Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Transition énergétique : l’Allemagne, un modèle pour la France (...)

Transition énergétique : l’Allemagne, un modèle pour la France ?

Souvent cité comme l’exemple à suivre, l’Allemagne s’est lancée dans le « tournant énergétique » (Energie Wende), en choisissant d’abandonner l’énergie nucléaire dès la fin des années 90.

Que peut-on en tirer, pour la France à l’heure où s’ouvre le débat sur la transition énergétique ?

Une sortie politique du nucléaire fait de revirements

Dès les années 90, malgré de sérieuses luttes politiques et industrielles, la coalition SPD-Vert (gauche) du chancelier Gerhard Schröder décide un abandon planifié de l’atome entre 2002 et 2022.

L’alliance CDU-FDP (droite) revient en 2010 sur ces choix. En échange du prolongement impopulaire de la durée de vie des réacteurs au-delà de 2030, le financement des énergies renouvelables est renforcé : 3 milliards supplémentaires par an.

Nouveau revirement en 2011, l’avenir énergétique allemand est de nouveau bousculé par la catastrophe de Fukushima. Sans délai, un moratoire sur l’exploitation de huit centrales nucléaires est décrété par le gouvernement d’Angela Merkel (CDU-FDP). De plus, sous la pression de l’opinion publique, est voté un « paquet énergie » qui acte l’abandon définitif de l’atome.

Toutefois, bien que l’abandon du nucléaire soit devenu la position de l’ensemble des forces politiques de gouvernement, les allemands rechignent à financer le déploiement des énergies renouvelables alternatives.

Une population qui n’assume pas toujours les conséquences de ses choix

De fait, outre-Rhin, où l’électricité est déjà une des plus chères d’Europe, les foyers supportent seuls le coût du développement de la filière renouvelable. Le débat politique se déporte donc aujourd’hui sur ce sujet sensible pour le pouvoir d’achat.

Cette situation résulte, en particulier, des privilèges fiscaux accordés aux industries gourmandes en électricité. De telles mesures, portant notamment sur les taxes écologiques, ont été accordées au motif qu’il ne faut pas rogner la « compétitivité » de l’industrie allemande. Dans le même esprit, les länders s’opposent à la baisse du tarif d’achat de l’électricité photovoltaïque, de peur de voir les usines encore actives dans cette filière définitivement fermer.

Quelle solution pour le mix énergétique allemand ?

Le gouvernement allemand est donc aujourd’hui confronté à une quadrature du cercle : pas de nucléaire mais de grandes difficultés pour faire payer la facture du renouvelable. La solution de facilité serait de conserver un mix énergétique basé sur les énergies fossiles, mais leur prix augmente également et les émissions de CO2 doivent être réduites.

Pourtant, le gouvernement fédéral semble contraint à freiner l’extension de l’électricité verte à un an des élections législatives afin de soulager un peu le porte-monnaie des ménages allemand, en difficulté.

Quelle transition énergétique en France ?

En France, le climat politique sur le dossier de la transition énergétique est encore plus sensible puisque aucun consensus n’existe, même au sein de la majorité. Récemment, les déclarations du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg sur le nucléaire « filière d’avenir » ont suscité l’ire des écologistes et un certain embarras au sein de la majorité. En plus, les différents sondages de l’opinion publique sur le nucléaire se contredisent et toute hausse des tarifs est très mal reçue par l’ensemble des acteurs.

Nous souhaitons donc bien du courage à François Hollande et sa majorité pour trouver le consensus promis sur ce sujet, dès 2013, après le grand débat sur la transition énergétique qu’il convient de suivre à l’aune de l’expérience allemande.


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Marco07 11 septembre 2012 13:52

    Vous voulez parler des enjeux pour la « transition », et vous citez l’Allemagne, sans parler du charbon, du tarif du kWh, de la précarité énergétique engendrée...


    • Leo Le Sage 11 septembre 2012 14:16

      @AUTEUR/Enjeux Electriques
      Les allemands ont toujours été contre le nucléaire.
      Grâce ou à cause de Fukushima, les allemands auront une électricité bien plus chère que la française.
      Cette situation cocasse va s’aggraver lorsque viendra le jour où, faute de fossiles, les allemands devront penser à se tourner vers le nucléaire...
      Comme vous le dites, les allemands n’assument pas leur choix comme beaucoup d’autres peuples d’ailleurs...

      J’ai beau être contre le nucléaire, je n’ai toujours pas trouvé la moindre preuve solide qui permette à la France d’y échapper...
      Tous les renouvelables dont on me parle ont un problème de stabilité et ne peuvent pas monter en charge si nécessaire.
      Les pics de consommation sont donc pas supportées concrètement.

      Il me paraît donc important que l’Etat français explique comment elle compte s’y prendre dans le futur pour résoudre cette équation énergétique sachant que la consommation électrique ne fera qu’augmenter dans le futur...

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • plancherDesVaches 11 septembre 2012 14:43

        heeu... Si Léo.

        Seuls les barrages peuvent démarrer instantanément en fournir une électricité constante en débit.

        Soucis :
        - vu le changement climatique, les projections montrent que les zones actuellement humides vont s’assécher. (nous démarrons la troisième année de sécheresse en Bretagne. Faut le faire, non.. ??)
        - les barrages français sont en cours de privatisation. Soit, ils pourront faire les tarifs qu’ils voudront et s’en mettre plein les poches.

        Voilà vers quoi nous nous dirigeons.
        Le pied, non.. ??


      • Leo Le Sage 11 septembre 2012 15:01

        @Par plancherDesVaches (xxx.xxx.xxx.165) 11 septembre 14:43
        Vous dites : « Seuls les barrages peuvent démarrer instantanément en fournir une électricité constante en débit. » [...]
        Je parle d’électricité sur le plan global, pas de cas particuliers.
        On ne peut pas mettre de barrage hydroélectrique partout...
        C’est comme la géothermie, elle n’est vraiment rentable que dans des zones très spécifiques.
        Les petits barrages c’est possible, cela existe dans certains pays [pauvre], mais je doute qu’en France cela soit rentable...

        Pour la France, à moins de tolérer la défiguration du paysage, cela ne me paraît pas être une solution sérieuse.
        Seul le nucléaire arrive vraiment à satisfaire toutes les exigences...

        Vous dites : « les barrages français sont en cours de privatisation » [...]
        Disons que compte tenu des engagements de la France vis à vis de l’OMC, elle ne peut pas ne pas privatiser...

        Sinon, je suis d’accord avec vous : c’est une mauvaise chose...

         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • Mycroft 11 septembre 2012 16:46

        Le nucléaire n’est pas à même d’absorber les pic de consommation, c’est le rôle du thermique actuellement. Tout simplement parce que le nucléaire est lent à démarrer et à arrêter. Il a trop d’inertie.

        Pour régler ce problème, la solution passe par des système « intelligent » de consommation de l’électricité. De plus, le stockage énergétique est aussi un enjeux majeur.

        De plus, une augmentation de notre consommation n’est pas une nécessité. Il est possible de refonder notre mode de vie de façon à consommer moins, sans pour autant perdre en qualité de vie. L’isolation des bâtiments, est un exemple de ce phénomène.

        Je suis personnellement pro nucléaire, car c’est une technologie qui nous offre une puissance jusqu’à présent sans égale, mais ça n’empêche pas d’en voir les limites (au moins les actuelles).

        Néanmoins, le risque est largement surestimé. Une « épidémie » de cancer en cas d’accident n’est pas une catastrophe si considérable, surtout si on améliore notre maitrise des soins concernant cette maladie. Na pas réduire notre dépendance vis à vis des situation naturelles est un mal bien plus considérable.


      • Leo Le Sage 14 septembre 2012 20:11

        @Par Mycroft (xxx.xxx.xxx.114) 11 septembre 16:46
        Vous dites : "Le nucléaire n’est pas à même d’absorber les pic de consommation, c’est le rôle du thermique actuellement. Tout simplement parce que le nucléaire est lent à démarrer et à arrêter. Il a trop d’inertie" [...]

        Pour être précis, le nucléaire comme le reste ne gère pas les pics de consommation d’où la nécessité d’importer de l’éléctricité d’Allemagne, qui eux, fonctionnent au thermique...

        Merci de l’avoir précisé car j’avais pensé cela évident...

         
        Cordialement

        Leo Le Sage
        (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


      • jacques lemiere 11 septembre 2012 18:59

        ouaip..c’est tout vu, ils viennent d’ouvrir un grosse centrale charbon ..et en on prévu 23...

        et donc, selon le point de vue du climatologue hansen, ils ont remis sur les rail les trains de la mort...( « les convois de charbon sont équivalents aux trains de la mort »)..
        et on commence aussi à avoir le retour de ce qu’économisent vraiment les eoliennes en émissions CO2 ...

        ET à peu près tout le monde le savait..les allemands vont se profiter de leur tas de charbon....

        • kemilein 11 septembre 2012 19:45

          l’Allemagne est un modèle pour la France
          ¤ c’est une peuple de vieux grabataires accrochés a leur capitaux.. qu’on appelle retraite parce qu’il ont décidé de mélanger les deux, grand bien leur fait.
          ¤ c’est un pays qui se casse la gueule parce que plus une infrastructure ne va tenir la route (sous investissement dans l’entretient et le remplacement) et l’énergie n’est que la face visible de ces légumes schizophrènes bulleurs qui couinent en fauteuil roulant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès