Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une présidence vouée à l’échec

Une présidence vouée à l’échec

Le nouveau quinquennat n’a pas encore officiellement commencé que déjà de gros nuages se profilent à l'horizon. Face aux tempêtes qui s’annoncent, l’étroitesse de la victoire de François Hollande et son absence quasi totale de marges de manœuvre laissent augurer d’une présidence faible qui ne permettra probablement pas à la France d'enrayer son déclin économique, social et moral au cours des prochaines années.

La menace grecque

François Hollande n'entrera officiellement en fonction que le 15 mai prochain, mais les écueils se multiplient déjà pour le nouveau président. Le principal est bien sur la crise de l'euro, qui est en train de revenir en force et qui va marquer l'ensemble du quinquennat. L'élection du candidat socialiste n'a certes pas provoqué de panique sur les marchés financiers tant elle avait été depuis longtemps anticipée, mais les résultats des élections législatives qui ont eu lieu en Grèce sont en revanche en train de précipiter les choses. Les partis soutenant la politique d'austérité ont été balayés et le leader du parti conservateur a du renoncer à former un nouveau gouvernement. Le jeune chef du parti de la gauche radicale, arrivé second lors du scrutin, vient lui aussi d'échouer à former une coalition anti-austérité, et c'est maintenant le leader du parti socialiste qui essaye de trouver une majorité…

Le plus probable est qu'aucun gouvernement ne puisse être formé et que de nouvelles élections doivent avoir lieu en juin. Ce ne serait là qu'un répit trompeur, car un certain nombre de mesures à prendre dans le cadre du plan de sauvetage du pays par la « troïka » (Fonds monétaire international, Commission européenne, Banque centrale européenne) doivent être adoptées urgemment et ne peuvent être repoussées à fin juin, et aussi car de nouvelles élections ne donneraient probablement pas un résultat fondamentalement différent de celles tenues le 6 mai. En pleine dépression économique et sociale, la Grèce est en passe de devenir ingouvernable… Du coup, la probabilité qu'elle ne puisse tenir ses engagements vis-à-vis de ses créditeurs augmente de manière significative, ce qui pourrait rapidement entraîner l'arrêt de l'assistance financière internationale, le défaut de paiement du pays et sa sortie de l’euro. La Grèce pourrait alors se transformer en état zombie, voire en ce que les américains appellent un « état raté » (failed state), coupé des circuits financiers internationaux et sombrant dans le chaos. Les prêteurs internationaux (y compris la BCE et le fonds de sauvetage européen garanti par les autres Etats membres) subiraient des pertes significatives, et un mécanisme de contagion se mettrait inévitablement en marche : ayant constaté que la zone euro est incapable de garantir le paiement des dettes de ses membres les plus affaiblis, les investisseurs internationaux cesseraient alors de prêter à ces derniers à des taux soutenables. L'accès aux marchés financiers se refermerait pour un certain nombre de pays déjà entraînés dans une spirale dépressive et qui devraient alors sortir de la zone euro l'un après l'autre pour espérer se sauver. L'Union monétaire européenne aurait vécu…

Ce scenario catastrophe n'est évidemment pas encore certain, mais sa probabilité augmente à mesure que la Grèce s'enfonce dans la crise. Dans ces conditions, le sommet européen informel du 23 mai puis le sommet formel des 28 et 29 juin risquent fort d'être a nouveau des sommets de crise destinés à tenter d’éviter le pire…

Un président faible et sans capacité d'action

C'est dans ce contexte que François Hollande va prendre ses fonctions, avec comme intention de « ré-enchanter le rêve français » (qui consiste apparemment à vouloir le progrès et à souhaiter « donner à nos enfants une vie meilleure que la notre », ce dont on ignorait que les Français rêvaient plus que les autres) mais aussi de « donner à la construction européenne une dimension de croissance, d'emploi, de prospérité, bref d'avenir ». Prudent, le nouveau chef de l'Etat s'est bien gardé de trop promettre durant sa campagne, mais il est probable qu'il doive malgré tout revoir très rapidement ses ambitions à la baisse. D'une part parce que l'étroitesse de sa victoire fait de lui un président faible, et d'autre part car ses capacités d'action sont extrêmement réduites.

François Hollande est tout d'abord un président faible car mal élu. S'il a obtenu 51,63% des suffrages exprimés au second tour, il ne recueille pas la majorité absolue des votants et encore moins celle des inscrits. En raison du nombre très élevé de votes blancs ou nuls (2 146 408, soit 5,80% du total des votes comptabilisés), il n'a obtenu le suffrage que de 48,64% des citoyens qui sont allés voter le 6 mai. Et, l'abstention ayant atteint 19,5%, il n'a réuni que 39,1% des inscrits, soit le score le plus faible de tous les présidents de la Vème République à l'exception de Georges Pompidou (37,51% en 1969, lors d'un second tour dont la gauche était absente). Mal élu, François Hollande l'est aussi et surtout parce qu'il doit son élection au rejet de son adversaire bien plus qu'a une quelconque adhésion à sa personne ou à son projet. Un sondage CSA publié au lendemain du second tour confirme l'évidence : c'est bien avant tout contre Nicolas Sarkozy qu'une majorité des personnes ayant voté pour François Hollande s'est exprimée. Candidat des socialistes par défaut suite à l'empêchement de Dominique Strauss Kahn, François Hollande est également, quoi qu'il en dise, un président élu par défaut. L'évolution de sa cote de popularité devrait rapidement le refléter.

D'autre part, le nouveau président n'a, contrairement a ce que prétendent ses lieutenants, quasiment aucune capacité d'action pour mettre en œuvre son programme. La plupart de ses engagements de campagne (reconstitution des effectifs de l'Education nationale, emplois d'avenir, contrat de génération, abaissement de l'âge de la retraite, etc.) requièrent des moyens financiers qu'il n'a pas. Les finances publiques françaises, dans un état extrêmement précaire, ne permettent pas d'engager de telles dépenses si de nouvelles ressources ne sont pas trouvées pour les financer. François Hollande prévoit certes de lever de nouvelles recettes fiscales, mais cette intention parait bien ambitieuse tant il est clair qu'il n'y aura bientôt plus grand-chose à taxer en France. Dans un pays qui affiche déjà un taux de prélèvement obligatoire parmi les plus élevés du monde occidental (43% du PIB en 2011) et qui semble depuis plusieurs décennies s'acharner à vouloir décourager la création de richesse, augmenter la pression fiscale ne ferait probablement qu'accélérer l'assèchement de la base imposable du pays par l'étouffement de la production privée et l'accélération des délocalisations (de la production, des entrepreneurs, des diplômés, des nantis, des sièges sociaux, etc.). Le « patriotisme fiscal » que le nouveau président réclame aux individus ou entreprises tentés par l'exil est en effet un vœu pieux dans une économie globalisée où les capitaux circulent librement. L'Etat pourrait certes retrouver quelques marges de manœuvre au moyen d'une profonde réforme de la fiscalité – qui est sans aucun doute nécessaire – mais probablement pas en obtenir les recettes suffisantes à la mise en œuvre des engagements du président.

Faute de recettes fiscales supplémentaires, resterait la possibilité, en théorie, de financer les nouvelles dépenses par le recours à l'emprunt... Mais là encore, l'accès aux ressources est loin d'être assuré. Accro au déficit et à l'emprunt depuis bientôt quarante ans, l'Etat français est aujourd'hui dans une situation proche de celle des ménages pris dans le piège du « crédit revolving » et du surendettement. La dette publique approche des 90% du Produit intérieur brut (PIB) et sa croissance est désormais autoentretenue. La France emprunte en effet aujourd'hui sur les marchés financiers pour pouvoir rembourser les intérêts de la dette précédemment accumulée, et elle est très loin de dégager le surplus budgétaire qui serait nécessaire pour pouvoir commencer à rembourser le capital et faire décroître la dette globale. Au contraire, elle continue a accumuler des déficits primaires et donc à s'endetter davantage pour pouvoir payer ses fonctionnaires et son « modèle social ». Il faudrait donc ; pour pouvoir financer par l'emprunt les promesses de campagne du président Hollande, que la France trouve sr les marchés financiers des investisseurs consentant à lui prêter de l'argent a des taux raisonnables pour financer des dépenses supplémentaires en grande partie non productives… Etant donné les menaces qui pèsent sur la zone euro, qui pourraient rapidement empirer si la situation politique grecque se détériore, il est peu probable qu'il y ait beaucoup de candidats…

La chimère de la relance

Pour pouvoir espérer engranger les recettes qui pourraient éventuellement lui permettre d'envisager de mettre en œuvre son programme, François Hollande compte donc sur la relance de la croissance… Mais il est bien conscient que la France ne peut pas se permettre une relance par la demande et l'investissement au niveau national, et il espère donc pouvoir l'imposer au niveau européen. Ayant annoncé son intention de ne pas soumettre à ratification en France le pacte budgétaire signé en mars par son prédécesseur, il entend adresser à nos partenaires un mémorandum sur la renégociation du traité comportant quatre propositions : la création d'obligations publiques européennes (« eurobonds ») destinées à financer des projets d’infrastructure ou innovants, l'augmentation du capital et l’extension des possibilités de financement de la banque européenne d'investissement (BEI), la création d'une taxe sur les transactions financières pour générer de nouvelles recettes fiscales, et la mobilisation des reliquats des fonds structurels européens non utilisés pour financer de nouveaux projets. Le nouveau président a également suggéré que la BCE puisse prendre des mesures plus actives de soutien à l'économie ou prêter directement aux Etats.

Les responsables européens sont tous conscients qu'il est impératif et urgent de trouver des moyens de stimuler la croissance, qui seule pourrait permettre d’éviter la spirale d’une austérité récessionniste sans fin. Nombre d'entre eux, y compris la chancelière allemande Angela Merkel, se sont déclarés ces derniers jours favorables a la négociation d'un pacte de croissance qui viendrait compléter le pacte budgétaire. Mais tous insistent également sur le fait que la croissance ne peut pas être « achetée » par des déficits ou de la dette additionnelle et doit principalement résulter de reformes de structure destinées à restaurer la compétitivité de l’appareil productif : réduction des coûts de production, flexibilisation du marché du travail, réduction des pesanteurs réglementaires, libéralisation des services, etc. Autant de réformes que la France s'est refusée à mener depuis vingt ans et auxquelles le nouveau président s'oppose.

Lors de la négociation qui va s'engager, François Hollande obtiendra peut-être l'augmentation de capital de la BEI et la mobilisation des reliquats des fonds structurels, qui sont déjà dans les cartons de la Commission européenne et devraient pouvoir être acceptés par l'ensemble des Etats membres. En revanche, ni la taxe sur les transactions financières – à laquelle s'oppose fermement le Royaume Uni ainsi que d'autres pays tels la Suède – ni les obligations européennes – dont l'Allemagne mais aussi les Pays-Bas ne veulent pas entendre parler – ne sont susceptibles d'emporter l'adhésion dans un futur proche. Quant a l'extension du mandat de la BCE, qui nécessiterait une révision des traités, elle est tout simplement inacceptable pour l'Allemagne car elle remettrait en cause le pacte originel de l'union monétaire et ouvrirait la porte à des dérives pour lesquelles au final il lui reviendrait probablement de payer.

François Hollande a déclaré entre les deux tours de l'élection présidentielle que « ce n'est pas l'Allemagne qui va décider pour toute l'Europe », et il indique désormais que les allemands « ne peuvent pas poser deux verrous à la fois, un sur les 'eurobonds' et un autre sur le refinancement direct des dettes par la BCE ». Il risque toutefois d'avoir du mal à obtenir la levée de ces deux verrous puisque cette levée reviendrait à demander à l'Allemagne, tôt ou tard, directement ou indirectement, de mettre la main au portefeuille. Si la relance de la croissance nécessaire à l'accomplissement des plans de M. Hollande devait passer par de nouvelles dettes contractées en commun au niveau européen, cela reviendrait en effet ni plus ni moins à demander à l'Allemagne de payer pour financer les promesses électorales des socialistes français... Accepter ceci serait pour Angela Merkel un suicide politique, et la chancelière n'est pas connue pour être suicidaire…

Au final François Hollande obtiendra peut-être un pacte de croissance a minima, qui comportera quelques mesures d'investissement limitées en échange d'engagements de réformes structurelles non contraignantes. Ce pacte n'aura probablement qu'un effet limité sur la croissance européenne, effet qui sera dans tous les cas trop faible et tardif pour espérer inverser la spirale déflationniste à l'œuvre aujourd'hui et qui mène tout droit à l'éclatement de la zone euro. Pour éviter cela, le président français pourrait alors être tenté par une fuite en avant européiste...

La tentation de la fuite en avant européiste

Cette fuite en avant est suggérée à François Hollande par certains de ses proches, tels Jacques Attali ou encore Pascal Lamy (Directeur Général de l'Organisation mondiale du commerce), qui viennent de signer une tribune en ce sens dans Le Monde (« Construisons une Europe de la relance ! »). Elle consisterait à œuvrer à la mise en place rapide d'un véritable fédéralisme budgétaire et fiscal européen, allant bien au delà des « project bonds » que prône aujourd'hui François Hollande, avec une harmonisation fiscale, des impôts européens, un budget d'investissement commun. Cette proposition est parfaitement logique d'un point de vue politique, car elle s'inscrirait dans la droite ligne de la politique européiste mitterrandienne consistant à tenter de reconstituer au niveau européen les possibilités d'action volontariste qui ont disparu au niveau national. Elle est également parfaitement logique d'un point de vue économique, car l'on sait depuis le départ qu'une union monétaire aussi disparate que la zone euro ne peut fonctionner durablement que si elle est accompagnée d'une union budgétaire et fiscale, permettant des transferts internes destinés à compenser en partie les écarts de richesse et de compétitivité entre les membres. Une telle union budgétaire aurait permis, si elle avait existé, d'éviter les problèmes auxquels la zone euro est aujourd'hui confrontée. Et elle est probablement aujourd'hui le seul moyen d'éviter que cette zone ne se disloque.

Le problème, cependant, est que l'Allemagne n'a jamais accepté cette logique, qui reviendrait pour elle à mettre en place un mécanisme de transferts permanents de sa richesse vers les autres états européens, comme un lointain écho au fameux « l’Allemagne paiera » lancé par Clemenceau en 1917. Elle a même fait de l'absence d'union fiscale et budgétaire la condition de son acceptation de la monnaie unique à l'époque d'Helmut Kohl, et elle n'a jamais varié sur ce point. Le refus des transferts budgétaires et l'indépendance de la BCE restent pour elle les éléments essentiels du contrat de base qui lie les pays de la zone euro, et il est hors de question de transiger sur ces questions. L’homme ou la femme politique allemande qui acceptera une « union de transferts » non seulement sera assuré(e) de perdre le pouvoir lors des élections suivantes mais pourrait également courir le risque de faire ressortir le nationalisme allemand de la boîte dans laquelle il est reste enfermé depuis la fin de la seconde guerre mondiale…

Inacceptable pour l'Allemagne, le fédéralisme budgétaire est désormais également, n'en déplaise à M. Attali, invendable aux peuples d'Europe et y compris au peuple français. Les étapes précédentes de la construction européenne, du marché intérieur à la monnaie unique, n'ont pas apporté la croissance et la prospérité qui en étaient attendues, et le rejet par referendum en France et aux Pays-Bas du projet de constitution européenne en 2005 montre bien que les peuples n'adhèrent plus au dogme du « toujours plus d'Europe » comme solution obligée a leurs problèmes. L'Europe ne s'est jamais vraiment faite par la volonté des peuples, mais elle ne peut plus aujourd'hui se faire contre elle. D'ailleurs, le Manifeste pour une Euro-fédération solidaire et démocratique lancé en mars par Jacques Attali, dont l'objectif est de collecter un million de signatures pour pouvoir lancer une initiative citoyenne européenne (ICE) en faveur d'une Europe fédérale, en a jusqu'à présent recueilli 1 405...

La poursuite annoncée du déclin français

Que va-t-il donc se passer dans les mois et les années qui viennent ? Même si toute prévision est nécessairement aléatoire dans un environnement aussi instable, on peut néanmoins considérer quelques développements comme particulièrement probables. Ainsi, un compromis devrait être trouvé entre M. Hollande et ses homologues, sans doute après les élections législatives françaises de juin, pour ajouter un pacte de croissance au pacte budgétaire déjà négocié. Ce pacte de croissance sera probablement un accord a minima qui ne s'attaquera sans doute que modestement aux racines du déficit de compétitivité de la plupart des économies européennes, y compris l'économie française, et qui dès lors ne devrait avoir qu'un impact très réduit sur la croissance. Pour le reste, M. Hollande devrait donc continuer à voir ses capacités d'action réduites à quasiment rien du fait du cadre dans lequel la France se trouve désormais enfermée, à savoir une union monétaire sans union budgétaire et dont la gestion ne peut être basée, étant donné la situation économique et l’état des forces politiques en présence, que sur la culture de stabilité germanique. Ces contraintes devrait conduire à l’adoption, en France, d’une politique de rigueur sans cesse plus accentuée qui mécontentera fortement l'électorat de gauche et pourrait assez rapidement entraîner des tensions sociales particulièrement vives. En Europe, ces contraintes devraient mener à une poursuite de la spirale dépressive qui, sauf miracle improbable, mènera à la désintégration de la monnaie unique et au délitement de l'Union européenne.

Que l'euro survive ou non, l'atrophie de l'appareil productif français devrait se poursuivre et la paupérisation de la population s'accélérer. Le chômage de masse devrait encore progresser et la déstructuration de la société et de la nation française, qui s'approche déjà du point de non-retour, s'accentuer. Tout ceci, bien sur, devrait profiter aux mouvements politiques extrémistes et populistes. Marine Le Pen, déjà perçue par les électeurs de Nicolas Sarkozy comme étant la personnalité qui devrait le plus incarner et mener l'opposition a François Hollande (sondage Mediaprism pour le site Atlantico.fr) devrait en être la principale bénéficiaire. Elle pourrait alors très sérieusement envisager d'accéder au second tour de l’élection présidentielle de 2017, voire plus si elle réussit son OPA sur une partie de la droite républicaine.

La présidence Hollande est donc très probablement vouée à l'échec. Rien d’étonnant à cela, sachant que ce fut au fond le cas de toutes les présidences qui se sont succédées en France depuis les années 70. Il semble en effet que plane une sorte de malédiction sur les mandats présidentiels de la Vème République, qui de Giscard jusqu'à Sarkozy se sont terminés sur un constat d'échec partagé par une grande partie de la population. Probablement ne peut-il pas en être autrement dans ce régime politique anachronique, alors que le fossé ne cesse de s'agrandir entre le pouvoir apparemment énorme confié par le peuple au président élu et sa capacité d'action réelle qui s’étiole. Ce fossé devrait s’agrandir encore sous la présidence Hollande, entraînant de probables soubresauts violents du corps social et continuant d’ouvrir la voie au Front National. On se méprendrait en pensant que la France risque d’entrer bientôt dans une zone dangereuse ; elle y est déjà…


Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Soi Même 10 mai 2012 12:18

    Vous avez raison, cela va poser un certain nombre de problème à tous ceux qui on crue Hollande ( entre toute bonne fois) quand il vont comprendre hollande n’est pas le candidat du changement !


    • Pyrathome Pyrathome 10 mai 2012 12:34

      Il n’est même pas encore investi, qu’il est déjà en échec ???

      Vous êtes vraiment sérieux pour proposer ce genre d’article idiot ?

      Gardez votre jugement pour plus tard, ça vous évitera de passer pour une tarte !....


      • Cocasse Cocasse 10 mai 2012 13:02

        Vous manquez de perspective.
        Devant le destin dramatique qui nous attends, tous ces joyeux exaltés scandant la victoire du « sauveur » hollande paraissent tragiquement ridicules.
        Où sont passés la raison, le discernement et la mesure ?


      • devphil30 devphil30 10 mai 2012 13:21

        C’est sûr qu’avec l’héritage de sarko et 10 ans de droite , il ne sera pas simple de réussir mais il serait temps d’arrêter de dire que Hollande ne sait , n’a jamais fait , ne pourra pas , sera trop mou etc .....


        Il a l’intelligence , les études et la culture nécessaire pour ce poste à la différence de son prédécesseur.

        Philippe

      • Cocasse Cocasse 10 mai 2012 13:30

        C’est ce que son conseiller lui a dit à pole-emploi.
         smiley


      • Soi Même 10 mai 2012 13:57

        @ Pyrathome , t’es commentaires ne brille pas beaucoup de sens politique !


      • Lavoi Lavoi 11 mai 2012 08:40

         a schweizer
        quand on aura besoin de nazis on te sifflera membre infiltré de l’aube dorée !!!


      • devphil30 devphil30 10 mai 2012 13:25

        Hollande pas encore en place que déjà en place que vous lui faites un procès d’intention , c’est sûr qu’il n’a pas le beau rôle car redresser la France qui à pris 600 Milliards de dette en 5 ans , c’est sûr que la droite peux taxer les socialistes de dépensiers mais qu’ils regardent un peu leur piètre bilan et qu’ils arrêtent de penser que l’on réussit une présidence en agitant de l’air et des lois à chaque faits divers , sarkozy a fait une politique populiste et anti sociale , il n’a pas compris que par sa politique les classes moyennes se retrouvent plus à gauche qu’avant et les classes moyennes sont le coeur de l’électorat.


        Philippe 

      • Traroth Traroth 10 mai 2012 14:21

        Les gens qui moinssent veulent juger sur pièce, au lieu de croire aux pronostics de gens bien peu objectifs !


      • Traroth Traroth 10 mai 2012 14:31

        Est-ce que vous craignez l’échec de Hollande, ou est-ce que vous l’espérez ?


      • Cocasse Cocasse 10 mai 2012 14:38

        Ni l’un ni l’autre, simplement l’analyse montre qu’elle sera inévitable.
        Et que cela ne sera probablement pas un « échec », mais une « collaboration ».


      • Cocasse Cocasse 10 mai 2012 15:43

        Les dévots ne seront convaincu qu’à la fin de la messe, lorsque le curé leur braquera un révolver sur la tempe lors de la quête.
         smiley


      • Traroth Traroth 10 mai 2012 15:51

        L’article ne « démontre » rien du tout. Il est idiot d’imaginer que les gouvernants français ne peuvent rien faire (auquel cas je me demanderais pourquoi vous militez pour Le Pen, qui ne pourrait rien de plus que Hollande si elle était au pouvoir). Ils veulent ou ne veulent pas changer les choses, c’est ça qui est déterminant. Hollande veut-il changer les choses ? Il est trop tôt pour le dire, comme je le disais plus haut.


      • Lavoi Lavoi 11 mai 2012 08:18

        @ cordless
        oui vous avez perdu les elections alors adieu maintenant


      • Lavoi Lavoi 11 mai 2012 09:31

        @ calmos
        decidément au f-haine vous ne parlez que de se faire botter le cul par une dame ,
        ce n’est pas les bureaux nauséabonds du f-haine que vous devriez fréquenter,mais les endroits où l’on pratique le SM !!!
        je vous assure vous y seriez plus à votre place et,de plus, vous en tireriez que du plaisir,vu que vous aimez vous faire cravacher !!


      • @paul air ou plutot polaire

        etes vous un de ces senilo-fascistes qui soufflent de l’air glacial... sarko voulait tout faire tout seul donc trés mal..

        f hollande a 100 spécialistes dont pour l’économie...sapin...cahuzav...vourageux...fitoussi et migaud

        de PLUS C EST UN TRIO HOLLANDE SUIVI DE MELENCHON ET DE A MONTEBOURG ( de près)

        ptit rappel sarko et sa poule ont plumé la vollaille francaise...600 milliards de cadeaux fiscaux...

        ils ont meme voulu vendre une centrale atomique a khadafi. PIRE VENDRE L OR DE LA

        BANQUE DE FRANCE..

        alors senilo fascistes fn:ump....FERMEZ LA ET ATTENDEZ LES PROCES DE SARKO POUR ESSAYER DE COMPRENDRE....QUI ETAIT VOTRE BOUFFON DE MAITRE


      • Le Yeti Le Yeti 11 mai 2012 10:27

        @ Calmos :
        Pas « Trou’d’Cul » mais « Couille molle », dixit Martine Aubry, bientôt dans une nouvelle aventure : « Martine 1re ministre ».


      • sisyphe sisyphe 11 mai 2012 10:42

        Tiens !
        Rev’la calmos et son trou d’cul !

        Un problème d’hémorroïdes, peut-être ?
        T’as préparé ton stock d’anusol pour 5 ans ?
         smiley


      • JUILLARD MICHEL 11 mai 2012 12:01

        procès d’intention !!!


      • emphyrio 10 mai 2012 13:28

        Désigné capitaine d’un navire en train de couler, le mieux qu’on lui souhaite est que l’équipage et les passagers évacuent rapidement.


        • iris 10 mai 2012 14:54

          de toutes les façons il n’a pas besoin de président !!
          et des politiques -
          on peut avec les nouvelles technologies se gouverner nous mème-et ça fera des économies au budget de l’état !!
          faudrait que hollande soit un héro !! en a til le profil et les capacités ??


          • al.terre.natif 10 mai 2012 15:33

            « François Hollande prévoit certes de lever de nouvelles recettes fiscales, mais cette intention parait bien ambitieuse tant il est clair qu’il n’y aura bientôt plus grand-chose à taxer en France »

            Hooooo les pauvres riches ... c’est dur de survivre en France lorsque l’on gagne des centaines de milliers d’euros voir des millions par an ? Hooooo je les plains !

            Non mais quelle inversion de problématique !!! et si on vous disait : attention, si la droite passe, tous les pauvres vont se barrer en Afrique ! vous me diriez que bien sûr que non, car ils ne prendraient pas ce risque, qu’ils ont de la famille en France, ... Ben dites vous que pour les riches c’est pareil : ils ne veulent pas payer plus d’impôts ? et bien qu’ils se cassent ! Par contre, même pour venir en visite chez nous, en tant qu’ex français qui a fuit, je les ferait payer une taxe spéciale ... ya pas de raison qu’ils profitent des services publiques, des routes, des pompiers .... bref de tout sans vouloir participer ! Voila pour le « risque » de fuite des riches.

            Pour ce qui est des délocalisations, c’est malheureux de vous opposer cet argument, mais il « suffit » de faire un peu de protectionnisme, en taxant, par exemple, tous les produits qui arrivent de l’étranger ! Du coup, nous et notre créativité, notre envie de produire, nous pourrions recréer les entreprises qu’il nous faut, et qui elles seraient taxées dans notre pays !

            « stimuler la croissance, qui seule pourrait permettre d’éviter la spirale d’une austérité récessionniste sans fin »

            Ahhhhhh encore un prophète de la croissance ! La merveilleuse croissance sans laquelle rien n’est possible. La croissance n’est là que pour permettre au gouvernement de dépenser plus, en faisant un pari sur la capacité du pays à toujours produire et vendre plus, et donc sûr ses recettes future !!!!! Voilà pourquoi ET la droite ET la gauche sont pour plus de croissance !

            Mais peut être serait-il temps de se poser les bonnes questions : pouvons nous faire de la croissance indéfiniment ? Nous sommes selon vous dans une « spirale d’une austérité récessionniste sans fin », mais non ! De mon point de vue, nous sommes depuis au moins 30 ans dans une « spirale ’croissansiste’ sans fin » !!!

            Car lorsque notre gouvernement annonce 1% de croissance, c’est déjà beaucoup plus que les 1% de croissance de l’année passée, car c’est 1% du total 2011 (par exemple) qui lui était déjà > de 1% du total 2010, etc...  ! C’est la magie des maths, et de l’économie.

            Moi ce qui me fait rire (jaune) c’est que vous peut être, certains lecteurs en tout cas, verront cet article comme un rejet du président élu par opposition à ce qu’aurait fait un autre candidat. Je ne suis pas pour FH, je n’ai même pas voté pour lui. Mais juste, dites vous bien que lui ou sarko, c’est le même bateau !

            @Cordless, voilà pourquoi je vote non à cet article ... tout simplement car ce qui vous paraît être du bon sens me paraît à moi un vulgaire détournement de sens et une propagande « croissansiste » complètement dépassée...

            Le « rêve » aujourd’hui c’est de croire encore à cette croissance infinie .... et à notre capacité à toujours allez plus vite. Vous croyez simplement que c’est la seule réalité possible pour l’humanité ....

            Heureusement que d’autres gardent leurs « rêves » d’une autre société, et petit à petit la mettent en place. Mais merci de votre soutien ...

             smiley


            • Cocasse Cocasse 10 mai 2012 15:45

              De toutes façons, ça délocalise quand même à tour de bras.
              C’est comme le « mécontentement » des marchés financiers, de toutes façons, ils attaquent quand même.


            • al.terre.natif 10 mai 2012 16:33

              @cocasse

              oui, très certainement !

              Mais ce ne sont ni les marchés, ni les entreprises qui délocalisent qui vont changer notre manière de fonctionner. Ce sont les gens, vous et moi, qui petit à petit vont construire le futur.

              Les politiques et/ou les marchés n’ont pas le pouvoir de changer les choses, ils ont juste le pouvoir de nous faire peur, et c’est de nous même que nous allons dans leur direction.

              Alors changeons, petit à petit, et ensemble si possible : être dos à dos par rapport au mariage homo, ou bien par rapport à plus ou moins de fonctionnaires n’amène qu’une plus grande soumission aux marchés et aux politiques (qui sont leurs « commerciaux »).


            • Traroth Traroth 10 mai 2012 15:59

              « il n’y aura bientôt plus grand-chose à taxer en France » : Tout l’imbécilité d’un article résumé en une phrase !

              http://www.google.fr/publicdata/explore?ds=d5bncppjof8f9_&ctype=l&strail=false&bcs=d&nselm=h&met_y=ny_gdp_mktp_cd&scale_y=lin&ind_y=false&rdim=country&idim=country:FRA&ifdim=country&tstart=-304394400000&tend=1304978400000&hl=fr&dl=fr&ind=false&icfg

              Comme vous voyez sur la courbe, le PIB de la France a légèrement reculé en 2009 et 2010, mais est remonté au niveau de 2008 en 2011.

              Donc dire qu’il n’y a plus rien à taxer en France est totalement absurde !


              • gordon71 gordon71 10 mai 2012 16:05

                Donc dire qu’il n’y a plus rien à taxer en France est totalement absurde ! 

                 vrai
                et hollande va s’empresser de vous le prouver

                L’air pur

                les tondeuses à gazon
                 je vous parie qu’ils nous remettent la vignette auto qui prend les paris ? 

                le jour où l’on taxera les mensonges et les promesses non tenues

                la France sera vraiment un pays riche


              • Traroth Traroth 10 mai 2012 16:14

                Qui est-ce qui avait enlevé la vignette instaurée par la droite (Giscard/Barre), déjà ?

                Moi, je suis POUR des augmentations d’impôts ! Il FAUT faire payer les riches !!!

                Ils sont responsables de la crise, ils ont les moyens de payer ! Toute autre solution reviendrait à faire payer la crise des riches en privant les pauvres du nécessaire.


              • al.terre.natif 10 mai 2012 16:41

                @gordon

                « et hollande va s’empresser de vous le prouver
                L’air pur
                les tondeuses à gazon »

                c’est possible, mais si il le fait, c’est à nous de ne pas accepter ! (comme nous ne devrions pas accepter certaines des lois votées sous Sarkozy : type certificat d’obtention végétale)

                Juste deux citations d’un homme de bien : Gandhi :

                - Sous un gouvernement qui emprisonne un seul être injustement, la place du juste est aussi la prison
                - Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir.


              • gordon71 gordon71 11 mai 2012 08:53

                c’est à nous de ne pas accepter !

                si vous le dites,

                Hollande vous fera accepter, comme Jospin en son temps, une politique bien plus libérale qu’un gouvernement de droite aurait pu le faire 

                mais attendons tranquillement « le changement », pas de quoi s’affoller

                surtout quand on est prof ou fonctionnaire


              • al.terre.natif 11 mai 2012 10:32

                « mais attendons tranquillement »le changement« , pas de quoi s’affoller »

                Justement non, peut être que vous ne comprenez pas le sens de « c’est à nous de nous opposer à ces lois », mais justement, il ne s’agit pas de rester tranquille, en attendant que Hollande ruine notre pays ou le sauve .... Il s’agit de s’impliquer, pas seulement une fois tous les 5 ans avec un bout de papier dans une urne !!!

                S’impliquer, et s’intéresser à ce qui est décidé en notre nom, et de nous faire entendre si ça ne nous conviens pas, et ce tous les jours !

                Vous préfèrerez sûrement « attendre tranquillement » en râlant, sûr que vous êtes de la catastrophe qui approche, et dont vous pensez que Hollande est le catalyseur !

                => Vous êtes prof ? smiley


              • gordon71 gordon71 11 mai 2012 12:06

                non je ne suis pas prof

                il y à longtemps que je ne compte plus sur la vermine parlementaire et sur ses mensonges parlementaire pour

                assurer mon avenir et celui des miens, je ne souhaite pas l’échec de hollande pas plus que je souhaitais celui de sarko

                je pense que ces bateleurs ne sont là que pour amuser la galerie et nous occuper le cerveau les décisions réelles se prennent par des gens discrets dans des lieux discrets

                le reste s’appelle « société du spectacle »


              • al.terre.natif 11 mai 2012 14:10

                entièrement d’accord avec ce dernier commentaire !

                Du coup, rien ne sert d’être défaitiste. Je ne souhaite pas non plus l’échec de FH, mais je n’attends rien de bon de lui. Pour avoir de bonnes choses, il faudra batailler, il faudra lutter contre les mauvaises propositions, et effectivement, surveiller de très près ce qui sera décidé pendant ces 5 ans.


              • tf1Goupie 10 mai 2012 18:25

                Etroitesse de la victoire ?!

                C’est quoi une victoire pas étroite pour vous ? Et en quoi cela a un impact sur ce que fera Hollande ??


                • njama njama 10 mai 2012 21:21

                  Un peu de fair-play tout de même ... soyez bons perdants ! Au mieux vous n’en avez que pour un quinquennat, un peu de patience.


                  • arobase 10 mai 2012 22:23

                     cet article a pour titre« une présidence vouée à l’échec ! » !! déjà avant d’avoir commencé !


                    ce n’est pas un pronostic mais un souhait semble t-il !! oh combien seraient contents, les imbéciles, que la France échoue !! 

                    par contre, une présidence lepen aurait eu toutes les chances de réussir, pas vrai ? smiley
                     
                    ils ne savent pas, les imbéciles, que si la France échoue, ce sont eux qui en paieraient en premier les conséquences !! les riches et nantis comme lepen, tapie, bétencourt et tutti quanti eux on déjà ce qu’il faut pour tenir le choc ! sarkosy leur a déjà tout donné ! 

                    ou bien une deuxième rebelote de sarkosy le sauveur, là était le salut !! smiley

                     les lepénistes ont d’ailleurs tout fait pour le réélir mais ;; ;; ; enfin ils seront bientôt réunis selon le souhait de lepen qui souhaiterait une alliance avec l’UMP, pas si mal que ça finalement.... ! 

                    • TSS 11 mai 2012 01:11

                      85% du benefice à l’export de l’Allemagne est fait en commerçant avec l’Europe donc en

                      etranglant l’Europe elle se tire une balle dans chaque pied !

                      l’Allemagne ,c’est le titanic.« Coulons ...mais coulons tous ensemble !! »


                      • pens4sy pensesy 11 mai 2012 05:54

                        la droite a les boules, mauvais perdants va !

                        Il faut vous déstresser d’urgence parce que ça va durer 5 ans et vous risquez de développer une maladie psychosomatique.

                        Restez positifs  : Hollande c’est toujours moins pire que le psychopathe a talonnette, non ?

                        La vie est bien plus belle depuis le 6 mai
                         smiley  smiley 


                        • Abou Antoun Abou Antoun 11 mai 2012 08:17

                          Constat (malheureusement) tout à fait lucide.


                          • Lavoi Lavoi 11 mai 2012 08:33

                            a tous les pleurnichards de la droite déchue !!!!
                            une majorité de français vous a éjectés ;de combien ?cela n’a pas d’importance ;
                             c’est la majorité !M’est avis que vous n’êtes pas prêts de revenir au pouvoir et c’est très bien ainsi !
                            alors vous prenez vos petits cartons,vous remballez vos mensonges,vos escroqueries ,et surtout vous vous mettez votre arrogance là où je pense bien profond !!!!!
                            et comme le dit si bien pensesy,la vie est plus belle depuis le 6 mai !!!
                            ps : CASSEZ VOUS POV’S CONS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                            • jean pierre aupert jean pierre aupert 11 mai 2012 09:17
                              Bien sûr que la situation n’est pas aisée, mais la France a-t-elle élu un président ou un concierge.

                              Depuis 5 ans nous avons le concierge de la Mondialisation et des privilèges qui de sa loge, la plus célèbre zone de non droit Française, le Palais de l’Elysée, a fini de privatiser le Trésor Public, La France et donner le droit de tirer à balles réelles sur tous manifestants réclamant légalement ses droits !! 

                              L’ancien dirigeant n’ayant pas trafiqué les résultats avec ses machines à frauder qui siègent dans les bureaux de vote,

                              Le nouveau président va-t-il :
                              - Lancer un appel d’offre pour embaucher des ministres ?
                              - Interdire les machines à voter ?
                              - Préférer les citoyens à l’Euro ?
                              - Prendre les décisions qui s’imposent face à la Mondialisation ?
                              - Mettre à la porte les banquiers ?
                              - Séquestrer les fortunes réalisées par la mafia qui a détruit l’économie de la France ?
                              - Refuser les plans sociaux en l’état ?
                              - Exiger le paiement des milliards d’euros qui manquent dans la caisse de la SECU ?
                              - Refusez le remboursement des « dettes de Sarkozy » ?
                              - Organiser l’économie en partenariat avec les citoyens en les faisant profiter des bénéfices que l’économie génère ?
                              - Réguler le fonctionnement bancaire ?
                              - Arrêter la politique des copains concernant les nominations, les marchés publics et autres ?
                              ETC..
                              A lire - Le MEDEF : « Dame Justice, aucune loi n’interdit à la Mondialisation de détenir la totalité de l’argent mondial ! »http://0z.fr/F7OCN sur L’Abolition de la Raison, le roman de la psychiatrie de la Mondialisation et de ses collabos, les politiques. Partagez sans pitié, merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès