Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un fantôme de moins à l’Assemblée nationale

Un fantôme de moins à l’Assemblée nationale

Le petit-fils du général de Gaulle ne se représentera pas en 2007.

Jean de Gaulle ne se représentera pas aux législatives de 2007. Ses amis UMP ont trouvé à ce député fantôme un point de chute confortable : conseiller maître à la Cour des comptes.

En récompense de quoi ? Pas de son assiduité, en tout cas !

Député du 12e arrondissement de Paris depuis 1993, après avoir été élu des Deux-Sèvres dès 1986, Jean de Gaulle ne s’agite guère au Palais Bourbon  : entre juin 2002 et décembre 2006, il n’a rédigé aucune proposition de loi, et a commis deux minces rapports (sur les comptes 2004 et 2005 de l’Assemblée).

Voici le compte rendu intégral de ses interventions dans l’hémicycle, depuis janvier 2004 :

  • le 3 février 2004 : « Ce n’est pas sérieux ! »
  • le 21 octobre 2004 : « Arrêtez votre cinéma » (au socialiste Augustin Bonrepaux, qui critique les déductions fiscales en faveur des plus riches)
  • le 19 novembre 2004 : « Et à juste titre ! »
  • le 10 décembre 2004 : « Absolument ! »
  • le 5 juillet 2005 : « Très bien ! »
  • le 5 mai 2006 : « Très bien ! »
Ce cas d’école illustre bien l’un des fléaux de notre démocratie : l’absentéisme des députés.
Jean de Gaulle exercera désormais son éloquence dans les salons du Palais Royal. Il laisse la place libre à Catherine Colonna, ministre déléguée aux Affaires européennes, qui souhaite être investie par l’UMP dans cette circonscription.

En ligne de mire, les élections municipales de 2008. Jean de Gaulle avait en effet perdu son siège de conseiller de Paris en 2001, dans un arrondissement plutôt "bourgeois" que la droite espère bien regagner l’an prochain.


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (363 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 3 janvier 2007 13:38

    le parfait exemple du godillot !

    vivement le retour de la proportionelle ,et de la démocratie !


    • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 13:42

      Si la proportionnel était la démocratie, ca se saurait !


    • LE CHAT LE CHAT 3 janvier 2007 13:47

      C’est une des étapes , la route est longue et le chemin tortueux , petit scarabée


    • luisito luisito 3 janvier 2007 14:36

      Justement ce comportement inqualifiable va a mon avis dans le sens du systeme actuel.

      Actuellement, lors d’un vote, un depute est LIBRE de choisir ce qu’il vote en fonction de la consigne de vote de son parti bien sur, mais aussi des citoyens qu’il representent. Donc dans l’absolu, il est une emanation concrete d’une partie du territoire dans lequel il est sense etre present afin de pouvoir ecouter et debattre de problemes nationaux avec la population.

      Si on passe a la proportionnelle, les deputes n’auront plus le contact d’un territoire et votreront uniquement en suivant la consigne du parti. Et meme si ils font l’effort d’ecouter la population, ils vont ecouter qui ? les 60 millions de francais en meme temps ? non juste les medias et les sondages... (la on peut etre perplexe)

      Donc au final, avec la proportionnelle, on aurait QUE des « jean de gaulle » a l’assemblee smiley A mon avis le syteme actuel permet justement de limiter ce genre de comportement.


    • LE CHAT LE CHAT 3 janvier 2007 16:17

      il y a des assemblées régionales où il y plus lieu de débattre des problèmes locaux , l’assemblée nationale est censée être représentative du peuple dans son ensemble et non de débattre de querelles de clocher ;une assemblée avec 2% de salariés , guère plus de moins de 30 ans , 11% de femmes, une majorité de vieux énarques et où 40% des votes comptent pour du beurre du fait du vote majoritaire n’est pas représentative du corps electoral .

      ce de Gaulle est un nul, quelque soit le système en place , qu’on ne leur paie plus que les jours de présence effective ,comme à nous les salariés !


    • (---.---.103.114) 3 janvier 2007 18:14

      « le parfait exemple du godillot ! »

      Ce n’est même pas cela. L’article d’Isabelle Debergue :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17009

      parle de « vote acquis d’avance » lorsque seulement 29 députés étaient présents pour l’adoption en première lecture de la loi sur la procédure pénale, et c’est sans doute la bonne analyse. La preuve, il n’y a pas eu une seule voix contre. L’UMP était pour et PS, UDF et PC se sont abstenus.

      Si les députés n’étaient pas là, c’est tout simplement parce que CE N’EST PAS A L’ASSEMBLEE NATIONALE QUE SE PRENNENT LES DECISIONS, mais dans les réseaux, dans des réunions à huis clos, etc... C’est donc là que les politiques ont intérêt à être présents. Une recordwoman d’absentéisme et de passivité apparente à l’Assemblée Nationale est Ségolène Royal.


    • clairette (---.---.53.159) 3 janvier 2007 19:26

      Tout à fait d’accord avec vous, Beau Minou, et une carresse dans le sens du poil !


    • dégueuloir (---.---.19.73) 3 janvier 2007 22:13

      il a vraiment une sale gueule d’enfoiré ce naze !!!!!! smiley


    • (---.---.97.92) 3 janvier 2007 22:39

      « vote acquis d’avance »

      Bien sûr que c’est là le vrai problème, et que ce que l’on appelle l’ « absentéisme » n’est que la manifestation de la perte d’importance de l’Assemblée Nationale dans la prise de décisions.


    • cambacérès cambacérès 11 janvier 2007 09:25

      Effectivement, l’assemblée ne décide plus

      elle avalise


    • La Taverne des Poètes 4 janvier 2007 02:20

      Un racisme anti chemise bleue sévit sur ce forum. Dommage la trouvaille de Demian West était bonne : « excellent » en commentaire aussi péremptoire que les interventions du député mentionnées dans l’article. Un trait d’esprit humoristique de bon aloi qui ne justifie pas l’intolérance.


    • dégueuloir (---.---.19.73) 4 janvier 2007 04:10

      c’est quoi ce boxon ? on s’en branle grave de tous ces nazes,et en plus ,ils se pignolent sur notre dos.....lol smiley béééé béééé bééééé !!


    • d.kemp (---.---.222.165) 3 janvier 2007 13:40

      PAUVRE FRANCE !!!!!


      • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 13:44

        « Ce cas d’école illustre bien l’un des fléaux de notre démocratie : l’absentéisme des députés. »

        N’importe quoi. c’est aussi débile que de dire qu’a TF1 tout le monde glande parce qu’on ne voit qu’un présentateur à l’écran...

        J’vous jure, les populistes des fois !


        • jlp (---.---.81.14) 3 janvier 2007 15:44

          La grosse différence c’est que l’on élit pas démocratiquement le future présentater de TF1 et que ce dernier n’a pas la charge de représenter le peuple qui l’a choisit ! Je pense enfin qu’aucun présentateur puisse se permettre de faire de l’absenteisme sur TF1 sous réserve d’un rappel à l’orde !

          Personnellement, je n’aime pas savoir que mes impots servent à payer ce genre de parasite ! Peut-être est-ce votre cas ?

          Je serais assez partisan de couper les vivres à tous les députés qui abusent de l’absenteisme !

          Bravo pour l’article !


        • (---.---.97.184) 3 janvier 2007 20:27

          « Je serais assez partisan de couper les vivres à tous les députés qui abusent de l’absenteisme ! »

          Mais le problème n’est pas là. Ce que vous appelez l’absentéisme n’est que la conséquence naturelle d’une politique qui ne se fait plus à l’Assemblée Nationale, dont le fonctionnement est devenu symbolique. C’est cette politique qui pose le vrai problème.

          L’exemple de la loi sur la procédure pénale, adoptée par 5% de députés présents, est très clair :

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17009


        • Ségoléne (---.---.229.236) 3 janvier 2007 20:39

          Je ne conprend toujours pas ce que vous racontez...

          Que les députés soient là ou pas n’a aucune importance, parce que chacun est spécialisé.


        • T.B. T.B. 3 janvier 2007 22:26

          Oui, spécialisés avec des specialistes de la turlute et des coups foireux. 1100 milliards euros de dettes qu’ils nous laissent, comme ardoise, les « spécialistes » ...


        • Turpin (---.---.194.147) 3 janvier 2007 22:27

          « la loi sur la procédure pénale, adoptée par 5% de députés... »

          Même moins, il y a eu 23 voix pour, ce qui fait moins de 4%. 29, c’était les présents, et il y a eu six abstentions. Malheureusement, de telle situations sont fréquentes.

          Mais un tel fonctionnement est prévu et organisé, tous les députés le cautionnent. Autrement, il pourrait s’en passer de belles.


        • jako (---.---.164.138) 4 janvier 2007 22:09

          pour etre préciz 2040 milliards de ros ce jour


        • dégueuloir (---.---.127.26) 4 janvier 2007 23:18

          i love you smiley


        • ZZZZZZ (---.---.98.243) 3 janvier 2007 13:53

          Bof, il y a bien plus grave que le comportement de ce député qui, manifestement, défend les riches. Surtout, du côté de ceux qui, au lu de leur propagande, sont censés intervenir pour défendre les « petits citoyens ».

          Par exemple, où étaient les députés, et tout particulièrement de « gauche » et du « centre », lorsque le loi sur la procédure pénale a été approuvée en premièree lecture en décembre avec 23 voix pour et quelques abstentions... sur 577 députés !!!

          Voir l’article d’Isabelle Debergue d’il y a une semaine :

          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17009

          Réforme de la Justice : toujours impossible, ou pis encore ?

          Après Outreau et le rapport de la Commission d’enquête parlementaire, les citoyens attendaient une réforme de la Justice française recueillant leurs plaintes et leurs inquiétudes. Malheureusement, c’est loin d’être l’impression qui ressort de la lecture des débats parlementaires et des deux textes adoptés en première lecture (635 et 639) par l’Assemblée nationale. Même l’idée « minimale » d’instaurer une séparation des carrières entre le siège et le Parquet, avancée par la Commission d’enquête, a péri dans un débat parlementaire peu couvert par les médias et auquel les « petits justiciables » ont cessé d’être appelés. Exprimant une claire insatisfaction, Georges Fenech a annoncé, avec des acquittés d’Outreau et l’un de leurs avocats, la création d’un « Observatoire d’Outreau » afin de « promouvoir une réforme profonde de la Justice ». Des auteurs de cette initiative qualifient la « réforme » en cours de « réformette insignifiante ». Mais est-ce vraiment le cas, la réalité ne serait-elle pas pire ? Car, à la lecture des textes adoptés, on peut penser à une véritable contre-réforme cachée.

          (...)

          ... Le ministère de la Justice et certaines corporations semblent avoir habilement instrumentalisé le débat à des fins qui paraissent parfaitement étrangères à ce que les justiciables réclamaient.

          Par exemple, qui avait parlé de mettre en cause le principe d’après lequel le pénal tient le civil en l’état ? Il était admis que, dans un litige où les actions pénale et civile ont le même objet, la décision pénale doit précéder celle sur l’action civile. Or, les lois qui viennent d’être votées dynamitent ce principe prétextant « l’encombrement des cabinets d’instruction » (« petite phrase » du garde des Sceaux), sans que jamais l’avis des citoyens n’ait été demandé sur une question aussi essentielle. L’article 11 de la loi 639 adoptée le 19 décembre prescrit que « la mise en mouvement de l’action publique n’impose pas la suspension du jugement des autres actions exercées devant la juridiction civile, de quelque nature qu’elles soient, même si la décision à intervenir au pénal est susceptible d’exercer, directement ou indirectement, une influence sur la solution du procès civil ». Pour justifier une telle mesure, Pascal Clément n’a pas hésité, devant les députés (débat du 19 décembre, troisième séance), à qualifier de « dilatoires » nombre d’actions pénales des citoyens. A l’appui de cette appréciation, il invoque l’autorité des corporations de magistrats : « ... Ce sont les magistrats... qui ont souhaité cette réforme : qu’on leur fasse confiance, ce sont des professionnels ! Ils sont déjà submergés de travail toute la journée, ils n’ont pas à être victimes de procédures dilatoires. » Quelle leçon a été tirée de l’affaire d’Outreau ? Apparemment, aucune.

          (...)

          Le président de la Commission des lois s’est opposé en vain à cette partie du projet de loi, invoquant notamment la jurisprudence de la Cour de cassation. Mais Pascal Clément a balayé cette jurisprudence, qui aurait, d’après lui, « conduit à un véritable dévoiement ». Un autre député, contraire à l’adoption dudit article 11, répondra au garde des Sceaux : « On ne peut laisser dire qu’une garantie essentielle pour le justiciable [la plainte pénale avec constitution de partie civile] serait une procédure dilatoire. » Dans la pratique, l’article de loi proposé par Pascal Clément, et finalement adopté à l’unanimité des 23 suffrages exprimés sur 29 votants, laisse au juge civil le soin d’apprécier le caractère dilatoire ou non de l’action pénale. Où veut en venir le ministère de la Justice ?

          (...)

          Le même article 11 du texte adopté 639 modifie le Code de procédure pénale en lui ajoutant un alinéa aux termes duquel : « ... La plainte avec constitution de partie civile n’est recevable qu’à condition que la personne justifie soit que le procureur de la République lui a fait connaître, à la suite d’une plainte déposée devant lui ou un service de police judiciaire, qu’il n’engagera pas lui-même des poursuites, soit qu’un délai de trois mois s’est écoulé depuis qu’elle a déposé plainte devant ce magistrat, contre récépissé ou par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, ou depuis qu’elle a adressé, selon les mêmes modalités, copie à ce magistrat de sa plainte déposée devant un service de police judiciaire. Cette condition de recevabilité n’est pas requise s’il s’agit d’un crime ou s’il s’agit d’un délit prévu par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ou par les articles L. 86, L. 87, L. 91 à L. 100, L. 102 à L. 104, L. 106 à L. 108 et L. 113 du code électoral ». Ce qui signifie notamment, vu les statistiques avancées par le garde des Sceaux au cours du débat, que dans la plupart des cas, une plainte pénale avec constitution de partie civile commencera son existence avec le « mauvais point » d’un refus préalable du Parquet d’instruire la plainte. Pour les personnes et entités riches et influentes, ce n’est pas très grave : il suffit, moyennant une somme d’argent conséquente, de faire intervenir leur avocat, avec un dossier très bien préparé, dès la saisine du procureur. Mais pour le justiciable qui a de faibles ressources, un tel fonctionnement risque de générer de réels barrages.

          Un débat, en somme, qui tranche « par la bande » des questions très importantes, mais dont les Français ont été tenus à l’écart. Quel journaliste en a parlé, qui a osé susciter une véritable discussion publique ? Vingt-neuf votants dans l’hémicycle, le 19 décembre, tard le soir, pour une loi aussi importante que celle sur l’équilibre de la procédure pénale.

          (...)


          • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 13:59

            « Bof, il y a bien plus grave que le comportement de ce député qui, manifestement, défend les riches. »

            Depuis quant on n’a plus le droit de défendre les riches, c’est à dire une minorité ??????

            « Un débat, en somme, qui tranche »par la bande« des questions très importantes, mais dont les Français ont été tenus à l’écart. Quel journaliste en a parlé, qui a osé susciter une véritable discussion publique ? »

            Les français n’ont pas à débatre : ils votent justement pour désigner le chef qui commande.

            Quant au député, ils votent selon leur spécialité.


          • Roy (---.---.30.8) 3 janvier 2007 14:03

            « Les français n’ont pas à débatre : ils votent justement pour désigner le chef qui commande. »

            Intéressant, car c’est exactement la manière dont fonctionne la chaîne politique française depuis une vingtaine d’années. Ce que les citoyens ont à dire, le monde politique s’en fiche.

            En même temps, ça montre bien que l’actuel système économique et politique n’est plus viable. D’ailleurs, les Français l’ont compris et votent de moins en moins.


          • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 14:06

            Oui, aux USA aussi l’abstention est forte (50%), car c’est un truc de spécialistes et les gens savent que ca n’aura aucune incidence sur leur vie.

            Je crois qu’une parti des français n’ont pas eut d’éducation civique est ignore ce qu’est réellement la démocratie/république.


          • Maximilien (---.---.12.232) 3 janvier 2007 15:01

            « Oui, aux USA aussi l’abstention est forte (50%), car c’est un truc de spécialistes et les gens savent que ca n’aura aucune incidence sur leur vie. »

            Croustillant comme commentaire, mais c’est en somme un aveu. Donc, les Etats-Unis ne sont pas une « démocratie ». La France non plus, d’ailleurs. Les électeurs sont en réalité les otages des candidats que leur imposent les lobbies financiers.


          • Maximilien (---.---.12.232) 3 janvier 2007 15:04

            « Je crois qu’une parti des français n’ont pas eu d’éducation civique et ignore ce qu’est réellement la démocratie/république. »

            Et celle-là est bonne aussi, car à supposer que les Français n’auraient pas eu d’éducation civique, à qui la faute, si ce n’est au système ?

            Mais la réalité est ailleurs. Les Français rejettent de plus en plus ouvertement le système en place, et ILS SAVENT TRES BIEN POURQUOI. Ils le font avec un excellent sens civique, et ils ont raison.


          • Thomas (---.---.105.177) 3 janvier 2007 15:39

            L’article d’Isabelle Debergue est excellent, dit la vérité et frappe juste. Mais elle peut se le permettre parce qu’elle n’est, ni journaliste professionnelle, ni, apparemment, militante d’un parti politique. En tout cas, elle ne nous a jamais vendu de la camelote politicienne.

            De nous jours, seuls des citoyens « isolés » peuvent se permettre de dire la vérité et de soulever les vrais problèmes. Le reste est une grande chape de plomb.


          • jlp (---.---.81.14) 3 janvier 2007 15:49

            Il faudrait voter pour savoir quel est la personne qui te ferat taire sans que tu puisses en discuter, cela ferai des vacances à tous le monde...

            Juste dans ton commentaire tu te contredis puisceque tu débats de tes convictions... Girouette et mouton ?


          • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 15:50

            « Croustillant comme commentaire, mais c’est en somme un aveu. Donc, les Etats-Unis ne sont pas une »démocratie« . La France non plus, d’ailleurs. »

            La démocratie, c’est quand le Peuple choisie le commandant. Rien de plus.


          • (---.---.48.95) 3 janvier 2007 16:10

            « La démocratie, c’est quand le Peuple choisie le commandant. Rien de plus. »

            C’est dingue. Mais c’est vrai que c’est ce que pensent « nos » politiques.


          • pipo (---.---.239.11) 3 janvier 2007 18:50

            « La démocratie, c’est quand le Peuple choisit le commandant. Rien de plus. » Non , ça , ça s’appelle la République. Vous savez, le 5e machin à bout de souffle.


          • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 18:55

            Ca n’a jamais été autre chose, et que ce soit la Véme n’y change rien.


          • flop (---.---.55.106) 4 janvier 2007 09:20

            ...en quelque sorte tout en sachant que l’on est jamais là ou là, mais en train d’aller par là ou par là, et sans savoir si tout les chemins mènent à Rome


          • Rage Rage 3 janvier 2007 13:58

            Et un tocard élu sur le « nom », un.

            Combien d’autres comme lui, tous partis confondus et surtout à l’UMP ?

            577 députés, c’est au moins 2 fois plus qu’il n’en faudrait...


            • Popeux (---.---.210.233) 3 janvier 2007 14:21

              Pourquoi surtout à l’ump ?

              Je vous conseille la lecture du rapport paru dans l’Express sur l’activité des députés.

              En queue de peloton de ce classement on retrouve de tout et n’importe quoi. Même une candidate à l’election présidentielle c’est dire...


            • Frédo45 Frédo45 3 janvier 2007 14:02

              Ce qui me choque le plus dans l’absentéisme des députés, c’est que si demainn n’importe quel salarié est absent de son lieu de travail, au mieux, la journée de travail ne luis est pas payée. Au pire, il est viré. pour les élus de la Nation, ça ne fonctionne pas comme ça ! Ils vous expliqueront qu’ils devaient se rendre dans leur circonscription (mais en fait, ils sont chez Drucker pour présenter leur nouveau livre !).


              • Grouik (---.---.72.26) 3 janvier 2007 17:07

                Et quand bien même il se rendrait vraiment dans sa circonscription, il est anormal de cumuler deux tâches quand au moins l’une des 2 est à plein temps.

                Un salarié d’expliquer : « bon, j’ai pas pu venir au boulot hier car j’étais à mon 2ème boulot ». Faire 2 mi-temps et être payé comme 2 plein temps, le pied !


              • Francki (---.---.230.156) 6 janvier 2007 20:00

                @Grouik

                Dans ce cas ce n’est pas la même chose que de faire 2 jobs : c’est le même. Dans une représentation par circonscription, chaque député représente une circonscription et est donc tenu de s’y rendre régulièrement. C’est ce qui fait le lien entre le local et le législatif.


              • La Taverne des Poètes 3 janvier 2007 14:07

                Un député glandeur nature dans une démocratie qui n’est plus depuis longtemps grandeur nature.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès