Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Tout ce qui bouge doit être « abattu » ! ou du moins affaibli (...)

Tout ce qui bouge doit être « abattu » ! ou du moins affaibli ….

Après avoir réduit d'une manière drastique les subventions versées aux associations enfance jeunesse d'éducation populaire, Sarkozy s'attaque aux associations qui à tous les échelons, du quartier au niveau national, contestent la politque du gouvernement et défendent l'intérêt des familles les plus modestes...

Gare aux associations « remuantes » ! et indépendantes

Sarkozy n'aime pas du tout les grandes associations progressistes qui agissent au quotidien en toute indépendance.

Ses services avaient suspendu l'agrément consommation à la CNL (Conseil National du Logement).Si la mobilisation de cette confédération, appuyée par de nombreuses associations et des élus a permis de lever cette suspension, il reste néanmoins en suspens la question de sa subvention 2011.

« La CNL demande que cette question soit examinée et réglée dans un délai raisonnable car cela représente des moyens financiers indispensables à son fonctionnement et à ses missions sociales. »

Après la CNL, c'est la FSGT qui reçoit des menaces à peine voilées.

La Fédération sportive et gymnique du travail est une fédération sportive nationale représentant

260 000 pratiquants et 4300 associations sportives locales et d'entreprises. Membre du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) comme fédération affinitaire et multisports, elle est affiliée à la Confédération Sportive Internationale du Travail (CSIT).

Qu'est-il arrivé à la FSGT fin 2011 ?

L'hebdomadaire en ligne « Lettrasso » l'explique bien avec humour :

« Tu me donnes ton fichier d'adhérents et tu récupères ta subvention. C'est presqu'en ces termes que le marchandage a eu lieu sous le prétexte d'étude permettant de mieux connaître la réalité des inégalités sociales et territoriales d'accès à la pratique sportive lancée par le ministère des sports. Et c'est la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) qui en a fait les frais.
Bien sûr, celle-ci a refusé de transmettre à l'État le fichier de ses licenciés sans les avoir avertis au préalable, conformément à la législation française. Un délai de consultation des licenciés aurait du être prévu. Alors, le ministère des sports a menacé illico de rompre la convention d'objectifs qui le lie à cet organisme et aurait d'ores et déjà procédé au blocage du solde d'une subvention d'un montant de 273 000 euros.
C'est une décision pour le moins rude et sans aucune concertation.
L'attitude du ministère est d'autant plus surprenante que la bonne foi de la FSGT dans cette affaire de fichier ne semblant souffrir aucune contestation. »

« La position très critique de la FSGT à l'égard de la politique des sports menée depuis 2007 n'est bien sûr pour rien dans la décision du ministère d'exiger les fichiers de ses adhérent. »

Comme pour la CNL il a fallu que l'association mène une campagne énergique pour qu'enfin le ministère recule et abandonne- provisoirement peut être- son chantage.

Début 2012, tout semble rentrer dans l'ordre

http://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=1796

Ce n'est pas un hasard si ce sont des associations comme la CNL et la FSGT qui subissent en premier les attaques de ce gouvernement.

Ces associations représentent une force d'éducation populaire sur le terrain et n'ont d'autres moyens que les cotisations de leurs membres et les subventions publiques.

Elles n'entrent pas dans le cadre de la recherche de marchés de formation ou de conseils leur assurant quelques rentrées.

L'absence de subventions obligerait ces associations à limiter leurs actions et à relever leurs tarifs , ce qui nuirait à leur politique visant l'accessibilité à toutes et à tous.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • eric 17 janvier 2012 10:01

    Vous donnez dans votre article tous les éléments du problème. Ces assoc sont triplement non indépendantes. Elles vivent de subventions de l’Etat. Mais elles ne veulent pas rendre compte de ces deniers publics au motif qu’elle combattent pour le bien. On devine que derrière la question de principe que vous évoquez ( communiquer ou pas le nombre d’adhérent), il y a bien la question de la légitimité du financement. C’est comme a l’UNAF ou certaines de vos associations, notamment dans le sud, semblent bien avoir gonfle artificiellement le nombre d’adhérents pour toucher plus d’argent public, bien en peine qu’elle sont de mobiliser les bonnes volontés financières individuelles.

    Seconde dépendance, comme elles ont en réalité peu de militant et de bénévoles, elles sont peuplées de professionnels. De gens qui font profession de défendre le bien. Et donc effectivement, toucher a leurs subventions peut remettre en cause leur existence.
    Troisième dépendance, elles sont profondément idéologiques. Souvent, elles passent plus de temps en combat politique contre un gouvernement démocratiquement élu qu’a se soucier réellement d’un travail social. Evidemment, elles ne sont pas pressées de rendre compte.

    Dans l’ensemble, leur principal rôle et de permettre de vivre au noyau dur de toutes les extrêmes gauches alterecolobio au détriment du contribuable et des populations censées bénéficier de cet argent. 

    Certaines font a la mage un travail utile. En ces temps de difficultés budgétaire, la charge de la preuve est de leur cote. Il ne suffit plus de prétendre aider les pauvres pour bénéficier de notre argent. Il faut le prouver.
    Avec 10% du pib et plus de 1,5 millions d’emplois, le tout tres concentre sur quelques grandes assoc. très a gauche et très peu transparentes, il est bon, il est démocratique, il est conforme au droit de l’homme que ces dépensiers rendent des comptes aux élus démocratiques, eux qui se contentent de se proclamer citoyens pour ne pas avoir a se justifier devant des électeurs.




    • TSS 17 janvier 2012 14:01

      On devine que derrière la question de principe que vous évoquez ( communiquer ou pas le nombre d’adhérent)

      vous n’avez rien compris !

      demander le nombre c’est un renseignement,demander le CV c’est du flicage

       et c’est ce que le GVT demande... !!


    • eric 17 janvier 2012 14:43

      A tss parce que ces associations sportives détiendraient des cv de leurs adhérents ? Qu’est ce que c’est que ce flicage ? Depuis quand doit on donner son cursus pour adhérer a un club de foot ? Comment se fait il qu’une assoc. donc un organisme de droit prive ait le droit de fliquer ses adhérents ? Pourquoi se refusent ils a un contrôle de l’Etat qui nous représente tous alors qu’ils ne representent qu’eux mêmes ? Surtout des lors qu’il y a de l’argent collectif en jeu. Et si il y a une assoc de ressortissant du 16eme, joueurs de golf, faut il aussi la financer les yeux fermes et sans justifs. au nom de l’égalité citoyenne et du statut associatif alors que le fric pour les plus défavorisés manque ? 


    • TSS 17 janvier 2012 18:28

      cher monsieur quand vous adherez à un club vous donnez des renseignement

      (adresse,age ...) même ces renseignements ne concenent pas l’etat... !!


    • Gabriel Gabriel 17 janvier 2012 10:02

      Bonjour chalot,

      Ce gouvernement a deux priorités, premièrement l’enrichissement des plus riches (dont ils font partie avec leurs amis) par l’appauvrissement de la majorité des classes moyennes et populaires. Deuxièmement, la chasse aux pauvres dont leur politique est directement responsable et la mise en coupe réglée des associations d’aide aux plus faibles afin d’en récupérer les subventions. Vous l’aurez compris, ce gouvernement pratique chaque jour, par ses décisions, ce que nous pouvons appeler sans risque de se tromper, un crime contre sa population, un crime contre l’humanité.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 17 janvier 2012 10:40

        Ce Hun termine son travail de saccage et il semble plus motivé que jamais. Il semblerait même qu’il soit maintenant déterminé à s’attaquer aux congés payés. « La cinquième semaine de congés payés, nouvelle cible du gouvernement. »


        • CHALOT CHALOT 17 janvier 2012 10:41

          Eric  !
          Le gouvernement cherche surtout à contrôler les associations et surtout à museler celles qui contestent.
          Communiquer le nombre d’adhérents, certes oui mais pas l’identité de chacun d’eux...
          Jujuch !
          c’est quoi « anti français » ? Cela sent le vert de gris votre remarque !


          • vlad 17 janvier 2012 13:55

            Le gouvernement veut (voudrait) faire taire tout ce qui ne pense pas comme l’UMP. C’est dire s’il a du boulot...


            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 17 janvier 2012 14:45

              Il est vrai qu’il vaut mieux recevoir de l’argent (de Mme B. p.ex.) qu ’en donner ! Surtout à des assocs qui ne renvoient pas l’ascenseur ! 

              Cela dit , un certain nombre d’intervenants sur ce sujet mettent en cause globalement les associations qui gonfleraient le chiffre de leurs adhérents pour avoir plus de subventions. Qu’en est-il réellement ? Quel contrôle subisse les associations ? Pour les associations sportives, c’est facile : on a le nombre de licences délivrées... Mais pour les autres ?

              Je sais que celles qui ont recours à des salariés subissent les contrôles de l’URSSAF.

              • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 17 janvier 2012 22:48

                Les dérives au sein des associations deviennent catastrophiques.

                Trop d’opacité qui encourage les fraudes, les détournements, les abus, ...

                Sincèrement, pourquoi croyez-vous qu’il y ait tant d’associations en France ?? (asso loi 1901, « belle » exception française)

                Il faut arrêter d’être naïf.


                • CHALOT CHALOT 18 janvier 2012 08:43

                  Les dérives viennent des associations-système, fondées uniquement pour faire du fric...
                  Elles sont peu nombreuses et personne,encore moins moi ne leur fait de cadeau
                  Celles dont je parle sont des associations qui existent depuis longtemps et mènent un travail d’éducation populaire et défendent leurs membres.
                  Elles procèdent de la démocratie....Elles doivent ëtre défendues.
                  En France, les associations construites et animées par des bénévoles sont très très nombreuses, elles méritent du respect et du soutien....
                  Dans ma commune, je ne connais aucune association qui aurait les dérives dont vous parlez..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès