Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > UMP-Nouveau Centre : la menace d’une victoire trop large

UMP-Nouveau Centre : la menace d’une victoire trop large

medium_assnat.gifComme le soulignait Benjamin Disraeli, le Premier ministre de la reine Victoria, "nul gouvernement ne peut être longtemps solide sans une redoutable opposition". Nul doute que Nicolas Sarkozy devrait garder ces paroles en tête alors que les Français semblent décidés à lui donner une très large majorité à l’Assemblée nationale dimanche si l’on en croit les sondages récents. Selon les instituts, c’est de 400 à plus de 450 députés que l’UMP et le Nouveau Centre pourraient obtenir.

Evenèment intéressant, Nouveau Centre devrait pouvoir créer un groupe parlementaire et donc avoir une réelle liberté de parole par rapport à l’UMP, garantie par l’indépendance financière du mouvement. Cette recréation de l’UDF sabordée par François Bayrou est intéressante quand on sait que Sarkozy n’était pas un fervent partisan de la création de l’UMP par Jacques Chirac. Retour en arrière ? De quoi contredire François Bayrou qui voyait un autocrate en Nicolas Sarkozy, avec lequel les centristes n’auraient pas voix au chapitre.

Paradoxalement, cette annonce d’une probable très large victoire de l’UMP et de Nouveau Centre inquiète plus à droite qu’à gauche. Et pour cause... Il y a deux raisons majeures : une large victoire, c’est une unité mise à mal et une opposition potentiellement inexistante.

  1. Tout d’abord, concernant l’unité d’une majorité de 450 députés, il suffit de voir la situation avant même le résultat des urnes connu... Ca se tire dans les pattes pour la présidence, les commissions, etc. Certains députés UMP envisagent même la création d’un groupe supplémentaire... La chambre bleu/rose d’éric Dupin n’est pas certaine même si, certes, PCF et Modem n’auront très probablement pas de groupe. Mais le bleu sera nuancé, avec entre autres un Nouveau Centre probablement plus indépendant que ce que l’on peut penser.
  2. Ensuite, un PS laminé et un Modem renvoyé à bobo land, c’est inquiétant à plusieurs titres.
    • Seules les circonscriptions les plus à gauche auraient des députés PS, les moins enclins au compromis avec la droite. Plus c’est petit, plus c’est méchant... La probabilité d’avoir une opposition constructive est inversement proportionnelle à l’ampleur de la défaite pour le PS.
    • Cette absence d’opposition constructive accentue la pression sur l’UMP et Nicolas Sarkozy, condamnés à faire seuls le travail de concertation. Gageons que la présidence de la commission des finances qui sera décernée à l’opposition ne responsabilisera pas le PS tant qu’il n’aura pas décidé de se réformer et d’abandonner ses vieilles lunes : collège unique, réduction du temps de travail, assistanat, réduction des libertés économiques.

  3. J’espère comme Guy Sorman une "gauche girondine" ou comme Koz une gauche de proposition mais je n’y crois pas pour l’instant. Le PS dirigé par Royal ne peut pas entamer la refondation nécessaire vers une économie sociale de marché inspirée de l’ordolibéralisme. Royal refuse d’admettre la défaite et préfère des alliances à la refondation programmatique. Elle ne peut donc pas mener la reconstruction du PS. Un DSK trop peu populaire au sein de son parti non plus. Alors qui reste-t-il ? Delanoë ? Face à Royal (à la tête du parti ou très proche), il ne pourrait rien. Cinq ans de perdus en vue pour le PS...

Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 5 juin 2007 12:52

    Salut le manchot , c’était le thème du débat de C dans l’air de ce matin , qu’est ce qu’il va rester en face des godillots ; c’est inquiétant de voir si peu de représentativité !


    • RilaX RilaX 5 juin 2007 15:29

      Ce qui m’inquiete encore plus, si la vague bleue se confirme, c’est que les 4/5 d’elus necessaires pour modifier la constitution sera déjà atteinte... Donc les aspects génants de la constitution pour une droite décomplexé rique de ne pas les géner plus que ca.


      • mclerc 5 juin 2007 15:50

        Je suis, peut-être, idiot mais je pense qu’il faut une forte majorité au Président de la République, N. Sarkozy, pour qu’il puisse réformer ce pays qui en a bien besoin. Il me semble que ce que vous voulez tous, c’est lui tirer dans les pattes pour qu’il ne puisse rien faire. Surtout ne rien changer ! Ce n’est pas comme cela que l’on fait des réformes. (-((


        • Zkyx 5 juin 2007 17:42

          Perso je pense qu’on devrait interdire à un parti d’avoir plus de 50% des sièges à lui seul... que plusieurs partis de droite aient une majorité absolue passe, mais que l’UMP fasse 70% des sièges où est la représentativité ? Je pense qu’il serait possible de trouver un juste milieu entre cet extrême et l’autre qui est une cohabitation...

          Il ne s’agit pas d’empêcher un président de gouverner (ça n’a pas de sens), mais de permettre au débat démocratique de se faire, ça n’empêche pas de faire des réformes et ça évite certaines dérives.


        • Patrick_Boissy 5 juin 2007 16:25

          Je suis assez étonné des résultats de votre logique, penser que le nouveau centre puisse avoir une liberté de parole est une belle intention balayée instantanément en s’affichant « de la majorité présidentielle ». Reconnaissons sans fausse pudeur qu’il s’agit de segmenter le centre , comme certains commerçants ouvrant plusieurs boutiques dans des villages afin de saturer la demande avant même la concurrence.

          Imaginer comme vous le dite que « l’UMP et Nicolas Sarkozy puissent faire seul le travail de concertation », même par défaut reconnaissez l’antinomie de l’idée... par définition la concertation ne peut se faire seul...

          La présidence de la commission des finances ne peut a elle seule responsabiliser l’opposition, mais même cela est remis en question. Et en effet ce qui restera d’opposition se livrera certainement a une guerilla et de nuisance systématique plus par soucis d’exister que de réellement peser sur les décisions.

          Nous nous trouvons aujourd’hui à la veille d’un monopole politique. Et le monopole est mauvais conseil. Sans présumer de l’action de ce gouvernement, il est absolument certain que l’absence de contradiction, la non nécessité de négociation ou de compromis, ne peut aboutir qu’a des erreurs.

          Avec des majorités assurées on a vu le PS passer les 35h en dépit du bon sens, et l’UMP passer le CPE avec les résultats que l’on sait.

          Ces deux propositions auraient pu être bonnes pour peu qu’elles aient été l’objet de consensus et de nuances. Mais une majorité n’a que faire de consensus et de nuances, elle applique ses convictions, souvent sincères, mais le propre de la conviction c’est qu’elle n’a pas passé l’épreuve du feu, et qu’elle doit évoluer face au principe de réalité.

          A titre d ’exemple je soulignerai que, partisan moi même de l’Europe, je suis sidéré à l’idée que aucun député de la prochaine assemblée ne représentera les opposants à la constitutions (plus de 50% du référendum). Non seulement le mini traité proposé par la Présidence passera (qu’il soit bien ou mal) mais nulle opposition ne pourra l’amender un tant soit peu, et nulle voix ne s’élèvera de la représentation nationale pour s’y opposer.

          Dans le monde de l’entreprise la plupart des dirigeant de grosses structures apprécient des syndicats fort, c’est pour eu une garantie de trouver des interlocuteurs avec lesquels négocier pour pouvoir avancer. Dans le cas contraire ils s’opposent en permanence a de multiples oppositions dont la légitimité n’est pas assurée. La gestion politique d’un état subi les mêmes contraintes démultipliées.

          La France a besoin de réformes c’est une certitude absolue, le gouvernement en place est légitime. Mais pour que ces réformes et les décisions du gouvernement gardent leur légitimité il faut qu’elle passe par la contradiction, qu’elles gagnent ou qu’elle convainquent, et la situation qui s’annonce ne permettra pas cela.

          Je ne pense en aucun cas que le Président ne soit pas un Démocrate, mais de fait il va gouverner pendant 5 ans un état sans contre pouvoirs.

          C’est un risque fondamental pour lui et sa crédibilité, mais également car la rue sera le seul lieu d’expression d’idées divergentes.

          Le plus gros défi de la prochaine législature sera de s’auto-réguler, de donner parole et pouvoir (réel et indépendant) a ses opposant.


          • pffff 6 juin 2007 16:56

            et 5 ans de perdu pour la france... smiley


          • manu 5 juin 2007 20:00

            « Nouveau Centre devrait pouvoir créer un groupe parlementaire et donc avoir une réelle liberté de parole par rapport à l’UMP...De quoi contredire François Bayrou qui voyait un autocrate en Nicolas Sarkozy »

            Analyse on ne peut plus naîve des manoeuvres politiques et stratégiques sous estimant grandement l’intelligence d’un homme politique qui sera encore dans un demi-siècle envié pour sa fulgurante réussite.

            Prêter a Sarkozy le souhait de pluralité alors qu’il n’a cessé de dire qu’il ne désirati pas de proportionnelle, que seule uen majorité hunanime lui permettrait de mettre en oeuvre sa politique et qui en catimini à réduit au silence nombre de ses contradicteurs à l’UMP est le comble de la naîveté

            L’auteur tente de nous faire croire que Sarkozy est plus Bayrouiste que Bayrou ! Sarkozy sort de la « vieille école » RPR ou le centre n’a toujours été qu’une « carpette » (et ce mot à été souvent employé avec un sourire moquer par la droite) de la droite ex-gaullienne nouvelle néo-libérale.

            Sarkozy savait très bien durant la campagne que le danger ne venait pas de la gauche, mais du centre ! La preuve en est les confidences de son pool de campagne qui à préféré rongé son frein sur certaines absudités de la gauche afin que la candidate garde un ascendant en intention de vote sur le centre. Le refus de Sarkozy de débattre avant le second tour n’était pas par crainte de sa rivale..mais de son rival ; Bayrou qui est loin d’être idiot le savait très bien et se régalait à l’idée de pouvoir « démonter » Sarkozy.

            Depuis lors notre président n’a eu qu’un seul souci, ou en tout cas l’un des plus gros..abattre le centre...quand on ne peux pas « rallier » son ennemi...on le rachète..vieille loi stratégique. Comment réduire « l’ex ami » au silence si ce n’est en offrant à ses forces vives des ponts d’or.

            Le Financement n’est pas tant le souci d’exister indépendamment de l’UMP, mais de faire croire à cet indépendance, et il ne serait guère étonnant que l’idée vienne même de Srkozy lui même.

            Comment parler de « liberté de parole » alors que le premier acte de ces nouveaux centristes à été de signer une « charte de ralliement » qui stipulait clairement l’interdiction de voter la censure et l’obligation de voter les budgets sociaux (sécu). Même avec un groupe parlementaire (20 députés) ce nouveau centre sera uen goute dans l’océan bleu de plus de 400 députés.

            Sarkzoy à pris tous les pouvoirs à l’ump et en le quittant change les status pour éviter que quelqu’un le suive par la porte restée entre-ouverte. Sarkozy ne s’est jamais caché de vouloir avoir le plus de pouvoir possible, y compris dans les derniers mosi de son mandat de ministre en placant ses amis comme les magistrats, même contre l’avis du CSM, et encore aujourd’hui en placant à la tête de TF1 un de ses plus proches alliés.

            Le nouveau centre n’est qu’un pare-Bayrou qui aura autant de poids que le parti communiste dans la nouvelle assemblée. Il vaut mieux un député « centriste » qui vous appartient et qui fera ce qu’on lui demande (sous peine d’être livrée à la vindicte populaire tel juda) plutôt qu’un centriste qui mettrait a jour votre incompétence économique et social

            La seule diversité que Sarkzoy mettra..et mets en oeuvre est la division des blocs existants (centristes , socialistes) appliquant à la lettre le « diviser pour mieux regner ».

            Il a durant toute sa campagne face à Bayrou rejeté l’idée d’une majorité plurielle et d’une représentation proportionnelle comme étant de nature à ralentir tout chantier d’envergure..et subitement il se reveillerait en mettant le vers dans le fruit (ces pseudo centristes qui pourraient se démarquer, faire entendre leur liberté de parole et amender certains projets trop « droitistes »)...reveillez vous !


            • vivelecentre 6 juin 2007 07:01

              ump tout les pouvoirs !!

              même si l’ump a une majorité -et c’est souhaitable puisque une majorité de français ont fait confiance à N Sarkozy- ils sont et seront loin d’avoir tout les pouvoirs !

              Dans la société Française entre autre :

              - le pouvoirs syndical et la capacité d’opposition d’une partie de la fonction publique seront toujours là
              - Les chaines etatisés france television et leurs journalistes peuvent et pourront toujours laisser libre court à leurs tendances militantes de gauche
              - Mariane, le canard enchainé, le nouvel obs , le Monde, les guignols de l’info et d’autre n’ont pas été dissous

              Mais dans les institutions, n’oubliez pas , par exemple, que le PS detient 20 regions sur 22 ! Qu’ont ils fait de ce tres large contre pouvoir ? Pas grand chose a part augmenter sans cesse la fiscalité...

              Il y a aussi nombre de departements et des villes dont des plus importante,Paris, Lyon, Lille, Nantes

              Le systeme impliquera que si l’ump a une majorité, il y aura forcement une opposition

              Que celle ci soit numeriquement « faible » n’empechera pas qu elle puisse etre sur le plan des idées forte !

              Forte parce que concentrée, et forte selon la justesse de sa rethorique et de ses arguments !


              • french_observer 7 avril 2008 23:25

                Quoiqu’on en pense le Nouveau Centre est un parti courageux qui saura s’émanciper de l’UMP. Le nouveau parti à d’ailleurs su tenir tête face à l’UMP chaque fois que ce fut nécessaire durant la campagne municipale. Les deux partis ne sont pas frères jumeaux même s’ils partagent l’idée que la France a besoin de réformes fortes et courageuses.

                Le Nouveau Centre sera particulièrement attentif au pouvoir d’achat, à la solidarité, aux franchises santé etc. Ce tout nouveau parti créera une force d’équilibre au sein de la majorité Présidentielle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès