Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un syncrétisme politique français

Un syncrétisme politique français

Le dernier film de Pierre Salvatori « De vrais mensonges » nous invite au tourbillon intime de la contre façon. Le billet trouvé dans la poche d'un personnage, avec la mention « Je sais qui vous êtes, je veux qui vous êtes !  » n'a plus de sens si on l'applique à la politique où le « festival de faux pour le vrai et de vrai pour le faux  » nous fait la nique.

Les chemins du mensonge sont tortueux, vieux comme la politique. En avez-vous entendu un qui dise que l'autre a raison ? Non, bien sûr. Depuis qu'ils ont inventé la stratégie du faux, ils font de leurs rapports intimes des usines à mensonge. C'est ce qu'ils montrent. Une gestion du vide par l'entourloupe.

Ce faisant, ils ont construit un mur entre le citoyen et l'administration de la cité. Dupes de rien et contrôlant tout, il leur est devenu impossible de vivre sans que leur vérité aux lèvres soit un mensonge de plus. Ce ne sont pas desimples mensonges par omission, dus aux mémoires courtes. Il ne s’agit pas non plus d’un oubli, non, ils mentent sans vergogne, les yeux dans les yeux.

Le temps n'est plus où il suffisait d'accuser un homme politique de mensonge pour s'en débarrasser. Aujourd'hui, les écoles de communication leur ayant appris qu'en politique il ne faut pas douter, pour se donner l'image de quelqu'un qui ne doute pas, les politiques falsifient. Ou désinforment, se le disent, en une nouvelle morale qui les dépasse. Et quand ils ne mentent pas, ils parcellisent la vérité. Utilisant le mensonge comme des facilités de langage, des marques d'habileté verbale, ils en arrivent à réécrire l'histoire avec une étonnante faculté d'oubli, et sur la leur, plombent une amnésie lourde sur leur passé récent.

Pourquoi se généraient ils puisque le mensonge en politique n'est jamais sanctionné ? Et pourquoi changeraient-ils de conduite puisqu'ils savent que pour durer, l'expérience le montre, ils doivent mentir ? Car ils se sont aperçus que dire la vérité les laminerait. Alors, ils mentent pour exister. Ils se construisent des digues de protection, des immunités.

Avant de pratiquer, ils apprennent, car l'exercice du mensonge relève du professionnalisme. Il ne s'agit pas de risquer d'être pris en flagrant délit d'amateurisme et donc de mensonge. Le contrôle de soi habille la religion du mensonge, pour laquelle ils deviendront grands prêtres. Ils officieront alors dans la plus grande sérénité. Ainsi se construiront des légendes politiques qui devront durer le temps politique « contemporain » du menteur, qui repousse l'échéance de la vérité vraie au delà de sa séquence d'homme politique. C'est le règne de la parole feinte et de l'illusionnisme d'artistes marketing qui joignent le geste à la parole pour enrôler nos vies. Seuls quelques « petits » craqueront et le diront pour s'en sortir, salis.

Formés au pire, ils en arrivent à penser que le mensonge, distillé en doses homéopathiques est une nécessité pour le peuple, qui en redemanderait sans cesse pour trouver des raisons de ne pas avoir peur. Mais le danger peut venir de l'autre d'en face, qui désinforme aussi bien et parfois mieux que lui. Ce qui pousse le menteur à accuser l'autre de mentir. Candidats au César du meilleur menteur, ils se poussent du coude sur l'estrade.

Alors, ils brassent, ils agglutinent, font des discours fleuves où le temps et la vérité n'ont d'importance que pour la reproduction des seuls mandats électifs. Nous en arrivons à ce que les citoyens ont des mandataires qui ne remplissent pas le contrat, qui modifient l'information, la tordent pour ne garder que ce qui pourra les faire réélire. Au delà des promesses électorales non tenues, le mensonge devient obligation et s'adosse en premier lieu à « l'obligation » de « fidélité » au parti où ils adhèrent et qui les fera rois. Le reste importe peu. Adeptes de la déglutition automatique, ils avalent des couleuvres et se mentent à eux-même.

Et, complication suprême, le mensonge d'Etat s'installe et fait des petits. Décomplexé, le menteur de base, recevant l'extrême-onction en même temps que la plaquette sur la stratégie du faux, se donne au diable. Ainsi fécondé, il énonce à nouveau des discours qu'il affiche comme du vrai pour se jouer du citoyen en des vérités esthétiques qui le conduisent à ce que le mensonge lui devienne indifférent.

Banalisée, la pratique du mensonge s'intègre à tous les pouvoirs et défigure la République. Au point que des policiers menteurs se voient étonnés de n'être pas exonérés de leur responsabilité, comme si l'exercice qui les fit condamner coulait de source pour le bien public. Au point que l'Assemblée nationale, si elle a prévu une amende pour les députés menteurs (ce qui montre que jusque-là, on ne leur disait rien), n'a pas prévu de peine de prison.

Se rebeller contre cette pratique syncrétique dans la vie politique, quand le mensonge peut conduire aux pires violences ?

L'étonnant tient en effet dans notre complaisance, la constante historique française qui voit le citoyen réélire des menteurs, ou lieu de s'attacher à casser cette bizarrerie nationale qui « tolère » le mensonge au point d'en faire un outil comme un autre dans la politique.

2011 sera de ce point de vue une curiosité avant le grand saut.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Epiménide 27 décembre 2010 12:15

    "Qu’ai-je dit ! Ah  ! Corneille, aime mon repentir ;

    Ton excellent Menteur m’a porté à mentir.

    Il m’a rendu le faux si doux et si aimable,

    Que sans m’en aviser, j’ai vu le véritable

    Ruiné de crédit, et ai cru constamment

    N’y avoir plus d’honneur qu’à mentir vaillamment."


    • paul 27 décembre 2010 13:16

      Si la politique est l’art des promesses non tenues - car elles n’engagent que ceux qui les écoutent - nous avons la chance d’avoir un grand champion à la tête de l’État : voir en lien le
      florilège de ces belles promesses dont l’une des meilleures est « travailler plus pour gagner plus », alors que pour beaucoup il s’agit simplement de subsister ou de sauvegarder son CDD.

      La récente affaire Copé-Jacob montre à quel cynisme sont parvenus certains politiques .Le terme « mensonge » n’a plus de sens, puisqu’il s’agit en fait de façonner une réalité qui va être
      racontée aux électeurs : c’est le rôle du storytelling ,mode apparue dans les années 90 aux E.U.
      Fiction ,télé- réalité et politique se rejoignent dans le consumérisme ambiant où la vérité d’aujourd’hui sera obsolète demain .
       
       http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/storytelling-ces-histoires-que-construit-le-pouvoir
       http://www.bulletingaulois.fr/article-les-promesses-n-engagent-que-ceux-qui-les-ecoutent-49975086.htm&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; l


      • Cocasse cocasse 27 décembre 2010 13:49

        Les personnalités politiques mentent effrontément, sur les médias et aux heures de grande écoute. Ils le font sans complexe, car il est peu probable qu’une majorité de leurs spectateurs iront vérifier par eux-même.
        Je me rappelle avoir vu sur Youtube une émission commentée par l’internaute du débat Eric Besson / Marine Le Pen.
        (c’est en 3 parties, première partie :)
        http://www.youtube.com/watch?v=R_kQRKRupVk&feature=related

        A chacun des mensonges de Besson, l’internaute fourni la preuve du mensonge, documents à l’appui. C’est totalement sidérant, il passe son temps à mentir outrancièrement et sans retenue, et ça passe comme lettre à la poste.

        Je m’excuse de n’avoir que cet exemple à proposer, pour ceux n’aimant pas spécialement ces deux personnalités, mais j’ai trouvé cette sorte « d’arrêt sur image » citoyen des plus complets dans le débusquement de mensonges.


        • zelectron zelectron 27 décembre 2010 17:01

          pourquoi que français ? regardez un peu ailleurs vous verrez que ce syncrétisme est la marque de fabrique des politiques d’où qu’ils soient !
          J’avoue que dans ce domaine notre pays excelle et plus particulièrement notre droite ’la plus b.... du monde"


          • 2102kcnarF 27 décembre 2010 20:10

            « 2011 sera de ce point de vue une curiosité avant le grand saut. » @ l’auteur

            le syncrétisme politicien englobe une classe sociale privilégiée qui a pour porte-paroles : le journalisme syncrétique ...

            C’est moi qui ajoute ( - :) )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès