Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Touche pas à mon poste : l’anti-racisme à dimension variable du Parti (...)

Touche pas à mon poste : l’anti-racisme à dimension variable du Parti socialiste

A l’approche de chaque élection, le parti socialiste nous ressort invariablement sa tarte à la crème anti-raciste. Les éléphants retrouvent l’espace d’un instant leur unité pour dénoncer des propos « indignes », « nauséabonds » de la droite qui rappellent immanquablement « les heures les plus sombres de notre histoire ».

La leçon d’éthique du PS nous arracherait presque une larme, si ce n’était les compromissions de ces mêmes moralistes lorsqu’il s’agit de conserver des sièges et de gagner des élections.

Dernière victime de la chasse aux sorcières de la bien-pensance socialiste : Francis Delattre, un illustre inconnu de l’UMP, candidat aux régionales en Île de France, qui a comparé un candidat du PS noir (et tout aussi inconnu), Ali Soumaré, à un réserviste du PSG. Une remarque de comptoir assez affligeante de bêtise. Cela mérite-t-il pour autant la fatwa lancée par le PS ? Pourquoi nous refont-ils le coup avant chaque élection ?

Sarko a la sécurité, les socialistes l’anti-racisme. Chacun à tour de rôle instrumentalise sa cause à des fins électoralistes. Les deux manipulations se valent en terme d’inconséquence politique.

On doit cet atavisme socialiste à François Mitterrand qui avait fait de l’anti-racisme son arme de prédilection pour affaiblir la droite. La technique est simple et immuable : le PS se drape dans sa dignité en condamnant les « dérapages racistes » de la droite. Sauf qu’à ce petit jeu, tout le monde où presque est perdant une fois les élections passées. Les minorités qui se sentent mal acceptées, les petits blancs (encore un dérapage raciste !) qui se sentent outragés et mis en accusation,… mais le FN grimpe et la droite baisse.

François Mitterrand jouait avec le feu, mais il gagnait les élections. Lionel Jospin s’y est brûlé les doigts en 2002… Près de dix ans plus tard, les socialistes nous ressortent les mêmes foutaises.

Il se trouve que la leçon de morale a cette fois bien du mal à passer. Quand le président du conseil régional d’Île de France Jean-Paul Huchon, des sanglots dans la voix, demande des excuses à sa rivale UMP Valérie Pécresse, mes oreilles bloquent.

Ai-je raté les excuses du Parti socialiste suite à dix années de « dérapages » de Georges Frêche ? La situation est ubuesque ! Les socialistes avalent des couleuvres à longueur d’année pour ne pas perdre la région Languedoc-Roussillon de leur escarcelle et ils continuent à faire la morale. Y a-t-il des mines d’or cachées près de Montpellier pour que cette région vaille toutes les compromissions ? Tous les renoncements ?

Pourquoi le parti socialiste a-t-il attendu cette ultime provocation (qui est loin d’être la pire) pour amorcer un début de mouvement ? Pour rappel, Georges Frêche avait comparé les harkis à des sous-hommes. On n’a pas vu les larmes de crocodile des socialistes venir défendre leur idéal universel à cette époque !

Et pendant qu’Huchon s’excite comme un beau diable pour nous effrayer avec le fantôme du racisme, Julien Dray, amateur de montres et candidat sur sa liste aux régionales socialiste soutient Georges Frêche contre vents et marées : « si on ne voulait pas que Georges Frêche soit soutenu par le Parti socialiste, il fallait le dire clairement et le faire voter. Maintenant, l faut aussi savoir clore des choses qui peuvent devenir dramatiques ». Dramatique comme perdre une élection ?


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Big Mac 1er février 2010 14:45

    Un peu succin mais le raisonnement est bon.


    • mako mako 1er février 2010 17:21

      Du pareil au même : http://bernardhanse.canalblog.com



      • Nometon Nometon 1er février 2010 17:54

        Je cite l’auteur : "Pourquoi le parti socialiste a-t-il attendu cette ultime provocation (qui est loin d’être la pire) pour amorcer un début de mouvement ? Pour rappel, Georges Frêche avait comparé les harkis à des sous-hommes. On n’a pas vu les larmes de crocodile des socialistes venir défendre leur idéal universel à cette époque !"

        C’est tout simplement faux. De très nombreuses sections du PS ont, à l’époque de cette immonde déclaration, demandé l’exclusion de Georges Frêche et l’ont obtenue ! Cette exclusion a finalement été limitée à un an. Une sorte de période probatoire. Frêche s’est d’ailleurs fait tout petit durant cette période. Bien entendu, les media en ont fait peu de cas.

        Donc, l’auteur se trompe. Ou ment.
        Nous entrons en période électorale (régionales). Il n’est donc guère étonnant que les attaques sur les socialistes s’orchestrent, en bon ordre. Mais là, on tombe dans les papiers de poubelle.
        Dommage. Les publications d’Agoravox valent mieux.


      • Deenye Deenye 1er février 2010 18:01

        «  dix années de « dérapages » de Georges Frêche »

        3 phrases de trop = 10 ans de dérapage...

        Heureusement pour vous que le ridicule ne tue pas !

        Ca fait un moment que Frêche a été exclu du PS...faut un peu se renseigner avant de raconter n’importe quoi sur AV...
        En revanche, Brice Hortefeux est toujours ministre, toujours à l’UMP, et surtout toujours RACISTE.

        Cet article de troll sarkozyste est pitoyable.


        • Arafel Arafel 1er février 2010 22:00

          « Ca fait un moment que Frêche a été exclu du PS...faut un peu se renseigner avant de raconter n’importe quoi sur AV. »

          Exclus du PS officielement, mais dans les faits, ils se gardaient bien de présenter un candidat contre lui.
          Quelle hypocrisie.
          mais c’est vrai qu’en la matière, la gauche est passée maitre...


          • Christian Delarue Christian Delarue 1er février 2010 22:05

            Outre Frèche, il y a Manuel Valls moins hard sans doute.

            En tout cas il a bcp plus de beaufs tenant des propos xénophobes ou racistes à l’UMP et au sommet qui plus est !


            • Christian Delarue Christian Delarue 1er février 2010 22:44

              Un bon article de Mémorial 98

              G. Frêche savait parfaitement ce qu’il disait quand il a mis en cause Fabius sur sa « tronche pas catholique »

              L’extrême droite et le journal « Minute » ont en effet très souvent caricaturé et attaqué la « tronche » de Fabius sur un mode antisémite, notamment dans l’affaire du sang contaminé.

              Cette dimension de notoriété publique n’est certes pas inconnue de l’imprécateur raciste de Montpellier, mais il pense que tout lui est permis, particulièrement à l’égard de « communautés » qui lui seraient redevables d’actes en leur faveur.

              C’est le sens de sa lettre à Fabius dans laquelle il redouble son propos initial Il y prétend que son insulte « n’a pas de connotation religieuse »et poursuit :"...tu connais depuis longtemps mon amitié pour Israël. L’action que j’ai conduite en faveur de la communauté juive en porte le témoignage".

              On notera au passage l’amalgame entre la communauté juive et Israël.

              Il réagit exactement, aux termes près, comme en son temps Jacques Médecin, maire ultra-droitier de Nice quand celui-ci avait en 1990 réagi violemment au refus des membres de la communauté juive de cautionner son rapprochement avec Le Pen. Il avait attaqué les « Israélites qui ne refusaient jamais un cadeau » ; interrogé plus tard sur cette réaction, il se justifie ainsi, sur le mode clientéliste : « J’étais de toutes les fêtes de la communauté, de tous leurs défilés, de toutes leurs manifestations. Mes propos ont été déformés, délibérément. En parlant, j’évoquais un problème de politesse. Et on m’a lynché dans le monde entier. »

              Malgré ses propos abjects et redoublés contre les Harkis « sous-hommes », puis contre les Noirs trop nombreux en équipe de France, récemment contre les militants de la Cimade (au passé glorieux de sauvetage de Juifs pendant la guerre) traités carrément de nazis il y a 15 jours parce qu’ils manifestaient contre l’entreprise israélienne Agrexco, Frêche avait malheureusement bénéficié de la complaisance d’une partie de la direction nationale du PS et des dirigeants locaux corrompus de ce parti.

              Qui sont les encore aujourd’hui les défenseurs de Frêche ?

              JL Nicolin, affairiste, président de club de foot local, grand pourfendeur homophobe et misogyne de « tarlouzes et de gonzesses ».

              Le président du CRIF R. Prasquier lui délivre un certificat de bonne conduite, tout en légitimant le grandébat sur l’Identité nationale. Frêche utilise évidemment immédiatemment cette aubaine venue du CRIF.

              Au même moment, le CRIF exclut le PC et les Verts de sa réception annuelle et invite Eric Besson à son dîner annuel en Rhône-Alpes. C’est la marque de la dérive que nous avons déjà évoquée et qui semble s’aggraver (voir notre article Stéphane Guillon : bravo ! ) Notons que pour la LICRA au contraire et fort pertinemment cette fois çi : « il s’agit d’une stratégie délibérée afin de glaner les votes des électeurs du Front National dans la région qu’il convoite. »

              La LDJ, porte-parole de l’extrême-droite juive soutient aussi Frêche.

              JC Gayssot, ancien ministre communiste, se range aux côtés de Frêche avec les corrompus locaux du PS.

              Des responsables nationaux du PS tels V. Peillon, Moscovici et Ségolène Royal bien sûr lui trouvent encore des excuses.

              L’attitude du PS à l’égard de Frêche a représenté une véritable tragédie : malgré les alertes répétées, malgré les cris d’alarme des militants antiracistes depuis de nombreuses années, sa direction a attendu ce dernier éclat pour enfin se séparer électoralement de celui qu’elle avait pourtant exclu dès 2007.

              Cette pusillanimité peut entretenir l’idée que le PS s’émeut seulement quand l’insulte est antisémite.

              Néanmoins, on ne peut qu’espérer que de ce mal sorte un bien.

              Il est temps que toute la gauche, au-delà de ses divergences tout à fait réelles, s’unisse véritablement, sans calcul de préséances, pour débarrasser la région de l’imprécateur qui la dirige.

              Le pire serait que les calculs des uns et des autres permettent à Frêche de prétendre encore une fois comme en 2008 devant des étudiants : "Moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue."

              Mémorial 98 http://memorial98.over-blog.com


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 1er février 2010 22:58

                Frêche est défraîchi et bidonnant, pitoyable mais pas de propos antisémites à l’encontre de Fabius, défraîchi et bidonnant, pitoyable mais de propos pro-mrapistes.


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 1er février 2010 23:37

                Christian Delarue, « co-fondateur d’ATTAC France pour le MRAP » (qu’est-ce à dire ?), de comment en comment vous copiez vos missives, esseulées, hors sujet, à nul adressées.


              • Big Mac 1er février 2010 23:51

                Je crains Cosmic que vous ne perdiez votre temps, monsieur Delarue colle souvent ses tracts même hors sujet et en double exemplaire sur le même article mais ne s’occupe pas des réactions suscitées par ses tracts.

                La bonne vieille application du « assénez mille fois un mensonge et ça devient une vérité ».


              • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 2 février 2010 00:00

                Je vois, Big. « Animateur » et Trismégiste, en tout cas trois fois membre de deux Très Hautes Instances Mondialo-antiracistes (laissez-moi rire), ce monsieur ne parle qu’à lui-même, s’autocongratule et se plusse. Magnifique.
                Il n’est pas le seul, il est vrai (même nos amies les jeunes Russettes poilues, nos chers enquêteurs-de-première, nos regrettés kamikazes et tutti quanti s’y adonnent). Mais ce qui est remarquable, dans son cas, c’est qu’il s’est propulsé d’un niveau de réalité compréhensible par tous (ATTAC, le MRAP...) ou presque, au cyber-genre-guru.


              • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 2 février 2010 08:18

                Que vont ressentir...

                En vérité, ce n’est pas l’humour de mauvais goût du maire Francis Delattre qui est choquant, mais plutôt la réaction de Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (que vont ressentir les étudiants et enseignants-chercheurs qui se reconnaissent, d’une façon ou d’une autre, en Ali Soumaré !) , l’absence de réaction du numéro un de l’UMP Xavier Bertrand (que vont ressentir les électeurs et sympathisants de l’UMP qui se reconnaissent, d’une façon ou d’une autre, en Ali Soumaré !) et, également, l’absence de réaction de l’ex-Ministre des Droits de l’Homme, Rama Yade (que vont ressentir les citoyens qui se reconnaissent, d’une façon ou d’une autre, en Ali Soumaré et Rama Yade !), comme quoi ce poste gouvernemental était tellement inutile, comme l’avait déclaré Bernard Kouchner, qu’il n’a laissé aucune trace chez Rama Yade.

                P.S. (Post-scriptum, et non PS !) : Les propos de Francis Delattre ont été tenus lors d’un meeting des régionales auquel assistaient les ministres Valérie Pécresse, Rama Yade et le numéro un de l’UMP Xavier Bertrand.

                Horchani Salah

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès