Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une classe politique pas à la hauteur

Une classe politique pas à la hauteur

François Bayrou avait raison. La rénovation des pratiques politiques ne peut émerger des élus eux-mêmes. Le coup de sabre porté par les députés au projet de loi sur la moralisation de la vie politique demandé par François Hollande à la suite du scandale Cahuzac en est la démonstration. Il vient en écho au front du refus qui a vu le jour face au projet de l'acte III de la décentralisation dont le plus grand tort est d'avoir voulu rationnaliser l'organisation administrative française en supprimant des collectivités et par conséquent quelques rentes de situation.

C'est ce qu'on peut appeler un détricotage tranquille. Un bras d'honneur aux citoyens anonymes exaspérés par une classe politique qui apparaît de plus en plus en décalage avec la vraie vie. Les députés ont simplement vidé de leur substance un projet de loi voulu par le président de la République pour tenter de retisser des liens de confiance entre élus et citoyens. La confiance attendra.

Claude Bartolone en président du syndicat des députés avait donné le signal en s'opposant à la transparence sur le patrimoine des députés. Celui-ci ne sera finalement pas publié. Voyeurisme accusaient les opposants quelques jours seulement avant que Mediapart ne rende publique une enquête fouillée sur les malversations qui gangrènent le département de l'Essonne.

L'interdiction de l'exercice d'une quelconque profession lors du mandat parlementaire a également été passée par pertes et profits. Les revenus tirés d'une activité professionnelle durant le mandat ne seront pas non plus limités.

Après les aveux de Jérôme Cahuzac, l'ancien candidat centriste à la présidentielle en avait appelé au chef de l'Etat pour une rénovation "prise à corps, non pas par les extrêmes, mais par les citoyens". "Il faudra que le président de la République ait le courage de se tourner vers le peuple pour qu'il exprime par référendum sa volonté de mettre un terme aux dérives qui l'indignent chaque jour davantage" avait déclaré le président du Modem, dans le droit fil de ce qu'il avait lui même porté lors de la campagne présidentielle (cf vidéo).

François Hollande aura eu le tort de faire confiance aux parlementaires socialistes. La solution du référendum est désormais la seule qui reste. Pour redonner de l'épaisseur au projet de moralisation, pour interdire sans attendre le cumul des mandats et enfin revoir l'organisation administrative française, afin de sortir d'une féodalité, cancer de notre démocratie.

Crédit photo : Rama


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 6 juin 2013 11:48

    Ils ne vont pas scier la branche sur laquelle ils reposent depuis tant d’années ...................


    • Pale Rider Pale Rider 6 juin 2013 12:01

      « François Bayrou avait raison. » Eh oui ! Et c’est ce qui, après une sévère traversée du désert, lui permet de réapparaître au-dessus de la mêlée. Seuls les ricaneurs corrompus ou amis des corrompus se gausseront de lui. Il a raison sur à peu près tout sauf, à mon avis, sur l’Europe qui est la juxtaposition hâtive de 27 égoïsmes nationaux et qui, en tant que telle (voir l’affaire des panneaux solaires) n’est pas viable.

      A part ça, Bayrou fait preuve d’une constance et d’une droiture remarquables. Il sort du lot.
      Il a des chances d’avoir un destin à la Mendes-France : un passage éclair au pouvoir, comme Premier Ministre (c’est ça ou rien ; ministre ne serait pas assez, et il refusera), des mesures excellentes qui perdureront (comme celles de Rocard) ; une légende politique qui subsistera pendant un demi-siècle mais, probablement, un désaveu rapide des Français qui préfèrent les magouilleurs.
      Je citerai, dans cette même famille, Jimmy Carter, président méprisé et aujourd’hui vénéré. J’ai toujours préféré ces « perdants » qui valent cent fois mieux que les poussières médiatico-politiques vouées aux poubelles de l’Histoire.
      Je renvoie à mes articles sur AgoraVox sur celui que Le Point a qualifié de « prophète ».

      • ZenZoe ZenZoe 6 juin 2013 12:17

        Bayrou a toujours eu raison, c’est ça son problème. Les électeurs diront oui oui il a raison mais mettront leur bulletin dans l’urne pour un autre plus bonimenteur. Le problème ce n’est pas la classe politique, c’est les électeurs au fond - qui n’ont pas l’air de savoir ce qu’ils veulent.


        • Pale Rider Pale Rider 6 juin 2013 12:26

          Très juste, ZenZoe. Mais peut-être finiront-ils par le savoir quand ils auront bu la tasse jusqu’à la dernière goutte. Nous ne nous révoltons pas parce que ça ne va pas encore (globalement) assez mal. En plus, chacun espère tirer son épingle du jeu : disparues, les solidarités d’antan ! Mais on en atteint les limites. Panneaux solaires contre vins de Bordeaux ou Airbus, ça ne marchera plus longtemps. Nous sommes tous dans le même bateau, et il prend l’eau.

          Ou plutôt, dans un pédalo. Problème de pédales que le capitaine ne sait pas bien actionner.
          En attendant, je suis résolu à voter blanc ou Bayrou. Le choix se réduit désormais à ça..

        • Mycroft 6 juin 2013 16:32

          Le problème de Bayrou, c’est qu’il est seul et qu’il devra donc finir, pour s’en sortir, par s’allier soit à l’UMP, soit au PS. Et l’UMP me parait largement plus corrompu que le camps d’en face, aussi véreux soit t’il

          Hollande est Bayrou se ressemble, la grosse différence, c’est qu’Hollande est au pouvoir. Les deux sont largement interchangeable et rencontreraient les mêmes difficultés.


        • Pale Rider Pale Rider 6 juin 2013 17:50

          @Mycroft : Oui pour les difficultés. Quant au reste, Hollande, aussi sympa soit-il, a une éthique plus relâchée que celle de Bayrou.

          Quant au fait que Bayrou aille pointer à l’UMP ou au PS, je prends le pari qu’il ne le fera pas. Il s’y est déjà refusé, et au prix fort. Ce n’est pas pour faire marche arrière. Qu’il soit quasiment sans parti, peu importe. Mais il a une bonne part de l’opinion derrière lui, alors que l’UMP et le PS ne cessent de se discréditer chaque jour qui passe comme, d’ailleurs, Bayrou l’avait prévu. Voilà pourquoi, quand la lâcheté du PS sur presque tous les sujets aura fait son oeuvre destructrice, Bayrou sera « appelé aux affaires », comme un certain Général qui, lorsque ça lui est arrivé, ne dirigeait aucun parti et n’était membre de rien, sauf erreur de ma part. En temps de crise, l’avenir est aux solitaires qui voient loin parce qu’ils n’ont pas vendu leur âme.

        • Akerios 6 juin 2013 12:54

          Bonjour,

          Le changement n’est pas pour demain .

          Mais par miracle s’il arrivait ?

          Souvenez vous de la mise sur le Trône du roi Juan Carlos Ier .

          Après Franco une nouvelle chambre des députés républicaine est élue. Un colonel de la garde civile rentre dans le parlement avec un groupe armé . Il menace de tuer tous les députés . Pour sauver leurs vies sous la contrainte ils abolissent une nouvelle fois la république et rétablissent la monarchie.

          Aucun pays d’ Europe ne s’y est opposé en ne reconnaissant pas la nouvelle monarchie mise en place.

          La France aussi a eu son coup d’état a la fin de la guerre d’Algérie ! 

          Réformer le législatif actuel comme le propose François Bayrou ou tenter d’abolir les paradis fiscaux et le système économique qui endette les peuples d’Europe sont les plus graves atteintes que l’on puisse faire au néo-libéralisme .

           

          ...........Donc rien ne changera à part la succession de gouvernements UMPS ..............

          François Hollandon avec un PS complice est le symbole même de ces méthodes de gouvernement : mensonges , corruptions et trahisons !

          La droite affiche et défend le néo-libéralisme , elle ne trahit pas autant ses électeurs. La gauche par contre est minée par des répugnants Cabuzac et Hollandons.

          Un Géban ancien ministre ripoux reste logique dans le système politique qu’il impose alors qu’un autre ripoux Gabuzac en plus est un traitre !

          Le capital pur sans limite tel qu’est le néo-libéralisme aujourd’hui c’est le vol et la spoliation des peuples dans la course sans limites aux profits. Le socialisme a la Cabuzac et Hollandons ajoutent au néo-libéralisme le mensonge et pour finir la trahison.

           

           

           

          Moi ce que je déteste le plus ce sont ces traitres !

           

           

           

           

           


          • Outsider Outsider 6 juin 2013 13:57

            Que se vayan todos !


            • Peretz1 Peretz1 6 juin 2013 17:01

              Sauf que Bayrou est un acharné de l’Europe. Or celle-ci est bâtie sur un malentendu depuis Maastrichit. Donc pas de vrai changement tant qu’on en sera pas revenu au traité de Rome. Et encore...


              • Pale Rider Pale Rider 6 juin 2013 17:56

                @Peretz1 : Bayrou est un européiste convaincu, mais pas un partisan de l’Europe telle qu’elle fonctionne. Néanmoins, je suis d’accord avec vous pour dire qu’il en attend encore trop. Autant le Marché Commun à 6 fonctionnait très bien, autant l’usine à gaz à 27 nous a mené vers la paralysie inéluctable. 

                Les USA ont une histoire commune qui a entre 200 et 100 ans selon les Etats. Nous, nous avons plus de 1000 ans d’histoires très différentes. Il n’y aura pas d’Etats-Unis d’Europe. Et Bayrou a écrit (ce qui est lucide) qu’à force d’avoir voulu éviter la guerre en Europe, on a aggravé la guerre économique (avec la Grèce à un bout, et l’Allemagne à l’autre). Espérons que les armes ne se remettent pas à parler...

              • soi même 6 juin 2013 20:51

                François Bayrou a sans doute raison ; mais il faut en convenir, il propose pas grand chose d’autre, qui sort des grand classiques.
                Il fait partie de ses personnes qui pensent que dans un vieux chaudron la soupe serra meilleur.
                Alors que cette faillite généralise est que certain paramètre humain ne sont pas pris en compte, c’est pour cela que nous sommes à la fin d’un processus qui va nous réserver bien des désagréments.


                • Vieux Sachem 7 juin 2013 10:42

                  François Bayrou ne « fera jamais fortune » en politique : il est honnête et défend la morale civique. Il ne sera jamais une grande gueule mais plutôt la petite voix de la conscience ; c’est pour cela que je l’apprécie énormément. D’autres préfèrent Machiavel !


                  • Mycroft 7 juin 2013 13:55

                    Quand je parle de devoir s’allier au PS ou à l’UMP, c’est dans l’objectif d’avoir une assemblé à même de voter ses loi.

                    Qu’il puisse arriver seul à la présidence, c’est quelque chose que je crois possible. Mais je crains que son gouvernement ne soit en grande partie composé de personnalité issue de l’UMP. J’espère me tromper, mais je ne vois pas avec qui d’autre il va gouverner.


                    • Luc le Raz Luc le Raz 9 juin 2013 14:15

                      Jamais des députés ne voteront « en leur âme et conscience » un texte bon pour la France mais systématiquement contre, s’il est proposé par leurs opposants, fut il bénéfique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès