Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Tony Blair socialiste ? Et moi je suis pape !

Tony Blair socialiste ? Et moi je suis pape !

Tout le monde a noté ce week-end avec quel sourire carnassier et quelles mains largement tendues notre président renaissant a salué son récent ami « socialiste » Tony Blair, invité à l’UMP. Outre que c’est exactement ce qui ferait retourner le général de Gaulle dans sa tombe, la démonstration affichée d’un prétendu socialiste ralliant (un de plus) le groupe de « rupture présidentielle » a de quoi faire rugir. Car Tony Blair est aussi socialiste que je suis moi-même pape. Démonstration.

Rappelons-nous tout d’abord les faits et le personnage. Avant d’être élu, Tony Blair et son parti avait subi l’affront d’être battu à quatre reprises par les conservateurs. L’homme avait bien tenté une "modernisation" de son parti, mettant même du rose à la place du rouge, mais on lui avait répondu du fond des urnes "simple customisation", faudra repasser plus tard lui font comprendre les électeurs. Jouant alors son Jospin télévisuel à la veille d’une élection cruciale, Blair s’était alors décidé à éliminer totalement de son vocabulaire le mot "socialiste", devenu ringard selon lui et son "staf de com" nouvellement créé, et à parler seulement de "nouveau parti"  : "Nous avons fait campagne en tant que Nouveau Parti travailliste, et nous gouvernerons en tant que Nouveau Parti travailliste" dit-il triomphant, le soir même de sa victoire. Le "New Labour", ça faisait déjà plus moderne et nettement moins socialiste. Pour réaliser sa transition et emprunter aux conservateurs leurs idées, en les repeignant façon Blair, notre homme avait besoin d’un homme de main. Ce fut Peter Mandelson, une sorte d’Eric Besson en mieux, ce qui n’est pas difficile à trouver sur la place publique, même à Trafalgar Square. Un battant plutôt que notre Besson national, perpétuel endormi, un Mandelson qualifié même récemment "d’agité" par Dominique Bussereau, un des secrétaires d’Etat plutôt falot de Nicolas Sarkozy. L’homme était surnommé depuis longtemps le "prince des ténèbres" : en ce sens se serait plutôt un Claude Guéant, le machiavélisme en plus. Les coups tordus en plus aussi : l’homme a démissionné deux fois du gouvernement, pour deux histoires d’argent, Guéant se chargeant seulement d’être le garde du corps supplémentaire de Cécilia en Lybie. C’est Mandelson qui a repeint le parti de Bair de nouvelles couleurs, parmi lesquelles ne figurait plus aucun rouge. Ce qui n’a pas manqué de faire jaser, et de lui créer de belles inimitiés au sein de ses amis de gauche. Il est aujourd’hui tellement apprécié au sein même de son propre parti que la première décision de Gordon Brown a été de supprimer toute référence au New Labour... et de ressortir comme logo une rose redevenue... rouge ! A propos de logo, celui de Blair, pas trop réussi, s’était vu appliquer une accusation de plagiat par Excite. S’il fallait résumer un parti par son logo, ce qui est toujours possible, nous pourrions dire que celui de Blair jouait la carte mode branchée, qui correspond exactement au placement de l’image de Blair souhaité. Brown revient aujourd’hui à davantage de rigueur, ce qui n’est pas pour déplaire à son aile gauche, laminée par les années de blairisme. Se relever d’un retournement complet de valeurs ne doit pas être simple, on peut lui souhaiter bon courage pour raccrocher ses wagons au petit monde de Ken Loach, qui était jusqu’ici le fonds de commerce des travaillistes. Enfin, les vrais.

Le lendemain des élections de 97, en Angleterre, les gens de gauche ont la gueule de bois. Ils ont gagné sur le papier, mais à quel prix : "Le ’Nouveau Labour’ était devenu un parti de capitalistes, d’affaires, et de marchés. L’un des anciens ministres travaillistes de la vieille école, Roy Hattersley, résuma la situation avec une amertume éloquente : ’lorsque j’ai adhéré au parti travailliste, c’était une croisade. Aujourd’hui, c’est une opportunité commerciale.’" En France ce sont les gaullistes et les vraies personnes de droite, pas celles qui ont succombé au clône parfait de Tony Blair, qui ont besoin de glaçons sur l’occiput. Et s’il n’y avait que cela, chez les anciens travaillistes ; après vinrent les promesses non tenues : Blair annonça en premier par exemple que les impôts n’augmenteraient pas, pour les pauvres... mais aussi les riches, ce qu’en France on a traduit depuis par "bouclier fiscal". Chez Blair, c’est Gordon Brown lui-même qui s’y est collé pour trouver d’autres moyens de renflouer les caisses de l’Etat, sans toujours toucher à la fortune, à ramasser taxe sur taxe, à en devenir l’invisible taxman, immortalisé sur internet par un Taxman Pacman à mourir de rire. Les impôts n’augmentaient pas, les taxes si. Au final, le contribuable anglais était le grand perdant de l’ère Blair.

Question travail, également, d’étranges similitudes de programmes apparaissent : Blair par exemple, déclara à peine élu que c’en était fini de l’Etat providence, et que les chômeurs devaient se retrousser les manches, comme dirait ici Christine Lagarde, pour se trouver un travail. Mieux, ou pire encore pour les travailleurs, Blair instaura le principe de la radiation du chômeur des versements de l’Etat s’il refusait trois fois de suite un travail proposé. Ne cherchez pas plus loin où notre bon président a trouvé cette idée géniale, c’est bien ici. Question école idem : en Angeterre, les conservateurs s’étaient illustrés juste avant l’arrivée de Blair en mettant en place des inspecteurs qu’on s’attendait donc à voir disparaître sous le New Labour... pas du tout : Blair renforça au contraire leurs prérogatives et remit au goût du jour les vieilles recettes sur l’apprentissage de la lecture ou de l’écriture, jugées trop "modernes" auparavant, même sous l’ère conservatrice ! Les instituteurs anglais étaient atterrés : même sous l’ère Thatcher, de sinistre mémoire, ils avaient sauvegardé plus de libertés. Ne cherchez pas non plus où Xavier Darcos a trouvé ses idées géniales sur le retour en arrière éducatif.

Chez Blair, tout reposait sur une idée de base somme toute assez simple : tout ce qu’il fait lui était "nouveau", dans le sens différent de ce qu’il y avait "avant". On ne sait pas exactement comment l’on dit "rupture" en anglais, mais ça y ressemble comme deux gouttes d’eau : "Il appelle son parti ’Nouveau Travaillisme’ parce qu’il croit que ’nouveau’ signifie ’meilleur’. Il pense que changer quelque chose, c’est l’améliorer. Il aime parler de modernisation, car il croit que ce qui n’est pas neuf doit être remplacé par quelque chose qui l’est. Il change la constitution, le statut de l’Ecosse et du pays de Galles, la façon de voter, et bien d’autres choses parce qu’il pense qu’elles sont démodées. Il croit sincèrement que la Grande-Bretagne qui va rentrer dans le nouveau millénaire se doit de se réinventer et de se rénover." Chez nous, depuis quelques jours, notre président s’est autopersuadé (bien aidé par son âme damnée Guaino) qu’il devait être le champion d’une nouvelle civilisation, rien de moins : c’est encore plus prétentieux que ne l’était Tony Blair, et ça induira les mêmes dérives sur le modernisme pour le modernisme, ou le retour en arrière jugé comme étant alors un acte d’une modernité absolu.

Bref, vous l’avez compris, Blair et Sarkozy c’est kif kif bourricot, et le "socialiste" vanté par le second a depuis longtemps franchi le Rubicon, pour n’être plus qu’un homme de droite avec une étiquette de gauche. Nicolas Sarkozy, qui aime autant se faire prêter des yachts ou des villas que Tony Blair, qui fait de même, dans l’autre sens, avec ses ministres de gauche repeints largement au rouleau de droite. Les deux pratiquent l’amalgame des genres : l’industriel Bolloré, prêteur de Falcon et de yacht, s’apprête à fourguer à la Poste, organisme d’Etat, des dizaines de milliers de voitures électriques, mais c’est un pur hasard paraît-il. Blair, lui, avait décidé comme en France l’application d’une sorte de loi Evin sur la publicité du tabac lors des rencontres sportives : "cool", se sont dit les Anglais, à part qu’il y avait une exception pour l’automobile à ce principe. Au début, personne n’a compris pourquoi, Blair ne pratiquant pas les GT ou autres GTO comme François Fillon. En cherchant un peu, on a fini par trouver : le grand patron de la formule 1, Bernie Ecclestone, avait refilé un million de livres au parti de Blair pendant la campagne électorale.

Enfin et c’est là où ça devient plus grave, Tony Blair a sauté à pieds joints dans les traces du soldat Bush, parti bille en tête "en croisade contre le terrorisme", à en envoyer un fort contingent de soldats dans une guerre perdue, et même sur deux théâtres de conflit. Comme W. Bush, le soir du 11 Septembre il enfourche à grandes enjambées le vélo d’Al Quaida et de Saddam Hussein. Jurant mille dieux que ce dernier possède bien des armes de destruction massive. Hélas, le 5 octobre 2003, dans le Times, un de ces anciens ministres, devenu le premier, Gordon Brown... toujours le même, lâche le morceau : "Tony Blair a reconnu en privé (devant Gordon Brown) deux semaines avant la guerre d’Irak que Saddam Hussein n’avait pas d’armes de destruction massive opérationnelles." Blair, toutou de Bush et fieffé menteur, l’image fait le tour du monde et les journaux sortent les caricatures à tour de bras (sauf les tabloïds anglais, tous va-t-en-guerre, car ils savent qu’ils n’ont jamais autant vendu que pendant la guerre des Malouines). A un conseil des ministres où elle s’annonce démissionnaire, "Estelle Morris, alors secrétaire d’Etat à l’Education, a ’courageusement’ fait état d’un sentiment public d’inquiétude : la Grande-Bretagne ne faisait que suivre Bush". Quelque temps plus tard, en pleine campagne électorale, en France, Laurent Fabius reprend la formule choc en l’attribuant à Nicolas Sarkozy, devenu caniche, qui s’empresse de lui donner raison dans les semaines qui suivent son élection en allant par deux fois montrer allégeance à l’ex-gouverneur du Texas, qui en profite pour lui faire remarquer qu’en Afghanistan, ça manque de troupes et de matériel. Deux jours plus tard, la France détachait trois Rafales à Kaboul. Le début d’un engrenage. Les Anglais depuis ont résolument choisi la voie du désengagement de l’Irak, qui devrait être suivi par celui de l’Afghanistan. Espérons que le blairisme contagieux de notre président ne le conduira pas à faire la même erreur au Proche-Orient.

En fait Tony Blair est bien le double de Nicolas Sarkozy, élu par un pillage systématique des idées des adversaires, accaparées à son seul profit. Tous deux ont réalisé le hold-up parfait de leur propre parti, c’est une évidence. Cela ne répond pas encore, remarquez, à notre question fondamentale, ou plutôt si : "Tony Blair est-il socialiste ? Non, il ne l’a jamais été. Il ne croit pas à la propriété publique ni à l’action collective. Il s’oppose à tous les principaux objectifs des syndicats. Il a combattu les valeurs de base et les intérêts de tous les groupes de tradition socialiste. Il soutiendra l’économie de marché et le libre-échange. Il étendra le rôle du secteur privé et encouragera les entreprises à saisir toutes les occasions pour faire mieux que le secteur public" en concluait en 1999 le judicieux Cercle Frédéric Bastiat, auquel nous empruntons les citations. Il m’étonnerait beaucoup que cela ait pu changer depuis, et que notre homme, désormais catholique, ait revendu son âme à un autre diable. Nicolas Sarkozy en continuant de taxer Tony Blair de "socialiste" continue à faire, lui, ce qu’il fait de mieux : à nous mentir, à nous présenter les choses comme ça l’arrange. Manifestement, aujourd’hui, il en faisait des gorges chaudes. J’en conclus donc ce soir que je suis pape. Pourvu que Bigard ne soit pas dans les parages....


Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • morice morice 14 janvier 2008 10:31

    Petite précision, le lien " deux théâtres de conflit" n’est pas le bon, le bon est ici. 


    • morice morice 14 janvier 2008 10:47

      On peut aussi ajouter ce lien, il vaut bien son pesant de mouron.


      • caramico 14 janvier 2008 10:54

        "Bliar" disent les Anglais !

        J’espère que ce surnom de menteur lui restera collé à la peau.


        • Gilles Gilles 14 janvier 2008 11:25

          Ludo

          "le PS qui de toutes manières n’a quasiment jamais invoqué Blair en exemple..."

          Non ??????? N’ai je pas entendu Ségolène Royal lors de la campagne encenser le blairisme ? Ok ce n’est pas le PS, juste sa candidate en 2007, future candidate en 2012 et peut être première secrétaire du partti en 2008

          Blair n’est pas à gauche, héxagonalement parlant, mais c’est l’exemple typique, d’avenir, de ces nouveaux parti dits de gauche en Europe. En fait juste moins à droite que leurs éternels ennemis politiques et plus dans le social-libéralisme.Regarder Profdi en Italie ou le SPD allemand par exemple.

          Le PS est en train de suivre cette voie avec Royal. Leur p^rofessiond e foi socialiste n’est plus qu’une vaste hypocrisie


        • brieli67 14 janvier 2008 14:12

          comme pour l’indécrottable Sylvain

           

          je te demande le numéro de ta carte de membre du PS si déjà tu es t’en revendiques.

          Combien de Congrès derrière toi ?

          Sinon je te convie de parler en ton nom propre et sous un autre pseudo !

           

           

           


        • COLRE COLRE 14 janvier 2008 14:31

          voyons, @Ludo, Ségolène a également loué la rapidité de la justice chinoise, et ça ne veut pas dire que tout le PS est pour les exécutions sommaires.. ce qui veut dire que S. Royal est pour les exécutions sommaires ?!! tsss tsss… j’imagine que votre fangue a lourché pour rire, mais tout de même, je trouve que ça fait tache dans votre intervention modérée et intéressante. Tout est faux dans cette phrase, et le début, et la fin ! la meute sarkozyste va adorer colporter cette désinformation.


        • COLRE COLRE 14 janvier 2008 15:36

          Bien sûr, Ludo, c’était pour rire, mais je reste vigilante, voire susceptible, parce que ces blagues sont tellement rebattues qu’elles finissent pas passer pour vrai. Alors ce n’est pas important, mais je rappelle que la phrase de S. Royal n’était pas « une connerie » puisqu’en réalité elle n’a jamais dit ça ! on a tronqué son discours : ben dame ! c’est tellement plus facile, après. S. Royal a surtout fait des conneries médiatiques…


        • Gilles Gilles 14 janvier 2008 16:34

          Ludo, effectivement tout n’est pas a jété dans le Blairisme. Cepandant, c’est une politique qui prend acte de la "victoire" des marchés sur le reste, de la financiarisation, et prétend juste limer les effets collatéraux négatifs de cette politique afin de la rendre vivable a une majorité de citoyens, et les autres, bof, de toute façon on peut continuer à vivre avec leur misère.

          Quand à accéder au pouvoir, effectivement là est tout l’enjeu. Doit-on vendre son âme pour régner ? La tendance est carrément pour le OUI dans certaines sphères du PS et je crois que Ségolène incarne bien cette tendance (et dans bien d’autres pays européens hélas) . Quant aux autres tendances plus à gvauche, se reconnaitrons-elles dans le New PS ? J’en doute ou alors par oportunisme ils s’y colleront.

          Mais régner, pourquoi faire au fait ? Juste régner ou être utiles ?


        • armand armand 14 janvier 2008 11:05

          Bien vu, morice !

          Ce qui rassemble encore plus les deux hommes c’est l’utilisation d’astuces électorales pour s’octroyer un pouvoir quasi-absolu et procéder, notamment, à des modifications constitutionnelles à la hussarde. Le principe selon lequel l’efficacité et la rapidité requises dans le monde moderne justfie tout. On peut penser ce qu’on veut de la Chambre des Lords, mais virer les pairs héréditaires pour installer les donateurs les plus généreux du parti au pouvoir c’est guère mieux ; Et c’est surtout faire fi de son rôle de contre-pouvoir.

          Les U.S.A. ne sont pas exemplaires dans bien des domaines, mais le principe de l’amendement constitutionnel qui doit faire le tour de la nation toute entière avant d’être adopté me semble plus juste que les chamboulements de SarkoBlair obtenus à la simple majorité d’un Parlement à leur dévotion. 

          Quant aux autres ressemblances, l’obsession du fric chez Chérie-la-parvenue est bien sarkozéenne dans son esprit, sans oublier la mise en scène de la vie sexuelle du chef (je pense à Blair affirmant aux jounalistes qu’il honorait Madame cinq fois par nuit, ce qui a dû épater les ’lads’ dopés à la bière, au sexe et au foot des tabloïds...)


          • hahahaha 14 janvier 2008 11:29

            Armand,

             

            Il me semble déceler en vous une jalousie féroce envers ceux qui ont réussi dans la vie.

             

            Notre vie est telle qu’on la façonne.

             

            Bien à vous.


          • armand armand 14 janvier 2008 16:01

            Détrompez-vous : je fais un métier qui me passionne, j’ai des amis et une famille formidables, je vis confortablement et mes ambitions de réussite matérielle sont à peu près comblées. Et je n’ai pas de problème avec le sexe opposé, bien au contraire... Je peux jalouser un grand artiste, grand écrivain, en d’autres temps un grand capitaine. Certainement pas un de nos hommes politiques actuels. Quoique, comme tout le monde, il m’arrive de me dire que je pourrais faire mieux....


          • morice morice 14 janvier 2008 11:10

            Tiens tiens, Calmos ne me traite pas aujourd’hui de "marxiste"... pourquoi donc cher ami ? A préférer un PS "moderne" à la Blair, bien sûr. Gordon Brown souhaite revenir au travaillisme : on a 1O ans dans les lattes là à rattraper si la gauche veut faire du blairisme.Qu’elle laisse ça à l’UMP, qui adore en ce moment... si le général voyait ça... !!!


          • morice morice 14 janvier 2008 11:11

            Excellente inervention Fergus !!! on en redemande !


          • morice morice 14 janvier 2008 11:13

            Merci Armand pour les compliments : quelqu’un peut penser à réveilller Lerma, ça m’inquiète de ne pas le voir ce matin, pou unsujet où il devrait être en forme  !


          • Djanel 15 janvier 2008 04:40

            Un chat borgne à la vue sifflante


          • Fergus fergus 14 janvier 2008 11:08

            D’accord avec cet article. A toutes fins utiles, voici le contenu d’un message que j’ai posté sur un autre blog :

            Tony Blair n’est en réalité qu’un néo-thatchérien en parfait accord avec l’idéologie sarkozyste. Il faut savoir que son bilan est, contrairement aux apparences, parfaitement désastreux sur le plan social. Certes la Grande-Bretagne peut se vanter d’un PIB supérieur à celui de la France, mais cela ne profite qu’aux plus fortunés (notamment aux traders de la City) et aux classes moyennes supérieures. La situation des classes populaires est en revanche catastrophique, et l’on est très loin, dans la réalité, de l’image idyllique que nos libéraux cherchent à donner de la Grande-Bretagne. Contrairement à ce qui est asséné sans cesse par l’UMP, les Français travaillent plus que les Britanniques, à savoir, tous temps de travail confondus (plein temps + partiel) : 36 heures pour les premiers contre 31 heures pour les seconds, ce qui s’explique par le nombre dramatique de petits boulots outre-Manche qui suffisent à sortir leurs titulaires des statistiques. Contrairement à ce qui est asséné sans cesse par l’UMP, la Grande-Bretagne a d’autre part créé deux fois moins d’emplois que la France durant les 15 dernières années (environ 12% contre 6). Enfin, l’alléchante statistique du chômage britannique est, comme celle des Pays-Bas, très largement sujette à caution car elle exclut les HANDICAPES INDEMNISES, moyen mécanique de truquer les statistiques. Autrement dit, le gouvernement préfère indemniser (un peu sur le modèle d’un RMI) des chômeurs en les déclarant plus ou moins handicapés pour les EVACUER DES STATISTIQUES. C’est ainsi qu’en 20 ans le nombre de ces "handicapés" non comptabilisés a plus que triplé pour atteindre des niveaux records. La réalité est qu’actuellement en Grande-Bretagne le pourcentage des chômeurs serait sensiblement le même qu’en France s’il était calculé sur les mêmes critères. Tout cela pour dire que la Grande-Bretagne (pas plus que son jumeau américain) n’est en rien l’Eldorado enviable que nous vante la droite, et que si le nombre des voitures de luxe explose au coeur de Londres, 12 millions de britanniques appartenant aux classes populaires vivent dans la misère ou le dénuement. C’est cela la réalité du système néo-thatchérien britannique, ce système que Sarkozy et le Medef veulent imposer à notre pays, non pour le bien des masses, comme ils le clament sans répit, mais pour le profit des minorités financières et industrielles.


            • spartacus1 spartacus1 14 janvier 2008 15:59

              ... Certes la Grande-Bretagne peut se vanter d’un PIB supérieur à celui de la France, ...

               

              Oui, mais avec une grosse, grosse différence La G-B reçoit une importante rente en provenance du pétrole de la mer du Nord (eh oui, la G-B est un pays pétrolier tout comme les pays du Golf arabique) alors que la France doit payer pour importer du pétrole.

              Où en serait la G-B si elle n’avait pas le pétrole de la mer du Nord ? De toute façon, l’argent de la rente pétrolière, elle l’a complétement dilapidé, il ne restera rien pour les générations futures (et même avant très bientôt) contrairement à la Norvège qui a soigneusement capitalisé les revenus du pétrole sous forme d’investissements d’avenir.

              Dans une vingtaine d’années, si la politique britanique ne change pas, la G-B sera un pays pauvre.

               

               


            • herbe herbe 14 janvier 2008 22:04

              ... Certes la Grande-Bretagne peut se vanter d’un PIB supérieur à celui de la France, ...

              Et bien ce n’est tout simplement plus vrai :

              http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1577


            • hurlevent 15 janvier 2008 22:56

              "Et bien ce n’est tout simplement plus vrai :"

              Vous confondez PIB et PIB/hab. Vu que la pop de la GB est plus faible, le PIB/hab de la GB est toujours supérieur à celui de la France


            • herbe herbe 15 janvier 2008 23:05

              Merci pour cette précision que vous donnez sur le PIB/hab, mais l’article cité n’y fait pas mention et donc parle bien du PIB de même que le commentaire précédent et c’est bien ce PIB semble t’il qui pour la France est supérieur à celui de la Grande Bretagne depuis peu (la comparaison des PIB/hab n’est pas faite mais peut effectivement se deduire par le calcul que vous proposez...)


            • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 14 janvier 2008 11:08

              Bjr Morice, et merci pour ce constat que je partage et qui est confirmé par sa récente nomination comme conseiller chez JP Morgan - pour la modique somme de 680,000 euros :

              http://www.easybourse.com/Website/article/5106-tony-blair-conseiller-tres-special-de-la-banque-jpmorgan.php


              • morice morice 14 janvier 2008 11:21

                La photo me rappelle une histoire typique du nord, celle de DeconnincK. Un gars qui se vante parout d’être connu.. A la fin, quand on le voit à la télé à côté du pape, y’en a u qui dit "c’est qui le gars à côté de Deconninck" ? Blair c’est Deconninck.


                • Selmi Selmi 14 janvier 2008 11:25

                   

                  ce qui ferait retourner le général De Gaulle dans sa tombe

                  cette expression est de moi tu vois c’est du copier - coller encore une fois !

                  ton correcteur bien aimé qui avec l’âge se prend pour le pape et toi Blair..


                  • hahahaha 14 janvier 2008 11:26

                    Morice,

                     

                    Mais où avez vous donc mis votre tiare ?

                     

                    Bien à vous.


                    • tvargentine.com lerma 14 janvier 2008 11:37

                      Comparons le bilan de Tony Blair et celui du PS au pouvoir afin de porter des jugements

                      Reconnaissons que sa politique économique à permis la croissance économique et la création d’emplois car plus de 100.000 français travaillent à Londres.

                      Posez vous la question pourquoi des français qui ne trouvent pas de boulot France en trouve en Angleterre.

                      Oui,le bilan de Tony Blair est positif à l’exception de son alignement sur la politique étrangere de G Busj

                       


                      • brieli67 14 janvier 2008 14:24

                        les deux Lermas qui bavassent.......... autour d’une Guiness ..... sur les rives de la Tamise

                        Quel débat !

                        et même pas sur le prix du rail.............. de blanche.

                         


                      • spartacus1 spartacus1 14 janvier 2008 16:01

                        Ah propos de la "réussite" économique, voir mon message plus haut à propos de la rente pétrolière.


                      • marc 15 janvier 2008 19:31

                        Lerma

                         

                        Commentaire tout à fait menteur car vous oubliez de dire que la GB est la championne d’Europe des expatriés.Pour chaque français qui s’expatrie , il y a deux jeunes angalis qui quittent leur pays.

                         


                      • snoopy86 14 janvier 2008 11:40

                        Salut à toi Momo ô grand résistant

                        Finalement, le résumé de ton article c’est :

                        Blair n’est pas assez con pour être vraiment socialiste.

                        Puisse la gôche française un jour comprendre et s’en inspirer...


                        • CAMBRONNE CAMBRONNE 14 janvier 2008 13:39

                          SALUT SNOOPY

                           

                          J’étais en train de chercher quelque chose à dire à Momo notre hyper résistant quand je t’ai lu .

                          Voila tu as tout dit Merci Snoopy .

                          Blair n’est pas socialiste ? c’est quoi le socialisme ? en tout cas le modêle français de socialisme n’est pas LA REFERENCE , c’est un modêle parmi tant d’autres et de plus un anti modêle .

                          Le socialisme à la française n’est socialiste que dans ses discours préélectoraux jamais au pouvoir .En un mot c’est un socialisme d’opposition .

                           

                          Respect à Tony BLAIR qui de plus vient de se convertir à la vrai foi .

                          Respect à notre Saint père le pape auquel ose se comparer Momo notre Jean Moulin de bazar .

                          Salut et fraternité .


                        • Gilles Gilles 14 janvier 2008 16:45

                          Cambronne

                          "Respect à Tony BLAIR qui de plus vient de se convertir à la vrai foi ."

                          Intéressant. j’aurais aimé savoir quelle a été son cheminement pour se convertir au catholiscisme.

                          Au début je n’y croyais pas. Comment un homme intelligent peut-il s’inféoder loyalement à des curés qui s’autoproclament dans les petits papiers de Dieu (le Pape est infaillible, non ?) et prétendent guider la vie leurs ouailles ?

                          Comment un homme qui a déclenché une guerre, causant plus de 150 000 morts au moins (dernières stats) sur des mensonges, peut-il espérer plus que la damnation éternelle (rien qu’en appliquant les préceptes chrétiens, il y a droit)

                          A mon avis, une preuve d’un ceratins déséquilibre moral et intellectuel.

                          AU moins Sarko on sait que c’est du pipeau. Une photo avec le Pape et faire la Une c’est sûrement sa motivation.


                        • morice morice 14 janvier 2008 16:47

                          Ah Gilles, là je dis bien envoyé.... c’est vrai ça un homme si intelligent...


                        • brieli67 14 janvier 2008 23:33

                          à qui répondre le plus §/.M% au Maréchallissime ou au Belami de chez Mermaz anti- GF

                          @Ludo. Oui ! très facile d’être à Gauche de Tas de.... Les exemples scandinaves j’y ai cru longtemps longtemps. Cétait en fait un peu de la démocratie grecque..... sur le dos des transhumances saisonnières d’italiens de portugais et d’allemands du Nord. Des trains entiers pour bâtir les infrastructures.

                          L’Allemagne s’est complètement fourguée avec leur Blair à eux le Schroeder. Faut plutôt dire les Allemagnes. Sans parler du Social-démocrate Schmidt ... le Bel-Ami de Giscard. Le Napoléon de la Sarre Lafontaine m"inspire plus confiance. La scission de la SPD est donc faite.... Les Verts disparus du paysage sauf à Berlin

                          @ Grognard Depuis ....Entre l"HIA Desgenettes et le Vinatier à Lyon il doit bien y avoir un tunnel de creusé sous le Pinel


                        • Djanel 15 janvier 2008 04:49

                           

                          Dire merde à Cambrone, c’est commettre un pléonasme.

                          Rendre hommage au pape, c’est marcher dedans.

                          Admirer le socialisme de Blair, c’est être scato.


                        • morice morice 14 janvier 2008 11:44

                          Jacob, c’est bien ce qu’on disait ; vous n’y connaissez rien : "Le socialisme étant la socialisation des moyens de production et d’échange". Le socialisme c’est l’étape obligatoire avant le communisme selon Marx. On en est loi avec Blair !!! Ils ne "ji-ounet" pas, mr Jacob, ils calculent.


                        • morice morice 14 janvier 2008 11:45

                          Rassurez-vous, Seb59, vous non plus ! un partout, la balle au centre !


                        • morice morice 14 janvier 2008 11:57

                          Lerma "Reconnaissons que sa politique économique à permis la croissance économique et la création d’emplois car plus de 100.000 français travaillent à Londres." Euh vous voulez les salaires et les prix des loyers à Londres, ou on en reste là ? "Posez vous la question" ; ah ben c’est tout fait : là bas, si on est jeune, en bonne sant et qu’on veut travailler 24h sur 24, pas de problème... à part le loyer. Ah oui, j’oubliais ; aucuen garantie de l’emplo, mais bon, quand on est jeune comme vous l’êtes, Lerma... euh pas de chômage ? une petite "limited compagny" ? un petit guide de survie  ? le maître mot en angterre, Lerma : la flexibilité ! traduisez ; tu dégages quand j’ai ou besoin de toi.

                           


                          • COLRE COLRE 14 janvier 2008 16:48

                            @morice, @ZEN et @Forrest : Lerma démontre ici-même l’hypothèse drôlissime de Forrest, et que ZEN et moi avions reprise pour nous en réjouir :

                            plusieurs explications au fait que les sarkozystes n’aient rien à écrire :

                            • ils craignent en soutenant le chef aujourd’hui de le contredire sur ce qu’il dira demain

                            Et bien dans votre article, ZEN, sur le bilan du blairisme, Lerma est intervenu, mais en marchant sur des œufs car à l’époque son maître n’avait pas encore invité Tony à l’UMP ! Lisez, c’est vraiment bouillie pour chat, et Lerma souffre, souffre…


                            par lerma (IP:xxx.x57.112.24) le 16 novembre 2007 à 17H36
                            Il existe plusieurs manières de créer des emplois et de réduire le chomage.

                            Le modèle anglais repose sur le libéralisme économique puisqu’ils en sont les inventeurs avec la révolution industrielle.

                            Ils n’est en rien exportable et encore moins etre comparer à un autre pays.

                            La véritable question est la suivante :

                            L’Angleterre s’est-elle appauvrie ou enrichie ?

                            La richesse d’un pays repose sur son développement économique et ses infrastructures et non sur la finance


                          • maxim maxim 14 janvier 2008 12:19

                            une semaine sans article de Morice ,c’est comme une semaine sans patates à la cantine ....

                            vous voyez ce que je veux dire : lundi frites ,mardi purée,mercredi ,pommes dauphines etc etc......

                            et bien c’est kif kif , ...lundi y’en a pas bon Tony Blair,....mardi ,y’en a encore moins bon Sarkosy.......,mercredi ,hou la vilaine Carla ! ......jeudi,on a vu Sarkosy pisser du bastingage du yacht de Bolloré ! ,......vendredi ,on a vu Cécilia devenue vendeuse chez Prada ....et les week ends ,on nous ressert le réchauffé de la semaine !

                            les Anglais ont compris depuis longtemps que les salades ,genre arrêtons l’exploitation de l’homme par l’homme ,partageons ensemble avec équité le fruit de nos revenus ,nous sommes tous égaux en droits ! et puis toutes ces belles choses qu’on apprend dans les livres ,ne sont que du vent ,que le socialisme est une autre façon de gérer le pognon ,mais ce pognon n’est destiné qu’à aller dans certaines poches ,mais certainement pas dans celles qui en ont le plus besoin !


                            • morice morice 14 janvier 2008 12:42

                              Maxim, je vous nomme illico responsable de ma com’ "ne semaine sans article de Morice ,c’est comme une semaine sans patates à la cantine ...." c’est trop d’honneur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès