Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Thierry Le Luron : « L’emm*rdant, c’est la rose ! (...)

Thierry Le Luron : « L’emm*rdant, c’est la rose ! »

Jamais égalé, l’imitateur Thierry Le Luron déclencha quelques appréciables éclats de rire dans le paysage politique français au sein duquel il s’amusa furtivement, pendant une quinzaine d’années.

Il y a quelques temps, je me remémorais le spectacle de Thierry Le Luron au Théâtre de Marigny (le 3 mai 1980)… et il y avait bien sûr ses inimitables imitations des hommes politiques de l’époque.

Dans un bonus du DVD, il y avait notamment un Thierry Le Luron interviewé qui expliquait (en 1982) qu’il n’imitait pas Michel Rocard parce qu’il n’était pas beaucoup présent dans la scène politique. Michel Rocard était pourtant à l’époque l’une des trois personnalités socialistes les plus populaires.

Laurent Delahousse a consacré un numéro de son émission "Un Jour, un destin", le 9 septembre 2011 sur France 2, aux derniers mois de l'artiste qui fut ceinture noire de judo.


Carrière fulgurante

Thierry Le Luron, un étoile filante de l’excellence de l’humour, né le 2 avril 1952 à Paris (à 4h45 du matin dans une clinique du boulevard Arago dans le 13e) et mort le 13 novembre 1986 (à 7h du matin) à l’hôtel de Crillon, dans une chambre qui donnait sur la place de la Concorde, d’une grave maladie, il y a exactement vingt-cinq ans ce dimanche.

Malade pendant plus d’une année, avec des périodes de haut et de bas, quelques mois avant sa mort, il expliquait qu’à l’hôpital, il avait eu, entre autres, Valéry Giscard d’Estaing qui s’inquiétait régulièrement de son état de santé. À tel point que l’ancien Président a eu des difficultés pour l’avoir au téléphone car au standard, on croyait que c’était un plaisantin qui imitait sa voix.

Valéry Giscard d’Estaing lui avait beaucoup pardonné car l’imitateur avait beaucoup plombé sa campagne électorale avec le fameux : « Bonjour Mes Diams, bonjour Messieurs » un an avant l’élection présidentielle.


Thierry Le Luron aurait maintenant 59 ans

On imagine aujourd’hui les ravages qu’aurait engendrés Thierry Le Luron avec ses excellentes imitations. De la même génération que Nicolas Sarkozy, aussi rapide que ce dernier pour commencer sa vie (il commença à 17 ans), Thierry Le Luron aurait pu saisir de nombreuses occasions cocasses s’il n’était pas parti prématurément : les trois cohabitations, celle froide de Jacques Chirac, celle obséquieuse d’Édouard Balladur et celle psychorigide de Lionel Jospin, la rivalité entre Édouard Balladur et Jacques Chirac, le désarçonnage de Michel Rocard en 1994, d’Alain Juppé en 1997 puis en 2004, la catastrophe démocratique de 2002, la dislocation des centristes en 2007, la campagne de Ségolène Royal, l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn et son corollaire, le sacre de François Hollande à l’autel de la primaire, les querelles d’ambition au sein de la majorité…


Des hommes politiques triés sur le volet

Thierry Le Luron avait commencé dans l’imitation politique avec Jacques Chaban-Delmas, à l’époque Premier Ministre (dans l’émission "Télé Dimanche", au "Jeu de la chance" le 15 février 1970), et avait réussi avec un rare talent à imiter des personnalités qu’il affectionnait beaucoup : Gaston Defferre, incompréhensible dans sa prononciation, Edgar Faure, avec un jovial cheveux sur la bouche, François Mitterrand, avec ce ton martial, hautain et quasi-messianique, Georges Marchais, à la voix et au souffle à peine exagérés par rapport à la réalité, Raymond Barre, et ses "rondements" de ton, et enfin, Jacques Chirac, à l’époque jeune premier au visage guerrier, "pyramidalisant" et "capitalisant" tout à son passage. Giscard, Chirac, Mitterrand, Marchais, c'était la "bande des quatre" tant décriée par Jean-Marie Le Pen, c'était la classe politique du début des années 1980.

yartiLeLuron02

Comme je l’ai dit plus haut, Thierry Le Luron choisissait ses victimes avec beaucoup d’exigence et n’imitait pas ceux qu’il méprisait. C’était donc un honneur de faire partie du "portefeuille vocal" de l’artiste. C’était bien avant le "Bébête Show" et "Les Guignols de l’Info" et il n’y a eu quasiment aucun spectacle retransmis à la télévision, car en tant que persifleur, il s’en prenait en premier lieu au pouvoir politique qui avait la main mise sur tout l’audiovisuel.

Parmi ses meilleures performances, il y a assurément l’interview de Le Luron imitant le Président Giscard d’Estaing par le peu "assuré" Pierre Desproges le 15 mai 1977, puis, sous les gouvernements de la gauche, "Les fausses conférences de presse" de Thierry Le Luron en collaboration explosive avec le génial Bernard Mabille.

Preuve que Thierry Le Luron était une personnalité politiquement ouverte, c’est qu’il n’avait jamais caché sa proximité avec la droite française, affirmant qu’il était sûr que Jacques Chirac serait un jour Président de la République (huit ans et demi après sa mort !), alors que son condisciple Bernard Mabille (64 ans aujourd'hui) est très à gauche (il vient de déclarer qu’il soutiendrait Jean-Luc Mélenchon pour 2012).


Bernard Mabille, le complice de l'insolence et des bonnes blagues

Le "Journal du dimanche" a décrit comment Thierry Le Luron a rencontré Bernard Mabille, l'auteur fétiche d'Anne Roumanoff.

yartiMabille01

Bernard Mabille avait d'abord travaillé chez Nestlé comme chef de projet auprès des collectivités, puis il est devenu journaliste au "Quotidien de Paris" où il a rédigé une critique "virulente" mais humoristique d'un spectacle de Thierry Le Luron. Bernard Mabille a raconté la réaction de l'imitateur : « Il m’a appelé pour me dire : "Si c’est si facile, tu n’as qu’à m’écrire des textes." ». Le prenant au mot, Bernard Mabille lui a alors soumis ses propres textes, ce qui le lança dans la collaboration avec les humoristes.

Il a évoqué ainsi ce travail à deux : « On formait un couple. Je réfléchissais pour lui, comme lui. Thierry aurait pu être son propre auteur, mais il était une star. Il se couchait à six heures du matin, se levait à midi, il était pété de thunes, il n’allait pas s’emm*rder à s’assoir à son bureau pour écrire. Mais il a refusé de me citer pendant cinq ans. J’en ai beaucoup souffert, même si je gagnais très bien ma vie. Durant son triomphe au Gymnase, en 1984, j’ai dû le menacer pour obtenir gain de cause : “Si demain tu ne me cites pas, je repars avec mes textes. Tu n’auras que deux choses à dire au public : bonjour et bonsoir !”. Le lendemain, il me présentait comme coauteur. ».

Provocateur, persifleur, Thierry Le Luron l’a été au moins deux fois de manière très redoutable.


Scandale chez Drucker

Une première fois le samedi 10 novembre 1984 où il fut, pour l’une des rares fois (après janvier 1983), l’invité d’une émission de variété, celle de Michel Drucker, "Champs-Élysées". Il avait obtenu auprès de l’animateur vedette carte blanche et il l’utilisa à la fin en direct devant un public composé en partie d’invités lillois de l’ancien Premier Ministre socialiste, Pierre Mauroy, à faire répéter par l’assistance une chanson de Gilbert Bécaud dont il avait réécrit les paroles en martelant malicieusement : « L’emm*rdant, c’est la rose ! ». Il y prédisait déjà des problèmes avec les dépenses publiques : « La France est au goutte-à-goutte, s'endettant coûte que coûte pour longtemps ; à ce rythme évidemment, c'est bientôt la banqueroute car c'est déjà la déroute. ». Un vrai message au locataire de l’Élysée après l’échec estival du référendum sur le référendum : « Je dédie au Président cette chanson, ce poème en forme de requiem ! » et en disant en aparté, vu l’adhésion de la salle : « ça remplace un référendum, ça ! ».

Une parodie d’une chanson de Serge Lama l’avait auparavant conduit à chanter « Le Pen attention danger ! » pour prévenir des dangers de l’extrême droite. L’année 1984 vit l’essor du FN aux européennes (du 17 juin 1984), la première "Heure de Vérité" avec Jean-Marie Le Pen le 13 février 1984 (et le 22 février 1984, l’émission spéciale "Vive la crise" avec Yves Montand). Après avoir rappelé quelques mauvais souvenirs : « Comme la gégène, ça me fait trembler. », Thierry Le Luron s’adressait directement au leader du FN : « Le Pen, je ne vois là que des êtres humains qui sont les Français de demain », pour réfuter sa position contre les immigrés : « Je ne veux pas de ta nation barbelée, souvenir attention danger ! », tout en égratignant au passage le gouvernement socialiste : « La proportionnelle bientôt légalisée fera de toi l’arbitre de l’Assemblée ; à ça, François Mitterrand n’est pas étranger. » [Le 16 mars 1986, Jean-Marie Le Pen arrive au Palais-Bourbon avec un bataillon de trente-six députés FN grâce au scrutin proportionnel]. Le leader du FN a intenté un procès au chanteur impertinent pour ces paroles graves.

Thierry Le Luron a aussi chanté une chanson de Jacques Brel en se moquant de Laurent Fabius, jeune nouveau Premier Ministre (37 ans), d’origine juive, avec presque un relent d’antisémitisme, « Chez ces gens-là » (« Chez les Fafa »), pour pourfendre la gauche caviar (on ne parlait pas encore de bobo) : « Faut pas jouer les pauvres quand on est plein de sous ! ». Histoire de fustiger la médiatisation de la 2 CV de Matignon pour faire modeste. Une chanson qui a été aussi reprise, entre autres, par le chanteur Abd Al Malik.

Bien entendu, Thierry Le Luron fut ensuite interdit totalement de télévision.


Glandu

Mais qu’importe, puisque tous les soirs, dans un rythme fou, il hantait en toute indépendance le Théâtre du Gymnase pendant plus d’un an (à partir du 16 novembre 1984 jusqu’en mars 1986), où il commentait très librement l’actualité politique après une revue de presse très rigoureuse.

yartiLeLuron03

C’était à ce moment-là que, devant les quatre cent mille spectateurs qui sont allés l’entendre, pour la commodité de son expression, il créa le personnage de Adolf Bénito Glandu, concierge, un citoyen franchouillard assez réac qui semblerait se calquer sur un militant du Front national et défini par son auteur ainsi : « Pétainiste sous Vichy, gaulliste sous le Général, et socialiste du 10 mai au 11 mai ».


Son ami Coluche

L’autre provocation, qui touchait à l’homosexualité mais avait pour but de se moquer du mariage très médiatisé du journaliste Yves Mourousi (prévu le 28 septembre 1985 à Nîmes), c’était son mariage « pour le meilleur et pour le rire » avec Coluche le 25 septembre 1985 à Montmartre (et repas au Fouquet's).

yartiLeLuron04

Le lendemain, l’épouse lançait sur Europe 1 les "Restos du Cœur" : « J’ai une petite idée comme ça, si des fois il y a des marques qui m’entendent, je ferai un peu de pub tous les jours. S’il y a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser une cantine gratuite qu’on pourrait commencer par faire à Paris. ». Il y a plus de vingt-six ans !

La disparition de Thierry Le Luron à 34 ans a d’autant plus touché les Français que l’autre membre de ce couple invraisemblable et détonant, Coluche, s’en était lui aussi allé cinq mois avant, le 19 juin 1986, sur une route des Alpes-Maritimes.

yartiLeLuron05

Après une messe de funérailles à la Madeleine, celui qui avait un patronyme très adapté à son existence fut enterré dans sa terre de Bretagne, à Ploumanac'h, tout près de Perros-Guirec. Son père était navigateur dans la marine marchande.

Pas sûr que ses héritiers actuels soient capables de l’égaler au sommet de son art. Il restera la nostalgie des années 1970 et 1980, fastes en essor des médias.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 novembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin (archives INA) :
Premier passage télévisé de Thierry Le Luron, "Le Barbier de Séville" de Rossini (4 janvier 1970).
Le Luron-VGE (27 juin 1974).
Entretien au coin du feu Desproges/Le Luron-VGE (15 mai 1977).
Débat Le Luron-Barre/Pierre Douglas-Marchais (1er octobre 1977).
L’Emm*rdant, c’est la rose (10 novembre 1984).
Le Pen attention danger (10 novembre 1984).
Mariage Coluche/Le Luron (25 septembre 1985).


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Dzan 12 novembre 2011 09:58

    Moi, j’aime bien Didier Porte, j’aime bien Claude Sérillon,enfin tous les mecs, virés par la droite pour « persiflage ».
    Vous osez parler de Coluche. c’est un blasphème sous votre « plume ».
    Votre Konducator qui devait éradiquer, la misère des SDF, il en est où ?
    Jamais les associations caritatives, n’ont eu tant de malheureux à s’occuper, que depuis l’arrivée de votre gourou.


    • sisyphe sisyphe 12 novembre 2011 12:06

      J’adore le (je cite) :


       la catastrophe démocratique de 2002, 
       smiley

      En fait, de 2002 à 2007 fut, sous le gouvernement Jospin, la meilleure période sur tous les plans qu’ait connue la France des 30 dernières années : baisse de la dette, baisse du chômage, croissance supérieure à la moyenne européenne ET mondiale, instauration de la CMU ; etc, etc.....

      De plus, ce fut, comme toute période de cohabitation, les seules périodes réellement démocratiques de cette autocratique Vème République : une des seules périodes où tout le pouvoir ne pouvait être accaparé par un seul camp.

      On comprend à quel point elle reste en travers de la gorge de la droite ; et de son petit télégraphiste d’auteur...

      Quant à Le Luron, paix à son âme ; faut dire que c’est quasiment le seul « comique » que la droite puisse revendiquer ; on comprend qu’iils se jettent sur son cadavre comme des nécrophages...

      A la même époque, il y avait Coluche ; et ça, c’est d’un autre niveau, parce que son oeuvre est (hélas) plus que jamais d’actualité.... 

      • sisyphe sisyphe 12 novembre 2011 12:11

        ...mes excuses : l’auteur n’évoquait pas la période de 1997 à 2002, mais l’élection présidentielle de 2002, avec Le Pen au second tour ; ma foi, je n’y vois pas, non plus, une catastrophe démocratique ; simplement un raté terrible de Jospin, qui a conduit à l’élection bananière de Chirac ; certes loin de la meilleure chose qui pouvait nous arriver ; mais on avait échappé au pire...


      • lagabe 12 novembre 2011 18:55

        Alors pourquoi si la période de Jospin premier ministre a été si bonne , pourquoi est il arrivé troisième
        Suis das un village a coté de Pau 600 habitants , habituellement les gens votaient peu pour le FN , 5 vois maximun , en 2002 58
        Le problème est venu des 35 heures dans les PME ou les gens ont eu des baisses de salaire à cause de l’annualisation du temps de travail 1500 heures
        J’ai vu des gens qui avaient un travail saisonnier par exemple chauffagiste passer de 11000 F à 9000 F , ils ne faisaient plus heures supplémentaires


      • Taverne Taverne 12 novembre 2011 12:42

        L’emmerdant, c’est la rose, les épines et le cul de la trémière.


        • bernard29 bernard29 12 novembre 2011 14:38

          J’ai toujours pensé que Glandu était une imitation de Bayrou . je la trouvais trés rssemblante. Le luron nous manque spécialement pour Glandu. Il aurait eu de quoi faire depuis la création du Modem.


          • Pyrathome Pyrathome 12 novembre 2011 16:49

            93 % de votes négatifs.....
            En fait ce n’est pas Leluron qui est moinssé mais l’auteur avec sa récupération stupide..... smiley


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 12 novembre 2011 23:57

              Article sarkozyste à jeter à la poubelle. Comme d’habitude.


              • arconte 16 avril 17:12

                fichtre ! comme vous êtes lapidaire même pas une explication de ce qui vous chagrine dans l’article et qui vous le fait traité de sarkosyste. Motivation très insuffisante
                votre commentaire est bon pour la... poubelle

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès