Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > UMP : Le prochain médiateur sera-t-il Sarkozy ?

UMP : Le prochain médiateur sera-t-il Sarkozy ?

La guerre ! Pourrait-on dire, Jean-François Copé et François Fillon, ont franchi une autre étape, ils ont refusé la médiation d’Alain Juppé. Les destins politiques semblent prendre un sacré dessus sur la cohésion du parti, dans ce combat épique, entre deux grosses cylindrées de la droite. Cette bataille fratricide, va laisser soit l’une, soit l’autre partie groggy sur l’asphalte. Chacun dans sa logique, croit détenir la vérité, la raison, la clairvoyance nécessaire, pour conduire les destinées de la droite à la présidentielle de 2017.

  Poker menteur

Après l’échec de la médiation Juppé, quelle bérézina ! Pour l’Ump, quelle honte ! La majorité vole en éclats. Part en quenouille, François Fillon et Jean-François s'enfoncent dans l'impopularité, la droite plonge, la tension grimpe, les rapports entre camarades d’hier se dégradent ; l’opposition n'est pas la force démocratique que l'on disait…

Et voilà que ces champions de l'UMP, vont se tourner vers les juridictions civiles pour clore leur feuilleton pitoyable. Copé, fort du soutien de l’aile sarkozyste du parti se sent comme subjuguer par une volonté messianique de diriger entre parenthèse l’Ump, en attendant, son éventuelle consécration en 2017 ! Aveuglé par cette frénésie, et jouant lui-même pour sa place, il démontre à plus d’un titre, en refusant les propositions d’Alain Juppé, qu’il a beaucoup de choses à se reprocher.

Si Copé semble incarner la légalité institutionnelle ; et comme tout le monde le sait, et lui-même en premier, que son élection est entachée d’irrégularités, il ne peut que se cramponner à ses convictions. Il refuse ainsi aux militants, aux sympathisants de l’UMP et aux millions de Français de connaître la vérité. Les deux champions frustrent ceux qui espèrent encore en la politique, ceux qui croient aux valeurs républicaines, fondées sur l’égalité et la justice. Ils tendent à faire croire que la droite conservatrice, est système paternaliste, reposant sur la cooptation et le népotisme. Copé, en tant que secrétaire du parti, et organisateur du scrutin, par son obstination à se cramponner sur ses positions, en réfutant un arbitrage neutre, démontre combien toutes les commissions du parti lui étaient inféodées. Le pitoyable théâtre auquel nous assistons, prouve que ceux qui voudraient nous diriger demain, ne tiennent pas compte de nous, ils nous insultent, et méprisent notre capacité d’analyse et notre intelligence.

  Le début de la fin

Toutefois, si le «  coup de poker  », réussi par Copé a été gagnant, il faut savoir ensuite l’assumer, c’est-à-dire en respectant les électeurs. Ce fut le cas, dans une autre démocratie, les USA, quand le doute subsista entre Algore et Bush, on recompta les voix. En France, dans plusieurs élections où les doutes furent émis, et surtout quand l’écart est serré, à défaut d’une commission ad hoc, pour le recomptage des voix, on reprend le scrutin.

Jean-François Copé, lui, semble avoir beaucoup plus de mal à convaincre sur sa sincérité. Les formules éculées telles que : le résultat à la «  présidence de l’Ump » devra s’appliquer, dans «  le respect des instances du parti », ne font pas recette. Il a démontré sa gêne. Il a exhibé publiquement son absence de conviction, d’engagement pour une élection qu’il a remportée. La transparence, n’est pas sienne. Elle n’est pas de son éducation, de sa culture, de sa mentalité, de «  sa démocratie ». Elle lui est tellement étrangère que Copé semble même compatir aujourd’hui avec les réfractaires de sa commission de recours  !

Le mieux est désormais pour l’un et l’autre, et surtout pour l’avenir de leur parti, de déposer les armes et d’accepter une commission non partisane, pour dénouer l’imbroglio qui mine leurs deux personnalités. Comme les Atrides, ils vont s’empaler, l’un sur l’autre, avec pour dommage collatéral, la démocratie. En tout cas, une chose est sûre, l’Ump, n’est pas un parti de démocrates. Que Copé, nous prouve le contraire. A contrario, malgré ses ennuis judiciaires, que Sarkozy propose sa médiation

Aimé Mathurin Moussy


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Mwana Mikombo 26 novembre 2012 12:05

    @l’auteur

    « Le prochain médiateur sera t-il Sarkozy ? »

    La meilleure solution pour résoudre la crise dans l’UMP land est très simple. C’est la solution que l’UMP, avec Sarkozy et Fillon, ont appliqué en Côte d’Ivoire pour départager Laurent Gbagbo, le président sortant et son rival, ancien premier ministre de l’ancien régime. La logique, non seulement de ce parti, mais de la politique Française, voudrait donc qu’il y ait une intervention militaire extérieure pour départager les deux rivaux.

    En effet, pour les spectateurs extérieurs et désintéressés comme nous, la dispute entre Jean François Copé et François Fillon ressemble au conflit en Côte d’Ivoire entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. Copé, président sortant, c’est Laurent Gbagbo et Fillon, ancien premier ministre de Sarkozy, c’est Ouattara. Copé, président sortant s’appui comme Gbagbo sur la légitimité constitutionnelle du parti. Fillon s’appui sur la loi extérieure au Parti, en quelque sorte sur la Communauté Internationale.

    A mon avis, sur le plan de la légalité, Jean François Copé a pleinement raison et mérite de rester à son poste. Sinon, à quoi servent les statuts d’une association ou d’un parti politique s’il faut les mettre à la poubelle au moment de résoudre les conflits qui y sont prévus et traités ? C’est ni plus ni moins du putschisme.

    Fillon aura peut-être le soutient de l’extérieur, c’est-à-dire du pouvoir socialiste gérant l’Etat, qui, par le biais de la justice (un peu comme l’ONU) choisira probablement d’appuyer Fillon en envoyant la Force Licorne débarquer Copé et son épouse pour aller les boucler à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Au passage, la Force Licorne envoyée par Hollande laissera des milliers de morts dans l’UMP land. C’est d’ailleurs cette solution que Fillon et son mentor Sarko avaient appliqué en Côte d’Ivoire. Comme quoi l’Histoire peut se répéter en se retournant sur ses acteurs.


    • Txotxock Txotxock 26 novembre 2012 12:17

      Non, il faut nous laisser profiter du spectacle bordélique de l’UMP, on a largement payé avant pour en profiter.


      • Mwana Mikombo 26 novembre 2012 16:04

        Mes dames, mes demoiselles, messieurs !

        Voici le Journal !

        Tout d’abord, sachez que les informations suivantes sont à prendre au conditionnel, en tout cas doivent encore être vérifiées. Elles viennent juste de tomber sur notre rédaction.

        La République barbare de la Sarkoland est toujours en proie aux massacres inter-ethniques encouragés par le dictateur non démocratique Jean François Copé qui s’accroche aux pouvoir malgré le désaveu infligé par son peuple suite à l’élection organisée par lui sous les auspices de l’ONU. Il paraîtrait que Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères, à la diligence de François Hollande, président de la république métropolitaine, de Ban Ki-Moun, Secrétaire Général de l’ONU et Barack Obama président de l’ONU, se présentera cette nuit au Conseil de sécurité de l’ONU, pour obtenir le mandat autorisant une intervention militaire à la Sarkoland pour sauver le peuple sarkolandais menacé de génocide par le dictateur non démocratique Copé. La Force Licorne est déjà positionnée sur les toits des immeubles, assistée par la Force de l’ONU-Sarkoland qui entraine les commandos invisibles pro-Fillon opérant dans les quartiers de la Sarkoland depuis deux semaines. Le Chef de l’Etat, Hollande a déjà sommé Copé et son épouse de quitter le pouvoir sans délai. Faute de quoi, ils s’exposent à finir le restant de leurs jours aux arrêts à Fleury-Mérogis pour crime contre l’Humanité car l’intervention de la Licorne et des forces de l’ONU-Sarkoland laissera un vaste champ de morts sur le terrain.

        Encore une fois, n’oubliez surtout pas de vérifier ces informations de dernière minute.


        • sylvie 26 novembre 2012 17:38

          Vous pensez qu’ils seraient capables de préparer un deuxième echec de suite ??? je prépare le champagne...


          • Michel DROUET Michel DROUET 26 novembre 2012 18:07

            Il ne peut pas être médiateur dans la mesure où il n’a pas renoncé à revenir en politique et à se présenter en 2017.

            A la place de Copé, je declinerai une telle initiative qui s’apparenterait au baiser de la mort.


            • Fergus Fergus 27 novembre 2012 09:53

              Bonjour, Michel.

              Copé a de toute façon perdu car il est probable qu’un nouveau vote va intervenir qu’il ne pourra outrageusement magouiller avec des procurations massives et frauduleuses. Mais s’il devait quand même rester aux commandes, il aurait également perdu car sa légitimité serait nulle.

              Fillon a de toute façon perdu car s’il semble avoir moins triché que son adversaire, ses déclarations assassines (mafia) ont largement contribué au pourrissement de l’UMP. Qui peut croire qu’un type comme lui, hypocrite et vindicatif, puisse un jour briguer la, présidence du pays ?

              Sarkozy a perdu car il est au moins co-responsable de cet épisode lamentable, lui qui n’a cessé, depuis 8 ans, de cliver dans son propre parti en affichant une unité de façade unqiuement basée sur sa propre réussite et pas sur la modernisation du parti. Qui plus, même ses proches amis soutiens de Copé, à l’image de Balkany et Morano, lui tournent le dos comme s’il n’était plus qu’un ectoplasme sans pouvoir.

              UMP, son univers impitoyable, et surtout pitoyable !


            • katakakito 27 novembre 2012 09:03

              .
              Pour premier médiateur, l’UMP a choisi un élu qui a déjà été condamné.
              Maintenant elle se tournerait vers un autre qui a des ennuis judiciaires.

               Étonnante la moralité de ce parti.


              • Fergus Fergus 27 novembre 2012 09:58

                Bonjour, Kakakakito.

                Qui plus est, le patron de la Commission de recours, copéiste de la tête aux pieds, est lui même poursuivi en justice ; deux ans de prison avec sursis et deux ans d’inégiblté ont été requis contre lui. Ajoutons à cela que l’un des copéistes le plus présent dans les médias est l’ex- délinquant condamné Patrick Balkany. Un grand bravo à l’UMP de Copé !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

UMP


Palmarès