Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une drôle de campagne avec de drôles de candidats

Une drôle de campagne avec de drôles de candidats

Nous sommes tous désarçonnés par une campagne electorale d’un nouveau style et qui utilise de nouveaux moyens...

Pour un ancien militant qui a fait "toutes les campagnes electorales" depuis 1977, cette campagne présidentielle est étonnante.

Je crois que cela tient à plusieurs facteurs sur lesquels je voudrais attirer votre réflexion.

D’abord nous assistons à la première campagne "à l’américaine". Peut-être parce que nos trois principaux candidats ont été impressionnés par la victoire de Bush aux Etats-Unis, qui a réussi à gagner contre toute l’attente des observateurs extérieurs, en se consacrant essentiellement à des questions purement américaines, voire prosaïquement à des sujets qui ne touchaient que certaines catégories du Middle West ! Cette campagne electorale américaine semble avoir inspiré nos trois candidats républicains français (je mets en dehors du débat Le Pen qui, lui, est sur d’autres schémas). Le résultat est une tentative de positionnement qui prend en permanence à contre-pied les soutiens historiques de chacun des camps. C’est aussi vrai pour Nicolas Sarkozy qui drague sur les terres de Le Pen au grand dam de Borloo ou de Simone Veil ; pour François Bayrou qui se positionne presque en opposant principal de Sarkozy alors que l’essentiel de ses soutiens dépendent de l’UMP pour leur avenir electoral ; et de Ségolène Royal qui en étant tantôt plus "à gauche, tantôt plus à droite et tantôt plus en avant et que le Parti socialiste ballotte tout le monde dans un Maëlstrom déstabilisant.

Pour autant personne qui connait un peu la vie politique ne peut douter de la force de leurs convictions et d’un positionnement en général stable dans leurs références idéologiques (je donne ce crédit aux trois). Alors il est intéressant à quelques jours du premier tour de s’interroger collectivement sur cette propension à faire du contre-pied une stratégie electorale.

Je voudrais avancer sur ce point une proposition d’explication à partir d’une deuxième constatation : le poids absolument faramineux des médias audiovisuels dans la campagne avec leurs deux corollaires : les instituts de sondages et les forums d’internautes. Jamais depuis que je suis militant je n’ai eu à ce point le sentiment que les médias m’imposaient le rythme et les thèmes d’une campagne electorale en mettant en forme ce que l’on pourrait appeler un zapping des idées.

Dès lors nos candidats n’ont pas vraiment le choix. Ou ils tiennent bon sur leur credo et l’architecture de leur projet, ou ils deviennent commentateurs- acteurs de l’actualité dans un jeu pervers où ils sont à la fois décideurs des thématiques qu’ils souhaitent mettre en avant et victimes d’une accélération à la fois grégaire (tout le monde reprend le même sujet au même moment) et forcément éphémère. Au final, si on se contente de ne faire appel qu’à notre memoire des deux derniers mois, nous aurons abordé une bonne douzaine de thèmes forts mais à chaque fois sur des durées si courtes qu’on en reste sur notre faim de débat : l’écologie, le logement, la précarité, le nucléaire, l’education et la recherche, l’euthanasie, la sécurité, l’identité nationale, l’immigration, l’emploi des jeunes, les institutions, la Sécurité sociale et même l’Europe auront été, entre autres, appelés au débat. Mais ce zapping présente un formidable effet pervers qui est de nous entraîner dans un kaléidoscope d’idées, de concepts et de propositions en nous faisant perdre la globalité et l’essentiel. Un sujet chasse l’autre, la petite phrase reprise en boucle nous conduit à n’avoir plus qu’une vision floue parce que mouvante de chacun des trois protagonistes. Que retiendra-t-on de plus que le "travailler plus pour gagner plus" de Sarkozy, le "ni droite ni gauche" de Bayrou ou ’"l’ordre juste et le gagnant gagnant" de Ségolène Royal ? Pour autant, si on prend le temps de lire ou de relire leurs livres et leurs discours, le positionnement réel de chacun des candidats est connu depuis longtemps.(pour Ségolène Royal par exemple, ce qu’elle a dit sur la nation à Marseille avait été déjà dit mot pour mot lors de son discours d’investiture au PS en novembre devant le Conseil national) ...

Les trois ont gagné sur une thématique de rénovation au sein de leur camp et la portent réellement et pas seulement sur des aspects générationnels ou physiques.

Alors pourquoi nos trois candidats ne parviennent-ils pas à créer ces clivages qui permettraient à l’opinion de se structurer positivement en leur faveur et pas seulement "contre" ? Je crois que cela tient au fait que leur coeur de cible (comme on le dit en marketing) n’est pas dans la population la plus politisée comme nous pouvons l’être, nous qui écrivons ou lisons sur ces forums. Ils font comme Bush et s’adaptent à la fois aux médias et aux outils pour cibler une population qui est, elle, très sensible au dernier souffle du dernier vent qui passe. Dans le fond ils ont très bien intégré le 21 avril 2002 et entendent convaincre de manière très particulière ceux qui n’avaient pas voté ou avaient voté massivement Le Pen. Il ne sert à rien pour nos trois candidats de se replier sur leur camp et donc sur leurs soutiens historiques si cela ne peut pas capter les millions d’abstentionnistes des précédentes echéances. Mais ce pari présente de nombreux risques pour les trois. Il les rend fortement dépendants de l’actualité comme on l’a vu pour les évènènement de la Gare du Nord et les isole dans une posture encore plus personnelle. Observez combien les soutiens de chacun des trois ont quasiment été versés dans l’ombre.

Pour Sarko, on ne voit plus Fillon, Copé, Devedjian, Pecresse, Raffarin.

Pour Bayrou, on n’a que Mme de Sarnez qui s’exprime encore

Pour Ségolène, on ne peut pas dire qu’elle soit encombrée par la lumière des historiques ni non plus par la nouvelle génération (Peillon, Montebourg, Bianco, Rebsamen).

Cet isolement surdimensionne l’approche personnelle, or aucun des trois n’a encore la totalité des qualités attendues pour en faire une personnalité "d’Etat".

En se mettant seuls en lumière, en jouant des contre-pieds permanents et en laissant aux médias le soin de fixer les thématiques finales, ils prennent le risque de subir jusqu’au dernier jour le zapping électoral correspondant au zapping thématique dans lequel ils se sont installés. La chance de Sarkozy et de Royal c’est d’avoir derrière eux un appareil militant qui va certes râler mais qui devrait suivre jusqu’au vote leur candidat. C’est certainement la plus grande faiblesse de Bayrou dans les prochains jours.

Ce qu’il adviendra ce 22 avril nous permettra de dire si ce nouveau mode de campagne est le bon, en tout cas il aura permis aux Français de se saisir du débat.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (123 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 12 avril 2007 10:00

    Si vous aviez regardé à la télé,la dernière campagne électorale présidentielle américaine et les débats entre les candidats,vous aurez la surprise de constater que les candidats français à notre élection présidentielle,pratiquent la même methode.

    Pas d’idées politiques ni de projet de société mais de la compassion (sociale pour Sègoléne) (entrepeneur pour Sarkozy) mais dans l’ensemble cela ne bouge pas .

    Même chose pour les débats à la télé,c’est le minimum !

    Comment rassembler des français autour de produits de marketing que sont devenu SARKO-ROYAL ?

    La meilleure solution est de faire exploser ce systeme et de voter BAYROU


    • RemiZ (---.---.178.10) 12 avril 2007 10:43

      @Lerma

      Mais arretez les oeilleres franchement !!!

      Oui, Royal fait du market’, et je voterai pour elle conscient de ce fait. Mais Bayrou en fait de meme. Son programme, il n’en parle jamais dans ses interventions televisuelles mais rabache le consensus pouvoir-medias et la rivalite droite-gauche. Il met en avant son tracteur et passe pour le gars « vrai et du terroir » parce que justement il en fait moins. Mais tout cela s’inscrit de meme dans une strategie. C’est une image de rebelle les cheveux aux vents qu’il se donne.

      Maintenant, ca ne veut rien dire sur son programme, auquel on adhere ou pas, mais il faut arreter de croire que Bayrou se montre dans toute sa sincerite. Si vous voulez de la sincerite, votez Bove !!


    • BuZy (---.---.25.115) 12 avril 2007 10:51

      Ou Arlette.


    • tvargentine.com lerma 12 avril 2007 11:27

      Je suis pas d’accord avec toi,car Sègoléne Royal n’a pas de conviction politique,elle à su jouer de son personnage de « femme » pour « vendre » son image dans les médias bien souvent féminisées à l’image de Cécilia Sarkozy qui nous à été vendu matin,midi et soir dans les médias par ces mêmes femmes journalistes.

      Que ces femmes journalistes soient feministes c’est leur problème,mais je n’accepte pas que ces médias aient pu imposer Ségolène Royal qui n’est qu’une Techno pur produit du Mitterandisme et qui n’apportera rien à la France.

      Il faut faire une croix sur cette élection présidentielle pour les socialistes et voter BAYROU,qui est plus consistant et qui ne risque pas de nous vendre des projets « reactionnaires » comme étant « social »

      Ensuite,si le PS se retrouve débarassé de ces marketeurs-politiciens qui font la campagne de Me Royal,alors,nous devrons nous rassembler pour être majoritaire à l’assemblée Nationale,car il y aura une dissolution.

      Désolé,mais Ségolène Royal,n’a aucunes consistances et on voit bien que c’est vide et je n’irai pas voter pour elle.

      Le vote utile c’est BAYROU,car il sera au 2eme tour


    • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 13:23

      le seul vote utile quand on est de gauche, c’est de voter à gauche et à droite quand on est de droite ;

      L’essentiel c’est de bien savoir qui est de droite et qui est de gauche.

      Quelqu’un de gauche qui vote sego ou bayrou fait fausse route, ou il est pas de gauche.


    • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 13:30

      à remi,

      si je comprends bien, vous préférez un menteur comme bayrou ?

      ce n’est pas interdit, mais bon, et la confiance alors ?

      voter pour un menteur déclaré, faut le faire !


    • (---.---.185.230) 12 avril 2007 14:04

      ’market’ oui peut-être mais la gauche ne doit pas oublier de voter avec son coeur et ses tripes !

      On peut trouver cela feint :

      http://www.youtube.com/watch?v=PuyyuDHFtNc

      Moi non.


    • arnaud31 12 avril 2007 14:16

      pourquoi affirmer que Ségolène n’a pas de convictions ? c’est quoi ce procès en sorcellerie ? Si elle n’avait pas de convictions elle ne serait pas embêtée à être candidate dans un département rural, loin de tout. Je crois qu’elle a de solides convictions et que c’est même cela qui dérange certains au sein de mon propre parti. Qu’ensuite elle s’adapte à cette société médiatique c’est autre chose. Que retiennent de la télévision ceux qui la regardent ? l’image à 80% la posture à 10% et le contenu du propos à 10%...ça ne set à rien d’être un prix nobel à la télé. En 3mn on n’a pas le temps de faire des démonstrations scientifiques. c’est pour cela qu’il me semble très important de lire les discours de chacun des candidats. cordialement


    • nasko (---.---.124.235) 12 avril 2007 16:36

      Si la campagne française ressemble à l’américaine, c’est parce que les démocrates et les républicains outre-atlantique investissent massivement en France et exportent leurs savoir-faire. Sarko c’est le type financé par les républicains et ségo par les démocrates....enfin, ça va sans dire....Le plus drôle, c’est que ségo croit vraiment que ça lui donne une bonne image de se faire travailler la face par ordinateur pour ses affiches électorales....ya qu’un américain qui peut croire que ce genre de connerie peut marcher en France.


    • Spacedreamer (---.---.138.26) 12 avril 2007 17:13

      Le coeur et les tripes n’ont jamais fait un programme... Votez avec son cerveau serait peut etre ouvrir les yeux : Un systeme basé sur une unique doctrine est aussi inefficace qu’irréalisable. Les extremes ont des projets incoherants avec le monde dans lequel on vie, à moins de nous renfermer sur nous mêmes. Le Marxisme, à l’origine profondement humaniste je n’en doute pas, a échouer ! (problème d’incitation au travail notamment...) Rappelez vous 1991 p***** ! La solution est, et sera à l’avenir plus que jamais, j’en ai la profonde conviction, le consensus. Je vois donc, « tout naturellement » dirait le Jacquot, l’avenir en Orange... smiley


    • arnaud31 12 avril 2007 18:44

      j’ai toujours autant de mal à comprendre cette logique qui voudrait que parce que les socialistes ont choisi (à 60% quand même) ségolène Royal il faudrait les punir de leur « mauvais » choix. Or Ségolène incarne justement une rénovation interne au PS et comme je l’ai écrit elle marginalise les historiques. Si elle devait échouer cela signifierait au contraire le retour des barons et un raidissement idéologique du PS sur des concepts anciens. Si on est de gauche et que l’on veut la modernisation du PS il faut que Ségolène Royal fasse un très bon score au 1er tour. Je veux également préciser que modernisation ne signifie absolument pas virage libéral ou droitier mais tout simplement une meilleure adéquation entre le PS et ceux pour lesquels il entend se battre.


    • chmoll chmoll 12 avril 2007 10:06

      c’est pas une campagne electorale(dans votre pays du moins)

      c’est un manège forain,j’explik

      vous prenez vos 12 bidules,ils tournent en rond d’un seul coup v’la ti pas qui en un qui d’éccroche l’pompom,il a un ticket gratuit et c’est vous qui passez à la caisse,comme d’hab quoi


      • nietzsche (---.---.65.46) 12 avril 2007 10:53

        Voici venue le temps ou, le faschisme ce RE-democratise,

        cela me rappel mes cours d’histoire des debuts du 20 éme siecle.

        Sauf que là...c’est un pays voisin maintenant, là ou jadis résidai le socle des droits de l’homme.

        nietzsche


        • Yannick J. Yannick J. 12 avril 2007 11:03

          Merci pour cet article... J’avoue l’avoir lu avec un oeil critique après avoir lu votre présentation et j’en suis .....étonné pour lemoins.. pas de parti pris pas de coup de fusils, rien jsute un article qu’il fait bon lire.

          « En se mettant seuls en lumière, en jouant des contre-pieds permanents et en laissant aux médias le soin de fixer les thématiques finales, ils prennent le risque de subir jusqu’au dernier jour le zapping électoral correspondant au zapping thématique dans lequel ils se sont installés. La chance de Sarkozy et de Royal c’est d’avoir derrière eux un appareil militant qui va certes râler mais qui devrait suivre jusqu’au vote leur candidat. C’est certainement la plus grande faiblesse de Bayrou dans les prochains jours »

          Je pense que justement si Bayrou n’a pas l’appareil politique des deux autres c’est parce qu’il se pose en détracteur de ce type d’appareils...a tort ou a raison mais il semble jouer la carte del’opposant. Et quelque part au vu des grandes lignes abordées par les 3 « principaux candidats » le choix de cette élection repose en une question :

          - QUEL TYPE DE « RUPTURE » VOULEZ VOUS ? et je me garderai bien par respect pour cet article de proposer une réponse partisane...

          merci arnaud.


          • LE CHAT LE CHAT 12 avril 2007 11:03

            Moi je les trouve pas très drôles , ces candidats , y’a qu’a voir Sarko sur son affiche , ça vous déprimerait une école de clowns ...... smiley


            • (---.---.157.188) 12 avril 2007 18:25

              Le plus marrant, c’est Bayrou, avec ses oreilles et ses cheveux qui commencent à les couvrir, si t’as pas un écran 16/9 tu es lésé, c’est pas un candidat de pauvre.


            • JL (---.---.73.200) 12 avril 2007 12:09

              Bon article. Mon commentaire : vous écrivez : «  »Observez combien les soutiens de chacun des trois ont quasiment été versés dans l’ombre (…) Cet isolement surdimensionne l’approche personnelle, or aucun des trois n’a encore la totalité des qualités attendues pour en faire une personnalité « d’Etat ».«  »

              Depuis l’obligation de respecter dans les médias audiovisuels un temps de parole identique pour tous, c’est certain, ça fait drôle.

              Mais c’est symptomatique de ce qui a été dénoncé ici et là : ils n’ont pas su convaincre, parce qu’ils ne pouvaient pas convaincre. Et ils ne pouvaient pas convaincre parce qu’ils ne voulaient pas parler des vrais problèmes.

              Désolé de le dire ici, mais Ségolène Royal et le PS ne sont qu’une fausse opposition au ’libéralisme’ et c’est pourquoi Sarkozy est obligé d’aller si loin à droite. Il s’y trouverait d’ailleurs très bien, s’il n’y provoquait des clivages qu’ils préfèrent taire les uns et les autres.


              • leloup (---.---.128.234) 12 avril 2007 12:46

                l’amateurisme de Ségo est non seulement pathétique mais aussi dangereux. Sur la politique étrangère par exemple :

                « L’Iran, a-t-elle lancé, doit savoir - et si je suis élue, croyez bien que je le lui rappellerai - qu’elle (sic) ne pourra retrouver au sein de la communauté des nations la place à laquelle l’ancienneté de sa civilisation et de sa culture lui donne droit que si elle (sic) rompt avec le style de provocation permanente qui est devenu depuis quelque temps le maître mot de ses dirigeants. »

                ensuite elle en rajoute :

                Dans ce domaine, tout particulièrement, Mme Royal entend bien tirer avantage de la position « ferme » qu’elle avait prise dès la primaire socialiste sur les risques de transfert du nucléaire civil au nucléaire militaire que fait peser le régime de Téhéran, qualifié d’« oligarchie étroite ». « A l’époque, j’étais bien isolée, on s’est même moqué de mes propos, la suite, aujourd’hui, me donne raison, triomphe-t-elle. L’incompétence internationale se transforme en compétence internationale. »

                http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-894968@51-822961,0.html

                premièrement elle vient de mettre en danger la libération imminente de « l’otage » français qui est en processus de dénouement.

                deuxièmement, beaucoup de forces internationales dont en particulier le leadership américain Démocrate (à qui on ne peut pas « reprocher » d’être à gauche des socialistes) essayent après la capitulation cuisante sur l’affaire des soldats britanniques, de « désamorcer » les tensions pour éviter une catastrophe. Alors si Nancy Pelosi est prête d’aller parler aux dirigeants Iraniens pour contrer les néoconservateurs US, que viennent faire les diatribes arrogantes et vides de pratique de de Ségo dans ce contexte ? Rien si ce n’est qu’affirmer une posture vide de sens et pour le moins peu constructive et à la limite dangereuse dans le contexte actuel.

                Imaginez ce que ça serait avec cette femme au pouvoir...


                • Michel (---.---.52.153) 12 avril 2007 13:11

                  « Nous sommes tous désarçonnés par une campagne electorale d’un nouveau style et qui utilise de nouveaux moyens... »

                  nous ? c’est qui nous ?? vous parlez au nom de qui ? de tous les electeurs français ? Soyez pas timide et utilisez le « je » quand vous voulez exprimez vos propres idées. Moi, en tout cas, JE ne suis pas desarçonné du tout.


                  • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 13:18

                    à l’auteur

                    « Pour autant personne qui connait un peu la vie politique ne peut douter de la force de leurs convictions et d’un positionnement en général stable dans leurs références idéologiques »

                    la stabilité des convictions est peut-être mise en cause.

                    le PS se dit de gauche, alors qu’ils pronent ( et appliquent demandez à rebsamen à dijon) des idées de droite, notamment pour le traité européen.

                    Vous oubliez le vote de 2005. je pense que les 55% qui ont vôté non y pensent aussi.

                    ceux qui sont logiques avec eux-mêmes et ne changent pas d’idées comme de chemises voteront pour celle et ceux qui disent non au traité giscard et toute une politique sociale s’en suivra automatiquement...


                    • arnaud31 12 avril 2007 15:55

                      SI tous ceux qui sont de gauche avaient voté non et tous ceux qui sont de droite avaient voté oui, alors le reférendume n’aurait pas eu le résultat que l’on sait. Au sein du PS j’ai voté non, comme Montebourg, Peillon et Emmanuelli. Mais j’ai de nombreux amis qui ont voté oui et n’en sont pas moins de gauche. Ne soyons pas caricaturaux. la force de Ségolène au sein du PS a justement été de dépasser le Non et le oui et d’en faire une synthèse originale, plus proche de la position de rénovateurs que de celle de la majorité du Parti. merci de votre contribution


                    • adrien (---.---.46.14) 12 avril 2007 14:06

                      L’article est bon dans l’ensemble car sans volonté partisane, il rappelle la faiblesse de la campagne.

                      L’auteur a comme négligé deux aspects qui ont cristallisé cette effet :
                      - Les français sont très attentifs à cette campagne car ils sont dans une position expectative. Ils n’ont pas vraiment d’avis ni sur les candidats, ni sur leur programme. Ils sont demandeurs
                      - Les media ont clairement assimilé cette intérêt des français et essayent de surfer sur cette élection, quitte à surmédiatiser.

                      On est dans un phénomène d’amplification : les meetings sont plein à craquer, les gens lisent plus la presse, regardent plus la télé.

                      Par contre, on ne peut pas assimiler cette campagne à une élection américaine pour une raison fondamentale : même si 4 candidats cristallisent toutes l’attention, ce n’est pas un duel. Résultat, chacun des 4 candidats peut créer l’évènement ou rebondir dessus. Ni Sarkozy, ni Royal n’ont réussi à imposer le duel qu’ils auraient certainement souhaité. Il devient donc difficile de suivre les polémiques entre les divers candidats.

                      Ce qui fait que les français sont dans un choix plus large qu’habituellement (on parle de 3ième homme mais finalement on en a 4) et qu’ils doivent suivre plus de candidats qu’à l’habitude.


                      • (---.---.183.164) 12 avril 2007 14:31

                        Mais il est où, Bayrou le rigolou ?


                        • Yannick J. Yannick J. 12 avril 2007 14:38

                          et bien non pour une fois les commentaires sont moins partisans que constructifs...désolé pas de polémique pour l’instant !!!

                          dommage, un bon petit combat avec les sempiternels articles sur bayrou et sa coloration vaiable l’ascenssion de l’opus dei, les aller retour de m. marsupilami et autres dégueloirs ou cambronne...

                          et bin non là, on est dansun débat civilisé, j’en reviens d’ailleurs pas !!! et j’en suis heureux !


                        • non666 non666 12 avril 2007 14:47

                          Je ne sais pas si cette campagne est drole, ce que je sais, par contre, c’est que voscandidats n’INCARNENT plus les valeurs traditionnelles de leurs partis.

                          Je parle bien sur pour le duo de siamois Royal/Sarkozy.

                          Du coups, pour etre en phase avec ce changement de methologie, les medias chantent la mort des ideologies... ...Car si elles ne sont pas mortes, c’est que les deux finalistes designés par eux sont des parjures de leurs camps.

                          Du coup cette campagne ressemble a une enorme star-ac.

                          Les chansons a la mode sont :

                          « Vive l’ordre juste » et « je vais liberer le travail », deux tubes martellés par toutes les stations de radio.

                          Mais derriere tout ceci, c’est la creusitude pour parler royaliste...

                          Besancenot est en train de remonter parce que justement, il RESSEMBLE a ce qu’etait la gauche militante, autrefois. Il y a croit le petit. En fait tous les petits gauchistes, Lepen , DeVilliers sont des incarnations des valeurs de leurs camps et on sait qu’eux y sont fideles. Or ce sont aussi les incarnations de la Fran,ce du NON, celle qui pèse 55%...

                          Bayrou, aussi, dans une certaine mesure, est fidele a ses idées. A lui de Revendiquer sa chretienne democratie et de montrer que ce sont les autres qui ont copié la politique de Giscard et Pompidou. Ce sont les deux show-man et woman qui sont hors des clous.

                          Parce que « le meilleurs de la droite et de la gauche », quand elles sont perçues toute deux comme globalement pourries, ce n’est pas très vendeur comme produit.


                          • arnaud31 12 avril 2007 16:13

                            Il y a un reproche que je ne comprends pas dans votre propos c’est celui de l’exposition médiatique. En tout cas pour ségolène, même si cela ne lui a pas déplu voire même qu’elle en a joué, je trouve un peu gonflé de lui faire le reproche d’avoir été à la une de diverses revues. Vous ne voudriez tout de même pas qu’un candidat à la présidence de la République minaude en disant à tous les médias, non non non je ne viendrai pas vous répondre, vous saurez plus tard. Quand en Janvier, elle a décidé de ne pas se laisser imposer de répondre sur son programme au motif qu’on était en plein débat participatif, qu’est ce qu’elle a pris dans la figure ! (et -5 points dans les sondages !). Le duel sego sarko est un duel préformaté par les médias, c’est incontestable, pas par les candidats (en tout cas pas par Ségolène qui ne controle aucun journal). Par ailleurs sur votre deuxième série d’argument, si le PS c’était la ligue communiste révolutionnaire ça se saurait depuis longtemps ! C’est un parti qui a vocation à gouverner le pays et qui s’efforce de le conduire au mieux lorsqu’il accède aux responsabilités. chacun de ces passages a d’ailleurs été marqué par des avancées sociales incontestables (loi auroux, 5eme semaine de congé payé, retraite à 60 ans, suppression des tribunaux d’exception, RMI, CMU, 35 heures etc...) Ca ne réussit pas toujours j’en conviens mais quand le parti désigne une candidate qui n’est pas du sérail éléphantesque dans la continuit absolue des gouvernements antérieurs alors là l’intelligentsia se déchaine etconsidère que ce n’est plus sérieux, cela ne va plus, on perd les repères et les valeurs. Pour le moment pour jauger et juger la candidate pour laquelle je vais voter je m’en tiens à ce qu’elle dit et ecrit. Cela me semble cohérent, ambitieux et interessant. Cela me semble surtout conforme à mes idéaux de socialiste afin de « Ne pas subir la loi du mensonge triomphant » comme l’écrivait Jean Jaurès...

                            Comme je l’ai écrit j’aurai préféré une campagne qui puisse s’attarder mediatiquement plus longtemps sur des sujets de fond : la politique industrielle, les services publics, la sécurité sociale professionnelle, la laïcité etc... !


                          • oncle Archibald (---.---.152.165) 12 avril 2007 18:19

                            J’ajouterai aux sujets dont on aimerait entendre parler sérieusement : la fiscalité. Coment prélève t-on l’argent public et qu’en fait-on .. ; C’est une question qui n’est pas traitée, sauf par BAYROU qui est très clair dans son programme.

                            On nous amuse avec des hochets, genre drapeaux à agiter le 14 juillet ou mariage des homosexuels, mais on ne nous dit rien de ce qui va nous revenir en pleine g... des impots monstrueux pour tout le monde si Madame ROYAL est élue (voyez un peu ce qu’est devenue la fiscalité locale depuis que les régions sont tenues par ses amis) et une manne de cadeaux en tout genre pour ceux qui n’en ont vraiment pas besoin si Monsieur SARKOZY est élu (loi Malraux maintenue et détournée de son objet, cadeaux fiscaux en tout genres pour ceux qui ne savent déjà plus que faire de leur argent).


                          • N-Y (---.---.183.164) 12 avril 2007 19:04

                            Mais il est où, Bayrou le rigolou ? l’opportuniste de service, Monsieur j’me la raconte, le pompier piromane. L’affabulateur, le manipulateur, le charlatan de la politique ! Mais il est où le rigolou qui avant me faisait sourire et qui maintenenant m’axaspère avec sa posture éculée. Ce faux respectable, ce faux rassembleur, cet imposteur ? Il ne dispose ni d’un projet crédible, ni des moyens de présider. Bébayr n’échappe pas aux incohérences et aux facilités qu’il fustige chez ses adversaires, l’extrême centre est un cercle dont les électeurs sont partout et la ligne politique nulle part. L’alliance de la protestation et de la conservation ne fait que poursuivre le chiraquisme par d’autres moyens.


                            • pixel (---.---.215.196) 12 avril 2007 20:22

                              La seule chance d’ éviter que Sarko Karchérise et Tatchérise la France c’est de voter Bayrou.Je pense que certains à gauche préfèrent que Sarko passe pour se refaire une santé dans le cocon de l’opposition.


                              • Bernardeau (---.---.41.14) 12 avril 2007 22:35

                                Si tu votes Sego au 1er tour, tu mets Sarko à l’Elysée


                                • TR63 (---.---.41.14) 12 avril 2007 22:37

                                  Le seul moyen de ne plus entendre Sarko = voter Bayrou


                                • arnaud31 13 avril 2007 00:30

                                  je voudrais en cet instant répondre à ceux que l’on pourrait qualifier « d’activistes bayrouistes ». Ils tombent dans un travers qu’ils ont par ailleurs dénonçé pour Ségolène Royal c’est à dire penser au deuxième tour avant d’avoir gagné le premier. Leur seul argument semble être seul Bayrou peut gagner sarko donc il faut voter Bayrou en s’adressant exclusivement aux electeurs socialistes. C’est une attitude qui est non seulement répétitive, voire Pavlovienne mais qui repose surtout sur la seule lecture des instituts de sondage et qui devient maintenant contre productive. C’est avec ce genre de calcul que Jospin s’est planté en 2002. Or au soir du premier tour tous les compteurs sont remis à zéro. Ceux qui répondent aujourd’hui aux sondeurs ne peuvent pas faire abstraction de leur vote de premier tour. naturellement ils échafaudent des théories selon leurs desirs partisans et Il pourrait sembler qu’il y ait une dominante qui serait le rejet de Sarkozy. Sauf que ce n’est pas vrai sinon il ne serait pas à 30% au premier tour si c’etait réel. Dès lors il faut en rester à des lectures simples : au premier tour on choisit, au deuxième on élimine. Pour un electeur de gauche c’est en marquant son désir à gauche qu’il sera vraiment efficace. Pour un electeur de la droite républicaine mais rebutée par les excès de l’UMP c’est en votant Bayrou qu’il marquera lui aussi son désir. Mais rentrer dans des considérations tordues pour éliminer Sarko conduirait alors un électeur PS ou PC à voter Le Pen en espérant que présent au second tour il sera plus facile à battre pour un candidat de gauche qui lui serait présent au second tour !.. si au deuxième tour on a deux candidats de droite quel est le gain pour un electeur qui veut vraiment que les choses changent ? Je crois, même si je le regrette pour ses supporters que j’aime bien, que Bayrou a raté son coup en ne mordant pas assez sur l’electorat de Sarkozy. En voulant réduire la gauche pour s’imposer, en se positionnant uniquement en « phagocyteur du PS » Bayrou n’a fait que renforcer la mobilisation militante de ce parti qui veut à tout prix éviter de connaitre un deuxième tour sans le candidat de gauche. Or ce sont les militants qui sont aujourd’hui en mouvement qui vont faire le résultat du premier tour (parce que le poids de la télé sur laquelle Bayrou s’est beaucoup appuyé pendant un mois est désormais neutralisé par l’égalité du CSA),et ,à ma connaissance des militants, il y en a beaucoup plus au PS et à l’UMP qu’à l’UDF....


                                • Forest Ent Forest Ent 12 avril 2007 23:20

                                  A lire régulièrement les commentaires sur agoravox et quelques autres forums, j’ai l’impression que les candidats ne convainquent dans l’ensemble pas grand monde. Ils parlent de tout, mais j’ai l’impression que les électeurs ont le sentiment qu’ils ne parlent de rien.

                                  En tout cas, ça pourrait expliquer le sentiment d’indécision dont l’explicitation est le seul apport des sondages.

                                  Les télés, les journaux, les sondages, pratiquent un matraquage outrancier, mais j’ai l’impression que cela ne passe plus, que les électeurs sont vaccinés, et que le 22/4 va apporter un grand lot de surprises.


                                  • bernard29 candidat 007 13 avril 2007 00:26

                                    Une campagne dominée par la peur des candidats de partis de gouvernements.

                                    je crois que cette campagne en fait démontre une fois encore l’incompréhension des politiques de la vie des citoyens. Ils ne savent plus quoi dire, quoi faire, donc on parle de tout , on répond à tout, on lance n’importe quelle idée, ce n’est pas grave et ça peut plaire à quelqu’un, ça passe trés vite, deux jours après il y a une autre question. On répond à demi, on propose des demi mesures, a tout le monde en général et en particulier. On passe de questions de détail, en questions graves qui mériteraient approfondissement, à d’autres symboles aussi vite expédiés. il faut parler à tout le monde à toute vitesse.

                                    Oui, on a parlé de tout.

                                    On a parlé de rien.

                                    La question n’est pas , ai-je bien répondu ? c’est, ça ç’est fait ? bon et maintenant, demain c’est quoi ?

                                    En fait, les politiques ont peur de la france parce qu’ils ne la sentent plus. Et les surprises désagréables pour eux ont déjà eu lieu (avril 2002, TCE..) Alors qu’est-ce que ça va donner ? Dans ces partis de gouvernement tout le monde s’engueule à tour de rôle.

                                    Ils ne savent pas ce que ça va donner. C’est le brouilard comme on dit actuellement. Qu’est-ce qui va faire les élections le vote des jeunes, des seniors, des communautés, le vote populaire, le vote des banlieux, ... mystère, le vote social !!!. On ne peut pas prendre le risque de focaliser un thème. Trop risqué ! et si l’on se plantait !!!


                                    • arnaud31 13 avril 2007 10:15

                                      je partage en partie votre point de vue mais contrairement à vous je ne mets pas ça sur le dos des candidats. Je crois qu’ils ont fait le choix de s’adapter à un terrain qui est extrêmement mouvant et incertain. imagnez un candidat qui ne parle que de la dette, ou que du social ou que d’l insécurité. Avec les médias tels qu’ils sont au bout de 4 jours sur un même thème on dirait « il est incapable de parler de .... », il n’ a pas abordé la question de... comment ? il n’a même pas évoqué.... et soyons honnêtes, même nous, nous tombons dans le même travers. Qui n’a pas dit depuis 3 mois que nos candidats n’avaient même pas parlé de la défense, de la politique étrangère, de l’Europe ? alors que c’est faux ! dans ce contexte, le role des candidats est de s’adapter au mieux. ce n’est pas pour autant qu’ils n’ont pas d’idées et ne sont pas en phase avec le réel. Le réél, le quotidien n’est pas le même pour chacun d’entre nous. C’est peut être ça aussi la réalité de la société française avec de grosses différences entre ce que vit un retraité au fond de l’ariège et un jeune immigré de la cité des 4000 à La courneuve. Sur des thématiques transversales on peut les mobiliser (le pouvoir d’achat, la paix, la liberté) mais sur des thèmes particuliers leurs problèmes sont fondamentalement différents.


                                    • Votebayrou ! (---.---.239.35) 16 avril 2007 10:08

                                      Le seul candidat qui propose autre chose que l’UMP-PS qui se refilent la soupe( qu’elle est bonne !) tous les cinq ans est François BAYROU !... Son programme est responsable, précis, et budgété contrairement à ce que certains ont voulu faire croire à dessein....Mais c’est aussi un humaniste qui a de vrais valeurs et place l’Homme au centre de son projet d’espoir !...... Et c’est cerise sur le gâteau si je puis dire, le seul qui puisse battre le candidat de l’UMP et ce n’est pas rien. VOTONS BAYROU ! Cordialement.


                                      • arnaud31 (---.---.25.252) 16 avril 2007 10:54

                                        pourquoi est il le seul à pouvoir battre sarkozy ? , on ne fait pas une campagne en se basant sur les sondages de deuxième tour sinon on aurait eu giscard en 1981, Balladur en 1995 et Jospin en 2002 ! Le meilleur moyen de rassembler la gauche altermondialiste et les modérés républicains de droite c’est quand même d’avoir une candidate compatible avec les deux ! Bové comme Bayrou peuvent appeler à voter Royal mais demander à Buffet ou à Besancenot, comme d’ailleurs à beaucoup d’electeurs socialistes de voter Bayrou est une mission impossible. Donc méfiez vous des sondages ! (et preparez vous à voter pour Royal)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès