Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > UMP, jusqu’ici rien ne va plus !

UMP, jusqu’ici rien ne va plus !

L’actualité récente l’atteste : l’UMP montre chaque jour un peu plus des signes de très graves lézardes internes. A tel point que pourrait s’inverser la logique de division interne profitable au camp opposé qui, tant de fois, fut le propre du parti socialiste. Mais à vivre ainsi l’UMP prend certes le risque de la défaite pour 2012, mais elle atteste, surtout, d’un échec à exister en tant que parti viable de plus en plus patent.

Les récents propos de Pierre Charon au sujet de Chantal Jouanno ont créé la polémique non pas tant pour ce qu’ils contenaient de violence propre à l’acte politique que pour ce qu’ils sous-entendaient de graveleux ou de malhonnête.

Mais derrière les propos « d’un mec bien et drole qui a, sur ce coup là, été trop loin », comme le dit Eric Raoult, se cache un malaise bien plus profond : celui des divisions de plus en plus béantes à l’intérieur de l’UMP.

Car Charon tenait ses propos en réponse à la liste dissidente qu’il présente à Paris pour les prochaines sénatoriales. Cette option répondant à l’initiative du sénateur sortant des Hauts-de-Seine, Jacques Gautier, lui aussi momentanément exclue de l’UMP pour avoir monté une liste dissidente dans son département.

Il y a moins de quatre mois certains des plus modérés du parti, Rama Yade et Yves Jégo, s’excluaient du parti pour se lancer dans la vraie-fausse velléité d’indépendance de Jean-Louis Borloo.

Un parti en prise avec ses divisions internes

Preuve d’un UMP accélérant sa déliquescence sous les prises de position de plus en plus droitière de son secrétaire générale Jean-François Coppé. Les failles sont devenues tellement nombreuses qu’on peut même voir, de l’extérieur, les différentes forces en présence à l’œuvre dans cette guerre civile, sourde et violente, qui se déchaine chaque jour un peu plus.

D’un coté la frange conservatrice dite « populaire » que rejoignent souvent les « copéistes » de « Génération France ». Face à eux des franges moins droitières qui se piquent d’un peu de social et d’humanisme. Citons, par exemple, Xavier Bertrand ou François Fillon, mais citons surtout les jeunes loups que sont Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet.

Penchant pour les rivalités, le débat et l’affrontement des idées propre à n’importe quel parti ? Oui, à coup sûr. Mais, en ce qui concerne l’UMP il s’agit surtout d’un retour du refoulé et d’un rappel à l’évolution inéluctable des choses.

Le refoulé c’est celui d’un parti dont Nicolas Sarkozy lui-même ne voulait et qu’il a fini par prendre en main pour l’instrumentaliser à son propre avenir. Retirez à l’UMP le contexte possible de son unité ; c’est-à-dire le cadre d’une campagne électorale où il faut faire triompher le chef, et le parti se retrouve comme contraint d’exister à vide. Preuve d’une suite de tensions à l’UMP au moins autant le fait des jeux d’égo que du fait d’être à quatre ans de leur dernière victoire présidentielle et à un an de la prochaine élection.

L’inéluctable c’est celui d’un parti construit en réponse aux divisions inhérentes de la droite française, tel que René Rémond l’avait théorisé. Mais l’inéluctable c’est aussi les conséquences de la gestion du parti par l’actuelle direction. Jusqu’à très récemment la ligne idéologique du parti convenait à toutes les tendances ; qu’elles soient libérales, radicales, centristes, voire « néo-gaulliste ». Entente que la ligne coppéiste, obsédée par son affrontement avec Fillon et la présidentielle de …2017 semble ne plus tenir pour impérative.

En attentant le FN attend, tapi dans l’ombre, l’explosion de la droite pour tacher de récupérer les éléments les plus droitiers et « fn-compatibles » de l’UMP. C’est en tout cas le grand espoir de Bruno Gollnich et Marine Le Pen.

http://www.france24.com/fr/20110907-chantal-jouanno-charon-indigne-dommage-den-arriver

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110907.OBS9919/pierre-charon-s-insurge-contre-un-detournement-de-ses-propos.html

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Pierre-Charon-candidat-UMP-dissident-aux-senatoriales-a-Paris-bientot-expulse-de-l-UMP-384827/

http://www.politis.fr/La-rentree-chaotique-de-l-UMP,15154.html

http://www.europe1.fr/Politique/L-UMP-dans-la-tourmente-de-la-division-E1-701541/

 

Grégory VUIBOUT le 08-09-2011


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Yvance77 8 septembre 2011 16:04

    Salut,

    Ce que je salue en vous ce sont les efforts méritoires que vous menez afin de comprendre ce parti de merde.

    Pour ma part c’est exclu, j’ai juste envie qu’en 2012 et 2017 nous tirons la chasse. Ni Sarko ni Copette et encore moins le cortège de salauds qui sont dans ce ramassis réac...


    • lerescator lerescator 8 septembre 2011 19:03

      Et pan , Alors là j’ applaudie et de toutes mes forces . On aura besoin de bras en 2012 pour remonter les guillotines .


    • Fergus Fergus 8 septembre 2011 16:24

      Bonjour, Grégory.

      Depuis le discours de Grenoble et la mise en lumière de la véritable nature de Sarkozy et de son entourage proche, l’explosion de l’UMP était inévitable. Les profondes divisions qui ont marqué l’Université d’été, moment pourtant privilégié d’affichage de l’unité, fût-elle de façade, montrent que cette explosion, prévisible après la présidentielle, pourrait bien intervenir avant celle-ci. Sutout si les sondages continuent d’être mauvais pour Sarkozy. On pourrait alors voir se reformer l’ex-UDF dans le cadre d’un sauve-qui-peut général tandis que la Droite populaire pourrait se tourner vers le FN pour des alliances aux législatives.

      Quant à Sarkozy, il disparaîtrait dans les poubelles de l’Histoire, au côté des pires chefs d’Etat qu’aient connus les démocraties occidentales...


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 septembre 2011 17:27

        Je tiens à souligner la performance de l’auteur qui est parvenu à rédiger un article sur l’UMP sans employer le moindre gros mot ou la moindre invective. Personnellement je n’y serais pas arrivé.

         smiley


        • jaja jaja 8 septembre 2011 18:12

          Calmos note que c’est SUD qui une fois encore mène la bataille contre ce syndicat patronal. De tous temps il a fallu se débarrasser de ces sous-merdes dont les directions d’entreprises aiment s’entourer... parfois même à coups de barres de fer et de boulons comme à Poissy à l’époque de la CFT-CSL......  smiley


        • lebreton 9 septembre 2011 00:39

          pov con !!!!!!!!!!pollueur !!!!!!!!!!!!


        • hacheii 8 septembre 2011 18:51

          A propos de réactionnaire, il faudrait vous mettre à la page, un réactionnaire c’est quelqu’un qui réagit ( réaction) contre un changement qu’il ne veut pas.
          .
          Le FN veut que les choses changent, il ne peut être taxer de réactionnaire ..
          .
          La gauche ne veut évidemment pas que les choses changent, elle veut le maintien du bipartisme, et Martine et Flanby considèrent que maintenant, c’est leur tour, c’est à eux d’être au pouvoir ....

          Mais c’est sûr la gôche c’est tellement mieux que la droite ...


          • mojique mojique 8 septembre 2011 19:26

            Réactionnaire c’est quelqu’un qui est contre toute idée qui sort de la doxa, de tout comportement qui ne correspond pas à un certain classicisme. Réactionnaire est celui qui réagit contre tout progrès .


          • mojique mojique 8 septembre 2011 19:24

            Je n’ai aucune raison de voter UMP.


            • goc goc 8 septembre 2011 19:55

              moi j’attends avec délectation les élections législatives qui suivront les présidentielles, car ce sera une foire d’empoigne avec des listes dissidentes partout, surtout si nabot1er est viré dès le premier tour.
              On peut même penser que certains préparent déjà cette échéance en positionnant leurs pions

              ce ne sera pas une explosion de l’ump, mais une super-nova avec un trou noir en son centre


              • fredleborgne fredleborgne 8 septembre 2011 20:00

                Aucune des tendances de l’UMP décrites dans cet article ne mérite la moindre considération. Ils sont tous coupables de trahison, ainsi que le PS, vis à vis de la population française. Ces « professionnels de la ripoublique » mentent depuis des années et régalent les copains aux frais du peuple.

                Seul Bayrou a eu le courage de ne pas se goinfrer aux mangeoires droitistes et aux râteliers des industriels, et on sait ce que cela lui en a coûté.

                Que fiche cependant l’extrème gauche qui ne parvient pas à se renover et s’unir avec les verts pour une démocratie sans clivage gauche-droite mais plus citoyenne ? On se le demande.

                Je ne crois pas non plus à la révolution. Malgré ses défauts, Pôle Emploi est l’instrument du clientélisme à la française et ceux qui ont un emploindans le privé ou le public sont encore prêt à se serrer la ceinture, en espérant que plus affamé qu’eux fassent le boulot à leur place.

                La minabilité est générale, chacun protégeant ses miches comme il peut. Quant aux désespérés, toujours plus nombreux, ils se jettent du haut d’un pont, avalent des médicaments enrichissant au passage les labos Serviers et consorts, ou finissent en poivrots, junkies et autres pourritures au lieu d’attendre que la vieillesse se charge de leur coller de la merde au cul.

                100 000 internautes hurleurs n’y pourront rien. L’argent a pourri l’homme


                • Gandalf Claude Simon 8 septembre 2011 21:57

                  Non, franchement, si Copé ose entrevoir l’espoir de briguer une quelconque présidentielle, c’est vraiment qu’il prend les français pour des demeurés profonds.


                  • dhbasse dhbasse 9 septembre 2011 11:15

                    en même temps au baromètre mensuel sofres, il est à 20 % de cote de popularité...
                    finalement y’a p’t’être quand même des demeurés profonds en France... smiley


                  • arobase 8 septembre 2011 22:52

                    non non l’espoir est ailleurs, dans un parti qui choisi des candidats aux élections locales en ne connaissant que leur nom. rien que leur photo auraint dû dissuader une présidente attentive ! :

                    lu sur le fil à coté :

                     « Trois jours après l’expulsion d’Alexandre Gabriac, ex-candidat fn aux cantonales à Grenoble et conseiller régional Rhône-Alpes, photographié en train d’effectuer ce devant un drapeau nazi, »
                    « Jean-Baptiste Cordier, candidat FN dans le canton de Soulaines, a été photographié en compagnie de néonazis opérant un salut hitlérien. voir ici la photo.

                    à voir la gueule du candidat fn, je me demande s’il sait lire et écrire. les futurs députés fn seront du même acabit ?

                    Mr calmos aurait-il voté pour ces gens ? 

                    pourquoi mme lepen n’est pas capable de choisir ses candidats sans d’abord savoir de qui il s’agit pour les exclure ensuite ?

                    si elle devait gérer la France comme elle gère son parti, c’est grave ! 

                    • 65beve 8 septembre 2011 23:14

                      et comme la musique adoucit les moeurs :

                      http://www.dailymotion.com/video/x6bld8_jecris-ton-nom-ump

                      bonne nuit


                      • hacheii 9 septembre 2011 10:36

                        Un réactionnaire c’est un type qui s’accroche à ses droits acquis comme la moule s’accroche à son rocher, comme le bourgeois s’accroche à sa rente.
                        .
                        Un réactionnaire c’est un fonctionnaire qui considère son salaire comme un dû, une rente à vie que DOIT lui verser l’état, la collectivité. C’est un type qui refuse tout changement par rapport à la situation actuelle. Fonctionnaire et petit bourgeois c’est synonyme d’ailleurs.
                        .
                        Les fonctionnaires qui ne subissent pas la crise, dont le salaire est assuré à vie, qui peuvent contracter tous les crédits qu’ils veulent, qui ont un tas d’avantages du fait d’être fonctionnaire ; et qui ne veulent pas que ça change sont des réactionnaires. Ils s’opposent au changement. C’est ça qui est odieux parce que les gens qui ne sont pas fonctionnaires mais qui travaillent pour les nourrir, puisque les fonctionnaires ne produisent rien, ceux-là subissent la crise de plein fouet, insécurité, chômage, immigrés débiles, salaires en baisse, conditions de vie dégradée, mais la gauche ne veut pas que cette situation change, elle s’y oppose de toutes ses forces, elle dans la réaction à tout changement.
                        Mais comme les gauchistes sont des extrémistes binaires, il n’y a que deux camps pour eux : camp, le camp du bien ; et le camp des autres : celui des salauds ; Et qu’ils considèrent que le progrès c’est ce qu’ils veulent eux, l’avis ou l’opinion ou la volonté ou l’intérêt des autres ne comptant pour rien pour eux, en bons faschistes qu’ils sont ; Quiconque n’est pas de leur avis, de leur coté est au choix, un salaud, un imbécile, un nazi un fasciste, un réactionnaire, un raciste, un silamophobe pour morice e c t
                        .
                        La gauche c’est un ensemble grouillant de désaxés, de misfit, de détraqués extrémistes binaires, simplistes et fanatiques ...


                        • dhbasse dhbasse 9 septembre 2011 12:18

                          2ème degré ?
                          3ème degré ?
                          encore plus ?


                        • 65beve 9 septembre 2011 11:56

                          hachel,

                          « La gauche c’est un ensemble grouillant de désaxés, de misfit, de détraqués extrémistes binaires, simplistes et fanatiques ... »

                          Calmos peut regarder tranquillement la coupe du monde ; vous le remplacez très bien.

                          cdlt


                          • arobase 9 septembre 2011 12:59

                            et c’est pas peu dire


                            • eric 9 septembre 2011 16:03

                              A l’auteur : Il me semble que vous sous estimez les divisions internes aux droites mais surestimez leurs conséquences. Vous ne devez pas connaitre tous cela de l’interieur.

                              D’accord, il y a comme vous le dites le débat démocratique normal au sein d’un parti. Il y a aussi comme dans toute organisation les querelles de personne. En politique, le vrai ennemi, c’est le collègue, parce que c’est avec lui qu’on partage les places. Mais cela c’est vrai partout.
                              Il y a enfin qu’avec de 55 a 60% d’intentions de vote au premier tour, total partis de droite, il y a de quoi susciter des ambitions. Fonctionnellement il devrait y avoir plus de divisions a droite qu’a gauche. Celle ci, sociologiquement minoritaire devrait au contraire être unie, au moins le temps des élections, contre l’ennemi commun.
                              Mais la n’est pas l’essentiel

                              Dans une réunion de droite, en général, sur a peu prêt n’importe quel sujet précis, il y a toutes les opinions possibles et imaginables. Il y a peu d’idéologie et surtout peu de ligne générale.
                              Les gens arrivent a se fritter assez énergiquement. Il y a des horizons plus ou moins communs, mais ensuite, tout est discutable et négociable. Et après la castagne, tous le monde se retrouve copain au resto. Troisième mi temps
                              Car philosophiquement, être a droite, c’est considérer que la politique est un aspect de la vie, la gestion du vivre ensemble, pas un élément de définition existentiel de sa propre identité comme a gauche. Donc, les controverses n’ont pas le même caractère de gravite quasi religieux.
                              SI votre sous tendance perd dans un débat, a droite, c’est comme si vous aviez perdu un matche de foot, dommage mais pas mortel. A gauche, c’est comme si la vérité vous échappait, puisque les positions sont toujours plus ou moins « scientifiques ». Tout est beaucoup plus passionnel. A droite l’impératif d’efficacité, gagner les élections, éviter a notre pays une nouvelle épreuve de gauche en temps de crise, est beaucoup plus important, que les nuances dans les opinions. A gauche, on peut arriver a se battre a mort entre candidats d’une même sous tendance parce que c’est le monopole de « la vérité » qui est en jeu, et pas l’efficacité.
                              A gauche, on peut se mettre de soi même en dehors du parti, a droite, c’est plus difficile...

                              Les droites on fait la preuve de leur capacité a perdre des élections pour de querelles sur des nuances, mais elles ont aussi appris. La gauche a réussi une fois ou deux historiquement a s’unir suffisamment pour surmonter son caractère minoritaire mais ne semble pas avoir vraiment tire les enseignement de ces épisodes.

                              C’est bien pourquoi, sur le plan tactique, la seule chance de victoire de la gauche résiderait dans des conflits accrus a droite, et il est de bonne guerre de chercher a y contribuer. Mais je pense qu’en période de crise, l’électorat de droite assumera malgré tout ses responsabilité vis a vis du pays. J’allais dire comme d’habitude.....


                              • 65beve 10 septembre 2011 10:04

                                Eric,

                                Pour résumer,
                                La Gauche utilise l’Etat pour réguler les ambitions du chacun pour soi.
                                La droite utilise le fric et la déconstruction de l’Etat. (Je privatise et l’argent va aux copains du Fouquet’s).
                                On a bien compris que dans tous les camps, c’est la règle du « pousse toi de là que je m’y mette ».
                                La droite actuelle a échoué et le jeu de l’alternance voudrait que ce soit la gauche rose pâle qui arrive au pouvoir pour nous sortir du merdier.
                                Perso, je tiens davantage pour la gauche rouge, mais faut pas rêver, ou bien rêver jusqu’au deuxième tour des législatives.

                                cdlt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès