Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vaccin : « Pas de preuve scientifique ! »

Vaccin : « Pas de preuve scientifique ! »

Le député qui présidait une table ronde sur la vaccination en France, le 6 juin dernier au Sénat, estime « qu’il n’existe pas de preuve scientifique sur l’utilité des vaccins ».

Dans notre enquête sur l’obligation vaccinale, nous avions pointé les contradictions et insuffisances de la politique vaccinale en France, démontrant que la suspicion croissante des Français vis-à-vis de cette pratique était due essentiellement à une attitude autoritaire des pouvoirs publics, au manque de transparence sur les effets secondaires, à une connaissance encore faible de l’immunologie et à la diabolisation d’une partie de la population (les associations pour la liberté vaccinale et les sectes), etc.

Nous avions alors conclu, non bien sûr à l’inutilité des vaccins, mais à la nécessité d’approfondir l’étude scientifique sur les vaccinations ainsi qu’à la nécessité d’ouvrir un débat citoyen.

Lors d’une table ronde sur le thème « Les vaccins en France : quels enjeux pour l’industrie pharmaceutique et la recherche ? », réunie le mercredi 6 juin dernier, sous la présidence de Jean-Michel Dubernard, organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des politiques de santé (Opeps), nous apprenons maintenant que « l’utilité des vaccins n’est pas prouvée scientifiquement ».

Voici le dialogue dans lequel s’insert cette affirmation :

«  M. Nicolas About, sénateur, vice-président, s’est étonné de la couverture vaccinale moyenne de la France, alors qu’il s’agit de l’un des pays les plus contraignants en matière d’obligation vaccinale.

M. Claude Le Pen, membre du comité d’experts, a estimé que ce résultat est plutôt le fait d’un lobby anti-vaccinal plus fort que dans les autres pays.

M. Alain Sabouraud, pharmacien responsable de Sanofi Pasteur, a ajouté qu’il n’existe pas en France de promotion de la politique vaccinale, à la différence de celle menée au niveau mondial par l’OMS ou aux Etats-Unis par le Center for Disease Control. Il a estimé que, face au lobby anti-vaccinal, les laboratoires sont mal placés pour faire la promotion du vaccin. Ce rôle pourrait en revanche être confié au comité technique des vaccins (CTV).

M. Eric Guez, de Novartis Vaccines, a considéré que la défiance à l’égard du vaccin relève, en France, d’un manque de confiance dans les résultats.

Le président Jean-Michel Dubernard, député, en a convenu, rappelant qu’il n’existe pas de preuve scientifique sur l’utilité des vaccins.  »

La langue du député Jean-Michel Dubernard, président de la table ronde et alors premier vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des politiques de santé, n’a pas fourché. Il réitère un peu plus loin sa conviction en disant qu’il «  manque des données scientifiques permettant d’apprécier l’utilité des vaccins  » !

L’enquête sur l’obligation vaccinale que nous avons menée est de ce fait justifiée et confortée par cette simple affirmation...

Et c’est même plus qu’une affirmation puisque le député «  rappelle  » l’absence de preuve scientifique. Cela semble vouloir dire qu’une telle vérité est bien connue des responsables. D’ailleurs, le député n’a pas été démenti par ses interlocuteurs présents lors de cette réunion qui comptait les plus grands experts dans ce domaine.

Pourquoi alors affirme-t-on constamment et fortement le contraire au public ? Que l’action des vaccins est sous contrôle, qu’elle est scientifiquement établie, etc. ?

Les acteurs de la vaccination voudront sans doute fonder l’utilité des vaccins sur les seules constatations d’une régression des maladies concernées. Mais, précisément, les données épidémiologiques qui permettraient une telle analyse sont notoirement insuffisantes. De plus, la sous-notification des effets secondaires des vaccins est connue et reconnue, empêchant le juste établissement de la balance bénéfice/risque. Et la disparition des maladies peut être expliquée par bien d’autres facteurs (hygiène, alimentation, etc.). Bref, de toute façon, la discussion est de droit à nouveau ouverte.

Plusieurs internautes nous avaient reproché de nous mêler de ce qui ne nous regardait pas, de ne pas avoir le bagage scientifique suffisant pour aborder une telle question, etc. Nous avions prévenu que notre approche était journalistique et politique (au sens large). Les propos du député Jean-Michel Dubernard viennent à notre sens redonner du poids à notre conclusion qu’un grand débat citoyen, précédé ou accompagné de nouvelles expertises contradictoires, est désormais nécessaire.

En effet, soit ce député dit n’importe quoi - et il faut se demander ce qu’il faisait à la tête de cette table ronde.

Soit il dit vrai - et la preuve d’un discours trompant le public (car affirmant que la vaccination repose sur des bases scientifiques irréfutables) est apportée par lui au détour de cet échange parlementaire.

Nous penchons évidemment pour le deuxième terme de cette alternative. En effet, Jean-Michel Dubernard sait de quoi il parle : outre son titre de député (perdu cette année), il est médecin, chirurgien des hôpitaux de Lyon et professeur des universités.

En tout cas, s’il n’existe pas de « preuve scientifique sur l’utilité des vaccins », il est urgent de revoir le « contrat social » autour de notre politique de vaccination... Et encore plus à propos de l’obligation vaccinale.

Les Français ont le droit d’y voir clair !


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

133 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 5 novembre 2007 11:55

    Ne melangeons pas la science et la politique. La science se doit de douter, le gouvernant de gouverner. Un scientifique peut toujours remettre tout a zero,c’est la force de la science. Mais negliger la vaccinnation est irresponsable.


    • David Krauss 5 novembre 2007 14:05

      « Un scientifique peut toujours remettre tout a zero,c’est la force de la science »

      Merci pour cette phrase pleine de bon sens !

      J’espère que Tall sera à même de comprendre sa portée.

      Mais j’en doute.

      A+


    • TALL 5 novembre 2007 12:25

      Une enquête de quidams sur un sujet aussi complexe que l’immunologie, c’est du farfelutisme intégral. Faite donc la même enquête sur la cybernétique, que je me marre un peu smiley

      Et qu’Agoravox se rebaptise ESOTERICAVOX, ce sera plus crédible.


      • David Krauss 5 novembre 2007 14:00

        Mais non voyons n’avez-vous pas participé à un débat de ce type tout le week-end ! smiley


      • brieli67 5 novembre 2007 14:07

        se battre contre VOS coupé collé parce que tu n’étais pas seul !

        dis nous QUI fait imprimer ces textes et ce charabia par des chercheurs qui ne font plus de paillasse depuis 2o ans ??


      • David Krauss 5 novembre 2007 14:13

        « dis nous QUI fait imprimer ces textes et ce charabia par des chercheurs qui ne font plus de paillasse depuis 2o ans ? ? »

        Une partie des liens postés sur un autre débat proviennent de :

        http://www.ncbi.nlm.nih.gov/sites/entrez?db=PubMed

        PubMed is a service of the U.S. National Library of Medicine that includes over 17 million citations from MEDLINE and other life science journals for biomedical articles back to the 1950s. PubMed includes links to full text articles and other related resources.


      • Alpo47 Alpo47 5 novembre 2007 12:27

        Je pense que pour comprendre la politique vaccinale en France, il faut remonter à son origine et démonter la vie et l’oeuvre REELLE de Pasteur. Or, celle ci est très contestée aujourd’hui, de plus en plus nombreux sont ceux qui affirment qu’il a bâti son raisonnement sur une escroquerie intellectuelle.

        Et revenir à l’opposition entre Pasteur qui affirme la prépondérance du virus et Bechamp qui affirme l’importance « terrain ».

        Pasteur l’a emporté et notre corps est « bombardé » de vaccins.


        • TALL 5 novembre 2007 12:55

          A Carlo Revelli

          Je crois que cette forme de journalisme-citoyen qui consiste à sombrer dans le conformisme de l’anti-conformisme conduira au discrédit du site et le réduira bientôt à une sorte de blog collectif de l’ésotérisme. A moins que les changements à venir y remédient ?


          • brieli67 5 novembre 2007 13:24

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Tique

            je ne vous conseille pas de la rencontrer chargée du virus de la Frühsommer-Meningoenzephalitis (FSME, engl. tick-borne encephalitis, TBE, Frühsommer-Meningitiserkrankung)

            Pouvez vous vérifier son épidémiologie et sa répartition sur l’Europe ? sans oublier la France et les Ardennes ? et l’Italie ?

            Comme indication regardez la prévention sanitaire en Autriche et en Suisse......

             ?? ALORS LES VACCINS INEFFICACES ??


            • HBL 5 novembre 2007 13:42

              Quelle est le rapport avec les vaccins ?

              D’autre part, la politiques vaccinale est plutôt complexe et nos gouvernements se sont peut-être emballés un peu trop vite. Aujourd’hui, de plus en plus de scientifiques suspectent les vaccins dans de nombreuses maladies...


            • David Krauss 5 novembre 2007 14:08

              « Aujourd’hui, de plus en plus de scientifiques suspectent les vaccins dans de nombreuses maladies... »

              Attention vous allez faire passer à Tall une très mauvaise semaine !!!!

              Bloqué sur le même article jusqu’au week-end et au delà.

              Ce débat scientifique même ardu est très intéressant car il rejoint des interrogations que l’on peut avoir sur le sujet de la compréhension de l’immunologie, domaine où il y a beaucoup de chose à prendre ou à découvrir.

              J’encourage tout à fait ce débat à condition que cela reste un débat d’arguments et pas d’insultes.


            • brieli67 5 novembre 2007 14:02

              HBL........ trop fainéant pour lire ? avant de recracher votre angoisse LISEZ et documentez vous !


              • HBL 5 novembre 2007 14:36

                Justement, l’aluminium dans les vaccins est largement visé par les chercheurs actuellement...


              • Voltaire Voltaire 5 novembre 2007 14:40

                "En effet, soit ce député dit n’importe quoi - et il faut se demander ce qu’il faisait à la tête de cette table ronde.

                Soit il dit vrai - et la preuve d’un discours trompant le public (car affirmant que la vaccination repose sur des bases scientifiques irréfutables) est apportée par lui au détour de cet échange parlementaire.

                Nous penchons évidemment pour le deuxième terme de cette alternative. En effet, Jean-Michel Dubernard sait de quoi il parle : outre son titre de député (perdu cette année), il est médecin, chirurgien des hôpitaux de Lyon et professeur des universités."

                Je pencherai vers la première solution... Mais, à lire l’intégralité du compte-rendu, on peut intérpréter ce propos comme déplorant le manque d’information accessible et non réelle.

                JM Dubernard sait de quoi il parle ? Il suffit de relire le compte-rendu qui déplore le manque de formation vaccinale des médecins, et la nécessité d’instaurer une telle formation obligatoire. JM Dubernard était sans doute un bon chirurgien, mais un bon épidémiologiste ? C’est comme demander à un avocat d’affaires de vous défendre dans une procédure de divorce...

                Pour ceux qui n’auraient pas le temps de lire l’intégralité du compte-rendu, j’en poste ici un extrait :

                Deux niveaux sont à aborder dans l’éducation à la vaccination : l’éducation liée au traitement préventif (vaccin lui-même, ses effets...) et l’éducation à la maladie dans ses aspects médicaux et sociaux (son incidence, sa transmission, sa gravité, le fait que les adultes peuvent la transmettre aux enfants...). Les thèmes à aborder prioritairement sont les suivants :

                · les succès de la politique vaccinale en France, comme dans les pays proches parfois plus en avance,

                · la balance bénéfice/risque du vaccin, chiffres à l’appui, dans ses dimensions individuelle et collective,

                · la gravité des maladies à prévention vaccinale, aujourd’hui quelque peu oubliée, et les risques éventuels pour l’adulte.

                C’est à l’aide de données chiffrées et validées que l’Etat pourra répondre aux questions des Français sur ces sujets.

                Les pouvoirs publics devraient ainsi contrebalancer les messages incomplets des médias ou des lobbies anti-vaccinaux, qui mettent l’accent sur les aspects négatifs, sans évoquer les conclusions scientifiques réfutant des rumeurs ou des faits avancés et non démontrés. La gestion d’informations contradictoires dans le champ de la santé en général, et pour les vaccinations en particulier, est ici un enjeu essentiel.

                Enfin, dernière question à l’auteur : qui est donc ce « Nous » qui penchons vers la seconde alternative...

                Dommage que l’auteur ait cru bon faire une présentation aussi biaisée de cette table ronde (mais est-ce une surprise ?), car il y avait matière à discussion en évitant pour une fois un parti-pris stérile.


                • Bernard 5 novembre 2007 14:45

                  Il est très habituel d’assimiler vaccins et vaccinations à de l’immunologie et il s’agit en effet d’une discipline scientifique fort complexe et loin d’être stabilisée. Pour ma part je n’ai aucune compétence dans ce domaine et je ne cherche pas à m’y aventurer. Je constate simplement, et chacun peut aisément faire de même, que quand des spécialistes veulent justifier une vaccination ils avancent des statistiques et non de l’immunologie. A l’audition BCG il n’y a pas eu un seul mot d’immunologie pendant 2 jours.

                  La statistique est une branche des mathématiques qui s’appuie sur le calcul des probabilités. Un médecin ou un biologiste pourraient fort bien maîtriser suffisamment cette spécialité pour l’usage qu’ils en ont. Malheureusement je suis aussi obligé de constater (consterné de constater) qu’ils n’y connaissent généralement rien et jouent avec les chiffres comme au café du commerce un soir d’élection. Mais là il s’agit directement de la santé des populations.

                  Ce que j’affirme ici est démontrable et s’est explicité d’une manière très claire avec l’affaire très récente du BCG SSI et en particulier à l’audition BCG des 13 et 14 novembre 2006. La totalité des interventions de cette audition, y compris celles faites depuis la salle (et donc les miennes, je suis intervenu à 4 reprises), ont été rassemblées par le détail dans un ouvrage de 382 pages en vente à la Sfsp (sfsp.info). De plus, les diaporamas des intervenants sont en ligne sur le même site.

                  Je me suis livré à plusieurs analyses de cette audition. Elles sont en ligne sur le site de gestion santé et en particulier la plus élaborée par rapport aux statistiques : http://gestionsante.free.fr/expertise_bcg.html.

                  Tout est donc parfaitement vérifiable. Le lecteur patient (c’est long) et rigoureux pourra ainsi mesurer le problème. Je ne demande surtout pas de me croire, je demande seulement à chacun de vérifier.

                  Pour apprécier le niveau de notre expertise vaccinale dans une direction non statistique, si cela vous rebute, j’ai mis en ligne 2 articles plus courts sur http://vaccinbcg.canalblog.com sur la façon dont il a été fait usage de la règle de 3 pour calculer le nombre de cas évités par le BCG (« un calcul très simpliste » ; « l’expertise était dans la lune » ; catégorie expertise). Trois choux coûtent tant, combien coûtent 10 choux ? Facile ! Oui, sauf qu’il faut que tous les choux soient au même prix ! Et cela nos experts en épidémiologie qui font la pluie et le beau temps n’ont pas l’air de le savoir...Navrant, mais c’est ainsi... Et ce sont les nourrissons et les familles qui en ont fait les frais.

                  Tout cela semble se rapporter au BCG mais comme ce sont les mêmes experts qui s’occupent des autres vaccins...En fait ce n’est pas le BCG ou d’autres vaccins qui sont en cause ici mais la qualité des expertises faites sur eux, ce qui n’est pas la même chose. La santé publique n’est pas la propriété personnelle de quelques experts et professeurs de santé publique, elle est le bien commun de tous, le plus précieux sans doute, et chacun doit pouvoir y participer selon ses possibilités. Dans ce domaine de la vaccination les expertises sont bourrées de lacunes, de contradictions et de fautes méthodologiques. Je pense que celui qui en découvre a le devoir de le dire et s’il le peut, de montrer comment il faudrait corriger. C’est ce que je me suis efforcé de faire dans les domaines où j’avais quelques compétences, en laissant à d’autres ceux où je n’en ai pas, comme en immunologie.


                  • TALL 5 novembre 2007 15:14

                    A Carlo Revelli

                    L’intelligence collective et le pouvoir citoyen sont des mythes inventés pour le business de Cybion. Et ça marche parce que ça stimule les égos. C’est pour ça qu’on trouve sur ce site une certaine concentration de farfelus en divers domaines.

                    Alors le farfelutisme, en général, me laisse indifférent. Parfois même il m’amuse. Et rien ne m’oblige à m’y intéresser. Mais quand il s’agit de santé publique, là, il faudrait peut-être penser à élever un tant soi peu son sens de responsabilités.

                    Car commencer à raconter des inepties en ce domaine peut être aussi grave que de promouvoir une secte suicidaire. Personne n’a oublié les victimes des Témoins de Jehova avec la transfusion. Des enfants en sont morts. Réfléchissez un peu. Le fric et le clic ne justifent pas tout.


                    • Adama Adama 5 novembre 2007 15:32

                      Surréaliste cette enquête, hallucinant !!!

                      Messieurs d’agoravox, reprenez-vous...On tombe dans le grotesque smiley


                      • JL JL 5 novembre 2007 15:40

                        A tout hasard ...

                        Certains d’entre nous ont peut-être constaté qu’il y a en cette époque moderne, comme une épidémie de maladie de la thyroïde dont sont victimes essentiellement les femmes. Traitements prescrits : ablation et ou Lévothyrox (orthographe non certifiée).

                        Il semblerait que des bruits circulent quant à une éventuelle relation de cause à effet entre la vaccination contre l’hépatite B et la maladie (hyper ou hypo thyroïdie). smiley


                        • 5A3N5D 5 novembre 2007 16:08

                          En êtes-vous certain ? Il est certainement plus « politiquement correct » d’accuser l’aluminium que de reconnaître enfin que les pouvoirs publics ont menti en affirmant que le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à nos frontières.


                        • 5A3N5D 5 novembre 2007 16:21

                          De nombreux patients atteints de maladie de la thyroïde (pour ne pas dire la plupart), sont relativement âgés et n’ont sans doute jamais été vaccinés contre l’hépatite B.

                          La maladie de Basedow, la thyroïdite de Hashimoto, le myoedème sont reconnus actuellement comme faisant partie des maladies auto-immunes. Reste à démontrer le lien entre vaccination et désordres thyroïdiens. En rendre responsable la vaccination et affirmer « qu’on avait raison » me paraît pour le moins hasardeux pour l’instant. Ces maladies ne datent pas d’hier et existaient avant la pratique de la vaccination massive, et bien avant la vaccination contre l’hépatite B.


                        • JL JL 5 novembre 2007 18:00

                          5A3N5D, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Cette rumeur, puisque je n’ai aucune info là dessus, pourrait fort bien s’inscrire dans une stratégie globale : plus il y a de sources possibles de pollutions et de désordres, plus il sera difficile d’établir des relations de cause à effet, des responsabilités, et donc le principe pollueur payeur sera vidé de sa substance.


                        • 5A3N5D 5 novembre 2007 18:47

                          C’est bien ce que je craignais : ce n’est qu’une rumeur. Mais...

                          Pour votre gouverne, ces maladies sont en très grande partie héréditaires.

                          La maladie de Basedow a été décrite en 1840, c’est-à-dire à un époque où il était difficile d’invoquer une quelconque pollution ou des accidents de vaccination. Donc, votre argumentaire (vaccination, pollution) ne tient pas la route.

                          Laissez les chercheurs faire leur métier et tordez le cou aux « rumeurs ». Vous n’avez aucune info sur le sujet, mais vous suivez le troupeau bêlant. Je sens même une pointe de « conspirationnisme » dans votre intervention.


                        • JL JL 5 novembre 2007 19:25

                          5A etc., Sentez ce que vous voulez, je n’ai que faire des considérations d’une personne qui ne surgit que pour invectiver un commentateur qui pose une question grave : l’épidémie d’hypo ou d’hyper thyroïdie chez des femmes jeunes. Quant aux infos sur la maladie que vous fournissez ici, je suis aussi capable que vous de consulter et copier coller Wikipédia.

                          Si ce n’est pas pour me dire les raisons de votre hargne abstenez-vous de répondre à ce mail, puisqu’il y a suffisamment de « bruit » ici.


                        • JL JL 5 novembre 2007 19:59

                          L’info relative au lien entre les dérèglements thyroïdiens et le vaccin hépatite B a été lue dans la salle d’attente d’un cabinet médical : photocopie d’une revue médicale ou scientifique, affichée par le praticien.


                        • bozz bozz 5 novembre 2007 21:57

                          Allez pour tordre le cou à la rumeur il faut lire l’article du Pharmacoepidemiol Drug Saf 2007, n°16, page 736

                          citation d’un commentaire de cette étude :

                          « On a suspecté le vaccin de l’hépatite B comme une cause éventuelle de maladie sauto-immunes,y compris thyroïdiennes. Quelques cas de Basedow ou de thyroïdite de Hashimoto après vaccination hépatite B ont été signalés au « Vaccine Adverse Events Reporting System » (VAERS)aux Etats-Unis. Pour valider cette hypothèse, une équipe américaine a réalisé une étude cas-témoin étudiant l’association entre vaccination hépatite B et risque de survenue de Basedow ou de thyroïdite de Hashimoto.Les auteurs ont aussi étudié le risque de survenue de la maladie auto-immune de la thyroïde chez les patients vaccinés depuis moins d’un an, depuis 1 à 5 ans et depuis plus de 5 ans. 773 cas (355 Basedow et 418 thyroïdites de Hashimoto) et 1102 témoins, appariés par sexe, année de naissance et région d’étude, ont été inclus. Cette étude ne montre pas d’association entre la vaccination hépatite B et le risque de survenue de Basedow (OR, 0,90 ; IC95%, 0,62-1,32) ou de thyroïdite (OR, 1,23 ; IC95%, 0,87-1,73). »

                          évitons de faire circuler des rumeurs !


                        • JL JL 5 novembre 2007 22:31

                          Eh oui on ne compte plus les études qui concluent à l’innocuité de l’amiante, des pesticides, des OGM, des téléphones portables, ...

                          Curieux qu’il y ait un tel clivage au sein de la population : je veux dire, si je comprends les inquiétudes de ceux qui doutent, en revanche je ne comprends pas la raison qui poussent certains à s’en moquer aussi péremptoirement. Douteraient-ils de leurs certitudes ? smiley

                          Auraient-ils peur d’ouvrir les yeux ? Ou de perdre leur boulot ?


                        • Nicoberry Nicoberry 5 novembre 2007 15:41

                          Je pense que tout le monde est d’accord pour dire que la vaccination est une avancée majeure dans la santé publique. Maintenant la question est de savoir ,si, pour les maladies dites eradiquées, il faut continuer la vaccination pour ces maladie. Vaste débat !! Par contre le Titre est carrément raccoleur !!! L’auteur aurait pu aussi titré l’inverse : pas de preuves scientifiques sur l’inutilité/inefficacité des vaccins !!! Ensuite porter autant de crédit à la parole de dubernard.... il est chirurgien pas epidémiologiste, ni immunologiste.


                          • JL JL 5 novembre 2007 18:07

                            Ah, je rêve d’un vaccin contre toutes les saloperies que l’industrie du profit effréné et de la croissance sans fin nous font avaler, respirer, inoculer. smiley


                            • Philou017 Philou017 5 novembre 2007 18:45

                              Je crois effectivement que la vaccination obligatoire est dangereuse. D’une part, elle surcharge le systeme immunitaire en l’obligeant à reagir à de multiples sollicitations non necessaires, d’autre part elle entraine de nombreux effets secondaires, catastrophiques dans un certain nombre de cas.

                              Voir : http://biogassendi.ifrance.com/vaccinations.htm

                              Je pense que l’effet des vaccinations a souvent été surévalué. Les campagnes de vaccinations par rapport a une épidemie arrivent souvent en fin de cette épidémie, au moment ou celle-ci se résorbe naturellement. A partir de là, il est tres difficile de savoir quelle est l’efficacité réelle de ces campagnes. Ensuite , la vaccination forcenée que l’on subit amene l’organisme à mettre en place une defense moins naturelle et efficace que celle que nous avons naturellement. C’est un probleme particulierement preoccupant en ce qui concerne les enfants, dont le systeme immunitaire est surchargé et dénaturé.

                              Voir cet excellent exposé de l’ALIS : http://www.alis-france.com/download/vivre_sans_vaccin.pdf

                              Ce que je voudrais souligner, c’est que je trouve absolument scandaleux l’obligation de vaccination qu’on essaie d’imposer dans notre pays. Chacun devrait avoir le droit de choisir la facon de gérer sa santé, d’autant que les problemes dus à ces vaccinations se sont multipliés ces dernieres années, et parfois de facon dramatique.

                              Pour cela, il faudrait pouvoir avoir une vraie information sur l’efficacité des vaccins et sur les avantages et inconvenients du choix de se faire vacciner. Ce n’est pas le cas au niveau de nos medias, qui reprennent stricto-senso la parole officielle defendue par l’establishment médical.

                              Sans doute faut-il y voir le poids des multinationales du médicament, qui auraient beaucoup à perdre dans une remise en question.

                              Je pense qu’il est essentiel que nous nous réapproprions le droit a gérer notre santé.


                              • 5A3N5D 5 novembre 2007 18:57

                                «  »« D’une part, elle surcharge le systeme immunitaire en l’obligeant à reagir à de multiples sollicitations non necessaires, »«  »

                                La vaccination « surcharge » le système immunitaire ? C’est assez original comme approche « scientifique ». Ben, non, c’est juste le contraire : la vaccination a pour but de créer des lignées de cellules souches capables de répérer un antigène donné, de se multiplier si cet agent envahit l’organisme, et de le détruire (anticorps, opsonisation, phagocytose, etc...)


                              • Philou017 Philou017 5 novembre 2007 19:48

                                La vaccination « surcharge » le système immunitaire ? C’est assez original comme approche « scientifique ». Ben, non, c’est juste le contraire : la vaccination a pour but de créer des lignées de cellules souches capables de répérer un antigène donné, de se multiplier si cet agent envahit l’organisme, et de le détruire (anticorps, opsonisation, phagocytose, etc...)

                                Ca c’est la theorie. Le probleme est beaucoup plus complexe selon moi. En obligeant l’organisme à reagir à de multiples agressions artificielles (vaccins), on l’oblige à apporter des reponses qui ne correspondent pas à son environnement réel, et qui nuisent à sa capacité immunitaire naturelle. Cela surcharge le systeme immunitaire, qui doit se developper naturellement au cours de l’enfance. Chaque individu a un systeme immunitaire particulier et le forcer à accepter des substances etrangeres standard introduit des desequilibres.

                                Voir par ex :

                                Ce n’est toutefois pas l’avis de d’autres scientifiques tels que le Dr Bruno Donnatini, médecin, et Michel Georget, professeur de biologie, qui ont écrit des ouvrages sur la vaccination. Ceux-ci stipulent entre autres que la vaccination pourrait être un facteur de risque de maladies dégénératives comme le cancer et la sclérose en plaques.

                                « Les vaccins modifient l’immunité naturelle des enfants, surtout lorsqu’ils sont administrés dès les premières semaines de la vie, estime Dr Didier Carciente. Les vaccins renforcent une immunité spécifique contre certaines maladies au détriment de l’immunité générale. Conséquemment, il se pourrait que les vaccins ouvrent la voie à des pathologies dégénératives. Pour demeurer en santé, il vaut mieux chercher à soutenir son système immunitaire plutôt que de faire appel à la vaccination de manière abusive. »

                                http://www.mamanpourlavie.com/fr/editoriaux/statique/editoriaux_235.html


                              • Nicoberry Nicoberry 5 novembre 2007 20:18

                                Déjà en ce qui concerne les effets secondaire catastrophiques.

                                Il ne faut pas oublié que pour chaque médicaments il y a des effets secondaires plus ou moins grave. Par exemple les allergies. Ensuite pour les vaccins, le cas est plus particuliers :

                                on a une épidémie qui si elle est pas traité va entrainer disons 10 millions de victimes (je sais c’est pas une petite épidémie !). On a un vaccin qui, si il est injecté, entrainera la survie de la quasi totalité des personnes MAIS on sait que’avec ce vaccin il y aura 50 à 100 000 personnes qui seront toucher par des effets secondaires plus ou moins important. C’est ce qu’on appelle le bénéfice morbide. Dans la balance 10 millions de mort 100 000 effets secondaires....le choix est difficle..

                                Le choix se fait quand même par lui même.

                                par ailleurs les personnes que vous cité n’ont aucune valeur scientifique puisque aucun de leur travaux n’est publié dans des revues scientifiques internationnal digne de ce nom ! Quand on s’attaque à un tel dogme il faut avoir des arguments bétons et des résultats plus que bétons. Je ne pense pas que ce soit le cas.


                              • Philou017 Philou017 5 novembre 2007 21:05

                                Les revues internationales renommées sont tenues par les pontes de la médecine et sont sponsorisées par les multinationales qui les emploient. Les articles qui sont publiés sont donc filtrés en fonction de leur conformité aux verités bien établies et aux besoins du complexe pharmaco-chimique. Ce n’est certainement pas là qu’on trouvera une information impartiale.


                              • Philou017 Philou017 5 novembre 2007 21:17

                                on a une épidémie qui si elle est pas traité va entrainer disons 10 millions de victimes (je sais c’est pas une petite épidémie !). On a un vaccin qui, si il est injecté, entrainera la survie de la quasi totalité des personnes MAIS on sait que’avec ce vaccin il y aura 50 à 100 000 personnes qui seront toucher par des effets secondaires plus ou moins important. C’est ce qu’on appelle le bénéfice morbide. Dans la balance 10 millions de mort 100 000 effets secondaires....le choix est difficle..

                                Tout cela est purement theorique. Il est tres difficile d’evaluer l’efficacité réelle des vaccinations dans ce genre de probleme, vu qu’elles sont faites une fois que l’epidemie a fait le principal de ses victimes. En tous cas les vaccins n’evitent certainement pas les victimes, puisqu’ils sont fabriqués qu’une fois que l’epidemie est largement amorçée.

                                Cet argument est un argument classique du lobby pro-vaccination qui joue sur la peur pour empêcher les gens de réfléchir. Je regrette que vous l’employiez egalement.


                              • Nicoberry Nicoberry 5 novembre 2007 23:08

                                « Les revues internationales renommées sont tenues par les pontes de la médecine et sont sponsorisées par les multinationales qui les emploient. Les articles qui sont publiés sont donc filtrés en fonction de leur conformité aux verités bien établies et aux besoins du complexe pharmaco-chimique. Ce n’est certainement pas là qu’on trouvera une information impartiale. »

                                Donnez moi des exemples svp !!


                              • Nicoberry Nicoberry 5 novembre 2007 23:22

                                Mais bien sur !!! je travaille pour le lobbye. Il suffit juste unn peu de bon sens.Même si la majeur partie d’une épidémie est passée. Il ya encore des personnes qui seront malade. alors on les vaccines pas ? on les laisse mourrir ? Vos arguments ne sont pas scientifiques et ne reposent sur rien !


                              • Philou017 Philou017 6 novembre 2007 00:50

                                Ce genre d’épidemie est rare aujourd’hui. Je n’ai pas d’avis special là-dessus. Il faudrait avoir des etudes independantes et objectives sur des campagnes de vaccinations qui ont pu avoir lieu dans le cas d’epidemies nouvelles et mortelles, ce qui est difficile a trouver. Les etudes qui ont été faites sont en général le fait des gens qui s’occupent de créer et de produire des vaccins...

                                Ce dont il est principalement question aujourd’hui, c’est des vaccinations preventives systématiques avec des vaccins présentant des dangers évidents.


                              • Nicoberry Nicoberry 6 novembre 2007 09:54

                                Ce genre d’épidémie est rare , pourquoi ? grace à la vaccination ! sans les vaccinations on aurait pas pu résorbé voir stopper des maladies tel que la tuberculose etc... il y a des vaccinations préventives tel que le tétanos, je préfere avoir une picouse tous les 10 ans plutot qu’à chaque fois que je me suis ecorché en faisant des travaux on me fasse une piquer antitétanique.

                                D’un coté on a la prévention (vaccin) de l’autre la réaction.

                                je préfère anticiper le problème plutot que d’avoir à le régler.

                                N’oubliez pas que pour chaque médicament il y a des effets secondaire qui peuvent etre très grave (mm avec l’aspirine !!).

                                Le risque zéro n’existe pas en médecine.


                              • chiktaba 5 novembre 2007 20:00

                                Comment passer de : la vaccination systematique, un probleme ? a : le vaccin c est pas bien. Monsieur Lagardette, quel est l interet de cet article ? De l affirmation peremptoire du quidam president vous en faites une charge contre la vaccination. C est une approche bien simpliste de la situation lorsque l on sait le nombre de vies sauvees par certains vaccins. Que des etudes plus approfondies sur chaque vaccin sortie, et notamment sur le rapport benefice/risque soient prolongees je serais le premier a l applaudir, mais votre aticle si il n’etait aussi irresponsable serait risible.


                                • TALL 5 novembre 2007 20:24

                                  à 5A3N5D

                                  Pour vous situer la vision « médicale » de Philou017 :

                                  Extrait du forum sur le sida :

                                  Donc, si je presentais une deficience immunitaire, la derniere chose que je ferais serait d’aller voir un médecin qui va m’abrutir de drogues dangereuses et tres perturbantes pour l’organisme. Je trouverais des moyens naturels de retablir l’équilibre de mon corps, apres avoir essayé d’analyser les vraies causes de ce probleme. Evidement, ca demande de se prendre en charge et de croire que chacun est son meilleur médecin

                                  On sent là de suite la grande expérience existentielle de l’auteur smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès