauche et aux lecteurs de droite de la salade de droite.

         

        Un même journaliste peut écrire indifféremment un article « pour » ou un article « contre », à la demande.

        Ils sont formés à cela dans les écoles de journalisme.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 octobre 07:57

        @Fergus
        De Villiers explique comment il a acheté un sondage qui a eu comme résultat que les médias se sont soudain intéressé à lui. Les autres politiques se gardent bien de dire qu’ils en font sans doute tout autant ....


      • Fergus Fergus 20 octobre 09:23

        Bonjour, Rupert

        Je connais le fonctionnement du monde médiatique, mais je sais également que toutes les enquêtes d’opinion ou d’intentions de vote réalisées par les grands instituts sont grosso modo cadrées par ces derniers. Et pour cause : il est évident qu’ils se décrédibiliseraient totalement s’ils truquaient de manière significative les résultats de leurs enquêtes.

        Prenons le cas de la primaire de droite :

        Rapidement, il est apparu que Juppé en était le favori, ce qui n’avait rien d’étonnant, eu égard à l’expérience politique de l’intéressé, au rejet de Sarkozy, à la pénalisation de Fillon (coupable d’avoir secondé Sarkozy), au manque de notoriété de Le Maire et au rejet de Copé.

        Au fil des enquêtes, l’écart a augmenté entre les deux favoris. Manipulation des médias ? Non, et si tel avait été le cas, Sarkozy n’aurait pas fait une remontée significative après l’annonce officielle de sa candidature et son entrée concomitante en campagne. En l’occurrence, les instituts ont enregistré ce phénomène et la plupart des médias ont titré dessus. Etonnant pour des organes dont on voudrait nous faire croire qu’ils ont créé l’engouement pour Juppé ! D’autant plus étonnant que la tonalité de la presse était alors de parler d’une possible dynamique Sarkozy.

        Or, voilà que survient la semaine horribilis pour l’ex-président, entre le bouquin de Buisson, le carnet de l’ancien ministre de Khadafi et la mise en examen de deux anciens flics très proches de lui. Conséquence : un nouveau et spectaculaire décrochement relativement à Juppé qui ne doit rien à une volonté de patrons de presse, mais tout à la grande lassitude de l’électorat vis-à-vis de Sarkozy.

        Ne vous y trompez pas, l’intérêt des médias serait que Sarkozy gagne la primaire, et pas l’inverse : entre un Juppé austère et un Sarkozy imprévisible, c’est le second qui fait vendre !!!


      • Alice Rupert 20 octobre 13:10

        @Fergus

        "Et pour cause : il est évident qu’ils se décrédibiliseraient totalement s’ils truquaient de manière significative les résultats de leurs enquêtes."

        Ce sont toujours les mêmes instituts « institutionnels », et depuis le temps, le système est bien au point smiley

        Il y a aussi des techniques pour orienter les réponses, selon la manière dont les questions sont posées.


      • Alice Rupert 20 octobre 13:18

        @Fergus

        Enfin, il n’y a pas que les sondages mais toute la publicité rédactionnelle

        et les gros titres à la Une :

        "SARKOZY A-T-IL ENCORE UNE CHANCE FACE À JUPPÉ ?"

        "DUEL JUPPÉ/SARKOZY : QUI VA L’EMPORTER ?"

        "ENTRE SARKOZY ET JUPPÉ, LES RÉPUBLICAINS SONT DIVISÉS"

        « SARKOZY EN TÊTE DEVANT JUPPÉ »

        « JUPPÉ REPASSE DEVANT SARKOZY »

        Ceci fait que les sondages peuvent tout à fait devenir vrais, tant est orienté le choix des lecteurs.


      • Alice Rupert 20 octobre 13:22

        @Fergus
         

        Je ne comprend pas pourquoi vous vous (pas forcément vous, Fergus mais Agoravox et plus généralement les français) laissez enfermer dans ce choix binaire Sarkozy/Juppé voulu par les médias ; est-ce eux qui décident ou vous les électeurs ?
         

        Les primaires de LR sont à 2 tours : 7 candidats au premier, et 2 candidats au second (les 2 arrivés en tête au premier tour).


      • Fergus Fergus 20 octobre 13:27

        @ Rupert

        On connait les techniques utilisées pour orienter une réponse. Mais encore une fois cela ne vaut pas pour les grandes enquêtes politiques. Si tel était le cas, les instituts s’exposeraient à de très grandes distorsions au moment des votes. Or, les différences restent en général marginales.

        Qui plus est, dans les enquêtes sur les intentions de vote, il n’y a, dans les grands instituts, pas le moindre lézard, le type de question posée étant : « Si le scrutin avait lieu demain, pour quel candidat voteriez-vous ? », question suivie de la liste des candidats en présence. Difficile de faire plus simple et moins manipulateur !

        En réalité, ce n’est pas sur ce type de sondage, pas plus sur les enquêtes de popularité, que les instituts peuvent agir de manière plus ou moins manipulatrice, mais sur les « enquêtes de qualité » où la formulation de la question peut effectivement induire des réponses orientées. Or, ce n’est pas de ces enquêtes-là qu’il est question sur ce fil.

        En fait, la plupart de ceux qui dénoncent des manipulations sondagières cherchent à se convaincre que « tout n’est que manipulation ». Une affirmation bien commode pour expliquer des résultats politiques qui vont à l’encontre de ce que pensent ces personnes.


      • Fergus Fergus 20 octobre 13:33

        @ Rupert

        Les titres que vous évoquiez à 13 h 18 sont parfaitement justifiés par l’état des enquêtes à un moment « m ». Et encore avez-vous oublié « Une Dynamique en faveur de Sarkozy ? » lorsque celui-ci avait amorcé une remontée temporaire.

        En l’occurrence, les journalistes ne font que leur boulot qui consiste à informer tout en vendant du papier ou des espaces publicitaires.


      • Alice Rupert 20 octobre 13:36

        @Fergus
         

        Il est étonnant d’entendre les gens, sur Agoravox ou ailleurs, dire qu’ils ne veulent ni de Sarkozy ni de Juppé et en même de débattre âprement pour savoir s’il faut mieux voter pour l’un ou pour l’autre à la primaire.

        En quoi le fait de ne pas voter Juppé au premier tour, voudrait dire voter Sarkozy (et inversement) puisqu’il y a 5 autres candidats ??


      • Alice Rupert 20 octobre 13:37

        @Fergus
         

        Les 5 autres candidats sont : Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno le Maire, Fillon, Poisson et Copé.
         
        Si vous votez pour l’un de ces 5 au premier tour, votre voix n’ira ni à Juppé, ni à Sarkozy. Et c’est bien ce que vous voulez, non ?


        Et si ni Sarkozy, ni Juppé ne sont présent au second tour de la primaire, le problème est réglé.


      • Fergus Fergus 20 octobre 13:45

        @ Rupert

        Pour ce qui est de votre commentaire de 13 h 22, sauf à penser que les Français sont des niais, seule une minorité se laisse enfermer dans un choix binaire « dicté par les médias ».

        Les électeurs sont en effet libres, et le résultat de la primaire écologiste est à cet égard emblématique : faute de pouvoir faire des sondages sur cette primaire, eu égard au très faible nombre de personnes concernées, les médias avaient presque tous intuitivement anticipé, sinon la victoire de Duflot au 1er tour, du moins son évidente participation à la finale, avec de surcroit le meilleur score du 1er tour.

        Or, Duflot a été humiliée en étant éjectée de cette finale avec moins de 25 % des voix. Les brillantes analyses et projections des médias ont, sur cette primaire, bel et bien été prises en défaut, ce qui démontre que les médias - et c’est de plus en plus vrai - ne peuvent rien pour contrer la volonté populaire !

        je vous rappelle en outre qu’en 2005 quasiment tous les médias et tous les caciques des grands partis politiques appelaient à voter OUI au référendum sur le projet de traité constitutionnel, ce qui n’a pas empêché les Français de le rejeter avec 55 % de NON !


      • Alice Rupert 20 octobre 13:49

        @Fergus

        "Les titres que vous évoquiez à 13 h 18 sont parfaitement justifiés par l’état des enquêtes à un moment « m »"

        Ne pensez-vous pas que ce puisse être l’inverse ? Une bonne campagne de presse coordonnée : « DUEL JUPPE/SARKOZY, QUI VA GAGNER »

        Puis ensuite, un sondage, « Entre Sarkozy et Juppé, lequel préférez-vous ? », les autres étant selon les sondages, négligés, ou relégués plus loin.

        Voire même, comme vous dites une question non orientée : « Si le scrutin avait lieu demain, pour quel candidat voteriez-vous ? »,

        mais cette question aura été précédée d’une intense campagne publicitaire en faveur de ceux que l’on veut voir en tête. D’autant plus que certains des candidats à la primaire sont beaucoup moins connus des français et qu’ils les ont moins présents à l’esprit.


      • Alice Rupert 20 octobre 13:57

        @Fergus

        "les journalistes ne font que leur boulot qui consiste à informer "

        Vous lisant depuis longtemps cela m’étonne de votre part. Surtout en France. Avez-vous déjà eu l’occasion d’écouter ou de voir les émissions de la télévision suisse ?

        Quand on écoute certains grands médias (et pas de petits médias ou site semi-confidentiels) d’autres pays, on se rend compte que des sujets très importants sont totalement passés sous silence en France. Les journalistes parlent de ce que leur ordonne le chef ou selon des consignes venues "d’en haut"


      • Fergus Fergus 20 octobre 14:10

        @ Rupert

        Je vous parle - en rapport avec le sujet de l’article - de l’information sur l’état de l’opinion en vue d’un scrutin, en aucun cas de l’information sur les dossiers socioéconomiques ou géopolitiques !

        Pour le reste, libre à vous de croire que les sondés sont systématiquement manipulés par les médias. Personnellement, je persiste à croire que cela ne touche qu’une partie marginale des personnes questionnées.


      • fred.foyn fred.foyn 19 octobre 08:42
        Le « cynisme » de ce personnage est stupéfiant...Un délabrement de son intellect du à son incompétence notoire et surtout visible...hésitant sur tout sauf à donner ordre d’aller bombarder des civils sur des champs de batailles bien trop grand pour lui..Voulant paraître plus grand qu’un nain de jardin, et n’arrivant qu’à déchaîner les haines envers lui...Que de temps perdu pour les Français qui votent si pitoyablement pour des veaux ?
        la France est devenue un pays de « Shadocks »... !

        • Fergus Fergus 19 octobre 09:12

          @fred.foyn

          « la France est devenue un pays de « Shadocks »... ! »

          Ce n’est pas faux ! smiley


        • Trelawney Trelawney 19 octobre 12:49

          @Fergus
          « la France est devenue un pays de « Shadocks »... ! »

          Votez Trelawney !


        • izarn 19 octobre 16:38

          @fred.foyn
          Hollande c’est comme les poux, c’est un parasite.


        • moderatus moderatus 19 octobre 09:12


          Bonjour, Fergus

          Très bonne analyse sur un homme qu’ il est difficile de cerner.
          déjà pendant sa campagne il me semblait suspect. Il s’était mis dans la peau de Mitterrand, les gestes, le phrasé, la voix cassée ,le coude appuyé sur le pupitre, le doigt accusateur, tout y était.Ou était le vrai Hollande, dissimulé dans l’imitation de son mentor.
          puis tout au long des sa présidence, ses atermoiements, ses hésitations, ses reculades, ses reniements, on fait de l’homme normal une caricature de président.
          J’ai même retrouvé dans sa dernière démarche, la publication de ce livre .un suicide politique,
          s’ôter la tentation de se représenter, ce dédoublement de la personnalité.IL critique le président en fonction comme si ce n’avait pas été (presque) lui.
          Comme vous dites, pire que Sarkozy, il fallait le faire.

          cordialement


          • Fergus Fergus 19 octobre 09:37

            Bonjour, moderatus

            Durant la campagne de 2012, les accents mitterrandiens de Hollande ont en effet été quelque peu ridicules, mais ils sont quelque peu passé inaperçus tant la détestation de Sarkozy motivait les supporteurs convaincus du candidat socialiste.

            « Ou était le vrai Hollande ? » 

            Une question qui vaut malheureusement pour la plupart de ceux qui aspirent aux plus hautes fonctions. Regardez Sarkzoy qui n’a cessé, à chaque fois qu’il a été interrogé par des journalistes, d’alterner les propos doucereux et les postures martiales sans jamais, dans son action politique, être l’un ou l’autre des personnages qu’il simulait, ou alors à contretemps.

            « Suicide politique », nous verrons bien, mais ce serait le meilleur service à rendre à notre pays.

            Bien à vous.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 octobre 13:59

            @Fergus
            Quelque chose me dit que « suicider le PS » serait un bon plan, non ?
            Le PS a rempli son œuvre, il a vendu la France et les Français au Nouvel Ordre mondial et à l’ OTAN, il peut disparaître. A remplacer par Macron, sans s’embarrasser ni des frondeurs, ni de ces boulets que sont les électeurs obstinément de Gauche. (Si, si, ça existe, j’en connais) .


            Au moins, Macron est dans la bonne ligne européiste et euro-atlantiste, plus besoin des mensonges du discours du Bourget...

            Ceci dit, j’ai trouvé sur le site de « La Tribune », un excellent article de Romaric Godin, sur Hollande et la Grèce, qui est traité dans le fameux bouquin, dans la partie « affaires étrangères ».
            Hollande a fait croire à tout le monde qu’il a aidé Tsipras et les Grecs.
            Il les a soutenus ... comme la corde soutient le pendu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès