Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vaincre la désespérance

Vaincre la désespérance

Regardez la photographie.

Ce n'est pas une manifestation de partis politiques. Ce sont des femmes et des hommes qui agissent au quotidien et qui font partie du mouvement social.

Il y a là des personnes qui manifestent parfois pour la première fois.

JPEG

Il y a aujourd’hui une césure réelle profonde entre le monde politique institutionnel et le peuple, notamment celui qui souffre et pense être le laissé pour compte.

Si ceux et celles qui se prononcent pour la transformation sociale pensent et veulent que leur objectif soit atteint, il leur faut passer de l’action extérieure et propagandiste à un retour aux fondamentaux.

Le changement de la société, c’est-à-dire la mise en œuvre des principes républicains comme la laïcité, la liberté, l’égalité, la fraternité et la solidarité, n’est possible que s’il découle d’un mouvement de masse.

La jeunesse populaire qui vit dans les quartiers et dans les villages, sans aucune perspective que celle de survivre dans la précarité, voire la pauvreté est capable de se prendre en main, de reprendre espoir et de se mobiliser.

Les discours théoriques, les manifestations de militants et les déclarations de cadres n’ont aucune prise car ils sont l’œuvre de personnes qui disent agir pour le peuple mais qui paraissent comme des éléments étrangers.

Aujourd’hui la désaffection et le découragement flirtent avec la désespérance.

Il est possible et indispensable de changer le cours et de revenir aux fondamentaux et à l’époque où les militants de la transformation sociale faisaient chorus avec le peuple parce qu’ils vivaient et militaient dans les quartiers.

Mon positionnement n’est pas théorique.

Il s’appuie sur une expérience partielle mais réelle qui a donné des résultats tangibles.

Dans notre association familiale laïque nous avons organisé des actions de solidarité avec des familles en grandes difficultés en leur permettant d’être les actrices de leur sortie de l’impasse dans laquelle elles étaient.

L’association familiale laïque de Melun qui végétaient depuis plusieurs années a pris des couleurs.

La présidente qui assure les responsabilités d’animation et de direction a moins de 35 ans.

Autour d’elle c’est toute une nouvelle génération de militants qui s’est constituée.

Comme l’explique lui-même un autre nouveau militant : « l’année dernière je touchais le fond. On m’a donné des outils pour m’en sortir, maintenant je veux rendre la pareille ».

Aujourd’hui l’association est connue et reconnue dans les quartiers de Melun.

Ce travail d’accompagnement, d’action sociale de lien avec la population est mené par des centaines et centaines de personnes, ici et ailleurs.

Si demain nous étions quelques milliers, nous soulèverions des montagnes et pourrions fermer la « parenthèse » de la désespérance pour préparer des lendemains qui chantent.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 28 août 2014 17:52

    rien qu’en mettant en manif les chômeurs les retraites et les sous le seuil de pauvreté les RSA presque la moitié de la France serait dans la rue ....


    • foufouille foufouille 28 août 2014 18:29

      « l’année dernière je touchais le fond. On m’a donné des outils pour m’en sortir, maintenant je veux rendre la pareille ».

      en fait, il y avait plein de travail mais il avait pas les « bon outils » ?


      • Aldous Aldous 28 août 2014 20:40

        Il parlait de rendre l’appareil à raclette qu’il mavait emprunté.


        Ca presse pas Chalot, du moment que je l’ai pour noël, heu... pardon, pour la fête du sapin avec des boules, laïcité oblige. smiley

      • rocla+ rocla+ 28 août 2014 18:42

        il ne faut pas oublier que chacun nait avec un cerveau 

        une paire de mains munies de dix doigts . 


        la difficulté est de mettre en phase le cerveau avec le

        restant des parties du corps humain . 

        Depuis des décennies les filières de l’ apprentissage

        dans les entreprises artisanales donnent du taf à des milliers

        de jeunes qui sont ensuite embauchés dans ces mêmes 

         entreprises . 


        Aujourhui on a des moyens d’ informations jamais autant 

        au point . 


        Alors faut il des associations pour emmener les 

        jeunes dans ces filières ?


        • cardom325 cardom325 28 août 2014 19:46

          Rocla, vous êtes vachement sérieux, j’en reste baba , en général , vous parlez plus de paire de couilles que de paires de mains , c ’est vrai que les paires de couilles , pas besoin d’apprentissage pour s’en servir , même s’il y a souvent déconnexion avec le cerveau

          A défaut de me faire rire, vous m’avez convaincu , je plusse


        • foufouille foufouille 28 août 2014 20:21

          « du taf à des milliers

          de jeunes qui sont ensuite embauchés dans ces mêmes

           entreprises . »

          dans tes rêves. de nos jours, il y a plus d’apprentis que d’employés et ils sont pas enbauchés mais remplacés par d’autres apprentis pas cher.


        • mmbbb 29 août 2014 21:27

          c’est normal nous sommes a l’ air du « fast » Dans le batiment les metiers se sont denatures La plupart des gens ne savent meme plus reconnaitre une corniche en vrai staff, ne savent ce qu’est une mortaise et un tenon en ebenisterie etc et veulent des cuisines integrees qui sont la plupart en agglo de merde et ils en n’ont rien a foutre Il faut bien employee cette main d’oeuvre peu formee et pas chere venu d’ailleurs 


        • mmbbb 28 août 2014 19:12

          allez dire ceci au ministre de l’education nationale En France les travailleurs manuels sont pris pour des cretins Cela change mais tres lentement J’ai fais le salon des meileurs ouvriers de france a Lyon un entrepeneur artisan me disait qu’il avait du mal a recruter les filieres industrielles peuvent recruter mais cette politique de l’education nationale a ete absurde Par ailleurs nous sommes une nation qui fonctionnons sur le mepris Les intellos ont du mepris pour les ouvriers les ouvriers expriment souvent du mepris entre eux Les gens cultives se croient superieurs tant leur mepris est grand mais tout le monde oublie ceci la mort sourit a tout le monde et la vanite en france est une vertu repandue 


          • cardom325 cardom325 28 août 2014 19:48

            vanité et cupidité sont deux mamelles pas prêtes de se tarir
            L’humilité est aussi un apprentissage


          • foufouille foufouille 28 août 2014 20:23

            « un entrepeneur artisan me disait qu’il avait du mal a recruter »

            normal, il paye avec un lance-pierres


          • mmbbb 29 août 2014 21:21

            Mon frere etait artisan decorateur peinture d’art Il aurait pu transmettre son metier il ne l’a pas fait Maintenant lorsque je vois ces emplois jeunes par exemple orienter les gens a la sortie d’un bus ou distribuer les horaires de bus je me dis quel beau metier ces jeunes ont dans leur main Bel epanouissement quelle avancee sociale . Connaissez vous au moins les compagnons ? C’est vrai que le bel ouvrage vous est insensible achetez de L’IKEA c’est de votre niveau 


          • Aldous Aldous 28 août 2014 20:32

            Ben quoi ? les gens sont pas content qu’Hollande ait fini de mettre à bas le tryptique facho Travail Famille Patrie ?


            Travail, avec 3,5 millions de chômeurs officiels (le triple en vrai) c’est bon. On l’a eu.
            Famille, avec le mariage homo, la location d’utérus et la fin de la part fiscale des enfants, c’est nikel, le cerceuil est cloué. Fini la reproduction artisanale. Place au marché.
            Patrie, avec Merkel qui commande, Von Rompuy qui exige, Hollande qui charcute et L’OTAN qui envoie nos soldats pas payés faire des guerres qui ne nous concernent pas, ont peut dire que ce n’est plus qu’un mauvais souvenir.

            Que du bonheur donc. smiley

            Pourquoi les gens y sont pas contents alors ?


            • marauder 29 août 2014 06:59

              Tu ne comprend rien a rien, et te complait a faire des amalgames a l’emporte-pièce.
              Selon toi, le choix est entre libéralisme-capitaliste ou fashisme-capitalisme ?
               Et en plus tu en rigoles ?

              Si tu es capable de ravaler ta fierté de droiteux, tu pourras peut etre écouter, mais ca va etre dur.

              Oui, bien entendu, la pensée libérale-capitaliste s’est substitué a la pensée libertaire, évidement.
              Bien entendu, aussi betes et abjectes qu’elles soient, les règles archaiques sociales d’alors avait pour seul avantage une apparente stabilité, basée sur des preceptes d’un autre temps, qui a figé ce monde pendant 2000 ans. On peut peut etre admettre qu’au moins, a ne rien faire on ne faisait pas de bétise, mais c’est comme enfermer ses gosses qu’on redoute de voir découvrir la vie. Le jour ou ils sortirons, ca va pas bien se passer. Car sans experience, ils seront livrés a eux meme et dans l’eternel besoin d’etre assistés. Bizzare pour quelqu’un de droite, qui n’aime aps les assistés, pourtant les fabrique :p

              Bien entendu, une petite cervelle de droite est pas capable de faire la différence entre le mirage homo et la procréation médicale assistée, un peu comme quand ces meme attardés de droite pensent qu’un joint = la seringue, que voler un oeuf c’est voler un boeuf, que tout se vaux apres tout hein ...
               Mais pas le catholiscisme, ca, c’est parfait et y’a rien a en dire ! (apèrs tout, dieu a dit, dieu a dit ....).

              Bien entendu, un droiteux de base, quand un menteur lui parle de travail et qu’il n’y en a pas, au lieu de dire que la personne ment, il la croit et finit par dire que travail égal chomage. Raisonnement très tordu, mais malheureusement très fréquent, surtout en temps de crise.

              Bien entendu, la patatrie tant adorée par le droiteux de base, (en apparence), semblait etre une apparence de stabilité, mais il oublie vite les guerres que cela a bien pu causer. Pire encore, c’est totalement méconnaitre les liens qu’on les oligarques entre eux, qui se servent surtout des patries des attardés qui y croient encore pour faire leur jeu de stratégie.

              Enfin, le droiteux de base se délècte en général des situations catastrophiques, comme si, sa peur lui faisait préférer le pire. Afin d’etre sur qu’au moins, si il est malheureux, que le monde n’aille surtout pas mieux que lui.


            • Aldous Aldous 29 août 2014 12:57

              Quand t’aura compris que la dichotomie « droiteux-gauchistes » est un attrape couillon t’aura fait un grand progrès.


              Tu crois qu’Hollande est de gauche ? Que Sarko était de droite ? T’as vraiment de la merde dans les yeux.

            • marauder 30 août 2014 04:56

              Rethorique fallacieuse de quelqu’un qui a un complexe a etre de droite vis a vis des autres.


            • Aldous Aldous 30 août 2014 15:49

              dans la rue tu marches avec quel pied ? smiley


            • eric 29 août 2014 08:34

              L’absence cruelle des gauches sur ces chantiers est en soi significative.

              Cela ne les intéresse pas.

              Pire, elles fuient.

              Non seulement il n’y a plus grand monde sur le terrain, mais quant ils restent, ce sont exclusivement des professionnels rémunérés. En général, il n’ont qu’une hâte, se barrer ailleurs.

              Le plus caricatural, ce sont les profs. Massivement à gauche , présents par construction sur l’ensemble des territoires. D’après les sondages, en tendance, ils n’ont qu’une hâte, être nommés dans les établissements chics des centres villes avec des élèves gosses de riches et de bobo, studieux et disciplinés.
              C’est leur droit le plus strict. On ne devient pas nécessairement prof pour faire don de sa personne aux plus défavorisés. Qui les jugerait ?

              Pas les habitants des banlieues, qui n’ont eux même qu’une hâte, les quitter.
              Ce qui ressort des travaux de Guily, c’est qu’elles sont des lieux de passage. Le turn over est le plus élevé de France. Les vagues de nouveaux arrivant s’y succèdent. Tous ceux qui le peuvent se dépêchent de partir.

              C’est une question idéologique. Aider les plus faibles à parvenir ne serait-ce qu’au même niveau que soi même, a toujours moins intéressé les gauches que lutter contre ceux qu’elles imaginent « au dessus ». Les « devoirs » envers les moins favorisés, viennent toujours après la nécessité de faire valoir ses propres « droits ». Au lycée à Moscou, les profs titulaires étaient prêt à faire grève pour interdire aux bonne sœurs les locaux de l’école pour le cathé. Moins pour que les recrutés locaux, sous payés, sans retraite et prise en charge sociale soient mis à niveau.

              Il y a une véritable explosion des associations chrétiennes de travail social dans les banlieues. Solidarité, mixité sociale, ethnique, communautaire, réels succès, formation d’élites locales issues du local.

              On en a déjà parlé Chalot. Vous voudriez que des militants de gauche reviennent dans les quartier. Qu’ils aillent « au peuple » comme la vache va « au taureau ».

              Ils ne veulent pas, et même dans l’hypothèse inverse, cela ne servirait pas à grand chose. Prenez exemple sur le protestantisme. La foi soulève les gens et les conduit à se prendre en charge eux même. C’est typique chez les Tziganes. Au début, il y a bien un Pasteur Breton, mais ensuite les gens se sont pris en charge eux même.

              C’est quasiment une question théologique. Vous êtes sans le savoir partisan de « la justification par les œuvres », agissons et la gauche sera sauvée ! Mais en réalité, ce sont « la foi et la grâce » qui sauvent« . C’est parce qu’ils y croient qu’ensuite cela se traduit par des actes.
              Une »gauche" quelle qu’elle soit, aura éventuellement un rôle utile sur le terrain du social, le jour ou elle croira à nouveau à quelque chose de fort. Pas tant qu’elle sera persuadé que c’est une corvée un peu désagréable mais plus ou moins nécessaire sur le plan électoral.


              • rocla+ rocla+ 29 août 2014 08:42

                Il ne faut pas oublier que chacun nait avec un cerveau 

                une paire de mains munies de dix doigts . 


                la difficulté est de mettre en phase le cerveau avec le

                restant des parties du corps humain . 

                Depuis des décennies les filières de l’ apprentissage

                dans les entreprises artisanales donnent du taf à des milliers

                de jeunes qui sont ensuite embauchés dans ces mêmes 

                 entreprises . 


                Aujourhui on a des moyens d’ informations jamais autant 

                au point . 


                Alors faut il des associations pour emmener les 

                jeunes dans ces filières ?


                Et surtout ne faites jamais apprentis donc 

                ( d’ après la lecture des moinssages ) 


                Les jeunes pourraient devenir autonomes , s’ épanouir 

                dans la vie et ensuite transmettre leur métier 

                à leurs enfants . 


                Ils pourraient s’ éclater en  faisant des métiers 

                passionnants .


                Ils pourraient devenir fiers d’eux-même en se réalisant .


                Meuh non restez comme vous êtes , moi ça va .




                • zygzornifle zygzornifle 29 août 2014 08:59

                  pour vaincre la désespérance il faut créer de l’espoir et se débarrasser les partis slérosés et corrompus UMP et PS autrement cela restera comme maintenant...... Ce sont les politiques menées par les politiques qui ont amenés ce pays à la ruine ......


                  • rocla+ rocla+ 29 août 2014 09:56

                    SI tu attends que le monde change et devienne à ton image 

                    assieds toi dans la salle d’ attente .

                    Prends des provisions pour 1000000000 ans car c’ est pas demain la veille .

                    • BA 29 août 2014 15:52

                      La France est devenue le 17ème Land de l’Allemagne.

                      Wolfgang Schäuble en a marre que les salaires français soient aussi élevés.

                      Wolfgang Schäuble est donc venu dans le 17ème Land pour donner ses instructions.

                      Jeudi 28 août 2014, Wolfgang Schäuble est venu dans le Land de Frankreich pour demander la baisse des salaires français.

                      Pour le moment, les dirigeants du Land de Frankreich ne lui ont pas répondu.

                      Lisez cet article :

                      Schäuble appelle le gouvernement français à appliquer ses promesses. Le ministre allemand des Finances, invité à l’université d’été du Medef, a plaidé pour "des réformes ambitieuses qui ne soient pas seulement des annonces".

                      "Il faut impérativement produire des réformes structurelles visant le marché du travail« , a-t-il ajouté. Il a plaidé pour  »plus de souplesse dans la formation des salaires qui prennent en compte aussi la productivité", alors que depuis la crise de 2008, un écart se creuse en France entre la productivité du travail, qui tend à stagner, et les salaires, qui continuent de progresser pendant que le chômage augmente.

                      http://www.lepoint.fr/economie/schauble-appelle-le-gouvernement-francais-a-appliquer-ses-promesses-28-08-2014-1858150_28.php


                      • Gauche Normale Gauche Normale 29 août 2014 16:51

                        Pourtant, si ce type a envie que la France devienne compétitive, il n’a qu’à réclamer l’augmentation des salaires en Allemagne.


                        Je suis sûr que c’est pas les Allemands qui s’y opposeraient !

                      • BA 29 août 2014 16:44

                        Vendredi 29 août 2014 :


                        Professions réglementées, travail du dimanche : le gouvernement va réformer par ordonnances.



                        C’est une nouvelle confirmation que l’Elysée et Matignon sont bien décidés à accélérer les réformes. De gré ou de force. Selon nos informations, le gouvernement se prépare, pour lever les freins de la croissance, à légiférer par ordonnances.

                        Le projet de loi sur la croissance, initialement préparé par Arnaud Montebourg et qu’il revient désormais à Emmanuel Macron de porter, prendra ainsi la forme d’une «  loi d’habilitation à procéder par ordonnances  », qui devrait être présentée en Conseil des ministres début octobre - et non plus en septembre, comme initialement envisagé - puis au Parlement dans la foulée. «  On a dit qu’on allait accélérer, on accélère  », résume un proche du dossier.

                        Aller vite au nom de l’urgence de relancer la croissance n’est pas l’unique motivation de l’exécutif. Via une loi d’habilitation, le gouvernement va se contenter de présenter à l’Assemblée les grands chapitres de la future loi tout en renvoyant à des ordonnances le détail des mesures. Une manière de faire qui a déjà été utilisée au début de l’été avec la loi d’habilitation sur la simplification de la vie des entreprises, un sujet plutôt consensuel.

                        Cette fois-ci, avec un texte dont le cœur sera constitué par la déréglementation de certaines professions (notaires, huissiers, éventuellement pharmaciens, etc.) et, comme l’a confirmé la semaine dernière François Hollande, l’assouplissement du travail dominical, c’est clairement une manière pour Bercy et Matignon de garder les coudées franches. Et de s’épargner de longs et potentiellement explosifs débats dans les hémicycles, en particulier sur le travail dominical, réforme qui pourrait faire grincer des dents une partie des députés de gauche. Le risque, naturellement, est de s’attirer les foudres de ces derniers, que la démarche revient à exclure du débat.

                        C’est, après la déclaration d’amour aux entreprises de Manuel Valls mercredi, un nouveau point qui devrait électriser l’ambiance à l’université d’été du PS, qui a débuté ce vendredi à La Rochelle.


                        http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0203734574171-professions-reglementees-travail-du-dimanche-le-gouvernement-va-reformer-par-ordonnances-1037260.php


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 2014 17:25

                          Chalot,
                          Que les citoyens s’organisent au niveau local, c’est très bien, mais cela n’empêchera pas les directives de la Commission européenne de s’appliquer. Appliquées par Sarkozy ou Hollande, nous allons vers une régression sociale sans précédent. Fin du SMIC, des CDI, gel des retraites, baisse des indemnités chômage, fin de la Sécu etc etc


                          L’euro ne peut être dévalué, ils vont donc pratiquer « une dévaluation interne », une « contraction de la masse salariale » . Mais la compétitivité n’y gagnera rien du tout.

                          Quand un pays baisse les salaires au lieu de dévaluer, il devient compétitif. Quand 28 pays baissent les salaires, les effets s’annulent. Ils créeront juste plus de misère et de désespérance.


                          L’euro a été créé exprès pour ça : empêcher les Etats de défendre l’intérêt général de leur pays.

                          Ce n’est pas le droit du travail qui crée le chômage et le manque de compétitivité, c’est l’euro.
                          Démonstration en 5 minutes.

                          Vous proposez de mettre des rustines au Titanic, au lieu d’avoir le courage de dire qu’il faut sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN au plus vite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès