Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ultime lettre ouverte aux « boutiquiers » socialistes

Ultime lettre ouverte aux « boutiquiers » socialistes

Il existe en France une tradition démocratique qui veut que lorsqu’un pouvoir est décrié par les citoyens, ceux-ci puissent se tourner vers une force politique d’alternance.

Contrairement aux pays nordiques ou anglo saxons où cette alternance ne joue que sur des points de détails, la France s’est jusqu’à présent honorée de remplacer un programme de gouvernement par un autre.

Certains diront, avec raison, que la prédominance de l’Europe et de sa construction a considérablement diminué l’importance des alternances puisque le plus grand nombre de privatisations ont été effectuées sous un gouvernement de gauche. Les plus honnêtes ajouteront que le montant de celles-ci a été, à cette époque, versé dans un fonds pour les retraites que la majorité de droite a bien entendu évité d’abonder.

Dans le contexte actuel de crise tout d’abord financière puis économique, une très grande majorité de français rejetant la politique du Président, il serait somme toute logique que ceux-ci donnent à chaque consultation un succès électoral aux mouvements et partis d’opposition majoritaires. Il serait normal que cette opposition se positionne clairement sur le débat économique et social. Il serait également indispensable que l’opposition indique son envie de prendre les commandes en affichant une unité sur les mesures à prendre.

L’opposition au fil des consultations électorales passées est devenue majoritaire dans les collectivités territoriales et peut à court terme faire basculer le Sénat, empêchant par là même le pouvoir absolu d’une seule famille politique. Dans l’idéal, on aurait pu croire que les élection européennes seraient pour l’opposition la confirmation du rejet de l’idéologie libérale et du marché auto régulé.

Et que pensez-vous qu’il advint ?

"Il y a une vague de mécontentement exceptionnel", affirme au contraire un responsable du parti. "On paie les conséquences de Reims où la synthèse n’a pu être faite", déplore un autre.

... / ... Le maire de Lyon Gérard Collomb, grand baron du courant, a fustigé une "parodie de démocratie" comme au "comité central du PC d’URSS". M. Collomb est notamment furieux du parachutage d’un autre royaliste, Vincent Peillon, dans la région Sud-Est contre son candidat local. M. Peillon a assuré à l’AFP que l’approbation des listes avait été "très large" chez les royalistes, "y compris pour le Sud-Est". Et si "les déçus s’expriment, c’est naturel".

A la motion A qui regroupe les proches de Bertrand Delanoë, maire de Paris, ceux de François Hollande, de Pierre Moscovici et des rocardiens, le malaise est le plus profond. "On a le sentiment que les arbitrages ont été systématiquement pris au profit des amis de Bertrand Delanoë", confie un responsable, soutien de cette motion. ... / ...

Du côté des proches de François Hollande, absent au Conseil, l’eurodéputé sortant Stephane Le Foll parle de "vrai problème de fonctionnement" de la motion. Pour un autre, "le fonctionnement de la motion A est entre les mains de Bertrand Delanoë". "Il va y avoir des malaises en région", prophétise un responsable, et des "risques de blocage" lors du vote des militants le 12 mars, en Bretagne, Gironde, Franche-Comté ou dans le Limousin - Source AFP/Google

Quasiment dans le même temps, un sondage Ipsos-Paris Match du 17 février affirme que c’est l’UMP qui arrive en tête des intentions de vote pour les élections européennes de juin prochain avec 26%, le PS est crédité de 23% et le Modem 14.5%.

Comme nous le disions plus haut, dans l’idéal, on pourrait croire que les élection européennes seraient pour l’opposition la confirmation du rejet de l’idéologie libérale et du marché auto régulé. A condition de ne pas montrer aux français que la seule chose qui vous remue encore, c’est comme disait Staline : "Le pape combien de divisions". Slogan applicable à chaque leader de motion.

Mais, de qui vous moquez-vous ?

Omnubilés par la place de candidat en 2012, vous ne comprenez ni voyez ce qui se passe dans la société française. Vous avez mis en place une stratégie d’auto destruction qui ne vous permet même plus d’offrir à vos concitoyens un front commun sur les problèmes des Dom Tom, les plans sociaux quotidiens et le découragement de tous ceux à qui on refuse un accès au monde du travail. On finit par se demander si les mouvements des 29 janvier et du futur 19 mars ont la moindre signification pour vous. Les militants et sympathisants sont très largement fatigués de savoir qui des socio démocrates ou des socialistes vont réussir à prendre la direction du parti et surtout pour quoi en faire.

La vie de tous les français se dégrade sans cela n’ait d’influence sur les petits arrangements ou meurtres entre amis. Les traditionnels partis amis du PS se délitent alors que le seul objet d’attention est le MODEM ou du moins ses électeurs.

Pour en revenir aux élections européennes, le Parti Socialiste a mis en ligne son programme national pour les élections européennes. L’introduction du texte (daté du 28 février 2009) est éloquente : Voté à la quasi-unanimité par le Bureau national et le Conseil national du 28 février, ce texte est le socle de départ du programme des socialistes pour les élections européennes de juin prochain.

Et commence par le leitmotiv bien connu : "Un besoin impérieux d’Europe" et se termine par : "Avec ses 220 députés, actifs dans chacun des 27 États de l’Union, armé de son Manifeste authentiquement progressiste, le PSE est la grande force d’alternance qui peut changer le cours de notre Union et être ainsi au rendez-vous de l’Histoire. Changer l’Europe, c’est nécessaire, battre la droite, c’est faisable, donner un nouveau sens à l’Europe avec la gauche européenne, c’est possible."

ça nous rapelle un vague slogan de campagne présidentiel de droite et franchement, ça ne donne pas envie.

Le mouvement social qui s’annonce est puissant et demandeur de justice et d’avenir. Pousserez-vous le syndrome du boutiquier jusqu’à oublier que les français comptent sur le retour des fondamentaux que porte le parti socialiste ? Serez-vous pour cause de désamour les derniers à vous joindre à la lame de fond qui va emporter le capitalisme et ses thuriféraires ?

Qui aime bien châtie bien dit le dicton populaire. Prenez garde à ce que les abstentionnistes, les lassés et déçus ne vous montrent à quel point ils vous aiment ... Mais, écoutez vous encore la rue, ses envies et ses combats ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Laurent_K 2 mars 2009 17:50

    Le cas du PS commence à relever de plus en plus des soins palliatifs. Il n’y a plus rien à faire.

    En soit, je m’en moque mais le problème est qu’il n’y a pas d’opposition réelle dans ce pays. l’opposition officielle -le PS- est à l’agonie à force de compromis et l’opposition frontale est peu crédible ou inexistante. Je commence à croire aux chances du modem en 2012. Ca ne changera pas grand chose dans les faits mais donnera le sentiment d’avoir l’alternance.


    • plancherDesVaches 2 mars 2009 18:13

      "le plus grand nombre de privatisations ont été effectuées sous un gouvernement de gauche"
      Faux : sous Balladur lors d’une alternance.
      Bon, enfin : vous êtes de droite et voulez défendre votre modèle qui a plongé la planète dans une situation qui va nous donner une guerre planétaire.
      Chapeau à vous. D’osez de tels propos.


      • oncle archibald 2 mars 2009 18:23

         Cet article ennuie les socialistes, je les comprends, et du coup il n’y a pas beaucoup de commentaires. Le moment serait pourtant propice pour tenter d’instaurer un fonctionnement de la Société franchement différent mais les propositions ne sont pas là et effectivement le PS semble plus soucieux d’équilibre entre ses courants permettant d’afficher un semblant d’unité que de propositions solides pour un monde meilleur.

        Qui s’y colle ? Y a t-il dans notre classe politique droite et gauche confondues quelqu’un de capable de s’y coller avec quelque crédibilité ? Heeeuuueuu feraient dire à Hollande les guignols de l’info ...


        • JONAS JONAS 2 mars 2009 22:35

          @ L’Auteur :

          Félicitations ! ! !

          Une découverte qui restera dans les anales ! Le citoyen est une balle ou un " ballot ", et à chaque élection il prend des coups de raquettes et après, il se fait racketter !  smiley  smiley

          Excellent !


          • deovox 3 mars 2009 00:21

            L’avenir de notre société, si elle en a un, n’est plus entre les mains des politiques.

            Si le PS avait des solutions, des vraies, celles-ci émergeraient quelles que soient les luttes intestines.

            Quant à la droite, elle s’obstine au mieux à défendre et à prolonger le seul système qu’elle connait, au pire à faire des provisions tant qu’il en est encore temps.

            La solution, un grand nettoyage par le vide, virons derechef tous ces incapables corrompus, et prenons les choses en main.


            • loco 3 mars 2009 12:04

               Je veux que mon emploi perdure, je veux que mon salaire s’améliore, je veus devenir ou rester propriétaire (de mon auto, de mon logement, de mon jardin, de mon refuge loin de la ville, d’un petit matelas bourré de pognon car on ne sait jamais....) .
               Pour cela, je CROIS (oui, nous avons basculé dans le domaine de la foi) que seul le patronat, ses saints et ses évèques sont, par les vertus civilisatrices de l’Entreprise (c’est prouvé, voir l’état du monde) le seul chemin vers mon paradis.
               Mais le patronat et l’Entreprise ont des besoins organiques précis, qui édictent des règles de fonctionnement fort claires, étroites autant que le chemin de la vertu, sur lequel il faut souffrir, sans craindre d’abandonner dans les ronces du bas-côté tous ceux qui n’ont pas ou plus la force.... moi-même le cas échéant.....
               Quelle place dès lors pour une alternative, qu’on la baptise "socialiste" ou modem ? Le rêve de la société de consommation est d’en avoir pour son argent. Et bien, ne nous plaignons pas, nous sommes servis !


              • alex75 3 mars 2009 12:15

                 1- Le "rapprochement récent entre Ségolène et Martine est dû, selon toute vraisemblance aux sondages catastrophiques du PS pour les européennes (tous les grands partis s’achètent des sondages électoraux confidentiels). C’est la seule chose qui puisse expliquer ces soudaines bouffées d’amour entre des courants qui se haïssent aussi profondément.

                2 - Le rôle d’un parti d’opposition n’est pas seulement de s’opposer, de façon d’ailleurs quelquefois assez mesquine ou démagogique, mais de fournir un vrai projet de gouvernement, avec des idées nouvelles et bien entendu la possibilités de les être mettre œuvre et surtout de réussir. C’est ça le grand échec du Parti Socialiste, son incapacité à penser collectivement et à proposer un modèle alternatif fonctionnel. 
                D’ailleurs, au sujet de la crise actuelle, il n’a rien vu venir lui non plus, pas plus que BFM ou Les Echos ! (sauf Attali et Michel Rocard qui ont fait pouffer et glousser tout le PS…)

                3 - Le PS est devenu le parti de la "classe moyenne inférieure" dirigé par la "classe moyenne supérieure" (Enarques etc) et idéologiquement aligné sur l’oligarchie mondialisée incarnée par Alain Minc, Dominique Straus-Khan, Pascal Lamy, les instances européennes. Ils sont pleins de mépris pour le peuple (des perdants, condamnés par l’histoire, l’ouvrier est amené à disparaître au profit du technicien et des emplois de service qualifiés… Ils croient encore à ces théories des années 60 !).
                La quasi totalité des "militants" du PS sont des fonctionnaires d’Etat et surtout des collectivités locales qui sont plus ou moins obligés de voter pour leur employeur (sous peine de sanctions dans certains cas…). Voilà où est le problème. D’où la nécessité de la démocratie participative et de la construction d’un nouveau parti, mais si vous proposez ça, vous gênez pas mal d’intérêts et on vous coupe tout de suite la tête !

                —> L’alternative n’est pas entre le capitalisme et socialisme, mais entre le "bien commun" et la "société de caste" dans laquelle nous vivons. De ce point de vue les sociaux-démocrates du nord de l’Europe sont beaucoup plus à gauche que les socialistes français, car ils sont "dans et avec le peuple", c’est beaucoup plus important que la phraséologie révolutionnaire purement décorative (et hypocrite) des français !


                • snoopy86 3 mars 2009 13:43

                  Il est rare que je sois d’accord avec l’auteur mais je trouve cet article excellent et je comprends l’amertume des gens qui ont des convictions socialistes authentiques.

                  J’ai regardé ce matin M. Collomb aux infos télé qui était lui aussi remarquable de lucidité.

                  J’ajoute que cette décrédibilisation du PS en tant qu’alternative me semble un danger pour notre démocratie.

                  Je ne voterai pas pour vous, mais, bon dieu ressaisissez-vous !!! 

                   


                  • lineon 3 mars 2009 14:59

                    Tout a fait daccord avec loco. PETIT conseil a ceux qui veulent que ça change sans rien casser : Des aujourd’hui je vais envoyer ma carte d’électeur a l’asseblée nationale avec une lettre disant ceci. Citoyens citoyennes, votre assemblée était pour moi le symbole d’une république qui n’existe plus. Je vous croyais élus du peuple, par le peuple et pour le peuple. Ce n’est plus le cas. Ce pays n’est plus une république de droits ni d’honneur. A ce titre je vous renvois ce document et vous le confie. Gardez le précieusement tant que vous n’aurez pas décidé de gouverner pour le peuple français qui vous a mis sur les fauteuil ou vous etes assis. Je le fais et ne la poste meme pas en recommandé car a cette période du mois je n’ai pas l’argent pour le payer. Voila pour les prochiannes élections pseudo démacratiques c’est réglé. Faites en autant et racontez leurs ce que vous avez sur le coeur frères et soeurs citoyens.Moi je le fait. et vous ? Chiche.


                    • tomasi75 3 mars 2009 16:52

                      de toute façon, il vaut mieux la gauche que sarko
                      la preuve :
                      http://voxx.over-blog.com/15-categorie-10229742.html


                      • Elisa 4 mars 2009 18:27

                        Une critique bien venue du PS mais qui n’offre pas véritablement d’alternative.

                        Il ne faut pas seulement dénoncer les boutiquiers mais la boutique elle-même : nous sommes à un tournant du PS proche de la fin de la SFIO.

                        La "maison commune" PS a échoué sur tous les tableaux :

                        Au pouvoir elle a été incapable de faire sortir la France du système capitaliste probablement parce que les socialistes ne le voulaient pas invoquant les lois d’airain de l’économie libérale.

                         

                        Les mesures positives qui ont été prises ’(CMU, relèvement des salaires dans la fonction publique, etc...) ne compensent pas l’aggravation de la logique libérale,(privatisations, dérèglementation).

                         

                        Sur le plan européen ils ont défendu une constitution qui ouvrait la voie à une remise en question des services publics et des solidarités au nom de la libre concurrence.

                         

                        Au niveau international ils ne se sont jamais désolidarisés de la politique impérialiste de Bush père Clinton et Bush fils et de leurs proches alliés.

                         

                        Enfin ils ont entériné dans leur dernière charte le principe du libre marché dont on a pu observer les résultats depuis septembre 2008.

                         

                        Ayant abandonné la perspective d’une alternative politique, le PS est contraint de s’opposer anecdotiquement au pouvoir en place et de s’affirmer de gauche uniquement pour nouer des alliances électorales.

                         

                        Il a failli dans ses choix théoriques et dans sa stratégie politique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès