Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un aller simple pour la Grèce… ou la politique par la (...)

Un aller simple pour la Grèce… ou la politique par la peur

Alors que le candidat socialiste vient de rendre public ce que serait sa feuille de route dès son installation à l’Elysée, précisant les 35 premières mesures qu’il sera amené à prendre, l’UMP, par la voix de sa porte parole, assénait lourdement : « Un aller simple pour la Grèce. » Outre le fait que cette allégation n’est pas très sympathique pour le peuple grec, elle installe une fois de plus la Droite, sans doute acculée au mur, dans cette posture de la pythie qui annonce le désastre.

La politique par la peur.

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet aurait mieux fait de s’abstenir plutôt que de faire appel aux mannes de la droite, invoquant « un mode d’emploi de la faillite de la France ». Ceci dit, c’est à la fois sans surprise et dans la tradition de la droite, qui en 1981, faisant face à des sondages incertains, pronostiquait l’arrivée des chars russes à Paris en cas de victoire de François Mitterrand. Mais, bon, il est vrai qu’arrivée à ce point du débat à 17 jours du premier tour, l’UMP ne dispose pas grand chose comme ressources didactiques, aussi les vieilles ficelles sont de retour. Sont-elles si vieilles que cela, la peur n’a-t-elle pas toujours été l’ultime ressort pour convaincre une partie de l’électorat populaire de garder sa confiance envers les représentants des partis conservateurs ?

Mais où est le véritable camp de la peur ?

Car, sommes toutes, au regard des programmes et des bilans, il est de toute évidence que pour la grande majorité du peuple le programme socialiste est le plus avantageux. Il l’est car c’est un effort de justice sociale sans précédent, dont Nicolas Sarkozy est bien incapable. Celui là même qui a mené pendant cinq ans une politique consistant à dégrader les comptes publics de la France, aggravant la dette de 612 milliards d’euros. C’est ainsi que la France a perdu son fameux triple A. Lequel des deux de Sarkozy à Hollande, à ce jour a apporté la preuve de sa capacité à conduire la France à la faillite ? La peur, elle, s’est installée dans le pays depuis que le président sortant a été le fossoyeur de la France.

Des arguments diabolisant la politique de la gauche.

Déjà en 1936 la droite française agitait de violentes menaces à l’encontre des socialistes et des communistes, car elle se croit propriétaire naturel du pouvoir. De même ne lui échappe-t-il pas ce constat ,à chaque victoire de la gauche ,qu’elle s’est introduite par effraction selon les mots mêmes prononcés par François Baroin, ministre de l’économie et des finances en exercice, faisant allusion à la victoire de Lionel Jospin en 1997. Dans ce même registre le Président de l’Assemblée nationale s’est permis de comparer l’éventuelle arrivée de la gauche au pouvoir à une guerre, oui une guerre.

La conception de la démocratie de la droite.

En refusant un débat projet contre projet, et bilan contre propositions, Nicolas Sarkozy nous donne une leçon d’histoire grandeur nature, celle de la droite qui ne reconnait la démocratie que lorsqu’elle est sienne. Le niveau de ce débat est affligeant, le secrétaire général de l’UMP François Copé ajoutant l’outrance et la bêtise chaque jour à chacune de ses interventions.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Tall 5 avril 2012 17:04

    Là où Sarkozy a raison, c’est de dénoncer le fait qu’Hollande soutienne l’austérité voulue par Merkel. Ce qui est effectivement une bonne manière de se diriger vers un scénario à la grecque ou italienne ou ’espagnole.

    Là ou il est peut-être légèrement hypocrite, c’est qu’il fait la même chose en pire.

    • Pelletier Jean Pelletier Jean 5 avril 2012 17:32

      @tall,
      je ne comprends pas bien.... sarkozy dénoncerait le fait qu’Hollande soutienne l’austérité voule par Merkel.... ?

      C’est quoi ce charabia ?
      http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


    • Tall 5 avril 2012 17:44

      C’était du 2e degré, Pelletier... pour moi, le PS n’est plus de gauche depuis 2008.

      Vous avez raison sur Sarkozy, mais Hollande est plus qu’une illusion de gauche.
      On ne peut pas faire de la gauche sérieuse en laissant la main aux banques privées comme le fait l’UE de Merkel. Pourtant le PS accepte ce principe.

    • kemilein 6 avril 2012 03:13

      le PS n’est plus de gauche, mais bien de droit effectivement, son programme politique en est la démonstration (suppression de poste et réduction de l’investissement public donc une fiscalité en chute libre impôt & tva donc une obligation de privatisation, certainement pas de revalorisation de la retraite ou du smic au contraire peut etre une dégradation engendrer par sa politique, et une retraite qui ne reculera pas)

      le PS est devenu (clairement, et ce a la vue de tous) de droite a l’appel du Oui pour une anti-constitution Européiste Totalitaire

      hollande et sarko ne sont pas ennemi c’est du théâtre, le but est de faire élire l’un des deux et le système aura encore gagné.

      et si la droite (UMPS) s’estime légitime de gouverné dites vous que c’est tout naturel puisqu’elle dirige déjà vos vie au quotidien puisque se sont vos patrons.


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 avril 2012 10:25

      @Tall,

      C’est un peu extrême, vous pouvez dire que le PS s’est recentré sur sa droite, mais pour autant c’est un parti de gauche.Vous n’avez pas le monopole de le définition de la gauche.

    • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 avril 2012 10:29

      @Kemilien,


      Même remarque que pour Tall, vous ne pouvez pas objectivement classer le PS a droite sur la base de cette analyse
      http://jmpelletier52.over-blog.com/&nbsp ;

    • Daniel D. Daniel D. 5 avril 2012 17:36

      Ces élections sont formidables, elles sont la démonstration du monde dans lequel on vit. Plein de magouilles et de coups tordus. De non-dit, d’évidence cachées et demi vérités, rien de pertinent ne sort de la bouche des protagonistes donnés comme « principaux ».

      Autant Hollande que Sarkosy ont annoncés leur intention de ne pas débattre avec le second tours, privant les Français d’une explication plus claire des mesures vagues proposé en slogans, le tout dans un coupable mutisme journalistique. Aucun débat, aucune égalité des chances et d’antenne réelle. Une soupe constante d’estimation de second tour, premier tour intention, abstention, report, vote utile, mais surtout jamais de projet de futur ou d’avenir, rien d’autre au niveau économique que le pur réalisme libéral, engoncé dans une austérité plus ou moins forte.

      L’austérité que beaucoup de ces gens expliquent par la dette, mais qui refusent de comprendre que la difference entre payer des intérêts sur sa dette et ne pas pas en payer reviens a parler d’être dépendant du bon vouloir des marchés et ne pas avoir barre sur sa monnaie opposé a un contrôle total de sa monnaie et de ses emprunts, et de pouvoir faire varier sa valeur selon ses propres volontés (dévaluation et autre)

      Le problème qui vas advenir est assez évident :
      1 la gauche est élue
      2 les marchés, comme déjà annoncés, seront plus frileux a prêter, ce qui signifie en langage financier hausse des taux d’intérêt ou aide du MSE, qui augmenteras probablement nos dettes aussi, étant donnés les provisions que nous allons être engagé a lui verser.
      3 mise en route de la Grécisation progressive, avec suite du démantèlement du service public (1 fonctionnaire sur 2 etc), privatisations des entreprises et biens nationnaux, hausse des impôts directs et indirects (tva, fonciers, etc)
      4 manifestations de masse
      5 Répression « progressive et adaptée » grâce aux nouveaux équipements de traitement des foules hostiles et remise au calme par les services d’ordres assistés de l’EUROGENDFOR si besoin.
      L’euro est en train de s’écrouler, la BCE, le MES, le FESmachin truc et tout leur bataclan ne le sauveras pas.

      O n as quand même un avantage énorme, et oui, si Sarkozy voit sa campagne frappé d’invalidité, alors son élection est illégitime et par la même sa signature aussi, surtout a des traité qui auraient été contraire a la décision populaire. On as été trahi par quelqu’un d’illégitime, on refuseras donc d’honorer tout les arrangements de cet homme y comprit les pénalités de sortie de l’euro.

      Si la France veut s’en sortir, il vas falloir que ses représentants soient conscient qu’on n’oublieras jamais leur soumission au libéralisme qui as contaminé quasiment toute les castes politiques, ni leurs décisions, ou leur absence de décisions face a ce qui est en train de se dérouler.

      On n’oublieras pas, on ne pardonneras pas,

      Daniel D.


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 avril 2012 10:32

        @Daniel D


        Vote vision du futur est bien sombre, la aussi vous n’avez pas le monopole des prédictions.
        Laissez leur chance à ceux qui pensent que l’arrivée du PS au pouvoir devrait limiter les dégâts.

        http://jmpelletier52.over-blog.com/&nbsp ;

      • lloreen 6 avril 2012 00:26

        Il n’y a malheureusement pas que la Grèce...
        Images d’ Espagne
        http://www.youtube.com/watch?v=FealrFEJqtc&feature=player_embedded


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 avril 2012 10:35

          @Lloreen,


          Oui l’Espagne est rentrée dans la tourmente, les temps à venir seront difficile et je pense que Hollande sera le meilleur pour y faire face.

          http://jmpelletier52.over-blog.com/&nbsp ;

        • eric 6 avril 2012 06:49

          Oui la droite est la detentrice naturelle du pouvoir.
          En gros, au premiers tours, les partis definis par la gauche comme « non de gauche » font en general 60% d’intentions de vote, Il y a tres peu d’exceptions. En general des cas de forte abstention a droite, lies a des rivalites internes ou a l’usure du pouvoir.
          On le verifie localement. Si les droites de gouvernement renoncaient a leurs principes pour s’allier avec le FN comme le font les partis de gauche, on se demande ce qui resterait de municipalites gauche plurielle. Proximite ideologiques ? Il suffit de lire les articles des communistes ressusites par melenchon, et des rares ecolos qui osent encore parler pour exploser de rire a cette idee.
          Mais parler « d’effraction » est evidemment injuste. S’allier contre nature, instrumentaliser des partis consideres comme fascistes, negocier ses convictions, huiler les contradictions de fond par des marchandages finances par fonds publics, n’est nulement illegal en democratie. Un tramway en plus par ci, une centrale nucleaire en moins par la. Qu’importe quand c’est le contribuable qui paye.

          Bilan contre bilan ? Mais c’est ce que vous refusez de faire ici. On ne peut comparer que ce qui est comparable, par exemple la politique d’un gouvernement a celle d’un autre gouvernement. La Grece et la France, l’Espagne et la France.

          Il serait tres injuste de comparer la gestion de la Correze, region parmi les plus pauvres dans la France a celle de la France, une des nations les plus riches, dans le monde. Il est absolument evident que l’eventuel bilan de Hollande que ce soit a la tete de son parti ou de sa region ne nous diraient absolument rien sur ce qu’il pourrait faire a la tete du pays. On a vu des acteurs de seconde categorie a Hollywood devenir de grands presidents.

          Programme contre programme ? On y est en gros. Il y en a un qui dit, "tout va bien, en taxant quelques riches et en gerant un peu autrement, on va resoudre tous nos problemes sans trop changer nos modes de vie et tous vivront mieux et plus facilement avec plus de transferts, plus de services publics, plus de temps libre ( retraite)
          L’autre qui dit cela va mal mais en faisant tous des efforts et en en mettant un coup, en reduisant nos depenses publiques on s’en sortira.

          Chacun, d’apres sa perception de la situation est a meme de se faire sa propre idee sur le relaisme de ces programmes. Il est clair que les gens qui ont ete a 100% epargnes par la pire crise depuis 39, c’est a dire ceux des secteurs public, parapublic et cadres urbains sont tous pret a adherer a la premiere vision. C’est sur qu’ils ont sans doute moins peur que la moyenne. Mais c’est aussi parce qu’ils ne comprennent pas toujours qu’en economie, tous se tient. Epargne un jour, ne veut pas dire toujours. Les autres etant plus nomreux, on en revient au debut de mon commentaire.


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 avril 2012 10:38

            @Eric,


            Vous faites erreur, la gauche ne fait pas 40%, mais plutôt 46 % actuellement dans les intention de vote, à moins que vous ne comptiez pas les verts , LO, le NPA...

            http://jmpelletier52.over-blog.com/&nbsp ;

          • bakerstreet bakerstreet 6 avril 2012 08:45

            Le déchainement de la droite va atteindre des proportions inouïes entre les deux tours : Menace d’ouragan économique sur la France, relayé par toutes les antennes météo.

            Il est vrai que ça craint, on mobilise les vieux, rebatptisé grognards de la république en danger, en fait une belle baronnie conçue pour les copains-coquins.
            Après le coup d’avancer les versements de retraite de huit jours, que vont-ils chercher ?
            Il faudrait plus de vieux.
            Pourquoi ne pas leur donner la capacité de voter deux fois, ou même trois, s’ils sont nonagénaires, ou quatre fois s’ils sont centenaires.
            Inventer une machine à voter parkinsonnienne !


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 avril 2012 10:40

              Bâcler street,


              Pas de panique, la droite va se battre, mais tout de même !

              http://jmpelletier52.over-blog.com/&nbsp ;

            • Magnon 6 avril 2012 13:06

              @Jean
              Le problème, de la France, c’est qu’elle vit a crédit, et que la dette accumulée représente 7 à 8 ans de recettes fiscales, qu’il faut trouver des préteurs, et que si nous n’en trouvons pas, c’est la faillite.
              La solution Hollande-Mélanchon nous assure de plus de dépenses, et plus de vindictes contre les investisseurs et les créateurs de richesses.
              On sépare la banque de détail de la banque d’investissement, à quel guichet les PME devront-elles s’adresser ?
              On augmente l’impôt sur la fortune, cela signifie que le locataire et l’ouvrier devront cracher assez pour que l’entreprise ou l’investissement immobilier perdurent, ou alors on demande à l’investisseur de perdre de l’argent, il n’est pas sûr qu’il investisse par altruisme, de toute façon, quand il n’aura plus d’argent, il arrêtera !
              Grosso modo, ou la gauche n’applique pas son programme ou la société française explosera !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès