Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un remaniement de surface comme un déni de démocratie

Un remaniement de surface comme un déni de démocratie

Après le mini-remaniement du 29 juin 2009 suite aux élections européennes, le «  remaniement technique » qui devrait avoir lieu cette semaine s’annonce incrémental.

Alors que dix-neuf ministres étaient en lice pour les élections régionales dimanche passé, le bruit court qu’un seul quitterait le gouvernement lors du prochain remaniement, Xavier Darcos. Selon Le Monde, le gouvernement demeurerait inchangé à l’exception du remplacement de Xavier Darcos par Eric Woerth dont le chiraquien François Baroin reprendrait la fonction de ministre du Budget. Georges Tron, fidèle parmi les fidèles de Dominique de Villepin, ferait son entrée au gouvernement alors que Martin Hirsch devrait endosser le rôle de la victime de l’ouverture. La majorité excédée par la politique d’ouverture présidentielle vers la gauche devra se satisfaire de l’éviction du haut commissaire aux solidarités actives – alors qu’elle souhaitait la tête d’Eric Besson – et de l’entrée de deux « non-sarkozystes » au gouvernement.

Il est indéniable que le profond rejet de la politique gouvernementale exprimé lors des régionales ne pouvait être pallié par un simple remaniement puisque c’est un changement de politique qui est manifestement attendu. Toutefois, ce micro-remaniement qualifié de « technique » (allez savoir ce que cela peut signifier...) est une nouvelle fois l’expression d’un déni de démocratie de l’Elysée. Il aurait été plus honnête de ne procéder à aucun remaniement plutôt que de faire semblant d’entendre les Français en évinçant un seul ministre.

Il est certain qu’avec 28 points d’écart avec son rival socialiste et seulement 28% des voix, Xavier Darcos a subi l’un des plus sévères revers électoraux d’hier. Le ministre de l’éducation n’est cependant pas le seul membre du gouvernement et tête de liste tombé dimanche. Valérie Létard, secrétaire d’Etat aux technologies vertes, réalise un piteux score avec seulement un vote sur quatre en sa faveur (25,91%) dans le Nord-Pas-de-Calais. Tous les autres ministres ont d’ailleurs été défaits avec des scores plus ou moins lourds mais jamais au-delà des 43,3% obtenus par Valérie Pécresse : Alain Marleix (40,3%), Dominique Bussereau (39,9%), Alain Joyandet (38,4%), Hervé Novelli (36,5%) Bruno Le Maire (30,7%).

De tous les ministres défaits, on ne pourrait être que scandalisé si Marie-Luce Penchard restait au gouvernement. Seconde sur la liste UMP en Guadeloupe, qui ne recueille que 14% des suffrages, elle devrait quoi qu’il en soit quitter le gouvernement pour les propos scandaleux tenus lors de cette campagne. “Nous en sommes à une enveloppe de plus de 500 millions d’euros aujourd’hui pour l’outre-mer, et ça me ferait mal de voir cette manne financière quitter la Guadeloupe au bénéfice de la Guyane, au bénéfice de la Réunion, au bénéfice de la Martinique” avait déclaré la secrétaire d’Etat à l’outre-mer. Ce clientélisme manifeste, elle n’a pas été la seule à l’employer pendant cette campagne, mais l’avoir fait d’une manière aussi ouverte est incompatible avec son maintien au pouvoir.

Dans ce remaniement, nous pouvons tout de même noter une bonne nouvelle. Contrairement à l’information qui circulait ces derniers temps, le judoka David Douillet ne rentrerait pas au gouvernement en lieu et place de Rama Yade. Toutefois, rien n’est encore joué, il ne s’agit que de conditionnel, selon l’Express, Patrick Devedjian, l’inutile ministre de la Relance pourrait quitter le gouvernement tout comme Roselyne Bachelot qui a pourtant renoncé à se présenter aux régionales pour ne pas avoir à quitter ses fonctions !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • LOKERINO LOKERINO 23 mars 2010 13:13

    «  »Alors que dix-neuf ministres étaient en lice pour les élections régionales dimanche passé, le bruit court que un seul quitterait le gouvernement lors du prochain remaniement«  »

    vous commencez votre article par cette formule ...mais ce n’est qu’un aimable raccourci pour ceux qui prennent leurs désirs pour des réalités !

    vous nous dites êtres enseignants, qui plus est en institut politique, je (ne) suis (que) garçon boucher charcutier , mais ce n’est quand même pas compliqué d’admettre que cela n’a rien à voir !

    Aucun de ces ministres n’étaient « président sortant » d’une des régions !!!!!

    Leurs postes de ministre n’a pas de légitimité directe sur ces élections mais résultent de nominations par le président, élu lui même pour 5 ans, sur proposition du premier ministre issu de la majorité parlementaire  ! Et sur ce chapitre rien n’est changé depuis 2007 !!

    Vous rajouter de façon péremptoire

    « le profond rejet de la politique gouvernementale exprimé lors des régionales »

    qu’est ce qui vous permet d’affirmer cela alors qu’encore une fois , vous ne faite que rajouter à la confusion e
     NORMALEMENT il était question de reconduire ou pas des équipes socialistes à la tête des régions !!!

    La réalité, c’est que la volonté d’en découdre de certains revanchard qui n’ont pas accepté et n’accepterons jamais le résultat d’élection démocratique 2007 fait qu’au lieu de débattre des vrais enjeux - là en l’occurrence , la gestion des régions - cette élections comme d’autre ne vous sert que de tribune et de fouloir pour lutter contre un pouvoir en place
    Vous portez sens cesse le débat sur le terrain politique national alors qu’il n’y avait pas d’enjeu de cet ordre, alors vous êtes AUSSI responsable de désintérêt d’une grande partie des français
    C’est peut être plutot là que se situe le déni de democratie ...

    Pour le moins , vous êtes plutot mal placé pour l’invoquer contre vos adversaires

    Ce qui m’attriste le plus , c’est que vous, enseignant, qui devriez faire preuve de retenu et d’objectivité, alors que apparemment vous confondez comportement militant et enseignement politique
    Ou alors ne vous présentez pas en tant que tel !!


    • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 23 mars 2010 15:56

      Quand on présente dix neuf ministres lors de ces élections c’est qu’on espère au moins que cela serve pour augmenter le score de la « majorité » présidentielle.

      Là c’est sûr, c’est pas une réussite. Si vous n’êtes pas capable de voir cela, et que vous croyez que ces ministres et leur petit patron ont conservé toute leur légitimité, effectivement il n’est pas nécéssaire de discuter des vrais enjeux. Vous accusez l’auteur de vouloir rajouter à la confusion ambiante et que faites vous ? allumer des fumigènes.

    • LOKERINO LOKERINO 23 mars 2010 20:12

      est ce que ces ministres ont fait de plus mauvais score que les têtes de liste de 2004 ? Non , même pas !

      Ce n’est certes pas glorieux mais ils sont arrivé devant les sortant socialistes au premier tour dans un certain nombre de région et les « gagnants » n’ont même pas de majorité absolue ....

      C’est mediocre POUR TOUT le monde mais un prof d’étude politique devrait plutot recentrer le débat sur ce que devrait être l’enjeu des régionales ! 

      Et vous devez aussi prendre en considération que la droite avait annoncé avant le scrutin :
       « à election regionale ,enjeu regional »

      Ils n’auraient certes pas dit cela avec des sondages gagnants, mais si aujourd’hui le gouvernement devait être entierement remanié a l’issue de ce scrutin , ce ne serait pas plus logique !

      Les présidentielles et législatives ont déjà suffisamment d’importance dans ce pays pour ne pas tenter d’en rajouter a chaque élection

      c’est pourtant ce que font beaucoup de débatteurs.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès