Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Thèmes de campagne : le pouvoir d’achat

Thèmes de campagne : le pouvoir d’achat

Le pouvoir d’achat est une préoccupation majeure des français, mais pour autant, il n’en n’est pas beaucoup question dans cette campagne électorale qui ressemble davantage à une foire d’empoigne qu’à un exercice de réflexion citoyenne.

Lorsqu’on s’intéresse aux programmes (ou aux déclarations en l’absence de programme, cf, le candidat sortant), on trouve les recettes classiques d’augmentation des salaires, des petites retraites, des minimas sociaux, de l’allocation de rentrée scolaire ou bien encore l’égalité salariale entre les sexes. Rien de bien nouveau.

On observera que le candidat sortant propose de diminuer les charges salariales pour augmenter les salaires et dans le même temps il augmente la TVA (dite « sociale »), autrement dit une véritable tromperie.

L’O.F.C.E. (Observatoire Français des Conjonctures Economiques) ne propose rien d’autre quant il recommande une hausse des salaires, du SMIC et du RSA, or on sait pertinemment qu’une augmentation générale des salaires est bien loin de faire consensus du fait d’une inégalité importante entre les entreprises, qu’elles soient artisanales, PME ou industrielle.

Nos chers représentants du patronat, en particulier Mme Parisot, ne manqueraient pas de hurler au loup et à l’atteinte à la compétitivité des entreprises, voire à la spoliation et à la délocalisation des emplois qui ne manquerait pas de s’accélérer.

Sortons de la pensée unique

La vraie réponse à la question du pouvoir d’achat, ne réside pas dans la seule mesure d’augmentation généralisée des salaires (à l’exception des minimas sociaux), mais consiste à agir sur les dépenses contraintes afin d’augmenter le reste à vivre.

Ces dépenses contraintes, de 15% en 1959, sont passées à 33% en 2009. Elles augmentent plus vite que l’inflation. Elles concernent le logement, le transport, l’énergie, ainsi que la téléphonie et les connexions internet.

Sachant que les salaires ont plus que tendance à stagner en période de crise et que les revenus de certains ménages baissent plus vite que la moyenne sous l’effet de diverses contraintes (temps partiel non choisi, augmentation des familles monoparentales, chômage partiel, chômage des jeunes et des seniors,…) alors que dans le même temps les charges contraintes subsistent, la solution passe donc par leur réduction.

On pense bien sûr au plafonnement des loyers du secteur privé qui est devenu un « marché » spéculatif, totalement déconnecté de la valeur des biens et de leur amortissement normal.

En second lieu, les logements loués, dont certains sont anciens, ne répondent plus aux standards actuels d’isolation thermique et entraînent pour leurs locataires des dépenses d’énergie importantes. Les prix de référence de location au mètre carré devraient donc être modulés en fonction du classement énergétique du logement.

Ensuite, lorsqu’on connaît les bénéfices réalisés par les fournisseurs d’énergie, il y a urgence à rapatrier ces secteurs dans le giron du public afin de mettre en place des tarifs non soumis au diktat de l’augmentation de la rémunération des actionnaires.

S’agissant de la téléphonie mobile et de la fourniture d’accès internet, compte tenu de ce que nous enseigne l’arrivée d’un 4ème opérateur sur le marché en matière de marges (30, 40%), le plafonnement des prix des abonnements s’impose.

Enfin, la perspective d’un litre d’essence à 2 € oblige au développement des transports publics en particulier dans les espaces périphériques des agglomérations, mal desservis. Cela passe au préalable par une rationalisation des intercommunalités afin de considérer les bassins de vie pour l’organisation rationnelle des transports.

Voilà comment la question du pouvoir d’achat devrait être posée, sans pour autant que cela empêche les salaires d’augmenter.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • chapoutier 20 mars 2012 05:10

    le pouvoir d’achat devrait etre au centre des débats, ces 25 dernières années, la part des salaires a baissé de 11 % par rapport au PIB. Au début des années 1980, les salaires et les cotisations représentaient 78 % du PIB mais ne représentent plus que 67% actuellement.

    Or 11 points de baisse sur un PIB de 1.800 milliards, ce sont, rien que pour une seule année, près de 200 milliards d’euros qui sont allé dans les poches des plus riches et donc 200 milliards d’euros de perte sur les salaires !

    http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/hold-up-sur-nos-salaires-103912


    • gogoRat gogoRat 20 mars 2012 11:20

      Pour « sortir de la pensée unique » il serait intéressant de commencer par ne pas se tromper de thème de campagne.

      La notion de « pouvoir d’achat » est un piège insidieux qui montre encore que la politique tire l’essentiel de son pouvoir de l’art publicitaire : l’orientation des mots et des pensées.
      Quelles références légitimes, quelles analyses étayent l’apparente évidence qui fait dire que :
      « le pouvoir d’achat est une préoccupation majeure des Français » ?

      A y regarder de près, c’est à dire avec un certain recul, et sous un autre angle, on peut même se convaincre que le principal souci de cet article n’est pas tant ce qu’il désigne par « pouvoir d’achat », que ... la justice sociale !

      C’est à dire que ce qui pose problème en France n’est pas tant le pouvoir d’achat de chacun, mais plutôt les disparités de pouvoir d’achat et l’injustice que constituent ces disparités :
      - tromperie d’une augmentation de  la TVA (dite « sociale »)
      une augmentation générale des salaires est bien loin de faire consensus du fait d’une inégalité importante entre les entreprises
      agir sur les dépenses contraintes afin d’augmenter le reste à vivre. ( et non pas à consommer )
      mettre en place des tarifs non soumis au diktat de l’augmentation de la rémunération des actionnaires
      considérer les bassins de vie 
      - ...

       Cette remarque va bien au-delà d’une futile question d’expression de langage, car faire primer le souci du « pouvoir d’achat » sur le souci de justice sociale, ou d’humanité, c’est rentrer (sans doute inconsciemment) dans le jeu d’une politique « économiciste » : qui ramène tout à des problèmes d’économie et de loi du marché.
       Un comble pour tous ces Français qui se veulent (ou se croient ?) opposés à l’idéologie de l’argent-roi ! 
      L’achat fait référence à une monnaie (implicitement, ici, l’euro) c’est à dire à un consensus établi.
      Combien de lecteurs auront pensé à un « pouvoir d’achat » dans une monnaie parallèle, non officielle ?
      ( ou, par exemple, dans une monnaie fondante smiley )

      Si l’on acceptait d’inclure dans le « pouvoir d’achat » tout ce qui pourrait être acheté avec des monnaies parallèles ... pourquoi ne pas en arriver à considérer que le sourire ou la politesse (= art de vivre ensemble) pourraient être vues comme une monnaie parallèle ? ...

      Si, par contre, on s’en tient à l’euro, militer pour le « pouvoir d’achat » revient à militer pour l’euro ! 




      • Michel DROUET Michel DROUET 20 mars 2012 13:58

        @gogoRat

        Je vous rassure, je suis très lucide et très conscient.

        J’aurais pu, pour faire plaisir, intituler ce billet : « les fins de mois difficiles »

        En fait, ce que j’estime important dans cet article, c’est son contenu, et les solutions à mettre en oeuvre pour mettre fin, (allez, je vous fais paisir), à l’injustice sociale, et pas son titre.


      • Catart Catart 20 mars 2012 11:47

        Bonjour Michel,

        Excellent article. nous le diffusons sur notre site.

        Il ne faut pas compter sur nos politiques actuels pour mettre au centre du débat le pouvoir d’achat...c’est un sujet qui fait peur à ses hommes vertueux...ils préfèrent de loin les petites phrases qui feront la une des journaux et éloigneront la réflexion sur les problèmes des français.
        c’est à cause de la collusion politiques/journalistes et même le net comme ici que tout bloque aussi , si tu n’est pas dans la tendance des« 5 grands politiques » tes articles sont refusés et pire tes communiqués de presse sont interdit... Lors de notre réunion samedi à Paris des 5 petits candidats n’ayant pas les 500 signatures nous avons constaté que 90% des articles proposés depuis des mois par ces 5 personnes ont été refusés.... ici même les articles sur le vote blanc (exemple 2012 l’année du vote blanc), sont refusé et bloqué nous dit-on par des modérateurs, pro leur idole, qui se regroupent pour faire véto... belle la démocratie pour un média citoyen...et des gens qui écrivent à longueur de journée le changement c’est avec nous...c’est à gerber...
        SAUF QUE devant se mur médiatique scandaleux qui ne rabaisse que ceux qui interdisent, nous allons mettre en place avec tout ceux qui sont interdit... un journal présenté comme Médiapart ou 20 Minutes ou tout le monde pourra écrire y compris ceux qui n’avaient pas le droit.
        En attendant vous pouvez lire les articles bloqués sur :
        http://www.indigne-je-propose.fr/ 


        • Soi Même 20 mars 2012 17:09

          Le pouvoir d’achat relève des législatives pas d’une campagne présidentielle.
          A moins que vous êtes encore dans l’image du petit père du peuple ?
          La preuve Sarkozy avait promis qui irait cherché la croissance avec les dents !
          J’ai juste vue qu’il a perdue son dentier !


          • Michel DROUET Michel DROUET 20 mars 2012 18:47

            @Soi Même

            En théorie oui, sauf que le Parlement est un parlement croupion et que tout se décide actuellement à partir de l’Elysée.

            Par ailleurs, tous les candidats à la présidentielle, sans exception, ont fait des propositions concernant le pouvoir d’achat. 

            Il n’est donc pas interdit d’en parler, de donner un avis et de dire ce qu’on en pense.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès