Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « UMP : Identité nationale » contre « PS : La France qu’on aime (...)

« UMP : Identité nationale » contre « PS : La France qu’on aime »

Le débat sur l’identité nationale a été officiellement lancé aujourd’hui même par Eric Besson, actuel Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, cette décision suscite pourtant la controverse.

Tout d’abord on peut légitimement s’interroger sur le fait de confier l’organisation d’une telle tâche à Eric Besson, homme au multiples facettes et qui n’a jamais réellement su garder une véritable identité au cours de sa carrière politique.

Les débats seront organisés sur Internet mais aussi par les 100 préfectures et 350 sous-préfectures de notre pays qui, il faut le rappeler sont évidemment toutes liées au gouvernement.

Le fait que Nicolas Sarkozy fasse un discours le 4 décembre prochain sur le même thème prétendu débattu et ceci, à deux mois de la fin de la consultation, pourra également surprendre…

L’UMP nous referait-il le coup de 2007 en tentant de récupérer les voix de l’extrême droite pour les futures élections de mars 2010 ? Selon un récent sondage BVA pour Canal + "64% des Français estiment que l’objectif principal du gouvernement avec le débat sur l’identité nationale correspond ‘avant tout’ à une volonté de mobiliser les électeurs de droite en vue des élections régionales".

A droite, de nombreuses personnalités redoutent des dérapages. Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, estime sur son blog que la question de l’identité nationale a déjà été tranchée en 1872 par Ernest Renan. Pour Christine Boutin, le gouvernement se lance dans un "débat très risqué" qui "ouvre un boulevard à l’extrême droite".

Que se passe t’il à gauche ? Le Parti Socialiste a lui décidé d’aborder le sujet avec une approche totalement différente de la Majorité Présidentielle afin de décider de la France de l’avenir. Une consultation dans toute la France des militants, sympathisants mais aussi des "électrons libres" a été lancée depuis le mois de septembre 2009, afin de définir la "France qu’on aime". Pour Mélanie, militante au Mouvement des Jeunes Socialistes, "la France que propose Nicolas Sarkozy et son gouvernement, on ne l’aime pas, on doit en créer une autre."

Ce sont deux visions radicalement opposées qui s’affrontent sur l’idée de l’avenir de notre pays : "La France, tu l’aimes telle qu’elle est ou tu la quittes" pour l’UMP contre “La France construite ensemble et qu’on aime” du Parti Socialiste.

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 4 novembre 2009 15:03

    Le PS n’aime que lui et ses petits strapontins d’élus locaux , le peuple il s’en tape aussi ,
    on est mal barrés !


    • Traroth Traroth 5 novembre 2009 13:55

      Ramener tous les immigrés à ça, c’est comme ramener tous les Français de souche à ça :

      http://www.dailymotion.com/video/x52yrs_skinheads-du-havre-la-france-aux-fr_news

      On est bien avancé...


    • Louise Louise 4 novembre 2009 16:34

      Il y a en France, comme dans tous les pays, des racistes et des gens qui ne le sont pas, des imbéciles et des intelligents. Les imbéciles se croient toujours supérieurs aux autres, ce qui permet de les reconnaître...

      Je suis française, j’aime mon pays, ce qui ne m’empêche nullement d’aimer des gens qui ne sont pas français !

      Je dois dire que je ne comprends même pas pourquoi ce débat a lieu ?


      • Woland Woland 4 novembre 2009 21:37
        Les imbéciles se croient toujours supérieurs aux autres, ce qui permet de les reconnaître...
        Chère Louise,
        Est-ce que vous pensez être supérieure aux racistes ? Si oui, vous êtes une imbécile reconnue (ce n’est pas moi qui l’écris, c’est vous). Si par contre vous ne prétendez pas être supérieure aux racistes, c’est donc que vous ne valez donc guère mieux qu’eux...

      • Traroth Traroth 5 novembre 2009 13:56

        Et si plutôt que de débattre de Louise vous débattiez de ces arguments ?


      • poseidon 4 novembre 2009 17:27

        Pour qu’il y ait un débat sur l’identité nationale, il faut qu’il y ait une nation. La France noyée dans une Europe uniquement capitaliste qui a détruit nos industries, nos manufactures, notre agriculture etc... La France envahie par des migrants venus de tous horizons sans véritable désir de s’intégrer mais plutôt avec celui de marquer leurs différences. La France avec ces autochtones pour lesquels la vie se résume à un match de foot devant la télé une bière à la main. La France n’est plus que l’illusion d’une nation. A quoi bon un débat, qu’en sortira-t-il ? Rien. Rien + rien = RIEN. Ils faut vous faire une raison habitants de cet ex beau pays, la France n’existe plus. Seul Hercule pouvait nettoyer les écuries d’Augias. Ce n’est pas un débat bidon qui va le faire.


        • PUCK 4 novembre 2009 23:16

          Je cite Charles de Gaulle dans le texte :

          « La France est avant tout un peuple européen ,de race blanche ,de culture grecque et latine et de religion chrétienne » propos recueillis par A.Peyrefitte C’était de Gaulle .

          Croyez vous qu’actuellement ,le MRAP ,la HALDE laisseraient leur auteur impuni ? C’est aussi la faute de telles organisations ,quasiment fascistes ,de vraies polices de la pensée ,que nous sommes si timides pour affirmer notre identité .


          • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 4 novembre 2009 23:25

            C’est hélas vrai. En un peu plus de trente ans, on est passé d’une société de parole libre à une société politiquement correcte de police de la pensée. Toutefois des arrêts récents de la Cour de cassation vont dans le sens du rétablissement de la liberté d’expression.

            L’article 61-1 nouveau de la Constitution devrait permettre l’abrogation des articles Gayssot et Halde (révisionnisme et homophobie) en tant qu’ils portent atteinte à la liberté de conscience.

            http://laconnaissanceouverteetsesdetracteurs.blogspot.com/2009/03/liberte-dexpression-et-politiquement.html


          • Woland Woland 5 novembre 2009 02:37

            Je voudrais également citer une autre phrase du général de Gaulle : 

            « L’Algérie est française et restera française. »

            C’était de Gaulle...

          • projetX projetX 5 novembre 2009 10:08

            C’est visiblement toujours le cas, vu le nombre d’algeriens qui cherche à venir en France.


          • Woland Woland 5 novembre 2009 14:39

            Alors ce serait plutôt : La France est algérienne.... 


          • PUCK 5 novembre 2009 16:31

            @ voland .

            Il y a une grosse différence entre les 2 citations :

            la 1ère est une constatation ,la seconde est un souhait .

            En réalité ,la suite de l’histoire prouve qu’il n’est pas certain que la seconde était un souhait , car le Général a toujours craint que la population arabe de l’Algérie ne submerge la France .


          • Marco Marco 5 novembre 2009 05:43

            Pour reprendre la citation du Général de Gaulle la France c’est un peuple de race blanche et de culture chrétiennne, le jour ou ceci ne sera plus la régle alors la France n’existera plus, point barre.

            C’est comme un blanc qui irait vivre au Japon ou en Chine, il aurait beau s’immiscer dans la culture locale et parler parfaitement la langue, jamais il ne serait considéré comme un vrai Japonnais car tout simplement il ne l’est pas !

            Qu’on accueille quelques étrangers en France pourquoi pas, c’est bien d’avoir aussi - un tout petit peu de diversité - mais à partir du moment ou cette diversité change la composition ethno-culturelle du pays, son substrat biologique, alors je dis non ! car c’est l’identité même de la France qui est menacée !


            • Woland Woland 5 novembre 2009 14:50

              De toute façon, on n’empêchera pas le brassage des populations de se poursuivre à l’échelle planétaire dans les décennies à venir. La notion d’identité nationale va se réduire comme une peau de chagrin. Et rien ne sert d’avoir des regrets.


            • Woland Woland 5 novembre 2009 15:30

              Pour reprendre la citation du Général de Gaulle la France c’est un peuple de race blanche et de culture chrétiennne, le jour ou ceci ne sera plus la régle alors la France n’existera plus

              Si vous regardez les matchs France-Irlande de foot les 14 et 18 novembre, vous comprendrez qu’il y a belle lurette que la France n’existe plus. Et pourtant, dans l’équipe de France, il n’y a pas beaucoup de « diversité » (juste deux ou trois blancs...). Cela n’empêchera pas les Français « de souche » de se passionner pour ce match et d’encourager à tout rompre « leurs » joueurs. Allez y comprendre quelque chose...

            • Marco Marco 5 novembre 2009 16:51

              On empêchera pas non plus la mondialisation, le capitalisme, l’exploitation, la pollution etc. est-ce que cela veut dire qu’il va falloir tout accepter ?

              Bien sûr que non et il va falloir se batte pour empêcher l’inéluctable.

              Le véritable débat politique ne se résume plus entre la droite et la gauche mais entre les mondialistes et les nationaux !


            • Axel de Saint Mauxe Nico 7 novembre 2009 00:05

              Il est évident que si demain 15 000 000 d’afghans déboulent d’un coup en France, l’identité nationale risque d’en prendre un coup ! D’ailleurs, comme il y a la guerre, ils sont tous en danger et nous devrions donc les accueillir. Que fait Kouchner ?

              Trêve de plaisanterie, ce qui compte ce n’est pas l’appartenance à une race quelconque, c’est la transmission de l’héritage.

              La peur actuelle ? Que cet héritage ne soit plus transmis.

              Pourquoi ? Parce que les familles étrangères qui s’installent en France ne le connaissent pas ou peu (ce nest pas de leur faute, surtout lorsque les personnes on fait peu d’études), et ont donc du mal à le transmettre à leurs enfants.

              Et l’école ? A une époque, c’était son job. Elle a transmis l’héritage aux jeunes enfants de belges, luxembougeois, suisses, polonais, italiens, africains, russes, espagnols, portugais etc... Mais depuis la fin des années 60, elle est aux mains des idéologues d’extrême gauche (ou franc-maçons ?). Ce qui explique que non seulement elle ne transmet plus l’héritage, mais elle a pour objectif de DETRUIRE cet héritage.

              Résultat :

              1) des gamins désorientés qui brûlent et chient sur ce qu’incarne pour eux la France (ce qu’on leur a inculqué : français = raciste, colonialiste, génocideur). Comme en plus on a pris soin de ne pas leur apprendre à parler et à se vêtir correctement, ils n’ont aucune chance de trouver un job. Et au cas où ils relèveraient la tête, on les aiguille vers le rap ou le sport. Comme cela nos intellos seront sûr qu’ils foutront le bordel... et pourront passer à la télé pour dire ce qui ne va pas.

              2) les français de souche ont du coup un ressenti de colère contre ces fils/filles d’immigré (ils veulent détruire la France), et surtout ils ont la trouille de voir l’héritage disparaître. Cela génère en plus les préjugés, cause des fameuses discrimination dont la gauche a le toupet de se lamenter (à qui la faute ?)

              Face à cela :

              1) Le mauvais remède : un débat sur l’identité nationale qui pourrait être intéressant mais qui n’aboutira à rien ;

              2) Le bon remède : la remise d’aplomb de notre société, avec ses valeurs ancestrales judéo-chrétiennes, et donc un nettoyage de font en comble de la cervelle de nos élites.

              L’ennemi n’est pas le jeune désorienté qui crame une bagnole, mais bien l’intello de gauche qui veut faire table rase du passé.

              Un conseil : lisez Claude Levi-Strauss, son oeuvre est d’une criante actualité. Etonnant conseil pour le facho réac que je suis !


            • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 7 novembre 2009 00:22

              N’oublions pas les valeurs ancestrales gréco-romaines dont notre langue porte les traces.


            • Axel de Saint Mauxe Nico 7 novembre 2009 00:27

              @ senatus

              Exact, merci de le rappeller.


            • Marco Marco 5 novembre 2009 05:47

              Pour reprendre la citation du Général de Gaulle la France c’est un peuple de race blanche et de culture chrétienne, le jour ou ceci ne sera plus la règle alors la France n’existera plus, c’est tout.

              C’est comme un blanc qui irait vivre au Japon, il aurait beau s’immiscer dans la culture locale et parler parfaitement la langue, jamais il ne serait considéré comme un vrai Japonnais car tout simplement il ne l’est pas !

              Qu’on accueille quelques étrangers en France pourquoi pas, c’est bien d’avoir aussi - un tout petit peu de diversité - mais à partir du moment ou cette diversité change la composition ethno-culturelle du pays, son substrat biologique, alors je dis non ! car c’est l’identité même de la France qui est menacée !


              • projetX projetX 5 novembre 2009 10:07

                « “La France construite ensemble et qu’on aime” »

                C’est la même qu’on voit dans les cités ou dans les transports en commun ?
                C’est la même que j’ai vu au centre commercial hier avec son voile ou sa burka noire ?

                Dans ce cas, je ne l’aime pas non plus !


                • Traroth Traroth 5 novembre 2009 13:59

                  Burqa, casquette Ricard... Il y a comme un air de ressemblance.


                • foufouille foufouille 5 novembre 2009 11:00

                  la france et ses bureaucrates debiles, ses flics faineant qui defende le « bourgeois », ses juges qui font de meme
                  ses HLM pourri qui engraissent les copains, son parti unique, ses taxes, etc
                  et en tout dernier, on peut mettre les pas mois de sursisblancs
                  (apprenti gendarme qui ecrase un gamin : 18 mois de sursis --------- citoyen qui ecrase un gendarme : 30a ferme )


                  • Axel de Saint Mauxe Nico 5 novembre 2009 13:10

                    @ l’auteur

                    A gauche la bonne France, à droite la mauvaise ? Eh bien je le dis clairement à l’auteur, je suis du côté de la France de droite.

                    Et si l’on a aujourdhui hélas ce type de débat, c’est bien à cause des errements d’une certaine gauche qui a tout fait dans les années 80-90 pour attiser les braises du Front National, en dénigrant systématiquement tout ce qui fait la France depuis 2000 ans.

                    Alors « la France que l’on aime » du PS, droit de l’hommiste et anti-chrétienne, je ne l’aime pas.


                    • Traroth Traroth 5 novembre 2009 13:45

                      « je suis du côté de la France de droite » : Ah ? Et vous faites partie des riches ou des gogos ? Parce qu’à droite, il n’y a que ça : des riches et des gogos.

                      « en dénigrant systématiquement tout ce qui fait la France depuis 2000 ans » : Mais de quoi parlez-vous ? La France qu’on aime, c’est celle de Voltaire et de Montequieu. Laval, on vous le laisse.

                      « droit de l’hommiste » : Parfaitement !

                      « anti-chrétienne » : Vous êtes un gogo, donc. Après avoir été arnaqué par l’église pendant 2000 ans, certains n’ont toujours pas compris. Vous comptez brûler qui, cette semaine ?


                    • foufouille foufouille 5 novembre 2009 14:50

                      le nico est donc du cote des pigeons, des taxes, des magouilles, des ministre touriste sexuel .........


                    • Axel de Saint Mauxe Nico 6 novembre 2009 23:22

                      Savez-vous chers amis qu’être de droite ne signifie pas être sarkozyste, ne signifie pas être nazi non plus ?

                      Difficile à comprendre pour des gens de gauche.

                      Normal ! dans la pensée dichotomique française, tout ce qui n’est pas à gauche est à droite. Comme je ne suis pas de gauche, je suis de droite.

                      Les gars ! « la gauche n’a pas le monopole du coeur ! »

                      Je ne suis pas plus riche que vous, en revanche j’ai tout fait et je fais tout pour améliorer mon ordinaire. J’aurai pu faire mieux, mais je ne me lamente pas sur mon sort comme certains ici.


                    • Axel de Saint Mauxe Nico 6 novembre 2009 23:26

                      Cher foufouille,

                      Votre commentaire infect est à la limite de la diffamation.


                    • Traroth Traroth 5 novembre 2009 13:40

                      « La France, tu l’aimes telle qu’elle est ou tu la quittes » : Je n’ai pas d’ordre à recevoir de l’UMP. Pour qui se prend cette bande de réactionnaires ?

                      Aux armes, citoyens !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

nicolasgazola


Voir ses articles







Palmarès