Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une loi mémorielle contre la mémoire

Une loi mémorielle contre la mémoire

Interrogée sur l'étrange oubli des traites arabe et intra-africaine, Christiane Taubira déclara qu'il ne faut pas trop évoquer la traite arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes « ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes »

Dans le cadre des lois dites « mémorielles », fut votée le 21 mai 2001 une loi qui stipule en son article 1 :

« La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité. »

Interrogée sur l'étrange oubli des traites arabe et intra-africaine, Christiane Taubira déclara qu'il ne faut pas trop évoquer la traite arabo-musulmane pour que les jeunes Arabes « ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes », selon le journaliste Eric Conan (le 4 mai 2006 dans l'Express). Ce déni de la vérité historique amène à se poser des questions sur la probité intellectuelle de la flamboyante indépendantiste guyanaise.

 

Bien qu'il n'y ait pas consensus en la matière, il semble bien que le terme esclave, autre forme de l'ethnique « slave », se soit imposé chez les Européens par l'intermédiaire de la langue arabe. En effet, c'est dès le Xe siècle, dans l'Espagne et la Sicile arabes, que nous constatons l'emploi du terme saklabi (slave) au sens d'esclave. Ce vocable désigne tout d'abord les esclaves slaves balkaniques transitant par l'Empire byzantin, où ils sont nommés « sklaboï » en grec, et revendus aux Arabes de Méditerranée occidentale. 

 

Le christianisme considère maîtres et esclaves comme des égaux devant Dieu. À la fin de la Rome antique correspond donc le passage progressif de l'esclavage à une forme « adoucie », le servage, généralisé à partir du VIIIe siècle. Cependant, l'affaiblissement du magistère de l'Eglise à partir de la Renaissance, autorise les puissances chrétiennes à recourir à nouveau à l'esclavage dans leurs colonies. Quant à l'Islam, l'esclavage étant tacitement autorisé dans le Coran, le processus d'abolition s'avère très tardif et incomplètement observé. Voici une chronologie sommaire de l'interdiction de l'esclavage : 

316 : Édit de Constantin, premier empereur romain chrétien, en faveur des esclaves : il devient interdit de les tuer et de les marquer au fer rouge au visage.

441 : Le Premier concile d'Orange accorde l'asile aux esclaves et réprime ceux qui les poursuivent.

626-680 : Bathilde, épouse de Clovis II roi des Francs interdit l'esclavage.

1315 : Louis X le Hutin, roi de France, publie un édit qui affirme que « selon le droit de nature, chacun doit naître franc (libre) ». Officiellement, depuis cette date, « le sol de France affranchit l'esclave qui le touche ».

1462 : Le pape Pie II qualifie l'esclavage de « crime énorme » (magnum scelus).

1526 : Charles Quint interdit l'esclavage des Amérindiens.

1537 : le pape Paul III condamne à son tour toute forme d'esclavage présente et à venir, toute mise en doute de la pleine humanité des Amérindiens et toute atteinte à leurs droits à la liberté et à la propriété (encyclique Veritas ipsa) 

1570 : Sébastien Ier de Portugal interdit la réduction des Amérindiens à l'esclavage.

1794 : la Convention nationale française décrète l'abolition de l'esclavage dans toutes les colonies.

1833 : l'esclavage est aboli dans les colonies britanniques.

1846 : l'esclavage est aboli en Tunisie.

1848 : l'esclavage est aboli dans les colonies françaises.

1863 : l'esclavage est aboli aux États-Unis durant la guerre de sécession.

1876 : l'esclavage est interdit en Turquie.

1926 : la Convention internationale sur l'esclavage demande l'interdiction de l'esclavage.

1929 : l'esclavage est interdit en Iran.

1952 : l'esclavage est aboli au Qatar.

1968 : l'esclavage est aboli en Arabie saoudite.

1970 : l'esclavage est interdit en Oman.

1980 : l'esclavage est aboli en Mauritanie.

2007 : l'esclavage persistant en Mauritanie (Haratines noirs : 15% de la population) est criminalisé.

 

La traite arabe suivit quatre itinéraires différents au Moyen-Âge :

- saharien de l'Afrique noire vers le Maghreb et l'Egypte ;

- oriental par l'océan Indien de l'Afrique noire vers l'Arabie, l'Iran et l'Inde islamisée ;

- méditerranéen occidental, où les Barbaresques du Maghreb capturaient des esclaves européens ; 

- méditerranéen oriental, où les Abbassides puis les Turcs vendaient Slaves, Grecs et Arméniens.

Elle alimenta en esclaves noirs le monde musulman qui, à son apogée, s'étendait sur trois continents, de l'océan Atlantique à l'Inde. Elle commenca dès le Moyen Âge et s'arrêta au début du XXe siècle : le dernier marché aux esclaves fut fermé au Maroc en 1920. Serge Daget évalue la traite saharienne à 7,4 millions et la traite orientale à 4,3 millions. Luiz Felipe de Alencastro annonce 8 millions d'esclaves africains déportés du VIIIe siècle au XIXe siècle par la traite arabe. Christian Delacampagne propose le chiffre de 11 millions. Olivier Pétré-Grenouilleau avance, en 2004, le chiffre de cette traite à 17 millions de Noirs, avec une marge d'erreur de 25 %. Pour Ralph Austen et Jean Sévilla, 12 millions d'Africains ont été déportés par la traite arabe. Paul Bairoch avance le chiffre de 25 millions de Noirs ayant subi cette traite. Aujourd'hui, l'impact génétique de l'esclavage se traduit dans l'ADN des populations arabophones. Selon le « Dodecad Ancestry Project », les proportions d'ADN autosomal subsaharien sont les suivantes :

Maroc 16%

Yémen 22%

Arabie Séoudite 12%

Entre 1880 et 1900, au Mali actuel, les colonels français Gallieni et Archinard détruisirent les sultanats djihadistes, libérant ainsi les populations noires sédentaires des raids esclavagistes (razzia). Dans le sud du Tchad et jusqu’au centre de l’actuelle Centrafrique, la traite dura jusqu’en 1911, à la mort du chef esclavagiste Snoussou, tué par les troupes françaises. 

Cette traite saharienne est à ce point inscrite dans la mémoire des populations noires qu’elle explique largement la réaction des milices dites anti-balaka de Centrafrique pour lesquelles les musulmans du Séléka sont vus comme les successeurs des esclavagistes d’hier. Elle explique aussi la longue guérilla (un demi siècle !) qui aboutit à l'indépendance du Soudan du Sud en 2012. Selon Malek Chebel dans son livre "L'esclavage en terre d'islam", il existerait encore 3 millions d'esclaves dans le monde musulman.

 

La traite atlantique (et subsidiairement à Maurice et à la Réunion) fut effectuée au profit d'Européens aidés par certains chefs africains des zones côtières. Elle débuta en 1441 par la déportation de captifs africains vers la Péninsule ibérique pendant plusieurs décennies. Les premiers esclaves africains arrivèrent en Amérique, à Cuba, dès 1513.

L'historien américain Patrick Manning estime à 14 millions le nombre des déportés aux Amériques. En 1969, Philip Curtin propose 9 566 100 déportés par la Traite atlantique. Paul Bairoch estime que 11 millions de Noirs ont subi la traite des Européens. En 1997, Hugh Thomas estime à 13 millions le nombre d'esclaves ayant quitté l'Afrique lors de la traite atlantique, dont 11,3 millions arrivés à destination. En décembre 2008, David Eltis lance la plus large base de données consacrée à la traite atlantique, « The Trans-Atlantic Slave Trade Database », et fait état de 12 521 336 déportés entre 1501 et 1866. En 1982, Joseph Inikori estime à 15 400 000 le nombre de déportés par la traite atlantique. Paul Lovejoy propose, en 1989, 9 778 500 débarqués pour 11 863 000 ayant quitté l'Afrique. L'historien Serge Daget, en 1990, donne le chiffre de 11,7 millions. Olivier Pétré-Grenouilleau estime la traite atlantique à 12 millions de personnes. La capture proprement dite d'esclaves (ensuite vendus aux Européens) était une affaire quasi exclusive des Africains. L'écrivain américain Daniel Pratt Mannix (1911-1997) estime que seuls 2 % des captifs de la traite atlantique furent capturés directement par des négriers européens.

 

La traite intra-africaine est la plus ancienne et la plus obscure, car la moins documentée. Elle remonte au moins au XIe siècle et a été stimulée par les deux autres, mais n'est devenue prédominante qu'au XIXe siècle. Pour l'essentiel, cet esclavage est un produit des guerres entre tribus noires subsahariennes.

Patrick Manning estime à 14 millions le nombre d'esclaves négro-africains victimes de cette traite. Olivier Pétré-Grenouilleau évalue aussi la traite intra-africaine à 14 millions de personnes, dont une partie revendue à des Européens ou à des Arabes.

 

Selon l'Organisation internationale du travail, près de 21 millions de personnes dans le monde sont encore victimes de l'esclavage et du travail forcé. Plus d'un quart du nombre d'esclaves d'aujourd'hui sont des enfants (Bulletin quotidien de l’ONU du 30 novembre 2012).

 

Moyenne des avis sur cet article :  2.84/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 mai 2014 11:24

    Tous les esclavagistes doivent assumer leur crime y compris les Arabes.


    • bourrico6 13 mai 2014 12:36

      Et certains grands patron aussi ?

      Ah non, celui la est autorisé, il est même promu et encouragé.
      On peut même l’affubler du slogan : « vu à la télé ».

      Tout est question de sémantique en fait.


    • Pere Plexe Pere Plexe 13 mai 2014 19:57

      La logique de l’auteur est plutôt « Notre passé esclavagiste n’a pas à être assumé puisque d’autres ont commis des crimes similaires »


    • Julien30 Julien30 14 mai 2014 11:00

      Non la logique de l’auteur est de dénoncer cette repentance à deux vitesses, accabler le noir et l’arabe, pas bien, accabler le blanc, pas de souci, c’est même bien vu.


    • holodomore holodomore 14 mai 2014 20:09

      Non la logique de l’auteur est d’être contre toutes formes d’esclavages à l’exception du travail salarié.


    • holodomore holodomore 14 mai 2014 20:10

      Non pas du tout. Mais je n’ai pas lu l’article alors ...


    • bourrico6 13 mai 2014 11:37

      Rien à foutre de leur « lois mémorielles ».

      On verra ce qu’il restera de ces singeries dans 50 ou 100 ans.


      • bnosec bnosec 13 mai 2014 14:19

        Ces « singeries » sont justement là pour infléchir les consciences et modifier l’histoire pour que dans 50 ou 100 ans ce qu’il reste du peuple français ne soit plus qu’un ramassis d’incultes ignorants de la vraie histoire.
        Notre civilisation se meurt de ces « singeries ».


      • mmbbb 13 mai 2014 20:24

        @ Par bnosec les socialistes ont une facheuse tendance a se reapproprie l’histoire Tout le monde sait que les arabes ont pratiques la traite des noirs recememment ( Ce qui est dit dans l’article) Tout le monde sait que Ferry fut le chantre de la colonisation francaise et a entendre les bonnes ames de gauche se sont les vilains de droites qui sont la source de tout les maux Par ailleurs Hollande a mis l’etouffoir sur cette affaire lors de l’hommage a cet homme Si ferry avait ete un politique de droite nous aurions eu droit a une protestation afin de debaptiser rue college Que dire de Vichy .... C’est ce que je ne n’apprecie pas de la part des politiques de gauche Ce qui les rends peu credibles comme les professeurs de gauche en charge d’enseigner l’histoire


      • bourrico6 14 mai 2014 10:50

        ignorants de la vraie histoire.

        la Vraie Histoire .... rien que ça .... tout est dit en effet, fermez le ban !

        portnawak, comme d’hab ici.


      • el cogno 14 mai 2014 17:33

        les socialistes ont une facheuse tendance a se reapproprie l’histoire

        Et les autres non ? smiley

        Mais qu’est ce que vous êtes ringards.

        Vous avez quel âge pour sortir des arguments aussi infantiles ?


      • bnosec bnosec 15 mai 2014 07:38

        La vraie histoire, c’est ce qu’il s’est réellement passé. Dès lors qu’on travestit les faits des années plus tard, ce n’est plus de la vraie histoire, mais de l’idéologie. C’est pourtant simple...


      • bnosec bnosec 15 mai 2014 07:44

        Par exemple, ceux qui nient la traite des esclaves par les peuples arabo-musumans (comme Mme Taubira par exemple), nient les faits (la vraie histoire). Exactement comme ceux qui nient l’existence des chambres à gaz, non ?
        Pourtant une négation est condamnée, l’autre approuvée par notre gouvernement, n’est-ce pas choquant ?


      • bnosec bnosec 20 mai 2014 07:48

        Ou comment avoir le « moinssage » comme seul argument.
        Bande de larves intellectuelles...


      • rocla+ rocla+ 20 mai 2014 07:54

        je demande un peu de compassion pour les moinsseurs , 

        avec leur léger QI ils font ce qu’ ils peuvent . 

      • bnosec bnosec 21 mai 2014 07:58

        certes...

        et puis au moins ils ne vocifèrent pas leurs conneries habituelles.


      • etrange etrange 13 mai 2014 11:38

        ...Et que tous les esclavagismes actuels, et quelles que soient leurs expressions, soient également dénoncés, notamment ceux créés par le capitalisme outrancier et mortifère à travers la planète et qui fait travailler pour quelques euros par jours (et parfois moins) des enfants par millions ! Ah, c’est sûr c’est plus commode et surtout infiniment moins dangereux de dénoncer les tortionnaires esclavagistes d’hier (et encore pas tous) en oubliant l’Oligarchie d’aujourd’hui qui agit par conséquent en toute quiétude !


        • Garance 13 mai 2014 12:00

          Pour Madame Taubira , l’esclavagisme est français ; les autres esclavagismes en sont la résultante : c’est son opinion et je la respecte


          Donc il est normal qu’elle demande une repentance générale aux descendants des esclavagistes fondateurs

          Le premier qui postera une critique sur mon analyse sera illico taxé de raciste, d’homophobe et de fâcho

          A bon entendeur : salut

          • Pere Plexe Pere Plexe 13 mai 2014 20:02

            Pour Madame Taubira , l’esclavagisme est français

            Ah....Et qu’est ce qui vous permet d’affirmer ça ?
            En tout cas la loi qui porte son nom ne dit pas ça.
            la loi dit la France à une responsabilité dans l’esclavage qui est une abomination..

            Sans doute pouvez vous comprendre la différence..

          • yesroll 13 mai 2014 12:22

            Juste une question que je me pose et qui mérite sans doute réflexion :
            Quel profond mouvement sociétal a mis fin dans la loi ici et ailleurs à l’esclavage si ce n’est la révolution industrielle et son corollaire, celle de l’énergie disponible massivement et à bon marché.
            Et dans le contexte du réchauffement climatique et de l’épuisement annoncé des ressources fossiles, quelle perspective peut on voir apparaître à plus ou moins brève échéance ?
            Quoi qu’il en soit, votre article est intéressant et pousse à réfléchir.


            • bourrico6 13 mai 2014 12:37

              Intéressant ..... smiley


            • popov 13 mai 2014 13:40

              @yesroll

              On compenserait l’épuisement des ressources fossiles par un retour à l’esclavage ?

              Non merci, comme disait Renaud, « ya moins de risques avec le nucléaire ». smiley


            • yesroll 13 mai 2014 14:29

              Je rapproche juste deux évènements majeurs du passé proche.
              L’avenir ne peux que se s’envisager et / ou se préparer.


            • Akerios 13 mai 2014 16:04

              Avec le nucléaire on est toujours ..... radieux................................ !


            • antyreac 13 mai 2014 12:47

              Il faut signalé que l’esclavage arabe est bien antérieur à l’esclavage européen (la traite des noirs) et ce dernier n’a repris que les habitudes de l’esclavage arabe.


              • Akerios 13 mai 2014 16:08

                C’est exact et il est bon de le signaler pour mieux comprendre et ne pas se laisser tromper par des propagandes actives jusqu’ a nos jours .


              • Pere Plexe Pere Plexe 13 mai 2014 20:06

                ...on dirait l’enfantine disculpation des mioches : « C’est pas moi qu’a commencé.. »

                 

              • Xenozoid Xenozoid 13 mai 2014 13:04

                Il faut signalé que l’esclavage arabe est bien antérieur à l’esclavage européen (la traite des noirs) et ce dernier n’a repris que les habitudes de l’esclavage arabe(dixit beaucoup de connards).il est pas seul ici, a dire si les arabe ont fait ca, pourquoi pas nous ?les antireac et autres cesar et helios se vanitur....aiment donner une raisons a l’esclavage,qui n’est pas seul,je vous laisse a vos conclusion


                • antyreac 13 mai 2014 13:08

                  Le boeuf a parlé


                • Xenozoid Xenozoid 13 mai 2014 13:10

                  au moins je suis pas kapo,ehe ? defend ton stalag,oui vas y.....MEUHHHHH


                • rocla+ rocla+ 13 mai 2014 13:09

                  Vous pourriez m’ arracher l’ autre jambe ?


                  • popov 13 mai 2014 13:26

                    Madame Taubira veut culpabiliser les Français d’aujourd’hui pour ce que certains de leurs ancêtres ont fait il y a quelques siècles.

                    J’aimerais pouvoir lui dire que mes ancêtres étaient des paysans qui n’ont jamais quitté leurs villages.

                    Si quelqu’un a des ancêtres français esclavagistes, c’est bien elle.


                    • LE CHAT LE CHAT 13 mai 2014 13:33

                      bon rappel , tous les peuples ont été plus ou moins esclavagistes à un moment ou un autre de leur histoire , pourquoi les français devraient ils avoir une repentance particulière ?


                      de plus , ce sont des pays africains ou arabes qui pratiquent encore de nos jour l’esclavage , tant qu’à s’indigner , autant le faire pour des choses actuelles et pas des faits datant de plusieurs siècles !

                      • Xenozoid Xenozoid 13 mai 2014 13:39

                        « ils » font ca(cédille) ,car diviser est plus facile a controler,et « ils » savent que les gens tombent dedans a chaque fois,c’est simple


                      • Xenozoid Xenozoid 13 mai 2014 13:41

                        et autre chose, un salaire n’est pas plus libre qu’un esclave libre......


                      • bourrico6 14 mai 2014 12:21

                        esclave libre

                         smiley


                      • Xenozoid Xenozoid 14 mai 2014 15:14

                        la liberté peut elle etre esclave ?


                      • el cogno 14 mai 2014 17:05

                        Ah oui, la beauté peut être moche, et le mort vivant aussi.

                        A part pour le plaisir de jouer sur les mots et faire le malin avec un détail ou une définition toute personnelle, je ne vois pas l’intérêt de ce genre d’association de mots.

                        Tu veux jouer ?

                        Trouves moi une seule personne de libre sur Terre.... mais commence par donner ta propre définition de la liberté, il semble que ce soit ça que tu attendes, alors va y , balances, impressionnes nous.


                      • Xenozoid Xenozoid 15 mai 2014 13:00

                        a qui tu parles cogno ?


                      • rocla+ rocla+ 13 mai 2014 13:38

                        Mon ancêtre Jean-Paul Rocla  né en 1496 mort 53 ans 

                        plus tard pendant la guerre de 300 ans d’ une flèche tirée 
                        par un Indien  Sioux au bord de la rivière Orénoque 
                        dans l’ Ariège disait «  t’ en fais pas , tous les jours il se lève
                        un autre couillon pour semer sa merde  » 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès