Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une erreur politique

Une erreur politique

Les Sénateurs Centristes (hormis quelques MODEM) ont voté la Réforme sur la retraite, après avoir observé que cette dernière s’était réalisée sans le soutien de l’opinion publique,

non pas parce qu’il ne fallait pas faire de réforme et laisser les choses en l’état, comme je l’entends ici ou là, mais parce les Français appelaient (et appellent encore) de leur vœux un débat national.

Le gouvernement a choisi une ligne autistique sous le seul prétexte qu’il fallait ne pas perdre de temps et qu’il s’agissait de faire passer cette réforme aux forceps sur le plan (politique) national mais aussi international puisque remettre cette réforme à plus tard eut été catastrophique sur le plan financier avec une décote de notre pays par les agences de notation. Ce qui n’aurait pas manqué de nous faire sombrer dans une crise grave, puisque nous empruntons à tour de bras chaque heure, chaque minute, chaque seconde. De plus, notre rapport avec l’Allemagne aurait été rapidement désastreux.

Les Français avaient compris dans leur grande majorité ces enjeux dès le départ, puisqu’ils demandaient, par sondages interposés au gouvernement, de s’asseoir à une table de négociation avec tous les acteurs concernés et de trouver rapidement un accord pour promulguer la Loi.

On ne pouvait être plus clair.

Ils savaient qu’il fallait une Réforme, ils disaient qu’il ne fallait pas la remettre à plus tard,mais voulaient qu’on débattu.

 Le gouvernement et Nicolas Sarkozy ont œuvré à la hussarde, dans une ligne d’opposition frontale qui s’est faite contre l’immense majorité de la population elle-même, dont une partie continue à se battre pour une bataille qui lui semble sérieuse, vitale du seul point de vue démocratique, avec des interrogations et des doutes profonds à l’égard du pouvoir.

C’est un sentiment d’injustice qui prévaut qui va bien au-delà de la seule question de la réforme.

 Il fallait une réforme. La borne d’âge était cohérente.

 Mais des injustices sont apparues rapidement dès qu’il a s’agit d’analyser un peu plus dans le détail. Les français qui n’ont pas réussi à se constituer une retraite complète, devront attendre 67 ans pour la toucher. Donc les plus petites retraités seront touchés de front : c’est le cas des mères de famille qui se trouvent traditionnellement dans une plus grande précarité que les hommes (surtout lorsqu’elles se retrouvent seules) et qui terminent leur vie avec le minimum vieillesse.

Les français sont donc persuadés que les efforts sont réclamés aux plus faibles contre ceux qui ont le plus d’avantages dans la vie (cf le bouclier fiscal).

Il fallait faire un geste qui n’aurait pas remis la réforme en cause. C’est la proposition de François Bayrou qui a demandé au Chef de l’Etat qu’avant la mise en place de cette mesure, restant la plus contestée, il devait avoir une nouvelle délibération, qu’on se mette autour d’une table pour évoquer la situation des 65 à 67 ans. On aurait pu prendre date en 2016, avant que l’ensemble de la réforme ne s’applique à cette tranche d’âge-ci.

Et bien rien que cela voyez-vous, méritait que les Centristes ne votent pas de façon moutonnière, pressés par un gouvernement qui est allé jusqu’à les empêcher d’amender.

Où est la petite musique différente dont on nous parle ? Où est l’humanisme et l’équilibre dont se gaussent d’incarner le Centre ?

Savent-ils qu’entre le non et le oui, il y a la possibilité de s’abstenir ?

Les Centristes ont donc commis une erreur politique en votant oui. Ils n’ont pas joué leur rôle de modérateur en imposant au gouvernement, puisque l’UMP n’avait pas la majorité absolu, de débattre à nouveau.


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • JL JL 25 octobre 2010 10:12

    Je crois que c’est trop demander aux politiques que d’entrer dans ces détails : ils n’y connaissent rien.

    Le but de cette « réforme » n’est pas seulement de faire un pont d’or auxgérants de fonds de pension, il est aussi de, je cite et je souligne Lordon, pousser l’implication financière du salariat à son comble et, par là même, lier objectivement les intérêts des salariés aux bonnes fortunes de la finance… laquelle prospère précisément de les opprimer.

    A lire dans cet incontournable article pour qui veut comprendre l’énormité de la forfaiture et de la catastrophe à retardement qui se prépare pour les salariés et que la clique des dirigeants européens est en train de mettre en oeuvre :

    « Il y a pire que la perspective de la déconfiture annoncée de la (future) retraite capitalisée. Car la captation par les marchés des retraites n’a pas seulement pour conséquence leur fragilisation financière mais, bien plus profondément, un effet structurel de verrouillage définitif de la libéralisation financière. Par les masses d’épargne qu’elle concerne, la retraite capitalisée pousse l’implication financière du salariat à son comble et, par là même, lie objectivement les intérêts des salariés aux bonnes fortunes de la finance… laquelle prospère précisément de les opprimer. Un sophiste libéral qui passerait par là objecterait sans doute que si les salariés souffrent un peu, les pensionnés qu’ils seront plus tard en profiteront. On lui répondrait d’abord que les appels à la patience pour 40 ans sont bien le propre des nantis d’aujourd’hui (qui font miroiter aux autres leur improbable nantissement de demain). Mais on l’enverra surtout paître en lui faisant observer, expériences désormais suffisamment nombreuses à l’appui, que les fonds de pension DC font et les salariés exploités et les retraités miséreux tout simplement parce que les très nombreux intermédiaires de la division du travail financier se payent sur la bête en prélevant d’effarantes commissions. S’ils allaient y voir de plus près, les pauvres pensionnés britanniques en auraient les yeux qui dégringolent des orbites à découvrir les proportions phénoménales dans lesquelles se sucrent les principaux gestionnaires de leurs fonds, le pompon revenant à HSBC qui pour 40 années de versements mensuels de 200£, soit un total de 120.000£ (96.000£ plus les avantages fiscaux) se sert sans mollir une commission de… 99.900£, soit un modeste 80%. » (Frédéric Lordon, Le point de fusion des retraites, 23/10/10)

    Attention, au moins 10 pages.




    • Kalki Kalki 25 octobre 2010 15:30

      Et vous qu’est ce que vous dites de ça :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27abondance

      « Les robots ont volé mon travail ! : Vous pensez ne pas pouvoir être remplacé par une machine ? Détrompez-vous[5]. Les robots sont de plus en plus adroits, capables de faire un nombre croissant de tâches exigeant de la précision et de la force, et les systèmes informatiques sont de plus en plus intelligents, capables de s’attaquer aux emplois nécessitant des compétences de reconnaissance[6][7][8] et de créativité[9][10][11]. Le travail des êtres humains est encore moins cher, pour le moment, mais cette avancée technologique exerce une pression pour la baisse des salaires - et la vieille règle selon laquelle les nouvelles technologies ouvrent de nouveaux domaines de travail à l’homme ne sera pas toujours vraie. Des machines plus intelligentes, et plus capables prendront également ces emplois. »

    • Moule 25 octobre 2010 10:17

      En même temps c’est ce que tout le monde reproche aux centristes depuis toujours : vous êtes censés n’être ni de gauche ni de droite et prendre les meilleures mesures de chaque camp et quand on fait le bilan, vous votez quasiment pour toutes les mesures de droite et très rarement pour celles de gauche. Cette tendance a commencé à changer un tout petit peu lorsque Bayrou a compris qu’il pouvait piquer une partie de l’électorat de gauche, mais auparavant, que des votes à droite. Donc Modem, exactement pareil.


      • JL JL 25 octobre 2010 11:05

        Les deux axes majeurs de la politique de notre pays sont l’axe du dirigisme (libéral vs dirigiste) et celui de la démocratie (socialisme vs oligarchie).

        L’UMP comme le PS et le Modem sont dirigistes. Les uns comme les autres sont clairement oligarques. La différence c’est qu’ils ne roulent pas tous pour les mêmes oligarques : le PS, DSK en tête, roule pour une oligarchie transnationale, cependant que Modem et UMP auraient une préférence pour une oligarchie hexagonale.


      • Moule 25 octobre 2010 12:47

        Les deux axes majeurs de la politique de notre pays sont l’axe du dirigisme (libéral vs dirigiste) et celui de la démocratie (socialisme vs oligarchie).

        L’UMP comme le PS et le Modem sont dirigistes. Les uns comme les autres sont clairement oligarques. La différence c’est qu’ils ne roulent pas tous pour les mêmes oligarques : le PS, DSK en tête, roule pour une oligarchie transnationale, cependant que Modem et UMP auraient une préférence pour une oligarchie hexagonale.

        Intéressant commentaire, mais je ne vois pas bien le rapport avec le mien.
        Je suis assez d’accord avec vos axes, même si on peux en voir d’autres. Par contre, je pense qu’au PS, on a autant des dirigistes que des libéraux (libertaires ?) et cela est vrai aussi à droite si l’on considère les gens qui sont contre l’état. Pour l’oligarchie, assez d’accord si on prend l’aile droite du PS, mais si on prend l’aile gauche, l’idée que la politique n’est pas un métier existe (bon, ça se trouve quand même plus couramment dans les partis encore plus à gauche).
        Ce qui est intéressant par contre, c’est que le centre qui devrait être le champion de ces idées qui contestent le paradigme gauche-droite, en est en réalité très loin. Mais bon s’appeler centre c’est déjà révélateur.


      • Taverne Taverne 25 octobre 2010 11:43

        A chaque fois qu’on réforme mal, on laisse des séquelles.


        • BA 25 octobre 2010 12:09

          Des policiers en civil infiltrent les manifs, lancent des pierres, brisent les vitrines, ... puis capturent des jeunes manifestants.

          Ensuite, les policiers les amènent au commissariat, et au commissariat, ... surprise !

          Les caméras sont là pour filmer les jeunes manifestants capturés !

          La police et les médias pro-gouvernementaux sont bien coordonnés !

          C’est une coordination entre :

          1- Les policiers en civil qui provoquent, qui créent des incidents pendant les manifs, qui tendent des pièges,

          2- et les médias pro-gouvernementaux.

          Les médias pro-gouvernementaux sont prévenus par la police, pour venir filmer les bonnes images, au bon moment, au bon endroit.

          Ces images serviront à la propagande gouvernementale sur TF1, LCI, BFM TV, i-Télé, etc.

          Un témoignage extraordinaire :


          http://www.lanouvellerepublique.fr/ACTUALITE/People/Manifs-pris-au-piege-de-la-guerre-des-images


          • Taverne Taverne 25 octobre 2010 12:46

            Cela m’étonnerait car cela supposerait de grandes concessions de la part de Sarkozy qui en est parfaitement incapable.


          • Moule 25 octobre 2010 12:55

            En même temps ce ne serait pas tant de concessions que ça, dans les grandes lignes Bayrou est d’accord avec Sarkozy (cf, les lois votées par Bayrou avant qu’il s’aperçoive qu’il pouvait tromper les électeurs de gauche). Avec Bayrou on aurait eu un style un peu différent, sans doute pas de tentative de clivage de la société comme le fait Sarko, c’est tout.


          • Voltaire Voltaire 25 octobre 2010 16:18

            @reveil : soyons sérieux ! Bayrou a plus d’ambition qu’un simple ministère, et aller se fourguer dans le gouvernement actuel serait une erreur politique qui signifierait la fin de sa carrière. Il est, même si l’on veut en rester au côté cynique de la politique, beaucoup plus malin que cela. Si Bayrou devait un jour passer un accord avec Sarkozy, cela serait en échange d’un changement complet de politique, et de pratique politique, et d’un véritable rôle pour le centre dans une nouvelle majorité. Cela ne peut se faire qu’après 2012, s’il n’est pas au second tour, et qu’il trouve plus de chance à appliquer sa vision avec un Sarkozy affaibli qu’avec une gauche qui n’aurait plus besoin de lui. 


          • Voltaire Voltaire 25 octobre 2010 16:12

            Les sénateurs MoDem se sont abstenus sur ce texte, considérant que certaines avancées pour les parents d’enfants handicapés et les mères de 3 enfants par exemple avaient été réalisées, mais demeuraient insuffisantes. Les autres sénateurs centristes ont voté en faveur du texte sur la base principalement de la timide promesse faite d’ouvrir des discussions pour une réforme plus profonde du système de retraite en prenant pour base un compte notionnel universel (retraite par points), système soutenu par la CFDT et en vigueur dans plusieurs pays nordiques.
            Le vote de ces sénateurs s’explique aussi par leur attachement viscéral au rétablissement des comptes de la nation, et leur souhait de combler au plus vite le déficit abyssal du budget de l’Etat, raison pour laquelle une réforme même imparfaite se devait d’entrer en vigueur rapidement (de facto, c’est le passage de 60 à 62 ans qui a un impact financier le plus immédiat).

            Pour autant, je partage largement votre point de vue : la position de François Bayrou était la plus censée et défendable, et il n’aurait pas coûté grand chose aux sénateurs centristes de l’imposer. Même si beaucoup d’entre-eux sont préoccupés par leur réélection en 2011, ils ont fait preuve ici de peu de courage. Politiquement, ceci est préoccupant : même en position de force, les centristes n’arrivent pas à s’entendre pour imposer leur point de vue, pourtant modéré. Il est assez frustrant de noter que nous avons toujours d’un côté un François Bayrou crédible mais sans troupes ni parti crédible, et de l’autre des troupes sans chef ni vision... Il va bien falloir que cela se décante un jour...


            • Moule 25 octobre 2010 16:55

              Je suis d’accord avec votre précédent post sur une éventuelle collaboration entre Sarkozy et Bayrou, mais pas sur votre affirmation que ce dernier est crédible. En effet si l’on regarde ses votes et ses choix politiques ces 10 dernières années, on voit bien qu’ils sont assez similaires à ceux de l’UMP ou du RPR. A un moment Bayrou a compris qu’il y avait un espace politique à la droite du PS et qu’il pouvait l’incarner. Cela s’est traduit par un gauchissement mineur de ses positions sur les sujets importants pour la gauche (abstention au lieu de vote pour par exemple, ou discours flou sur certains sujets comme l’éducation par exemple).
              Son abstention aujourd’hui peut être mise au compte de cette stratégie de récupération de la gauche bien plus qu’à des convictions profondes.


            • Login Login 25 octobre 2010 16:37

              Récemment, j’ai suggère que le 1er projet alternatif devrait etre de faire de la politique autrement en suggérant que des hommes politiques, en dehors des majorités PS et UMP, s’« unissent pour porter ce projet. Evidemment, je me suis fait agonir. 

              Je prends donc la liberté de me répéter. Si je vous dis, apprendre à cultiver autrement pour nourrir la planète, çà vous parle ? La finalité ne change pas mais les techniques si. Je vous dis la même chose de la politique. 

              Concernant le comment, j »ai suggéré et ce n’est qu’un exemple, de monter une « coopérative politique ». Si les porteurs de projet, minoritaires, sont incapables de mettre en place un schéma démocratique pour concilier leurs points de vue (il n’est pas question de synthèse...), comment voulez que cela soit possible par ceux qui les soutiennent.

              c’est réapprendre la démocratie ! et pour toutes les questions qui les opposent, la voie n’est elle pas d’expliquer les points de vue et de laisser la parole à chacun d’entre nous par référendum.

              ps : Trop nombreux sont ceux qui en sont restés à la psychologie des foules, Depuis on a découvert laSagesse des foules. La vérité du monde est faite par ceux qui le font et par quelques dizaines de personnes (a qui on a en général donné tord toute leur vie) depuis le début de notre civilisation. 

              • clostra 25 octobre 2010 20:03

                Actuellement, je ne vois pas trop ce que fait le gouvernement dans ces histoires de retraites.
                Les régimes privés sont équilibrés et même excédentaires.
                Reste le public
                Le public (soit environ1/5ème de la totalité des retraites) n’est pas équilibré.
                Est-ce une (bonne) raison pour confisquer le débat ? parce que ce secteur ne sait pas gérer les fonds que lui apporte le secteur privé ?
                Comment aborder la question des retraites sans aborder celle du chômage (déficitaire) et effectivement engager un débat d’une autre tenue que celui que nous observons impuissants : prise en compte du temps moyen réel de travail (<30 heures), partage du temps de travail et du travail.
                Grâce à l’informatique des milliers d’emplois ont disparu (probablement plus dans le secteur privé que dans le public embroussaillé dans des procédures d’un autre temps).
                Voilà pourquoi cette réforme sent le moisi.
                Reprenons : les retraites du secteur public ne sont pas équilibrées.
                La réforme qui sera moins avantageuse pour des personnes qui ont actuellement l’âge de passer sous les nouvelles dispositions, va entraîner dans les mois prochains - dans l’incertitude - des milliers de personnes qui vont prendre leur retraite aux conditions avantageuses avant réforme.
                Ces nouveaux retraités vont encore plus déséquilibrer le régime des retraites publiques.
                Ces personnes ne seront pas remplacées ou peu. Ceci va entraîner une économie des dépenses publiques.
                Il faut voir, parce qu’on nous l’a dit, que cette réforme est une réforme à court terme.
                Et une flambée de chômeurs...

                Vous avez raison, il est bon de faire appel à la sagesse des foules car, si on ne nous dit pas tout (parce qu’ils ne savent pas ce que nous savons), c’est bien à nous de tout dire.


              • pastori 25 octobre 2010 19:50

                le but de la réforme c’est de faire réélir le président.


                c’est ça qui est vital pour la France. L’avenir de son peuple est tout à fait secondaire car voter une telle loi en quelques mois, sans concertation, en employant la force,  c’est très suspect.

                quel le président veuille être réélu, ça peut se comprendre. chacun pour soi !

                 mais que des centaines de parlementaires et milliers d’élus, relayés par des journalistes qui se disent « indépendants » de leurs patrons fassent chorus et l’aident à le faire, au point de se faire eux même hara-kiri, c’est extraordinaire.

                quel pouvoir surnaturel aurait donc ce gourou ? un nouveau mandarom ?

                la servitude volontaire, c’est ça , mon brave la Boétie !

                • Defrance Defrance 25 octobre 2010 21:09

                  Avez vous vu cette Photo ou on voit 1 Sénateur mettre une poignée de cartes dans l’urne POUR !

                   Si ils sont trop faineants pour voter eux même, qu’ils laissent la place aux autres ! 


                • Alain Lafon Alain Lafon 25 octobre 2010 19:53

                  quels sont les sénateurs « centristes » qui se sont abstenus ou bien ont voté contre.

                  il y a des élections séantoriales dans un an et c’est une information intéressante

                  • pastori 25 octobre 2010 20:03

                    le centre est à droite, bayrou a participé à tous les gouvernements de droite, et ne refuserait pas de rejoindre sarkosy et sa clique.. comme marine lepen qui ne rêve que de ça ! adjointe de hortefeux, ça lui irait bien !


                    quand les centristes sincères comprendront-ils qu’on les roule depuis toujours ?

                    • Defrance Defrance 25 octobre 2010 20:53

                      @l’auteur,

                       Un article qui va dans le bon sens, mais personnellement j’appelle de tous mes vœux à la création d’un site qui recensera ceux qui n’ont pas voté NON a Versailles et sur les retraites (sénateurs et députes) ! 

                       Ce site sera consultable, avant chaque élection !

                       Les Malhadresses de Sarko sont elles contagieuses ? (il se batturent )

                      Ils savaient qu’il fallait une Réforme, ils disaient qu’il ne fallait pas la remettre à plus tard,mais voulaient qu’on débattu.

                       ( a prendre avec humour, moi aussi j’en fait des bonnes parfois )


                      • Defrance Defrance 25 octobre 2010 21:04

                        J’ai fait un petit article humoristique qui tentait de montrer que c’est parce qu’ils étaient assis du même coté de la table que Morin, le ministres des cons et Bayrou voyait le centre a droite pour l’un et a gauche pour l’autre . Il suffisaient qu’il s’assoient face à face, en diagonale pour voir le centre a droite !

                         Le Centre hérite des crapulerie de l’accordéoniste Auvergnat qui a commencé la démolition de la constitution de la V éme et ne pourra jamais retrouver de crédibilité a mes yeux !

                         


                        • epapel epapel 26 octobre 2010 00:42

                          Il ont beau s’appeler le Nouveau Centre, mais il n’y a rien de nouveau dans leur comportement : beaucoup de blablabla puis ils se couchent.


                          • mevoungoumichel mevoungoumichel 26 octobre 2010 02:01

                            Tout ce que j’ai cru comprendre dans cette loi, c’est que cette réforme est beaucoup plus profitable au français et française de demain. Il est dont normal, si les français et françaises d’aujourd’hui, parents de ce monde de demain, veulent du bien pour l’avenir de leur progéniture qui risque d’affronter beaucoup plus durement la vie de demain, de faire un geste en acceptant avec l’esprit nationaliste et citoyenne cette réforme.

                            Je ne suis pas dupe, je ne suis pas né de la dernière pluie, je sais qu’avec la démocratie, non seulement la volonté politique est élastique sophistiquement fragile, mais également, avec les mouvement de la gauche et de la droite, le verbiage fonctionne bien, mais en ce qui concerne du concret, c’est toujours prudent de bien analyser la vrai couleur politique des dirigeants dans l’exécution de leur actes. Sarkozy mérite un soutien parcequ’il est pour le changement des vieilles habitudes pure et dure du peuple français.

                            Ce qui m’a énormément fait mal au cœur, c’est le satanisme décision de faire marcher les enfants. ça, la nature ne pardonnera jamais les auteurs.

                            En outre, ce que tout le monde doit savoir, à ma qualité de mystique de haut niveau, magistrat des lois de la nature, je dis haut et fort ici ,que l’état Français et leur chef j’ai nommé Nicolas Sarkozy, ne sont pas responsable de tout ce que la grève a causé et tous les dégâts présent et continuels ; car, tout normalement, quelque soit la résistance, s’arrêtera toujours. mais les dégâts de tous genres et de toutes nature pourra durer cinquante ans voire plus. raison pour laquelle la greve est interdite par les lois de la nature. Je redis ici haut et fort, au niveau des lois de la nature, que, ce n’est que <<<<<<<Nicolas Sarkozy que la nature reconnait comme patron du peuple Français. Ce n’est que la nature seule qui est habilité à le punir par les moyens que seule la même nature choisi. ce n’est pas tout, la vie est un combat, on doit gagner sa vie à la sueur de son front. Grever c’est une tentative de refuser de gagner du pain à la sueur de son front. Pire encore, empêcher aux autres, ou influencer aux autres de grever, c’est extrêmement préjudiciable pour la vie présente de l’instigateur et aussi pour une ou ses vies futures dans le cadre de la réincarnation des âmes. Ne dite plus que vous ne saviez pas, vous le savez maintenant. Vous êtes libre de ne pas me prendre au sérieux et c’est tant pis pour vous, on ne badine pas avec la nature et ses lois.

                            Mevoungou Michel

                            Que vous me croyez ou pas, vous n’eleverz pas que c’est comme ça.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès