Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ultimes résistances à droite

Ultimes résistances à droite

On sent bien qu’ils ont été contraints, les malheureux, de voter la loi sur la parité. Et le cœur n’y est pas. D’autant que ces messieurs les politiques commencent à comprendre qu’il va bien falloir prendre en compte les opinions des femmes ! Et la mésaventure que vient de vivre Elodie Gossuin * au Conseil régional de Picardie en dit long sur leurs difficultés à s’y plier. Ils vont donc devoir changer de stratégie.

Jusque-là, ils ne s’étaient pas mal débrouillés. A chaque élection législative ou cantonale, ils redoublaient d’ingéniosité pour éviter que des femmes soient élues. Car avant chaque élection, la même question lancinante les taraude : comment faire pour qu’elles soient nombreuses au départ et peu à l’arrivée ? Des militantes capables de conquérir un mandat, ils en ont dans leurs fédérations. Mais rien que d’imaginer qu’elles ont des chances de gagner, ils virent au vert et se creusent rapidement la cervelle pour concocter un obstacle infranchissable de plus.

Cette année 2006 est plutôt un bon cru. En janvier, ils avaient envisagé de ne donner l’investiture qu’aux candidats ayant déjà un mandat important : maire, maire-adjoint, conseiller général, conseiller régional, sénateur. Voilà qui éliminait pas mal de femmes. Mais hélas, aussi certains copains. Donc, après réflexion, ils nous ont préparé une trappe à femmes efficace. Ils réservent des circonscriptions pour les « femmes des minorités visibles ». En clair : une femme d’origine maghrébine. C’est imparable avec, en prime pour eux, grandeur d’âme et ouverture d ’esprit !

L’astuce, c’est qu’elles ne vont pas être légion à relever le gant, les femmes des minorités visibles. Pourquoi ? En premier lieu, il faudrait que cela les intéresse. Puis qu’elles aient du temps à consacrer à une campagne. Ensuite qu’elles prennent un risque financier (la limite des dépenses autorisées par la loi est de 50 000 euros). Toutes ces conditions ont de quoi refroidir les ardeurs de plus d’une candidate. Surtout que les circonscriptions réservées sont, et de loin, les plus difficiles à gagner. Bref, trouver une femme des minorités visibles prête à s’en prendre plein la figure pour pas un rond, autant chercher une aiguille dans une botte de foin ! Et après, la main sur le cœur, ces messieurs vous jureront avoir tout fait pour la gente féminine, sans résultat ! Entre-temps ils auront, pour l’élection 2007, évincé les candidates dangereuses (pléonasme).

Pour les scrutins de liste - les municipales et les régionales - le problème se pose en d’autres termes. La parité est obligatoire et en liste chabada, s’il vous plaît ! (un homme-une femme). La question à résoudre est la suivante : comment trouver des femmes connues (qui amènent les électeurs à voter pour la liste), qui n’y connaissent rien (ce qui permet de garder le pouvoir) et dociles ? Comme les proches ont déjà donné aux dernières élections, ça devient difficile. Mais... jusqu’en 2008, ils ont encore un peu de temps pour trouver le moyen de rester les maîtres du jeu !

 

*Son vote a été confisqué par son groupe Aimer la Picardie.


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • bouli (---.---.85.5) 9 janvier 2007 11:18

    En tant que féministe, je suis toujours aussi choquée de constater le machisme du monde politique. Mais la parité me pose un léger problème : c’est de la « discrimination positive » (expression qui n’a pas de sens, quand il y a « discrimination » c’est forcément négatif pour quelqu’un). On veut donc placer des femmes uniquement parce qu’elles sont femmes et non grâce à leur compétences. Bien sûr, il faut bien faire quelque chose pour donner un coup de pouce aux femmes en politique mais ce genre de mesures peut se retourner contre elles. Si une femme est élue, ses détracteurs pourront toujours dire qu’elle n’a pas été élue sur ses compétences mais parce qu’elle porte un soutien-gorge. Et le risque majeur est de nommer des dindes sans compétences politiques, ce qui va encore plus dégrader l’image de la femme dans ce milieu (risque qui peut être calculé par les hommes pour pouvoir dire « je vous l’avais bien dit, les femmes n’ont pas leur place en politique »).

    Bref, c’est une question complexe. Mais une chose est sûre, vu comme les hommes cherchent à détourner la parité imposée, le chemin est encore long pour les femmes... smiley


    • (---.---.34.107) 9 janvier 2007 11:42

      Je suis assez d’accord avec vous sur cette notion de « discrimination positive » qui est une aberration sans nom... ce n’est qu’un autre leurre créé simplement pour détourner l’attention des gens d’autres problèmes bien plus existentiels.

      Je ne vois aucune objection à voir des femmes (et aussi des gens de couleur, des homosexuels ou autres catégories de la population d’ailleurs) brider des mandats, à la seule condition qu’on les élises pour leurs compétences et non pour leur « particularité ».

      Bon vous me direz dans certains cas il est dur de rivaliser avec l’incompétence de certains élus de la gente masculine !

      Concernant les magouilles dénoncées dans l’article, c’est malheureusement un des nombreux exemples d’un monde dirigeant en place qui ne veut cèder son pouvoir à personne, et qui use de tous les procédés à cet effet..., mais bon, les dinosaures finissent toujours par disparaitre.


    • le mave 9 janvier 2007 12:07

      Je vais vous faire réagir violemment ,mais ce n’est pas de la provocation .

      Les femmes qui arrivent au sommet sont pires que les hommes.

      Je m’en explique .

      Pour en arriver là ,elles ont du s’imposer dans une société masculine,où les règles ont été crées par des hommes . Pour celà elles ont employé les mêmes armes que les hommes , et pour vaincre les préjugés ont du être pires que les hommes . Et pour moi en bas de l’échelle ,quelle importance que celui qui m’entube , pour rester correct ,soit un homme ou une femme .

      La parité ne doit pas se faire dans le petit monde qui nous est présenté par les femmes ambitieuse en manque de carrière , mais avant tout dans la vie de tous les jours de la plupart des gens.

      Ou celles qui se disent féministes se trompent , c’est quand elles veulent faire croire que l’égalité se fera par le haut .Je suis désolé mais l’égalité se fera dans le bac à vaissele et dans les couches des bébés .


    • jco4667 (---.---.34.226) 9 janvier 2007 18:14

      Commentaire très juste auquel je souscris complètement. Si les femmes, pour arriver au pouvoir, sont obligées de se départir de ce qui les différencie des hommes, alors la discrimination et la parité n’ont pas de sens. On n’a pas encore vu beaucoup de cas illustrant les qualités intrinséques d’une femmes au pouvoir. Ce serait même plutôt le contraire à en croire les prestations de Mesdames Thatcher, Cresson, Aquino et, dans une certaine mesure, Buttho. Mais les choses changent et peut-être le vent féminin qui souffle du Chili, d’Allemagne et peut-être bientôt de France viendra t-il infirmer cette impression.


    • jeanne (---.---.43.228) 11 janvier 2007 02:05

      Sarkozy dans l’étau s’effrite Tous les derniers sondages le confirme, Sarkozy ne décolle pas, pire il s’effrite, le candidat de toutes les peurs paye ce qu’il a semé le populisme, la manipulation, sa complaisance avec Bush, ses copinages avec les médiats, tout cela ressemble à une vielle politique dont les Francais ne veulent plus. Chirac est en train de le saper côté majorité, ses déclarations de ce matin sont celle d’un futur candidat ou du moins d’un opposant, l’aile gaulliste et villepiniste dont parle la presse est sur le pied de guerre et ça ne fait que commencer ! Les coups vont être rudes, les dégâts importants !!


    • HyperPat (---.---.224.13) 9 janvier 2007 11:32

      Bref, c’est une question complexe. Mais une chose est sûre, vu comme « les hommes » cherchent à détourner la parité imposée, le chemin est encore long pour les femmes...

      — >

      Bref, c’est une question complexe. Mais une chose est sûre, vu comme « certains hommes » cherchent à détourner la parité imposée, le chemin est encore long pour les femmes...

      Pas d’amalgames. D’avance, merci !


      • bouli (---.---.85.5) 9 janvier 2007 12:51

        erreur de ma part, merci de l’avoir corrigée


      • Ploum (---.---.235.82) 9 janvier 2007 11:34

        Ma foi, je suis 100% pour qu’il y aie plus de femmes élues, car je pense qu’elles ont certainement beaucoup plus de qualités que la plupart des hommes politiques actuels qui pensent plus à leur propre carrière qu’au bien des français.

        Mais voyez vous, si la parité se résume à coller des miss France ou des peoples dans des listes électorales pour se faire de la pub, non merci. L’élection d’Elodie Gossuin au conseil régional de Picardie sur la liste de Monsieur De Robien, c’est le degré zéro de la politique, et sa sortie d’une émission de télé-réalité pour aller siéger (ce qu’elle n’aurait pas fait si cela n’avait pas été rendu public), c’est en dessous de tout. Il y a suffisamment de femmes méritantes et efficaces sans qu’on avilisse le concept de parité à ce genre de cas en se plaignant ensuite qu’elle n’est pas prise au sérieux.


        • (---.---.229.236) 9 janvier 2007 11:45

          Oui, les quota de femmes, de noirs de péfdé et d’arabe sont à la mode.

          C’est normal d’aider les incompétants. On devrait d’ailleur leur donner la moyenne systématiquement en classe.

          Et puis ca décore, a défaut que ces gens aient la moindre légitimité.

          A quant des quota pour les gros, les chauve, les yeux bleu ou les amateur de timbre poste ?


          • BuZy (---.---.25.114) 9 janvier 2007 14:24

            Et le quota d’illetrés.


          • (---.---.39.143) 9 janvier 2007 14:34

            Le quota d’illettrés, avec deux t.


          • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 9 janvier 2007 11:47

            J’aime bien les articles sur la parité, il y a un élément important que l’on ne cite (volontairement ?) jamais, quelle est la proportion des femmes dans les adhérents des partis politique et quelle est la proportion de femmes active en politique (par là je veux dire qui se rend au réunion, qui va expliquer le programme du parti aux gens ...), car nommer une femme comme candidat pour ne pas payer l’amende alors que dans la circonscription il y a 3654 hommes d’inscrits et 2 femmes ... c’est peut-être paritaire, mais pas très démocratique.


            • Bill Bill 9 janvier 2007 13:06

              Moi qui pensait qu’on allait juste en politique pour ce qu’on avait à dire ! Si en plus il faut ètre une femme !

              Bill


              • dionysos (---.---.232.178) 9 janvier 2007 14:19

                un philosophe de la Grece antique à qui l’on demandait comment choisir les representants du peuple avait répondu :

                sortons dans la rue et prenons le premier qui passe. l’autre lui dit : mais on pourrait tomber sur un fou, ou un ivrogne

                et le philosophe de répondre : bien pire on pourrait tomber sur un politicien.


                • Depi Depi 9 janvier 2007 15:03

                  Le problème de la place de la femme est le même que celui des autres « minorités » sauf qu’il y a plus de femmes que d’hommes sur Terre. Toutefois, il ne faut pas sous-estimer le rôle qu’a une femme sur son époux que ce soit au niveau de son travail, personne ou politique. Bien sur depuis toujours il y a séparation des tâches.. On tend quand même vers une uniformisation plutôt qu’une séparation à l’heure actuelle.

                  Il serait logique que les femmes prennent de plus en plus d’importance sur le plan politique au cours du XXIème siècle, mais fallait-il accélérer le mouvement par une loi sur la parité ? C’était sans conteste introduire déjà à l’époque la discrimination positive qui fait tant débat. A chaque fois qu’une telle discrimination intervient, on fait passer des médiocres avant des personnes compétentes pour le même poste. Bien sûr, il faut réduire au minimum ses excès mais...

                  Enfin comme quelqu’un l’a déjà indiqué sur ce sujet, un autre problème est celui de la représentativité.. On peut prendre l’exemple des Jeunes Populaires qui sonnent comme la nouvelle classe politique de demain, et on voit peu de femmes qui s’y impliquent comme dans la politique en général. Alors quoi ? Elodie Gossuin c’était vraiment du n’importe quoi, mais si y a que ça à se mettre sous la dent, on va pousser ce genre de célébrités dans la scène politique ?


                  • Algunet 9 janvier 2007 16:05

                    Pourquoi ce titre, quel rapport avec la droite ? La gauche a t’elle ... ?

                    A la lecture du contenu, j’aurais vu un titre plus général du type « Ultimes résistances de nos hommes politique face à la montée irrésistible de la féminitude* » car ils me semble que les hommes de nos partis sont à mettre tous dans la même bourriche. Pour autant, je partage totalement la vision de l’auteur, notamment sur la discrimination positive.

                    * Féminitude : Ce mot ne m’a pas été soufflé par l’extraordinaire fécondité sémantique de Ségolène lors de son voyage en Chine mais par Simone de Beauvoir qui avait posé la définition de la féminitude en désignant par ce terme un ensemble de qualités acquises dans l’oppression. (Par analogie avec la notion de « négritude »).


                    • Internautr (---.---.0.204) 9 janvier 2007 16:14

                      Cette loi est foncièrement mauvaise car elle cherche des problèmes là où il n’y en a pas et montre qu’une fois de plus les politiques, tous sexes confondus, cherchent à réglementer la vie privée des gens dans le moindre détail. C’est tout bonnement inadminissible dans un pays soit-disant libre.

                      Il n’y a pas de discrimination contre les femmes en France, tout juste une reconnaissance particulière des différences qui peuvent exister entre les hommes et les femmes. La femme était le genre chéri par les Chevaliers du Moyen âge et a bénéficié d’autant d’égards que les hommes. Même sous l’Ancien régime elles ont accédé aux plus hautes charges de l’Etat. Aujourd’hui on en trouve à la tête des grosses entreprises du Cac40 comme à des postes de ministres.

                      La seule chose que vise cette loi est l’égalitarisme numérique, autrement dit, les fameux quotas. Le droit de la femme n’est qu’un alibi qui permettra de mettre le doigt dans l’engrenage. On doit avoir un quota de femme. Une fois acquis on nous obligera a avoir comme ministres un quota de marocains, puis un quota d’immigrés clandestins comme médecins des hôpitaux, puis un quota de gens de couleurs qui sorte diplômé de l’Ecole Polytechnique. La pente est glissante. Arrêtons tout de suite. A terme, il faut que les français s’interdisent eux-même de diriger leur pays.


                      • bouli (---.---.85.5) 9 janvier 2007 17:25

                        « reconnaissance particulière » ? vous entendez quoi par là ?


                      • Internaute (---.---.87.119) 9 janvier 2007 17:35

                        Ne cherchez pas le mal là où il n’y en a pas. Je signalais simplement qu’on consièdre certaines activité comme plutôt féminines (mannequin, secrétaire, éducatrice) et d’autres plutôt masculines (pompier, rabbin ou débardeur par exemple). smiley


                      • Alexandre Missoffe 9 janvier 2007 16:52

                        « Jusque-là, ils ne s’étaient pas mal débrouillés. A chaque élection législative ou cantonale, ils redoublaient d’ingéniosité pour éviter que des femmes soient élues. »

                        Mmmmmmmmoui, mais aujourd’hui, sur les 24 rédacteurs de Agoravox, vous êtes la seule femme. Comme tous les jours ou presque d’ailleurs. Est-ce à dire qu’Agoravox est un site furieusement macho ? Sans doute les machos prolifèrent dans les partis un peu plus qu’ailleurs, peut-être aussi que les femmes s’interessent moins que les hommes à la politique telle qu’elle est pratiquée en France aujourd’hui. Esprit plus pratique, gout pour les réalités concrètes, égo moins chatouilleux ???


                        • (---.---.25.244) 10 janvier 2007 08:47

                          Alexandre a bien parlé : Les femmes n’aiment pas serrer des mains, cela ne veut pas dire qu’elles ne dirigent pas derrière... smiley


                        • Gelone 9 janvier 2007 22:31

                          De toute façon, on ne voit pas de quelle manière ni dans quelle mesure, la parité serait de nature à mieux solutionner de plus nombreux problèmes que la non-parité.

                          Ce n’est donc qu’une fumisterie égalitariste de plus à l’époque du mariage homosexuel et autres aberrations pathologiques.


                          • mc (---.---.193.230) 10 janvier 2007 01:05

                            Le problème de fond réside plus dans les valeurs véhiculées par les partis et par leur mode de fonctionnement et de communication. Les femmes ont gagné le droit d’investir le monde des hommes, mais pas celui de le modifier et de faire accepter et respecter des valeurs différentes. Comment expliquer le fait que peu de femmes soient militantes de partis politiques, peut être parce que les partis ne les représentent pas (en terme de valeurs, de priorités, de stratégie, etc.). Les partis, les politiques et d’une façon générale la société a réussi à formater des femmes bien intégrées qui peuvent sans risques remplacer les hommes de pouvoir avec des résultats similaires. Sont elles représentatives ? Les femmes sont elles des hommes plus petits et qui peuvent porter les enfants ou ont elles autre chose à proposer qui peut permettre de mieux vivre ensemble sur la planête ? Notre problème n’est pas d’imposer notre présence mais d’autres modes de fonctionnement et ça n’est peut être pas dans les partis que ça se fera le plus facilement car ces messieurs ne sont effectivement pas prêts à céder une once de pouvoir.


                            • (---.---.17.187) 10 janvier 2007 09:06

                              Ils ne lacheront rien de rien : il faut (même ceux qui débarquent friment mais restent les même qu’« avant », il faire avec, rien ne peut remplacer la chance de savoir ces choses et de pouvoir agir dans le bon sens de l’humanité


                            • jeanne (---.---.43.228) 11 janvier 2007 02:09

                              Sarkozy dans l’étau s’effrite Tous les derniers sondages le confirme, Sarkozy ne décolle pas, pire il s’effrite, le candidat de toutes les peurs paye ce qu’il a semé le populisme, la manipulation, sa complaisance avec Bush, ses copinages avec les médiats, tout cela ressemble à une vielle politique dont les Francais ne veulent plus. Chirac est en train de le saper côté majorité, ses déclarations de ce matin sont celle d’un futur candidat ou du moins d’un opposant, l’aile gaulliste et villepiniste dont parle la presse est sur le pied de guerre et ça ne fait que commencer ! Les coups vont être rudes, les dégâts importants !!


                            • LE CHAT LE CHAT 12 janvier 2007 08:27

                              j’arrive un peu tard sur ce fil et c’est pour te donner une bonne nouvelle , l’arrivée de la première femme beefeaters à la tour de Londres , mais le pays des suffragettes est largement en avance sur nous , pauvres frogs sur la parité smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès