Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Théorie néo-socialiste de la démocratie

Théorie néo-socialiste de la démocratie

Ou comment organiser une société afin de maximiser la liberté, l'égalité, et l'autonomie de l'individu.

I. Démocratie (Liberté/autonomie) spatiale 

Les conditions nécessaires à l'autonomie et l'indépendance de l'individu passent par l'établissement d'une société décentralisée et relocalisée au maximum possible. La décentralisation et la relocalisation des activités humaines (notamment politiques et économiques) permet de construire une liberté réelle pour la société et les individus. La décentralisation et la relocalisation induisent une autosuffisance collective maximale et une autosuffisance individuelle (capacités d'autoproduction) minimale, en tout cas au niveau des besoins fondamentaux. Une société relocalisée est une société à taille humaine où les liens sociaux sont renforcés, c'est donc une société conviviale. La décentralisation politique et économique signifie une organisation de la société contre-pyramidale, en partant de sa base, avec une division par degré d'échelle (quartier ou village, commune, canton, et fédération) du niveau de prise de décision.
La démocratie spatiale est une première condition fondamentale à toute construction sociale visant à maximiser l'autonomie et la liberté de l'individu.

II. Démocratie (Liberté/autonomie) populaire

Grâce à la décentralisation et à la relocalisation, on peut tendre vers la démocratie directe par l'instauration généralisée d'assemblées populaires de quartiers ou de villages (c'est à dire de petites entités politiques). La démocratie directe permet de donner directement au peuple la possibilité de décider des décisions collectives qui le touchent justement directement, sans passer par une délégation de sa souveraineté politique. A ce niveau d'échelle, un fonctionnement de prise de décision par consensus est envisageable.
La démocratie populaire établit un degré basique de liberté et d'autonomie pour la société et l'individu.

III. Démocratie (Liberté/autonomie) citoyenne

Dans le cas (probable) où des espaces communs de prise de décision politique subsistent à une échelle supérieure à celle de la plus petite entité politique (ceci malgré la décentralisation et la relocalisation maximale possible), alors il faut passer par un processus de délégation politique. La démocratie représentative semi-directe (système helvétique) doit alors être combinée à la démocratie athénienne (par tirage au sort). 50% des députés doivent être élus, et 50% doivent être tirés au sort. Les outils de la démocratie directe (droit d’initiative populaire et droit de référendum) restent bien entendu en place. Le tirage au sort (sur la base du volontariat et du parrainage citoyen) permet d'éviter que les plus riches, ou que les orateurs les plus talentueux ou les plus charismatiques, ne soient systématiquement élus. Il règle le problème de l'élitisme qui est caractéristique de nos sociétés contemporaines où le pouvoir politique est concentré dans quelques mains.
La démocratie citoyenne est un rouage essentiel de l'organisation sociale pour corriger le système politique contemporain et ses déficiences, et fonder une véritable égalité politique.

IV. Démocratie (Liberté/autonomie) économique

La seule structure économique soumise à la démocratie (à la prise de décision collective) étant l'outil étatique, l'économie privée est étatisée (socialisée). Seules les petites entités économiques restent sous contrôle privé. La planification démocratique et décentralisée définit ce qui est nécessaire à l'accomplissement du bonheur collectif et individuel. Toutefois la planification démocratique de la production des grandes structures étatiques se fait à partir de la libre production privée des petites entités. La production des petites entités privées restent néanmoins soumises à une planification possible et à un contrôle démocratique sur leurs activités. C'est le principe d'une économie planifiée mixte : au lieu d'avoir une production privée et publique dans un système d'économie de marché, on instaure une production privée et publique dans un système d'économie planifiée.
La démocratie économique permet d'en finir avec la domination d'une minorité possédante (moyens de production, capitaux, et fortune) sur une majorité non possédante. Par la démocratie économique, la majorité se réapproprie son droit à s'autodéterminer (égalité économique) et acquiert la liberté de jouir d'elle-même sans devoir se vendre aux possédants. Par ailleurs, l'expropriation capitaliste par la plus-value est ainsi stoppée, au profit d'un véritable partage des bénéfices du travail.

V. Démocratie (Liberté/autonomie) sociale

Les activités humaines socio-économiques se fondent sur le modèle de l'autogestion égalitaire(égalitarisme relatif). L'autogestion définit un tournus des tâches dans l'organisation du travail, et une prise de décision collective dans les choix économiques. Par l'autogestion de l'organisation du travail, on s'assure qu'une prise de décision partagée, directe, et collective (donc démocratique) soit toujours en place dans la société, quelle que soit la structure concernée. Bien entendu, cette mesure protège évidemment en premier lieu les travailleurs des petites entités privées.
La démocratie sociale est une sorte de garde-fou démocratique pour préserver les droits des travailleurs de toute dérive (égalité sociale).

VI. Démocratie (Liberté/autonomie) écologique

Les activités humaines sont fondées sur le principe d'auto-limitation et de simplicité volontaire.
L'impact écologique des activités humaines ne doit pas dépasser les capacités régénératives de la biosphère. La planification démocratique s'assure donc que ces principes sont respectés, car toute l'organisation de la société dépend de ceux-ci. En effet, la liberté humaine et son autonomie ne sont possibles que si son environnement se maintient de manière pérenne.
La démocratie écologique est la condition non négociable à toute construction collective et politique.

________________________________________________________________________________

Comme on peut le voir, dans le néo-socialisme, la démocratie amène à l'autonomie/indépendance, qui amène à la liberté, qui amène à l'égalité pour parvenir à l'harmonie collective, individuelle et écologique.
Au final, ces grands principes axiologiques, que sont l
a démocratie, la liberté, l'autonomie et l'égalité, s'équivalent.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • hacheii 30 janvier 2012 13:02

    Rappelons_nous que Hitler et Mussolini étaient des socialistes, ça donne tout de suite le tempo.
    .
    Le socialisme c’est le fascisme : « Tout pour l’Etat, rien contre l’Etat, rien en dehors de l’Etat ».
    .
    Le tout pour l’état des socialistes c’est en réalité un tout pour les fonctionnaires. Pas de chomâge pour les fonctionnaires, pas de crise du logement, pas de diminution du pouvoir d’achat. Les fonctionnaires sont des privilégiés hyper libéraux, qui ne pensent qu’à eux-même et se foutent totalement de ceux qui ne sont pas dans la fonction publique. De trois millions de fonctionnaires on est passé à 7 millions de fonctionnaires payés chacun 2350 euros net par mois, ça nous ruine nous les gens qui travaillons, mais ils s’en foutent, pour eux il n’y a jamais trop de fonctionnaires.
    .
    Ensuite dans idéologies fasciste / gauchiste, c’est « l’Etat qui créé la nation », (Mussolini), ce n’est pas un peuple qui fait une nation, c’est l’Etat qui la créé, d’où l’arrogance des fonctionnaires qui se prennent pour les commandants du pays et qui’ n’ont que mépris pour les citoyens. Les fascistes / Guchistes substitue le peuple à l’Etat, pour eux le maître du pays, le souverrain c’est l’Etat ! .C’est là le problème !
    .
    C’est l’état qui décide qui est Français et qui ne l’est pas, ce ne sont pas les Français (ils n’ont pas leur mot à dire). ainsi c’est bien l’état qui créé le peuple et non l’inverse, et l’état aujourd’hui évacue le peuple Français pour lui substituer un melting pot.
    .
    Donc on est dans un système socialiste depuis fin WWII et c’est la merde, d’ailleurs les Américains ne s’y trompent pas, l’Europe est un repoussoir, avec un Etat qui se même de tout, qui se comporte en gouvernante pour enfants avec les Français, bref, faut être dérangé pour être socialiste.


    • hacheii 30 janvier 2012 13:15

      Socialisme et Fascisme ne marche pas avec la liberté, l’anti-libéralisme des gens de gauche, c’est un anti-liberté tout court, citations de Mussolini :
      .
      « Anti-andividualiste, la conception fasciste de la vie met l’emphase sur l’Etat et ne tolère l’individu que si ses intérêts coincident avec ceux de l’Etat.”
      ..
      « Si le libéralisme n’a que le mot individualisme à la bouche, le fascisme n’a que celui de gouvernement. ».
      .
      .« Si le libéralisme nie l’Etat au nom de l’individu, le fascisme nie l’individu au nom de l’Etat. »
      .
      ..« Le fascisme est définitivement et absolument opposé a la doctrine libérale, à la fois dans le domaine économique et politique. ».

      « Le fascisme est opposé à toutes l.es abstractions individualistes issue du XIXem siecle matérialiste.”

      .« Nous sommes libres de croire que nous sommes dans le siècle de l’autorité, un siècle tendant à la “rectitude”, un siècle fasciste. Si le XIX ème siècle fut celui de l’individualisme ( le libéralisme implique l’individualisme), nous croyons que nous sommes dans celui du collectif, et donc dans le siècle de l’Etat. »


      • Stalouk 30 janvier 2012 16:04

        Raisonnement alambiqué basé sur des citations sensées prouver un raisonnement logique... Bref un beau paralogisme :

        1. Je ne suis pas dans le même wagon que Albert.
        2. Albert n’est pas dans le même wagon que Bernard.
        3. Donc je ne suis pas dans le même wagon que Bernard.
        Socialisme =/= Fascisme

      • non667 30 janvier 2012 15:38

        la démocratie a été dénaturée elle n’est plus qu’un leurre ,on est en oligarchie  qui à verrouillé le système ! il faut le faire exploser avant de reconstruire !

         donner un coup de pied dans la fourmilière VOTER MARINE = VOTER CONTRE L’OLIGARCHIE , CONTRE LE N.O.M. ,CONTRE L’UMPS MODEM EELV , LE FRONT RIPOUBLICAIN

        nous ne sommes pas en démocratie les dés sont pipés de tous les cotés !
         1° tout le monde ne peut pas se présenter au élection il faut avoir de l’argent (des valises ) et une équipe derrière ( des riches , leur merdias ,des qui attendent le renvoi de l’ascenseur )

        2° le peuple est volontairement maintenue dans l’ignorance de la politique (l’instruction civique même très sommaire a un temps été supprimée !!!!!!!! ) blak out sur le pouvoir des services secrets (machiavel n’est pas au programme ?) , et des BANQUES (comme si les guerre se faisait sans argent ?)

        et c’est le plus important !
        les candidats demande un chèque en blanc et même leurs programmes ne les engagent pas . (la sanction de non réélection après coup est une escroquerie le mal est fait et il suffit d’une fausse opposition (umps )pour faire perdurer le système ! )

        un progrès  à faire émerger pour après 2012 :

         comme pour les syndic de copropriétés les candidats devraient présenter un BUDJET CHIFFRE et s’y tenir sous peine de sanctions judiciaires .
        les dépassements imprévu devant faire l’objet d’un avenant soumis au vote ;

        la proportionnelle au moins partielle ou + comme aux municipales


        • Magnon 30 janvier 2012 21:53

          Qu’est ce qu’est ce truc là :
          Une image illisible, donc incompréhensible, et un logorrhée indigeste !
          Démocratie spatiale ?
          Chacun aurait droit de faire sa voiture ?
          Démocratie directe ? Belle image que les cantons suisses de montagne, activement travaillés par les xénophobes !
          Représentativité par tirage au sort ?
          Le déni de la représentativité élective, ou alors prétexte exonérant de la responsabilité des élus !
          Démocratie, liberté autonomie économique ?
          Qui son petit atelier d’électrolyse de l’aluminium, qui son atelier de fabrication d’Ipad...
          Auto-limitation de la consommation au ressources renouvelable ?
          La même pauvreté qu’en 1790, juste avant le début de l’ère industrielle ?
          Cela se terminera par le coupage de têtes de ceux qui pensent pour les autres !


          • Yohan Yohan 30 janvier 2012 21:56

            « Il n’est pire tyrannie que de vouloir le bien de l’autre. » (Emmanuel Kant)

            Perso je dirais plutôt ;« vouloir le bien de l’autre sans lui demander son avis conduit à la tyrannie » 


            • Abdu Abdu 31 janvier 2012 07:38

              Pourquoi l’autonomie de l’individu est dissociée de la liberté ?
              Peut-on vraiment être libre sans être autonome ?
              Peut-on vraiment être autonome sans être libre ?
              Il me semble que ces notions vont de paire.

              La trilogie liberté / égalité / fraternité est pertinente et il ne serait pas mauvais de la défendre.
              Sinon, liberté et égalité peuvent devenir les fondements d’une arène dans laquelle tout le monde est le loup des autres.
              Ce n’est pas parce que la devise française en est restée à l’utopie qu’il faudrait perdre de vue ce qu’elle pourrait avoir de fécond !

              (sinon, Adrien, avez-vous voulu décrire le néo-socialisme ou faire état d’une proposition ?
              Une image plus grande permettrait d’essayer de comprendre...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès