Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > UDF : le coeur est à gauche mais les portefeuilles restent à (...)

UDF : le coeur est à gauche mais les portefeuilles restent à droite...

Alors que Cohn-Bendit souhaite un rapprochement de la gauche modérée vers l’UDF, le PS s’y oppose. Motif : l’UDF n’existe que grâce à l’aide de la droite.

Sur le principe, je suis assez favorable à un rapprochement de l’UDF et du PS. D’une part, l’UDF s’est affranchi de la tutelle de l’UMP, les députés UDF ayant voté contre les budgets 2005 et 2006, contre le CPE, contre la fusion GDF-Suez et les propositions économiques de François Bayrou sont plus proches de celles de Ségolène Royal (relancer la croissance par des investissements massifs dans les secteurs de la recherche et de l’enseignement) que de celles de Nicolas Sarkozy (relancer la croissance par des crédits d’impôts, ce à quoi François Bayrou est clairement hostile). D’autre part, il existe, n’en déplaise à François Hollande, des situations où l’UDF et le PS ont bien été obligés de collaborer.

Ce fut le cas notamment en Rhône-Alpes de 1999 à 2004. A l’issue des élections régionales de 1998, les listes de gauche et droite ont exactement le même nombre de conseillers régionaux. Se pose le dilemme à droite de diriger avec l’apport des votes des conseillers régionaux FN ou d’essayer de trouver un compromis avec la gauche. Le président sortant Charles Millon opte pour l’option 1 en 1998. Après un an de blocage et une invalidation d’élection en 1999 et quelques tractations de couloir, c’est finalement à la surprise générale Anne-Marie Comparini, de l’UDF, qui est désignée présidente... avec le report de l’intégralité des voix de la gauche plurielle. En 2001, retour de manivelle aux municipales à Lyon. Raymond Barre s’apprête à passer la main, mais ne souhaite surtout pas que Charles Millon (qui depuis son éviction de la Région a ouvert un mouvement de droite radical) devienne son successeur. Au point de déclarer : "Une victoire de la gauche à Lyon ne serait pas catastrophique !". Alors que la victoire d’un représentant de droite "décomplexée" serait davantage gênant dans la ville d’Edouard Herriot. Et en 2001, le socialiste Gérard Colomb gagne la municipalité de Lyon pour une première historique, ratissant notamment plusieurs voix au centre-droit face à la liste de Charles Millon.

Le problème, c’est que les relations entre centre-gauche et centre-droit sont plutôt du style amour caché. Ainsi Anne-Marie Comparini se retrouve aux régionales 2004 à la tête d’une liste clairement à droite (avec Hervé Gaymard en numéro 2), et elle a mené campagne contre la liste dirigée par le socialiste Jean-Jacques Queyranne. Autrement dit, elle se présentait avec les conseillers qui se sont opposés à son élection comme présidente, contre les conseillers qui ont permis son élection. Et au passage elle fut assez largement battue, ayant du mal à mener une telle campagne schizophrène.

En fait, l’UDF a peut-être le coeur à gauche, mais les portefeuilles lui sont attribués par la droite. Ce sont des grands électeurs de droite qui permettent à l’UDF d’avoir un groupe au Sénat (ce qui expliquent d’ailleurs que les Sénateurs UDF aient été moins virulents que leurs collègues députés face au CPE ou à la fusion GDF-Suez, ne bloquant pas les projets alors qu’ils auraient pu mettre le seul groupe UMP en minorité avec la gauche). Les ministres UDF l’ont tous été dans des gouvernements de droite (inclus François Bayrou, ministre de l’Education de Balladur puis de Juppé de 1993 à 1997). Les députés UDF sont élus sur des circonscriptions ancrées à droite, les maires UDF dirigent des majorités de droite. Je suis étonné du reste d’entendre François Bayrou dire qu’il prendra les meilleurs à droite et à gauche au niveau national alors que les maires UDF ne "piochent" leurs adjoints que dans une seule famille politique.

Je ne mets pas en cause la sincérité de François Bayrou, je pense qu’il croit réellement aux vertus de l’union nationale. Mais on peut comprendre les hésitations de la gauche et du PS en particulier à s’associer avec un parti dont les élus sont en général issus de bastions de la droite. Et François Bayrou doit aussi sérieusement hésiter quant à la possibilité d’un rapprochement ’visible’ sur sa gauche : ce serait flinguer les carrières des élus locaux UDF qui doivent assez souvent leur présence à l’absence de rivaux UMP. Cela explique d’ailleurs que certains élus UDF (André Santini, par exemple) préfèrent quitter le bateau avant que Bayrou ne se ’gauchise’ trop au point de faire fuir leurs électeurs. François Bayrou est devant un enjeu stratégique majeur, alors qu’il doit déposer son programme ce vendredi 23 février ; il est devant un choix entre deux alternatives : soit il essaye de ratisser encore un peu plus sur sa gauche au risque paradoxal de compromettre les carrières de ses élus tout en rassemblant les anti-Ségolène, soit il adopte une posture un peu plus ’droitière’ mais risque de décevoir ces nouveaux alliés de circonstances, surtout que la plupart de ses alliés ’de gauche’ l’ont rejoint surtout au moment où la campagne de Ségolène Royal patinait. Entre-temps, il y eut le passage de Ségolène Royal sur TF1 qui a permis de relancer la campagne de celle-ci et de reprendre quelques intentions de vote à François Bayrou sur son aile gauche. Lundi prochain, celui-ci va-t-il profiter du passage dans la même émission pour reprendre des voix de gauche ou pour essayer aussi de draguer la clientèle Sarkoziste ?

Surtout, la question en suspens qui reste, c’est de savoir si le fonctionnement actuel des institutions peut réellement permettre à un parti centriste de survivre sur un positionnement aussi ambivalent...


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (160 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • TB (---.---.21.162) 26 février 2007 16:04

    Le lendemain soir !

    Bref, avec le pont du week-end, il aura fallu 4 jours pour que cet article anti-bayrou sans plus, paraisse. Paresse ? Je ne crois pas.

    Les « anonymes Ps » (sic) nommés Spartacus qui rallieraient volontiers Bayrou, une histoire à dormir debout ou en tous cas sujette à controverses concernant le bien-fondé de l’identité réelle de ces anonymes, cet article non étayé donc mais bayrouiste à fond, a été diffusé en urgence par Avox. Soit le lendemain matin de sa proposition au comité rédactionnel, enfin à ceux qui décident ou non qu’un article soit diffusé ou non sur Avox ...

    Il y 3 mois, un commentaire signé Bayrou annonçait « je n’ai jamais fait partie de la Trilatérale, on me l’a proposait, j’ai réfusé » (je cite de mémoire).Ce week-end je donne le lien, seulement le lien wikipédia au mot Trilatérale (bien noté d’ailleurs pour une fois : +13 !), à deux reprises sur deux articles différents qui prouve l’appartenance de Bayrou à ce comité dirigé par les multinationales, ce réseau d’influence le plus puissant de la planète. Ce matin, les deux commentaires avaient disparus ...

    Alors bon, Bayrou n’est peut être pas « derrière » Agora Vox mais franchement ça y ressemble !!!


  • TB (---.---.21.162) 26 février 2007 19:47

    Autant pour moi, j’avais trop vite survolé cet article de politique de positionnement, pas du tout anti-bayrou, et qui ne traite absolument des problèmes des français. Donc je recommence :

    Les « anonymes Ps » (sic) nommés Spartacus qui rallieraient volontiers Bayrou, une histoire à dormir debout ou en tous cas sujette à controverses concernant le bien-fondé de l’identité réelle de ces anonymes, cet article non étayé donc mais bayrouiste à fond, a été diffusé en urgence par Avox. Soit le lendemain matin de sa proposition au comité rédactionnel, enfin à ceux qui décident ou non qu’un article soit diffusé ou non sur Avox ...

    Il y 3 mois, un commentaire signé Bayrou annonçait « Je n’ai jamais fait partie de la Trilatérale, on me l’a proposé, j’ai réfusé » (je cite de mémoire).Ce week-end je donne le lien, seulement le lien wikipédia au mot Trilatérale (bien noté d’ailleurs pour une fois : +13 !), à deux reprises sur deux articles différents qui prouve l’appartenance de Bayrou à ce comité dirigé par les multinationales, ce réseau d’influence le plus puissant de la planète. Ce matin, les deux commentaires avaient disparus ...

    Alors bon, Bayrou n’est peut être pas « derrière » Agora Vox mais franchement ça y ressemble !!!

    Tu as déjà été censuré Ludo ? Tu connais le positionnement politique de Revelli ? Qu’il se le garde pour lui, c’est très bien mais de là à dire péremptoirement qu’il n’est pas pour Bayrou, tu t’avances un peu vite je trouve. Ou tu le connais ou tu ne le connais pas. Si tu ne le connais pas, n’en parles pas. Moi, par contre, je me pose des questions, appuyées sur des faits que personne ne peut nier, sauf à être un menteur ou faire l’autruche.

    Sinon, me faire replier en tant que « parano » par des benêts prozaqués ou par des militants UDF et PS beaucoup plus intéressés par leurs petits egos et promos personnelles que par l’interêt général, allergiques de surcroît à la démocratie directe et ses RIC, ça me fait doucement rire. A l’adresse de tous les partis : vous n’êtes pas démocrates. Et le fascisme larvé ou manifeste ne me fait pas rire.


  • TB (---.---.21.162) 26 février 2007 20:59

    @Ludo, militant PS proche du courant DSK.

    DSK a été mis en cause pour des affaires judiciaires liées à l’exercice de la profession d’avocat (MNEF et affaire Elf.). En 2000, il participe en Belgique à la réunion du groupe Bilderberg (même réseau que la Trilatérale), avec les décideurs Thierry de Montbrial (IFRI), Bertrand Collomb (Groupe Lafarge), André Lévy-Lang (Banque Paribas), Pascal Lamy (Commission Européenne) et Jean-Claude Trichet (Gouverneur de la Banque de France).

    Il préside également avec Jean-Christophe Cambadélis, le courant Socialisme et démocratie dans le Parti socialiste.

    Cambadélis, Affaire Agos : Poursuivi pour recel d’abus de biens sociaux dans l’affaire Agos, car il avait bénéficié d’un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 qui lui a rapporté plus de 442 000 francs (67 382,466 €), Jean-Christophe Cambadélis fut condamné en janvier 2000 à 5 mois de prison avec sursis et 100 000 francs (15 244,902 €) d’amende par le tribunal correctionnel de Paris.

    Bénéfice net : 52 137 euros !!! (67 382 - 15 245)

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Agos

    Cambadélis, Affaire de la MNEF : Mis en examen le 7 juin 2000 pour abus de confiance dans l’affaire de la MNEF, car soupçonné d’avoir bénéficié d’un emploi fictif au sein de la mutuelle étudiante MNEF entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros) d’une filiale de la MNEF, au titre d’une activité permanente de conseil. Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d’abus de confiance », il est condamné, à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende, dans l’affaire des emplois fictifs de la MNEF, par la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Cette peine n’est assortie d’aucune interdiction d’exercer un mandat politique.

    Bénéfice net : 74 580 euros !!! (94580 - 20 000). Et je croyais « naïvement » que le sursis s’appliquait éventuellement à la 1ère faute et surtout pas à la 2ème, là c’est prison ferme. Bref, 126 717 euros de bénéfices net juste par magouilles sans bosser, sympa non ? Pourquoi ne pas recommencer ? C’est super rentable, non ?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_la_MNEF

    De dire que DSK et Cambadélis (entre autres) sont des escrocs protégés par une Justice de merde, c’est de la parano bien sûr ...

    Ludovic Charpentier , Militant au PS depuis 2004, proche du courant ’Socialisme et démocratie’ (courant de DSK), tu assumes toujours là ?


  • TB (---.---.21.162) 27 février 2007 01:29

    Charpantier, tu pues la connerie et la malhonnêteté. Il n’y a pas 63 millions d’escrocs en France, qui font de l’escroquerie un métier. En plus, si c’était le cas l’économie entière s’effondrerait. Remarque, on en est pas loin ... à cause de conardos de ton espèce qui commencent à se multiplier.

    Face à un tribunal populaire constitué de citoyens qui bossent ou qui sont au chômage, tu serais lynché sur place pour tes réponses, surtout la dernière.


  • odré (---.---.97.227) 27 février 2007 07:13

    @TB c’est peut-être plutôt Agora qui est derrière Bayrou que l’inverse... smiley et développe sur la trilatérale, j’ai pas bien compris ce que tu voulais en dire (en puis il suffit de taper « trilatérale » sur wiki pour avoir la page dont tu parlais, avec toutes les précautions que demande le site wiki of course)

    @ludo Moi aussi j’ai déjà constaté la disparition de commentaires (pas les miens toutefois), le pro-bayroutisme de ce site et la présence de bcp d’articles qui ne font pas franchement avancer le débat (étrange choix rédactionnel que celui du rien)... Pas la peine de traiter TB de parano, argumente plutôt !

    Et puis un truc que je me dis depuis le début, c’est que Bayrou est entrain de créer un vrai espoir chez les gens (disons les gens comme moi pour ne pas parler pour les autres)... celui que peut-être, si ça se trouve, un polique a la volonté d’oeuvrer pour le bien commun et non pas pour les siens (de biens)... Si il s’avérait que comme les autres, il nous baratine, quelles pourront bien être les conséquences ? C’est vrai quoi, on avait réussi à nous convaincre qu’on était condamné à notre triste sort : le monde est comme ça, les hommes politiques sont comme ça, l’économie est comme ça, serre les fesses, les dents et va bosser ! Si on nous donne l’espoir pour nous le reprendre après, à mon avis ça va chier ! (ouais je sais les déçus du Mitterandisme ont continuer de vivre même après leur déception, mais qd même. Je m’excuse pour le manque d’argumentation, j’ai pas trop le temps là tout de suite, j’y reviendrais peut-être plus tard. Disons que je lance juste un petit sujet de débat.


  • TB (---.---.21.162) 27 février 2007 11:57

    Je traite les replieurs d’imbéciles sous prozac parce que, bon nombre d’entre eux, ont applaudit Bayrou, certains de façon orgasmique, lorsqu’il a dénoncé la collusion entre les medias et les grands groupes. Mais qui sont ces « grands groupes » si ce ne sont les lobbies et multinationales qui se regroupent en comités appelés Bilderberg et Trilatérale ? Dès qu’il s’agit de donner un nom à ces « grands groupes » alors là plus personne. C’est pas débile comme comportement ? Il est pas débile et servile le comportement des français, premiers consommateurs au monde de neuroleptiques, antidépresseurs et autres « tranquillisants » ?

    Total c’est pas un « grand groupe » ? Qui est le Président de la Trilatérale pour l’Europe ? C’est Peter Sutherland .... Irlandais, grand patron de BP. Qui est tout à la fois membre du conseil d’administration du groupe TOTAL, patronne d’AREVA (EPR, Cogema et EDF réunis) et membre actuelle de la Trilatérale ? Réponse : Anne Lauvergeon qui a commencé sa carrière sherpa de Mitterrand.

    Les mêmes replieurs applaudissent également lorsqu’on leur dit que le but de TFI (mais c’est la même chose sur France Télévisions de France2 à Arte en passant par France Culture et FranceInfaux) est de vendre du Coca. Mais si ce n’est pas TF1 qui propose une émission spéciale, et elle ne le fera jamais, sur la réalité oligopolistique, antidémocratique, de la Trilatérale et du groupe Bilderberg là plus personne ne réagit, au contraire ça vous traite de parano ... Etonnant non ?

    L’appartenance de Bayrou jusqu’en 2005 à la Trilatérale tu peux aussi la trouver sur le lien ci-dessous et tu t’apercevras que c’est le texte du Comité lui-même. Il n’y a donc aucun doutes. Enfin, wikipédia est autrement plus rigoureux que la soupe info de TF1, voir sous quelles conditions wikipédia fonctionne. Et si tu as encore des doutes, prends n’importe quel Quid (qui n’est pas dirigé ou manipulé par des « gauchistes » que je sache !) des Editions d’avant 2007....

    http://www.solidaridad.net/articulo2530_enesp.htm

    Quant à l’autre abruti intéressé de Charpentier qui n‘a rien à dire, ce n’est pas parce qu’il n’a jamais été censuré qu’il doit s’imaginer que les autres ne le sont pas. Pour les commentaires repliés des pro-bayrouistes va falloir qu’il cherche longtemps avant de m’en trouver trois alors que ceux des antibayrouistes se comptent pas centaines et les liens , entre autres, sur les membres de la Trilatérale citant Bayrou ont été supprimés de nombreuses fois. Par qui ? Toute la question est là ...

    Et je ne n’ai pas d’idole, je n’ai pas besoin d’être représenté par un mafieux ou autres, ou qu’on réfléchisse et décide à ma place. Je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas, ça n’empêche pas de découvrir plein de choses, notamment la démocratie directe en Suisse, démocrate qui n’existe toujours pas en France, que j’appelle de tous mes vœux, (Robespierre ne l’a proposait pas) démocratie aussi camouflée et censurée que les membres de la Trilatérale par le groupe TF1. Mais bon, ya de l’espoir, il paraît que le cerveau des internautes est bien différent de celui, disponible pour TF1 !


  • Emmanuel (---.---.135.250) 28 février 2007 00:24

    Naïf comme je suis, je pensais vraiment qu’Avox était le dernier endroit où l’on puisse se faire censurer, dommage... Mais apparemment, cela en chatouille quelques-uns, persévérons ! Je reposte donc mon commentaire.

    Est-ce que les sympathisants de DSK peuvent me justifier ce fait, où dois-je vraiment me faire une sale idée du social-libéralisme en action ?

    « Le canard enchaîné » du 11/10/2006

    « La création de EADS fut le plus beau hold-up jamais réalisé par une entreprise lors d’une privatisation. Le groupe Lagardère apportait ses actifs d’une valeur comprise entre 5 et 10 milliards de francs et devenait propriétaire d’un ensemble évalué entre 80 et 160 milliards de francs (selon »le monde« du 2/10/1998). La commission de privatisation avala sans hoquet la couleuvre présentée par Dominique Strauss-Kahn, qui connaissait parfaitement le prix du cadeau fait à Lagardère. En moins de deux ans, le groupe Lagardère doubla sa valeur en bourse. Le poids du même groupe Lagardère dans la presse, l’audiovisuel, l’édition et la distribution de journaux, eut vite fait de calmer les esprits insolents. Hier comme aujourd’hui. »


  • TB (---.---.21.162) 28 février 2007 07:18

    C’est bien (malheureusement) que tu t’en sois aperçu. Mon commentaire qui faisait suite au tien a également été supprimé.

    Je disais donc (qui censure au fait ? et pourquoi ? ...) que Charpentier n’avait rien à proposer, excepté un jeu totalement insipide de repositionnement « politicien » qui ne change pas grand chose en définitive à l’oligarchie mafieuse gauche droite au pouvoir, ça ... et la corruption généralisée.


  • (---.---.37.71) 26 février 2007 13:36

    « je pense qu’il croit réellement aux vertus de l’union nationale. »

    Bein voyons, comme ca le seul parti d’oposition sera le FN. Vous voulez qu’il arrive au pouvoir encore plus vite que prévu ?


    • Anto (---.---.178.10) 26 février 2007 14:24

      une autre question qu’on peut se poser concerne la viabilité d’une telle union nationale. Comment pourrait-elle survivre aux election legislative d’où sort généralement une majorité parlementaire ? Supposera -t elle l’absence d’alternative ? Est-ce qu’une présidence sous bayrou ne se resumera pas à une cohabitation permanente ?


      • Francois RG (---.---.215.93) 26 février 2007 15:32

        Sans etre partisan,il faut reconnaitre que les bonnes idées et les bonnes initiatives,ne sont pas de droite ou de gauche,il y en a des 2 cotés,alors au lieu de voter systematiquement contre le camp d en face ,meme si c est un bon projet ,juste parce qu on est dans l opposition,ce n est pas non plus la panacée,ça manque d intelligence et c est pas constructif.


      • Grouik (---.---.112.24) 26 février 2007 18:08

        De toute façon, coalition il y aura :

        - Coalition de gauche (PS + une partie de l’extrème gauche) si Royal est présidente ;

        - Coalition de droite (UMP + une partie de l’extrème droite) si Sarkozy est président ;

        - Coalition de centre (modérés de gauche + UDF + modérés de droite) si Bayrou est président.

        A choisir ma coalition, je prend celle des démocrates !


      • parkway (---.---.18.161) 27 février 2007 13:39

        ludo,

        le problème avec bayrou, c’est qu’il ne calcule pas les quantités ; lui, il s’occupe de la qualité des gens qui seront à son gouvernement.

        moi, j’avais peur de bayrou parce que je le croyais insincère, mais je crois maintenant qu’il va faire un carton et y aura pas photo.

        Bon courage, ludo...


      • parkway (---.---.18.161) 27 février 2007 13:42

        ANTO,

        si tu avais écouté l’émission, tu connaîtrais la réponse.

        Si les français votent pour lui, ils voteront aussi pour les candidats qui seront présentés par son parti, candidats qui seront aussi bien de droite que de gauche et pas forcement UMP ou PS.

        Il a bien fait la différence entre gauche et P.S....


      • Petruknik (---.---.69.4) 26 février 2007 14:41

        Cet article est vraiment intéressant car il expose assez bien la situation. Bayrou a pris quelques risques en votant contre l’UMP dans certains cas mais sans grandes conséquences. L’UMP disposant de la majorité à lui seul, cela permet à Bayrou de s’offrir à bon compte un peu d’exotisme.

        Pour avoir une chance d’être au second tour, il est obligé de franchir le point de non-retour, et de « gauchir » véritablement son discours. Ceci revient à prendre le risque de voir l’UMP présenter des candidats contre ses élus aux législatives entraînant la perte de son groupe au parlement.

        C’est donc rien de moins que la survie de son parti qui est en jeu. Il se trouve un peu dans la situation d’un capitaine qui met le feu à son navire avant de partir à l’abordage pour interdire tout recul.

        A-t-il le courage de suivre une telle stratégie ? L’avenir nous le dira. On peut néanmoins rechercher dans son passé des éléments pour essayer de deviner quelle sera son attitude.

        On ne trouve ni démission fracassante à la Chevènement ni projet de loi révolutionnaire. Sans le fort mouvement de grève qu’avait provoqué son projet de loi (Et qui l’avait vu reculer), on aurait probablement oublié son passage à l’éducation nationale. François Bayrou serait devenu courageux ? Je reste dubitatif.


        • parkway (---.---.18.161) 27 février 2007 13:47

          petruknik,

          si je vote Bayrou comme président (SI...), il est clair que je ne suivrai pas le vote des UMP et autres brelles médiatisées, je continuerai de voter pour Bayrou et donc pour ceux qu’il aura présentés aux législatives.

          Faut être logique avec soi-même.


        • labaule (---.---.252.249) 26 février 2007 15:03

          Bayrou,l’hypocrisie incarnee.Il represente parfaitement le gauchisme.« le coeur a gauche,le portefeuille a droite ». La seule utilite de Bayrou est de voler des voix a gauche pour faire passer Sarkosy,qui debarasserait la France du marxisme,si nuisible.


          • 3antar (---.---.238.221) 26 février 2007 17:06

            T’es nul à chier...


          • parkway (---.---.18.161) 27 février 2007 13:50

            labaule, la plage,

            je pensais un peu (un peu) comme toi, il y a quelque temps, mais maintenant je commence à croire à la sincérité de Bayrou car il a vraiment coupé les ponts hier soir avec l’UMPS.


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 26 février 2007 15:41

            Outre que le programme de FB me parait très en dessous des enjeux de la crise actuelle, prisonnier qu’il est par l’obsession paralysante de la dette dont la réduction serait un but en soi (dette qu’il faut du reste relativiser, dès lors que l’on apprend très officiellement qu’elle équivaut au montant de la fraude fiscale en France), sans se demander comment relancer l’économie (recherche et formation et innovation dans un projet écologique digne de ce nom), je suis tout à fait d’accord avec votre analyse : Son rêve de centre apolitique et purement gestionnaire, pour ne pas dire comptable, est une impasse. D’autant que la vraie cause de la dette qui l’obsède tant c’est le chômage et le gaspillage des fonds publics dans des secteurs qui ne sont pas des investissements porteurs.

            Être ni à droite ni à gauche, cela ne veut rien dire et nous condamne à l’immobilisme et/ou à un gouvernement de techniciens apolitiques irresponsables, contraire à l’idée même de vie politique démocratique . FB sera contraint, s’il veut gouverner, de le faire avec la droite ou la gauche et donc à un choix entre centre droit ou centre gauche.

            Nombreux sont ceux sur ce site (et à mon avis ce n’est pas un hasard) qui prennent à cet égard leur rève de politique apolitique pour la réalité, de ce fait tout à fait illusoire, en refusant d’en voir les impasses institutionnelles et les dangers pour la démocratie.


            • machinchose machinchose 26 février 2007 15:47

              je tiens à dire que je suis d’accord. Le ni ni est un piege idéologique complétement sinistre. Un rêve de vision gestionnaire de la politique. autant dire une atrophie de la pensée politique.


            • CAMBRONNE CAMBRONNE 26 février 2007 16:05

              Tout à fait THIERRY !


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 26 février 2007 16:38

              Vous avez raison, je me suis mal exprimé (il fallait ajouter dette annuelle), merci de ce correctif, mais le montant de la fraude est aussi annuel....


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 26 février 2007 16:40

              Décidément : coût de la dette annuelle


            • Arnaud (---.---.163.154) 26 février 2007 16:53

              Bonjour,

              Rien que le titre de cet article me fait siffler les oreilles... Le coeur à gauche ??

              Continuons...

              Le premier paragraphe donne un bref historique de l’axiome « l’UDF contre la droite ». Après ces quelques lignes, on est en droit de se dire : « en effet ».

              Cependant, je voudrais souligner que ces quelques votes à l’encontre de la droite ne sont que des miettes par rapport au nombre de votes contraires, et ce sur toutes les reformes ! Soyons un poil plus attentif s’il vous plaît. Bayrou n’est vraiment pas de gauche, ce serait plus visible. Son programme, derriere ce discour très seduisant et rassembleur, n’est pas moins liberal que celui de notre ministre de l’interieur. Les serviettes, bien que propres, sont finalelemt des torchons (ou le contraire pour ceux qui prefèrent), et on peut très bien les mélanger. Le centre joue un rôle important dans la symetrie politique francaise, mais je suis profondement convaincu que le centre ne peut pas prendre les commandes. Ce serait alors un super G sur du plat ou un Schuss dans le mur.

              Merci,

              Arnaud


            • pixel (---.---.215.196) 27 février 2007 00:01

              L’arrivée du FN s’est faite sous Mitterrand, et l’arrivée du FN au second tour d’une élection présidentielle après JOSPIN. Le danger que vous évoquez à frappé déjà deux fois à la porte et je crains qu’une troisième fois ne l’ouvre pour de bon.Le ping pong politique auquel on assiste depuis 25 ans lasse tout le monde. Les guettos sont le fruit de ce système politique qui se partage les électeurs. Les municipalités de gauche ont construit beaucoup de HLM parce que c’était un réservoir de vote, et la droite des logements en accéssion à la propriété pour les mêmes raisons.Cette fracture géographique c’est notre bon vieux gauche-droite qui l’a fabriqué.Il se trouve en plus que depuis l’écroulement du mur de Berlin cette dichotomie n’a plus de fondement.Le grand retournement idéologique et économique du PS après 83 à sonné la fin du socialisme et la montée en puissance de l’Europe et réduit du coup les marges de manoeuvre nationnales.L’enjeu actuel est donc bien l’Europe. Sur ce point important le PS est déchiré. En cas de victoire comment gouverneront-il ensemble ? L’occultation de ces désaccord pour cause d’élection réapparaîtront tôt ou tard et cela me semble une faiblesse rédhibitoire.Il faut donc créér une social démocratie qui ne soit pas le résultat d’une scission mais un rassemblement qui peut s’opérer lors de cette élection.Et ce rassemblement se fera derrière Bayrou.


            • Blablabla (---.---.69.187) 1er mars 2007 04:59

              @ Sylvain Reboul

              Continuez Sylvain ! Il faut un contre pouvoir !


            • Blablabla (---.---.69.187) 1er mars 2007 05:10

              @ Pixel

              Vous affirmez :« L’enjeu actuel est donc bien l’Europe. »

              C’est un argument bien court pour soutenir FB.

              C’est, comme le disent les anti-FN, pareil que le FN avec l’immignation :

              On va chercher à l’extérieur ce qu’on ne peut expliquer à l’intérieur.

              Décidemment, le PARI est bien risqué en effet avec FB, sauf avec Le Pen dont on sait qui il incarne.

              FB n’est pas dans « l’axe du mal » : il se plie et ne décide rien.


            • machinchose machinchose 26 février 2007 15:45

              je ne comprends pas du tout d’où on peut sortir que l’UDF a le coeur à gauche... ça veut dire quoi ?

              de robien, Santini etc n’ont pas particulièrement le coeur à gauche... relisez les débats sur le PACS, revoyez tous les débats parlementaires depuis 10 ans.

              Non l’udf n’a pas le coeur à gauche. L’udf est un conservatisme chretien plutôt mou. ce n’est pas grave, c’est plein de charité et de compassion (ce qui, en comparaison de Sarko, peut donner des impressions de gauchisme) mais ça c’est terriblement vieille droite chretienne, rien à voir avec la gauche.

              et j’aimerais qu’on m’explique pourquoi Bayrou (qui n’a pas l’air méchant) est toujours celui qui est « sincère » alors que les autres sont forcement d’odieux calculateurs... c’est un peu simpliste.


              • machinchose machinchose 26 février 2007 16:25

                j’ai d’autres souvenirs d’un bayrou pas fameux. Et son programme est remplie de mesures assez démagos qui me dérangent beaucoup (inconstitutionnalité d’un budget déficitaire, ISF réduit à un role débilitant de fiscalité -on fait semblant qu’il existe encore pour les gauchistes et on rassure les riches... c’est pas courageux ni dans un sens ni dans l’autres- etc.) lequel programme ne propose aucune vison, aucune ambition. j’en ai un peu marre de la méthode bayrou-voynet : « je dis que je suis tout modeste et donc je suis sincère ». ça n’existe pas. ça ne peut pas. la politique est un calcul la sincérité doit être dans la vision, l’honnêteté doit être dans l’action. Un candidat n’est pas un homme en botte de caoutchou c’est une incarnation potentielle.

                et vous ne m’avez pas répondu sur le pourquoi on devrait considérer qu’il a le coeur à gauche... ça m’échappe encore.


              • machinchose machinchose 26 février 2007 16:26

                il ne s’est pas mis à dos ses cadres il n’a simplement pas su les retenir (ce que je ne lui reprocherais pas)


              • Fanfan la tulipe (---.---.212.113) 26 février 2007 16:30

                On peut faire toutes les critiques à Bayrou que l’on veut sur ses choix, sa facon de faire de proposer, ses id&ées, sur son futur gouvernement s’il devenait président. Mais soyons honnête les programmes de l’UMPS, ce n’est que du vent que des projets fais sur le pari de la croissance et aussi par l’augmentation de la consommation par la baisse du chomage ou pleins d’autres supers promesses qui restent dans le même style depuis 20 ans et qui n’ont rien donner de mieux juste des petites rustines. Pourquoi par exemple la plupard les plus de 40 ans que je rencontre s’en foute magistralement de cette politique 2007, tout simplement parce qu’ils ont vu ce que cela donne depuis plus de 20 ans, des promesses toujours que des promesses et pas de concret. Et pourtant ils iront votés comme toujours sans y croire, c’est comme un rituel, la sortie de tous les 7-5 ans au bureau de vote.

                Honnetement si après toutes les infos que j’ai trouver sur l’UMPS par les forums, les sites comme AV, les infos des journaux et les différents reportages TV, je ne me serais même pas déplacer pour les urnes, car je n’y croit pas à toutes ces belles promesses.

                Le seul actuellement qui me donnerait envie d’y aller c’est Bayrou, car sa manière est différente, et pour l’instant je ne trouve pas assez d’arguments pour une critique correcte, c’est le seul qui soit rester assez droit pour le moment. Peut être qu’il se planterat comme tous ses prédésseseurs, mais ce ne serat pas pire qu’avant.

                Par exempple aussi l’UMPS dit que si on vote pour Bayrou et qu’il plante on attérira aussitot aux extrèmes, ce qui arriverait, mais cela ferais aussi la même chose si L’UMPS se plantait on arriverait aussi aux extrèmes, regardez par exemple en 2002, ca failli le faire cette arrivé aux extremes


              • machinchose machinchose 26 février 2007 16:35

                ce recours à la terminologie « UMPS » est franchement glauque en ce qu’elle a de « bonnet blanc et blanc bonnet » limite poujado. je vous lirais mieux quand vous éviterez ce genre de bétise. Franchement je ne vois pas comment qualifier mieux ce genre d’usage. L’UMP n’est pas le PS et inversement. Revoyez votre culture politique.


              • Fanfan la tulipe (---.---.212.113) 26 février 2007 16:40

                alternace Droite gauche donc UMP et PS donc UMPS, ca s’apelle faire des racourcis et mêm dans le cas ou je les sépare j’en arrive à la même conclusion


              • machinchose machinchose 26 février 2007 16:42

                ce n’est pas un raccourci c’est une manipulation idéologique. Si vous ne le percevez pas alors ça devient inquiétant. et j’ajouterais : doit on vivre dans un monde sans alternance ?


              • Fanfan la tulipe (---.---.212.113) 26 février 2007 16:48

                Oui on devrait alterner mais sur de longues périodes pas sur 5 ans pour eviter de defaire tout de suite ce que l’autre à fait. mais doans notre cas francais l’alternance à provoquer l’immobilité de la france et de la depression du peuple francais par rapport à ses polititiens, l’exemple le plus complet et concret le desespoir LEPEN.

                Je reste sur ma position D’UMPS que je garde comme racourcis, c’est une forme que je ne connaissais pas, et beaucoup de personnes l’utilisent comme moi, ce n’est qu’un racoucis, rien d’autre, il n’y pas d’idéologie dedans sauf pour celui qui veut en mettre


              • 3antar (---.---.238.221) 26 février 2007 17:22

                Tu as tout à fait raison de l’UMP au PS on fait puis défait... De quelle alternance parle l’autre quand l’alternance s’enferme dans une boucle infini ce n’est plus de l’alternance !

                Ca devient l’UMPS qui que l’on vote l’un ou l’autre parviendrons de concert au même résultat dans une trentaine d’année.....

                Il faut regarder plus loin mon ami, A quoi servent les éléctions si c’est pour un non choix ? A quoi sert ta ou votre facon de militer si determiné si ce n’est pour de vrai changement... ou stagnation ?

                Le peuple doit s’exprimer sans culpabilité quite a malheureusement voter pour les extrèmes.

                La culpabilisation le calcul (par les élécteurs) du premier tour pour l’objectif à atteindre au deuxieme et en soi issue d’un abus de pouvoir, des partis et des médias, anti-démocratique. smiley


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 26 février 2007 18:22

                Qui refuse le principe de l’alternance refuse tout simplement la démocratie ; d’autant qu’il est tout à faux d’affirmer :

                1) que les projets du PS et de l’UMP sont identiques

                2) Que les uns défont toujours totalement ce que les autres ont fait

                Je me demande d’où vient cette légende sans cesse démentie par les faits.

                Exemple : la droite n’a pas aboli la loi sur les 35h ; elle l’a simplement assouplie et je parie que si la gauche vient au pouvoir elle n’abolira pas totalement la loi sur les retraites, elle la modulera, malgré les dires électoralistes de certains (mais pas de SR).

                Ce qui est incontournable c’est que chaque parti cherche à avantager plutôt sa clentèle électorale, sans se couper totalement des autres. Avec une politique, ni à gauche, ni à droite, on a toute les chances de ne satisfaire personne et de voir monter les mécontentements au profit des extrêmes.

                La France se gouverne toujours au centre gauche ou au centre droit.


              • Fanfan la tulipe (---.---.212.113) 26 février 2007 18:40

                Faire et défaire et que dites vous des montés d’impots un jour et des baisse d’impots le lendemain, la police de proximité, les emplois jeunes, futur proget de la gauche démolir le CNE, qui a aider certains jeunes mais pas tous (reconaissons le). de la droite faible augmentation des salaires, baisse des remboursements de la sécu (donc certains sont catastrophiques et je m’y connais je suis dans le système. les aides à la délocalisation made in droite. on peut autant en dire de la gauche que de la droite sur pas mal de sujet

                A oui, les 35 heures n’ont pas étés modifiés mais assouplis mais pour le grand damne de qui ? Pour avantager les patrons et pas forcement les salariés.


              • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 février 2007 18:55

                L’expression « terrorisme intellectuel » a été forgée par Hitler, cela n’empêche pas de l’employer, d’autant plus qu’elle correspond à ce qu’Ernest Renan appelait « tyrannie spirituelle ».

                Je pense qu’on pourrait trouver à l’extrême gauche quelque chose qui correspond à la notion d’UMPS.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Brady


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès