Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une pétition en vue de la vérité sur les attentats de Karachi

Une pétition en vue de la vérité sur les attentats de Karachi

L’attentat du 8 mai 2002 à Karachi a fait 14 morts dont 11 Français. Il fut originellement attribué à Al Qaïda, mais un rapport confidentiel saisi à la DCN ouvre une autre piste : celle d’un règlement de comptes, à l’initiative des services secrets pakistanais, faisant suite au refus par Jacques Chirac de régler des commissions occultes promises pour la vente de sous-marins, commissions qui seraient elles-mêmes liées au financement de la campagne d’Edouard Balladur (que soutenait à l’époque Nicolas Sarkosy). Les familles de victimes se battent pour obtenir la vérité, et viennent de lancer une pétition dénonçant les entraves à la justice en cette affaire.

Pendant que l’affaire Bettencourt nous instruit sur les moeurs de nos dirigeants politiques tout en nous amusant, on oublie une affaire beaucoup plus grave, également liée selon certains au financement de la vie politique, mais qui, elle, a causé la mort de Français : il s’agit de l’attentat du 27 mai 2002 à Karachi.
 
Les familles des victimes, relayées par Mediapart, ont lancé une pétition pour dénoncer les entraves à la justice dans l’enquête sur cet attentat, originellement attribué à Al Qaeda, et considéré alors comme s’inscrivant dans toute une série d’attentats au Pakistan qui visaient les occidentaux en général et non les Français en particulier.
 
Cependant, une note confidentielle, dite "rapport Nautilus", fut saisie dans les locaux de la DCN à l’occasion d’une perquisition. Selon cette note, l’attentat de 2002 trouverait son origine dans une sombre affaire de commissions impayées sur le marché des sous-marins.
 
Rappelons les faits :

Mercredi 8 Mai 2002, comme chaque matin, à la même heure et suivant le même trajet, le bus, facilement identifiable de la Pakistan Navy, a pris en charge les ouvriers et techniciens de la DCN devant l’hôtel Avary, où plusieurs d’entre eux séjournaient, avant de se rendre devant l’hôtel Sheraton où résidaient les autres expatriés.

Tous devaient être acheminés vers l’arsenal de Karachi où ils travaillaient à l’assemblage du 3ème sous-marin Agosta vendu par la France au Pakistan.

Une Toyota Corolla se place à côté du bus tandis que les portes se referment. A 7h45 (heure locale), la voiture du kamikaze explose faisant 14 morts, dont 11 français, et 12 blessés.

Une cérémonie officielle a eu lieu le lundi 13 Mai, en présence de Jacques Chirac qui rend hommage aux victimes et assure qu’il n’y aura pas de sanctuaire pour les terroristes ... Paroles, paroles ... en réalité, l’enquête va d’obstacle en obstacle, et toutes les embûches ne se situent pas en orient.

A la suite de l’attentat, le 27 mai 2002, une information judiciaire a été ouverte en France et diligentée, dans un premier temps, par les juges d’instruction Jean – Louis Bruguière et Jean – François Ricard.

Tout de suite, c’est la piste Al Qaeda qui est privilégiée par les enquêteurs. Une piste qui semble alors se confirmer avec l’arrestation, en septembre 2002 à Karachi, d’un haut responsable du réseau d’Oussama Ben Laden. Le 12 novembre 2002, un enregistrement audio, attribué à Ben Laden, diffusé sur la chaîne Al Jazira cautionne les actes terroristes commis au cours des derniers mois contre les occidentaux et cite notamment l’attentat de Karachi (il ne s’agit pas pour autant d’une revendication).

Depuis fin 2008 l’instruction semble prendre un nouveau souffle, le collectif de Familles de Victimes Décédées dans l’attentat de karachi engage un nouvel avocat, Maître Olivier Morice.

Jean-Louis Bruguière est désormais remplacé par Y.Jannier et M.Trévidic.

La piste Al Qaeda semble laisser, petit à petit, la place à une sombre histoire de représailles liée au non versement de commissions sur un contrat d’armement par l’Etat français, avec en toile de fond l’instrumentalisation d’un groupe islamiste par les services secrets pakistanais (Source : Médiapart du 16.09.08 et Le point du 4.12.08).

Le Point nous résume ainsi le rapport Nautilus :

"Daté du 11 septembre 2002, le document est long de trois pages et ne porte aucune signature. Sous le nom de code « Nautilus », il résume les conclusions d’une mission de renseignement commandée par la DCN dans les mois qui ont suivi l’attentat. Son origine n’est pas établie, mais son contenu comme sa forme indiquent nettement que ses auteurs ont eu accès à des sources liées à différents services secrets, français et étrangers.

Le texte débute ainsi : « Après de nombreux contacts, tant en Europe qu’au Pakistan, nous parvenons à la conclusion que l’attentat de Karachi a été réalisé grâce à des complicités au sein de l’armée. » Les auteurs anonymes précisent que « les personnalités militaires ayant instrumentalisé le groupe islamiste qui a mené à bien l’action poursuivaient un but financier » : le versement de « commissions non honorées » sur la vente des sous-marins, dans le cadre du contrat Agosta. Le rapport affirme en effet que ces versements avaient été interdits par Jacques Chirac en 1995, aussitôt après son entrée à l’Elysée, afin d’« assécher les réseaux de financement occultes » au service d’Edouard Balladur.

Mais le veto présidentiel aurait, par ricochet, privé certaines personnalités pakistanaises des sommes qu’elles attendaient. Au premier rang de celles-ci figurait Asif Ali Zardari, mari de Benazir Bhutto, alors Premier ministre-le même Zardari qui dirige désormais le pays, après l’assassinat de son épouse, en 2007 et l’élection présidentielle… Le rapport cite en outre, parmi les bénéficiaires, l’ancien chef d’état-major de la marine Mansurul Haq, aujourd’hui emprisonné pour corruption au Pakistan. A en croire le document, cet officier équivoque « se servait de ce type de contrat d’armement pour dégager des crédits afin de financer les guérillas islamistes », orchestrées en sous-main (notamment au Cachemire) par l’Inter-Services Intelligence (ISI)-le service secret pakistanais, si puissant qu’il a toujours fait figure d’Etat dans l’Etat.

Autant d’indications invérifiables de prime abord pour un juge parisien, mais qui s’emboîtent de façon troublante dans les béances de l’enquête officielle."

Invérifiables, peut-être pas, mais, pour les vérifier, les obstructions à la justice se multiplient.

Deux journalistes de Mediapart, Fabrice Arti et Fabrice Lhomme, publient un livre intitulé Le Contrat, et sous-titré Karachi, l’affaire que Sarkozy voudrait oublier. Médiapart présente le livre en ces termes  :

"Dans tous les cas, l’attentat n’est pas le centre du propos de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme dans leurs enquêtes pour Mediapart que prolonge, approfondit et développe leur livre pour Stock. Leur fil rouge, c’est la corruption. Une corruption non pas en marge de l’Etat, mais en son cœur, dans le cadre de pratiques stupéfiantes, baptisées « Frais commerciaux exceptionnels » (FCE), tolérées jusqu’en 1997, aussi bien sous la gauche que sous la droite. Une corruption que, dans le cas d’espèce du contrat pakistanais de 1994, non seulement ne pouvait ignorer Nicolas Sarkozy en tant que ministre du budget donnant son autorisation, mais dont plusieurs documents et témoignages rapportés dans Le Contrat montrent qu’il l’a personnellement suivie de très près."

Cependant, Médiapart, lui-même très en pointe sur cette affaire, n’est pas dépourvu d’intentions extérieures à l’affaire de Karachi. En particulier, il fait un parallèle osé avec les attentats du 11 septembre, et relaie la thèse aussi récurrente qu’abracadabrantesque qui voudrait que l’administration américaine cache des choses sur cette dernière affaire et sous-entend que les islamistes ne seraient pas les vrais coupables.

On peut y lire :

"Dès lors, on a du mal à comprendre pourquoi la plupart des journalistes français font coalition et s’opposent à toute réflexion critique de la thèse officielle des attentats du 11 septembre 2001 donnée par le gouvernement Bush. Nous avons pourtant sous les yeux, une affaire de moindre envergure, mettant directement en cause des dirigeants de notre pays ; et l’on constate une réponse similaire du pouvoir politique, qui vise à étouffer l’affaire pour se protéger de fâcheuses retombées. Autre similitude, le bouc-émissaire tout trouvé est Al Qaeda. Et malgré le fait que l’ex-directeur du contre-terrorisme de la DGSE ait déclaré qu’Al Qaeda était morte en 2002, le juge Bruguière, lancé dans l’aventure politique au sein du groupe UMP, n’a cessé de désigner ce coupable facile en évitant méticuleusement tous les éléments pointant la responsabilité vers des responsables politiques.

N’y voyez pas un raccourci hâtif, les nombreux parallèles entre ces deux affaires sont réunis ici pour prouver aux sceptiques qu’il est primordial de pouvoir enquêter sur ce qui s’est passé le jour du 11 septembre 2001. Tout comme les familles des victimes de l’attentat de Karachi, de nombreuses familles des victimes américaines réclament encore, neuf ans après, une enquête indépendante pour comprendre les raisons du décès de près de 3000 personnes."

Avec de tels alliés, les familles des victimes de Karachi ne sont guère aidées ...


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • fonzibrain fonzibrain 31 juillet 2010 12:52

    karachi est le cauchemar de sarko


    sans parler des morts français

    c’est surtout la doxa de l’islamisme radicale autonome qui prend l’eau, car c’est ben laden lui même qui a revendiqué cet attentat.....

    et si ce n’est pas al quaida qui a fait cet attentat mais que al quaida a revendiqué cet attenat, que faut il en déduire ?



    • fonzibrain fonzibrain 31 juillet 2010 14:21

      il ya trois mois, bruguiere est venu à mtp, je suis venu le voir pour le mettre face à ses mensonges.


      il s’est defaussé, nous disant qu’il ne peut parler d’affaire en cour, alors qu’il a écrit un livre dessus..


      et cet abrutit a fait semblant de ne pas savoir qui était edmond sibel !!!!!

      quand je lui ai parlé des miliatire algérien qui affirment que le GIA était une création de la DRS, ila été géné mais a nié la véracité de ces parole.

      le plus marrant a été , une fois qu’il nous adit qu’al quaida était LA menance absolue, le moment ou je lui parlé de l’ancien boss de la dgse qui affirmait qu’ai quaida était représenté par 400 combattant (on envoie des diezaine de milliers d’hommes pour 400 personne) et qu’aujourd’hui al quaida étairt vaincu.

      il m’a répondu, « oui mais al quaida est un terme générique » je lui demande alors pourquoi il utilise cette expression si elle ne veut rien dire, Je n’ai plus eu de réponse et on m’a enlevé le micro...


      • Bulgroz 31 juillet 2010 14:54

        Il faut saluer le courage de ce kamikaze Pakistanais qui a permis en sacrifiant héroïquement sa propre personne de réaliser l’ objectif louable de :

        • rappeler que les lois du code de commerce Pakistanais sont particulièrement strictes concernant le respect des contrats signés
        • dénoncer les magouilles de Sarkozy et de ses porte flingues
        • donner aux divers auteurs d’Agoravox un super nonos qui, je n’en doute pas, conduira à la destitution rapide et méritée du Président de la République.
        • mettre en exergue que tout cela ne serait pas arrivé si Sarkozy n’avait pas existé.

        Et il faut aussi remercier les reporters de l’illustrissime et objectif Mediapart qui sans relâche enquêtent avec une précision implacable calés sur leur tabouret en compulsant les sites Internet disponibles sur le sujet.

        Moi, ce qui me fascine, c’est que ce genre de reportage ne coûte vraiment pas cher en frais de déplacements en dehors de l’usure des roulettes du tabouret de PC sur lequel ces géniaux reporters sont installés.

        Attentats au Pakistan

        2002:62 attentats,153 morts, 388 blessés
        2003:39 attentats,155 morts, 207 blessés
        2004:64 attentats,325 morts, 800 blessés
        2005:83 attentats,274 morts, 375 blessés
        2006:70 attentats,214 morts, 224 blessés
        2007:159 attentats,1178 morts, 2151 blessés
        2008:307 attentats,1522 morts, 2297 blessés
        2009:461 attentats,2355 morts, 4645 blessés (une bonne année)
        2010:198 attentats,1097 morts, 1877 blessés

        (liste arrêtée au 29 Juillet )


        • fonzibrain fonzibrain 31 juillet 2010 15:04

          lol


          on parle pas des attentats banane
          mais de ceux qui les provoquent.

          tu y crois à mort à al quaida, ça te rassure que l’orgnisation spectre de james bond existe !!!



          • fonzibrain fonzibrain 31 juillet 2010 15:07

            en tout cas, les occidentaux ne sont pas une cible prioritaire..... vu le nombre de musulmans morts dans ces attentats...


            comment ça se fait, je croyais qu’ils étaient en guerre contre nous ????

            • Hieronymus Hieronymus 31 juillet 2010 17:00

              oui c’est vrai Karachi est un scandale d’etat
              Sarkosy et Baladur sont mouilles, c’est pour ca qu’ils font profil bas
              mais votre article mentionne seulement en demie teinte le veritable responsable moral cote francais de cette tragedie qui a coute la vie a 11 ingenieurs francais, sur des articles precedents, cela avait deja ete signale entr’autres par Covadonga, petit rappel des faits :
              en 1995 Chirac est elu president, il decide alors (par vengeance contre Balladur et ses sbires) de bafouer les engagements occultes pris par la France de versements de commissions aux « intermediaires » pakistanais, ceux ci attendent, attendent ..
              et finalement « ils » decideront de se venger en liquidant des Francais qui n’y etaient pour rien et qui sont morts essentiellement parce que Chirac a pris la decision de renier les engagements (occultes certes) qui avaient ete pris par le gouvernement precedent !
              enorme responsabilite morale du president d’alors ..


              • brieli67 31 juillet 2010 18:00

                en général ce lorrain des salons parisiens n’est pas loin ! ces cornues où se distille la politique « centristes » verdistes tapistes..... depuis plus de 5o ans 

                N’est ce pas les Delors, les Maîtres Huglo, Tapie/Borloo... 

                que peuvent bien nous dire le Dédé et sa Médecis  

              • Hieronymus Hieronymus 31 juillet 2010 19:45

                Frank
                ou avez vous lu que je cherchais a dedouaner ces deux-la
                qui a l’epoque etaient en lice pour l’election presidentielle
                l’un pensant etre president et l’autre premier ministre ?
                d’autre part il ne faut pas etre naif, ne pas jouer les vierges effarouchees,
                toutes les ventes d’armes vers ces pays-la se font avec versement de commissions,
                c’est une condition sine qua non si on veut vendre, sinon on peut fermer boutique
                et adieu le marche et les rentrees de devises ..

                ce que je me fatigue a ecrire car c’est a peu pres le 5eme article
                que je reexplique la meme chose, c’est que ds l’echelle des responsabilites morales
                le comportement de loin le plus vache et le plus crasse, c’est celui de Chirac car un vieux politicard comme lui parfaitement au fait de ce type de « pratiques » commerciales savait parfaitement qu’il prenait un enorme risque de represailles violentes (et c’est ce qui est advenu !) en violant sciemment les engagements qui avaient ete pris par la France ds cette vente d’armes, si Chirac avait normalement laisse se derouler le versement des commissions occultes, les onze ingenieurs francais n’auraient certainement pas ete assassines, ca ne me parait pas tres difficile a comprendre ?
                Chirac a decide de faire « s’enrayer la machine » et ce par vengeance personnelle ..


              • Richard Richard 31 juillet 2010 17:19

                Chère Madame,

                Votre conclusion gâche le reste de votre billet pourtant intéressant. Vous semblez ignorer beaucoup de choses sur le 11 septembre, dont particulièrement ceci :

                Les deux présidents de la Commission d’enquête officielle (rapport 2004), Thomas Kean et Lee Hamilton, déclarent dans leur livre « Sans Précédent » (Without Precedent, 2006) qu’on les a mis en situation d’échec dans leur mission et qu’il ne leur a pas été attribué de fonds suffisants pour mener à bien une investigation. Ils affirment également que tout a été mis en œuvre pour les empêcher d’établir les faits dans leur vérité et qu’ils ont été induits en erreur par des hauts responsables du Pentagone et de l’administration fédérale de l’aéronautique. Selon eux, ces fraudes et cette obstruction doivent être assimilées à des crimes. (Source : Guardian, 9/11 - the big cover-up ?, Peter Tatchell, 12 septembre 2007)


                • mokhtar h 31 juillet 2010 18:21

                  Effectivement, aussi.
                  J’ai tiqué sur ce passage mais je me suis absenté de réagir, pour ne pas ajouter encore à la polémique et ne pas sortir du sujet :

                  En particulier, il fait un parallèle osé avec les attentats du 11 septembre, et relaie la thèse aussi récurrente qu’abracadabrantesque qui voudrait que l’administration américaine cache des choses sur cette dernière affaire et sous-entend que les islamistes ne seraient pas les vrais coupables.


                • Bulgroz 31 juillet 2010 19:59

                  Jeu Concours : En 2002, il y a eu 62 attentats islamistes au Pakistan. Pour 153 morts et 588 blessés.

                  Sauriez vous reconnaitre celui dont le responsable est Sarkozy ?

                  (attention, ceux qui auront enquêté dans les milieux talibans sur place dans les banlieues de Karachi sont exclus du concours.)


                  • georges 31 juillet 2010 21:51

                    sur le 11 septembre Bob Graham de la commission senatoriale sur le renseignement etait pourtant lui plus explicite en parlant de « 2 puissances étrangère » aux journalistes qui l interrogeait "

                    pourquoi on tourne toujours autour du pot sur ces histoires j imagine qu il faut preserver certains interets , ca dure depuis tellement longtemps , quand on parlait de Carlos on savait qui il y avait derrière , quand on parlait des GIA et les vagues d attentats en France on savait qui etaient aux manettes , les exemples sont si nombreux

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès