Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > UMP - FN : vers un bloc néoconservateur

UMP - FN : vers un bloc néoconservateur

Dans un article publié sur LeMonde.fr en réponse au débat "Nicolas Sarkozy favorise-t-il la banalisation des idées du FN ?", Olivier Ferrand montre que le scénario d'une alliance entre la droite de gouvernement et la droite populiste, voire de la prise de pouvoir majoritaire par l'extrême droite, a été rendu possible par Nicolas Sarkozy. L'UMP, en se radicalisant, a cherché à siphonner l'électorat du FN. Elle en a aussi banalisé les idées, entrainant la constitution d'un bloc néoconservateur.

À travers toute l’Europe, la crise provoque des fièvres populistes. Les symptômes sont les mêmes : le repli identitaire, le ressentiment social et plus largement la recherche de solutions alternatives face à l’échec des partis de gouvernement – de droite comme de gauche. Les conséquences, aussi : une recomposition violente du paysage électoral.

Lorsque la droite populiste s’élève à un étiage qui la rend incontournable, la droite de gouvernement se radicalise et fait alliance, pour accéder ou demeurer au pouvoir, créant un bloc de nature néo-conservatrice. Le centre-droit, de culture chrétienne-démocrate, fait sécession et rejoint le camp progressiste. C’est typiquement ce qui s’est passé en Italie, où l’alliance Berlusconi-Ligue du Nord-Alliance Nationale a provoqué le basculement à gauche des chrétiens-démocrates, au sein du Parti démocrate.
 
La France pouvait échapper à ce scénario. La politique française, fondée sur la légitimité présidentielle et le fait majoritaire, rend peu probable la nécessité d’une alliance pour gouverner, et inimaginable la prise de pouvoir majoritaire par l’extrême droite. Nicolas Sarkozy l’a pourtant rendu possible. C’est la particularité du cas français : la recomposition électorale n’est pas initiée par l’extrême droite, mais par la droite.
 
Historiquement, avec le gaullisme social de l’UMP et les chrétiens-démocrates de l’UDF, la droite de gouvernement française se positionne au centre-droit de l’échiquier politique. A partir de 2007, Nicolas Sarkozy rompt avec ce positionnement historique et radicalise son camp.
 
Le sarkozysme met en œuvre une rupture anti-humaniste. Elle se caractérise par la recherche systématique de coupables, de boucs émissaires à désigner à la vindicte populaire. Il y a toujours les bons citoyens à protéger et les mauvais à bannir hors de la communauté nationale – les immigrés, les musulmans, la racaille de banlieue, les délinquants, les assistés, les fonctionnaires privilégiés…
 
Cet anti-humanisme se déploie dans le débat sur l’identité nationale. Il défend une vision régressive de la nation, figée sur l’identité fantasmée du passé, à tentation ethnique (blanche), à coup sûr culturaliste (religieuse, les racines chrétiennes). Une identité fermée, qui exclut les générations de Français d’immigration récente, considérés comme des étrangers sur leur propre sol.
 
Une telle rupture se retrouve aussi dans la politique d’immigration, de plus en plus brutale. « Rafles » policières de sans-papiers, jusqu’aux enfants dans les écoles ; délit de solidarité ; expulsions de réfugiés politiques vers l’Afghanistan ; climat de soupçon dans les préfectures ; chasse aux Roms… L’exemple du Calaisis, qui concerne les demandeurs d’asile en transit vers l’Afghanistan, est édifiant : fermeture du centre d’hébergement d’urgence de Sangatte, démantèlement des campements de fortune de la « jungle », jusqu’à la condamnation à l’errance. Une chute de Charybde en Scylla.
 
La politique pénale subit le même processus de radicalisation. Le champ des « criminels », des « monstres » s’élargit toujours plus. La répression s’intensifie. La politique de « castration chimique » pour les pédophiles est emblématique. Jusqu’à l’évocation inouïe par Michèle Alliot-Marie de la castration physique – une mutilation d’Etat, une vision de la France digne d’Orange Mécanique. Même la peine de mort n’est plus taboue.
 
Les dérapages verbaux, autrefois apanage du Front national, se multiplient au sein de la majorité. Des « Auvergnats » (« Quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ») jusqu’à « la France n’est plus la France », en passant par les musulmans qui doivent se montrer « discrets » ou « remettons-les dans les bateaux », la frontière entre l’UMP et l’extrême droite devient floue. Au point que l’hebdomadaire Newsweek, en octobre dernier, choisit Nicolas Sarkozy pour illustrer sa « une » sur la montée de l’extrême droite en Europe.
 
La radicalisation de l’UMP obéit à un pari stratégique : la volonté de siphonner l’électorat du FN. Ce pari est couronné de succès en 2007 mais ne s’avère pas pérenne. Le sarkozysme ne parvient pas à fidéliser les voix du FN. C’est que le rapport de forces s’est inversé : Nicolas Sarkozy, au zénith de sa popularité en 2007, n’est plus crédible aujourd’hui ; le FN, affaibli à l’époque par un vieux leader en fin de carrière, est dynamisé par une Marine Le Pen moderne et charismatique.
 
Après la radicalisation de l’UMP, on assiste maintenant à la deuxième étape : la banalisation d’un Front national « new look », qui se débarrasse de ses oripeaux infréquentables, antisémites, nostalgiques de Vichy, aux relents néo-nazis, et qui – lui – ne dérape plus. Le FN sort de son ghetto protestataire pour muer en un parti de droite nationale, qui aspire à gouverner, sur le modèle de l’Alliance nationale en Italie. « Donnez-nous les manettes », clame désormais Marine Le Pen.
 
La dernière étape est déjà écrite : la constitution d’un bloc néoconservateur, entre une UMP droitisée et un FN dédiabolisé. Cette jonction n’est pas pour tout de suite, encore qu’on en voit de nombreux signes annonciateurs, dont le rejet du front républicain au profit du « ni-ni ». Mais le « big bang » politique est lancé.

Moyenne des avis sur cet article :  2.97/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 6 avril 2011 08:48
    A chaque élection, la majorité des français vote soit pour l’UMP qui représente les intérêts du grand capital, soit pour le PS représentant ceux de la grande bourgeoisie. Et maintenant ils vont se rabattrent sur le Front National qui a fait de la peur de l’étranger son fond de commerce. Dans tous les cas le salarié est perdant, car aucun de ces partis ne remet en cause le système, pire, ils le cautionnent en apportant chacun sa petite touche démagogique pour flatter son électorat. Du nationalisme réactionnaire au libéralisme économique, il faut tout rejeter  !....

    • Kalevala 6 avril 2011 11:28

      la troisième voies est possible : L’Union Populaire Républicaine
      http://www.u-p-r.fr/
      La bête noire des médias


    • Cocasse cocasse 6 avril 2011 11:56

      Je suis d’accord Mr Navis.
      Asselineau a de bonnes idées, c’est un homme de soutien, pas de premier plan.


    • Kalevala 6 avril 2011 14:21

      @cocasse vous vous trompez il y a rien avoir avec le FN et il le porte pas dans son coeur.


    • Cocasse cocasse 6 avril 2011 15:43

      Normal, Asselineau est un froussard. Quand il a vu que des gens confondait son parti (à cause de son logo) avec le FN, il a pris peur. Il s’est empressé de refaire son logo.
      Il veut jouer au monsieur propre. En tant qu’ancien partenaire de Pasqua, j’abandonnerai à sa place. S’il voulait se rendre utile, il répondrait à l’appel du RIF.


    • papi 7 avril 2011 01:04

      @ navis
       En total accord avec votre analyse..


    • leypanou 6 avril 2011 11:32

      « À travers toute l’Europe, la crise provoque des fièvres populistes » : la crise provoque des fièvres populistes car les partis que soutient directement ou indirectement Terra Nova sont incapables de s’opposer à l’idéologie néo-libérale mondiale avec leurs propositions. Pire, ils l’accompagnent pour la rendre « plus acceptable », cf la fameuse troisième voie de Tony Blair qui n’a pas empêché son parti d’être chassé du pouvoir ou la course vers le centre de Romano Prodi en Italie qui n’a pas empêché Silvio Berlusconi de revenir au pouvoir et de gagner élection après élection. Sous couvert de pragmatisme, de recherche d’efficacité ou autre escroquerie de modernité chère à une gauche « moderne », les partis de gauche dits « de gouvernement » n’ont plus la confiance du peuple pour régler leurs problèmes. Il n’y a qu’à regarder le programme du PS pour s’en rendre compte, tout en lisant bien entre les mots bien sûr.


      • 65beve 6 avril 2011 11:34

        @L’auteur

        « qui concerne les demandeurs d’asile en transit vers l’Afghanistan, »
        Vous voulez dire vers la GB.

        +1

        cdlt


        • LE CHAT LE CHAT 6 avril 2011 11:39

          comme dit Christian Navis , c’est plutôt un retour aux sources , car le général De Gaulle aurait beaucoup plus sa place au FN souverainiste qu’à cet UMP aux ordres de la finance mondialisée ! quelques citations ....


          • hgo04 hgo04 7 avril 2011 10:26

            Merci le chat.. je ne connaissais pas ces citations..

            L’UMP aime citer DE GAULLE.. mais pas ses pensées il me semble...


          • sisyphe sisyphe 10 avril 2011 14:59
            Par LE CHAT (xxx.xxx.xxx.148) 6 avril 11:39

            comme dit Christian Navis , c’est plutôt un retour aux sources , car le général De Gaulle aurait beaucoup plus sa place au FN souverainiste qu’à cet UMP aux ordres de la finance mondialisée ! quelques citations ....


            Mais bien sûr.... smiley 

            C’est marrant comme l’extrême-droite (parce que ça l’arrange tellement) a la mémoire sélective...

            Alors, on va lui rappeler que c’est bien sous le gouvernement du Général de Gaulle, à la libération (1944-1947), que la France comptait 4 ministres communistes : (Maurice ThorezAmbroise CroizatFrançois Billoux et Charles Tillon). ; tu parles d’une extrême-droite ! smiley 

            Et puisqu’il s’agit de citations, on en trouvera ici : 

            De Gaulle au miroir communiste (1935-58) : retour sur une passion française

            Comme quoi, c’est bien tenté, pour l’extrême-droite, d’essayer de « récupérer » l’héritage de de Gaulle, mais la ficelle est un peu grosse............. et bien usée..... 

            Parce que, par ailleurs, le Général a toujours été très fortement opposé à l’extrême-droite (qui a essayé de le tuer au Petit-Clamart), et réciproquement comme on pourra le lire ici : 
            Extrait : 
            Plus question de voir en l’homme du 18 juin un héritier de l’Action française. Elle se déchaîne contre lui, le dénonçant comme un ambitieux de toujours essentiellement acharné à faire le malheur du pays. C’est le début de la légende noire d’un de Gaulle diabolique, traître congénital au service de l’anti-France. 
            Sur un terreau aussi fertile, la haine ne peut que se développer. Elle fait flèche de tout bois. Arguant de la présence au sein de la France Libre puis de la France Combattante de nombreuses personnalités de gauche comme René Cassin, Maurice Shumann, Jacques Soustelle, André Weil-Curiel, Jean Pierre-Bloch, André Philip ou Pierre Brossolette (encore ignore t-on jusqu’à l’été 1943 le rôle clé joué par Jean Moulin), Vichy le présente comme l’homme des Juifs, l’homme des francs-maçons, l’homme du Front populaire et bientôt, l’homme des communistes.


            Ici, on pourra aussi lire combien le Général de Gaulle a toujours lutté contre l’extrême-droite, et instauré, entre la droite et la droite-extrême, une digue qui a tenu plus de 50 ans, et qu’essaie, aujourd’hui, de rompre, la droite sarkozyenne. 

            Alors, le chat, tu es bien gentil, avec tes citations, mais il faudrait voir à ,ne pas réécrire l’histoire, et prendre les Français pour des cons, comme le fait systématiquement l’extrême-droite. 

            Pour le ’retour aux sources", vous pourrez repasser, les bas du Front... 

            Serviteur. 
             smiley smiley smiley 

          • sisyphe sisyphe 10 avril 2011 15:01

            Autrement, cet article est une analyse particulièrement juste et précise de ce qui est en train de se passer à la tête de l’Etat, et au sein des formations politiques de la droite et de la droite extrême ; bravo à l’auteur. 


          • sisyphe sisyphe 10 avril 2011 15:25

            Mais plutôt qu’un « bloc néoconservateur », personnellement, je parlerais plutôt d’un « bloc néofasciste » ; ce qui correspond mieux à la réalité. 


          • armand armand 6 avril 2011 11:56

            Raisonnement des plus simplistes : depuis quand le besoin tout naturel de toute communauté de se défendre contre l’importation massive de groupes allogènes de dehors ou contre la criminalité à l’intérieur constitue-t-il un manquement à l’humanisme ?
            Il faudrait compléter le tableau par la défense contre la mondialisation incontrôlée et l’agression des capitaux apatrides - pour cela on ne peut évidemment pas faire confiance à l’UMP. Ni au PS d’ailleurs, dont le projet de société évite soigneusement tout recours à la souveraineté nationale en invoquant systématiquement une Europe impuissante, composée de nations aux intérêts souvent opposés ;


            • Cocasse cocasse 6 avril 2011 12:43

              A t-on déjà vu un peuple se laisser envahir sans se défendre ?
              Se laisser coloniser et vidanger aux oubliettes de l’histoire serait une vertu ?
              C’est ce que voudrais faire croire ce genre d’article.


            • Kalevala 6 avril 2011 13:58

              avant Vichy ?


            • sisyphe sisyphe 10 avril 2011 15:03

              Par cocasse (xxx.xxx.xxx.36) 6 avril 12:43

              A t-on déjà vu un peuple se laisser envahir sans se défendre ?


              Ben oui.... la France, par l’Allemagne, en 1940, grâce à l’extrême-droite collaborationniste. 

              D’autres questions ? 

               smiley 


            • gjou 6 avril 2011 13:18

              Je ne peux lire cet article sans agacement, tant il est révélateur des œillères idéologiques de son rédacteur, appartenant à la gauche bien-pensante bon teint.
              Il ne suffit pas de dire en substance que la radicalisation serait le fruit d’un calcul politique pour siphonner les voix du FN (analyse dont le PS nous rebat les oreilles, parti dont le rédacteur de l’article est à l’évidence un partisan. C’est la société qui se radicalise, se droitise, à cause de la réalité, qui si on l’ignore finit toujours par se venger : les faits sont têtus...


              • Emmanuel Aguéra LeManu 6 avril 2011 13:24

                Marrant ça... 
                Cette UMP-FN que j’évoquais récemment (en réaction à l’UMPS) qui m’a valu tant de « moins » par ceux-là même qui en dissertent très sérieusement aujourd’hui...
                Remarquez, il n’y a que les idiots qui ne changent pas...


                • Madoff Madoff 6 avril 2011 15:06

                  Ca donne quoi un parti UMP - FN ??
                  Un parti souverainiste - mondialiste ??

                  Ne vous vantez pas trop de sortir des énormités que d’autres idiots utiles reprennent à leur compte ...
                  Ca n’a rien de glorieux , bien au contraire...


                • Cocasse cocasse 6 avril 2011 15:52

                  Aucune conscience politique.
                  Ici les gens préfèrent se vautrer dans l’ignorance, et pire le scander haut et fort en jouant les malins.
                  Ce n’est guère étonnant que notre pays se soit fait détruire durant plus de 30 ans.
                  Et il ne faudra pas s’étonner que cela continue.


                • sisyphe sisyphe 10 avril 2011 15:15

                  Par kronfi (xxx.xxx.xxx.140) 6 avril 13:25

                  il est evident dans ce debat que l’on confond un peuple avec une communauté.....


                  les peuples ne se mélangent JAMAIS entre eux, c ;est bien pour cela que les nations existent....

                  Qu’est-ce qu’on aura pu lire comme conneries, mensonges, contre-vérités, et désinformation !!

                  Et que la « nation française existe », aussi, grâce aux apports de Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais, et autres arrivants subméditerranéens. 

                  Allez, securitate, avant d’essayer de répandre ta petite propagande raciste, renseigne toi un minimum : tu reviendras nous parler de la « nation » après... 

                  Serviteur 
                   smiley 

                • Taverne Taverne 6 avril 2011 13:40

                  Le Groin National n’est plus le seul à se bâfrer dans l’auge des idées populistes et raccourcies. L’UMP y plonge son gros nez de clown...


                  • Kalevala 6 avril 2011 14:12

                    pour calmer les esprit il est bon d’écouter les parole de loïc Lantoine Tout Est Calme
                    http://www.deezer.com/fr/music/loic-lantoine/tout-est-calme-95522#music/loic-lantoine/tout-est-calme-95522


                    • Kalevala 6 avril 2011 14:58

                      je crois que je suis pas seul j’en ais mare de votre xénophobie raciste, naguère c’était les juifs, avant cela les espagnoles, les italiens, les polonais et depuis toujours les romanichelles.
                       Vous puez la merde, et heureusement que la majorité des français vous boudent.


                      • Cocasse cocasse 6 avril 2011 15:58

                        Allez donc, une petite nappée de dhimitude étalée comme de la merde ...
                        Encore un qui n’a pas encore compris qu’après les juifs et les romanichelles, c’était le tour des français. Si tu veux rencontrer du facho, va te faire tabasser dans les cités du 93.
                        Aucune fierté pour ses origines, comme tous les abaisseur de froc.


                      • Madoff Madoff 6 avril 2011 17:38

                        Putain !!! Y a le MRAP qui débarque ....

                        Couchez vous !!


                      • Madoff Madoff 6 avril 2011 17:51

                        Et au passage @ Kalevala

                        Durant l’occupation , une majorité de français était collabos ...


                      • Kalevala 6 avril 2011 23:13

                        et ta sœur fessait du marcher noir


                      • Kalevala 6 avril 2011 23:39

                        que du beau mode au baptême du FN

                        Le 5 octobre 1972 a eu lieu le congrès constitutif du Front national pour l’unité française, communément appelé Front national, l’élection de Jean-Marie Le Pen comme président et du journaliste François Brigneau comme vice-président.

                        Parmi les fondateurs du nouveau mouvement, on pouvait relever les personnalités suivantes :

                        ou comment Vichy a fait son retour en politique.

                      • Bovinus Bovinus 6 avril 2011 23:51

                        Cocasse
                        Allez donc, une petite nappée de dhimitude étalée comme de la merde ...
                        Encore un qui n’a pas encore compris qu’après les juifs et les romanichelles, c’était le tour des français. Si tu veux rencontrer du facho, va te faire tabasser dans les cités du 93.
                        Aucune fierté pour ses origines, comme tous les abaisseur de froc.

                        Quand on est fier de ses origines, c’est qu’on n’a pas grand chose d’autre dont on puisse se montrer fier.


                      • papi 7 avril 2011 01:10

                        @ kakaquevoilà

                        Si le débat d’idée pour vous se résume à des insultes incessantes, c’est que vous possédez un cerveau embrumé !! ou peut être pas de cerveau du tout !!


                      • Kalevala 7 avril 2011 02:14

                        @ papi ton humour est égale à ta  ?


                      • BOBW BOBW 7 avril 2011 10:57

                        Tous ceux qui Résistent et se rassemblent contre l’entreprise de destruction l’Union Mortifère du pauvre Peuple français .

                        En particulier
                        - Sympathiques anti libéraux et anti mondialistes.
                        - Anti Europe actuelle mais pour Une Europe des peuples.
                        -Partisans d’une réelle autonomie de notre monnaie et d’une ou plusieurs banques françaises nationalisée au service de notre Économie, mais aussi d’une indépendance Nationale vis à vis des USA-de l’OTAN et d’Israël

                        -Défenseurs des classes moyennes et populaires à l’encontre d’une oligarchie qui les appauvrit.
                        -Partisans d’une coopération et entraide avec des travailleurs étrangers mais sans envahissement politique ou religieux.

                        Mais sans tomber dans la Haine, et la Xénophobie égoïste et le piège du chant des sirènes

                        Ne doivent Jamais oublier parmi les 21 points de la Milice trompeurs ,séducteurs et démagogiques d’Alors ,qui ont séduit et conduit à l’assassinat des Jeunes français patriotes hostiles au Service du Travail Obligatoire en Allemagne Nazie.
                        "2. Contre le scepticisme. Pour la foi, 

                        3. Contre l’apathie. Pour l’enthousiasme, 

                        4. Contre la routine. Pour l’esprit d’initiative, 

                        5. Contre l’influence. Pour le mérite,

                        6. Contre l’individualisme. Pour la société, 

                        7. Contre l’ancienneté. Pour la valeur,

                        8. Contre l’anarchie. Pour la discipline,

                        9. Contre l’égalitarisme. Pour la hiérarchie, 

                        10. Contre la vaine liberté. Pour les vraies libertés,

                        11. Contre la démagogie. Pour la vérité,

                        12. Contre la démocratie. Pour l’autorité,

                        13. Contre le trust. Pour le métier, 

                        14. Contre le capitalisme international. Pour le corporatisme français,

                        15. Contre la tutelle de l’argent, Pour la primauté du travail,

                        16. Contre la condition prolétarienne. Pour la justice sociale,

                        17. Contre la dissidence gaulliste. Pour l’unité française,

                        18. Contre le bolchevisme. Pour le nationalisme, 

                        19. Contre la lèpre juive. Pour la pureté française,

                        20. Contre la franc-maçonnerie païenne. Pour la civilisation chrétienne,

                        21. Contre l’oubli des crimes. Pour le châtiment des coupables."



                      • Gérard Luçon Gerard Lucon 6 avril 2011 15:59

                        je crois surtout que ce que ces bourricots de journalistes appellent la « droite decomplexee » est simplement la droite fascisante

                        et la preuve : beaucoup de proches de naboleon sont des anciens d’Occident et d’Ordre Nouveau


                        • armand armand 6 avril 2011 18:18

                          A l’époque, ceux qui militaient à Occident ou Ordre Nouveau en avaient simplement marre de la mainmise marxiste sur la pensée, et surtout dans les facs.
                          Vous croyez que c’était glorieux de soutenir Mao ou Pol Pot ? Or les anciens maos, bien loin de regretter leur engagement, s’en font une gloire.


                        • Gérard Luçon Gerard Lucon 7 avril 2011 07:16

                          vous soutenez quelque chose de l’ordre du révisionnisme .. par exemple
                          -le PCMLF a-t-il été interdit ? je ne crois pas
                          -Occident et Ordre Nouveau ont été interdits

                          -la main-mise de la pensée marxiste sur les facultés .... et puis quoi encore ! J’ai « fait » l’Université de Marseille Luminy de 70 à 73, il y avait plus d’étudiants dans les calanques qu’aux A.G., et c’était la mafia corse qui tenait la prostitution sur le campus pour les légionnaires de Carpiagne .... quelle main-mise ?

                          vous confondez volontairement les républicains des CDR et SAC avec ces nazillons

                          bref commentaire peu heureux


                        • armand armand 7 avril 2011 11:42

                          Peu importent les interdictions prononcées au gré du ministère.
                          Quant aux expériences de première main, à Paris à cette époque là, froisser un tract mao au contre universitaire de Tolbiac pouvait conduire au lynchage.
                          Alors peut-être qu’à Marseille, avec le soleil, on était plus cool, mais à Paris ça bardait en permanence.


                        • sisyphe sisyphe 10 avril 2011 15:30

                          Par armand (xxx.xxx.xxx.83) 6 avril 18:18

                          A l’époque, ceux qui militaient à Occident ou Ordre Nouveau en avaient simplement marre de la mainmise marxiste sur la pensée

                          Mais bien sûr ! smiley 

                          Rien que de très légitime, en sorte, pas vrai, Armand ? smiley 

                          Alors, au lieu de ta volonté de réécrire l’histoire, on va un peu te rafarîchir la mémoire : 

                          Occident 

                          Durant sa première année d’existence, lorsqu’il est sous l’influence de Pierre Sidos, le mouvement reproduit passivement un classique discours d’extrême droite, venu tout droit des années 1920-1930, où l’on discerne l’héritage de Charles Maurras. Les publications d’Occident dénoncent alors la démocratie, citant Louis-Ferdinand Céline : « Le gouvernement du peuple, pour le peuple, et par la vinasse », et rejettent « le mythe de l’élection », qui doit être remplacé par la « sélection des meilleurs éléments de la communauté populaire, en vue de constituer une nouvelle élite, fondée sur le mérite et les talents ». « Les nationalistes français constituent contre la république maçonnique et ploutocratique le Parti de la Nation française, le Parti de la seconde Révolution française, qui abolira les effets néfastes de la première4.

                          Occident se réfère alors volontiers à l’écrivain Robert Brasillach (fusillé en 1945 pour collaborationnisme), se montre ouvertement raciste, célèbre les vertus du « sang » (« Le sang obsédera toujours l’esprit humain, sang mystique du Christ, sang biologique de la fécondation, sang commun à tous les peuples d’Europe » écrit Occident université, n° 6, 5 mars 1965), exalte l’« ethnie française », et affirme : « Pervers et nuisible sous toutes ses formes, le libéralisme est l’ennemi le plus dangereux du nationalisme ».

                          Le terme « fasciste » n’est pas renié5 : « Dans toutes les démocraties, la jeunesse s’ennuie, et dans toutes les démocraties, il y a des “blousons noirs”. Alors que dans les pays qualifiés de “fascistes”, il n’y en a jamais eu. Cela tient au fait que tout fascisme est l’expression d’un nationalisme, qui seul peut cristalliser la volonté de la jeunesse en un immense élan révolutionnaire ; le nationalisme, c’est la jeunesse au pouvoir. »

                          Rien qu’une réaction bien légitime contre l’emprise de la pensée marxiste, n’est-ce pas, Armand ? 

                           smiley smiley smiley 


                        • morice morice 11 avril 2011 00:35

                          Ici, ça ne fait que 3 ans que je le dis, bientôt quatre...



                          Dans cette campagne 2007, ce qui ressortira dans quelques années, c’est la découverte d’une personne, d’un candidat, qui jusqu’ici paraissait relativement censée, et qui révèle, au fur et à mesure, une étrange personnalité. Personne, -jusqu’à une époque récente - n’aurait pu s’attendre à retrouver chez monsieur Sarkozy le double rajeuni de Pétain ou le clone aseptisé de Jean-Marie Le Pen. Et pourtant, toute sa rhétorique véhicule les mêmes idées et utilise les mêmes mots, mais personne n’y avait prêté véritablement attention, le tout étant noyé dans une hyperactivité médiatique entretenue par le personnage depuis des mois pour faire écran à ces idées nauséabondes.


                          Personne n’a vu non plus que son entourage proche était la clé de sa pensée politique. Or, parmi sa garde rapprochée, on trouve des personnes qui sont loin d’être jeunes, et qui ont un passé plus que sulfureux au sein de l’extrême droite la plus violente. Et pas des théoriciens, des gens ayant déjà porté le casque et manié jadis le bâton. En résumé, les idées extrémistes que vient de tenir et de répéter Nicolas Sarkozy ne sont pas une génération spontanée, c’est plutôt la résurgence d’un vieux fond de commerce entretenu en haut lieu au sein même de son staff. Dans ce sens, il n’y a aucune rupture chez le personnage, contrairement à ce qu’il raconte.

                          Les proches amis du jeune Nicolas, on le constate, ne sont pas des enfants de choeur. Mieux : on ne doit pas être surpris, en 2007, en entendant dans la bouche de leur leader des propos dignes d’un extrémiste de droite « pur jus ». Ces propos, ils les ont toujours tenus, et ce, dès le départ, dès 1972. Gérard Longuet, Patricl Devedjian, Claude Goasgen, trois « conseillers politiques » du premier cercle actuel de François Sarkozy, tous trois arrêtés par la police le 12 janvier 1967 pour l’attaque en règle du campus de la fac de Rouen. Pour mémoire, les jours qui suivirent, Patrick Devidjian eut à subir un passage à tabac de la part de ses « amis », qui le soupçonnaient d’avoir lui-même prévenu les policiers... Tous ses amis actuels semblent avoir oublié l’épisode. Pour beaucoup d’historiens, ce sont les violences répétées d’Occident dans les campus français qui sont aussi à l’origine de Mai 68, en créant un terrain pré-insurectionnel. Aujourd’hui, ce qui est amusant à entendre, c’est l’explication sarkozienne du « laxisme » vis-à-vis des jeunes, qui aurait pour origine cette fameuse pensée de mai 68... Mettre le feu aux poudres, attendre l’explosion, puis clamer partout que cette explosion n’a pas pour origine de la violence, mais un trop grand relâchement face à la montée de cette violence. Ce retournement d’idées est une constante de la pensée fascisante. Mettre le feu pour mieux crier à l’absence de pompier. Générer le chaos pour se plaindre de l’apparition du chaos. Lâcher les loups pour mieux crier au loup. Pour les banlieues, à vous de trouver la phrase.

                          Personne ne se serait donc rendu compte de cette proximité de pensée entre les dires de Nicolas Sarkozy et l’extrême droite ? Pourtant, des signes avant coureurs existaient : elles sont aujourd’hui à rappeler. Lorsqu’en janvier dernier le livre de Nicolas Sarkozy, un de plus, sort en Italie, fort peu remarquent sa préface : elle est pourtant signée Gianfranco Fini, le leader de Alliance Nationale, qui n’est autre que ce qui reste... du MSI déjà cité. Il suffit de se rendre au siège du parti pour s’en rendre compte. On n’y cache pas les bustes du Duce. Bien au contraire, c’est la base même de la décoration du lieu. Ce sont bien des néo-fascistes, terme élégant pour dire qu’ils sont les héritiers direct de ce système frère de l’hitlérisme. Pour mémoire, la flamme tricolore chère à Jean-Marie n’est que la copie de celle du MSI. pour mémoire encore, on a déjà oublié que le véritable mentor de Nicolas Sarkozy, Gérard Longuet, qui s’est fait le plus discret possible durant cette campagne avait déjà organisé celle de... Jean-Louis Tixier-Vignancourt en 1965. Pendant que Longuet bastonnait les colleurs d’affiche concurrents... le directeur de campagne de Tixier-Vignancourt peaufinait les discours, en les relisant... d’un seul œil. C’était... Jean-Marie LePen. Tous se connaissent donc, et bien. Résumé du personnage donné par Charles de Gaulle lui-même : « Tixier-Vignancour, c’est Vichy, la Collaboration, fière d’elle-même, la milice, l’OAS ». Là, tout est dit. Les liens sont évidents. De Gaulle, se retrouve représenté via Nicolas Sarkozy, héritier du mouvement, par des gens qui ont tous trempé dans ce qu’il a le plus combattu. Ce n’est pas le moindre des paradoxes. Mais on comprend mieux l’ire de ceux qui se disent les véritables héritiers du gaullisme. Et pourquoi la visite à Colombey de Nicolas Sarkozy est pour eux une énorme supercherie.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès