Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un vent nouveau souffle sur la gauche française

Un vent nouveau souffle sur la gauche française

Il y a un mois encore, une certaine gauche officielle voguait sur un petit nuage sucré.

Persuadés de la pertinence des sondages élisant leur candidat au deuxième tour, beaucoup s'étaient arrêtés de travailler à la victoire.
Il suffisait de mettre les pieds dans une réunion PS de province, pour se rendre compte de leur assurance grotesque à placer leurs candidats aux futures législatives. Les toasts et boissons y étaient déjà servis, comme un avant-goût de leur victoire. L’on y parlait de vote utile, puis encore de vote utile, l’on s’y félicitait et se congratulait, mais on n’y entendait jamais d'idées nouvelles.
La messe avait été dite au Bourget, et les propositions de leur parti n’étaient plus qu’un missel virtuel selon lequel ils n’avaient même plus à prier. Persuadés, par leurs rôles dans des officines locales, d’avoir accompli leur cota de mission sociale, mais ayant complètement décroché de cet esprit militant qui brillait de quelques feux dans les années 90, ils n’attendaient plus que la soupe et le champagne leur soit servis, avec les honneurs, et leur petit nom gravé sur le rond de serviette.

Beaucoup, Libé en tête, cherchèrent à vendre la peau de l’ours. « On a l’impression qu’il pense avoir déjà perdu », « Un président perdu en pleine campagne », « Le chant du cygne » « Le capitaine perdu », « Qui croit encore en… »…
Appuyés par Marine elle-même, certains gloussaient de bonheur de la farce énorme pouvant arriver à la droite, si les voix pour Nicolas Sarkozy s’effondraient au point de recréer un « 2002 à l’envers », en laissant face à face, leur hardi capitaine et la famille Le Pen.
Comme si cette situation avait un quelconque intérêt pour notre démocratie.

Parfaitement à l’aise sur leurs petits nuages, ils ne réagirent pas aux paroles de leur candidat disant se moquer des voix du candidat Bayrou, comme ils n’avaient pas réagi quand il avait prétendu pouvoir l’accueillir dans son futur gouvernement. Et quand ayant complètement anéanti un parti écologique déjà malade du combat de ses élites, en leur négociant de façon scandaleuse des circonscriptions, et leur imposant de fait une non-contradiction absolue, ils ne semblaient plus avoir d’yeux sur la gauche,... que se pour se contempler eux-mêmes.

A côté d’eux, pourtant existait un second camp.
Quelques bataillons d'un Front de gauche. Qu’ils méprisaient cordialement.
Quand ils ne leur reprochaient pas de travailler pour la droite, ils en parlaient comme la réminiscence archaïque d’un passé trotskiste condamné par l’histoire. Ou l’exercice creux d’une tradition folklorique communiste, dans un pays ou selon cette gauche, les ouvriers et les employés ont 3 solutions : Etre trop peu cultivés pour aller voter, être assez stupides pour adorer Marine Le Pen, ou ne pas exister.

Pourtant, forts de leur succès, et de leurs aspirations qui se qualifient de jour en jour, ces petits bataillons composent aujourd’hui une véritable armée. Ceci impliquant une côte d'amour électorale totalement ascendante, malgré tous les pieds musclés qui la freinent dans l’industrie statistique. et qui n'osent plus regarder les voeux de ces indécis qui risquent malheureusement pour eux… d’aller voter.
Ces trublions portent en eux une dynamique renversant complètement la donne, en organisant une résistance contagieuse et une bataille terrible contre les armées ennemies. Avec leur candidat Jean-Luc Mélenchon, porté par ses capacités extraordinaires d’orateur et de stratège, sa grande culture et sa pugnacité, et des militants efficaces, organisés, utilisant des moyens de communication sophistiqués, et un mouvement provoquant en tous lieux, de véritables évènements populaires.

Leurs suffrages viennent de tous les horizons, et de tous les milieux.
On y trouve les déçus de la gauche, de jeunes communistes timides mais parfaitement convaincus, des anciens qui assistent émerveillés à des choses auxquelles il n’osaient plus croire, des syndicalistes profitant de la seule parole collective par laquelle les travailleurs peuvent se battre aujourd’hui, des profs qui n’en reviennent pas que l’on puisse à ce point comprendre tout ce dont ils souffrent depuis 10 ans, des gens qui n’ont plus de travail, plus d’argent et qui revivent à l’idée de retrouver une parole, des chefs de toutes petites entreprises, des intermittents du spectacle dégoûtés du peu d’intérêt que l’on porte à leurs métiers, des travailleurs sociaux révoltés par ce qu'on leur demande de faire, des trotskistes lassés de leur immersion dans le néant, des écolos fâchés par leurs aventures dans la mesquinerie des partis verts, d’anciens gaullistes qui n’en reviennent pas d’écouter enfin de vraies paroles républicaines, des gens de lettres et de sciences arrivés ici par la réflexion, et bien d’autres encore, de tous âges, paysans, ouvriers, employés, cadres, peuple sorti de l’ombre, qui constituent enfin pour cette nouvelle gauche française, une véritable armée.

Ce mouvement permet enfin à la gauche française toute entière de redevenir crédible.
Ses interventions, ses propositions, ses critiques économiques et sociales, rejaillissent sur tous les candidats.

Les verts, tout d’abord, avec une Eva Joly, bien plus respectée comme personnalité par le Front de Gauche que par ceux dont elle est censée tenir le flambeau, et qui ne peuvent que s’incliner devant l’idée d’une planification écologique alliant le respect de l’humain et celui de la nature. Car ces militants d’un parti disparate savent bien qu’ils ont plus à gagner d’un gouvernement ou la question écologique reste sur la table, que de quelques sièges de députés roses-verts asservis à une social-démocratie intrinsèquement productiviste et soumise à des diktats européens.

L’extrême gauche ensuite, avec des trotskystes, dont on ne se moque jamais de leur plongée dans le néant, mais dont on garde les bonnes idées. Et un Philippe Poutou, qui travaille enfin davantage à la reconnaissance d’un prolétariat dont la social-démocratie a banni le terme, qu'à rajeunir ses slogans anti-impérialistes.

Puis enfin, ce même Parti Socialiste, débordé idéologiquement sur sa gauche, et pas qu'à gauche, qui en vient petit à petit, à s’inspirer des bonnes idées et des bonnes manières du Front de Gauche.
L’idée de taxer quelques riches footballeurs n’en étant que la caricature.
Ils avaient démarré leur campagne en voulant rassurer les riches, ils la terminent déjà en mendiant leurs voix chez les pauvres.
Au point qu’un funèbre Michel Sapin se vantant de pouvoir redresser la France avec son ridicule demi-point de croissance, ou un Manuel Vals et ses sublimes idées de rénovation des banlieues à coup de fusil à pompe, semblent se condamner au mutisme. Pour laisser la place à des voix qu’ils avaient mises trop facilement de côté. De celle d’un Montebourg survivant miraculeusement à ses flagellations, à celle d’une Ségolène toujours charmante dans ses indignations.

Bien sûr, ce petit vent, porté par l’excellence de ses critiques, fait des émules ailleurs.
Car cet esprit néo-libéral qui chercha à confisquer toute parole politique pendant 20 ans, qui produisit tant de ruines, fut inlassablement critiqué pour ce qu’il a produit et détruit. Par une foule de gens. Des élites mécontentes travaillant pour leurs officines, aux révolutionnaires en herbe, oeuvrant tranquillement dans leurs petits abris citoyens.
Totalement à bout de souffle, terrorisée par un plancher s'effondrant sous leurs pieds, la droite Française, comme dans les années 70, ne peut se régénérer que par un détournement des idées de ceux qui la condamnent.

Le Front National, a commencé trop tôt. Grosse erreur.
Incapables de trouver des idées ailleurs, ces gens se rendent malades depuis des mois à tenter de pomper laborieusement quelques idées économiques, trouvées au Front de Gauche, et chez les économistes du mouvement Attac. Voler des idées à gauche, ou faire semblant d'aider les pauvres est une bonne idée, mais il faut paraître crédible. Et pour ces gens, dont les seuls efforts n’ont été pendant des décennies que de propager des virus chargés de haine, il est difficile de se mettre brutalement aux mathématiques.
Le plus laborieux étant pour leur candidate, de devoir apprendre des chiffres par cœur.
Et ce n’est pas le faux maître Collard, ex-trotskiste, mais shooté h24 à la diatribe anti-halal, qui pourra les aider.

Le clan Sarko, a réagi très tardivement. Ayant payé une fortune des énarques et des sociétés spécialisées, à ânonner des répliques possibles pour battre une gauche socialiste masochiste car raffolant se tirer des balles dans le pied, il s’était habitué à un scénario de campagne pantouflard, selon lequel il suffisait de déclarer les intentions du candidat le plus tard possible, puis embrayer sur un petit travail de séduction des électeurs FN, puis ridiculiser la gauche socialiste sur son manque d’ambition et de moyens. Avec une petite embellie au final pour attirer les centristes.
Mais rien ne se passe comme ils l'avaient prévu.
D’abord ils ont découvert qu’un gros tas de petites gens voulaient bien voter Marine ou Hollande, mais sûrement pas pour eux. Ensuite, ils ont fini par comprendre que pour ridiculiser le parti Socialiste, il fallait déjà pouvoir faire oublier leur propre ignominie. Et que faire avec ce centre, qui ne voyant briller de lumière pour lui nulle part, reste stupidement au centre ?
Ne restait qu’une solution désespérée, avec 12 mois de retard sur les équipes du FN, faire du Mélenchon "à l'arrache".
Ainsi Nicolas Sarkozy brave l’Europe, au risque de se déjuger totalement, et que tous les candidats retiennent cette bravade. Le fait de prétendre contraindre les états européens à bafouer les lois de l’hospitalité n’a en réalité plus grande importance. Car la méthode retenue crée une brèche ouvrant la voie à un raz de marée Gaulois pour tous les candidats.
Ne craignant aucun ridicule, il fait mine de s’attaquer aux profits des riches. Lui qui a fait tout le contraire pendant 5 ans. Et plus les Français rient de ceci aux éclats, plus leurs partisans grincent des dents.

Jamais un parti politique comme ce Front de Gauche, n’avait favorisé depuis 1968, un tel débat d’idée. Et la nouvelle démocratie issue de ce joyeux bazar, semble bien contenir, le bavardage tranquille de nos idées de demain.

Le grignotage des voix du parti socialiste par le Font de Gauche est une idiotie, au même titre que l’idéologie du vote utile. Ce parti commence enfin à comprendre que toute voix acquise au candidat Mélenchon, est un encouragement pour la gauche tout entière, et que ce glissement des voix des indécis vers la gauche, dès le premier tour, favorisera des voix au PS, et tout au moins, ne lui en fera perdre aucune.
Tout le problème de la gauche Française sera donc dans les semaines qui suivent, de faire avancer leurs armées ensemble. Et ce n’est qu’à cette condition qu’elles pourront écraser toutes celles de la droite française.

L'histoire se répète encore une fois en farce. Car s'il y a 5 ans, les généraux du parti socialiste français, ont sabordé par tous les moyens la campagne d'une Ségolène toute empreinte d'une bravitude un peu droitière, et ce pour garder tous les privilèges du commandement, ils risquent bien aujourd'hui, lancé par leur élan, de devoir partager l'avenir avec une gauche intelligente, bavarde, et révolutionnaire, ce qui est leur pire cauchemar.

 

Iconographie : En attendant la Prise de la Bastille, la « marche pour la VIe République » à l’appel du Front de gauche, ce Dimanche 18 Mars, petite évocation des armées révolutionnaires à l'assaut de l'Europe : Combat de Varoux le 27 novembre 1792 7h du matin, quelques heures avant la libération de la ville de Liège assiégée par les Autrichiens.


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (138 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • frugeky 15 mars 2012 09:29

    C’est pour le Front de gauche au second tour qu’il faut insister sur la pertinence de son programme, pas pour faire de la retape au PS. Si par malheur le Front de gauche n’était pas au second tour, sûrement que le PS travaillerait enfin à un programme de gauche mais avec quelle crédibilité ?

    Enfin à propos des verts, et surtout d’Eva Joly pour qui j’ai eu un moment le plus d’aspirations, au vu de sa piètre prestation actuelle et ce malgré Fukushima-le 11 mars, leurs idées sont le mieux représentées par le Front de Gauche et s’ils veulent les faire entendre au plus haut, le mieux seraient que leur candidate se désiste dès le premier tour au profit du candidat Mélenchon. C’est sûr que pour les places ce sera moins payant... 

    • ca ira ca IRA......

      AVEC DES MINISTRES PCF/FG AU GOUVERNEMENT ...hollande aura un vrai gouvernement de vraie gauche..............
      sans me fatiguer je le répète

      -melenchon ou montenourg 1er ministre
      -le 2ème dans un grand ministère interieur défense...collectivités
       -sego a la santé education...famille...anciens...ect...
      -d migaud aidé de sapin et cahuzac aux finances...
      -eva joly...garde des sceaux....... (de merde de l’ump...)elle les connait tous ces mafieux et marchands d’armes.

      6 A 8 MINISTERES SUFFIRONT...C ’EST LA CRISE SARKO EN A 35 A 17MILLIONS D EUROS /AN L’UN.........


      • Tall 15 mars 2012 10:06

        Ce qui compte, c’est que le Front de Gauche ne pique pas + de voix à Hollande que Le Pen n’en pique à Sarkozy. Sinon la Gauche prend un risque.


        • Emmanuel Aguéra LeManu 16 mars 2012 12:08

          ... ou que Sarkozy n’en pique à Lepen. La question est là en effet. Le portefeuille semble assuré pour Mémel, au contraire d’Eva, je ne pense pas que ça ira plus loin côté front de gauche. Mais attendons de voir l’entre-deux-tour. C’est là qu’il y aura de la haute chorégraphie à admirer. Mmmmmmmmmm


        • jaja jaja 15 mars 2012 10:09

          "Et un Philippe Poutou, qui travaille enfin davantage à la reconnaissance d’un prolétariat dont la social-démocratie a banni le terme, qu’à rajeunir ses slogans anti-impérialistes.« 

          L’intérêt du vote Poutou et du NPA c’est qu’on est certain que ce parti n’ira pas occuper des strapontins au gouvernement social-libéral PS pour y gérer »honnêtement« la société capitaliste »de libre marché« ... Ce n’est hélas pas le cas pour toutes les forces du FdG, Pierre Laurent ayant rappelé tout récemment l’ambition du PCF »à gouverner"...

          Que va-t-il se passer après les élections en cas de victoire de Hollande ? Qui ira à la soupe poser ses fesses dans les fauteuils en or de la République ? Tous ou le FdG se scindera t-il en deux camps ?

          Clairement pour Poutou et ses camarades il s’agit et ceci quel que soit le vainqueur, de droite ou de gauche, de constituer une opposition résolue et de gauche à l’austérité qu’ils veulent tous nous imposer...

          Voter Poutou et donc pour le NPA c’est s’assurer de renforcer cette opposition aux mauvais coups diligentés par la bourgeoisie contre le peuple. Rappelons qu’en Grèce, par exemple, seule l’extrême gauche lutte contre les plans de rigueur assénés par toutes les autres forces politiques de la société Grecque... A méditer....


          • Traroth Traroth 15 mars 2012 17:05

            En même temps, si on n’a pas l’ambition de gouverner, il faut quand même sérieusement se demander pourquoi on se présente à une élection ! Personnellement, c’est pour ça qu’il m’est impossible de voter Arthaud, par exemple.


          • Walid Haïdar 15 mars 2012 17:08

            Qui ira à la soupe ?


            Eh bien plus le FdG fera un gros score au premier tour, moins il y en auront qui iront à la soupe.

            Pierre Laurent a rappelé que le PC avait vocation à gouverner. absolument. D’ailleurs le FdG a été créé pour ça : gouverner, devenir la force dominante à gauche.

            De plus en plus, avec la montée en puissance, la mentalité indépendantiste gagne au FdG. Bien entendu qu’il y aura toujours des individualistes pour aller à la soupe.

            Mais l’avenir, ce sont ceux qui ont dors et déjà compris que ce qui est en train de se passer avec la campagne du FdG c’est un retour en force du débat d’idée tranché, de l’idéologie, du combat, bref, de la réalité qui dissipe l’anesthésie.

            Il faut encourager cela je pense. Le NPA comme EELV ou sa partie gauche, devraient rejoindre la dynamique pour appuyer cette pousée, et pour enfin gouverner, peut-être pas en 2012, mais dès 2017. C’est largement faisable, si on est unis, et qu’on comprend la nature de la dynamique socio-politique qui est en train d’émerger. Ceci étant dit attention, l’enjeu répond tout autant de l’attitude des responsables du FdG : plus ils seront courageux, plus ils rassembleront, et plus ils se recroquevilleront dans les conforts éphémères du passé, plus ils entraveront cette dynamique.

          • Robert GIL ROBERT GIL 15 mars 2012 17:31

            non Walid,
            je pense que le NPA doit rester en dehors du FDG pour le moment. Car si le FDG est si a gauche c’est qu’il a été obligé de la faire pour ne pas laisser la contestation exclusivement aux anticapitalistes. Si le NPA n’avait pas existé le FDG n’aurait pas existé !
            C’est le jeu des chaises musicales, le NPA a tiré le FDG a gauche et le FDG tire le PS a gauche. Mais beaucoup de position sont fragile et contraire a certain dans l’assemblage heteroclyte du FDG. Si le NPA se ralliait au FDG , je pense que Melenchon n’aillant pas de contestation a sa gauche deviendrait moins virulent. Donc actuellement c’est tres bien ce qui se passe, mais il faut faire attention de ne pas faire disparaitre le NPA qui est l’aiguillon de tout ce beau monde.
            Melenchon est un politique depuis 35 ans et a trempé avec le PC dans tout les gouvernements qui ont privatisé, installé la precarité, et l’argent roi, ce sont des pragmatiques qui ont besoin d’elus pour faire vivre leur parti et eux meme.
            Donc si Melenchon est a 10% c’est tres bien mais attention a ne pas marginaliser le NPA, et attendons la fin des elections legislatives pour voir si les convictions seront plus fortes que les places qui seront promissent au sein du nouveau gouvernement PS.
            Actuellement dans les regions, le PS et le FDG gouvernent main dans la main, sans aucun etat d’ame !
            Mefions nous qu’aux legislatives les petits arrangements entre amis au nom de la lutte contre le FN ou autre ne prefigure pas une nouvelle gauche plurielle.
            Depuis les années 80 la gauche nous a tellement roulé dans la farine.....


          • bigglop bigglop 16 mars 2012 02:47

            Bonsoir à tous,

            Un petit exercice de mémoire.

            Le dernier débat démocratique a été celui du TCE en 2005, par un référendum proposé par J Chirac avec l’accord des principaux partis politiques.

            Les cadres du Parti Socialiste, majoritairement favorables au Oui ont consulté leurs adhérents qui se retrouvés majoritairement sur le Non

            Malgré la désinformation, une campagne massive pour le Oui, les citoyens ont voté à 54,68% en faveur du Non.
            http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_fran%C3%A7ais_sur_le_trait%C3%A9_%C3%A9tablissant_une_Constitution_pour_l%27Europe

            Ils ne s’en sont jamais remis et nous l’avons « payé » par le Traité de Lisbonne, où par leur seule présence (vote d’abstention majoritaire), ils ont permis la ratification par le vote en Congrès de 2008.

            Au mois de février 2012, par leur grand courage « abstentionniste », le Mécanisme Européen de Stabilité a été ratifié par les deux assemblées.
            http://www.assembleenationale.fr/13/scrutins/jo0860.asp
            http://www.senat.fr/scrutin-public/2011/scr2011-111.html

            Comme le disait JM Ayrault « une abstention dynamique et offensive ». Belle langue de bois.

            Maintenant, le candidat Hollande, « promet » de renégocier le Traité de Stabilité, la coordination, la Gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG) ou Pacte Budgétaire Européen, signé par Sarkozy au nom de la France.
            Il souhaite introduire un texte identique au projet de loi sur la relance européenne et le renforcement démocratique, mis au vote et rejeté lors de séance de ratification du MES.http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4196.asp

            De mensonge en mensonge, de trahison en trahison, de forfaiture en forfaiture, comme pour l’abstention, ils persévèrent. Et ensuite, ils viendront vous convaincre qu’il faut leur accorder votre vote et surtout ne pas s’abstenir.

            Le Parti Socialiste n’est plus de ’gôche« , s’il l’a jamais été, mais social-démocrate sinon social-libéral avec ses Fabius, Moscovici, Valls, Cambadélis, etc, ces vieux »routards" de la politique qui vivent à nos crochets.

            Que ce soit Hollande ou Sarko, ils ne sont que les poulains de l’oligarchie financière qui joue sur les deux tableaux en étant sûre de gagner.

            Aujourd’hui ce sont le Conseil, La Commission Européenne, la BCE, le FMI qui dirigent les pays européens et non pas leurs présidents, gouvernements complices.

            Le plan de restructuration de la dette grecque n’est pas le succès claironné par les médias, les politiques.
            http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/dette-grecque-le-p-s-i-bidonne-112183

            En effet, lors de leur présentation sur les marché des nouvelles obligations grecques à 30 ans, elles ont été cotées entre 32 et 35 € pour 100 € de nominal.
            Conclusion, les opérateurs des marchés commencent à spéculer sur défaut massif de la Grèce.

            Ce sont les mêmes mensonges sur les CDS (Credit Default Swap) et les 1 000 milliards € prêtés par la BCE aux banques
            http://www.renovezmaintenant67.eu/index.php?post/2012/03/09/ISDA-a-d%C3%A9cid%C3%A9-le-9-mars-2012-de-d%C3%A9clencher-les-R%C3%A8glement-des-CDS-sur-la-dette-de-la-Gr%C3%A8ce

            http://www.les-crises.fr/la-monnaie-banque-centrale-1/

            Certes, cela paraît austère, mais les médias et les politiques font tout pour que vous ne vous saisissiez par de ce sujet, bien supérieur à l’enfumage halal, Schengen, taxation 75%, etc...

            Nous devons convaincre, nos voisins, nos amis, nos relations que le FDG est la solution qui nous reste à tenter. et ne pas faire confiance à de faux prophètes.


          • appoline appoline 16 mars 2012 12:05

            Du fait de l’hypocrisie de la plupart des dirigeants socialistes qui ne pensent qu’à se faire une petite place au soleil, si Hollande, dont la prestation d’hier soir a été on ne peut plus minable, passe, la France ne s’en relèvera pas. Les dettes vont étrangler la France et nous assistance à « son dépôt de bilan ». Souvenez vous de la 5ème semaine et des  35 heures et les préjudices engendrés par ces derniers, beaucoup d’entreprises ne s’en sont pas relevées. Mais vous êtes trop occupés à cracher sur tous ses connards-profiteurs-exploiteurs de patrons, qui pourtant nourrissent le pays, si vous les mettez à terre c’est vous qui crèverez la dalle.


          • momo momo 19 mars 2012 07:53

            Mélenchon sera pour Hollande ce que Chevènement fut pour Jospin en 2002


          • devphil30 devphil30 15 mars 2012 10:18

            Cette baisse est salutaire car c’est un rappel que rien n’est gagné mais il faudrait que hollande nous mette en appétit , il faudrait qu’il fasse sa campagne en respectant le programme du PS.


            Il faut pas aller dans la démagogie pré électorale.

            Il faut dérouler le programme et ne pas suivre l’agité sur la pente dangereuse des promesses impossibles à tenir. 

            Philippe

            • Traroth Traroth 15 mars 2012 17:06

              Et si Hollande faisait des promesses qu’il puisse tenir, avec l’intention de les tenir ? Ça serait super, non ?


            • robin 15 mars 2012 10:47

              c’est quoi la « gauche », c’est quoi la « droite » quand les mêmes, au niveau européen dans le dos des peuples votent les mêmes lois et se mettent sous les fourches caudines des mêmes banksters ?


              • Yaltanne 15 mars 2012 12:06

                Hé oui Robin (des bois ?)

                C’est bien pour ça qu’il faut voter Mélenchon, et reprendre les fourches pour leur en piquer le cul, à ces vendus bien pensant !

                Résistance !


              • martiseillais martiseillais 15 mars 2012 16:18

                robin

                L’article qui nous réunit montre le contraire, car il y a gauche et gauche, vous en convenez ?

                J’ai moi-même voté durant une bonne partie de ma vie pour la gauche socialiste ; 1981 ! Mais les choses ont changé même si, et j’en conviens, Mitterand n’était rien d’autre que le début d’une dérive droitière qui a conduit ce parti au point ou nous en somme aujourd’hui ! Cela ne veut pas dire que tous les socialistes sont à mettre dans le même moule, loin s’en faux ! Quant à la droite, non contente d’être à droite, elle a pris ces dernières décennies un penchant idéologique très libéral, et pour certains d’entre eux, carrément extrémiste. Peut-on adhérer à un tel courant ? La réponse est évidemment non ! Que reste-t-il ? Ce à quoi nous assistons : une gauche cosmopolite composée de divers courants et se retrouvant, dans sa force et ses convictions, dans une concorde idéologique insoupçonnée jusqu’ici. Ceux qui comme moi ont de tout temps connu diverses formes d’événements autour des courants de la gauche passés, je confirme que celle-ci dépasse toutes celles auxquelles j’ai participé dans le passé ! Un conseil, prenez le temps de vous faire un opinion sur le programme de Mélenchon, vous ne le regreterez pas ! 

                 

                 


              • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 18 mars 2012 18:56

                Exactement. Le vent nouveau sur la gauche est encore une fois contre la souveraineté du peuple français qu’on lui refuse obstinément. Ce vent nouveau est encore celui du communisme internationaliste franc-maçonnique ! Quelle nouveauté ! Quel progrès pour les citoyens que nous sommes !

                Lire : Mélenchon refait le coup de 1789 aux français !


              • leypanou 15 mars 2012 11:02

                Excellent article que j’approuve.

                Sur les Verts, une petite explication sur l’écolo-libéralisme à la Cohn-Bendit aurait éclairci les lecteurs. Quand E Joly avait à une époque qu’elle était prête à se rallier à DSK s’il compte appliquer son programme, elle s’était discréditée un peu elle-même.

                F Hollande a voulu ignorer le vrai peuple de gauche, sinon il aurait trouvé le temps d’aller à la fête de l’humanité. Les électeurs du FdG savent qui il est. Pour ceux qui ne le savent pas encore, qu’ils se rappellent d’où vient P Moscovici, un strauss-khanien notoire. Choisir F Hollande au premier tour c’est comme si on choisit DSK. En plus, M Valls est de la même lignée que les Besson et autre JM Bockel ou Kouchner.

                Quand JL Mélenchon dira que ce qui est matraqué sur les chaînes de télévision française à chaque émission est de la propagande orchestrée par des intérêts géopolitiques qui veulent la destitution d’Al Assad (qui n’est pas le seul dirigeant qu’on souhaiterait voir partir au Moyen-Orient) , et indépendante des vrais besoins du peuple syrien, ce sera 15% minimum qu’il aura.

                Car ce qu’il faut c’est d’oser aller à contre-courant, même en politique étrangère (sur le Tibet par exemple, il a été parfait, pareil sur le Vénézuela). Tous à la Bastille le 18 Septembre.


                • nacomeda nacomeda 15 mars 2012 11:29

                  Leypanou, Merci pour tes encouragements.
                  Tu as tout à fait raison, à propos de Cohn-Bendit. J’ai l’intention d’écrire quelque chose la dessus car la dérive libérale des verts est une chose parfaitement scandaleuse, et qui est en train de se dérouler en ce moment. Cohn-Bendit cherche en effet à reprendre le flambeau des verts, avant même leur introduction dans une nouvelle majorité parlementaire, pour devenir le héros d’une dynamique Franco-Allemande écolo-libérale qui ratifera tous les traités en cours, avec quelques petits accommodements faits pour les servir. Mais il y a des choses que j’ai un peu de mal à comprendre, notamment le ralliement de José Bové à sa cause. Si tu as des liens ou des infos là-dessus, je suis preneur.
                  Sinon, à Dimanche à la Bastille.


                • mbdx33 mbdx33 16 mars 2012 16:05

                  @Vani

                  Commence à les manger test 5 fruits et légumes par jour,, vu tes écrits tu en as vraiment besoin


                • Javascript Javascript 15 mars 2012 11:16

                  Bonjour à tous,

                  Tout ce qui permet d’obliger le PS à revenir aux fondamentaux définis par Jean Jaurès est bon à prendre. Ceci dit je crains que ce ne soit trop tard, même si le PS redevenait un véritable parti à idéologie socialiste je voterai Front de Gauche.

                  Cordialement,


                  • Ariane Walter Ariane Walter 15 mars 2012 11:54

                    Yessss !!!
                    je file à paris !
                    pas le temps d’écrire davantage !
                    Bravo à l’auteur !


                    • Balian of Ibelin Balian of Ibelin 15 mars 2012 11:55

                      @javascript

                      Oui, il y a bien longtemps que le PS a trahi les gens de gauche,
                      d’où le 21 avril 2002...
                      Quand on fait la même politique ultra-libérale que la droite,
                      il ne faut pas venir s’étonner du résultat...

                      Le PS n’est plus à gauche depuis longtemps..

                      La vraie gauche, c’est actuellement clairement le Front de Gauche...

                      @Tall ==> bonjour,
                      Ce qui compte, au contraire, c’est que le Front de Gauche pique le maximum de voix à Hollande et que Le Pen pique le maximum de voix à Sarkozy...
                      On ferait alors d’une pierre deux coups, car on virerait alors dès le premier tour l’UMP et Le PS, ces deux partis corrompus et responsables de la situation actuelle.
                      Ils imploseraient, et la France s’en porterait mieux...

                      Bonne journée.


                      • musashi 15 mars 2012 13:25

                        Personnellement je préférais virer l’UMPS avec Bayrou smiley

                        Car comme le vote blanc n’est pas encore reconnu (il le sera avec Bayrou)
                        Mélenchon - Le Pen ça serait chaud....


                      • Tall 15 mars 2012 19:22

                        Désolé, mais c’est impossible. La France de 2012 n’élira jamais un président d’extrême-droite/gauche.

                        Souvenez-vous de Chirac qui, malgré son peu de popularité a gagné avec + de 80% des voix contre Le Pen.

                      • Dunizel 15 mars 2012 13:01

                        Excellent article Naco ! smiley


                        • Le péripate Le péripate 15 mars 2012 13:25

                          Ce vent nouveau est bien plutôt le souffle fétide d’un hospice que l’on croyais déserté depuis belle lurette. Ca doit être la lune qui fait sortir les morts-vivants de la désastreuse idéologie qui sent de dessous l’Hessel.

                          De l’air.


                          • Le péripate Le péripate 15 mars 2012 22:08

                            - 14... c’est mou du genou. Encore un effort. C’est pour un pari avec des potes. Allez....Vous n’avez pas encore perdu...


                          • Yvance77 15 mars 2012 13:27

                            Salut,

                            Effectivement, si tu as la fibre à gauche, il n’y a pas quinze partis, un seul représente les aspirations mises sous l’éteignoir de honte européenne. Le Front de Gauche est le seul à même de répondre à la protection des citoyens vis à vis d’un libéralisme scélérat.


                            • superyeti superyeti 15 mars 2012 14:07

                              J’adhère entièrement a cet article, il pose les bonne questions sur les rapports entre le Front de Gauche et le PS, mais un doute me tarabuste, le choix du PS pour une alliance avec la vraie gauche, l’ exemple des socialistes allemands ayant préféré un accord avec Merkel plutôt que de s’allier avec Die Link (l’équivalent allemand du FdG) me fait redouter une alliance entre le PS et le MODEM ou avec la droite dit républicaine.

                              Les socialiste nous ont habitué a des accords avec la droite et le centre pour faire voter des textes pro-européens et ultra-libéraux, je sens pas les socialos abandonner cette ligne de conduite pour faire alliance avec les empêcheurs de privatiser en rond.

                              Pensez-donc, faire alliance avec les manards et les pues-la-sueur, ceux qui ne comprennent rien a la politique, il suffit de lire les articles de Terra Nova sur le vote ouvrier pour comprendre avec qui le PS fera le choix de s’allier, et quand on entend les Delanoé, Collomb et autre Valls on peut redouter un retournement de veste magistral pour appliquer les lois libérales votées par les socialistes depuis pas mal de temps. Ceux-ci nous ont démontrer mainte et mainte fois leurs tendances a voter des lois pro-capitaliste.

                                   


                              • Le printemps arrive Le printemps arrive 15 mars 2012 14:50

                                Bonjour,

                                en accord sur votre point de vue, je trouve donc votre article excellent, avec cependant un (tout) petit bémol.

                                C’est celui du FN qui aurait piqué des idées au front de gauche. A mon humble avis, il y avait un problème orphelin politiquement (crise financière, qui touche finalement les cadres sup, assez nombreux dans l’encadrement du FN) qui traînaient sans véritable propriétaire médiatique (la vrai gauche étant inaudible car baillonée ou ridiculisée).

                                Le FN s’étant fait dévalisé par 5 années d’extrème droitisation du gouvernement Sarkozy, il avait donc un thème pour se démarquer de l’UMP et il s’en empare avec ses solutions (je vous rappelle que pour le gouvernement la crise n’existait pas) : le repli sur soi et comment se mettre à l’abri des conséquences inéluctables de la crise en achetant de l’or par exemple (cf le sincère, mais conditionné à droite, Jovanovic)

                                La crise touche aussi et en premier lieu le bataillon du potentiel de vote pour la vrai gauche, et le front de gauche apporte ces solutions « populistes » (dans le bon sens du terme) contre le pouvoir de la finance : nous sommes des millions et « ensemble, tout est possible » (tiens, tiens !!), donc tenons tête à l’oligarchie financière.

                                C’est ce qui explique le rapprochement qui a été fait au début dans les médias dont le dessin de Plantu était révélateur.

                                Pour ma part, j’ai un pronostic pour le premier tour : FdG, PS, Modem, UMP, FN, tous entre 15 et 20%, mais j’ai pas l’ordre !


                                • Hige Hige 15 mars 2012 15:17

                                  Tous ces gens, qu’ils soient à l’ump ou au ps sont les mêmes, quelle découverte... La seule chose qui a décidé du destin d’un Hollande, d’un Fabius, d’un Copé ou d’un Juppé, ce sont les places disponibles à gauche ou à droite à la sortie de l’ena. Ils votent effectivement les mêmes textes à l’unisson au parlement européen. Ils font parti d’une même caste qui s’en met pleins les poches et qui n’en a pas grand chose à faire du commun des mortels. Quand à leurs désaccords « idéologiques », c’est du vent, une bonne façade pour moutons.
                                  L’affrontement n’est plus gauche/droite mais globaliste/régionaliste. Je ne vois pas le fdg, communiste et donc internationaliste changer la donne, quand au fn, c’est un business familial, un attrape gogos. Tous ces politiques professionnels sont à virer.
                                  Excusez mon côté rêveur, mes lectures anarchistes de jeunesse (un Proudhon ou un Jünger) me semblent de plus en plus vérifiées face à cette immense farce qu’est cette démocratie qui n’en a que le nom.
                                  Pour les fans de Mélenchon, une petite vidéo sympa qui situe le personnage et la magouille la plus politicarde...
                                  http://www.youtube.com/watch?v=2ffdju0DkYU&feature=player_embedded


                                  • nacomeda nacomeda 15 mars 2012 15:55

                                    Hige, tu semble un peu dégoûté de tout, mais je me demande si c’est pas un peu du à tes lectures. Regarde plutôt du côté de Bakounine, ou Malatesta ou Kropotkine, tu vas voir, c’est plus sympa.
                                    Sinon, si notre République te dégoûte, avec ces gens qui ont tant de mauvaises manières, il y a une marche ce Dimanche Nation Bastille ou on va parler de la changer par quelque chose de mieux.
                                    A moins que tu n’aime pas non plus la République, dans ce cas, excuse-moi, j’aurais pas du..


                                  • RickLow25 15 mars 2012 15:43

                                    Mélenchon ! Mélenchon ! N’empêche qu’il a voté les traités Européens et les a ratifiés ! Après il gueule et piaille ! C’est pas normal ! c’est pas normal !Pfff ! Mélenchon est comme les autres, c’est du vent ! Des faux opposants qui cherchent juste à continuer leurs carrières en endormant les gens ! Réveillez vous bon sang !!


                                    • Walid Haïdar 15 mars 2012 18:10

                                      Ce que tu dis est faux. La confusion n’a jamais aidé les gens à se réveiller du bon pied.


                                      Renseigne toi, avec internet c’est pas difficile, sur l’engagement de Mélenchon vis à vis des traités Européens.

                                      Il n’a voté Maastricht que pour la discipline de parti car il était sceptique voire hostile. Il am !rement regretté cette erreur, et ne l’a pas réitérée en 2005, puisqu’il a fait campagne pour le NON, contre son propre parti.

                                    • Walid Haïdar 15 mars 2012 18:13

                                      On aimerait savoir ce qui fonde votre jugement, car en dehors d’affirmer des choses arbitrairement, votre contribution n’explique rien de vos positions. Mes positions par exemple, sont l’exact contraire des votres vis à vis de cet homme, mais je ne prouve rien en l’affirmant, et vous de même.


                                    • emile wolf 15 mars 2012 16:03

                                      Excellente analyse !

                                      C’est le meilleur article que j’ai lu aujourd’hui. Voici qui relève le niveau d’agoravox sur la forme et le fond.

                                      Continuez !


                                      • le journal de personne le journal de personne 15 mars 2012 16:16

                                        Le peuple Roi
                                        A vos âmes, citoyens !
                                         
                                        Nous sommes le peuple
                                        A la veille des élections
                                        Nous voudrions nous adresser à nos représentants
                                        Président, sénateurs, députés, maires ou gouverneurs
                                        Faut-il vous rappeler que vous êtes... nos serviteurs
                                        On vous a choisi pour nous servir et non pour vous servir !

                                        http://www.lejournaldepersonne.com/2012/03/le-peuple-roi/


                                        • stephane 15 mars 2012 16:32

                                          @ l’auteur,

                                          merci pour cet excellent article : il monte crescendo, à la manière du front de gauche, et m’a ravi.

                                          Mélenchon a, à lui tout seul, forcé cette campagne lamentable à prendre de la hauteur. Il aborde des thèmes essentiels, qu’il dissèque intelligemment : c’est sa grande force.

                                          Il parle aussi à l’ex-gaulliste que je suis, historien de surcroît, mais républicain avant tout : il défend des idées qui ont presque disparu d’un hémicycle contaminé de tous côtés par le libéralisme. Si nous devons basculer pour la VI république, il peut incarner ce retour aux valeurs républicaines et forcer les événements pour donner corps à une Constituante. Sans compter tout ce qui l’attend après....

                                          Mon seul regret : il semble vouloir s’arrêter à la naissance de la-dite Constituante...J’aurais préféré un petit mandat, ou une petite législature. Mais à mon avis, il n’aura pas le choix !

                                          Encore merci à vous,

                                          à dimanche à la Bastille !


                                          • lloreen 15 mars 2012 16:51

                                            Vous parlez de ce genre de vent ?
                                            http://mega-streaming.info/video/HU636RB9R8GH/Une-fraude-de-15-000-milliards-Lord-James-of-Blackheath-VOSTFR

                                            A diffuser au plus grand nombre.
                                            Merci pour nous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès