Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un compteur installé à Rouen pour dénoncer la dette d’Etat envers le (...)

Un compteur installé à Rouen pour dénoncer la dette d’Etat envers le Département de Seine-Maritime

Un panneau lumineux égrenant le montant des sommes dues par l’Etat au département de Seine-Maritime a été installé au pied des bâtiments du Conseil Général à Rouen. Le montant des transferts de charges non compensés dépasse actuellement les 238 millions d’euros.

Pour Didier Marie, le président socialiste du conseil général, cette dette correspond au "montant des transferts de charge non compensés".

Aujourd’hui, à cette dette du gouvernement, va s’ajouter le manque à gagner de la réforme sur la taxe professionnelle. En effet, le gouvernement va supprimer la taxe professionnelle, principale ressource des collectivités locales.

La mise en oeuvre de celle-ci aboutira à plusieurs choses : moins de financement pour toutes les associations, moins de solidarité, moins de services publics locaux mais également un transfert de l’impôt des entreprises sur les ménages donc plus d’impôts sur les familles !

En résumé, le Gouvernement doit beaucoup d’argent aux seinomarins et il s’apprête à faire les poches des collectivités pour remplir des caisses qu’il a lui même vidées notamment en donnant des avantages fiscaux aux personnes les plus aisées.

Pour matérialiser la dette de l’Etat, un compteur a ainsi été installé en façade de l’Hôtel du Département à Rouen. Il tourne exactement à la même vitesse que le montant de la dette du gouvernement à l’égard du Département de Seine-Maritime augmente.

La somme a été démarrée le 1er décembre dernier à 238 195 040 €, égrène 139 € par minutes et devrait atteindre 244 millions à la fin de l’année.

Au-dessus du menu déroulant qui actualise la somme figure les mots "Ce que doit l’Etat aux Seinomarins".

 

Arnaud MOUILLARD - http://hern.over-blog.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Talion Talion 29 décembre 2009 18:02

    Il parait que la France soit on l’aime soit on la quitte...

    C’est peut-être un bon moment pour certaines régions française de commencer à étudier la question des modalités de départ.

    Laissons donc Paris couler avec cette république corrompue aux ordres de Bruxelles et qui n’a plus de démocratique que le nom !

    Les régions françaises ont-elles besoin de se trainer le boulet que représente la capitale, ses dirigeants vendus a des intérêts privés et son aristocratie qui nous presse comme des citrons ?...


    • Christian Delarue Christian Delarue 30 décembre 2009 14:19

      Le problème est que l’Ile de France représente en richesse marchande et non marchande 20 % du PIB. Même Lyon et Marseille sont des régions sous développées à côté. Je tiens ce chiffre du rapport de la Documentation française sur l’Outre-mer (bien dépendant).

      La question de la répartition territoriale des richesses se pose tout autant que celle entre couches sociale. Boucler social des prolétaires à moins de 3000 euros par prédation des riches et moins riches jusqu’à la vie simplement aisée de tous.


    • Talion Talion 30 décembre 2009 17:31

      C’est bien pour cela qu’il faut s’attaquer à cette question dès maintenant !

      On voit ce qui manque pour se tirer, on s’organise avec les élus locaux pour savoir comment l’obtenir ASAP et on se casse rapidos du Titanic !

      Il est urgent que les régions s’organisent pour mettre en place un programme autonomiste qui nous permettra de faire, le moment venu, un grand bras d’honneur à Paris et Bruxelles...

      L’autosuffisance au niveau local serait un bon départ pour réduire notre dépendance envers la capitale. Tout ce qui est importé que ce soit de l’étranger ou d’une autre région nous rend dépendant de Paris qui reste le seul vrai nœud de communication de ce pays.

      Seul problème : Il semble que les connards du gouvernement aient compris le danger que cela représenterait pour eux vu le peut de motivation qu’ils témoignent à préserver le monde agricole.

      On importe notre bouffe de l’extérieur alors qu’on pourrait la produire à domicile... Connerie sans nom mais qui une fois de plus renforce notre soumission vis à vis du pouvoir central sans qui on crèverait de faim dans l’état actuel des choses...

      Réduire notre dépendance vis à vis de ce que nous ne nous procurons pas au niveau local est la plus sûre méthode pour nous permettre d’acquérir les moyens de dire à notre gouvernement qu’il peut aller se faire foutre.


    • M.Junior Junior M 29 décembre 2009 18:37

      C’est excellent, les 20 régions socialistes devraient faire la même chose. Si elles étaient coordonnées et partagées le même projet social !

      La politique du résultat face à la politique de la communication.


      • M.Junior Junior M 30 décembre 2009 12:20

        Imaginons des panneaux 4X3 avec juste 3 lignes

        • Nombre d’emplois crée
        • Nombre de formations réalisé
        • Dettes de l’état
        Promesses Tenues

      • Philou017 Philou017 30 décembre 2009 14:26

        Vous voulez dire devant l’Elysee ? Ca serait certainement instructif vis à vis du président du « pouvoir d’achat ».


      • Danielle2 1er janvier 2010 21:20

        tout à fait d’accord - bonne idée - peut être qu’enfin les français prendraient conscience de l’état dans lequel le gouvernement met les collectivités territoriales - c’est trop facile de les charger d’un travail qu’il faisait sans contre-partie de moyens !! Bravo


      • M.Junior Junior M 2 janvier 2010 02:15

        Devant l’Elysée, ce n’est pas possible et je doute que Delanoe mette un tel panneau place de l’hôtel de ville à Paris. S’il pouvait me faire mentir Tant mieux !


      • zelectron zelectron 29 décembre 2009 18:56

        Mais alors si je ne me trompe l’état doit être + riche de 248 millions, que va -t-il en faire ? c’est là toute la question...


        • Gorg Gorg 29 décembre 2009 19:18

          Mais non, Zébulon 1er, sa clique de bras cassés, et leurs copains se les sont tout simplement mis dans les poches. He Hop, ni vus, ni connus, ils ramassent la mise. Et puis ils mettent sur pied un grand emprunt.


        • zelectron zelectron 29 décembre 2009 20:02

          Ouf, je croyait que c’était perdu pour tout le monde.


        • Gorg Gorg 29 décembre 2009 20:24

          M’enfin, il faut tout vous expliquer ....


        • Talion Talion 29 décembre 2009 21:32

          C’est à dire que cet argent est officiellement dores et déjà utilisé au mieux des intérêts de la population...

          Oui je sais... Moi aussi je suis plié de rire en me relisant... ^^


        • barbapapa barbapapa 29 décembre 2009 23:12

          Bien entendu la pose de ce panneau à fait l’objet d’un vote. Surement pas !

          Dans cette même ville, je voudrais voir la réaction de la mairie si un commerce avait l’idée ce mettre un tel panneau. Passe droit de plus d’élus en mal de voyeurisme.
          Bien entendu la pose de ce panneau est gratuite ! Encore de la dilapidation d’impôts.
          De toute façon dans ce département c’est une gabegie.
          Par exemple, ils viennent de dépenser un million d’euros pour un site internet de covoiturage !
          Vous avez bien lu : 1 million d’euro pour un site de covoiturage alors qu’il y en a déjà à foison.
          Et pas gratis.
          Des irresponsables de la dette se moquent d’autres irresponsables.
          C’est une guignolade !

          • Michel DROUET Michel DROUET 30 décembre 2009 10:20

            Cette initiative, c’est avant tout de la com.
            Les politiques, de droite comme de gauche sont devenus experts en la matière et leur principal souci est de créer le buzz.
            Ils sont beaucoup moins enclins à parler de leurs turpitudes et ils évitent de parler de ce qui fâche : comment sont utilisés nos impôts par exemple ?, comment gèrent-ils les finances locales ? s’ils pratiquent le contrôle de gestion ? comment négocient-ils les prix des marchés publics et délégations de service ? etc, etc...

            Dormez en paix braves gens et continuez à admirer ce genre d’initiative, cette fausse transparence, ce rideau de fumée, cet ersatz de démocratie.


            • docdory docdory 30 décembre 2009 11:51

              @ Arnaud Mouillard


              Les trois quart de votre article sont un copier-collé d’un communiqué officiel du PS



              • docdory docdory 30 décembre 2009 12:09

                @ Arnaud Mouillard


                Vous vous plaignez que la réforme de la taxe professionnelle aboutira ,, je vous cite , à « moins de financement pour toutes les associations » .

                A ce sujet, je me permet de vous remettre en mémoire la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen , qui dit ceci :

                 " Article XIII

                Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés. "

                En quoi les contributions des Citoyens de la République Française devraient être destinées au financement d’associations , mystère !

                Le financement d’une association n’est ni une dépense d’entretien de la force publique, ni une dépense d’administration ( au sens large de ce terme ). Ce financement ne doit donc en aucun cas être supporté par le contribuable, c’est contraire à la déclaration des droits de l’homme.

                Libre à tout citoyen de former des associations, libre aux citoyens non-membres desdites associations de ne pas être transformés en cotisants, contraints par le biais de l’impôt, à des associations à la raison sociale desquelles ils sont parfaitement en droit d’être en désaccord !


                • Roche 30 décembre 2009 12:31

                  docdory
                  les associations sont reconnues d’utilité publique, c’est là ou il faut recentrer leur existence.
                  quand a faire le parallèle avec le socialisme, faux ami, socialisme implique la socialisation mais pas forcément le social smiley


                  • docdory docdory 30 décembre 2009 13:35

                    @ Roche 


                    1°) Certaines associations, et non pas les associations sont reconnues , pas toujours judicieusement, d’utilité publique. Mais, malheureusement, de très nombreuses associations sont subventionnées , qui ne sont pas pourtant considérées comme étant d’utilité publique. Et dans ce cas , un financement public constitue manifestement un détournement de fonds publics.

                    2°) Il faut redéfinir ce qu’est l’utilité publique en ce qui concerne les associations. La définition de celle-ci devrait être extrêmement restrictive et se limiter par exemple, à la sauvegarde du patrimoine , l’assistance aux handicapés et aux miséreux, la recherche scientifique.

                    L’association sportive ou le club de pêche de Trifouillis-les-oies ne sont pas d’utilité publique et ne doivent en aucun cas recevoir de subventions.

                    De même, aucune subvention ne devrait être accordées à des associations lobbyistes telles que le MRAP ( association notoirement liberticide qui s’est illustrée, entre autres, par un procès fort mal venu contre le Professeur Louis Chagnon, et qui était encore, malgré cela, subventionnée à hauteur de 5000 euros par la municipalité de Lyon en 2007 sans compter les subventions d’autres municipalités et les probables subventions d’Etat ) !

                    http://www.lyon.fr/static/pdf/200711/delib/20078432.pdf

                    , L’utilité publique devrait être déclarée par l’assemblée nationale, révisée annuellement, les associations d’utilité publique devant être cogérées par l’Etat, dès l’instant où elles reçoivent des subventions. 

                    Toute association recevant des associations de l’Etat ou des collectivités locales devrait, par obligation de transparence, être contrainte d’avoir un site internet facilement consultable où puissent être constaté par chaque citoyen le montant des subventions attribuées par chaque collectivité locale et par l’Etat , avec une copie des délibérations au cours desquelles ont été décidées et justifiées ces subventions. ( Essayer de trouver trace des subventions attribuées au MRAP , par exemple , est impossible à la lecture de leur site, et difficile ailleurs ) .

                    A noter qu’un Etat dans lequel les dépenses d’utilité publique ne sont pas pourvues est un Etat mal géré. Si l’Etat fait bien son travail, nul besoin que des associations d’utilité publique pallient ses carences.

                    3°) Ou avez-vous vu dans mon commentaire que je faisais le parallèle avec le socialisme ?




                  • chris chris 30 décembre 2009 13:05

                    Ce panneau est la résultante de l’alliance du populisme, de la démagogie, et du mensonge

                     

                    Populisme parce que ceux là même qui dénoncent avec véhémence l’agression publicitaire  l’utilisent pourtant sans complexe dès lors qu’elle sert leurs visées politiciennes,

                     

                    Démagogie parce qu’effectivement ce n’est pas en dépensant des frais d’établissement d’un panneau immense, éclairé à grands frais (alors que sur la photo il semble que le soir tombe à peine…) que le conseil général se rendra crédible à critiquer la mauvaise gestion des deniers publics,

                     

                    Et enfin mensonge parce qu’un mensonge régulièrement rabâché ne devient pas pour autant une vérité.

                    Il est faux de dire que l’Etat ne compense pas à due proportion, en réalité les transferts de l’Etat du fait de la décentralisation ne représentent qu’un tiers des nouvelles charges pour les collectivités, lesquelles ont créé un réseau local de diverses structures supports pour appuyer un nouveau clientélisme au plus près du terrain.

                     

                    Combien de droits de tirage de structures associatives ou d’entreprises « amies », qui au passage pompent également des subventions à l’Etat ?

                    Combien de marchés truqués, de marchés « arrangés » pour voir favoriser tel ou tel au final ?

                     

                    C’est pour mieux masquer leur impéritie et leur gabegie que les collectivités réclament toujours plus à l’Etat, mais quid de leur responsabilités en termes de gestion ?

                     

                     

                     


                    • Philou017 Philou017 30 décembre 2009 14:34

                      Combien de réceptions somptueuses aux frais du contribuable en pleine crise ?
                      Combien d’augmentations de salaires à l’Elysée, y compris pour le super-profiteur ?
                      Combien de cadeaux clientélistes de la part de l’état ?

                      Les récentes aventures de la taxe carbone avec les cadeaux fait aux entreprises et finalement retoquée par le conseil d’état pour cause d’inadéquation totale de la loi avec les objectifs montre que l’exemple ne vient pas du gouvernement.

                      De toute façon, vos arguments sont hors-sujet. Pourquoi l’état ne verse-t-il pas ce qu’il doit alors qu’il troue des milliards pour subventionner les banques. La collectivité ca sert à tout le monde alors que les banques qui jouent au casino ne font qu’enrichir les spéculateurs.


                    • charles-edouard charles-edouard 30 décembre 2009 14:45

                      moi au dela d’un certain nombre de zero ,je ne sait plus compter

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès