Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une bataille, mais pas la guerre

Une bataille, mais pas la guerre

Le Front de Gauche n'a pas remporté la victoire espérée : passer devant le FN. Mais il s'est imposé comme une force politique qui compte. Demi-échec, ou petite victoire : quoi qu'il en soit, tout reste à faire car l'avenir s'annonce plein d'espoirs. 

Bien sûr, c'est une déception. 11%, c'est trop peu. Un score-plancher. On est quand même devant Bayrou... Pas terrible-terrible...

Mais, avouons-le aussi, on avait fini par se monter la tête. On était grisé, il semblait qu'il n'y avait plus de limite à la progression dans les sondages... 10, 13, 15, 17% !... Sans parler des vrais-faux sondages des RG avec un Mélenchon à 22% ! C'était joué, on était au deuxième tour... Et ce soir, 20 heures sur la place de Stalingrad, le discours a été bref, le ton amer. La nuit tombait déjà sur les drapeaux rouges.

Le Front de Gauche vient d'entrer d'un coup dans l'âge adulte. Après l'élan printanier, le temps des cerises, les moissons s'annoncent amères... Le PS ne va pas tenir compte du programme de Mélenchon. Les socialistes empâtés à la Cambadélis trouvent ça sympathique mais immature, tandis que Pierre Moscovici promet d'entendre les revendications. La vérité, c'est qu'ils ignoreront les attentes du Front de gauche. Inutile de se voiler la face. 

Hollande va continuer, imperturbable, sur sa lancée : pas de remous, rassurer tout le monde. La chêvre et le chou... Après la force tranquille, la force pépère ! D'ailleurs, à quoi bon se fatiguer, puisque tout le monde rentre dans l'écurie sans condition ? Même pas besoin de batailler. C'est le rassemblement naturel, inéluctable. Les financiers peuvent rallumer leurs cigares, la menace rouge est écartée. Populo est prêt pour la tonte.

Il y avait les victoires à la Pyrrhus, qui sont obtenues dans un tel bain de sang qu'elles promettent une défaite à coup sûr à la prochaine bataille. On a maintenant la victoire à la Hollande : celle qui fait presque oublier qu'on a gagné tellement l'enthousiasme n'y est pas. 

La belle union du Front risque d'être ébréchée. Malgré l'enthousiasme populaire, il n'est pas certain non plus que les législatives se montrent favorables. On se dirige vers un parti socialiste assis fermement sur les sièges, les bras à l'aise sur les accoudoirs. Pas trop d'accord dans les circonscriptions, donc pas d'espoir d'avoir un beau parti de "montagnards" pour pousser Hollande vers la gauche.

Triste contraste, donc, d'un front de gauche magnifique en campagne, dans les meetings, d'un front qui a ravivé la gauche, la vraie, qui a fait revivre l'esprit de la Révolution et de la Commune, mais qui n'est pas prêt pour concrétiser cette adhésion dans les élections. Le Front du peuple n'est pas (encore ?) fait pour se couler dans le moule des institutions. La preuve de cela, c'est que Mélenchon a dit que, face à une présidence PS, il choisirait toujours la mobilisation syndicale au gouvernement. Le front de gauche est donc à mi-chemin d'un parti éligible et d'un syndicat unitaire : excellent pour réveiller les enthousiasmes et agir sur les mentalités, pas armé pour se faire élire. 

Le FN a remporté le match de la troisième place. Même dans certaines régions ouvrières, il reste nettement devant le FdG. Mais il ne faut pas oublier que le FN existe depuis plus de trente ans, et que depuis plus de dix ans, il s'est très bien implanté dans les milieux ouvriers. Lui ou ses idées, ses thèmes de campagne, qui se sont inscrits durablement chez les ouvriers laissés sur le carreau de la mondialisation, synonyme pour eux de désindustrialisation. Donc il faut tenir compte de l'échelle de temps : considérez que Jean-Luc Mélenchon n'est connu du grand public que depuis un an à tout casser, et en réalité, plutôt six mois... Donc voyez le score : six mois pour 11%, contre 19% en plus de dix ans de FN fort ! Admirez le travail accompli en si peu de temps et vous verrez que les mobilisations magnifiques de la campagne ne se sont pas perdues... L'aspiration est là, mais encore trop jeune, pas assez implantée dans le paysage politique, pas encore assez ancrée dans les esprits. Ca ne fait que commencer ! Imaginez ce qui peut arriver si ça continue à ce train-là, ou même un peu plus lentement ! Non, la rivière a bien débordé de son lit et elle n'y retournera pas de sitôt.

A l'heure qu'il est, il n'est tout simplement pas raisonnable de se laisser aller au pessimisme ! Ce serait trahir l'espoir insufflé dans cette campagne. "Faites pas cette gueule !... La bataille continue. Il y a des hauts et des bas.·Et bah, là, c'est le bas..."

Ne lâchons rien ! Quel mouvement a autant l'avenir devant lui ? Autant de marge de progression ? Autant la capacité de dynamiser les énergies et de réveiller les consciences ? Quel mouvement peut tellement changer l'opinion des gens avant même d'être élu ?... Nous avons mangé notre pain blanc. Maintenant, il va falloir se heurter au système et au risque de divisions internes. Quelle entreprise humaine n'a jamais connu la défaite ? Quel projet n'a pas eu besoin de prendre patience face à l'inertie des gens, la résignation des uns, la défection des autres ? 

Ah, nous avons été si gourmands, si impatients ! Mais quoi ? Il faudrait renoncer au premier échec ? Vous n'êtes pas sérieux, allons. C'est à notre tour de faire un geste pour un parti et un candidat qui ont rallumé la flamme dans le coeur de dizaines de milliers d'entre nous. L'heure est venue de montrer que le rêve de la fraternité ne va pas s'évanouir de sitôt. Il faut soutenir le soldat Mélenchon dans cette épreuve : il faut lui rendre la pareille, lui dire que maintenant, nous sommes là et nous n'allons pas le laisser tomber ! Lui dire que c'est notre victoire à tous et que si nous subissons un revers, nous le subissons ensemble. 

C'est maintenant qu'il va falloir trouver un second souffle et de la force pour aller loin, dans la durée. Souvenez-vous en : nous avons déjà gagné, bien au-delà de ce que l'on pouvait imaginer il y a un an. Nous avons gagné car la gauche a prouvé qu'elle n'était pas diluée dans le centrisme. Elle existe encore, elle revit, après vingt ans passés dans un état de plus en plus comateux. L'idée est de retour que si on le veut, on ne se laisse pas faire. On peut vaincre la résignation. On peut dire non et obtenir des changements quand on ose les exiger. La finance n'est pas toute-puissante. 

Oui, après l'avoir scandé de meeting en meeting, le temps est venu d'entrer en résistance. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • rahsaan 23 avril 2012 10:24

    On ne reste pas forcément à « beugler », comme vous dites, jusqu’à 3h du matin, un soir de défaite, et quand il faut retourner le lendemain au boulot...


    Avec 11%, ses comptes de campagne vont être remboursés. 

    Ensuite, s’il appelle sans négociations à battre Sarko, ça veut dire qu’il ne demande rien et n’attend rien de Hollande. Négocier les 11% aurait été justement une trahison, une façon de vendre ses services. Alors que là, le FdG ne devra rien au PS. C’est au contraire le PS qui devra une partie de ses voix à ceux que JLM a mobilisés. 

  • xxxxx 23 avril 2012 12:03

    @ Cool Mel

    Visiblement, vous frétillez. Si vous aviez un peu suivi, le Front de gauche se situe dans une logique de clash ; selon lui le système court à sa perte, ce n’est qu’une question de temps. Lui et ses amis n’entendent pas participer à quelconque gouvernement car ils aspirent à un autre système (une VIème République). Son appel à battre Sarkozy vise simplement à virer cette plaie nationale qu’il constitue ; ça va un peu plus loin que les petits calculs politiques [en particulier, Sarkozy a pour projet de couper l’Apl et le rsa le plus possible ; ce sont les plus fragiles qui vont faire supporter à ceux qui ont quelque chose - même peu - le coût de la crise et surtout celui de la prédation à grande échelle pratiquée par une poignée de **** - je préfère rester poli ; au moins, avec Hollande, cela sera moins brutal et peut-être évité.]


  • Abraracoutrix 23 avril 2012 13:04

    A Cool quelque chose : Vous n’êtes rien d’autre qu’un sombre idiot.


  • xxxxx 23 avril 2012 13:53

    [ceci franchement et sans animosité particulière : je ne trouve pas cela ...cool de se réjouir comme vous le faites. Vous avez un petit côté mélenchoniste au fond puisque vous vous enivrez d’avoir (en apparence et pour le moment) raison. Mais c’est stérile. En bon psychologue, vous devez savoir que l’amour propre est le moteur de bien des choses ; ainsi que l’égoïsme.]

    En France, le clivage n’est plus droite-gauche mais plutôt quelque chose comme 1789 versus démocratie sociolibérale, cela depuis 2005.
    La République française est une démocratie de type unique dont l’objet est l’interêt général et non la tyrannie d’une majorité déterminée par les urnes contre les autres. JE remarque que Mr Sarkozy se met à critiquer le système instituionnel françasi et pour cause : la Républqiue est le seul système politique démocratique capable de concurrencer la sociodémocratie libérale et de contrecarrer sa montée hégémonique résistible.

    La majorité qui s’est dégagée suite au refus du tce de 2005 semble hétéroclite. En fait, cette majorité constitue la frange de la population attachée à l’idéal de 1789. Le contenu REEL de cet idéal est ignoré de la population française, ignoré également par les élites lesquelles sont incultes ; dans une faible part haï par certaines personnes. Il faut être conscient que lorsque mr Sarkozy dit des choses aussi variées que ’le modèle français est obsolète, dépassé’, etc, ce qui est visé c’est non pas ce modèle lui-même qui n’est que la conséquence matérielle [ce qui est constitué] mais l’idée qui gouverne, soit celle humaniste.
    Il y a quelque chose qui unit le peuple et qui se trouve avant les différents désaccords qui font que tel individu va se reporter sur le pen, mélenchon ou dupont-aignan. C’est par exemple la notion de souveraineté (mais pas seulement). C’est une erreur de ce fait que de se baser sur un facteur discriminant tel que les questions de la ’francitude’ (ie ’qui est bon français ?’). Ce problème devrait rester à l’écart.

    Si je me souviens bien, au temps de la première République, les étrangers, sous certaines conditions de résidence dans le pays [six mois, je crois] et de fortune, pouvaient voter. A contrario, pour des questions de fortune, des Français ne pouvaient voter. Il y avait donc de facto une sorte de citoyenneté double, active et passive, et la question de la nationalité effective importait peu. Ceci pour cette raison, je pense : la question de la fortune se pose parce qu’à l’époque, seuls les gens fortunés sont éduqués et lettrés et sont donc supposés comprendre l’idéal républicain ; cet idéal exigeant réclame la conscience éclairée du citoyen afin qu’il exerce sa capacité citoyenne. La nationalité n’entre pas en ligne de compte car l’intelligence ne découle pas du sperme [hérédité/droit du sang] ou du lieu de naissance [géographie/droit du sol]. L’idéal français repose sur un contrat social, l’adhésion éclairée de chaque individu à un faisceau de valeurs.

    A la lumière de cela, il apparait clairement que l’existence du front national constitue une anomalie et est contre la République. Une part de son succès découle de la confusion entre les mots France et République ou Nation (à majuscule).
    Du fait que dans l’idéal français ne peuvent exister que les partis et associations oeuvrant pour l’interêt général [personne ne représente physiquement sinon factuellement celui-ci, il passe de génration en génération et ne change pas], un parti tel que le Front national devrait être interdit et dissous.

    La question que je me pose, c’est celle-ci : mais au fond, pourquoi nul politique ne le dit, pourquoi ne fait-il nul rappel historique, à quoi sert une instance comme le conseil constitutionnel ?
    La réponse est très simple : ce peuple est déchu et a les politiques qu’il mérite ; il a dilapidé le fabuleux héritage légué par ses pères et singulièrement les pères fondateurs.


  • Traroth Traroth 23 avril 2012 13:55

    « si ça se trouve la moitié de ses partisans n’y souscrivent pas » : Visiblement, vous ne comprenez rien du tout à la dynamique du Front de Gauche. Les gens qui ont voté Mélenchon ne sont pas des gens impatients de le voir faire alliance avec Hollande, ça serait plutôt le contraire. Il ne l’a pas fait, c’est très bien !

    Mais continuez à jubiler, qui est-ce que ça intéresse ?


  • Traroth Traroth 23 avril 2012 16:19

    Mais décernez tous les « awards » que vous voulez, je m’en tamponne, mon pauvre, vous n’avez même pas idée ! smiley

    Elle va faire combien au second tour, Le Pen, à votre avis, au fait ? Ah oui, j’oubliais, elle n’y est pas... smiley

    "Je n’ai jamais pensé cela et ce n’est pas cela qu’ils ne digèrent pas, c’est que Mélenchon leur ait dit « Votez Flamby comme si vous votiez pour moi ! »" : Je me demande bien où vous avez vu ça. Mélenchon a dit de voter contre Sarkozy, c’est tout.


  • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 23 avril 2012 16:49

    à Coulemelle

    les commentaires de Tarroth, ne sont nullement cons, par contre oui les élécteurs du FN ont bien votés avec la pertinence et la vision de bulots cuits...

    C’est l’histoire de l’imbecile qui regarde le doigt quand on lui montre la lune.
    l’ennemie c’est l’oligarchie financière et libérale en haut de la pyramide, pas l’immigré, le fonctionnaire le précaire en bas de l’échelle...
    helas, là où vous avez raison c’est que c’est tjs la même histoire, l’extrême droite devient tjs le dernier rempart du capitalisme, car il est plus facile de parler à la part de connerie et de xénophobie qu’on a tous en nous qu’à notre intelligence et notre empathie.

    Mais bon, il faut garder espoir, l’Amérique Latine a réussie à se debarrasser des dictatures militaires d’extrême droite en une vingtaines d’années. Celà prendra du temps, mais les idées que défend le fdg finiront par vaincre.

    et là, ma pov Coulemelle, on vous bouffera en omelette... :->


  • Traroth Traroth 23 avril 2012 18:00

    @Cool Mel :

    Personnellement, je n’ai aucun intérêt pour la divination ou les prophéties. Si c’est de cette manière-là que vous lisez mes commentaires, effectivement, discuter avec vous, c’est déchoir ! Vous croyez me faire du tort en attirant l’attention sur une erreur ? Contrairement à vous apparemment, je n’ai aucun problème à reconnaître les miennes, et je n’ai aucune prétention à l’infaillibilité. Je conchie les donneurs de leçons comme vous ! Je n’ai aucune leçon à recevoir d’un type qui balance des propos de café du commerce dans le genre « on dirait associatifs feignants, çe serait un pléonasme » ou « La grandeur de la France selon Chonchon, c’est celle d’une sous-succursale du tiers monde, en voie de sous-développement ».
    Vous êtes nul, mon pauvre, et vos propos sont tellement stupides qu’en regardant brièvement votre historique je suis tombé sur 2 ou 3 réponses à mes commentaires que je n’avais même pas remarqué. Charité ou agacement, j’ai négligé de répondre à « Et quand on dit que le Système va de Sarkozy à Chonchon, du chihuahua au pitbull il y en a qui se rebiffent ! », en réponse à un commentaire où je disais qu’en cas de second tour Le Pen-Sarkozy, je voterais Sarkozy sans état d’âme ! Là où il n’y a qu’une affirmation de ma volonté de limiter les dégâts, vous voyez une démonstration de l’existence de « l’establishement » de la mythologie lepeniste !

    Comme tous les frontistes, vous pensez vous rebeller contre « l’establishment » cher à Le Pen, alors que vous faites exactement là où on vous dit de faire. Vous avez voté Sarkozy en 2007, j’imagine, puis scandalisé par ses mensonges quand il reprend à son compte des thèmes sociaux de gauche, vous allez vers Le Pen qui reprend à son compte des thèmes sociaux de gauche ! Et vous ne remarquez même pas que vous faites exactement la même chose une deuxième fois !

    D’ailleurs, si Hollande gagne, ce qui semble désormais probable (et, non, ce n’est toujours pas une prophétie), j’imagine que dans 6 mois vous allez nous expliquer que Mariani et Vanneste sont des types géniaux, maintenant qu’ils sont au front national...


  • Traroth Traroth 23 avril 2012 18:02

    "près de 2 Français sur 3 vivent mal la surpopulation étrangère" : Origine de cette statistique ?


  • Traroth Traroth 23 avril 2012 18:06

    @Cool Mel : Amusant, mais on ne vous entend pas beaucoup sur toutes les « prophéties » de vos potes qui donnaient Le Pen au second tour. J’aimerais bien connaitre votre sentiment sur ce sujet. Parlez-nous donc de votre jubilation.


  • simir simir 23 avril 2012 18:08

    « L’impératif territorial est une propriété de la nature humaine, contre lequel il est vain de lutter »

    Je pense plutôt que l’impératif territorial est la seule propriété des animaux. Pissez vous aussi partout pour marquer votre territoire ?
    Le propre de l’être humain c’est au contraire de bouger , de se déplacer et s’établir sur d’autres territoires. 
    Pas de quoi en faire un fromage de ces 17,9 % Pendant la guerre il y avait au moins le même nombre de collabos. Rien n’a changé c’est tout 

  • xxxxx 24 avril 2012 00:26

    @ Cool Mel

    L’interêt général, c’est le but poursuivi par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Ce but est l’avènement d’un individu souverain et en conséquence l’abolition de l’Etat. L4idéal dit français est un idéal qui vise dans l’absolu à l’anarchisme ; la mission de l’Etat, sa nécessité et sa constitution ont pour objet et seul objet de garantir que ces droits fondamentaux de l’Homme ne sont pas bafoués ; pour le reste l’idéal français se veut libéral [le Liberté], l’égalité EN DROIT étant absolu entre tous. L’adhésion à tout cela fait des homes des frères [la Fraternité]. L’observance de cela aboutit mécaniquement à la COncorde [ou l’Harmonie]. 

    Je suis bien amusé que vous osiez me sortir que cela est dépassé.

    Le préambule de la constitution de 1958 dit :

    « Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.

    Le terme ’attachement’ utilisé ici n’est pas à prendre dans sons sens figuré d’affectif mais au sens premier : l’Etat ne doit jamais perdre de vue la DDHC 1789 de vue et toute son action doit être passée à ce crible. Ce rappel a été conditionné par la parenthèse sinistre de l’Etat français où, justement oublieux de ces valeurs du XVIIIe sc, la population française a cautionné et laissé faire, sinon dans une certaine part participé, à des ignominies. Si des personnes aussi sottes ou fausses que vous ne l’êtes, sinon incultes n’avaient pas inconsidérément « répudié de vieilles chimères », certaines choses ne seraient pas advenues.

    Votre conception du progrès est assez édifiante ; il est d’ordre purement mécanique, une sorte de destin où de fatalité à laquelle il faut bien se résigner. Pour ma part, je pense que nous sommes dans la décadence de la République et que vous êtes un citoyen exemplaire de cela.
    Selon les philosophes français, le progrès est l’oeuvre de la raison ; il découle de l’intelligence des choses et du mode, des phénomènes, de leurs causes et conséquences.

    Vous ne savez pas ce qu’est l’interêt général parce que vous le confondez avec l’interêt majoritaire [implicitement au détriment d’une minorité, celle qui a perdu les élections ; et évidemment la majotrité trop heureuse d’avoir le pouvoir tyrannise la minorité ; du fait des élections, un coup le navire va à droite et 5 a,ns plus tard repart à gauche mais en réalité est sans direction et sans but].

    Vos exemples démontrent une absence de hiérarchisation dans la pensée [et donc dans les valeurs] ; une problématique liée à la santé ou à l’environnement cotoie es questions de justice et de police. D’après vous, pourquoi parle-t’on de ’pouvoir régalien’ de l’Etat concernant certaines choses ? Les Usa, c’est joli, mais la conception de la justice de part et d’autre de l’Atlantique sont diamétralement opposées ; chez les uns,on pratique l’ccusation à charge tandis que chez nous l’Etat via l’institution judiciaire essaie de déterminer le vrai. En 1, la conception de la justice est de type moral ; et chez nous justice s’entend avec exactitude ou justesse en plus de l’exigence morale.
    Concrètement : aux usa, l’institution dit ’tu as fait ceci’. Tu dois démontrer ton innocence et si, malheureusement, quoique n’ayant rien fait, tu ne peux démontrer celle-ci, tu es coupable. En France, l’Etat travaille lui-m^me à charge et décharge.

    La seule dissolution qu’il va y voir, c’est la disparition de ce système démocratique unique qu’est la République française. Il faut vraiment avoir de la m** dans les yeux pour ne pas avoir l’intuition que la France est devenue une puissance mondiale du fait de la Révolution française et de son héritage et qu’elle devient minable depuis qu’elle s’éloigne de cela. Sarkozy a la haine du modèle français ; il suffit de sortir dehors pour voir ce qu’est devenue la France entre ses griffes ; en revanche De Gaulle a voulu la constituion de 58, connaissait la distinction entre légitimité [esprit] et légalité [la lettre] et la France était respectée, respectable, forte et puissante. Cqfd. Et d’aventure, si les Français au lieu de continuer à cracher sur Marianne et à défigurer la France décidaient de renouer avec l’origine, ils retrouveraient leur place. D’autant plus que l’idéal dit français a pensé par anticipation la mondialisation puisqu’il est universaliste.

    Donc, si je résume : vous vous présentez comme lepéniste avec le discours folklorique afférent mais de toute évidence vous n’y connaissez rien à la France et à son histoire, n’avez pas étudié ou réfléchi sur les singularités de votre terre de naissance, etc. Mais vous voulez donner des leçons de ’francitude’ !!! Lol, ce qui apparait certain, c’est que le pays entre vos griffes, cela constituerait un pas de plus dans la déliquescence.

    [vous êtes bien naïf concernant la mondialisation. Ce truc ne va nule part ; il n’y a persone aux comandes. C’est juste la lutte nature/culture qui se poursuit et la nature qui ne veut rien d’autre que ce qu’elle est, un chaos étranger et rétif à l’esprit, pour lors a le dessus.]


  • xxxxx 24 avril 2012 13:07

    @ Cool Mel

    Je vous prie de considérer ce point : ce que vous appelez les gens de la vraie vie, je les définis quant à moi comme une masse qui achève de perdre les pédales et bascule jour après jour dans la folie et l’anarchie.

    A cette fin, comparez cela :

    en 1789, un peuple de crève-la-faim et de va-nu pieds fait une révolution pour la Justice et non pour la nourriture ; parce que le problème n’est pas un problème d’ordre économique, de disette, etc. Il est d’ordre éthique et concerne les privilèges : il apparait que la faim, de façon générale le malheur, ne sont pas naturels ; ils sont causés par un ordre, celui établi. Cela s’est avéré exact.

    Aujourd’hui, il en est de même : la dimension du problème est d’ordre éthique et certainement pas économique. C’est mettre à côté de la plaque que croire que tout est économique et que la doxa libérale peut engendrer une éthique.

    Il faut tout de m^me poser les problèmes correctement : contrairement à 1789, nous mangeons dans l’ensemble suffisamment, notre espérance de vie est élevée, etc, etc. Il y a des infrastructures, etc, etc. TOUT CECI EST LE FRUIT DE 1789.
    En revanche, il y a dégradation de tout cela et la cause de cette dégradation, c’est la démolition de 1789 et de rien d’autre. Le libéralisme ne crée rien, c’est un pur destructeur ; il dit toujours ’demain, demain..’ mais la réalité c’est que c’est aujourd’hui, ici et maintenant que la destruction a lieu. Le libéralisme va détruire ce monde et ne va rien engendrer du tout. Il suffit de lever la tête et de regarder : inégalités parce que destruction de l’égalité ; discorde parce que destruction de la fraternité et du sens d’appartenance à la communauté, destruction de la solidarité, etc, etc. Le libéralisme ne va rien créer, aucune société au final. Après un intermède vraisemblablement fasciste totalitaire, - ce sera un passage obligé -, il aura ramené l’humanité à l’âge de pierre.

    Pour avoir un aperçu de ce que pût être la condition ouvrière, il suffit de repenser au ’Germinal’ de Zola. L’un des fils Maheu est un ado ; il pousse des berlines de charbon à longueur de journée, 10 heures par jour, 6 jours sur 7. Quasi pas de congés, salaire de misère, etc, etc. Il partira faire son service militaire ensuite, 7 ans à l’époque.
    Bien, comparons maintenant avec la condition ouvrière de nos jours. Lorsque l’on travaille, on peut profiter de certains acquis sociaux, on a un salaire décent, etc, etc. [nous sommes entrés dans la dégradation, je précise].
    Il n’est tout de m^me pas sorcier de comprendre qu’il y a un problème vis à vis de la valeur travail, qu’est-ce que le travail, à quoi cela sert, etc et c’est mettre encore à côté de la plaque que d’apporter là une réponse strictement économique, emploi, délocalisation, productivité, etc.

    Il y a de toute évidence chez l’homme moderne un problème plus large, d’ordre psychologique et ce problème, selon moi, est lié au sens de la vie. Il concerne l’être lui-même [identité] et certainement pas le faire [travail, économie, etc].

    Je ne sais pas, il suffit de sortir dehors et de regarder alentour. Personnellement, je ne vois pas de prières de rue et si j’en voie, le phénomène me parait tout à fait marginal par rapport à cela : l’alcoolémie en croissance exponentielle, tous ces gens avec leurs grandes bières très fortes à la main ; le suicide, en particulier chez les jeunes ; les incivilités et la violence qui laisse bien deviner la haine du vivre en commun, etc, etc. Et franchement, votre idée très simpliste du fermer les frontières et virer une poignée d’étrangers, ça me semble une doctrine ridicule pour soigner ce mal profond qui ronge tous nos concitoyens.

    La vision de l’homme tel que le libéralisme le veut, Sarkozy la déballe en long large et travail. En résumé une bête de somme qui ne vit, pense et chie que pour le travail. C’est purement effroyable. Que de fois je suis effaré quand je vois jusqu’à des parents massacrer leurs propres enfants, vouloir leur enseigner l’anglais quasi dès le berceau, les forcer à se déterminer dans la fleur de l’âge pour un destin écrit et sans surprise. Tout cela a un nom, cela s’appelle aliénation.

    Et le challenge est là : donner un sens à la vie humaine qui le rende heureux de vivre et certainement pas faire du changement cosmétique sur ces conditions de vie présente qui sont insatisfaisantes et haïssables.

    Et comme en1789, tôt ou tard une révolte aura lieu parce que l’individu veut vivre tout simplement. Les prémisses purement nihilistes sont là pour lors. Vivre et pas simplement exister, n’être qu’un petit pion ou un numéro administratif interchangeable. Ce que le peuple veut, c’est la joie et elle ne peut passer que par la dignité, certainement pas par l’injure, le mépris, la violence, etc.

    ...................................................................... ...................................................................... ................................
    Vous confondez la raison en tant que faculté et la Raison. La Raison, c’est l’idée qu’il n’y a pas de plan, de Dieu, de destin ou de dessein intelligent mais que l’homme crée sa propre vie et ses propres conditions d’existence par l’exercice de son intelligence et l’accroissement de ses connaissances et expériences.


  • Traroth Traroth 24 avril 2012 13:12

    « Ce n’est pas l’erreur que je relève, c’est la stupidité qui consiste à prendre ses désirs pour des réalités » : Vous le voyez, là, le moment où vous passez des faits à votre appréciation des faits ? Et bien, je m’en fous, de votre appréciation.


  • xxxxx 25 avril 2012 09:32

    @ Cool Mel

    Comment pouvez-vous écrire un truc pareil : « aristocratie qui ne servait à rien » ? Votre conception des choses utilitaire/utilitariste laisse pantois ! En quoi l’aristocratie, et quand, a-t’elle pu être utile et profitable ?!!!! La monarchie est par essence parasitaire puisque son objet est d’être au-dessus de la masse et d’exercer sa domination sur elle.

    Cette affaire politique, c’est la quête de la puissance, et son accaparement. Le Philosophe a dérobé la puissance à celui qui en avait l’usage et l’a donné au peuple. Le Philosophe n’a pas exercé le pouvoir, que je sache. Vous faites une confusion entre l’idée et la mise en pratique de cele-ci ; et parce que celle-ci a été mal mise en pratique, vous la diffamez et la refusez. Une fois encore, c’est pour vous la tentative de trouver un bouc-émissaire commode histoire de vous refusez à l’autocritique. C’est toujours de la faute d’un autre. Alors que la faillite est collective : la puissance nous a été donnée ; au vu des résultats nous nous sommes mal employés. Et selon moi, cela remonte bien avant que la problématique de l’immigration que vous agitez comme un chiffon rouge.

    Votre conception utilitariste des choses laisse deviner la profondeur de vos convictions ; forcément purement de circonstance. Idem de vos rapports au peuple : dindon éternel de la farce.

    La réalité est la suivante : la Révolution a été possible parce que certains ont dérobé la puissance et l’ont donné au collectif plutôt que l’utiliser à leur propre interêt ; ils ont renoncé pour des motifs plus élevés, une vision plus ample que leur interêt immédiat et égoïste, en vertu d’un idéal ; cette Révolution n’a pas tout à fait abouti et menace de cesser parce que les suivants n’ont pas joué ce jeu. Et le problème réel de ce pays, c’est un problème de corruption des élites, en particulier une corruption effroyable des moeurs politiques : ces gens ne croient pas au peuple, à la démocratie, etc. C’est le point central que vous trouverez commun à tous les candidats et que vous trouverez parmi tous le peuple : ce pays est pourri, les institutions sont gangrenées. La désignation, par quelque politique que ce soit, de bouc-émissaires n’abouit qu’à une chose : la division du peuple ; or ce qui ne va pas, ce n’est pas le réel qui est une résultante mais en aval, le dévoiement des instituions au profit de certains.

    Je tiens à vous rassurer. Je ne suis pas franc-maçon mais chrétien, mon engagement est chrétien. Non pas le christianisme romain mais celui sauvage, avec l’Evangile comme seule lecture, sans exégète.

    Vous ne connaissez pas la joie ; c’est quelque chose d’intérieur. Ce n’est pas étonnant , vous croyez trop à la mécanique et à l’utile. La joie, c’est lorsque vous êtes heureux de vivre et que vous ne considérez pas chaque jour de la vie comme une grosse tartine de merde. La joie c’est lorsque lorsque vous n’avez plus la haine de la vie et n’entendez plus vous venger parce que vous souffrez, sur l’immigré, le richard, qu’importe. La joie, c’est lorsque vous possédez la puissance, quelle qu’elle soit, financière, intellectuelle ou autre, et que vous ne l’utilisez pas pour écraser autrui et affermir ainsi votre moi mal assuré. La joie, c’est lorsque vous irradiez, genre un fleuve intérieur qui déborde.

    Votre ami Gustave débloque (jolies lectures que les vôtres au passage). La raison ne peut supplanter l’émotion car elle est générée par celles-ci.

    Mr Sarkozy hier a éructé :

    « ce vote n’est pas répréhensible, Marine Le Pen a le droit de se présenter, donc elle est compatible avec la République » ».

    « Si un parti, un mouvement ou un groupe ne respecte pas les principes et les valeurs de la République, il est sanctionné par la loi de la République et peut être interdit et dissous. Cela a déjà été fait par le passé »

    « M. Hollande veut-il interdire le Front National et placer hors de la République les millions de Français qui ont voté pour le FN ? »

    Je vous ai dit et expliqué dans un message précédent que le Fn n’était pas républicain. Vous pouvez voir là de visu comment cette canaille utilise le peuple pour accaparer le pouvoir. Le Fn a été instrumentalisé délibérément pour capter la colère légitime du peuple, l’empêcher de se focaliser sur les élites et s’orienter sur une minorité, étrangers, asistés, etc. Il faut se rappeler qu’en 2007 la crapule Sarkozy s’est fait élire sur cette thématique : ’cela fait 30 ans qu’ils vous escroquent mais avec moi, cela va être la rupture".




  • Traroth Traroth 25 avril 2012 15:19

    Désapprouver la monarchie des Bourbons ne signifie pas nécessairement approuver l’Empire des Bonaparte.


  • jmdest62 jmdest62 23 avril 2012 10:17

    Bravo pour ce « billet » plein de lucidité.
    L’heure n’est aux « étas d’âme » , au contraire , il faut faire le boulot jusqu’au bout , avec discipline , et virer Sarko..
    Après viendront les législatives et le temps des négociations. Le FDG est incontournable à gauche.

    cordialement


    • Emmanuel Aguéra LeManu 23 avril 2012 14:10

      Après Moubarak, après Ben Ali, aidez à VIRER SARKOZY (J-13) !


    • Lolo Le Caid 23 avril 2012 11:17

      Aux déçus, souvenez-vous : il y a à peine quelques semaines, JLM espérait un score à deux chiffres ...Et nous trouvions cela formidable. C’est pourtant chose faite. Il est certes derrière Le Pen mais devant Bayrou. La vraie gauche qu’on avait enterrée depuis plusieurs années est ressuscitée. L’espoir renait et Mélenchon a du charisme et des ambitions. Il reste cependant un grand travail pour reconquérir les esprits.Prochain rendez-vous, les législatives.


      • Fergus Fergus 23 avril 2012 13:37

        Bonjour, Lolo.

        D’accord avec vous. Et avec Rahsaan lorsqu’il appelle à ne pas se démobiliser sur ce qui est non pas un échec, mais le constat que la gauche radicale n’a pas progressé depuis 1995.

        La stratégie est à revoir, mais aussi le ton employé pour faire campagne : stop à une agressivité contreproductive. Et cessons surtout de nous laisser griser (le mot de Rahsaan est particulièrement pertinent) par des bobards que j’ai personnellement dénoncés en pure perte. Rien n’est pire que de mettre la barre trop haut en suscitant un rêve irréaliste : tôt ou tard, cela se paye.

        Des objectifs, oui, mais des objectifs atteignables, ou du moins approchables.


      • mbdx33 mbdx33 23 avril 2012 15:35

        Concernant les objectifs initiaux ils ont été atteints.
        Score à deux chiffres autour d’une candidature qui rejette l’ultralibéralisme, fédère le vote de l’extrême gauche et se pose clairement comme celle du refus de la fatalité face au FN.

        N’oublions pas que depuis 1974 l’extrême gauche a décliné et est moribonde depuis 1988, le score le plus bas ayant été enregistré en 2007 (environ 9%) il était nécessaire de faire un contre-feu à gauche pour endiguer la poussée du FN qui gonflait à chaque élection à mesure que les « candidatures communistes » perdaient du terrain, en particulier dans les classes populaires.

        Il est probable que sans la naissance du front de gauche, le FN aurait fait encore entre 2 et 5% de plus.
        Dans ce sens, la candidature FdG a permis de contenir cela et c’est souvent ce que Mélenchon a annoncé, que la prise du pouvoir ne se ferait pas en 2012. Il reste donc un énorme boulot désormais à cette gauche pour arriver au pouvoir sous 10 ans.
        Le but étant de ramener le PS dans un programme moins social libéral et probablement à partir de là de faire une alliance.


      • Lolo Le Caid 23 avril 2012 21:20

        Bonjour Fergus,

        Mélenchon possède manifestement pas mal de qualités : il est audacieux et son parler est franc, en nette rupture avec la langue de bois habituelle de nos oligarques Mais comme vous l’avez souligné à juste titre, il  a un défaut : son agressivité excessive. Et celle-ci lui a visiblement porté préjudice.  

        En tant que  représentant d’un mouvement radical et contestataire, il doit certes répondre avec fermeté aux attaques de ses détracteurs. Cependant, l’agressivité de ses propos inquiète au lieu de rassurer. Je pense que Mélenchon est suffisamment talentueux pour savoir comment rectifier le tir et gagner en crédibilité. Les prochaines échéances approchent à grands pas.  



      • bernard bernard 23 avril 2012 11:30

        « Hollande va continuer, imperturbable, sur sa lancée : pas de remous, rassurer tout le monde. La chêvre et le chou... »(sic)
        A toujours vouloir ménager et la chêvre et le choux...
        il y a fort à parier que tout le monde soit mécontent...
        comme toujours...
        et depuis toujours...
        Donc rien de changé...
        on prend les mêmes (ou d’autres, qu’importe)...
        et on recommence.
        La vie n’est-elle pas un éternel recommencement ?


        • chuppa 24 avril 2012 09:42

          RDV aux législatives !!! 


        • rahsaan 23 avril 2012 11:50

          C’est JLM lui-même qui a toujours dit que la gauche se rassemblerait au 2nd tour. 


          Ensuite, son appel sans conditions à battre Sarkozy signifie que, précisément, il ne mendie aucun ministère, aucun arrangement. Il ne demande ni n’attend rien de Hollande. Il ne va pas négocier des places, comme les Verts, ou attendre des arrangements sur le programme, comme Bayrou. 

        • Cocasse Cocasse 23 avril 2012 12:03

          Ensuite, son appel sans conditions à battre Sarkozy signifie que, précisément, il ne mendie aucun ministère, aucun arrangement. Il ne demande ni n’attend rien de Hollande. Il ne va pas négocier des places, comme les Verts, ou attendre des arrangements sur le programme, comme Bayrou.

          Bref, il la met encore plus profond avec une quenelle de 12 à ses électeurs, en leur disant : allez sucer gratos.


        • rahsaan 23 avril 2012 12:31

          @Cocasse et Teotl : 


          Imaginons Mélenchon négocier avec Hollande un ministère, une mesure de programme ou des sièges aux législatives.... Vous auriez dit la même chose : que JLM nous trahissait en ralliant au dernier moment le PS. 
          Là, il assume ses 11% et ce qu’il a toujours prôné : rassembler la gauche au deuxième tour. 
          Vous estimez qu’on se fait encore plus avoir en obtenant rien plutôt qu’en obtenant des miettes (genre un ministère symbolique pour le FdG ou une micro-augmentation du SMIC). C’est un avis, mais je ne le partage pas. JLM n’a pas voulu entrer dans une logique de marchandage et de tambouille électorale. 

          11%, c’est déjà un beau score, réalisé en seulement 6 mois de campagne. C’était prématuré de prétendre doubler le FN à cette élection, mais le cap reste fixé. il va falloir que le FdG apprenne un peu la patience, c’est tout. 

        • Cocasse Cocasse 23 avril 2012 12:38

          Non seulement on l’aurait dit, mais c’est déjà fait.

          Le FDG n’a plus d’autre vocation à jouer le rôle que celle des cocos des années 80-90 : celui de rabatteur systématique de l’ultra-libéralisme tendance diversité plurielle.
          C’était le cas aujourd’hui, et cela le sera systématiquement à l’avenir.

          Et cerise sur le gâteau : sans même la moindre compensation pour ses électeurs.
          En somme, comme avant, mais en pire pour les électeurs, et en mieux pour le système.

          J’ai jamais rien vu d’aussi dégueulasse.


        • Fergus Fergus 23 avril 2012 13:40

          Bonjour, Rahsaan.

          Entièrement d’accord avec vous : c’est la voix, mais aussi la voie, du bon sens !

          Cette aventure en demi-teinte servira du moins à quelque chose : on pourra mesurer lors des prochains scrutins ceux qui resteront fidèles aux idées défendues par Mélenchon.


        • mbdx33 mbdx33 23 avril 2012 15:42

          @Teolt et Cocasse

          Ne nous parlez pas de traitrise. Vous n’auriez de jamais voté pour JLM, chacun sait ici que vous roulez à 200%/100% pour la Marine.
          L’appel au report de voix au candidat de gauche le plus élevé a toujours été annoncé. Aucun électeur de Mélenchon ne pouvait l’ignorer.


        • Cocasse Cocasse 23 avril 2012 16:09

          Aucune intégrité, aucune dignité.
          Appelez vous comme vous voulez, maintenant en ce qui me concerne je vous appellerais tels que vous êtes : des militants du parti socialiste.


        • mbdx33 mbdx33 23 avril 2012 17:07

          Ma dignité c’est de n’avoir jamais mangé à la même table que des personnes qui citent Brasillach, mais cela vous ne pouvez le comprendre.


        • Cocasse Cocasse 23 avril 2012 17:11

          Cette remarque est particulièrement déplacée venant de quelqu’un s’apprêtant à voter collabo.
           smiley


        • TARTOQUETSCHES TARTOQUETSCHES 23 avril 2012 17:12

          à Teotl.

          reflexion de bulot cuit.

          Melenchon s’est battu pour être au 2eme tour, dès lors qu’il n’est pas present, personne au fdg ne souhaite un autre discours que celui de barrer la route au nain qui pue,même avec le fdg à 15 ou 20.
          C’est une question d’hygiène.
           
          les electeurs du fdg feront comme bon leur sembles, les + éçut s’abstiendront peut être, mais la majorité votera le flan pour virer le néflon.

          et votre idole blondasse, elle attend quoi ? à mais oui bien sur : que l’ump s’effondre pour ramasser la mise et s’embourgeoiser avec les ex-copains de néflon le nain dans un néofaschisme en col blanc/bleu et gros rangers noirs pour bouter le sarrazin hors du royaume.. . C’est beau comme rêve ...


        • Al West 23 avril 2012 17:14

          J’espère alors que vous n’avez jamais mangé à la table de Mélenchon, qui cite Theodorakis quand ce dernier écrit :

          « Oui, je suis antisémite et antisioniste. J’aime le peuple juif et j’ai vécu avec lui, mais les Américains juifs se cachent derrière tout, les attentats en Irak, les attaques économiques en Europe, en Amérique, en Asie, les Juifs américains sont derrière Bush, Clinton et derrière les banques. (…) les Juifs américains sont derrière la crise économique mondiale qui a aussi touché la Grèce. »

          Deux poids, deux mesures, tout ça tout ça...


        • mbdx33 mbdx33 23 avril 2012 17:23

          Les vrais collabos sont de votre côté, et cela vous ne pouvez le changer. Même en faisant de la remballe.


        • mbdx33 mbdx33 23 avril 2012 17:25

          Allez y All WEST citez vos sources SVP.


        • Al West 23 avril 2012 18:04

          Merci mille fois de me remettre dans le droit chemin mbdx33.
          Aucune source sûre pour cette citation, sur sa page wikipédia, tous ses propos sont tirés hors de leur contexte ou simplement inventés. Encore une victime de la désinformation.

          Quoiqu’il en soit, reprocher à Le Pen d’avoir cité Brasillach alors que lui même a voulu s’engager dans la Résistance, j’ai toujours trouvé ça stupide.


        • mbdx33 mbdx33 23 avril 2012 18:55

          Je suis pour le débat, pour les idées et les propos argumentés.
          Je ne suis pas là pour vous remettre dans le droit chemin, je n’ai pas cette prétention.


        • Al West 23 avril 2012 19:12

          Ah mais détrompez-vous, ça n’était pas ironique, j’étais vraiment sincère. Je vous remercie parce que j’ai normalement l’habitude de vérifier les sources et que là de toute évidence je ne l’ai pas fait. Laissez-moi vous remercier quand même smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rahsaan


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès