Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un bilan idéologique du sarkozysme

Un bilan idéologique du sarkozysme

Vous souvenez-vous du "sarkozysme" ? Ce moment de notre vie politique très particulier qui ne laissa personne indifférent. Mais le "sarkozysme" existe-t-il ? ou participe-t-il d'idéologies plus larges comme le néo-libéralisme, le néo-conservatisme, le populisme ou d'autres idéologies plus viles encore ?... Essayons de l'analyser au regard de travaux récents de politologues.

Le « sarkozysme » existe-t-il ? Au-delà de son échec politique sans appel en mai-juin 2012 devant le peuple français, on peut constater que certains caciques de la précédente majorité s’efforcent de défendre les « réformes » voulues principalement par un homme, suivi avec un enthousiasme et un manque de distance stupéfiant par ces caciques que furent les Estrosi, Mariani, Copé, Balkany, Morano, Kosciusko-Morizet et consorts…

L’idéologie sarkozyenne (décidément que de néologismes !) a parfois été qualifiée de néo-libérale, néo-conservatrice, populiste, voire de réactionnaire. Emmanuel Todd s’est risqué à le décrire le « moment-Sarkozy » comme un avatar néo-fasciste (1).

Un peu exagérée, la comparaison ?

Pour y répondre, on peut suivre les travaux de chercheurs comme Lawrence Britt (2) qui a analysé les caractéristiques du fascisme qui ont émergé dans les régimes mis en place par Francisco Franco, Benito Mussolini, Adolf Hitler, Antonio Salazar, Augusto Pinochet et l’indonésien Suharto. Selon ce politologue, le fascisme ne constitue pas un bloc univoque mais doit être analysé dans quatorze points différents nommés ci-dessous.

Là, les pratiques du « système Sarkozy » -sans aucun doute très en deçà de ces régimes abominables sur la plupart des points établis- peuvent néanmoins être passées à ce crible en quatorze points.

Ces 14 caractéristiques sont formulées ainsi :

1. Un nationalisme puissant et constant

2. Un mépris pour la reconnaissance des droits de l’homme

3. L’identification d’ennemis ou de bouc-émissaires comme facteur d’unité

4. La suprématie de l’armée

5. Un sexisme répressif

6. Des médias de masse sous contrôle

7. Une obsession avec la sécurité nationale

8. L’amalgame de la religion et du gouvernement

9. La protection du pouvoir des entreprises

10. La suppression du pouvoir des travailleurs

11. Le mépris pour les intellectuels et les arts

12. Une obsession avec le crime et le châtiment

13. Des élections frauduleuses

14. Le règne du favoritisme et de la corruption.

Alors, bien sûr, ces caractères ne sont fortement remplis que dans le cas de régimes fascistes « purs ». Mais ont-ils tous été de façon similaire dans la totalité de ces critères ? Non, les régimes fascistes ont tous été différents, le nazisme de Hitler ayant sans doute atteint le maximum de ce qui pouvait se faire en la matière, satisfaisant au maximum la plupart de ces quatorze critères, développant même dans ses pratiques le paroxysme de l’horreur qu’a été la Shoah, ce que les autres régimes n’ont jamais atteint. On notera que la caractéristique génocidaire n’est pas établie par Britt comme commune au fascisme, elle n’en est que l’aboutissement paroxystique dans le cas de « perfection » de la totalité des autres caractéristiques.

Si on considère que chacun de ces critères peut faire l’objet d’une cotation partielle, soumettons le « sarkozysme » à cet instrument de mesure de la dose de fascisme contenue dans un système politico-idéologique.

 

Mode de notation utilisé :

0 = aucune trace de la caractéristique du fascisme ; 5 = intensité maximale de fascisme

Demi-points pour départager des appréciations difficiles.

 

Critère

Arguments

Notation

 

1

Dès la campagne de 2007, un puissant nationalisme à l’œuvre dans les meetings (fortes références au drapeau, à l’Histoire de France, y compris à l’encontre de l’Allemagne), puis polémiques nombreuses à connotations chauvines (football) ou xénophobes (discours de Grenoble)

 

3.0

 

2

Remise en question de la peine accomplie (enfermement à vie des délinquants psychopathes) et non-respect de la présomption d’innocence (Colonna, Clearstream…), peines automatiques…

 

 

1.0

3

Stigmatisations fréquentes des arabo-musulmans (affaires Ilan Halimi, de la burqa, du halal, etc), et plus explicitement des Roms et Tsiganes, jusqu’à être rappelé à l’ordre par la commission européenne en 2010.

 

 

3.0

 

4

2007 : Affichage d’une alliance possible avec G. W. Bush dans ses « guerres contre le terrorisme »

Puis : Trois guerres (limitées) menées de front (Afghanistan, Lybie, Côte d’Ivoire), forte valorisation du défilé du 14 juillet aux côtés de chefs d‘état étrangers (en 2008 : Ben Ali, Kadhafi, Moubarak, Bachar Al-Assad) pour des raisons géostratégiques douteuses.

 

 

1.0

 

5

Sexisme modéré mais néanmoins : Promesses non tenues en matière de parité au gouvernement, pas de politique favorable aux femmes ou aux personnes d’orientation sexuelle minoritaire.

 

 

0.5

 

6

Médias dans les mains de grands groupes familiaux amis du clan Sarkozy.

Nomination personnelle des présidents de médias publics lors de la réforme de l’audiovisuel de 2008

Surexploitation des médias et de la communication politique.

 

 

2.5

 

7

Utilisation de la peur et de la menace dans le discours politique pour créer un climat d’influence très prégnant (à mettre en parallèle avec l’utilisation d’émotions et de dimensions de la vie personnelle).

 

3.0

 

8

Point modéré, néanmoins : Utilisation de la question de la laïcité pour rappeler la place centrale en Fr. de la religion chrétienne

 

 

1.5

 

9

« réformes » sociales très favorables aux entreprises (retraites, 35 heures, charges sociales et fiscales, etc)

 

 

3.0

 

10

Pas d’attaques franches contre le pouvoir syndical, mais considération très faible pour le rôle de ceux-ci (parfois manipulation de certains d’entre eux).

 

 

1.0

 

11

Affichage méprisant pour certaines œuvres (La Princesse de Clèves), culte de l’argent et de l’art lucratif, instrumentalisation de lieux culturels symboliques (Vézelay, Mont St-Michel, Pont de Millau, etc).

 

 

1.5

 

12

Instrumentalisation systématique (et personnelle) de chaque fait divers pour accroître la dureté des peines et de la politique à suivre en conséquence

 

 

2.5

13

Critère non rempli en Fr. sur la période 2007-2012

0.0

 

14

Favoritisme discret mais réel dans la nomination de magistrats, préfets, présidents de l’audiovisuel, etc. Corruption non jugée à ce jour mais en cours d’instruction (affaire Woerth-Bettencourt, entre autres)

 

1.5

Total :

24.0

 

Soit : 24 points sur 70 « possibles », soit 34.28 %. (marge d’erreur et surtout d’appréciation non négligeable : faites-le chez vous avec votre sensibilité et donnez-nous ici vos résultats).

 

Conclusion :

Le quinquennat de N. Sarkozy, bien que bridé par l’énorme enjeu d’une réélection souhaitée, contenait déjà, en substance, un tiers de fascisme plus ou moins discrètement intégré dans les pratiques d’un système en cours de construction. 

 

(1) Todd (E.) - Après la démocratie – Gallimard - 2008

(2) Britt (L.) – Fascism anyone ?… Free inquiry - 2003 sur http://syndicats.over-blog.com/article-les-14-caracteristiques-du-fascisme-selon-lawrence-britt—42147993.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Ronny Ronny 9 août 2012 13:46

    Voilà ma perception du sarkozysme que je ressens plus comme proche du Vichysme - au sens de la collaboration avec les puissants, les riches, les banksters érigée en mode de gouvernance - que du fascisme. 

    1. Un nationalisme puissant et constant

    1/5. Ce n’est pas trop le nationalisme puissant qui m’a marqué, mais plutôt le rappel constant aux origines judeo-chrétiennes de la France 

    2. Un mépris pour la reconnaissance des droits de l’homme

    2/5. D’accord avec votre analyse. On a assisté à la mise en place de lois hyper répressives, de peines planchers, de lois sur la récidive, d’une disparition de la justice des mineurs, à une impunité des forces de police dans leurs excès, à la tentative de faire disparaître les juges d’instruction et placer la justice aux ordres du gouvernement, et à de nombreux efforts pour limiter le droit de grève... sans que cela ne se traduise d’ailleurs par une amélioration du chomage ou de la sécurité !

    3. L’identification d’ennemis ou de bouc-émissaires comme facteur d’unité

    4/5. il s’agit là d’une constante de la politique de NS ! Rappelez-vous la France qui se lève au cours contre ces fainéants de chômeurs, les courageux artisans et commerçants contre les racailles du service public, les jeunes contre les vieux, les Français « de souche » contre les nouveaux arrivants (les Auvergnats), et en dernier ressort la France du vrai travail contre les corps intermédiaires. A la différence des régimes fascistes, davantage visé à ériger une partie des Français (les bons, ceux qui votent UMP) contre les autres... il ne se passe agit de tenter d’établir un facteur d’unité, plutôt de diviser pour régner.

    4. La suprématie de l’armée

    0/5. même si effectivement il y eu un alignement de la France sur les positions américaines (appelez-moi Sarkozy l’américain), je n’ai pas ressenti que la politique de NS se soit focalisée autour de la suprématie des armées... quel est porté l’armée aux nues comme on peut le constater dans certains pays comme les États-Unis où Israël

    5. Un sexisme répressif

    0,5/5. Même analyse que la vôtre sur le manque de volonté politique d’établir des parités.

    6. Des médias de masse sous contrôle

    4,5/5. Sans nul doute il s’agit là d’une caractéristique forte du sarkozysme. Affaiblissement du rôle du CS un nomination du PDG de Radio France et de la télévision nationale par Nicolas 1er, collusion avec des grands patrons de presse (Dassault, Lagardère), installation d’un service « com » extrêmement agressif vis-à-vis des journalistes à l’image du ton très désagréable de Nicolas Sarkozy vis-à-vis de ceux-ci (se rappeler qu’il en a traité un de pédophile) 

    7. Une obsession avec la sécurité nationale

    3/5. il ne s’agit pas vraiment d’une obsession sur la sécurité nationale est une obsession sécuritaire dirigée contre un hypothétique « ennemi intérieur ». Effectivement la peur revient comme un leitmotive dans les discours de NS... Et à chaque fait divers, une seule réponse : une législation encore plus répressive sans bien sûr avoir pris le temps d’évaluer auparavant les effets la législation précédente.

    8. L’amalgame de la religion et du gouvernement

    1,5/5. alors que la France est une nation laïque le sarkozysme s’est effectivement caractérisé par un retour sur le devant de la scène les questions de religion (voir discours de Latran, expression de signe public religieux de la part du président). Par ailleurs, j’ai été choqué de ce rappel constant des racines judéo-chrétiennes de la France dans un pays où la tradition religieuse est en perte de vitesse

    9. La protection du pouvoir des entreprises

    4/5. Une autre des grandes caractéristiques du sarkozysme ! Tentative de limitation du pouvoir des syndicats, réquisition de travailleurs dans des secteurs non prioritaires lors des grèves autour de l’allongement de la durée du travail (du jamais vu depuis Vichy !), impossibilité de développer des class actions, et encore une fois collusion avec les grands patrons. c’est effectivement carton plein pour Talonnettes 1er !

    10. La suppression du pouvoir des travailleurs

    4/5. voir ci-dessus !

    11. Le mépris pour les intellectuels et les arts

    3.5/5. un autre élément notable du sarkozysme ! On se rappelle des moqueries sur l’enseignement du français (la princesse de Clèves !), La suppression de l’histoire et de géographie en terminale, les « réformes » visant le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, le mépris pour les chercheurs au sens large, les coupes claires dans le budget du ministère de la culture,etc. Bref là aussi, y’a eu du lourd !

    12. Une obsession avec le crime et le châtiment

    2/5. Vvoir plus haut les commentaires autour du fonctionnement de la justice, du traitement des délits, de celui des mineurs... 

    13. Des élections frauduleuses

    0/5. En aucun cas !

    14. Le règne du favoritisme et de la corruption

    4/5. Encore un point fort dans le bilan ! On se rappellera de l’épisode ridicule de l’EPAD, de Val à France inter (copain de Carlita), d’ambassadeurs incompétents, d’un de ses très proches de la direction de TF1, de la condamnation de séparatistes corses ayant eu l’outrecuidance d’envahir la propriété d’un acteur ami du pouvoir, de l’affaire du scooter, de la corruption autour des affaires Woerth, Bettencourt, du KArachi gate, etc. 

    And the winner is : 34 sur 70, soit à mi chemin de la dictature, ce que je dénonçais dans un article ancien sur avox :
    http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/lente-derive-vers-une-dictature-48193


    • Anaxandre Anaxandre 9 août 2012 13:52

       Autant j’ai toujours eu en horreur le « petit Nicolas », atlantiste convaincu et représentant des élites bourgeoises de Neuilly (et d’ailleurs), autant je me demande comment on a pu faire passer ici cet empilement d’âneries se présentant comme une étude scientifique avec tableau et statistiques à l’appui ! Tout ça sorti tout droit de l’esprit fécond de l’auteur.

       Quand Jospin affirmait "qu’il n’y a jamais eu de menace fasciste en France" avec le FN, l’auteur tente de nous expliquer qu’on en a vécue une en la personne de Sarkozy ! Tout simplement ridicule...

       Au delà des postures électoralistes, qu’on m’explique par exemple en quoi sa politique aurait été nationaliste (le Traité de Lisbonne est une forfaiture et le contraire du nationalisme), ou encore comment se fait-il que Sarkozy, ce "tiers d’Hitler« si j’ai bien compris la »démonstration", se soit fait démolir par l’écrasante majorité de « médias dans les mains de grands groupes familiaux amis (de son) clan » ces dernières années.

       Avec des « méthodes » aussi malhonnêtes que ridicules, je vous démontre l’année prochaine qu’Hollande est à 47,3% un clone de Mussolini (ou de Staline, ça dépendra de mon idéologie et de mon humeur du moment...).


      • Mycroft 9 août 2012 14:28

        Même les médias aux ordres ne peuvent taire pleinement l’évidence. Si Sarkosy avait vraiment été descendu dans les médias, si toute ses petites théories économiques et pipologiques avaient été montrées pour ce qu’elle sont par les médias, un mélange de croyance sans fondement, de copinage éhonté et une volonté marqué de privilégier une partie de la population qui est considéré par lui et son clan comme une élite (alors qu’elle n’a rien à voir avec l’élite véritable), la population n’aurait pas juste viré Sarkosy. Elle l’aurait pendu.

        Quand au nationalisme, il est peut être sur-noté par l’auteur. C’est la seule faille visible de cet article, il a justement le mérite de rappeler ce qu’est le fascisme, et de rappeler que non, les accusations de fascisme faites par les « sales gauchistes » sont complètement fondées.

        Même si en France, hélas, et suivant une définition assez claire comme montrée ici, le Fascisme n’est pas limité à Sarkosy et sa clique, loin de là.


      • Anaxandre Anaxandre 9 août 2012 14:39

         Allons, soyez sérieux ! Sarkozy ne fut en aucun cas un dirigeant fasciste. Il ne fut, suivant en cela bon nombres de dirigeants et de gouvernements en France depuis le XIXème siècle, qu’un président mandaté par l’élite bourgeoise (aujourd’hui « mondialisée », c’est la seule différence notable avec toute cette vieille tradition de la « République Bourgeoise »). Ce fut juste un peu plus visible sur la forme avec lui qu’avec d’autres.


      • Anaxandre Anaxandre 9 août 2012 17:12

         Au nombre de « moins » que je me tape sans un seul argument contradictoire m’expliquant en quoi Sarkozy aurait mis-en-œuvre une politique « nationaliste » (principe fondamental de tout fascisme), je vois que les réflexes pavloviens des gauchistes consistant essentiellement à traiter de « facho » tout ce qui leur est différent fonctionne toujours aussi bien !

         Continuer comme ça vous avez de l’avenir ! smiley smiley smiley


      • Anaxandre Anaxandre 10 août 2012 00:15

         Je rajouterai, pour finir de vous énerver, qu’en France les gauchistes sont depuis des décennies les idiots-utiles du système néo-libéral par leur internationalisme et leur immigrationnisme. Ceci dit, tous les gens qui arrivent à faire fonctionner quelques neurones simultanément savent ça depuis longtemps (pour eux : désolé d’enfoncer des portes ouvertes...).


      • modesto modesto 10 août 2012 11:48

        ...je vous démontre l’année prochaine qu’Hollande est à 47,3% un clone de Mussolini (ou de Staline)...


        Chiche !!!

      • Anaxandre Anaxandre 10 août 2012 15:00

         Vous avez bien compris ce que je voulais dire par là, à savoir qu’avec une méthode aussi peu « scientifique » que la vôtre dans cet article malgré les apparences (tableau, statistiques, etc...), on peut avancer n’importe quelle absurdité. Vous ne faites que prendre quelques exemples qui vont dans le sens de la théorie que vous avancez, en en occultant sciemment d’autres moins favorables à votre « démonstration » ; on pourrait tout aussi bien prendre d’autres exemples pour « prouver » tout autre chose. Bref, votre méthode est bien plus idéologique que scientifique. Soyons sérieux !

         Un exemple ? Pour savoir à quel degré Sarkozy aurait été nationaliste, il aurait fallu prendre en compte plusieurs critères essentiels de cette idéologie : son action a-t-elle été dans le sens de l’indépendance de la nation ? ou dans le sens de la préservation de son identité ? a-t-il mis en œuvre un quelconque protectionnisme ? ou prôné la suprématie du collectif sur l’individuel ? a-t-il cherché des ennemis intérieurs ou extérieur à l’état ? a-t-il affirmé la prédominance de l’intérêt national par rapport aux intérêts des classes et des groupes qui constituent la nation ou par rapport aux autres nations de la communauté internationale ?

         On voit vite que le seul point (il faut avoir l’honnêteté de citer tous les critères, ce que vous ne faites absolument pas dans votre « méthode ») pour lequel il pourrait se rapprocher d’un certain nationalisme serait sur la dénonciation d’ennemis de l’intérieur ou de l’extérieur. Et même là, son engagement militaire en Libye fut-il fait de manière indépendante et pour le seul avantage de la nation française ? Quand à « l’ennemi de l’intérieur » (le musulman peut-être ?), a-t-il été privé de certains de ses droits de citoyen ? Et on pourrait ainsi démonter point par point votre tableau...

         Le mandat de Sarkozy fut une bien triste période pour notre pays, j’y souscrit mille fois ! Mais de là à vouloir à tout prix, et au mépris de toute objectivité, en faire à un tiers un « moment fasciste », n’est qu’une manipulation intellectuelle. Vous irez demandez à des maurassiens, par exemple, ce qu’ils en pensent !


      • Scuba 9 août 2012 14:25

        pour le point 14, vous auriez pu aussi ajouter la nomination (il est vrai avortée) du fiston à l’EPAD.


        • LE CHAT LE CHAT 9 août 2012 14:58

          Les élections frauduleuses , ça se trouve au parti socialiste , NON ?
          pour le favoristisme et la corruption , les socialos sont aussi très forts sur le sujet .
          pour pas mal d’autre points en revanche , on ne regreterra pas le petit nerveux , mais pas question de signer un chèque en blanc au Flamby pour autant .


          • modesto modesto 10 août 2012 11:45

            les invectives et les jugements de valeur à l’emporte-pièce n’égaleront jamais une analyse étayée, certes modeste, limitée et sujette à discussion (comme le fait Ronny, merci à toi), mais qui recherche honnêtement à s’approcher du réel (jamais atteint, de toutes façons)...

            analyser l’idéologie est chose difficile, sans doute hors de portée des militants primaires qui n’ont pas besoin de tout un cerveau, mais seulement, comme disait Einstein, d’une moelle épinière (arc réflexe)... 


          • Gabriel Gabriel 9 août 2012 17:57

            SARKOZY ET LES AFFAIRES

             N’oublions jamais : « Je veux une république irréprochable … »

             l’affaire Karachi

             l’affaire Takieddine (patrimoine de 40 m€ non imposé, Karachigate, SAWARI II, MIKSA (350 millions d’euros), contrats avec la Libye et commissions occultes, tractations obscures avec la Syrie, la protection qu’il a ou a, eu selon Mediapart, de la DGSE

             l’affaire GDF

             l’affaire Tapie, enrichie d’évasion fiscale du magot vers la Belgique

             l’affaire Clearstream

             l’affaire Bettencourt

             les affaires Wildenstein

             l’affaire César

             l’affaire Pleyel

             l’affaire de Compiègne

             l’affaire Peugeot

             l’affaire Abdallah Senoussi, bras droit de Kadhafi, patron des services spéciaux libyens et beau-frère de Kadhafi, condamné à une peine de perpétuité en France dans l’affaire de l’attentat contre le DC10 d’UTA et visé depuis lors par un mandat d’arrêt international., que Guéant et Sarkozy ont tenté de protéger

             les affaires Djourhi, Takkiedine

             les micros partis de Copé, Wauquiez, Woerth, Sarkozy etc.

             l’affaire du Fetia Api

             les discours de Dakar, Riyad, Latran et du Puy en Velay, la lettre de Guy Môquet, le parrainage d’un enfant de la Shoa, sur la mort de Ben Laden

             l’invitation des dictateurs pour le 14 juillet, celle de Kadhafi avec les ors, le tapis rouge, les petits plats dans les grands, celle d’El Assad en décembre 2010, le copinage avec Dos Santos,

            les silences sur le Tibet, le Darfour, le prix Nobel de la paix, la présence l’ouverture des JO de Pékin et le fils Louis dans les bras de Poutine

             les fils Pierre et Jean invités dans les voyages officiels à l’étranger (Mexique, Maroc) alors qu’ils ne représentent aucun intérêt pour le bien de la nation.

             la gestion catastrophique de la crise Géorgienne (le Russes y sont encore et ont implanté des bases de missiles), celle de la crise financière, celle de l’Europe, celle des révolutions tunisienne et égyptienne, le fiasco libyen, l’inaction en Syrie

             l’affaire de la Jatte, du Fouquet’s payé par Desmarais, du Paloma payé par Bolloré, de la villa mexicaine, de Wolfeboro payé par les dirigeants de Prada et Tiffany, des repas au Bristol 2 fois par semaine, du voyage en Egypte, celle du stylo …

             l’affaire Pérol

             l’affaire de l’Epad (et du scooter)

             Gandrange

             les vaccins du virus H1N1

             les accords entre l’UMP et le Parti Communiste Chinois, l’UMP et la mairie de Paris pour payer les frasques de Chirac, l’envoi par l’UMP des bulletins d’adhésion aux restaurateurs dans la période de la baisse de la TVA à 5,5 %

             les affaires Yade, Boutin, Copé, Juppé, Joyandet, Bertrand, Blanc, Estrosi, Lefebvre, Santini, Proglio, Amara, Laporte, Péchenard, Mitterrand, Ouart, Solly, Soubie, Richard, Fillon, Squarcini, Marleix, Charon, Longuet, Bachelot, Mignon, Morano, Giacometti, Besson, Courroye,Tron, Laroque (Baroin), Guéant (contrats avec la Libye), Dupuydauby, Fontaine, Ceccaldi Raynaud …

             l’utilisation du contre-espionnage pour des affaires privées

             l’utilisation de l’Elysée pour recevoir les caciques de l’UMP et les satellites jusqu’à plusieurs fois par semaine, l’utilisation des moyens de l’Etat pour la propagande et pour préparer et faire la campagne du candidat Sarkozy, la proposition de Sarkozy à Lauvergeon d’une prime de 2 ans de salaires comme si Aréva lui appartenait et qu’il sortait l’argent de sa poche

             les légions d’honneur (Servier, Widenstein, Desmarais, Frère, Maistre, Peugeot etc.)

             l’Air Sarko One (250 millions d’euros dont 50 % de dépassement selon René Dosière) et ses deux fours à plus de 131 000 € (TTC et avec l’étude), le cocktail de New York à 400 000 euros, le dîner pour l’UPM à 1 million d’euros, les 4 X 4 Nissan de Megève

             la proposition de loi sur la déchéance de la nationalité française et son extension, et le débat sur la nationalité, le fichier EDVIGE, Wauquiez et son cancer de la société, le RSA

             l’affaire de la rémunération illégale de septembre au 31 décembre 2007 (rémunération comme ministre de l’intérieur alors que Nicolas Sarkozy est président), l’augmentation stratosphérique, le divorce, le mariage, l’inscription hors délai sur les listes électorales, la déclaration des impôts en retard, le tout illégal ou non pénalisé

             la circulaire Hortefeux, ses amitiés avec Takieddine, ses déclarations d’Auvergnat, celles de Guéant dont celles répétées sur l’échec scolaire des enfants d’immigrés, l’autre récidiviste, celles de Guaino (béatification, prison, etc.)

             la nomination à la têtes des chaînes audio et vidéo publiques par le pouvoir

             la réforme constitutionnelle

             les ministres aussi maires ou élus, le mélange des genres, la non séparation de l’exécutif et du législatif avec le retour sans élection des députés virés du pouvoir 

             l’irresponsabilité pénale du Président de la république

             la position d’Hortefeux dans la condamnation des 7 policiers, et ses deux condamnations à lui

             l’affaire des sondages

             les classements du parquet

             le site France.fr (des millions d’euros pour rien)

             les évictions des préfets pour crimes de lèse-pelouse ou de sifflets

             la paralysie des villes et les moyens de quasi guerre (2 000 CRS pour 600 habitants par exemple) au coût pharaonique pour les déplacements du président

             l’affaire de l’espionnage des journalistes par le contrespionnage

             l’affaire de la validation des comptes de campagne de Balladur et de Chirac

             la scientologie

             l’affaire Servier dont Nicolas Sarkozy a été l’avocat. Coût 1,2 milliards à la Sécurité Sociale en plus des morts.

             l’affaire Bongo

             la proposition de MAM d’aide à Ben Ali et son pouvoir pendant la révolte tunisienne, les lacrymos et son voyage entre Noël et le jour de l’an et ses quatre mensonges fondamentaux, les petites affaires des parents, et Ollier (ses amitiés libyennes en plus), l’utilisation de la Libye et du Japon par Nicolas Sarkozy pour raison électorale

             les vacances de Fillon payées par Moubarak dont la clique a détourné plus de 45 milliards de $ et dont 3 ministres ont été arrêtés pour corruption et détournement de fonds publics, et sa justification, celles Sarkozy au Maroc. Et la Ferrari prêtée en 2009 en pleine crise à Fillon, ses voyages à 27 000 € pour retourner en Sarthe alors que le train met 1h20


            • modesto modesto 10 août 2012 10:03

              merci de votre mémoire ; ces évènements ont tous une importance au plan politique. il importe maintenant de les raccrocher à ces catégories idéologiques posée par ce chercheur. tous n’y entreront pas, sans doute. 

              mais le vice du sarkozysme apparaît de plus en plus...

            • louphi 9 août 2012 18:44

              Profession : TUEUR PROFESSIONNEL DE MASSE

              J’ai fait ma première expérience grandeur nature en Afrique Noire subsaharienne en qualité de parrain du génocide rwandais en 1994. Vous vous imaginez bien, je n’étais pas seul. Nous avions été choisis par notre dieu CHI, fils héritier du grand dieu DIGO, pour apprendre le métier auprès du dieu MITT. Officiellement, le dieu CHI et le dieu MITT ne s’accordaient que très rarement. Cependant, les deux dieux se sont mis d’accord pour nous former et ont désigné l’un des nôtres plus expérimenté, BALL, pour être notre chef de bande. Pour être bref, je dois vous avouer que cette expérience a été pour nous très enrichissante pour un début de carrière.

              Après cette formation supervisée par le grand dieu MITT lui-même, j’ai fait mon petit chemin sur les traces du dieu CHI. Mais, profitant d’une petite inattention de sa part, j’ai détrôné le dieu CHI. Tout ceux qui faisaient bande du dieu déchu CHI, se sont retournés pour faire ma bande, sauf un du nom de DEVIL. Mes deux premiers actes sur le trône divin ont été de débaucher certains copains, fidèles irréductibles du dieu MITT, et de tuer le rebelle DEVIL. C’est de cette manière que je suis devenu presque l’égal du dieu MITT. J’utilise l’adverbe « presque », car, contrairement au dieu MITT qui, comme le grand dieu DIGO, est un esprit indépendant, j’ai dû recourir aux services du dieu SAM qui est très riche et très puissant. Mon vrai dieu, c’est la richesse.

              Voici quelques hauts faits de masse qui prouvent que je suis devenu presque l’égal du dieu MITT.

              Primo, grâce à mon employeur et avec le soutien de la Françafrique, j’ai placé mon ami personnel au pouvoir en Côte d’Ivoire après avoir ordonné et organisé des massacres de masse, puis envoyé en déportation son président. Butin : le port stratégique d’Abidjan et l’énorme production cacaoyère de ce pays, car c’est le premier producteur mondial de cacao. Je ne regarde même pas les richesses faramineuses du sous sol.

              Secundo, j’ai placé mes amis islamistes au pouvoir en Libye en leur ayant livré le colonel Kadi Chef de leur pays, qu’ils ont déchiqueté et peut-être même mangé cru. J’ai réalisé ce haut fait après seulement un mois de campagne militaire aérien et terrestre sans précédent. Mon employeur m’a prêté main forte et j’étais le maître de l’air. J’ai pilonné sans relâche, jour et nuit, et massacré les populations dans tout le pays. Butin : les énormes gisements de pétrole du pays, sans compter tout le reste.

              Tertio, avec le soutien indéfectible de mon employeur, j’ai fomenté le soulèvement en Syrie et armé les rebelles : Butin visé : gisements pétroliers, position stratégique pour le contrôle du moyen orient, sans compter le reste.

              J’ai joué un rôle de premier plan sur d’autres théâtres de massacres de masse, en cachette ou en public, à travers le monde. Je vous en épargne la liste.

              Voulez-vous savoir qui je suis ? Eh bien, voici. Je suis petit de taille comme Nébo-Léon que j’admire. Comme lui, j’ai un grand coeur, car je suis assoiffé de grandeur et de reconnaissance. Mais, je ne peux étancher ma grande soif qu’avec la grande mer bondée du sang des massacres de masse. Je suis jeune en apparence physique, mais très vieux en expérience. J’ai donc encore de l’avenir pour faire parler de moi. Vous me reconnaîtrez facilement sans aucun doute, car mes documents les plus importants portent ma signature maçonnique.

              Vous voulez des détails sur mon métier, eh bien, voici. Mon métier est celui de planificateur et organisateur des massacres de masse. Mon employeur est une nébuleuse mafieuse occulte qui regroupe les propriétaires les plus riches du monde et dont je fais partie, car je suis né aristocrate. Le but avoué de mon employeur est de s’emparer des richesses de tous les pays en prenant le contrôle de leurs Etats de gré par la démocratie, ou de force par les coups d’Etat, les massacres de masse voire les génocides.

              Pour tout vous dire, mon employeur s’appelle les ILLUMINATIS. Les plus avertis l’appellent GOUVERNEMENT MONDIAL. Les médias préfèrent COMMUNAUTE INTERNATIONALE. C’est lui en réalité qui gouverne le monde sans jamais se faire élire dans aucun pays autrement que par ses représentants non déclarés camouflés dans chaque pays sous étiquette de DEMOCRATIE.

              Je suis protégé et ne peux être dénoncé, encore moins poursuivi, même si je suis multirécidiviste, car je suis au service du Gouvernement Mondial qui assure mon impunité. Même le Comité des Sages dont je fais partie ne peut rien contre moi.


              • modesto modesto 10 août 2012 11:55

                ? ? ? ? ? ? ? ....


              •  C BARRATIER C BARRATIER 9 août 2012 19:20

                Sarkozy représente une avancée de la contre révolution, de l’antagonisme au siècle des lumières. Sarkozy appartient à une famille toujours prête à faire reculer la République. Ils sont très forts, gare à leur retour si le passage HOLLANDE ne rétablit pas solidement les choses. Voir dans la table des news :

                « République : Résister à la pieuvre libérale et intégriste »

                 http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=204


                • foufouille foufouille 9 août 2012 20:10

                  « A l’odieux libéralisme, lui qui veut la liberté individuelle »
                  mdr
                  Y comme dans aryen
                  pas i


                  • foufouille foufouille 9 août 2012 20:32

                    libertaryen car seul les riches ont des droits
                    espece de lucilio


                  • foufouille foufouille 9 août 2012 21:27

                    le socialisme n’a jamais existe
                    le capitalisme non plus
                    par contre le libertaryanisme, si
                    pour le « liberal », le pauvre doit crever en travaillant pour engraisser les tres riches


                  • foufouille foufouille 9 août 2012 22:26

                    on parles pas de travail mais de arbeit macht frei, genre tu bosses mais sans paye


                  • fcpgismo fcpgismo 10 août 2012 09:06

                    Le Sarkozysme c’ est l’ arbre qui cache la forêt de la monstrueuse cupidité qui sommeille en chacun de nous, la société doit canaliser cette nature et faire apparaitre le meilleur le Sarkozysme c’ est le contraire rechercher ce qu’ il y a de pire et le développer on appel celà le libéralisme.


                    • modesto modesto 10 août 2012 12:07

                      tout le travail de construction de la civilisation par la philosophie politique issue des Lumières a consisté à construire des garde-fous contre cette « cupidité » que le libéralisme, justement, libère. cela s’appelle l’Etat, que le libéralisme, justement, déconstruit. c’est la social-démocratie qui a construit l’état-providence qui fait que les occidentaux ont une instruction, des dents et une bonne espérance de vie, que justement le libéralisme, voudrait limiter car il ne veut pas payer.

                      le fascisme a toujours consisté à manipuler le peuple pour lui faire accroire à un grand dessein national pour mieux l’asservir aux forces du marché et des puissants. 
                      n’oubliez jamais tout cela.

                    • eric 10 août 2012 09:34

                      Absurde. Sarkozy n’a jamais été proche en quoi que ce soit de quelque socialisme que ce soit.
                      Ceci exclue par nature qu’il puisse avoir quoi que ce soit avec voir avec un fascisme.

                      L’étude citée est elle même absurde. Elle compare des régime autoritaires aussi peu idéologues que possible avec des régimes totalitaires imprégnés de socialisme. Franco était comme Pinochet des généraux réputés légalistes et estimmés respectivement par la république espagnole et par Allende, qui se sont résolu a mettre un terme a l’anarchie violente dans leur pays. On ne peut pas les comparer à des Mussolini, directement issu du socialisme, et surtout a Hitler ( Taper programme du NSDAP) qui n’en diffère que sur la race, donc sur quelque chose qui n’existe pas.....

                      Cet article, oui, est fasciste. Sans s’attarder à le noter point par point, on peut retenir le reproche fait à Sarko d’avoir reçu des « dictateurs sanglants », qui tous se réclamment du socialisme, même si seulement certain certains d’entre eux sont resté membres de l’international du même nom judqu’à la fin......

                      Ben Ali, Moubarak, Gadbo, le fait de recevoir diplomatiquement des chefs d’état ouvertement appuyé par le plus grand parti d’opposition français, qui les reconnaissait comme des pairs, est bien la preuve d’une ouverture, d’une tolérance, d’une capacité à faire passer les intérêts nationaux avant l’idéologie, et ne pas s’ingérer dans les affairres des autres, qui à nouveau, exclue en soi de rapprocher Sarko des racines socialisantes de tous les vrais fascimes. Il en va de même pour Kadhafi et Assad, qui si i ne bénéficiaient pas d’une telle fraternité de la part de leurs alter égos socialistes français, n’en continuaient pas moins se revendiquer comme tels.


                      • modesto modesto 10 août 2012 10:15

                        « c’est curieux, cette manie, chez les (marins) allumés, de vouloir faire des phrases ! » (d’après Michel Audiard).

                        avant de jeter n’importe quoi sur votre clavier, un peu de réflexion et de culture vous éviteraient des désagréments publics !
                        étude « absurde » ; article « fasciste » : même pas peur !!!
                        ps : cadbo ou Gbagbo ?

                      • eric 10 août 2012 10:09

                        C’est tellement illogique que j’ai eu envie d’aller plus loin... En suivant l’article, on en viendrait à la conclusion que si un président français socialiste acceptait d’avoir des rencontres officielles avec un Bush ou un Reagan dans ou hors le cadre de ses fonctions officielles, il serait nécessairement un utralibéral mondialisé présumé fascisant. Que peuvent bien faire dans le vie des gens qui on ce type de pensée. Ee cherchant un peu, on découvre que l’auteur à émargé pour l’essentiel à de l’argent public, avec pour vocation, à un haut niveau, d’aider à la lutte contrel’exclusion et la pauvreté.... ! On s’étonne moins que les nouvelle pauvretés soient apparues en gros en 1981 et que depuis 30 ans, l’accumulation de postes et de subvention pour ceux qui « vivent des pauvres » ait conduit à l’aggravation tous azimuts de la situation de ces derniers. On préssent aussi pourquoi, il faut, il est nécessaire, il est indispensable, que l’origine des problèmes soient ailleurs. Par exemple chez Sarkozy. Ces exploiteurs de la misère du peuple veulent plus d’argent et de crédit, pour eux. Ils ne voudraient pas qu’ on leur demande des comptes à eux. Comment avec tous ce fric et tous ce temps êtes vous parvenus à accroitre l’exclusion ?
                        Heureusement, il y a Sarkozy.

                        Cependant, on il est difficile d’oublier que les forces vives de tous les fascisme ont toujours été des gens des classes moyennes létrrées, largement fonctionnarisées, mise hors d’elle même par la diminution des fonds publics dont elles bénéficiaient. En cette pèriode de disette budgétaire. (les gens comme l’auteur on largement contribué à vider les caisses sans résultats) on ne peut s’empecher d’être iinquiet du déploiement de ces discours irrationnels et stigmatisant autant qu’antidémocratiques. L’irrationnel présenté sous couleur de science. Cela, oui, c’est un marqueur des fascismes. Ne nous y trompons pas, derrière l’absurdité de ce texte, c’est bien, pour le coup, une vraie menace fasciste qui pointe.


                        • modesto modesto 10 août 2012 10:26

                          vous avez tout à fait raison, cher contradicteur : je suis irrationnel, je suis une menace fasciste qui a creusé les déficits en « vivant des pauvres » (mais pas fonctionnaire, désolé), j’ai exploité la misère du peuple , j’ai accru l’exclusion à moi tout seul et je n’ai jamais rendu de comptes à quiconque... (je dois en oublier). et, cerise sur le gâteau, en 81, nous avons programmé les nouvelle pauvretés pour nous enrichir !...

                          bref, pour la prochaine réaction, avec un tel acte d’accusation, mon compte est bon !
                          ps : vous connaissez le niveau de salaire d’un travailleur social ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès