Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une idéologie en fin de vie : la retraite à 70 ans

Une idéologie en fin de vie : la retraite à 70 ans

Les députés UMP ont adopté une mesure très populaire ce week-end pour la Toussaint - hasard du calendrier ou pas puisque c’est tout à la fois un jour férié et la fête des morts. La retraite après 65 ans devient donc autorisée pour ceux qui le souhaitent... bien entendu.

Il ne fait pas de doute que comme l’année passée de nombreux sondages bidonnés vont fleurir ici ou là. L’an dernier à la même époque d’après Le Figaro et l’institut CSA, 63 % des Français étaient favorables à ce qu’un salarié puisse travailler après 65 s’il le souhaitait. Ce sondage avait fait le tour des médias sans que personne ne précise que les Français ne souhaitaient pas se l’appliquer à eux-mêmes, mais à ceux qui le souhaitaient... inutile de préciser que la différence est de taille. Un amalgame qui participe de toute bonne foi à la manipulation ambiante de l’information pro-gouvernementale.

Entendons-nous bien, je ne nie pas le problème de financement des retraites, puisque c’est sans doute l’enjeu de société le plus brûlant actuellement dans les pays occidentaux. Une très bonne esquisse de notre situation actuelle se trouve .

Mais de quelle fibre se drape exactement ce gouvernement fraîchement reconverti à l’interventionnisme d’Etat pour voter un amendement comme celui-ci ?

La rhétorique du consensus, libéral s’il en est, est qu’il n’y aurait aucun moyen pour contrer le vieillissement de la population française et occidentale en général sans allonger la durée du travail et diminuer les pensions.

J’ai cinq objections majeures au sujet de ce dogme libéral du XXIe siècle :

1- Les entreprises françaises ont toujours souhaité rajeunir la pyramide des âges de leurs entreprises grâce à des plans sociaux orchestrés avec l’Etat, et ce quels que soient les gouvernements. De nombreuses lois ont été édictées sur ce point, mais toutes se sont révélées inefficaces. Il ne fait presque aucun doute qu’avec la crise qui s’annonce le chantage des entreprises va être tel, que les plans vont se succéder avec des petits arrangements pour ne pas augmenter la mythique courbe du chômage de type 1. Ces accords se sont toujours faits pour ne pas annoncer de trop gros plans de licenciements et pour ne pas augmenter le nombre de chômeurs, mais toujours au détriment des caisses collectives. Un rallongement de la durée du travail, mais pour quoi faire dans ces conditions-là ?

2- L’UMP applique à la lettre le plafonnement des cotisations patronales et salariales concernant les comptes sociaux, seules des négociations concernant une baisse de ces taux ont lieu aujourd’hui. Secundo, le FRR (fonds de réserve des retraites), créé en 1999 par Lionel Jospin, n’est plus abondé et tombe en déshérence jour après jour. Ces deux choix sont de type idéologique et fragilisent année après année le système par répartition.

3- Il ne fait aucun doute que le Medef souhaite fragiliser cet énorme marché financier de la répartition afin d’en récupérer la gestion grâce à la capitalisation. Les risques financiers inhérents à la capitalisation sont énormes ainsi Peter Orszag, un analyste américain, estime que 2 000 milliards de dollars ont été perdus fin août par les fonds de pensions depuis la chute des cours, ce doit être aujourd’hui nettement plus. De plus, des sociétés pérennes à un moment donné, comme Ford ou General Motors dans les années 60 aux Etats-Unis, peuvent ensuite être de véritables désastres financiers mettant en péril les pensions de ses retraités.

La quatrième objection est la plus simple qui soit, le modèle par répartition est un modèle social qui lie les générations entre elles grâce au pacte générationnel de paiement des plus jeunes vers les plus âgés, ce pacte est implicite pour son bon fonctionnement. C’est simplement une entente et une garantie, pour chacun d’entre nous, d’avoir les soins dont nous aurons besoin lors de nos vieux jours. La répartition est simple dans les faits, et elle se rapproche de nos besoins primordiaux qui font et fondent notre humanité.

5- Il ne saurait être question de déficit du régime général pour invoquer un allongement de la durée de cotisation ou d’un transfert de l’argent géré collectivement vers des fonds privés, sans insulter notre bon sens. En effet, lorsque l’on vient de débloquer quelque 360 milliards pour sauver des banques, patriotiquement comme l’a dit le Premier ministre, comment ne pas avoir l’envie et la volonté de gérer au mieux les intérêts collectifs du plus grand nombre ?

Afin de plaider encore une fois pour ce modèle simple et efficace qui a montré ses preuves par le passé et afin de trouver des solutions pour pérenniser son fonctionnement pour nous et nos enfants, je souhaiterais parler de plusieurs personnes de mon entourage qui ont pris leurs retraites récemment à 60 ans.

Tous n’ont pas souhaité travailler au-delà des soixante années obligatoires, désolé, mais je ne connais pas dans mon entourage direct de personnes qui veuillent continuer à travailler après 60 ans ou au-delà de 65 ans. Seuls les sondeurs du CSA et les journalistes du Figaro savent trouver ce type de gens-là.

Pour être concret, je viens de remplacer un collègue qui vient de partir à la retraite ce vendredi 31 octobre, et j’ai côtoyé jeudi 30 octobre un autre salarié qui a pris sa retraite vendredi dernier. Ces deux personnes étaient très heureuses de tourner une page à 60 ans. Mes parents également ont pris leurs retraites à 60 ans ainsi que des amis à eux.

Le constat général, et consensuel, est qu’ils sont tous pressés de partir à la retraite, alors si vous connaissez dans votre entourage de futurs retraités qui souhaitent stopper leurs carrières professionnelles au-delà de 60 ans ou 65 ans... faites-moi signe .

Nous avons donc là un amendement, voté en catimini, d’un autre âge. Il est issu d’une idéologie d’extrême libéralisation qui a montré ses limites récemment. Cette idéologie ne peut plus être prise au sérieux, mais elle continue à manipuler et malaxer l’opinion publique pour continuer d’exister. Les élus UMP ont voté pour cet amendement hors du temps, comme poussés par ses us et coutumes sectaires. Les cartes ont été rabattues, cette mauvaise décision ne demande plus qu’à être remise à plat pour re-prendre dans le bon sens le pli de l’Histoire.


 d’autres idéologies de la presse politique



de peuples.net


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Radix Radix 3 novembre 2008 11:04

    Bonjour

    A quand la prise en charge des obsèques par l’employeur ?

    Radix


    • Gabriel Gabriel 3 novembre 2008 11:08

      Bonjour,

      Très bonne mesure de la part des godillots libéraux ! allez l’expliquer au moins de 25 ans qui non pas d’emploi, aux personnes de plus de 55 ans qui ont une chance sur dix mille de retrouver un job, aux ouvriers usés à 55 ans exemples : ’ceux qui travaillent sur les chantiers par tous les temps, ceux qui conduisent 8 à 15 heures par jours ect....) Mais sur quelle planète vivent-ils ? Faut-ils avoir fait autant d’études pour être aussi c... ! 


      • foufouille foufouille 3 novembre 2008 11:08

        bientot, ce sera 75a
        reponse du merdef : oui, pourquoi pas 75a
        ne revons pas, les retraites auront des retraites ridicules et creveront en travaillant


        • ZEN ZEN 3 novembre 2008 11:19

          Article très clair , posant bien les principaux enjeux

          Un amendement voté à la sauvette...
          Bien sûr, on ne sera pas" obligé" de travailler jusqu’à 70 ans.Mais le volontariat est un alibi.
          Et ceux qui voudront une retraite convenable ne pourront que cotiser auprès d’instances privées
          Un pas de plus vers les retraites par capitalisation ...


          "L’âge de la retraite est insidieusement repoussé à 70 ans. Gageons que dans quelque temps, cette limite deviendra l’âge officiel de départ en retraite"( Martine Billard)_______


          De moins en moins de salariés auront la totalité de leurs droits à 60 ans et une retraite suffisante à 65 ans. Ils devront donc chercher à poursuivre leur travail voire à cumuler emploi et retraite"(JC Le Digou)


          • Gilles Gilles 3 novembre 2008 11:42

            "Il ne fait pas de doute que comme l’année passée de nombreux sondages bidonnés vont fleurir ici où là. L’an dernier à la même époque d’après le Figaro et l’institut CSA, 63 % des Français étaient favorables à ce qu’un salarié puisse travailler après 65 s’il le souhaitait."

            Pour les sondages bidonnés, lire le Monde diplo de novembre. On le savait, mais là ça devient plus claire, notamment en ce qui concerne les instituts de sondages bas coût, ceux qu’utilisent le Figaro pour faire l’hagiographie de Sarkozy et la manière, exemples à l’appui, dont ils manipulent leurs propres résultats : édifiant

            Ensuite :


            - j’ai commencé à bosser à 27 ans et comme pour obtenir une retraite à taux plein, je devrai bosser jusqu’à 69 ans, m’empêcher de le faire au delà de 65 ans et donc absolument inique : on me spolie de ma retraite

            - pensez au prof Montagné, obligé de s’exiler à 65 ans aux USA pour cause de limite d’âge... quel gâchit, il faut à tout prix lui donner la possibiliter de rester

            - Dans le même cas, ma belle mère, chercheur au CNRS a du prendre sa retraite l’an dernier à 65 ans...mais peut en tant que prof émérite continuer sa carrière...mais sans être payé (juste la retraite). Pourqoi ça ? Injuste, non...

            Pour les deux derniers, cas, trés rares, une telle réforme peut sembler utile et logique, surtout que dans ces cas le volontariat est EVIDENT. Il devrait seulement être strictement encadré pour certaines professions.

            Dans le premier il s’agit d’une conséquence NECESSAIRE et COHERENTE de la loi de modernisation des retraites portant le temps de cotisation à 42 ans trés bientôt. le volontariat dans ce cas est pernicieux...puisque si on veut bouffer il faudra continuer...sinon direction l’hospice insalubre. Mieux vaut mourrir debout au travail que vautré dans un lit miteux, non ?  Ceux qui sont pour cette loi et clament partout qu’il faut cotiser plus longtemps, n’ont pas à chialer. Cette limite restera de toute manière virtuelle, les vieillards ne seront jamais employables si longtemps, du moins dans leur domaine d’activité (déjà qu’à 45 ans on devient vieux et qu’à 55 on est bon a jeté...)

            Bref, une loi peu utile, destiné à masque rle fait que nous auront pour la plupart des retraites partielles, dont pa smal autours de 50-70% de la retraite complète. L’héritier de Sarko pourra alors nous bouc émissariser rejetant notre pauvreté sur le fait que nous ne voulons pas vraiment augmenter nos revenus...bof et puis de toute façon ils s’en foutent royalement de ce que sera la France dans 25-30 ans..zon pas que ça à penser


            • ohnil ohnil 3 novembre 2008 11:46

              Ne surtout pas y voir un cadeau à nombre de grands patrons qui se verront atteint par la limite d’age bien plus tard ... smiley


              • Christophe Christophe 3 novembre 2008 12:26

                @L’auteur,

                Article intéressant qui lève bien des questions sur les intentions, au-delà des mesures introduites récemment.

                Travailler après l’âge légal de la retraite (65 ans) existe depuis plusieurs années ; j’ai déjà traité ce type de cas dans mon entreprise (il existe des cas particuliers pour lesquels cette possibilité est appréciable). Le plus gros problème de cette législation repose sur le revenu du salarié qui fournit un avantage conséquent à l’employeur ; le cumul retraite + salaire ne devant pas excéder le dernier salaire percu par le salarié concerné. Autant dire que l’avantage de conserver un salarié à son poste de travail est de ne régler que le complément de salaire à ses prestation retraites.

                Ce principe de ne plus avoir l’obligation de mettre à la retraite un salarié agé de 65 printemps va obliger les salariés qui ne souhaitent pas travailler au-delà de demander leur départ ; il y a, là aussi, une économie substancielle de l’employeur puisque les indemnités de départ volontaire à la retraite (demande du salarié) sont moins élevées que les indemnités de mise à la retraite (demande de l’employeur), au moins dans certaines branches professionnelles.

                Nous pourrions plutôt retenir les positions gouvernementales sur le FRR et l’AGFF afin de mieux mettre en évidence la stratégie long terme sur les retraites.

                Un rapport de la commission des affaires sociales du Sénat sur le FRR explicite clairement, dans un chapitre nommé des réponses trahissant l’attitude du gouvernement à l’égard du fond, la volonté de ne pas alimenter cette structure : Au total [des remarques faites sur le retard gouvernemental dans l’abondement de ce fond], la crédibilité d’un fonds de réserve repose sur le respect quasi mécanique d’un plan de marche. Si la philosophie d’un tel fonds se limite à " mettre de côté quand on peut " alors il est sûr que d’autres priorités, d’autres urgences, d’autres besoins apparaîtront année après année et seront autant de bonnes raisons pour les gouvernements successifs de se soustraire à leurs obligations de garantir le long terme. Le manque de financement, par le gouvernement, du FRR tend à laisser penser que nos gouvernants ne souhaitent pas stabiliser un système par répartition ; c’est le but de ce fond.

                Quant à l’AGFF, il est reconduit depuis cette année, actuellement, jusqu’à avril 2009. Autant dire qu’il tend à disparaître pour ne plus permettre les départs anticipés avant 65 ans. La perte des des prestations AGIRC et ARCCO s’élevant à environ 20% du complément retraite de la catégorie B pour un départ avant 65 ans.

                Tous ces mécanismes, faut-il le souligner, ont été mis en place pour tenir compte de phénomènes historiques. Si dans notre histoire, nombre de salariés se sont lancés dans la vie active à 14 ans, puis à 16 ans, ces mécanismes leurs permettaient de partir à la retraite avec respectivement (en prenant comme base un départ à 60 ans) 46 ans et 44 ans de cotisation ; soit bien plus que les 40 annuités nécessaires à l’accès à une retraite à taux plein.

                Le problème majeur des retraites en ce qui concerne le traitement équitable entre les salariés me semble être l’âge légal de départ. Que nous fixions une durée légale devrait être suffisant, mais encore une fois, nos gouvernants ne cessent de s’accrocher à ce paramètre qu’est l’âge légal. Dès lors que nous posons un âge fixé à 65 ans pour une durée de 40 annuités, cela consiste à admettre que tous les salariés se lancent dans la vie professionnelle à ... 25 ans. Or l’expérience nous montre que ce n’est pas le cas de tous.

                Le gouvernement a avant tout l’intention de faire en sorte que plus personne ne puisse partir avant 65 ans ; rien de plus facile en contraignant le facteur économique (suppression de l’AGFF). Pour ce qui concerne les 70 ans citées dans l’amendement, nous savons déjà que nos gouvernants veulent passer l’âge légal de départ à la retraite de 65 à 67 ou 68 ans ; en aucun cas ils ne souhaitent voire disparaître ce paramètre qui est inégalitaire pour l’ensemble des salariés.


                • JPC45 3 novembre 2008 13:42

                  J’ai lu rapidement votre post. Tout d’abord l’age l"gal de départ à la retraite est 60 ans pas 65.
                  de l’autre, le but du fond de réserve n’est pas de stabiliser le régime par répartition mais de passer le cap des générations du baby boom.


                • JPC45 3 novembre 2008 13:44

                  Je ne comprends pas très bien la polémique : toute personne actuellement qui le désire peut travailler au dela de 70 ans (et si l’entreprise le souhaite), cela existe .

                  donc je ne vois pas en quoi une eprsonne qui souhaite travailler plus longtemps, on devrait l’interdire (ce n’est pas ds le code de la sécurité sociale)


                • Christophe Christophe 3 novembre 2008 14:46

                  @JPC45,

                  Je reviens après avoir revu la législation relative au code du travail et celle du code de la Sécurité Sociale pour ce qui concerne les 60 et 65 ans ; c’est loin d’être aussi simple finalement que de dire que la retraite est régie par un âge légal égal à 60 ou 65 ans. Certaines législations font référence à 60 ans, d’autres à 65 ans ; il me faut trouver les ligislations qui permettent de passer de l’un à l’autre. Ce qui me semble se dessiner est que l’âge légal de départ (sur demande du salarié) est de 60 ans conditionné à sa capacité d’avoir la possibilité d’accéder à une retraite à taux plein (60 ans étant un minimum), mais qu’un employeur devait (ce n’est plus le cas maintenant depuis la dernière loi votée à laquelle notre auteur fait référence) mettre à la retraite un salarié agé de 65 ans même si il n’avait pas suffisamment cotisé, cela lui donnait quand même droit à une retraite à taux plein (ce qui était un maximum). Je m’orienterai donc plus vers un âge légal minimum fixé à 60 ans et un âge maximum de 65 (passant peut-être à 70 ans depuis peu ; à voire comment cela sera présenté législativement dans les décrets d’application).

                  Par contre, pour cela : de l’autre, le but du fond de réserve n’est pas de stabiliser le régime par répartition mais de passer le cap des générations du baby boom, nous sommes d’accord que le FRR doit permettre de passer le cap des générations du baby boom, mais le passage de ce cap ne peut se faire que dans une approche de retraite par répartition ; tout simplement parce que le FRR est instauré par la Sécurité Sociale dont l’objectif consiste à gérer la solidarité nationale, qui dans le contexte des retraites, est une solidarité intergénérationnelle. Leur but est donc de permettre au système par répartition de passer le cap démographique conjoncturel ; c’est ce que je voulais signifier par le terme stabiliser.


                • JPC45 3 novembre 2008 14:56

                  Ne cherchez pas : l’age de la retraite est de 60 ans (à taux plein ou non c’est un autre problème). L’age de 65 ans intervient à ma connaissance sur 2 points :
                   *avant 65 ans un employeur ne peut pas mettre d’office un salarié à la retraite,
                   *pour les régimes complémentaires, l’âge de départ est de 65 ans mais comme l’âge de la retraite est de 60 ans on a créé la cotisation AGFF.

                  Même avec le FRR, et après le passage de la génération du baby boom, le système actuel (sauf réforme) sera toujours déficitaires.


                • foufouille foufouille 3 novembre 2008 17:43

                  la etraite a 65a est a taux plein
                  pour travailler apres sa retraite, on ne doit pas depasser son ancien salaire
                  le but des ploutocrates est de ne pas augmenter les retraites. ils diront que les vieux ont qu’a travaille


                • Peuples.net 3 novembre 2008 22:26

                  merci pour votre commentaire très enrichissant sur ce sujet particulièrement épineux dont la complexité n’a d’égale que l’avenir d’un système encore un peu égalitaire.

                  <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script>

                • iris 3 novembre 2008 12:30

                  mince !! j’ai oublié ma canne pour aller travailler aujourd’hui !!
                  ma petite fille au chomage pourra peut etre m’aider ??


                  • foufouille foufouille 3 novembre 2008 12:50

                    les ploutocrates croient que tout le monde travaillent comme eux
                    pas de pointage, tu vient quand tu veut, le droit de dormir au boulot, de lire le journaln, salaire mensuel fixe, logement a prix casse, secretaire sous le bureau.........


                    • maxim maxim 3 novembre 2008 13:09

                      Foufouille ....

                      la secrétaire sous le bureau ,tu devrais essayer ,c’est extra !....

                      et sur le bureau quand le personnel est parti c’est encore meilleur !


                      • foufouille foufouille 3 novembre 2008 13:11

                        vu qu’ils dorment souvent, il faut ajouter viagra......


                      • foufouille foufouille 3 novembre 2008 13:13

                        sur le bureau, ca me fait penser aux sites americains de videosurveillance ..........


                      • maxim maxim 3 novembre 2008 13:57

                        ach ! gros coquin le Foufouille !.....

                        comme ça ,on mate les vidéos coquines ?

                        t’as bien raison ,ce qui même le monde c’est la gueule et le cul !

                        on ne vit que pour ça en définitive !


                      • foufouille foufouille 3 novembre 2008 18:03

                        ben faut bien se faire plaisir un peu
                        bon des fois, ya des trucs bizarre
                        suffit de zaper


                      • TSS 3 novembre 2008 13:23

                        il faudra que l’escroc abruti Bertrand nous explique comment des gens virés,car trop vieux, à 50 ans(et

                        moins) ferons pour "bosser" jusqu’à 70 ans sur la base du volontariat.

                        la seule explication est que dans 6 mois un amendement ,voté en catimini comme d’hab,fera passer l’age

                        legal à 70 ans.resultat .i l n’y aura plus de retraite à taux plein...

                        de plus le fait de permettre aux gens du privé de travailler après la retraite, à taux plein, c’est un coup de

                        poignard dans le dos des jeunes sans emploi !

                        que preferera un artisan, un jeune sans experience au smic ou un retraité competent pour qui le revenu a

                        beaucoup moins d’importance ?...!!!



                        • JPC45 3 novembre 2008 13:47

                          En relisant l’article un peu plus, on nous ressort les mêmes idioties sur la retraite. C’est pas faute d’avoir essayé d’expliquer.


                          • JL JL 3 novembre 2008 14:57

                            @ JPC45, Si cet amendement ne changeait rien à la situation antérieure, si c’est un non événement concernant les dispsitifs existants, pouvez-vous expliquer pourquoi on en parle ?

                            A ma connaissance, jusqu’à ce jour, la mise à la retraite peut être déclenchée à 60 ans à l’initiative du travailleur, et à 65 à l’initiative de l’employeur. Ce qui veut dire que l’employeur peut se séparer de ses salariés agés de plus de 65 ans quand il le désire et sans autre forme de procès. 

                            Est-ce que la possibilité de l’initiative pour l’employeur serait repoussée à 70 ans ? Ceux-ci trouveraient alors bientôt à redire qu’il n’est pas équitable que les salariés puissent partir à 60 ans, alors qu’on leur impose de garder les ’encombrants’ jusqu’à 70 ans ?

                            La deuxième étape du processus en logique libérale serait alors de porter à 65 l’âge minimum pour l’initiative du salarié, ce qui maintiendrait l’écart de 5 ans qui a fait consensus pendant si longtemps !

                             


                          • JPC45 3 novembre 2008 15:03

                            J’ai un peu de mal pour vous répondre car je ne vois pas ou est le problème car des personnes qui souhaitent travailler au dela de 65 ans , voire plus (plus de 80 ans ça existe) se trouvent aujourd’hui.


                          • Booz Booz 3 novembre 2008 14:43

                            C’est toujours étrange de voir les héritiers de mai 68 vouloir interdire tout : le travail volontaire le dimanche, la retraite pour ceux qui le souhaite à 70 ans, les écoles confessionnelles...


                            • Le péripate Le péripate 3 novembre 2008 14:49

                               Pourtant, il est interdit d’interdire.


                            • maxim maxim 3 novembre 2008 15:04

                              ah ,ça les héritiers de Mai 68 ,ils sont forts pour vous dire comment il faut faire pour être heureux et penser à votre place ce qui est bon ou pas bon pour vous !

                              entre parenthèses ,à l’Assemblée nationale ,on voit plein de vieux crocodiles ,de toutes formations c’est vrai ,mais à gauche particuliérement qui ont amplement dépassé les 70 ans ,et avec un salaire confortable et une belle retraite assurée ....

                              et Mitterrand ,il avait pas plus de 70 ans ?

                              alors je lis ......et les jeunes ?,

                              et bien oui, et les jeunes sur les bancs de la Chambre ?


                              • Fergus fergus 3 novembre 2008 15:26

                                Le plus "comique" dans cette mesure est qu’elle s’imposera aux patrons qui devront, bon gré mal gré, garder les "bras cassés" à faible productivité que la retraite sortait jusque là de leurs effectifs à 60 ans et qu’ils voyaient partir avec un réel soupir de soulagement.

                                Or, manque de bol, il y aura deux catégories d’employés qui s’accrocheront à ce nouveau "droit" : ceux qui n’ont pas atteint leur maximum d’annuités et continueront par nécessité à travailler, et ceux, nos fameux "bras cassés" ,qui resteront rivés à leur job plan-plan à plein salaire au lieu d’aller s’emmerder à regarder pousser les salades, nantis de leur seule retraite.


                                • Fergus fergus 3 novembre 2008 18:02

                                  Amusant, tous ces "moins" sur mon commentaire. Je pensais que l’on comprendrait que je me plaçais de manière ironique du côté patronal en évoquant les "bras cassés". Sans doute me suis-je mal exprimé, car il va de soi que je suis vent debout contre cette mesure qui est un coin enfoncé par le gouvernement dans le droit du travail pour préparer les esprits à un alignement "obligatoire" pour tous tôt ou tard !


                                • finael finael 3 novembre 2008 16:26

                                  De grâce ne parlons plus de retraite, mais de déroute ... que dis-je, de Bérézina !


                                  • Mougeon Mougeon 3 novembre 2008 17:12

                                    Je commence à comprendre pourquoi ce gouvernement était contre l’euthanasie...


                                    • finael finael 3 novembre 2008 18:04

                                      Il est avéré que le taux de mortalité est plus élevé chez les retraités que chez les non-retraités !


                                      • ZEN ZEN 3 novembre 2008 18:06

                                        X Bertrand peut être très drôle....

                                        &#9;&#9;&#9;&#9;
                                        Si le gouvernement a décidé de repousser l’âge limite du travail à 70 ans, ce n’est pas qu’il veut profiter de la crise pour déréglementer davantage. Non, ce n’est pas le genre de la maison UMP. smiley

                                        La véritable justification de cette nouvelle réforme, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, l’a donnée ce matin au micro de Jean-Michel Aphatie sur RTL (2’05’’ sur la vidéo) : « Vous savez depuis combien de temps on en parle de ce dossier ? Depuis le départ du professeur Montagnier. Parce que le professeur Montagnier était trop âgé pour chercher et pour trouver en France, mais il ne l’était pas assez pour aller aux Etats-Unis et avoir des succès aux Etats-Unis. (…) L’an dernier, même chose, Guy Roux. Guy Roux trop âgé pour rester en activité, pour entraîner. Alors on s’était dit qu’il fallait faire bouger les choses... » &#9;&#9;&#9;&#9;&#9; smiley
                                        &#9;&#9;&#9;&#9;&#9; &#9;&#9;&#9;&#9;
                                        &#9;&#9;&#9;
                                        &#9;&#9;&#9; &#9;&#9; &#9;&#9;

                                        • chmoll chmoll 3 novembre 2008 18:21

                                           la retraite à 70 ans,
                                          vont devoir équiper les cim’tières de boite aux lettres


                                          • michel michel 3 novembre 2008 20:31

                                             Entrée tardive dans la vie active, allongement du temps de cotisation, vieillissement de la population :
                                             Permettre à ceux qui sont concernés de travailler jusqu’a 70 ans, d’ou le caractère optionel. 
                                             Raisonnable ! Reformulons,
                                             Entrée tardive dans la vie active à defaut de trouver du travail, et/ou de prolonger ses etudes pour 
                                             accroitre ses chances, accroissement des cotisations et desequilibres multiples, exclusion precoce 
                                             de la vie active... tout le monde est concerné, d’ou le caractère obligatoire du malaise.
                                             Réaliste ! Reformulons,
                                             Considerer que les acteurs sont en defaut face aux exigences du modele social et économique. les uns
                                              comme les autres. 
                                             C’est pas gagné. le modele est archaique...

                                             

                                             


                                            • Marc Bruxman 3 novembre 2008 20:57

                                              Et mon coco ! On parle de prendre la retraite à 70 ans si tu veux. Actuellement c’est un privilége réservé au chef d’entreprises et autres indépendents. 

                                              Si tu ne veux pas et bien tu prends ta retraite une fois que tu as cotisé le nombre d’années qui va bien. 

                                              On voit la encore que les bolcheviks et parasites rouges assimilés sont les pires ennemis de la liberté. Même quand ca ne les concernes pas ils nous font chier. 

                                              Bon alors en fait on va la refaire :

                                              • Petit bolchevik a manifesté mais a échoué face à l’évidence : Il faut augmenter le nombre d’années de cotisation pour pouvoir payer les retraites. 
                                              • Petit bolchevik remarque ensuite que M. Dufion va être dans la merde parce qu’il va d’office perdre une année de cotisation à cause d’une loi qui l’empéche de bosser au dela de 65. (On ne voit d’ailleurs pas pourquoi cette loi existe, mais peut être que ca vient d’un crétin du conseil national de la résistance (autrement nommé conseil national bolchevik mais ca fait mieux de dire qu’on était résistant alors qu’on aurait juste voulu que ce soit Staline qui envahisse la France)
                                              • Petit Bolchevik se dit chouette, je vais pouvoir refoutre la merde quand plein de M. Dufion seront dans la merde et montrer que c’est de la faute à "ces enculés de droite" si M. Dufion est dans la merde. 
                                              • Entre temps, pensant à M. Dufion la même droite corrige le tir et passe une loi rectificatrice qui corrige le problème et permet en plus a qui le souhaite de bosser plus longtemps tout en gagnant plus de thune. 
                                              • Et la petit bolchevik voyant que M. Dufion ne sera pas dans la merde est très triste. Il ne pourra pas geuler avec les autres. 
                                              Morale de l’histoire : Les communistes et autres rouges sont des parasites qui sous des airs de défense du plus faible se servent d’eux et profitent bien de leur sort. 

                                              • foufouille foufouille 3 novembre 2008 21:16

                                                ca y est bruxman est malade
                                                tres tres malade
                                                il a fait une rechute ?


                                              • Redj Redj 4 novembre 2008 02:26

                                                Les "crétins" du Conseil National de la Résistance apprécieront certainement !!
                                                Digne de Keisler !!!


                                              • ASINUS 3 novembre 2008 21:16

                                                yep j espere qu ils prennent leurs pieds les patrons et leurs potes liberaux


                                                viennent des temps ou les solgans redeviendront crédibles


                                                " avec un representant du patronnat on ne discute pas , on tire dessus"



                                                yep yep continuez la chasse finiras bien par ouvrir


                                                • Yohan Yohan 3 novembre 2008 23:45

                                                  La meilleure façon de protèger nos retraites, c’est bien d’avoir un maximum de salariés en activité, non ?
                                                  Alors pourquoi pas 70 ans pour ceux qui le souhaitent. Pas de quoi en faire un plat, du moment que celui qui le veut peut la prendre à 60ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès