Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un petit air de Hongrie flotte sur la France de Sarkozy

Un petit air de Hongrie flotte sur la France de Sarkozy

Viktor Orban a réagi très vivement aux critiques européennes et notamment françaises à propos de la loi hongroise sur les médias considérée comme liberticide. “Il n’appartient pas aux Français ou aux Allemands de juger de la conformité d’une législation nationale avec les règles de l’UE, mais à la Commission européenne“, a indiqué le premier ministre hongrois qui s’est déclaré prêt à amender le texte controversé si Bruxelles le demandait. Non sans malice et sans raisons, le chef du gouvernement de Budapest a invité la France à balayer dans sa cour en prenant pour exemple la nomination par le chef de l’État français du président de la chaîne de télévision publique.

Et voilà, l’arroseur arrosé d’autant, que le lendemain, le premier procureur de France dans un réquisitoire historique par sa teneur a officiellement tiré l’alarme sur les atteintes répétées à la séparation des pouvoirs et à l’ingérence du pouvoir exécutif dans le règlement des affaires judiciaires.

Si la question du traitement des médias par le pouvoir hongrois n’a suscité que de très molles réactions de la part de la commission européenne, la France en revanche, parallèlement aux indignations qu’elle avait suscité dans le traitement réservé au Roms, continue à être régulièrement épinglée pour la subordination du parquet au pouvoir politique.

Le camouflet suprême a été cet arrêt rendu le 23 novembre 2010 par lequel, la Cour européenne des droits de l’homme a estimé que les procureurs et membres du parquet ne sont pas, du fait de leur statut, des magistrats indépendants du pouvoir exécutif, et ne peuvent donc priver un justiciable de sa liberté.

Autrement dit, les juges de la CEDH estiment, contrairement au gouvernement français, que le parquet ne présente pas de garanties d’indépendance. 

Le procureur général Nadal aux paroles d’autant plus libres que sa retraite est proche, va plus loin. Parlant d’une République « blessée », il nous met en garde contre les atteintes au principe de séparation des pouvoirs qui, comme l’a démontré Montesquieu, est indissociable d’un pays démocratique.

Jean-Louis Nadal ne s’est pas contenté de rester dans de vagues impressions, des généralités. Il a, c’est là où l’on mesure la portée de ses propos, étayé son discours d’exemples concrets, de Grenoble à Bobigny en passant par les affaires Clearstream et Woerth-Bettencourt.

L’exercice n’a pas été trop difficile, tant ces derniers mois, le chef de l’État et son ministre de l’intérieur ont multiplié plus que des coups de canif, de véritables coups de hache à l’indépendance de la justice.

Notre immersion dans le bain de l’actualité française ne nous offre pas le recul nécessaire pour juger objectivement de la dégradation de notre système démocratique depuis l’élection, seulement 2007, de Nicolas Sarkozy à la présidence de la république.

Cette dégradation n’a rien à envier à la situation hongroise. Cet ancien pays du bloc soviétique peut avancer pour excuses son avènement récent à la démocratie. Tel n’est pas le cas de la France, patrie des droits de l’homme, référence universelle en matière de libertés et qui pourtant, derrière l’image d’Épinal, laisse se dégrader ses garde-fous démocratiques.

Certes, quelques rares voix se sont élevées dans le désert pour, comme le fait aujourd’hui l’un des plusimprtants magistrats français, dénoncer cette spirale infernale. Rendons hommage à cet égard à et Edwy Plenel qui n’a pas ménagé son talent et sa plume pour décrire la machine infernale du sarkozysme.

Las, dans notre société en plein délitement intellectuel, il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Les accusateurs se sont ainsi retrouvés au banc des accusés, suspectés d’être excessifs et d’en faire trop. Il est vrai malheureusement que la diabolisation du pouvoir semble l’avoir renforcé dans son culot, dans ses excès et sa politique d’occupation médiatique basée sur un discours performatif sans oublier le recours aux boucs émissaires pour mieux cacher une absence de résultats.

Quel chemin parcouru : une carte judiciaire adoptée sans concertation, la négation de la présomption d’innocence pour certains, l’impunité politique pour les autres qu’aucun scandale aussi lourd soit-il ne contraint à la démission. Le dénigrement systématique des juges qu’on laisse apparaître forcément comme laxistes et politiquement engagés, le manichéisme et l’empathie faciles qui entretiennent la confusion entre la responsabilité du criminel et celle du juge, les atteintes aux principes de la légalité des délits et des peines mais aussi, de la non rétroactivité de la loi pénale… la liste semble interminable.

Mais là où la mise en garde procureur du Nadal est absolument essentielle et constitue un véritable coup de tonnerre dans notre ciel démocratique, c’est quand il affirme, lui le magistrat posé et raisonnable que l’on ne peut suspecter de rien, que les coups portés à l’institution judiciaire le sont « par ceux qui sont précisément en charge de la faire respecter ». Et de conclure : « A cela, je dis qu’il faut très sérieusement prendre garde. »

On voit bien dès lors, qu’il serait tout aussi inquiétant, que la gauche dans le débat public qui entourera les élections présidentielles de 2012, n’aborde pas ouvertement et comme sujet de premier plan la question des libertés publiques et d’une revitalisation de notre système démocratique.

Outre la remise à plat de l’ensemble de la chaîne judiciaire, de son indépendance aux moyens de son bon fonctionnement comme service public sans oublier la remise à niveau de nos prisons, il conviendra de trouver et peut être de figer dans une nouvelle Constitution, les mécanismes garantissant l’équilibre et l’indépendance des différents pouvoirs. La question de l’évolution du conseil constitutionnel vers une véritable cour constitutionnelle composée de véritables sages et non d’anciens obligés ou d’anciens présidents membres à vie doit à cet égard être, dès à présent, posée.


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • non666 non666 10 janvier 2011 12:03

    Pour la Justice, il est clair qu’il existe un(e) Courroye de Transmission entre l’Elysée et la « justice ».

    Monsieur de maistre pourrait nous le confirmer :l’affaire sera classée en septembre...


    Pour la presse, je trouve insultant de croire que l’Elysée controle la presse « libre » de Lagardere, Dassault, Weil , Baterlsmann, Rottschild , Arnault, Bolloré , Vivendi...
    Car si en Hongrie le chef de l’Etat de cette quasi dictature controle la presse d’Etat , chez nous, ce sont les groupes de presses qui controlent l’Etat et la démocratie.

    La diffrence est de taille.
    Quelqu’un a t’il deja mésuré la presence des « elus » de ses magnifiques familles qui controlent la presse dans les assemblées ?


    • FRK44 FRK44 10 janvier 2011 13:20

      Excellente analyse ... tout comme excellent article.

      Mais, alors que les premiers magistrats se réveillent, un peu tard, que faut-il penser de cette volonté politico-économique de submerger les médias de faits divers choc qui exacerbent la haine des bas de plafond ?
      un monde tel qu’il est ?
      une coïncidence ?
      un détournement des esprits ?


    • non666 non666 10 janvier 2011 14:58

      Il serait cruel de comparer les 10 stratégies de manipulation de masse de noam Chomski avec les titres des journaux de la presse française depuis quelques années et en particulier depuis que les 10 groupes de presse qui controlent 99% de l’information livrée aux français ont fait elire Sarkozy.


      http://www.pressenza.com/npermalink/les-dix-strategies-de-manipulation-de-masses

      Chacun des points devrait vous reveiller le bulbe...pour ceux qui croient encore les Bouyghes ,Dassault et autres Rottschild.


    • 2102kcnarF 10 janvier 2011 21:09

      «  Cet ancien pays du bloc soviétique peut avancer pour excuses son avènement récent à la démocratie.  »

      euh avant de faire partie du bloc soviétique elle était déjà une dictature.....et on ne s’étonnera pas au contraire qu’elle y retourne....

      Le cas de la famille sarkozy :.... des nobliaux réactionnaires qui fuient le communisme et en une génération nous pondent un hyperprésident, ce qu’en langage non diplomatique on pourrait appeller : Un transfuge de l’est au marqueur génétique affirmé à l’extrème droite.

      Il n’y a pas de hasard ...hein !

      ................. smiley


      • 2102kcnarF 10 janvier 2011 21:12

        Pareil pour l’ensemble des juifs de l’est et de leur migration en Palestine.... smiley

        ...suis désolé mais des siècles de joug austro-hongrois, ca vous fait pas des démocrates bétons !

        Il en reste toujours quelque-chose ... forcément *

        ..................................... smiley


      • herope herope 11 janvier 2011 03:28

        En France nous n’avons rien à « envier » à la Hongrie. Le président nomme les présidents de chaines d’Etat ou de radio, fait virer les plus impertinents (Guillon et Porte de France Inter...l’affaire Paris-Match directeur viré etc...). Le contrôle total sur l’internet avec Hadopi, Loppsi 2 qui va aussi donner le pouvoir non plus aux juges mais aux préfets nommés par le chef d’etat sur l’habitat non traditionnel (mobil-home, yourte, tipi etc...) même propriétaire de votre terrain expulsable manu-miltari.... Aussi,la garde à vue, les CRA, le maintien Vigipirate rouge extrême donnant tout pouvoir à la police sans juge, sans avocat (affaire Tarnac....)
        Libre de se taire, et de tout accepter !

        www.fa-heropelyon.fr.gd


        • kemilein 11 janvier 2011 04:27

          une constituante, une 6 ieme république.

          - la séparation stricte des 5 pouvoirs

          - la constitutionnalisation d’un « pouvoir médiatique (public) » afin d’avoir une information fiable sérieuse honnête, afin que nous puissions exercer convenablement notre citoyenneté.

          - la constitutionnalisation d’un « pouvoir financier (public) », afin de ne jamais encourir une dette publique, seul un état est a meme de creer la monnaie (politique de grand travaux)

          - la constitutionnalisation de l’obligation du recourt au référendum pour toute modification si minime soit elle de notre constitution

          - il revient au parlement son role central

          - la justice indépendante avec une police judiciaire (d’investigation)

          ca serait un bon debut, et sans cela, sans une refonte de notre constitution rien ne se fera... et pour avoir droit a notre nouvelle république, va falloir batailler.


          • Gérard Luçon Gerard Lucon 11 janvier 2011 15:44

            excusez moi, mais j’ai des amis hongrois et fiers de l’etre .... qui ne se reconnaissent pas dans Viktor Orban et qui sont extremement contents que nicola sarkozi ne soit plus hongrois, ils n’en veulent plus chez eux ....


            • 2102kcnarF 13 janvier 2011 01:25

              désolé !!! je suis !!!!!

              je parle de l’oligarchie hongroise pas du peuple hongrois...

              faites excuses mais je pense que les hongrois , les roumains, les serbes et les kosovars ne sont pas moins européens que les russes et les normands.....


            • 2102kcnarF 13 janvier 2011 01:31

              .....j’ajoute sans barguigner et droit dans les yeux :

              Chaque homme qui sera venu ici et aura fait sa vie ( maghrébins, noirs africains, auvergnats ( les pires , les auvergnats ) levalloisiens )..bref tout ce qui marche sur deux pieds : Les bipédes .....

              .....menacants les bipédes ! s’en méfier, je le note !


            • 2102kcnarF 13 janvier 2011 01:38

              Chaque bipéde aura le droit d’être bilingue et bisexuel....


            • 2102kcnarF 13 janvier 2011 01:47

              au delà du bilinguisme, et de la bisexualité, il sera procédé à un examen de pure forme :

              1_avez vous planté des choux à la mode, à la mode ?
              2_avez vous planté des choux, à la mode de chez nous !

              ....................................... smiley ............................................

              perso j’en ai rien à foutre , j’ai échoué à l’examen d’entrée !


            • brieli67 13 janvier 2011 01:59

              UNE SUITE 

              sur un blog d’ histoire hongrois

              sur la famille  Sárközy

              il y a comme un trou un tas de choses non explicables entre 1820 et 1900
              cette branche Sarko est d’invention récente, fabriquée par la belle famille richissime.

              on y évoque aussi la collaboration du grand père ( et du père) avec l’envahisseur 
              qui a mal terminé dans un camp russe sans jugement de ses exactions.
              Le père - retour au Reich- a fui la justice russe et internationale.

              EN CHERCHANT BIEN SUR CE BLOG on discute aussi les minorités ethniques sur le territoire magyar et de la « hongritude » 

              pd il y a des traducteurs en ligne qui permettent de lire et de comprendre


              • brieli67 13 janvier 2011 02:08

                UN PEU DE MUSIQUE DE BUDAPEST ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès