Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un Monde à deux vitesses

Un Monde à deux vitesses

A mesure que l’on s’éloigne de la période « hyper politisée » que nous venons de vivre. Maintenant que tous les résultats, qu’ils soient présidentielles ou législatives, sont analysés et surtout « digérés », il est possible d'essayer de regarder le fond moins « partisan » des choses. De nombreux articles de presse s'y aventurent et les partis politiques "de gouvernement" essayent soit de se reconstruire, soit d'assumer le pouvoir.

Il y a d’abord, c'est notable, une certaine réserve des militants socialistes. Le PS a pourtant tout gagné, la Présidence de la République, le Sénat, l’Assemblée Nationale, les régions, la majorité des départements et des grandes villes, pourtant l’ambiance n’est pas très joyeuse chez les militants. Ils sont au prise avec un sentiment d’extrême vulnérabilité. Conscients de la gravité de la crise, des efforts nécessaires à entreprendre, ils craignent en effet que l’opinion se retourne très vite face à de maigres résultats perceptibles. Ils savent que les marges de manœuvre sont très étroites et très largement conditionnées par une nécessaire reprise économique.

Ils rêvent aussi d’un parti que ne serait pas « godillot ». Ils accusent souvent « Solferino » de ne faire que de la « com » au détriment de réflexions sur le fond. Plus grave, ils sont conscients que le parti est trop souvent « coupé » de la société réelle, des chômeurs, des ouvriers, des travailleurs indépendants etc.

De tels questionnements ne font que rejoindre ceux qui dans le même temps agitent l’UMP en cure d’opposition et bien sûr, mais sans le dire ni l’avouer, l’obsédante question que pose le Front National à ces partis de gouvernement. Il serait en effet illusoire de penser que le parti contestataire ne puise intéresser que la droite ; il pose aussi des questions à la gauche comme l’objective les résultats récents et les reports dans de nombreux quartiers populaires par exemple.

C’est donc bien au niveau des idées et des dossiers évoqués que la reconstruction d’un côté et l’exercice d'un pouvoir sans « obstacles » de l’autre se joueront. Paradoxalement la survie à un haut niveau du FN est totalement soumise au réalisme et au pragmatisme du PS et de l’UMP. Soit ils savent prendre en compte et répondre à certaines préoccupations, soit ils laissent le fossé se creuser pour le plus grand plaisir de Marine Le Pen. Elle n’attend que cet immobilisme, ces non-réponses.

Les « classes populaires » ont changé, elles se renforcent tous les jours par ceux qui sont fragilisés par la mondialisation économique. Ces catégories populaires en situation de fragilisation sont en augmentation constante et se sentent toujours plus dépréciées socialement et culturellement. Elles ont voté Hollande par rejet de Sarkozy, quelquefois aussi FN au premier tour, mais se montrent assez désabusées. A juste titre d’ailleurs car la situation de ces populations risque de s'aggraver encore dans les mois et les années qui viennent. L'élargissement de ce public est certain, avec la hausse des prix de l'habitat et la baisse du pouvoir d'achat d'une part croissante de la population (travailleurs pauvres, salariés à temps partiel obligé, retraités précaires ...).

Le défi est énorme pour les partis « institutionnels » ou les gouvernements quelle que soit leur coloration. La clientèle potentielle pour les extrémistes est en expansion constante. C’est la cruelle rançon du « monde à deux vitesses » qu'il est urgent de gérer.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 juillet 2012 18:48

    que les classes populaires ne prennent pas peur, je les rassure tout de suite : le PS n’est pas gauche, ils n’ont rien à craindre, les plus riches continueront de les exploiter comme de la main d’œuvre docile et bon marché...........
    http://2ccr.unblog.fr/2012/05/08/election-les-plus-decus-ce-sont-les-pauvres/


    • Soi même Soi même 11 juillet 2012 19:13

      Ils ont de quoi s’inquiéter tous ce petit microcosme politique, certes la victoire est apparemment.

      Il y a un signe qui trompe pas il y a eu à peine 50% des inscrits qui ont votés, un signe qui dit dit bien ce qui à dire, ce pouvoir est en sursis si y a pas de volonté à jeté une nouvelle base de gouvernance d’une République Participative.

      Car ceux qui ont votés par réaction, vont vite déchanter quand il vont se rendre compte, qui on changer de bonhomme mais pas de politique !


      • nicolas_d nicolas_d 12 juillet 2012 14:50

        « ce sont des crétins en puissance »

        Houaf, ce sont des naïfs, des peureux voilà tout. Des gens qui ne savent pas ce qui se passe parce que le soir ils sont trop fatigués et trop pauvres pour faire autre chose que regarder la télé.

        Est-ce de leur faute ? Non.

        Le problème sont les personnes qui ne sont pas dignes de confiance (médias, gouvernement, banquiers, etc), pas ceux qui la donne aux autres.

        Tout le monde ne peut pas être « lanceur d’alerte »

        Les « petits bourges imbus de bling bling et de confort intellectuel » sont une minorité. Ils sont de droite ou de la gauche placebo. Ils savent très bien pour qui et pour quoi ils votent. La majorité, pauvre, précaire, sans avenir,... vote pour le « vu à la télé »


      • L'enfoiré L’enfoiré 12 juillet 2012 13:51

        Ah, s’il n’y avait que deux vitesses, comme ce serait presque chouette. smiley


        • noodles 12 juillet 2012 18:31

          Bonsoir

          La « nature sociale » a horreur du vide. Le monde social fonctionne comme un système de vases communicants.

          Du travail pour tous ? toutes ? Ah ? Alors par exemple : permettez à une certain nombre de femmes de s’instruire et de travailler. Aussitôt, et sans l’avoir souhaité, vous créez une classe de femmes qui seront « leurs esclaves », je veux dire qui garderont leurs gosses, feront leur ménage et leur cuisine... et souvent vous diront qu’elles sont bien contentes d’avoir ce travail.

          De même, ça bouge dans les partis « institutionnels » ? les mécontents ou les opportunistes suivront le vent et les courants (Hihi Eric Besson) suivant la loi des « vases communicants » et se répartiront de nouveau dans les cases de la volière.

          Il y a de l’inquiétude de la part des démocrates à cause d’une « case » extrême dite FN. Ses effectifs sont stables mais ils peuvent être, si l’on n’y prend garde grossis soudain par les crypto-fascistes de l’UMP ou des DD *. Il y en a. Suivant comment le vent tourne ils se révèleront. Maintenant que comme ils disent que le FN est « dédiabolisé » et que Nadine Morano lui a conféré des quartiers de noblesse. Ce crime ne paie pas.**

          Bonne suite à tous

          noodles

          * DD = divers droite

          ** vous savez bien qu’elle a été battue aux législatives, faut-il le rappeler ?

           

           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès