Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > UMP : Dominique de Villepin et ses nouveaux moulins

UMP : Dominique de Villepin et ses nouveaux moulins

La notion de parti est très différente dans le paysage politique français : personne morale et historique à adorer pour les uns, simple outil pour leur promotion personnelle pour les autres. Dominique de Villepin bouleverse une tradition bien ancrée chez les gaullistes. Pour lui, désormais, il faut faire vivre l’UMP pour elle-même. De quoi sourire.

Une réflexion déjà ancienne me faisait remarquer qu’il y a une différence essentielle entre les partis de gauche et les autres.

La gauche pour qui, un parti, c’est important

Les partis de gauche, que ce soient le Parti socialiste, le Parti communiste français ou même des groupuscules d’extrême gauche comme la LCR ou Lutte ouvrière, sont des personnes morales à part entière et, souvent, le discours de leurs dirigeants et de leurs militants, que ce soit hypocrite ou pas d’ailleurs, est tourné vers l’intérêt du "parti", son devenir, sa grandeur, son unité, etc. Sorte de divinité laïque et politique.

C’est d’ailleurs ce qui a conduit François Hollande, que je pourrais nommer le "Guy Mollet du nouveau siècle", à réussir là où tout le monde croit qu’il a échoué : dans la direction du Parti socialiste. Son objectif (voire sa mission) était de préserver l’intégrité du PS, son unité, son rassemblement et d’éviter tout risque d’éclatement (éclatement qui pourrait faire le jeu à la fois du MoDem de François Bayrou et des altermondialistes d’Olivier Besancenot).

Et, en ce sens, François Hollande a merveilleusement réussi malgré les anciens clivages entre vieille gauche et gauche moderne (seconde gauche de Michel Rocard) et surtout malgré les risques énormes depuis le clivage du TCE de 2005 et les primaires pro- ou anti-Ségolène Royal de 2006.

D’ailleurs, aujourd’hui, les leaders du PS ont tellement peur de risquer l’éclatement que recommence ce qui s’est déjà déroulé après la défaite de Lionel Jospin en 2002, à savoir une opération escargot : le statu quo et l’absence d’audace pour avancer à découvert, pour se lancer dans une candidature à l’élection présidentielle (Nicolas Sarkozy, dès 2002, n’avait pas eu de scrupules à se considérer déjà comme candidat).

Une droite et un centre pour qui, un parti, c’est un simple moyen

Si le fonctionnement du Front national n’est pas très clair (les militants FN semblent beaucoup attachés au FN et pas seulement à son unique leader Jean-Marie Le Pen) ni non plus celui du MoDem (beaucoup de militants "démocrates" sont parfois plus attachés à ce nouveau parti qu’à son leader François Bayrou), il reste évident, sans faire plus d’analogie (puisque les options politiques y sont diamétralement opposées), que ces deux partis ont été construits pour la promotion de leur seul leader.

À droite et au centre droit, la tradition est également ancienne avec le RPF, puis l’UNR, l’UDR, rassemblement des gaullistes derrière la personne du général de Gaulle.

Le RPR, fondé en décembre 1976, a été également une machinerie orchestrée pour l’unique promotion de Jacques Chirac (le RPR était resté irréductiblement fidèle à Jacques Chirac lorsque Édouard Balladur était au plus haut dans les sondages en 1994) et, si l’UMP, fondée en avril 2002, devait être l’outil promotionnel du dauphin officiel, du fils aîné de Jacques Chirac, Alain Juppé, elle s’est transformée très vite, dès décembre 2004, en artillerie pro-Nicolas Sarkozy, le dernier fils du président, celui qui réclame sans arrêt qu’on s’occupe de lui et qui se sentait délaissé, trop agité et indiscipliné, trop enfant terrible.

Quant à l’UDF, rassemblement initialement confédéral (au fonctionnement impossible !) fondée en 1978 pour la sauvegarde (ratée) du président Valéry Giscard d’Estaing, elle est vite devenue, après 1981, un parti de notables sans grand leader (l’erreur, par exemple, de Raymond Barre ayant été de ne pas avoir créé son propre parti en 1985 comme lui avaient proposé ses lieutenants Charles Million et Philippe Mestre), qui n’était finalement qu’un "syndicat d’élus et de réélus" bien commode jusqu’en 1998 et la désignation de François Bayrou à sa tête où l’UDF opéra la fusion de ses composantes et était devenue un outil à la promotion exclusive de François Bayrou.

La création du Nouveau Centre dès juin 2007 a adopté la même démarche que l’UDF des années 1980, un syndicat d’élus sans leader, mais confortable pour éviter l’enrégimentement de l’UMP tout en assurant les réélections.

Les radicaux de gauche du PRG sont dans la même logique que l’ancienne UDF et les Verts demanderaient sans doute un examen plus approfondi car il n’y a pas de leader, mais l’appartenance au parti semble très diversifiée, à tel point que certains, comme Jean-Luc Bennahmias, l’ont quitté pour d’autres partis (le MoDem pour Bennahmias).

Patriotisme ou pas de parti

Il va donc sans dire que peu d’adhérents des partis de droite et de centre droit, et les dirigeants en premier lieu, ne cultivent ce "patriotisme de parti" si fréquent et si cher à gauche.

C’est sans doute l’une des raisons de la sclérose du Parti socialiste (je ne parle même pas du Parti communiste français), la peur de refonder ce parti, celui de Jaurès, de Blum, de Mitterrand et de Jospin, de casser son identité historique.

C’est donc avec une grande surprise qu’on a pu entendre Dominique de Villepin le 6 avril 2008 sur Canal+.

Dominique de Villepin, un général sans armée et sans guerre

Dominique de Villepin ne représente plus grand-chose politiquement. Il l’a d’ailleurs avoué, il n’envisage aucun avenir politique sérieusement. C’était un peu le second fils de Jacques Chirac, celui, docile, loyal et fidèle, qui devait remplacer au pied levé Alain Juppé tombé dans une disgrâce à la fois judiciaire et d’impopularité.

Il n’a jamais été élu nulle part. Pire, il a toujours montré beaucoup de suspicion, voire de médisance vis-à-vis des élus, et notamment des parlementaires.

Un homme plutôt serviteur de l’État, technocrate, de cabinet (secrétaire général de l’Élysée de Jacques Chirac avant d’être son ministre).

Érudit, intelligent, cultivé, passionnant, littéraire, fougueux, Dominique de Villepin est, par certains côtés, très attachant. Séducteur.

Mais, politiquement, la pertinence n’était pas forcément son atout même si son discours historique à l’ONU contre la guerre en Irak avait relevé sa popularité : la dissolution de l’Assemblée nationale du 21 avril 1997 et son incroyable entêtement dans l’affaire du CPE en mars 2006 ont montré les grandes limites de l’homme politique qui, pourtant, à la fin de l’été 2005, avait surpris et avait réussi à prendre un ascendant sur Nicolas Sarkozy en se présentant presque comme le vice-président au moment de l’accident vasculaire cérébral de Jacques Chirac.

Donc, maintenant, Dominique de Villepin est un homme seul, blessé même par l’affaire Clearstream, une affaire qui est loin d’aboutir (les affaires cassent de nombreuses vies politiques : Charles Hernu, Laurent Fabius, Alain Juppé... il faut s’appeler Clemenceau pour se relever du scandale de Panama !), sans crédibilité ni politique ni élective.

De Villepin, sauveur de l’UMP ?

Et que dit-il ?

Qu’il aurait « préféré un électrochoc » à la tête de l’UMP.

Et, là, on commence à sourire. Dominique de Villepin explique le plus sérieusement possible que jamais l’UMP n’a été aussi bien dirigée que pendant la période où Nicolas Sarkozy avait été son président, entre 2004 et 2007 : « Nicolas Sarkozy, comme président de l’UMP, a montré ce que devait être un président de l’UMP ».

Or, à l’époque, l’indépendance de l’UMP avait même un but : s’opposer à Dominique de Villepin et à Jacques Chirac.

C’est donc très hypocrite de la part de la principale victime de dire maintenant que Nicolas Sarkozy est son modèle !!

Mais, le pire, c’est que Dominique de Villepin semble montrer (faussement évidemment) un véritable patriotisme pour ce parti qui n’est qu’une auberge espagnole : l’échec des élections municipales aurait dû aboutir à « tirer les leçons d’une UMP qui n’existe pas suffisamment ».

On croit donc rêver : entendre Dominique de Villepin faire de l’UMP une personne morale à part entière qu’il faut chérir (comme dans la tradition de gauche) et prendre Nicolas Sarkozy en exemple de président de parti.

Des propos pas sans arrière-pensée

L’arrière-pensée est toutefois vite dévoilée : « Il n’y a pas à sa tête de président élu par l’ensemble des militants. (...) Je crains que cela ne s’impose à nous dans le cours du quinquennat », poursuivant ainsi : « Si l’UMP veut être aussi forte qu’elle l’a été à l’époque où j’étais Premier ministre, ça implique de l’indépendance, de l’imagination, de la vitalité ».

Mais la question que devrait se poser Dominique de Villepin est plutôt : l’UMP veut-elle être aussi forte qu’avant 2007 ?

En supprimant le président élu par les militants qu’il avait lui-même contribué à imposer, Nicolas Sarkozy a clairement répondu à la question : non, l’UMP doit être inexistante pour lui permettre, lui, de continuer à exister, mais à l’Élysée. Il ne peut se permettre d’avoir, hors du pouvoir, un éventuel rival en interne. Il n’a pas tort. Tout le monde ne s’appelle pas François Mitterrand ou Jacques Chirac. Un leadership chèrement acquis n’est jamais acquis définitivement. Nicolas Sarkozy refuse de laisser tout au hasard.

Autre proposition de Dominique de Villepin, un véritable serpent de mer à l’UMP, la formalisation de courants, « sans doute la meilleure réponse dans un parti qui se veut démocratique, ouvert et moderne ».

En 2002, Alain Juppé y était défavorable (les courants ne permettent pas une caporalisation complète). Mais Nicolas Sarkozy, qui était contre le principe même de la fusion du RPR et de l’UDF dans l’UMP, avait réclamé ces courants afin que chacun pût s’y retrouver (et notamment lui) : les gaullistes, les souverainistes, les libéraux, les centristes, les radicaux, etc.

Tout est une question de perspective. Devenant président de l’UMP, non seulement Nicolas Sarkozy oublia sa volonté de faire des courants, mais les chiraquiens commencèrent à trouver l’idée intelligente !...

Une idée derrière la tête ? Celle d’exister encore ?

Alors, pourquoi de tels propos de la part de Dominique de Villepin ?

Cache-t-il une secrète ambition de reprendre le flambeau, de récupérer l’UMP et de monter sa propre écurie pour 2012 ?

Ou finalement, n’est-ce là que l’illustration d’un romantisme politique qui laisse de côté lucidité et réalisme pour ne bâtir que des nouveaux moulins ? Une nouvelle preuve d’illusionnisme médiatique ?

Dans ce cadre, force est de constater que Don Quichotte ne manque pas d’élégance.

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (11 avril 2008)

Pour aller plus loin :

L’émission Confidences+ sur Canal+ le 6 avril 2008.

Documents joints à cet article

UMP : Dominique de Villepin et ses nouveaux moulins UMP : Dominique de Villepin et ses nouveaux moulins

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 avril 2008 13:21

    De Villepin, sauveur de l’UMP ?

    Avant toute chose,rappelons que le Marquis n’a pas encore été élu par le peuple,car en bon marquis ,ce courtisan du chiraquisme et des coups tordus doit répondre devant la loi de son instrumentalisation de l’Etat pour son interet personnel en cherchant à écarter un candidat à une élection présidentielle.

    Cette homme représente un vrai danger pour la République,il manipule les statistiques et descend bien bas pour obtenir gain de cause

     


    • Soleil2B Soleil2B 11 avril 2008 16:58

      Dommage qu’il n’ait pas réussi !

      - Mais tu t’avances l’Erma-phrodite ! l’Affaire n’est pas terminée !


    • Baltar 12 avril 2008 23:06

      Quel hypocrite ce llerma (euphémisme) !

      Si l’histoire du XXeme siècle n’avait pas été aussi sombre, il nous ferait bien rire :)

      Sarkozy est ami-ami avec presque tous les instituts de sondage, dont les principaux clients sont les journaux de ses autres amis : Lagardère Bolloré etc. On citera en premier l’institut "OpinionWay" dont les patrons sont du réseau UMP. L’institut a oeuvré pendant les présidentiels du 6 mai pour booster dans les journaux et à la télé les chiffres par des questions orientiées, dont les réponses étaient sélectionnées en fonction des attentes de ces journaux, planifiées aux dates stratégiques de la campagne par une diffusion jusqu’à l’écoeurement. Je suivais cela avec attention les résultats et certains sondages pdf étaient disponibles sur le web peu après les diffusions nationales : seules certaines questions étaient récupérées, et pas les moins gênantes.

      Llerma, fasciste de la pensée, peux-tu au moins argumenter par des chiffres ou éventuellement par une inculpation avérée ce que tu qualifies du personnage de Villepin, puisqu’il n’a pas encore été jugé ? Saurais-tu le faire sans tomber dans ton sempiternel discours de la lutte de la droite contre les gauchistes ? Tes chiffres ou ton inculpation existent surement n’est-ce pas ? Je ne pense que tu sois du genre à avancer une idées sans avoir une somme d’arguments considérable ?

      As-tu seulement un brin d’authenticité et d’objectivité ? Que se passera-t-il quand tu réaliseras que tu t’es planté depuis le début ? Pour ma part, je saurais accuser le coup. mais toi,cela t’est-il seulement arriver une fois dans ta vie d’admettre avoir tort ou réagis-tu comme une bonne partie des francais après la seconde guerre mondiale ? Disposes-tu de cette fabuleuse faculté que certains ont d’oublier leurs actes et leurs paroles pour retourner leur veste en pensant sincèrement (et c’est le plus fort) être restés intègres ? Connais-tu le sentiment de honte ?

      Désolé de polluer ce post, il me gave tellement de sa bêtise dans tous les posts dans lesquels il intervient que j’avais besoin de me défouler. Aimant écrire, je suis toujours navré de le voir faire un tel usage de la langue francaise. Cela participe sans aucun doute à l’ère de son Dieu.


    • Baltar 13 avril 2008 15:42

      et on ne battera jamais assez contre la bêtise de certains avec preuve à l’appui :

      http://libertesinternets.wordpress.com/2008/01/15/opinion-way-un-institut-de-sondages-qui-fabrique-de-lopinion/


    • armand armand 12 avril 2008 11:35

      Villepin me rappelle une citation d’Ernst Jünger : "La vraie politique n’est possible que là où la poésie lui a frayé les voies".

      Et là on a un président qui ne lit pas.

       


      • armand armand 12 avril 2008 11:39

        Au fait, merci Sylvain de nous avoir rappelé l’existence de cet homme politique, à nul autre pareil. Malgré tous ses défauts, je préférerais le voir à la place de l’actuel président, à la fois sur le fond et sur la forme.

        A la différence de Sarkozy qui n’a qu’une connaissance caricaturale et limitée de l’étranger, Villepin y a vécu, y a fait ses études. Toutes proportions gardées, dans sa vision mondiale des cultures, il n’est pas éloigné de Barack Obama. Et franchement, Obama et Villepin se serrant la main, ce serait autre chose que Sarkozy et Bush !


      • Dalziel 12 avril 2008 12:09

        "Toutes proportions gardées, dans sa vision mondiale des cultures, il n’est pas éloigné de Barack Obama. Et franchement, Obama et Villepin se serrant la main, ce serait autre chose que Sarkozy et Bush..."

        A part de ne pas être Blanc, qu’est-ce qu’il a, cet Obama ? Pffff...

        Rien n’est-ce pas.

        C’est dire si la jobardise reste une des caractéristiques majeures de l’homme...

         


        • armand armand 12 avril 2008 17:06

          Dalziel,

          Peut-être que votre méconnaissance de l’anglais vous empêche de comprendre ses discours.

          Mais je fais référence en particulier à toute son enfance passée à l’étranger, lui donnant une ouverture qui a manqué à nombre de présidents U.S..


        • Dalziel 12 avril 2008 23:20

          « Peut-être que votre méconnaissance de l’anglais vous empêche de comprendre ses discours… »

          Oh vous savez les discours, chez les politiciens... Je vous rappelle Hitler et Mussolini, question discours, l’Europe n’a plus connu mieux depuis... Mais à côté des discours, il y a tout le reste... Alors...

          S’agissant d’Obama, j’ai lu son discours de Philadelphie, et je me suis payé une bonne tranche de rigolade... On dirait dit du sous-Luther King, rewrité par Harriet Beecher Stowe.

          C’est tellement irréaliste dans la gluance des bons sentiments, qu’on souhaite qu’il devienne président des Etats-Unis, pour le voir pédaler dans la choucroute pendant quatre ans, en mécontentant tout le monde, en essayant de contenter tout le monde.

          Malheureusement,  il ne sera pas !

          « Mais je fais référence en particulier à toute son enfance passée à l’étranger, lui donnant une ouverture qui a manqué à nombre de présidents U.S...  »

          Aaah, l’ouverture, un concept à la mode... En catégorie tarte à la crème...

          Ce que j’en retiens, en premier lieu, c’est sa photo en terroriste islamique et je voïs très bien ça, à la Maison-Blanche 

          Non, la seule question qui se pose est celle de savoir si les Etats-Unis peuvent se payer le luxe d’élire une nullité angélique, après deux mandats d’une nullité agressive...


        • armand armand 13 avril 2008 11:05

          Ah bon, une tenue traditionnelle kenyane c’est une tenue de terroriste islamiste ?

          Vous êtes sérieux ?

          Et la mère Clinton avec un foulard sur la tête c’est quoi ?

          Je trouve justeent qu’Obama dit les choses comme elles sont... et qu’il risque d’en payer le prix. Comme ses propos sur l’aigreur des habitants des petites villes, que la crise économique encourage à se replier sur les armes à feu, la religion, le rejet des ’autres’ et une politique enti-immigrée. Ce qui est parfaitement exact mais a permis à cette fauchetonne de Clinton, qui ment sur son propre passé, de l’accuser d’"élitisme".


        • Jocrisse Jacques 13 avril 2008 16:24

          Encore une fois, excellent article.


          • mathilde 13 avril 2008 18:16

            Ne dirait-on pas que pour être lu, Dominique de Villepin vous ait été necessaire dans l’intitulité de votre titre ?

            Ce WE, impossible d’accéder à l’actualité de D2V sur GOOGLE sans faire l’impasse sur votre prose même pas poétique, !

            Preuve s’il en était que cet homme-là est bien plus recherché que "certain apprenti journaleux " l’écrit tout en pensant le contraire : son écrit destiné à être lu ne titrait pas sur un soi-disant disparu laissant indifférent positivement le plus grand nombre !

            Il va falloir changer de tête de turc...surtout que ce turc-là n’est même pas anti-intégration ottomane en Europe, une fois le cahier de charges OK.

            Pour D2Vqui dépeint comme un "has-been" par un "never been", la situation est cocasse.

            Que de petitesse pour utiliser un homme tout en majuscule !

            Cela vous a-t-il grandi ???

             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès