Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un roi et trois présidents pour la France

Un roi et trois présidents pour la France

Dans le tumulte de la campagne présidentielle, avant même que celle ci ne s'engage officiellement, trois personnages se distinguent naturellement.

L'artifice politique, avec ses sondages, ses mots et ses maux, n'y changeront rien. L'histoire s'impose à travers les hommes et dessine ses clivages. Clivage droite-gauche, séculaire, mélange d'artifice et de réalité, latéral et pivotant, pour le pire et le meilleur, rouge et bleu, les deux pans du drapeau...et le clivage Nord-Sud, ville-province, politique, historique, géographique, ancestral, profondément français, celui-ci bien inscrit dans la mémoire collective du pays et particulièrement dans le souvenir occitan.

Et le panache blanc du vert-galant de montrer le chemin.

J'ai l'impression bizarre que ce schéma est universel et concerne tous les pays du monde. Cette impression confirmerait qu'il existe bien un centre flanqué d'une droite et d'une gauche, un mode de fonctionnement de la société humaine et politique. D'ailleurs les étendards eux mêmes arborent souvent trois couleurs distinctes, mais bien sur d'autres modèles s'imposent, il s'agit surtout d'un courant d'expression. Intimement c'est la triangulation, une vérité psychologique bien décrite et expérimentée, le mode transactionnel. Éric Berne, médecin psychiatre américain, dans les années 1950 à 1970. www.analysetransactionnelle.fr/

Les trois principaux candidats contiennent volontairement ou inconsciemment tous les autres, personne ne reste en rade sur le côté du chemin. Tout le monde est concerné. Pour des raisons de rivalités électorales et de combats politiques, on a pu invoquer le parti de la division, celui de l'illusion et plus récemment celui de la stagnation. Cette dernière qualification ne me semble pas triviale, même si le redoutable et sympathique débatteur Manuel Valls en a usé comme d'une arme à l'endroit de François Bayrou.

Géométriquement, les deux couleurs qui s'invectivent pivotent réellement autour d'un centre qui semble immobile.

Si l'on écoutait les rumeurs toulousaines de la halle aux grains, précédé du poète, notre ami Nougaro, qui donne la couleur et le ton.

Qu'il est loin mon pays, qu'il est loin,

Parfois au fond de moi se ranime

L'eau verte du canal du Midi

Et la brique rouge des Minimes

Ô mon pays, ô Toulouse, ô Toulouse

Depuis la guerre civile espagnole, c'est la capitale des républicains espagnols, donc d’une certaine manière, la capitale des républicains de l'Europe.

samedi 20 mars 2012, extraits du discours de François BAYROU

bayrou.fr/media/PDF/Meeting_de_Toulouse.pdf

...Permettez-moi de dire qu’il y a une autre famille en train de se reconstituer, qui est une famille d’esprit, qui aurait dû gouverner la France depuis longtemps, si des institutions injustes, iniques ne l’avaient obligée à se fracturer ! Et dans cette famille, pour moi, il y a les femmes et les hommesdu Centre, il y a des hommes comme Michel Rocard et Jacques Delors. Il y a des hommes comme Valéry Giscard d’Estaing et Raymond Barre, il y a la descendance intellectuelle et politique de Pierre Mendès-France, et il y a des gaullistes, Daniel (Garrigue).

Tous ceux-là, ensemble, auraient dû donner à la France le destin que la guerre des deux idéologies, la guerre des deux excès, l’ont empêchée de trouver. Parce que nous savons, nous, qu’un excès contre un autre excès, cela ne fait pas un équilibre, cela fait deux excès et, passer d’un excès à un autre excès, c’est s’empêcher pour le pays de choisir le bon cap, le seul qui puisse lui permettre de retrouver, demain, son avenir...

...Lorsque le général de Gaulle revient en 1958 à la tête de notre pays, il décrit avec précision ce déséquilibre qui s'est créé au cours des années et qui fait que cette grande nation de producteurs, de producteurs agricoles, de producteurs artisanaux, de producteurs industriels, cette grande nation d'ingénieurs et d'usine, en 1958 elle est, on dirait aujourd'hui, "à la rue", malgré d'extraordinaires et incontestables succès.

...La France se trouve accablée par les décisions successives de ses dirigeants, par une dette dont nous devrions avoir honte devant les plus jeunes.

...Au contraire de ceux qui n'abordent pas la question, pour les uns qui prétendent -c'est Nicolas Sarkozy- qu'il n'y a plus d'économies à faire, qui n'ont comme solution -c'est François Hollande- qu'il faut dépenser encore plus 20 milliards de plus à mettre à la charge des Français, au contraire de ceux-là, nous avons un plan précis, concret, chiffré, crédible, indiscutable, de désendettement, de sortie du surendettement pour notre pays… Pas demain, tout de suite !!!

...Ce que nous avons combattu, car nous l'avons combattu pendant ces années, c'est le chemin des illusions ! Ceux qui conduisent une campagne électorale avec la seule idée de dire à tous les

publics ce qu'ils ont envie d'entendre, ou qu’ils croient -car je crois que c'est une erreur- ou qu’ils croient qu'ils ont envie d'entendre. Leur manière de gouverner est très facile, nous la connaissons bien : ils prennent tous les sondages, ils voient ce que sont les demandes de chacune des catégories de la population et ils proposent à chacun ce que chacun demande, qu'importe que ce soit crédible !

...je veux dire en m'adressant à François Hollande- qu'ils créeront 60.000 postes d'enseignants, ce n'est pas vrai et cela ne se fera pas, et c'est moi qui aime l'Éducation nationale qui le dis !

...De l'autre côté, il y a quelque chose qui est au moins aussi grave ou peut-être encore plus grave qui est de choisir ou de proposer aux Français le climat de la division, de proposer aux Français le climat de l'excitation d'une partie de notre peuple contre une autre partie de ceux qui vivent sur notre sol,

...Ce n'est pas difficile de définir les valeurs : c'est ce que l'on a de plus précieux à transmettre aux enfants, c'est cela les valeurs, c'est : « Quand tu t'en iras, qu'est-ce que tes enfants garderont de toi ? Qu'est-ce que tu leur auras donné ? Et qu'est-ce qu'ils pourront à leur tour transmettre à leurs enfants ? ». Les valeurs, au fond, c'est la trame vivante d'un peuple et la trame vivante d'une famille.

...C'est une sorte de guerre que nous sommes en train de vivre…Quand il y a une guerre, la première des choses à laquelle on appelle, c'est l'union nationale.

...j'accepte d'être idéaliste, je ne suis pas pour autant angélique. Je sais très bien qu’il y a des forces, qu'il y a des organisations, qu'il y a des pulsions qui sont en contradiction même avec l'idée que nous nous formons de l'avenir, parmi les grandes familles démocratiques et républicaines de notre pays, il y a suffisamment de points de concordance, de points de ressemblance, de points d'accord profond pour que demain la France puisse se réunir en son gouvernement,

...Au lieu de nous retrouver le 7 mai dans la même situation de guerre civile, avec une majorité au pouvoir et une opposition qui la contre...trouver une majorité qui sera une majorité de rassemblement et d'unité nationale dans laquelle naturellement le courant central sera un pivot, un point d'équilibre,

...Au fond, notre affirmation politique, ce que l'on appelle centre et qui n'a jamais pu s'exprimer en France, en raison d'une seule cause qui est une loi électorale totalement injuste qui fait que 50% des Français n'ont pas leur place dans la représentation nationale,

...l'idée qu'on n'est pas obligé d'être en guerre parce qu'on a des opinions ou des convictions différentes du voisin, cela porte un autre nom : cela s'appelle la laïcité.

...Principe de laïcité, c'est très simple : ce n'est pas parce que nous avons des religions différentes que nous sommes obligés de nous détester, c’est cela les guerres de religion, cela a failli entraîner la France dans le gouffre le plus profond !

...Et c'est un homme de notre sud-ouest qui nous a permis de conjurer ce malheur : ce sera la gloire éternelle d'Henri IV que d'avoir fait l'édit de Nantes…

...Construire, reconstruire l'appareil de production qui donnera des emplois aux jeunes et aux familles la prospérité dont elles manquent. Reprendre le grand chantier de l'Éducation nationale sans lequel nous ne sommes rien !

...Rebâtir notre grand système de transmission de la lecture, de l'écriture et de la langue française, parce que c'est dans la langue française que se trouve la clef de toutes les réussites scolaires ultérieures

...c'est en soutenant l'école primaire que l'on y arrivera, c'est en recentrant l'école primaire sur ses missions fondamentales que nous avons une chance d'apporter la réponse la plus rapide, la plus complète et la plus profonde aux problèmes de l'école, du collège, du lycée et parfois de l'université en France.

...Ce qui n'est pas possible c'est de recréer des dizaines de milliers de postes d'enseignants parce que tout le monde voit bien que nous n'aurons aucun des moyens de le faire, ni les moyens financiers, ni les moyens universitaires, parce que le problème est aujourd'hui qu'il y a une crise des vocations dans l'Éducation nationale.

...On parle de désertification rurale, il y a une désertification parlementaire parce que nombre de députés sont obligés d'être sur le terrain et pas à l'Assemblée Nationale dans la discussion des textes essentiels

...Il faut que la vie publique de notre pays, la démocratie de notre pays, devienne respectable et respectée, ou plus exactement qu'elle devienne respectable pour être respectée !

...Je propose que la tribune redevienne ce que Jaurès aurait aimé qu'elle fût, un lieu de libre expression, de force de la parole, de capacité de mise en cause, d'interrogation, de contrôle, de rébellion ou de résistance s'il le faut !

...Le mot de notre avenir, c'est la solidarité, c'est la France solidaire qu'il nous faut construire. Oui, il est possible de retrouver les emplois que nous avons perdus. Oui, il est possible de retrouver l'équilibre des finances publiques que nous avons perdu. Oui, il est possible de retrouver pour notre pays la meilleure éducation du monde. Oui, il est possible de retrouver une politique honnête, une politique insoupçonnable, une politique morale qui montrera au monde entier que la France, au fond, a retrouvé ses traditions.

Du Béarn à Paris, l'envolée du panache blanc est la plus belle conquête pacifique de notre histoire de France. « Paris valait bien une messe »


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • oncle archibald 14 mars 2012 10:02

    Merci à l’auteur de rappeler ces essentiels et de porter à notre connaissance le message d’apaisement de celui qui vient du pays ou l’on appelle Henri IV « nouste Henric » (phonétique), le roi au solide bon sens qui a su apaiser les guerres de religion et qui voulait que chacun puisse manger à sa faim ... 

    Les dires fondamentaux de François BAYROU, l’autre Béarnais, sont si peu repris dans les médias que l’on comprend aisement qu’il fait peur. Si son message arrivait enfin à passer ... ben .. il serait élu, tout simplement ... 

    Il fait peur à l’UMP et au PS, et on comprend leur acharnement à empecher sa diffusion. Hélas le jour ou les médias lui poseront une autre question que « pour qui ferez vous voter au second tour ? » ne semble pas près d’arriver ....

    • jack mandon jack mandon 14 mars 2012 10:53

      oncle archibald,

      En établissant ce parallèle entre le XV ème et le XXI ème, je voulais rappeler une évidence.

      Nos ancêtres forment l’inconscient collectif de nos pensées et de nos entreprises et l’histoire bégaye. Certes nous avons partiellement remplacé les couteaux par les mots...tout aussi destructeurs.

      « Le bon roi Henri » avait une personnalité hors du commun, personnage quasiment shakespearien,
      un Hamlet à la française, sa mère Jeanne d’Albret, protestante, à participé à l’élimination de son père, catholique, Antoine de Bourbon.

      Je ne peux m’empêcher de superposer, dans le temps et l’histoire, la droite traditionaliste
      et la gauche contestataire qui portent en leur seins tous les ingrédients conflictuels qui
      animèrent le XVIème au plan religieux.

      C’est d’autant plus navrant qu’à l’origine, c’est le pile et face d’une même pièce dont le centre constituerait l’épaisseur.

      Plutôt que de s’écharper sans retenue et respect il suffit de réfléchir au mécanisme qui participe de la problématique.

      Pour cette raison j’ai une sympathie pour François Bayrou, qui évoque souvent l’édit de Nantes,

      Les français préfèrent le chaos, changer un modèle merdique de droite, pour le remplacer par un modèle merdique de gauche et vise versa...et bramer, nostalgiques sur un homme qu’ils ont détruit...Charles de Gaulle.

      Merci de votre passage

       


      • epicure 14 mars 2012 22:10

        bizarre comparaison que celle entre : la droite traditionaliste et la gauche contestataire d’une part, et les catholiques et les protestants d’autre part.
        Le seul point commun c’est les ultra cathos qui font partie de la droite traditionaliste, mais à part ça aucun rapport.
        La gauche contestataire est issue du siècle des lumières, et son opposition à la droite traditionnelle n’a aucun rapport à la querelle de clochers entre catholiques et protestants. Là tu commet un anachronisme.

        L’opposition droite traditionaliste contre gauche contestataire est une opposition de fond, alors que l’opposition religieuse du temps de henri IV est avant tout une question de forme (le nom de la religion du royaume et à laquelle les sujets du royaume doivent faire allégeance.

        Et il ne s’agit pas des deux faces d’une même pièce, mais de deux bords opopsés sur un échiquier.

        Quand à l’intérêt d’un centre merdique qui ne veut pas toucher à certains déséquilibres de pouvoirs iniques, il est où ?

        Ton centre c’est une arnaque sur les grands sujet, il a voté avec la droite : Maastricht, TCE, Lisbonne, MES et bientôt TSCG, pour la perte de souveraineté et de démocratie, au bénéfice d’une dictature européenne au services d’intérêts privés contre ceux des peuples.
        Donc c’est un courant merdique car inutile ou hypocrite.


      • Jean 14 mars 2012 22:26

        Exact pour le centre qui fait partie de l’ oligarchie, européiste : du système, ...

        Aujourd’ hui, car c’ est aujourd’ hui qui compte, la laïcité est menacée pour cette oligarchie prête à tout pour le pouvoir, ses intérêts propres (quel que soit le parti)


      • jack mandon jack mandon 14 mars 2012 22:53

        Bonsoir Epicure,

        « La bizarre comparaison »
        Plus que bizarre ce serait stupide, je veux dire simplement qu’après plusieurs siècles
        de tragédie et de monstruosité, les catholiques et les protestants ont enfin élevé le débat
        et se retrouvent autour d’une vision et d’un acte de foi communs.

        En ce qui concerne les hommes politiques de G.et D. dans les meilleurs moments
        de leurs prestations et de leurs actions ils partagent la même foi dans l’homme et
        bénéficient de concert de l’éclairage des humanistes et philosophes de tous les temps.

        Je voulais dire que leurs différents sont souvent artificiels mais bien sur également
        le fruit de leurs personnalités différentes, le problème d’ego ne doit pas à moyen
        et long terme occulter les valeurs qui élèvent et participent à l’évolution de l’humanité.

        Le centre constitue à mes yeux le complément nécessaire à la triangulation dynamique.

        Pour les erreurs de chacune des parties c’est un autre problème.
        Je m’en tiens simplement au mécanisme transactionnel.

        Merci de votre intervention.


      • oncle archibald 14 mars 2012 18:08

        Dix votes et ... 1 réaction à votre article intéressant ... C’est dire à quel point il faut être démago pour susciter l’intérêt du lecteur ... 

        Vous auriez du faire un article au titre racoleur .. Je ne sais pas moi ... 

        Bayrou vend sa ferme pour financer sa campagne électorale .. 

        Bayrou monte à paris sur la fidèle jument qu’il avait gardé pour parcourir la France ... 

        Bayrou a mangé un kebab pour racoler les voix des jeunes des banlieues .., 

        Il ne manquait pas de sujets importants et voila que bêtement vous nous parlez de tolérance, d’Edit de Nantes, bref de sujets qui n’intéressent personne ...

        Il avait peut être raison le Grand Charles ... les français, ou au minimum les Agoravoxiens, sont des veaux ... Ils n’ont même pas envie de regarder autour d’eux sans oeillères ..

        • Jean 14 mars 2012 22:20

          Bonjour à tous,
          Je ne suis pas historien mais j’ aimerais savoir ce qui a amené les successeurs d’ Henri à abroger l’ édit de Nantes. N’ est-ce pas une sorte de « ghéttoïsation » des religions (communautarisme), notamment la religion protestante de plus en plus puissante, qui s’ arme, qui construit des places-fortes, qui s’ allie à l’ étranger.
          Sous prétexte de guerres de religions il y a des intérêts qui deviennent politiques. Bien sûr que les clivages sont néfastes à un peuple, mais ils réapparaissent sans cesse quelle que soit la bonne volonté du souverain. Les peuples sont incorrigibles quand des idéologies s’ opposent (religieuses ou autres)
          Jack, vous savez mon attachement à la démocratie, je ne crois à aucun sauveur fût-il du centre.
          Alors je serai un irréductible avocat d’ une constituante de tirés au sort qui assure les parités, parfaitement ; et l’ usage raisonnable et large du référendum pour les grands sujets.

          Plus de centre car plus de droite ni de gauche. et plus d’ extrêmes.

          Amicalement.


          • Fergus Fergus 14 mars 2012 23:08

            Bonsoir, Jean.

            « Plus de centre car plus de droite ni de gauche, et plus d’extrêmes », c’est à mon avis de la pure utopie. Les intérêts des uns, les idéologies des autres donneront toujours lieu à la constitution de partis opposés, même si ces partis ne s’appellent pas ainsi. Et toute assemblée constituante, quel que soit le système qu’elle met en place, engendre tôt ou tard des clivages partisans.


          • Jean 15 mars 2012 13:06

            Bonjour Fergus, les partis deviendront des associations (forces de proposition) et les tirés au sort le sont pour de courtes durées.

            Voir conférences d’ Etienne Chouard, Yvan Blot etc.

            Bien à vous.


          • jack mandon jack mandon 17 mars 2012 08:18

            Bonjour Jean,

            Mon gout pour le personnalisme, pour l’homme providentiel,
            mais aussi pour le rêve et l’idéal m’empêche d’envisager sans doute
            la politique d’une manière pratique et technique.

            Je crois que s’interpose toujours, même inconsciemment ,
            la présence d’un père en un temps où la France était autre.
            J’ai la conviction qu’il s’agit en partie, du père et de la France
            de mon imaginaire.

            Je constate que c’est le lot d’une foule de gens.

            Merci de votre visite.


          • Jean 17 mars 2012 10:13

            Bonjour Jack

            Mais c’ est le rôle des oligarchies de nous faire compter sur un père extérieur à nous-même....
            Leurs survies en dépend.

            Pour Fergus, quand on part perdant on est perdant, une idée : rêvez car le rêve est fait pour réaliser.

            Bien amicalement à Tous, et bon WE.


          • jack mandon jack mandon 18 mars 2012 09:20

            Bonjour Patrice,

            Ce n’est pas ce que je voulais dire.

            Laissons un peu de côté « l’oligarchie », d’ailleurs à prononcer ce terme exagérément vous allez vous décrocher la mâchoire.
            De plus à travers cette expression barbare et grégaire j’aperçois l’ombre de Jean-Marie en toile de fond.
            Je voulais simplement parler de modélisation, du rôle parental et du milieu socio-culturel qui nous conditionne.

            Notre manière de faire de la politique et largement liée à notre histoire, à celle de nos ancêtres et à la cognition,
            qui se définit comme l’ensemble des activités mentales et des processus qui se rapportent à la connaissance.
            Interfèrent, la mémoire, le langage, l’intelligence, le raisonnement, la perception, etc....

            Un exemple que je connais bien, le mien.
            Fils d’artisan, ayant vécu dans un cadre autonome et indépendant j’ai naturellement plus de sympathie pour F. Bayrou
            que pour Jean Luc Mélenchon qui me parle d’un monde pour lequel je suis étranger.

            J’en profite pour vous dire que pour cette raison, sur ce site, je sens des antipathies de la part de ceux
            qui soutiennent la candidature de cet homme au demeurant tribun redoutable et sympathique.

            Voyez vous l’oligarchie n’a rien à voir la dedans, tout au plus le sectarisme et l’incompréhension. (réciproque)


          • jack mandon jack mandon 19 mars 2012 19:11

            Bonjour Fergus,

            Le philosophe de gauche Michel ONFRAY est lassé du double discours de Mélenchon :

            1- La violation des droits de l’homme : Fidel Castro n’est pas un dictateur, mais le général de Gaulle serait presque un fasciste.

            2- La laïcité réservée aux chrétiens, pas touche à l’islam !

            La logique du Front de Gauche = Marine Le Pen est fasciste / Les frères Castro sont des saints

            Voyez vous, votre ami Mélenchon déconne.

            Tout le monde peut déconner, mais voici un champion de la division qui condamne ceux qui divisent, c’est de la pure projection.


          • jack mandon jack mandon 15 mars 2012 07:15

            A tous,

            Dans le parc des bastions de Genève, adossés pour la postérité contre une muraille,
            Calvin et Henri IV pas très loin l’un de l’autre.

            Le premier hiératique, imposant dans sa rigidité sacerdotale, le second un peu plus loin,
            sur un autre plan et plus discret.

            Deux types d’hommes, le premier d’un bloc, juge inflexible, le second tranquille et disponible.

            La complexité et la flexibilité du second me parle d’un guerrier, d’un fin politique, et d’un grand amoureux de la femme et de la vie. Il pourrait dire comme Gandhi :
            « J’ai compris la beauté du compromis »
            Sa palette d’expression est large, humaine, intemporelle.

            Le premier Thanatos, la mort, le second Eros, la vie. J’ai choisi mon camp.

            Merci à tous.


            • jack mandon jack mandon 19 mars 2012 19:17

              A tous,

              Avancer vers plus de vérité, donc plus de connaissance,
              c’est la raison qui le permet.

              La raison profonde vient à manquer dans cette course à l’élection.

              Donc, si un miracle ne se produit pas ça va mal finir.


            • jack mandon jack mandon 17 mars 2012 08:06

              Bonjour Selena,

              Dans le contexte de la restauration, entre révolutions, républiques, monarchies et empires,
              Victor Hugo a su évoluer, en bon visionnaire entre idéalisme et réalisme, poésie et politique,
              Daumier le représente, géant méditatif à l’énorme front, adossé à notre dame de Paris,
              assis sur une pile de livres, le pied droit sur le théâtre français, le pied gauche sur l’académie française.
              Les Misérables nous parlent de son immense connaissance de l’humanité,
              oeuvre intemporelle pour tous les âges et dans toutes les mémoires dans cette période qui prépare l’humanité artificielle.
              Humanité artificielle dans laquelle nous nous débattons maintenant en perdant notre âme.
              Comme vous le soulignez il savait les priorités et les exprimait déjà au XIXème.

              Merci de votre visite.


              • herbe herbe 18 mars 2012 12:18

                Oui ce discours de Victor Hugo toujours d’actualité, merci beaucoup pour ce rappel !


                • jack mandon jack mandon 19 mars 2012 18:58

                  Herbe, bonjour.

                  Victor Hugo est un modèle culturel et politique.

                  C’est un visionnaire, pas un politicard qui se protège dans un système,
                  qu’il fut de gauche ou de droite.

                  L’homme complet qu’il représente est à la fois flexible et monolithique,
                  c’est une espèce de pyramide qui nous montre le nord.

                  Son discours est celui d’un humaniste traversé par tous les courants,
                  réceptif et respectueux de tous...à condition qu’ils composent la démocratie.
                  Napoléon le petit fut son véritable et unique grand ennemi.

                  Merci de votre passage rafraichissant par l’icône. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès