Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une prophétie européenne

Une prophétie européenne

Le 17 mai, jour de passation de pouvoir entre ministres, est parue dans le journal Le Monde une tribune porteuse d'une sombre prophétie qui mérite d'être relevée, tant elle pourrait plomber l'ambiance à l'échelle européenne, à l'heure où la gauche française fête une alternance si longtemps attendue. Titré « Entre l'UMP et le FN, les digues sont rompues »* et signé par le chercheur Gaël Brustier**, ce texte remarquable nous signale une recomposition de la droite française et la suppression des frontières entre le parti d'origine gaulliste et celui de Marine le Pen, avec les futures conséquences électorales que nous pouvons imaginer et que Gaël Brustier décrit en ces termes : « Les "digues" s'affaisseront vraisemblablement en juin mais devraient surtout s'effondrer au cours des élections locales de 2014 et 2015. Si plus rien ne peut empêcher la droite de suivre son destin, la seule question désormais est celle de la prise de conscience de la gauche française »

Conséquence d'une stratégie politique initiée sous Nicolas Sarkozy, de l'évolution sémantique du discours FN et des perceptions culturelles et économiques de la mondialisation comme de la construction européenne, ce phénomène touche aujourd'hui à sa quintessence et produira bientôt ses fruits, avec d'autant plus de vigueur que le scrutin proportionnel l'y aidera. Fondé sur un repli identitaire d'origine économique et sociale, « la peur du déclin collectif et du déclassement individuel », il est d'autant plus prononcé que la gauche d'orientation sociale-démocrate a déserté depuis longtemps le terrain de ces préoccupations, s'engageant tant sur les voies du sociétal et du suivisme néo-libéral et européïste. Le constat dressé par Gaël Brustier s'appuie sur une analyse spécifique de la situation française, notant au passage qu'en dépit du succès de la gauche à l'élection présidentielle, le cumul des voix obtenues par l'UMP et et le FN fut supérieur lors du scrutin 2012 à celui de 2007, qui avait pourtant porté la droite sarkozyste au pouvoir.

UN PHENOMENE SE CONSOLIDANT DANS TOUTE L'EUROPE

Cet état de fait pourrait relever du simple épiphénomène s'il n'était aujourd'hui observable à des degrés divers dans toutes l'Europe, témoignant, selon l'expression de Gaël Brustier d'un « occidentalo-centrisme » délétère, dont les éventuelles conséquences ne laissent d'inquiéter. Tandis que la Grèce, à la fois engluée dans ses propres turpitudes et victime de la règle communautaire, s'est déjà livrée aux extrémistes de tous bords, allant jusqu'à offrir une véritable représentation au parti authentiquement néo-nazi « Aube Dorée », la Scandinavie, le Benelux, l'Europe de l'Est (Hongrie, République Tchèque etc...), succombent un par un aux sirènes d'une extrême droite qui, à l'image du Front National, a su infléchir sa stratégie ces dernières années, conjuguant ses traditionnels penchants xénophobes avec un discours de plus en plus social et noniste. Cette évolution s'est également portée sur la nature même du contenu xénophobe. Quand naguère, c'était l'étranger en lui-même qui était pointé du doigt, quand il ne s'agissait pas de la communauté cohabitante comme dans les Flandres, c'est aujourd'hui la corrélation entre l'origine et la religion supposée, notamment « arabo-islamique ». On a vu, dans un autre registre, lors de l'affaire « Merah », les confusions que cela pouvait engendrer, quand les autorités françaises, parlant des militaires assassinés, ont considéré à tort ceux-ci comme forcément « d'origine musulmane », au prétexte de leurs ascendances nord-africaines. Cette désignation de l'ennemi, conjuguée au repli identitaire et à la volonté de reconnaissance croissante des origines chrétiennes de l'Europe, se double d'une défiance de plus en plus prononcée vis-à-vis d'une technocratie européïste déconnectée, supposée vendue au monde de la finance ; entité sans visage mais également susceptible d'assimilation confessionnelle. On le voit dans le cas extrême de la Grèce où la situation économique et politique commence à se déporter sur des considérations antisémites, comme en Pologne où, parallèlement à un travail de mémoire national récent et salutaire sur l'origine de l'antisémitisme, les partis de droite et d'extrême droite n'hésitent pas à user à nouveau de l'élément judaïque, tant (et c'est une « tradition » en Pologne) pour revendiquer l'unicité chrétienne que pour fustiger certains problèmes économiques, en dépit de la croissance soutenue connue par le pays (3,9% en 2011 et 2,5% de prévision pour 2012). Ce phénomène est également observable en Suisse, pays prospère s'il en est, et non communautaire, mais victime de la peur bien connue de la contagion et dans lequel le parti d'extrême droite (UDC) est la première force politique, ayant réuni un peu moins de 30% des voix lors des deux derniers scrutins fédéraux.

AU ROYAUME DES AVEUGLES

Au niveau des principaux régimes européens, tous plus ou moins dominés par la droite libérale jusqu'à l'élection de François Hollande, le doute commence seulement à s'immiscer parfois, au milieu d'un océan d'aveuglement. Tandis que le gouvernement Allemand, pourtant en sursis, s'apprête à livrer une guérilla contre celui de Jean-Marc Ayrault, sur la renégociation du TCE, son Ministre des Finances Wolfgang Schäuble prédit sans rire une amélioration de la crise de la zone euro d'ici un ou deux ans, dans la poursuite des politiques d'austérité, et appelle à l'élection d'un véritable Président de l'Europe, élu au suffrage direct, sorte d'incarnation d'un pays qui n'existe pas et avance sans l'assentiment de ses peuples. Pendant ce temps, et dans le même ordre d'idée, l'ancien Président de la Banque Centrale Européenne, Jean-Claude Trichet, en visite à Washington, pour glorifier son bilan, plaide pour la mise sous administration européenne directe des pays incapables de mettre en œuvre les « préconisations » économiques de l'U.E. On le voit, le fossé déjà abyssale entre le regard porté par les citoyens, en France comme ailleurs en Europe, sur leur perte de contrôle identitaire et économique et les directions envisagées au plus haut niveau communautaire, ne peut que se creuser au profit des partis d'extrême droite qui font en partie leur lit sur le refus de la mondialisation et d'une Europe purement financière. Ce phénomène ne peut que s'aggraver si, à l'échelon national, des parties entières du territoire et des populations sont en butte à la suppression des éléments de cultures locales (auquel la télévision participe grandement), des services publics fondamentaux (éducation, sécurité, santé, justice) ainsi que des symboles républicains, et que les citoyens assistent désarmés à l'accentuation des inégalités au profit d'une élite (de droite comme de gauche) atteinte de cécité et prompte à s'absoudre de toute responsabilité dans la dégradation globale des choses.

UNE RESPONSABILITE EXCEPTIONNELLE

De ce point de vue, on comprend bien que la gauche Française, portée au pouvoir par la grâce du rejet de la personnalité de Nicolas Sarkozy, davantage que par une adhésion à son programme politique, joue aujourd'hui bien plus que sa simple crédibilité. Les premières mesures qu'elle adoptera, notamment en matière de sécurité, de service public et de justice fiscale, mais plus encore sa capacité à faire entendre une voix différente en Europe, à l'écoute des peuples et dans la contestation d'une vision purement technocratique et financière, auront des conséquences absolument déterminantes. Elles engageront tout simplement la survie de la raison républicaine et de la cohésion européenne et nécessitent d'être menée avec un sérieux et une gravité exceptionnels.


* http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/05/17/entre-l-ump-et-le-fn-les-digues-sont-rompues_1703127_3232.html

** Gaël Brustier est l'auteur de :

"Voyage au bout de la droite" avec Jean-Philippe Huelin : Mille et une nuits

"Recherche le peuple désespérément" avec Jean-Philippe Huelin : Bourin Editeur


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • MdeP MdeP 19 mai 2012 12:11

    Il faut taper le poing sur la table et quand je dis taper, je pense qu’il faut fracasser la table et faire savoir que la France se retire de l’Europe. Pas facile me direz-vous, la responsabilité PENALE de cette Europe financière crapuleuse est imputable à un français, ancien président du pays, principal rédacteur de la Constitution européenne, à savoir Giscard d’Estaing. Vous devez savoir que cette Europe est uniquement destinée à servir les intérêts de la Finance car, au final, nous le voyons bien, nous leur versons des rentes (c’est exactement cela, car ces gens-là vivent sur le travail des autres). D’autre part, on rappelle que ce n’est pas une Europe des Peuples car cette même Constitution européenne INTERDIT par une loi cadre glissée au milieu de son texte, dans un sixième alinéa, toute harmonisation sociale et instaure donc le fameux dumping social (l’histoire du plombier polonais).

    Il faut donc sortir de l’Europe. Il faut donc sortir de l’Euro. Revenir à une monnaie nationale (autre que le franc). Une monnaie non convertible avec l’Euro (pour leur rendre la monnaie de leur pièce).
    Tant qu’à souffrir, battons-nous.
    Battons-nous avec les Grecs, avec les Italiens, les Espagnols, les Portugais et tous les Peuples qui voudront nous suivre. Réduisons notre cercle d’échange avec des monnaies non adossées à l’Euro, au Dollar, à l’once d’or. Revenons aux fondamentaux : adossons notre monnaie à sa utilité première : sa conversion en valeur de travail et non à celle du parasite.
    Y’a pas écrit « Grec » sur mon front. 


    • verdad 22 mai 2012 16:24

      Le FN fasciste  ?
      Jeune homme , après bien des combats contre le Nazisme et le Fascisme du temps
      où ils existaient, où il existaient .
      je n’ai pas prétention d’être un grand RESISTANT mais, j’ai fini ce périple en débarquant en 1944 , la moyenne de ma section ; 20 ans à cet âge ils l’ignoraient ils étaient déjà des
      Vétérans.
      -libération du territoire Français, franchi le Rhin sur dingy pneumatique.
      -le 7 Mai 1945 vers 17 heures.rencontre avec l’armée Rouge. J’avais 22 ans,
      Classe de recrutement 1943
      Classe de rattachement 1939.
      -Sans plus.
      -Mes ancêtres esclaves à Alger ont été délivrés par les Soldats Laboureurs
      de Charles X et ensuite Francisés par Senatus Consulte de Napoleon III 1865.

      J’ai conscience à 90 ans de ne point arriver à votre cheville.
      et pourtant, j’en suis à ma Troisième République.


    • HELIOS HELIOS 19 mai 2012 12:36

      ..... « la peur du déclin collectif et du déclassement individuel », ....

      A partir de cette ligne, votre article n’est plus « relevant » d’une reflexion baséee sur des faits.

      Votre analyse, au demeurant bien construite, part sur un postulat faux... et je m’en tiens a votre phrase, car je pourrais egalement disserter, a mon tour, sur tous les autres poncifs les plus courants.

      il faut d’abord tuer immediatement l’idee que ce sont les français les moins eduqués qui ont choisi la droite de la droite, actuellement incarnée par Marine Le Pen. C’est d’abord insultant, car aujourd’hui les sondages reviennent sur leurs affirmations anterieures, probablement manipulées, pour donner honte a ceux qui ne choisissent pas l’orthodoxie politique.


      Les votants pour le FN cette fois, n« ont pas peur d’un eventuel »declin collectif« . beaucoup ne ressentent aucune peur de rien, ils veulent seulement appartenir a un groupe dans lequel ils se reconnaissent pour participer a la competition mondiale. Ils veulent seulement que les regles ne leur soit pas defavorables au point d’empecher leur »qualification".
      Ils ne sont pas plus xenophobes que tous les autres français. L’analogie sportive est excellente. Les joueurs d’une equipe oeuvre pour la victoire. Au prochain combat l’equipe sera differente peu importe, mais pour chaque bataille, il faut que la cohesion d’ensemble soit effective.

      Dans le grand combat de la vie, ceux qui ont choisi le FN l’ont fait pour que le combat soit equitable et qu’il n’y ait pas de joueurs qui ne jouent pas la même partie.

      - - que le combat soit equitable, cela veut dire que les regles des uns soient appliquées aux autres. Il est actuellement intolerable qu’il n’y ait plus de travail en France parce que les entreprises delocalisent, là où la main d’oeuvre est moins chere, faute de protection sociale. La solution intellligente aurait été de mettre en place une protection sociale là ou elle n’existe pas... nos entrepreneurs on choisi l’inverse, avec l’aval de la classe politique, la suppression de notre protection sociale pour arriver au même niveau de copmpetitivite : c’est innaceptable.
      — que tous les joueurs jouent la même partie, c’est a dire qu’il n’y ait pas des membres de l’equipe qui defavorisent ou chargent l’equipe pendant le combat. Creer et vendre un produit français competitif, developper les capacites de son equipe, c’est oeuvrer selon l’interet de l’equipe et non pas favoriser l’equipe adverse. Je ne m’etendrai pas trop sur ce sujet car la pensée unique actuelle m’en empeche.


      Enfin, les votants du FN n’ont pas peur du declin individuel. Ils se battent, comme tous les autres français au quotidien pour maintenir le rayonnement général du pays qui passe evidement par le rayonnement individuel.
      Avoir bati 2000 ans au moins de culture, ce n’est pas renoncer a celle ci, juste parce que d’un coup d’aile avec un billet electronique on peut venir s’installer et demander, non..., exiger le respect des autres au detriment de la culture, des coutumes et des regles locales.
      Tout le monde est pret a respecter son voisin, la reciproque doit etre vraie. 
      Les valeurs de la France n’ont rien de honteuses, leur application a chaque français est parfaitement legitime et ne sont pas du tout en declin. Il faut les defendre afin que notre pays ne devienne un gloubi-boulga sans ligne directrice, sans homogeneite et sans interets, avant qu’une autre voie ne lui soit imposée.

      Aller plus loin dans les commentaires sur votre article est inutile si celui ci se fonde sur une interpretation erronnéee du vote des français.

      Merci et bon week end


      • MdeP MdeP 19 mai 2012 16:22

        MdeP @ Helios

        Bonjour Hélios
        La situation de la France, désastreuse, ne découle pas de son immigration - pour faire court sur le discours du FN. C’est une grave erreur : elle découle de la cherté de l’Euro, déjà, par rapport au Dollar qui fait, que nos exportations sont inférieures à nos importations. Et de l’impossibilité aussi et surtout de jouer sur son taux de change.
        Je viens de visionner la conférence de François Asselineau « Faut-il avoir peur de sortir de l’Euro ? » que je vous conseille à mon tour de regarder. Il explique extrêmement bien que la situation très dégradée de la France tient à la politique monétaire subie par le biais de la monnaie unique (avec un taux d’intérêt identique aussi quelque soit l’Etat de l’Union). Que c’est l’Euro, comme il le précise bien, exactement le coeur du problème de la France et de tous les Etats européens. 
        C’est un cours magistral de deux heures fractionné en 4 vidéos. Donc vous pouvez reprendre quand vous voulez. 
        Ah, au fait, je me permets une précision sur l’immigration : nous avons besoin d’immigration car les français ne font pas assez d’enfants, toujours. Le fameux seuil de renouvellement des générations : deux enfants par femme. 
        Concernant la conférence de François Asselineau, il est intéressant, en plus des explications techniques, de ne pas rater la deuxième vidéo relative à l’action violente de l’Etat suédois, lui-même, pour amener les suédois à rentrer dans l’Euro. Ce qu’ils ne feront pas, pour leur plus grand bien.
        Voilà Helios. 
        En résumé, il faut sortir de l’Europe, Il faut sortir de l’Euro. François Asselineau le dit, l’argumente. Pour s’en sortir, il n’y a pas d’autre solution.
        Bonne journée Hélios.


      • verdad 19 mai 2012 17:31

        Certes les Français ne font pas assez d’enfants ; je n’en ai eu que quatre.
        La Solution est fort simple. En cas d’espèces en péril , chacun exige leurs
        protections, pourquoi pas en France enfin, une mesure écologique des
        plus urgentes qui plus est assurerait en douceur, la Retraite à 60 ans ?

        Je ne suis concerné en aucune façon, j’ai pris ma Retraite à 70 ans,
        80.000Kms par an, en outre j’ai cotisé 52 ans.

        Prendre le taureau par les cornes, rééquilibrons le problème et, à l’avenir,
        doublons ou triplons les Allocations familiales aux seuls Français, le
        problème sera résolu en moins d’une Génération .

        N’y voyez aucune discrimination, il n’est question que de sauvegarder
        notre espèce si ce n’est notre Ethnie.


      • MdeP MdeP 19 mai 2012 19:32

        MdeP @ Verdad

        Quand je lis ce genre de post, je ris de bon coeur : un peu d’historique. 
        Côté génétique : 80 % de la population européenne est issue des chasseurs-cueilleurs du paléolithique et 20 % du néolithique, des agriculteurs du Moyen-Orient (avant on nous assurait du contraire mais la génétique a rétabli la réalité). Deuxièmement : il y a 7 lignées maternelles en Europe et 33 environ dans le monde. Troisièmement : le mot « race » est inexact car il n’y a que des protopopulations. 
        Côté histoire : la France est un carrefour géographique. Avant, on parlait d’invasions. Maintenant, on parle d’immigration. Le principe est toujours le même : le nouvel arrivant s’installe et finit par s’intégrer et à se fondre dans la population. Si bien que l’on ne peut que constater que beaucoup de « français » sont majoritairement issus de l’immigration !!! 
        Notez aussi que des français émigrent. 
        Votre problème c’est que vous pensez que ces nouveaux arrivants nous coûtent chers : c’est complètement inexact : en fait ils génèrent un bénéfice pour l’Etat qui est, je crois, de l’ordre de 9 milliards (chiffre à vérifier et que je vous engage à vérifier en tapant les mots clés).
        Le FN comme tous les partis fascistes sont d’abord fondés sur la médiocrité, l’ignorance et la haine primaire de l’autre (mais bon, le cerveau de l’homme moderne est toujours celui de l’homme primitif. Cela aussi est un fait MAIS PAS UNE EXCUSE.
        Alors faites l’effort de vous mettre à niveau avant de dire des sottises et de foncer tête baissée dans le panneau.
        Allez @+


      • titi 19 mai 2012 22:35

        @MdeP

        « La situation de la France, désastreuse, ne découle pas de son immigration - pour faire court sur le discours du FN. C’est une grave erreur : elle découle de la cherté de l’Euro, déjà, par rapport au Dollar qui fait, que nos exportations sont inférieures à nos importations. Et de l’impossibilité aussi et surtout de jouer sur son taux de change. »

        Faut arrêter de dire n’importe quoi sur les dévaluations.

        Le cap de 2 millions de chomeurs a été passé à une époque où le franc était dévalué de façon régulière. Cela n’a pas améliorer quoi que ce soit à l’époque.

        Celà n’apportera rien de plus maintenant.
        Elle n’apportera rien car la différence de cout entre un technicien francais et indien est de 1 pour 30. Il faudrait donc diviser notre monnaie par 30 pour être compétitif. Ce qui en même temps multiplierait notre facture énergétique par 30, et donc ne changerait rien au déséquilibre de notre balance commerciale.

         

         

      • titi 19 mai 2012 23:01

        « Votre problème c’est que vous pensez que ces nouveaux arrivants nous coûtent chers : c’est complètement inexact : en fait ils génèrent un bénéfice pour l’Etat qui est, je crois, de l’ordre de 9 »

        D’après l’INSEE « les prestations sociales assurent 21% des revenus des immigrés, contre 5,1% pour les non-immigrés et 5,4% pour les immigrés qui viennent d’Europe. »

        Plus généralement, certaines études considèrent que l’immigration génère un cout de 60 Milliard d’euros par an...

        Donc oui, les nouveaux arrivants coutent cher

        .
        Mais cela ne serait pas très grave, si il s’agissait de batir un avenir commun.
        Or cet avenir est impossible du fait de cultures « non intégrables ».

         


      • Cigogne67 19 mai 2012 23:07

        ça c’est pour 2008

        Le coût réel de l’immigration en France. 14ème étude publiée par Contribuables Associés réalisée par Jean-Paul Gourévitch,expert international en ressources humaines, spécialiste des migrations.

        L’immigration, combien ça coûte ? Ce thème est si lourd d’enjeux politiques que le seul fait de poser la question dérange ou provoque.
        Au bout du compte, ce sont pourtant les contribuables qui financent les migrations. Il est donc souhaitable, pour se faire une opinion sur le bien-fondé des politiques conduites dans ce domaine, d’en identifier et d’en évaluer les paramètres financiers

        C’est à cet exercice que s’est livré, avec un souci de l’exactitude exempt de tout a priori idéologique, Jean-Paul Gourévitch, expert international en ressources humaines. Dans l’étude que nous publions, il compare les dépenses annuelles que l’Etat consent pour les immigrés (71,76 milliards d’euros) avec les recettes qu’il encaisse de leur part (45,57 milliards d’euros), soit un solde négatif de plus de 26 milliards. Enfin, il évalue les investissements engagés par l’Etat pour contenir les flux migratoires ou faciliter l’intégration des immigrés et de leurs enfants (10,81 milliards d’euros). Au terme de cette analyse, il présente les solutions qui permettraient de réduire les coûts de l’immigration.

        nous sommes en 2012, multiplions par 2...


      • MdeP MdeP 20 mai 2012 02:25

        MdeP @ titi

        Il y a 7.5 millions de chômeurs. 
        Il y a aussi le problème de la désindustrialisation de la France. Ce n’est ni vous ni moi qui allons faire fabriquer à l’étranger. La cherté de l’euro a accentué et accéléré la délocalisation des industries.

      • MdeP MdeP 20 mai 2012 02:34

        MdeP @ titi

        Nous n’avons pas les mêmes chiffres sur les immigrés.
        Enfin, nous avons bel et bien un avenir commun comme l’ont toujours eu les anciens et les nouveaux immigrants.
        Ca se passe sur deux ou trois générations. Et ça se tasse. 
        Evidemment avec des personnes comme vous, l’intégration est plus difficile à réaliser : l’esprit républicain a du mal à rentrer dans certaines cervelles plus petites que d’autres. Visiblement, vous n’êtes pas intégré dans votre propre pays.

      • Relka Wuyilu 19 mai 2012 13:02

        @helios
        Merci pour votre commentaire, auquel je ne peux néanmoins, vous le comprendrez, du fait de mon article, totalement souscrire, bien qu’il aille (involontairement ?) relativement dans mon sens.
        Concernant la phrase de Gaël Brustier : « la peur du déclin collectif et du déclassement individuel », .... Elle signifie nullement (ni d’ailleurs aucune autre de l’article) que l’on parle des Français les moins éduqués. Mais davantage d’une part de la France rurale et péri-urbaine, ce qui est prouvé par la géographie du vote. Il y a aujourd’hui une évolution notoire du vote FN qui dépasse de loin le simple caractère « xénophobe » qu’il pouvait avoir antérieurement. Beaucoup plus de femmes, alors qu’avant les hommes étaient très majoritaires dans le vote Le Pen, davantage de cadres, de jeunes et fait aussi nouveau, de paysans. Donc, je je ne vois pas bien.

        Pour le reste et les raisons du vote et notamment les aspects « jouer la même partie » et « partie équitable », rien dans mon article indique le contraire, et je suis assez d’accord avec cela.

        Pour, le combat pour « le rayonnement », sans doute, c’est la question du « déclin collectif » : il n’empêche que le déclassement individuel fait indéniablement partie des craintes principales des Français et notamment des électeurs du FN, voir les études de Maurin, de l’Insee etc à ce sujet.

        Il n’’en reste pas moins que prôner la seule reprise économique, sans pour autant changer de politique nationale et européenne, pour réduire le vote FN (et je ne dis pas que vous le soutenez), comme le dit une partie de la gauche n’a aucune chance de succès et ne fera que faire fructifier ce parti (voir la Suisse et la Norvège à ce sujet.)

        Bonne journée également.


        • HELIOS HELIOS 19 mai 2012 22:38

          Merci beaucoup pour votre réponse... au passage, merci aussi a ceux qui m’ont lu et qui on commenté mon message ci-dessus.

          Si vous avez suivi, tout au long des mois passés, mes interventions... je sais, ce sont en général des messages long a lire, j’ai de nombreuses fois exprimé mon attachement a l’Europe.. mais surement pas a celle qu’on nous construit actuellement.
          Je suis profondément républicain, avec une dose de patriotisme (pas nationalisme, hein...) que je juge acceptable.
          Je n’ai rien de xénophobe, de raciste mais comme tout est dans le dosage, certains peuvent me considérer trop... pas assez... etc.
          Je ne défends pas l’idée que la reprise économique pourra réduire le vote FN, car il faut penser a tous ceux qui adherent a des solutions que je ne soutiens pas, cote gauche ou droit.

          Oui, il faut changer de politique. mais la politique que nous vivons aujourd’hui n’a rien a voir avec la politique telle qu’on la définit depuis 2000 ans. Il faut avant de décider des nouvelles orientations, d’où qu’elles viennent et quelles qu’elles soient, quel est le vrai intérêt et les marges de manœuvres dont nous disposons - ce qui est fortement lié également.

          Je précise donc que pour moi, il faut impérativement rééquilibrer le pouvoir des puissances économiques et le pouvoir citoyen, car on ne fera pas le bonheur des peuples en leur donnant des RSA pour les pauvres et des supermarchés pour les moins pauvres.
          Il y a des groupes de mesures (pack) a mettre en place pour ce faire et lorsque les équilibres fondamentaux seront rétablis, y compris les fondamentaux associés a la classe politique - honnêteté, contrôle, respect etc, les résidus de votes extrêmes seront négligeables et refléterons la courbe de gauss de la répartition de valeurs.

          Alors, alors seulement on pourra aller plus loin dans la construction de l’Europe, dont je me permets de vous rappeler que nous en avons deja une matérialisation non négligeable ... libre circulation des biens et des personnes, passeport et monnaie commune et de nombreuses homogénéisations quelquefois discutables, abusives et a revoir, mais c’est un bon debut...

          A bientot


        • aliante 19 mai 2012 16:10

          il y a l’upr qui se présente aux élections européennes en 2014 ,c’est quand meme le seul parti qui demande un vrai débat sur l’Europe mais à part la censure les médias ne connaissent que ça on voit bien que cette Europe est une dictature par la tromperie ,les 600 milliards d’euros de déficit sont bien tombés dans les poches de quelqu’un ,


          • verdad 19 mai 2012 17:37

            1600 Milliards d’endettement minimum.
            Au Diable l’avarice


          • aliante 19 mai 2012 16:17

            les mesures économiques en Europe notamment en France dans le systeme de Lisbonne mondialiste ne produiront aucun effet pour la bonne et simple raison que vous ne pouvez pas lutter à armes égales avec 3 milliards de personnes dans les pays émergents qui travaillent 20 fois moins chers meme si vous supprimiez toutes les charges sur le travail ,telle qu’elle est la France avec son niveau de progrès sociale ne peut pas survivre si elle ne sort pas de l’Europe de shengen et de l’euro ,,de plus les plus riches profitent de la liberté de circulation des capitaux pour les placer dans les paradis fiscaux comme le Luxembourg ou les Iles Caiman qui en plus sont detenteurs de la dette française ,une escroquerie totale pour mettre la France à genoux et lui faire accepter la régression sociale pour survivre ,


            • appoline appoline 19 mai 2012 16:34

              Des gouvernements successifs que peut on retenir : traîtrise. Ils ont bafoué la France et se sont moqués des français pour servir ceux qui les dirigent. Oui, il faut sortir de l’europe, elle nous plombe nous et notre économie. Ce vieux con de Giscard voulait encore il y a peu inclure la Turquie dans l’europe. Les seuls gens à qui cela profite, sont ceux qui ont encore de quoi manger dans leur assiette car ne vous y trompez pas, nous allons avoir de très dures moments dans les mois qui viennent, mais eux n’auront pas faim encore une fois c’est le petit qui va souffrir


              • vachefolle vachefolle 19 mai 2012 17:00

                Il n’y a pas de soucis a se faire pour 2017.

                La gauche sera tellement laminée, et Hollande tellement haï après 5 années de cynisme politique et d’erreurs economiques, avec un chômage dramatique et une situation économique catastrophique, que la droite n’aura besoin de faire aucune alliance avec le FN pour gagner tranquillement la présidentielle et les législatives.


                • Soi Même 19 mai 2012 17:39

                  au lieu de regard dans l’instant ce qui va se passé en France avec les élection, il est plus urgent de suivre se qui se passe en Grèce, en Italie, en Espagne, auPortugal car c’est cela qui nous pend au nez au mois de Juin, juste après les législatives.

                  GOLDMAN SACHS est en train de prendre le bouillon à Walt Street.

                  Et oui la grande finance va régulé les ambitions politiques Française à zéro !


                  • toor toor 19 mai 2012 18:36

                    Vos commentaires me plaisent et je suis content d’observer que certains Français ont les yeux ouverts.


                    • moebius 19 mai 2012 22:55

                       Ouvrez le yeux petits français.. ;500 milliards d’euros c’est le cout de la sortie de la Crece de l’Euro. Cout que la Grece, l’Europe et le monde supportera. Mais nous ne savons rien des consequences econonomiques d’une crise qui touchera l’ensemble des pays européen et du monde. Aucun expert economique ne le sait. Pour exemple le cout estimé au moment de la crise des subprimes, c’était 200 milliards. En fait il s’est agit d’une pette seche pour l’economie mondiale se situant entre 4000 et 6000 milliards. et maintenant gueule la marseillaisse et agite ton drapeau.


                      • moebius 19 mai 2012 22:56

                        ça fera du vent....


                        • non667 20 mai 2012 15:53

                          article qui lèche la propagande du N.O.M.

                           NON ce n’est pas parce que vous aimez votre femme que vous détestez les autres !
                          NON ce n’est pas parce que le fn aime/défend les français qu’il est xénophobe (raciste,antisémite par amalgame/sous entendu point godwin fréquent ) ça c’est de la propagande du N.O.M pour tuer les nations/peuples obstacles à son hégémonie !

                           les gogos (je suis poli ) qui marchent dans cette combine ,s’ils y trouvent un avantage à court terme participent à couler leur peuple /pays /nation à plus long terme (terme atteint pour les grecs ,pas loin pour nous ) ceci valable pour les français et les immigrés


                          • toor toor 21 mai 2012 02:42

                            Je soutiens les Grecs dans leurs décisions et leurs souhaitent une bonne sortie de la zone euro.Je me fiche pas mal de ce que ça peut soi-disant coûter à la France et j’espère que cela fera ouvrir les yeux.C’est toujours les mêmes enculés qui s’en mettent plein les poches par leurs fautes des milliers d’hommes meurent chaque jour dans tous les pays du monde.


                            • MdeP MdeP 21 mai 2012 14:48

                              MdeP @ Babylon

                              Un seul mot pour éclairer ta nébuleuse : FRATERNITE
                              Ou pour toucher peut-être ta personne à défaut de ton esprit républicain : ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse. Imagine simplement que tu sois immigré en France actuellement ...
                              Enfin l’esprit républicain a été très bien résumé en trois mots qui sont la devise de notre République et inscrits dans notre Constitution : LIBERTE EGALITE FRATERNITE.
                              Quelle horrible chose pour les fachos de l’Extrême droite UPM FN !!??
                              Je corrige : l’intégration n’a jamais été réalisée pour des allumés de ton espèce : l’esprit républicain n’est jamais rentré dans ta cervelle dégueulasse. Tu n’es même pas intégré dans ton propre pays !

                            • toor toor 22 mai 2012 00:08

                              L’UPR c’est peut-être bien mais il faut déjà avoir une certaine carrure et puis François Asselineau a fricoté avec Nicolas Sarkösy ce qui laissera toujours un doute.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès