Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > UMP : le scalpel tranchant de Bernard Debré

UMP : le scalpel tranchant de Bernard Debré

Sur fond de scandales financiers et de divisions internes, l’UMP vit des heures difficiles pour se trouver dans quelques mois un nouveau président et un candidat à l’élection présidentielle de 2017 capable de convaincre la majorité des électeurs.

Dans la classe politique, il est un homme, parmi d’autres, qui n’hésite pas à dire tout haut ce qu’il pense, au risque parfois de choquer et de créer quelques polémiques, comme lors de sa réaction très dure au moment de l’arrestation rocambolesque de Dominique Strauss-Kahn à New York. Il s’agit de Bernard Debré, député du 16e arrondissement de Paris, qui va fêter dans trois mois ses 70 ans.

Son indépendance de ton n’est pas nouvelle et a une raison : la politique, ce n’est pas son métier. Il est d’abord médecin, chirurgien, spécialiste en urologie, professeur des universités à 36 ans, membre du Comité d’éthique à 42 ans, chef d’un service hospitalier à 46 ans. C’est dans son service que le Président François Mitterrand fut opéré pour sa maladie. La médecine, c’est sa famille aussi. Son grand-père était le professeur Robert Debré (1882-1978), le célèbre fondateur de la pédiatrie moderne et inspirateur des CHU (centres hospitaliers universitaires).

Mais la politique, il l’a aussi dans la peau. C’est familial aussi. C’est un peu comme les Jeanneney ou les Joxe, les Debré sont de grands républicains. Son père Michel Debré (1912-1996) fut Ministre de la Justice qui rédigea la Constitution il y a cinquante-six ans et le premier Premier Ministre du Général De Gaulle. Son frère (faux) jumeau, Jean-Louis Debré, docteur en droit, ancien juge d’instruction, ancien Ministre de l’Intérieur, ancien Président de l’Assemblée Nationale, est l’actuel Président du Conseil Constitutionnel (jusqu’en février 2016). Et il a aussi une belle-sœur, Isabelle Debré, qui est sénatrice des Hauts-de-Seine depuis 2004 et adjointe à Vanves.

yartiDebreBernard04


Alors que Jean-Louis Debré (son frère) était un fidèle grognard de Jacques Chirac, le suivant dans la traversée du désert balladurien et récompensé par de hautes responsabilités par la suite, Bernard Debré a toujours été un peu indiscipliné, du moins, un peu dissipé.

Député d’Indre-et-Loire de mars 1986 à décembre 1994, maire d’Amboise de décembre 1992 à mars 2001 (son père l’a aussi été de 1966 à 1989), il s’est "rapatrié" à Paris, en se faisant élire député du 16e arrondissement le 27 juin 2004 à l’occasion d’une élection partielle (et réélire par la suite deux fois) et conseiller de Paris depuis mars 2008 (il avait cherché à diriger les listes UMP à Paris à la place de Françoise de Panafieu, puis a échoué également pour être maire du 16e arrondissement). Élu UMP, il avait pris l’étiquette RPR (comme son frère) puis UDF lorsqu’il s’était retrouvé en difficulté d’investiture aux législatives de 1993.

Le Premier Ministre Édouard Balladur l’avait finalement choisi comme Ministre de la Coopération du 12 novembre 1994 au 18 mai 1995 pour remplacer Michel Roussin qui allait être mis en examen dans l’affaire des HLM de la ville de Paris (qui a finalement abouti à un non-lieu).

Auteur d’une vingtaine d’essais, sur la médecine ou sur la politique, Bernard Debré a suscité une polémique en publiant le 18 octobre 2012 avec le pneumologue Philippe Even (un médecin qui avait réfuté l’idée que le tabagisme passif était dangereux avant que des études sérieuses ne prouvassent le contraire) son "Guide des 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux" (éd. Le Cherche Midi), ce qui lui a valu en 2014 une interdiction d’exercer la médecine pendant d’une année par l’Ordre des médecins.

yartiDebreBernard05


Peut-être d’ailleurs que son tempérament à réagir à chaud lui a fait prononcer des paroles qui ont dépassé sa pensée (c’est le problème des chaînes d’information continue en surréagissant aux réactions), ce fut le cas, comme je l’ai indiqué, lors de l’affaire DSK avec des propos qu’il avait regrettés quelques jours plus tard. Ce n’est sans doute pas pour rien qu’il est un invité régulier dans l’émission "Les Grandes Gueules" sur RMC.

La semaine dernière, il était l’invité de France 5 le mercredi 18 juin 2014 (un anniversaire particulier pour les gaullistes) dans une émission à moitié sérieuse à moitié people ("C à vous", émission animée par Anne-Sophie Lapix) et il a tenu des propos très durs pour son propre parti, l’UMP. Il est vrai que depuis un mois (et même bien avant), la marque UMP n’est pas facile à porter, notamment lorsqu’il rencontre ses électeurs.

Après les aveux de Jérôme Cahuzac en 2013, et avec la confession de Jérôme Lavrilleux le 26 mai 2014 sur BFM-TV, l’affaire Bygmalion est la seconde occasion, dans toute l’histoire politique de la France où un homme politique a reconnu des malversations financières. Il suffit de regarder toutes les affaires politico-financières, en particulier (nombreuses) depuis le début des années 1980 pour voir que les personnes mises en cause, voire condamnées, voire qui ont purgé une peine de prison, ont toujours soutenu leur innocence. Un moyen qui leur a permis, pour certains, de se faire réélire député ou maire même après une condamnation définitive, une fois la peine purgée.

Il faut dire que les déclarations du directeur de cabinet de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP et de l’ancien directeur adjoint de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ont eu de quoi être explosives au sein même de l’UMP.

Le député du 16e arrondissement était d’ailleurs très gêné vis-à-vis de ses proches car il avait contribué et fait contribuer en été 2013 à renflouer les caisses de l’UMP (Sarkothon) alors que c’était son propre frère qui, au Conseil Constitutionnel, avait invalidé les comptes de compagne de Nicolas Sarkozy et que l’UMP aurait payé de nombreuses factures pour le compte du candidat Nicolas Sarkozy.

Bernard Debré a évidemment constaté que tout le débat politique était pollué, inévitablement, par les affaires financières et il a donc demandé à ses collègues de l’UMP d’assainir franchement la situation : « [Il] faut aller jusqu’au bout des révélations et au bout des enquêtes. ». Et de conclure de manière assez impérative : « Ca suffit, qu’on tourne la page ! ».

En clair, il a proposé avec sa subtilité de chirurgien qu’il fallait trancher au scalpel cette affaire et enlever les « branches mortes ». En citant explicitement les personnes : selon lui, il faut que Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy, qui sont tous les deux touchés par la dernière affaire, disent tout de suite qu’ils se retirent de la politique, qu’ils n’ont plus de perspective pour 2017 pour rendre l’atmosphère de l‘UMP plus sereine et séparer une affaire financière qui va rebondir toutes les semaines des discussions politiques. Pour Nicolas Sarkozy, il a été assez clair : « [Il] ne peut pas se présenter aux primaires. ». On n’est pas très éloigné du fameux : « Qu’ils s’en aillent tous ! » de Jean-Luc Mélenchon (du titre du livre qu’il a publié le 10 octobre 2010 chez Flammarion).

yartiDebreBernard06


Au lendemain de la garde à vue de Jérôme Lavrilleux, Bernard Debré venait de réagir à la publication, dans Mediapart le 18 juin 2014, des détails de facturation de Bygmalion pour l’UMP et les meetings de Nicolas Sarkozy, où toute la justice devra faire la part des surfacturations (donc, enrichissement d’une manière ou d’une autre) et des fausses factures (ventilation volontairement trompeuse pour ne pas dépasser le plafond des dépenses de campagne).

Le 18 juin 2014 aussi, "Le Figaro" a reproduit un SMS de Jérôme Lavrilleux de 2012 qui indiquerait que, contrairement à ce qui était affirmé, Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy auraient bien été au courant des dépenses excessives de la campagne 2012.

Entre parenthèses, c’est aussi le même jour que "Le Canard enchaîné" a indiqué les conditions de la désignation de Jacques Toubon : pour la succession de Dominique Baudis au poste de Défenseur des droits, le Président François Hollande avait d’abord songé à Jean-Louis Borloo puis à Christiane Taubira, les deux ayant décliné l’offre, et avait aussi songé à l’ancien ministre Xavier Darcos avant de finalement l’exclure de sa réflexion, alors que l’ancienne ministre socialiste Delphine Batho y aurait bien vu Rama Yade (RFI le 19 juin 2014).

yartiDebreBernard02


Cette semaine, le maire de Bordeaux Alain Juppé, l’un des trois coprésidents provisoires de l’UMP avec François Fillon et Jean-Pierre Raffarin, n’a pas dit autre chose que Bernard Debré.

En effet, Alain Juppé, qui, deux jours plus tard, n’a pas exclu d’être candidat à la primaire de l’UMP pour l’élection présidentielle de 2017 (il s’est même déclaré prêt), a alerté le 23 juin 2014 à Bordeaux les membres de l’UMP de la menace qui les guettait : « Sauver l’UMP, ce n’est pas gagné. L’UMP est en danger bien entendu, en danger financier et en danger aussi politique avec l’accumulation des scandales. » et il a espéré que l’élection en novembre 2014 d’un nouveau président de l’UMP permettrait un « rebond ».

Il est clair que l’UMP à trois ans de l’élection présidentielle se retrouve dans une situation plus difficile encore que le PS en été 2009 qui avait, lui aussi, eu l’épreuve d’un congrès très difficile (à Reims). Mais à l’époque, Marine Le Pen n’avait pas encore le vent si en poupe…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 juin 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Michel Debré.
Jean-Louis Debré.
L’UMP en 2012.

Jean-François Copé.
François Fillon.
Alain Juppé.
Jean-Pierre Raffarin.
Nicolas Sarkozy.
François Baroin.
Dominique de Villepin.

yartiDebreBernard03 


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 27 juin 2014 16:25

    C’est pas sérieux !
    Avez-vous fréquenté son service à Cochin ???
    C’est un baratineur qui adore la télévision pour y parader !
    Ne parlons pas de ses magouilles avec des potentats ,notamment nord coréens !
    Qui paye ces soins ?
    Merci

    CQFD


    • Fergus Fergus 28 juin 2014 09:49

      Bonjour, Mao.

      C’est aussi un élu qui, en parlant des logements sociaux que Delanoë voulait implanter dans le 16e arrondissement, a parlé d’« immondices » !

      Cela dit, il a raison de vouloir faire place nette à l’UMP. Et je vais plus loin que lui qui a parlé de « branches mortes » en les qualifiant de « branches pourries ». La déliquescence de l’UMP porte un coup très dur à la classe politique. Celle-ci ne pourra s’en relever que si un grand coup de balai est donné à droite pour éliminer ceux qui ont mis en place un système aux relents mafieux. Sarkozy en tête, qui aura bien du mal à faire croire qu’il n’a pas été l’un des principaux décideurs de ces scandaleuses dérives mises en place principalement à son profit électoral.


    • bibou1324 bibou1324 27 juin 2014 16:54

      Toutes les études qui existent montrent que le cerveau humain dégénère à partir de 30 ans. Il devrait être interdit de faire de la politique passé cet age, puisqu’il est impossible de donner son plein potentiel à la cause de ses concitoyens.


      • xmen-classe4 xmen-classe4 27 juin 2014 18:34

        il a déjà son empreinte et cela n’en fera pas autre chose qu’un huissier.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 juin 2014 07:59

          Magouilles sur les factures, il y a eu.
          La question à laquelle personne ne répond pour l’instant :
          pour faire quoi, avec cet argent détourné ?

          Une réponse plausible m’a été donnée récemment par un responsable local de l’ UMP : « On arrose les Associations pour qu’elles fassent voter pour l’ UMP »

          Je suppose que d’autres Partis en font autant, les campagnes électorales sont la fête des Associations... ? C’est sans doute celui qui donne le plus qui gagne !?
          En 2012, l’arrosage n’a pas été assez conséquent ?

          Le Gaullisme n’est plus qu’un vieux souvenir, l’ UMP est désormais européiste.
          Bernard Debré ne pratique pas la langue de bois, mais son Parti ne vaut plus tripette, c’est un rassemblement plutôt mafieux où la chasse au places a remplacé la politique. Il paraît que 70% des adhérents n’ont pas repris leur carte..

          C’est De Gaulle qui disait :
          « Je n’aime pas les communistes, parce qu’ils sont communistes ;
          Je n’aime pas les socialistes, ils ne sont pas socialistes,
          Et je n’aime pas les miens, parce qu’ils aiment trop l’argent. »


          • zygzornifle zygzornifle 28 juin 2014 13:10

            Debré .....Grace a un Debré les députés touchent 5 ans plein pot entre 2 mandats en cas de non réélection ........Elle est pas belle la vie les smicards ?? ....


            • Pyrathome Pyrathome 28 juin 2014 15:53

              C’était bien vous qui venait nous vendre l’inepte, là ???

              http://www.leparisien.fr/politique/comptes-de-campagne-sarkozy-etait-au-courant-c-est-de-sa-faute-selon-debre-27-06-2014-3958741.php

              C’est pas un coup de bistouri qu’il donne mais de la grosse Bertha....

              Je cite :

              Bernard Debré répète au micro de Sud Radio que Nicolas Sarkozy était au courant. Et c’est même « sa faute » si les comptes de campagne ont ainsi explosé. Selon lui, l’ancien chef de l’Etat s’emportait à chaque évocation de ces dépassements.

              « C’est un homme qui est pétulant, plein de vigueur. C’est ça qui donne le danger. Quand il a fait sa campagne, on lui disait "Mais attends Nicolas, on dépasse !" » Ce à quoi le président aurait répondu : « M’en fous ! Qu’est-ce que ça veut dire ? Tu veux que je sois pas élu, tu veux que je sois battu ? » Et Bernard Debré d’en conclure : « C’était impossible de gérer donc il était au courant, c’est de sa faute bien entendu. »

              On continu :

              Quant à prendre la présidence de l’UMP, Nicolas Sarkozy « est tellement au dessus des autres que l’on se demande s’il n’est pas sur la planète mars », tacle Bernard Debré avant de partager sa crainte que l’ex-Président « ne tue l’UMP pour s’assurer qu’il n’aura pas de compétiteur autour de lui » en 2017.

              L’ancien patron de l’UMP n’est pas non plus en reste. Pour Bernard Debré, l’implication de Jean-François Copé dans l’affaire Bygmalion, objet d’une information judiciaire ouverte ce vendredi, est « totale » : « Jérôme Lavrilleux que je connais a toujours été un spadassin, aux côtés de Jean-François Copé. Il était là pour les basses oeuvres mais il disait tout à tout le monde. Je n’imagine pas une seule seconde qu’il ait pu prendre une initiative tout seul. Bygmalion, c’est à l’initiative de Jean-François Copé et les dépassements de campagne, c’est évidemment avec l’accord de Nicolas Sarkozy », résume le député de Paris.

              Votre ex idole est d’ors et déjà mort, même ses anciens potos lui tirent dessus ah ah ah !! .....
              La justice va lui faire de grandes « funérailles » mais tout verdict même sévère sera encore trop doux pour cet immondice....une fin comme celle de Kadhafi lui siérait bien mieux....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès